AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 In the memory you'll find me [Jae' & Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: In the memory you'll find me [Jae' & Liam] Jeu 26 Aoû 2010 - 0:37

FLASHBACK



« Certainement pas. » Le mécanicien dont les mains noircies vinrent souiller sa serviette, plissa légèrement le nez face à la réaction piquée de ce riche arrogant qui lui faisait face. Pride Berrington fronça en effet les sourcils non sans souffler ces quelques mots avec un certains dédain. Le regard ambré du jeune homme se posa sur la voiture à la robe rouge, qui, bien que lustrée, ne semblait pas le satisfaire. « Hors de question, je veux que ma voiture soit prête pour cet après-midi, quinze heures. » L'employé se retint de ne pas envoyer balader ce client beaucoup trop pointilleux et peu coopératif, malheureusement il semblait que dans un état tel que la Floride, et surtout aux abords de Miami, mieux valait être conciliant avec tous les clients passant le seuil de ce garage réputé : tous ou presque, avaient des porte-feuilles bien remplis, et les envoyer sur les roses équivalait à perdre un an de son salaire face à un tribunal. « Monsieur Berrington, votre Aston sera prête pour demain matin, pas avant, pour le moment nous vous prêtons un véhicule du garage, je vous assure que celle-ci se conduit bien . » fit-il dans un léger accent argentin, se retournant vers le bolide en question. « Et je me répète au cas où vous ne comprendriez pas l'anglais : certainement pas. » souffla Pride dans un bref rire jaune et d'une mine presque dégoutée, tel un gamin devant une assiette pleine dont il ne voulait pas. « ... Pourquoi pas ? » demanda alors le mécanicien avec une certaine gêne. « ... C'est une Hummer. » ... Et il n'y avait pas besoin de développer. Avouons que le comique de situation s'y prêtait, mais Berrington avait ses convictions : une Hummer, c'était pire encore qu'une Range Rover, c'était le summum du mauvais goût. Et plutôt crever sous le soleil de Miami en faisant ses trajets à pied, plutôt qu'au volant de ce tank. « Bien... Nous avons heum... La chevrolet. » fit le mécanicien quelque peu réticent. « Vous irez loin dans la vie. » Un sourire narquois et triomphal vint orner les lèvres charmeuses de Pride, et c'est ainsi que l'arrogant et capricieux jeune homme sortit du garage au volant d'une splendide chevrolet – bolide temporaire du patron des lieux, fallait-il le préciser – , au grand désarroi du mécanicien qui affichait une mine déconfite.

La nuit ne tomba que bien tard sur Miami en cette fin du mois d'Août, par ailleurs ce ne fut qu'après avoir reçu un étrange appel aux alentours de quatre heures du matin, que Pride se hissa de son lit avant d'endosser rapidement chemise et pantalon. Déposant un baiser sur le front de la belle endormie qui partageait sa vie et sa maison depuis peu, le jeune homme daigna sortir sans faire de bruit : bientôt le moteur de la chevrolet ronronna fébrilement sous l'accélérateur, et démarra en trombe et avec panache. La conduite nerveuse quoique maîtrisée de Pride gagnait à être grisante : les joies d'une nouvelle voiture pleine d'aplomb, les ruelles désertes en cette heure matinale, le fait d'être pressé également, fit que le jeune homme ne daigna malheureusement pas faire attention cette nuit là. Penché vers la boîte à gants de laquelle il ressortit un paquet de cigarettes sans jamais daigner ôter son pied de la pédale d'accélérateur, ce feu nouvellement rouge à ce carrefour dangereux qu'il venait de passer, la vitesse irresponsable qu'il avait prise, trop plein d'assurance et grisé par cette nouvelle ivresse, firent qu'il ne vit pas le poids lourd parvenir de sa droite à ce même carrefour. Un coup de klaxon terrifiant se fit entendre : l'adrénaline lui monta au coeur, lui piqua la gorge, lui resserra l'estomac, comme son regard ambré se posa avec surprise sur son rétroviseur. Et les secondes alors, se consumèrent d'une vitesse folle. La violence terrible d'un choc, les crissements de pneu contre le bitume, le klaxon incessant qui ne s'interrompait plus, la douleur d'un choc contre le macadam... et vint le trou noir.

FLASHBACK || END



Plusieurs jours, déjà, s'étaient écoulés depuis le terrible accident, et nombre de médecins n'avaient que ce mot à la bouche : le jeune homme était un miraculé. Un tibia de fracturé seulement, quelques égratinures, mais rien qui ne puisse porter atteinte à sa vie alors même que son bolide avait été broyé par le camion roulant lui aussi bien trop vite. Le seul triste verdict qui semblait inquiéter le personnel de l'hôpital n'était que celui-ci : traumatisme crânien. Et il fallait attendre le réveil du jeune accidenté pour en mesurer les conséquences... Si toutefois il se réveillait un jour. Les comas artificiels étaient de bons moyens de taire la douleur et de prolonger l'espérance de vie d'un malade, avaient soufflé les infirmières aux proches du jeune homme, néanmoins ce dernier semblait tout de même dans une bonne passe. On ne craignait juste que son réveil ne tarderait pas trop, et on espérait qu'aucun mal ne se manifesterait une fois qu'il aurait ouvert les yeux. C'est ainsi que, comble de l'ironie, Pride demeura inconscient durant plusieurs jours, dans un lieu dont il avait toujours eu horreur, plombé de médecins. Mais mieux valait se reposer dans une pièce puant l'amoxicilline que dans un cercueil de bois laqué, à six pieds sous terre. Les jours défilaient ainsi, non sans que certains ne voient l'espoir de le retrouver intact s'amoindrir : l'attente n'était pas toujours un bon signe, et le traumatisme crânien du jeune homme, dû au choc rude de sa chute spectaculaire contre le bitume, devenait de plus en plus un sujet redouté. Ce fut néanmoins un lundi durant la nuit que les premiers signes d'espoir s'éveillèrent enfin : la sérénité des lieux se faisait presqu'oppressante, la grande chambre vide n'abritait que le jeune homme étendu en son lit, et la silhouette frêle d'une jeune femme endormie dans un fauteuil à ses côtés. Un bref gémissement à peine audible s'échappa des lèvres blêmes du jeune homme, quand ses doigts vinrent bouger subrepticement : douloureusement, il finit par ouvrir ses paupières lourdes tandis qu'une étrange souffrance vint assaillir sa nuque et opprimer sa poitrine. Taciturne, Pride déglutit difficilement, alors que son regard observateur se posait sur l'ensemble de la pièce plongée dans une semi obscurité endormie. Il lui semblait que la tête lui tournait légèrement, et il lui fallut de longues secondes pour effacer le trouble de sa vision : combien de temps lui avait-il fallu pour percevoir distinctement les lieux et comprendre qu'il était éveillé ? Une minute, peut-être deux ? Le temps, aussi horrible ennemi que la souffrance physique qui s'emparait lentement de lui, semblait s'étendre d'une perversité sans nom. Et, dans un effort absolu, il tourna très lentement la tête vers cette silhouette frêle qu'il ne connaissait pas ; la seule silhouette présente en l'instant. « Où je suis ? » Et il lui semblait que sa voix portait par-delà toute la pièce, quand en vérité son murmure était à peine audible.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: In the memory you'll find me [Jae' & Liam] Jeu 26 Aoû 2010 - 23:38


    Bien que les virées nocturnes de son compagnon devenaient de plus en plus récurrentes, Jaelyn se plaisait à mettre un point d’honneur sur le respect concernant la liberté de celui-ci. En effet, au tempérament indépendant, il n’était pas rare de voir Pride, quitter la demeure conjugale au beau milieu de la nuit. Pleinement confiante et ce pour le bien être de son compagnon, la jeune femme s’interdisait quelconques attitudes trahissant ses craintes et appréhensions. Après tout, Pride était pleinement conscient de ses actes et malgré une détermination carnassière, oser dévier son chemin serait de mauvais augure. Ainsi, ce fût avec compassion et bienveillance qu’elle observait son amant quitter la maison.

    FLASHBACK



    Cette nuit là, enroulée dans des draps de coton, l’absence d’une chaleur humaine manquait à ses rêves. Ouvrant les yeux avec difficulté, un faisceau de lumière provenant de la salle de bain l’éblouit, même immergée dans les bas-fonds de son inconscient, Jaelyn réalisa que Pride partait une nouvelle fois pour une énième virée nocturne. Un mince sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’elle vit son reflet dans l’imposant miroir. Conquérant, Pride ajustait le col d’une chemise griffée, une résolution sauvage teintait dans son regard fauve. Épuisée, la belle ne tarda pas à se rendormir bercée par un baiser tendrement offert par son amant. Sans plus attendre, Pride quitta la pièce et se fût sous le vrombissement du véhicule que ses yeux clairs se refermèrent sur le néant. Puis, ce fût le noir total, une obscurité farouche assenée par une appréhension sans nom, le corps frêle de la jeune femme se contracta puis un sursaut acheva de l’éveiller. Tremblante, brûlante, la jeune Jaelyn vint allumer la lumière sous les vrombissements incessants de son téléphone portable. D’un geste vif, elle s’empara de celui-ci avant de répondre haletante « Allô ?» Une voix masculine résonna à l’autre bout du fil, et Liam, grave, demeura cependant très professionnel « Jae’ ? Pride a été victime d’un accident de la route. Il vient d’être transféré à l’hôpital dans un état critique, nous attendons les résultats… » Plaquant sa main contre ses lèvres, Jaelyn demeura silencieuse « Je peux compter sur ta présence ? » Reprit son ami. Dissimulant un sanglot, ravalant sa peine, la jeune architecte murmura un « oui » avant de raccrocher.

    Assise sur un fauteuil non loin de l’accueil, Jaelyn demeura évasive, actrice d’un état second, ses sentiments s’entremêlaient poignardant son cœur amoureux d’une douleur intolérable. L’infirmière lui avait interdit de voir son amant et se fût dans une pièce infiniment calme et colorée qu’elle dû patienter. Muette et désespérément seule, la jeune femme se laissa gagner par la peine et la douleur, les larmes sillonnèrent son visage habituellement souriant et ce fût Liam qui la tira de ce malaise. « J’ai les résultats, on peut dire que c’est un miraculé, une seule chose me pose problème, Pride a un traumatisme crânien, il est actuellement dans le coma ... Jae' je ne sais pas pour combien de temps malheureusement. Nous allons devoir nous montrer patient mais je ne l'abandonnerais pas » Malgré une profonde fatigue, la jolie blonde le coupa «Moi non plus, pour rien au monde. Mais je voudrais rester avec lui Liam ! S’il te plaît ! » Baissant les yeux, le médecin ajouta impuissant « Tu ne peux pas Jae’ » Dépassée, elle renchérit « Je t’en prie, il n’aime pas les hôpitaux.. »

    FLASHBACK || END



    Passant ses doigts fins sur le visage paisible de son compagnon, la jeune femme retrouva son siège avant de s’enrouler dans un gilet molletonné. Jaelyn avait passé de nombreux jours à l’hôpital, veillant sur son amant avec attention, elle s’était même chargée, sous l’accord de Liam, de lui prodiguer quelques soins. L’aide du médecin lui avait été précieuse si bien que les deux jeunes gens permutaient leur tour de garde afin de pouvoir s’alimenter. La jeune architecte se refusait de laisser son compagnon, et nuits et jours, elle espérait son réveil. L’accident aurait pu lui être fatal mais dans une chance malheureuse, il lui avait laissé la vie, le privant, selon les médecins, de sa mémoire. Jaelyn refusa cette thèse et enflammée, elle parvint tout de même à trouver un peu de repos. Cependant, un léger bruissement vint troubler sa quiétude et à une heure des plus tardives, les yeux autrefois arrogants de son amant, s’ouvrirent avec difficulté. Elle quitta son siège, appuyant sur l’interrupteur afin de prévenir le médecin avant de s’emparer de sa main masculine mais faible. « Où je suis ? » Alors qu’il l’observait fébrilement, la jeune femme laissa transparaitre un sourire de bonheur « Hey’ ne t’agites pas trop, il ne faudrait pas aggraver les lésions, tu es resté longtemps endormi Pride, mais tout va mieux maintenant, tu es sauvé, je suis là » murmura t’elle et percevant les pas sourds qui se dirigeaient vers la chambre, Jaelyn ajouta « et Liam aussi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: In the memory you'll find me [Jae' & Liam] Ven 27 Aoû 2010 - 6:52

FLASHBACK
« Le docteur Liam Stanfield est demandé aux urgences. Le docteur Liam Stanfield est demandé aux urgences. » Liam poussa un soupir en levant les yeux au ciel. Le collègue qui était dans son bureau haussa les épaules.
« Je déteste quand ils font ça. Ça fait trois fois aujourd'hui. Trois fois pour des conneries bureaucratiques qu'ils auraient pu régler eux-mêmes! » Aucunement pressé de se rendre au rez de chaussée, il se leva néanmoins de sa chaise en grimaçant, donnant aussitôt une légère tape dans le dos de son ami en riant. « C'est nul de se faire congédier comme ça, mais... Si ça se trouve, y'a une armée de jolies filles qui m'attendent! »
« Je manquerais ça pour rien au monde! Oublie pas de me biper, hein! Tu pourrais pas toutes les satisfaire de toute façon!»
Amusé, il eut un léger rire avant de quitter le bureau, Liam sur ses talons alors que le médecin verrouillait la porte pour se diriger vers les ascenseurs. Décidément, il en avait marre qu'on le dérange pour rien. Ce fut légèrement énervé et impatient qu'il s'adressa à la secrétaire, même si ce n'était pas dans ses habitudes. Elle était au téléphone, mais elle lui fit tout de même un signe de la tête en direction de la salle 3. Le médecin haussa les épaules et enfila des gants avant de pousser la porte d'un coup d'épaule.
« Qu'est-ce qu'on a? »
« Homme âgé de... heu... de 24 ans. Accident de voiture. Pouls à... 70. Et heu... Docteur Stanfield? »
Liam s'était penché sur le patient de façon à faire lui-même son bilan de santé, malgré les blessures graves qu'il semblait avoir, mais le médecin demeura estomaqué face au visage meurtri de Pride. Pride Berrington. Aussitôt, il se retourna vers les médecins dans la salle et, furieux, tenta de se calmer.
« Vous auriez dû m'avertir! »
« On l'a fait. On a réussi à stopper l'hémorragie abdominale et nous avons gardé son coeur et ses organes vitaux en vie. Mais... Nous avons bien peur que son cerveau ait subit trop de dommages. »
« Montez-le en radio. »
Une IRM. Il lui fallait des examens pour confirmer ce que tout le monde semblait penser. Pride ne se réveillerait jamais de ce coma artificiel dans lequel on l'avait plongé. Il ne se réveillerait jamais parce que son cerveau avait subi des dommages irréversibles. Les médecins semblaient pessimistes quant à une possible évolution, mais Liam tenta de garder la tête froide. Et s'il s'était rendu aux urgences tout de suite au lieu de bavarder? Et s'il...? Décidément, les peut-être ne servaient à rien.
Rien ne semblait avoir changé. Ses blessures se portaient mieux, mais Pride était toujours dans le coma et cette fois, il était bien réel. Culpabilisant, Liam ne pouvait qu'échanger quelques petits regards avec Jaelyn, à qui il avait téléphoné dès que Pride avait été dans un état un peu plus stable. La jeune femme restait jours et nuits à ses côtés et même si Liam aurait aimé pouvoir en faire autant, il avait une petite fille de qui s'occuper. Il avait toutefois demandé à sa mère de la prendre, le temps qu'il se remette de ses émotions. De toute façon, il n'aurait pas été sympathique d'être en sa compagnie ces jours-là. Liam se dirigeait justement vers la chambre de son patient lorsqu'une infirmière l'avisa qu'on venait à l'instant d'appuyer sur l'interrupteur. Ce fut troublé et anxieux qu'il ouvrit la porte, mais un léger sourire éclaira son visage en voyant que le jeune homme était réveillé. Il jeta un regard à Jaelyn avant de s'approcher du malade, posant délicatement le stéthoscope sur son torse afin de vérifier son pouls et sa respiration.
« Tu nous a fait une de ces peurs! Tout va bien de ce côté... »
Néanmoins, avec les images perçues à l'IRM, Liam avait un doute légitime quant à la capacité de Pride de se souvenir de ce qui s'était passé. Le lobe temporal de son cerveau avait été gravement atteint et même si le cerveau avait une capacité d'adaptation plutôt étonnante, il ne devait en aucun cas exclure les clichés obtenus au scan. Il éclaira un à un les globes oculaires du jeune homme, rapidement, afin de ne pas l'éblouir trop longtemps.
« Les pupilles sont réactives, c'est bien. Maintenant... Comment tu te sens? Prends un peu d'eau, ça va te faire du bien. »
Il saisit le gobelet sur la table basse et le tendit à Pride, le gardant contre ses lèvres afin de ne pas le forcer à faire un geste trop brutal pour son réveil hâtif. Il s'assura qu'on avait changé ses bandages et nota les informations et les constantes du patient dans le dossier avant de le refermer pour le poser sur une chaise non loin.

En voyant l'air anxieux du jeune homme, Liam posa ses prunelles dans celles de Jaelyn pendant un moment, tentant de lui faire comprendre que ce qui allait suivre pourrait sans doute ne pas lui plaire. Lorsqu'il reporta son attention sur le malade, il s'assit au bord du lit pour demander d'une voix grave:
« Est-ce que tu peux me dire qui se trouve avec toi dans la pièce? »
Son ton se voulait doux et rassurant, mais il se doutait bien que la réponse ne les satisferait possiblement pas. Il garda néanmoins le regard fixé sur Pride, n'osant pas dévier sur la petite amie de ce dernier, conscient que la situation n'était pas facile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: In the memory you'll find me [Jae' & Liam] Ven 27 Aoû 2010 - 13:13

Et la jeune femme parla, d'un timbre doux qui se faisait soulagement au vu de son sourire lumineux, mais le jeune homme ne put sur le moment en percevoir que quelques bribes. Il lui fallait encore du temps pour que son réveil soit bien effectif, pour que sa douleur au creux de sa nuque s'amenuise, pour qu'il réunisse en son cerveau brumeux la montagne d'informations qui se présentaient à lui. Car son regard fauve détailla que rapidement sa chambre à présent doucement éclairée qui s'apparentait à un hôpital : si Pride n'avait pas été aussi troublé et perdu en l'instant, sans doute aurait-il plissé le nez avec mépris avant de souffler une réplique cinglante bourrée d'humour noir. Il n'en fit rien cependant ; à la fois serein et appréhensif, il découvrait ce nouveau monde qui lui offrait les portes de l'inconnu. Que s'était-il passé, où était-il, quand... Et cette femme qui ne daignait pas lui répondre. « Hey’ ne t’agites pas trop, il ne faudrait pas aggraver les lésions, tu es resté longtemps endormi Pride . » Les paupières lourdes du jeune homme vinrent se clore une demi-seconde, lorsque ressentant une légère perte d'équilibre du à son état certes miraculé mais qui plombait son corps endolori de fatigue, il eut un soupir las. Rouvrant les yeux sur la silhouette féminine, il ne l'écoutait plus vraiment : pour le moment, Pride tentait surtout de comprendre sa situation. Certains mots seulement venaient prendre possession de son écoute passive, et ce fut lorsqu'il entendit 'lésions' que ses prunelles pénétrantes accrochèrent les yeux satinés et réjouis de la demoiselle. « ... mais tout va mieux maintenant, tu es sauvé, je suis là ... et Liam aussi ! » « Qui ? » Ce fut le seul mot qui s'échappa de ses lèvres blêmes quand, perdu et pris au dépourvu, il lui semblait qu'il allait mourir asphyxié par cette perte de repère. Son corps encore sous médicaments lourds, n'aspirait pour le moment qu'à la sérénité, aussi aucune panique ne vint en prendre possession : néanmoins le jeune homme se sentait tellement perdu qu'il se faisait l'effet d'être spectateur de sa propre vie, scrutant les autres, ces acteurs inconnus, la diriger alors. Son regard trouble et pensif se posa sur un point invisible à l'horizon, tandis qu'il tentait de comprendre : peut-être était-ce un cauchemar, quoiqu'un songe bien réel, peut-être qu'il allait se réveiller, dans son vrai lit à Chicago... Pride néanmoins sortit de sa léthargie lorsqu'il sentit la froideur du stéthoscope sur son buste, cette sensation désagréable bientôt rattrapée par la voix apaisante du médecin. Ce dernier l'examina alors avec attention, ce qui commença à provoquer l'impatience légendaire de Pride : il avait conscience bien sûr que tout cela était nécessaire, car bien qu'il ignorait jusqu'à ce qui lui était arrivé pour se retrouver coincé ici, ses bandages et autres machines autour de lui rendaient compte qu'il avait du se faire bien pire qu'une entorse du poignet... Néanmoins, sa fierté trop ancrée en lui, lui scandait que tout cela était ridicule : non il n'était pas faible, et il pouvait très bien quitter les lieux aujourd'hui sans qu'on l'analyse sous toutes les coutures. Naïveté quand tu nous tiens.

Le médecin vint alors prendre place aux côtés de la jeune femme, dardant Pride d'un regard serein malgré l'étrange tension qui régnait soudain. Et sa question trancha l'air d'une force qui la rendait terrible : « Est-ce que tu peux me dire qui se trouve avec toi dans la pièce? » Pride entrouvrit les lèvres, dans l'espoir de répondre quelque chose avec naturel, mais son souffle stoppa sa course au travers de sa gorge soudain nouée. Ses yeux incandescents glissèrent sur la demoiselle, la détaillant brièvement : quelle était la bonne réponse, est-ce qu'il la connaissait ? Jamais, il ne lui avait semblé être tombé sur une question aussi difficile... Le jeune homme hocha subrepticement la tête d'un signe négatif, comprenant peu à peu qu'un enjeu plus important se dessinait. Refusant de répondre aussitôt à la demoiselle, il glissa ses prunelles observatrices sur Liam en blouse blanche, avant de lire son nom sur la petite carte de plastique accrochée à son vêtement de travail. « Docteur Stanfield. » , fit-il dans un très léger sourire qui pour lui était de l'humour. Car le jeune homme pensait fortement qu'il ne devait pas connaître personnellement ce toubib... Par contre la jeune femme... Déviant ses yeux sur sa silhouette frêle, il détailla son visage avant de reprendre une voix pleine d'appréhension. « Non je... » Un léger silence, un autre... Pride se sentait tant perdu que même les mots lui paraissaient étrangers. « ... Je ne vois pas. Vous êtes ? » Une question certes blessante, et il en avait conscience, mais primordiale pour le jeune homme qui ne cherchait plus que des réponses. Elle ne pouvait pas être un membre de sa famille, car le jeune homme se souvenait de ces derniers : Casey, Rachel et Lawrence Berrington. Il se souvenait de Chicago, de ses ghettos, de ses quartiers riches, de son désir d'aller à Harvard, mais cette jeune femme, où se plaçait-elle ? Ce fut dans l'espoir de trouver quelques indices que son regard vint glisser sur l'annuaire de la demoiselle, quoiqu'il n'était pas certain qu'y retrouver un anneau le rassurerait tant que cela. Ses yeux se relevant sur la mine abattue de la jeune femme, il ne put qu'en percevoir la tristesse, sans vraiment la partager pour autant. «  Je suis désolé. » souffla-t-il d'une voix à peine audible, plus dans l'espoir de la consoler maladroitement qu'autre chose, retirant alors sa main faible de celle de l'inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: In the memory you'll find me [Jae' & Liam] Lun 30 Aoû 2010 - 20:05

    Le cœur serré, la jeune femme vint s’appuyer sur le mur clair et froid de la chambre. Bien que son compagnon soit à présent hors de danger, une lueur étrange et pour le moins inconnue brillait dans son regard fauve. Ne le quittant pas des yeux, elle fut néanmoins soulagée que Liam vienne à son chevet. Pride avait besoin de soins, cela frôlait l’évidence et muette, elle laissa le médecin s’affairer face à un patient plus ou moins réticent. Dans sa hâte, Jaelyn n’avait pas entièrement réalisé l’impact du simple mot murmuré par son amant. Bien trop désireuse de connaître quels étaient les conséquences d’un tel choc, la jeune architecte en oublia l’amnésie. Comble de l’ironie. Un léger sourire vint se dessiner sur ses lèvres alors que Liam examinait avec patience et soulagement le patient « Tu nous a fait une de ces peurs! Tout va bien de ce côté... » D’après lui, il n’y avait pas de lésions au niveau du thorax, ce qui soulagea la jolie blonde. Un lourd poids libéra sa poitrine bien trop nouée depuis l’accident. D’ailleurs, de nombreuses fois, Jaelyn avait dû quitter la pièce en proie à de douloureuses crises de tachycardie, selon elle, le stress en était la principale cause. Hâtivement, le médecin sortit de sa poche un petit faisceau, éclairant les pupilles réactives de Pride, il ajouta avec sérénité « Les pupilles sont réactives, c'est bien. Maintenant... Comment tu te sens? Prends un peu d'eau, ça va te faire du bien. » Le regard de son amant vint la toiser avec douceur, puis acquiesçant, elle l’obligea à se ressourcer d’un frêle signe de tête. Une lourde et sombre atmosphère vint plomber la chambre de Pride. Le moral de la jeune femme dégringola de plus belle lorsque Liam lui avoua d’un simple regard que la situation devenait de plus en plus pénible pour eux deux. Le médecin était lui aussi un proche du blessé et alors qu’elle se mordait la lèvre avec appréhension, elle pria pour qu’il ne souffre pas des conséquences du choc, autant bien sur le plan moral qu’amical, Liam tenait à Pride, leur amitié était indéniable. Puis, sans crier gare, la question troublante du médecin jeta un froid dans la chambre. « Est-ce que tu peux me dire qui se trouve avec toi dans la pièce? »

    Impassible, Pride demeura interdit, pensant que la réponse était évidente, aucun mot, aucun son, ne sortit de ses lèvres meurtries. Puis, plaquant ses doigts fins sur sa bouche pâteuse, Jaelyn comprit. « Oh non ! » murmura t’elle avec détresse. Face aux mises en garde négatives de la part du corps hospitalier, la jolie blonde n’avait jamais voulu croire en l’amnésie possible de son amant. Prônant le bon rétablissement de celui-ci, elle s’était voilée la face et la chute lui avait été fatale. « Docteur Stanfield. » ajouta t’il avec candeur, mêlant humour et ironie, elle le maudit un court instant, dans ce genre de situations, il avait le chic pour être totalement insupportable, serrant les poings, elle demeura silencieuse, préférant opter pour un brin d’espoir. Le soupir las du médecin la fit vite déchanter et les quelques paroles hésitantes de son amant terminèrent de l’achever. « Non je... » Profondément désolé, Pride poursuivit « ... Je ne vois pas. Vous êtes ? » Étouffant un sanglot, Jaelyn ne su d’abord quoi répondre. La vie était si injuste avec elle, alors pourquoi lui enlever la dernière chose qui la séparait d’un néant douloureux. Elle était désormais en chute libre. « Les mots comptent. Les mots construisent et détruisent. Les mots restent » Mais ceux de Pride l’avaient poussé au bord du gouffre. Prenant douloureusement conscience du chagrin qui l’envahissait, le jeune homme paracheva un « Je suis désolé. » sincère et dépassé. Souhaitant tout de même s’épargner autant que possible la souffrance et la douleur, Jaelyn ne résista pas à la pression de ses doigts masculins. La main de son amant retrouva le coton clair du drap et contenant un sanglot, la jeune femme protesta « Tu dois te souvenir Pride, je t’en prie … » Puisant quelque consolation dans son regard sauvage, elle poursuivit dans un murmure « Je suis Jaelyn, ta Jae’ de Chicago … » La jeune architecte incapable d’accepter cette terrible vérité, posa une main tremblante sur l’épaule du médecin. Enserrant celle-ci avec animosité, elle dissimula un sanglot avant de s’excuser auprès de Liam. « J’ai besoin de prendre un peu l’air, je reviens dans quelques instants, rassures-toi. Merci d’avoir été là … » Baissant le regard, cette euphorie malsaine l’entraînait au bord de l’inconscience, ses pas se dérobèrent, mais digne, fière, éprise et désespérée, Jaelyn quitta la chambre de celui qu’elle appelait son amant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: In the memory you'll find me [Jae' & Liam] Mar 31 Aoû 2010 - 17:55

C'était bien ce qu'il pensait. Il ferma un instant les yeux sous l'humour noir de Pride et laissa son regard dériver jusqu'à Jaelyn, apparemment meurtrie. Il n'aurait sans doute pas dû poser la question, comme ça, alors qu'elle venait d'apprendre le réveil de son petit ami, mais il n'avait pas eu le choix. Il ne pouvait pas, non plus, la faire sortir afin d'expliquer à Pride tout ce qu'elle était pour lui; elle finirait par se rendre compte qu'il ne connaissait plus rien de ses habitudes, de ce qu'elle préférait ni même de l'endroit de son corps où elle préférait recevoir ses baisers. Elle finirait par comprendre qu'il jouait un jeu, elle finirait par comprendre que Liam était impliqué. Il se mordit la lèvre sans rien dire sous la consternation de la jeune femme. Elle voulait à tout prix qu'il se rappèle, mais Pride ne pourrait pas le faire tout de suite. « Jaelyn... » Il tenta de poser une main bienveillante sur le bras de Jaelyn, mais il ne put que la suivre des yeux alors qu'elle disparaissait dans le couloir de l'hôpital. Ce n'était jamais facile de faire face à la maladie d'un proche, mais quand ce même proche semblait aller très bien, mais avait perdu tous ses souvenirs, on faisait comment? C'était normal qu'elle ne sache plus où donner de la tête.

Il prit quelques instants avant de reporter toute son attention sur le malade, comme si la discussion qui allait suivre lui faisait horreur. Pride était en droit de savoir pourquoi la jeune femme, celle-là même qui se décrivait comme sa petite-amie, avait quitté subitement, les larmes aux yeux.
« Jaelyn a veillé sur toi depuis ton accident. Elle n'a quitté son fauteuil qu'en de rares occasions. Vous étiez ensemble, avant. »
D'une voix grave, mais douce, le médecin tentait d'expliquer la situation à son malade sans déclencher chez lui une crise d'hystérie. Ce n'était jamais facile d'apprendre que l'on ne connaissait plus rien de la vie qui avait été la nôtre quelques jours auparavant. Son regard pénétra celui de Pride alors qu'il tentait de voir jusqu'où il pouvait aller dans ses confessions. Le médecin ne voulait tout simplement pas s'avouer qu'il était lui-même blessé par la perte de mémoire de Pride. Il savait que c'était possible, que ça allait même arriver, mais il avait toujours cru au miracle. Mais les miracles étaient rares. Ne croyant pas en Dieu, la foi de Liam glissait à chaque fois un peu plus dans le néant et elle était désormais tellement profondément enfouie que l'Arche de Noé apparaitrait devant lui qu'il n'y croirait pas davantage.

Il dut peser ses mots afin d'expliquer exactement la situation au jeune patient, même si l'attente lui semblait interminable.
« Écoute, je... Tu vas devoir passer certains examens pour qu'on voit où tu en es rendu, mais il y a une partie de ton cerveau qui a gravement été endommagée par le choc. C'est la raison pour laquelle tu ne peux pas te souvenir de ce qui s'est passé. J'aimerais que... Tu peux me dire ce dont tu te rappelles des gens que tu côtoyais? Tu peux faire un effort pour retracer quelques bribes de ton passé? Tu peux prendre ton temps. »
Le neurologue devait à tout pris savoir si seule sa mémoire à court terme était touchée ou s'il ne se rappelait plus de rien du tout. Il se mordit la lèvre dans l'attente d'une réponse, mais il restait excessivement patient, ne voulant en aucun cas brusquer le jeune homme déjà troublé et blessé, sans doute, par la situation. Il avait repris le dossier en mains afin de noter ce que Pride saurait lui dire. Il avait déjà vu des gens recouvrer complètement la mémoire après un certain temps, parfois même très court, mais les scans ne laissaient pas l'utopie d'un doute dans son esprit; Pride devrait sans doute poursuivre sa vie, des souvenirs en moins. Il avait cru, avant son réveil, que la magie du cerveau opérerait, mais maintenant qu'il était là, les yeux ouverts devant lui, il voyait bien que les chances étaient très maigres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: In the memory you'll find me [Jae' & Liam] Ven 3 Sep 2010 - 14:18

Le vide s'installa dans le corps du jeune homme, le plombant d'un néant qui le laissait indifférent : plus de souvenirs, plus de sentiments, plus rien. Juste quelques doutes : où suis-je, que s'est-il passé, qui sont-il, et pourquoi refusent-ils de répondre à mes questions ? Il lui semblait être encore endormi, et de rêver éveillé ; comme si rien n'était réel et que tout n'était plus qu'illusion. Pride sentait pourtant leurs présences, leurs regards inquiets et affectueux ne lui avait pas échappé, mais il demeurait incapable de se placer quant à eux. Son palpitant ne s'affola pas plus ; encore troublé et sous la déconvenue du moment, il lui était incapable de ressentir quoique ce soit. Ni crainte, ni panique, ni gêne, malgré le mot d'excuse qu'il avait eu pour la demoiselle. Une politesse en vérité, quand le jeune homme ne le pensait pas vraiment : fallait-il vraiment qu'il s'excuse de s'être réveillé ? C'était stupide... Et après tout cela, c'était lui, qu'on qualifiait toujours d'égoïste. De surcroit c'était une sensation étrange que de se sentir investir par le néant : se sentant semblable à l'enfant qui vient de naître, on attends patiemment que les autres nous enseigne le minimum vital. A la différence prêt que Pride se souvenait de Chicago, il se souvenait de sa soeur, ses amis, ses parents... Aussi, pourquoi paniquer lorsqu'il les avait eux ? Pourquoi laisser la peur l'envahir lorsqu'il lui semblait qu'aucun problème ne se profilait à l'horizon ? Les yeux fauves du jeune homme dardèrent sans comprendre la belle demoiselle qui déclina son identité, et seul le mot de Chicago vint faire briller une lueur de soulagement dans les rétines ambrées de Pride. Plus que la demoiselle qui lui certifiait qu'ils devaient être très proches, c'était cette ville qu'il désirait ; il souhaitait y retourner ardemment, rien d'autre ne semblait plus compter pour lui. Et, avisant sa silhouette frêle quitter la pièce, Pride finit par tourner son regard ténébreux sur le médecin non sans froncer les sourcils : à peine avait-il ouvert les yeux qu'on le bousculait, le questionnait, l'accusait de maux qu'il ne comprenait pas. Oui, il était bien semblable à un nouveau-né : à peine arrivé, et déjà en attendait-on trop de lui, alors même que son corps était encore alourdi par la fatigue et la lassitude. « Jaelyn a veillé sur toi depuis ton accident. Elle n'a quitté son fauteuil qu'en de rares occasions. Vous étiez ensemble, avant. » Et le jeune homme ne pouvait que remercier la demoiselle, mais que pouvait-il répondre concrètement à cela ? Comment aimer une personne lorsqu'on n'en avait guère plus le mode d'emploi... Fallait-il qu'on le force à éprouver quelconques sentiments pour une autre, sous prétexte que quelques jours auparavant, il en était éperdument amoureux ? Trop de questions, trop de doutes, trop de tout ; et enfin l'angoisse vint prendre possession du jeune homme. Son palpitant s'agita d'effroi, sa gorge se serra d'avantage, et la douleur endormie par la morphine vint se réveiller sous l'impulsion d'un afflux sanguin qui vint en s'accélérant. Pride déglutit difficilement, hocha la tête d'un signe négatif, et ferma les yeux, taciturne. Qu'on lui fiche la paix, seulement. « ...Tu peux me dire ce dont tu te rappelles des gens que tu côtoyais? Tu peux faire un effort pour retracer quelques bribes de ton passé? Tu peux prendre ton temps. » Il n'avait entendu que des bribes de son monologue, retenant ainsi que son accident lui avait provoqué de nombreuses lésions probablement irréversibles. Mais trop de mots venaient frapper son esprit, trop de paroles qui se mueraient en questions, trop de questions sans réponses... Il ne voulait plus rien entendre. Sentant son estomac se contracter sous l'impulsion d'une nouvelle angoisse, ce fut néanmoins avec prestance que Pride rouvrit les yeux, le sérieux de ses prunelles pénétrantes les hantant alors, comme il fixa un point invisible au loin. Le silence se fit alors, tandis que le jeune homme tenta de remonter au plus près de ses souvenirs, mais seuls des flash obscurs vinrent l'assaillir lorsqu'il tentait de se remémorer de la veille. Sa mémoire semblait n'avoir conservé que Chicago, et rien d'autre. « Moi gamin, dans les ghettos avec Dina et Casey. Mes amis de là-bas, Monsieur Berrington qui vient nous chercher. » fit-il non sans froncer les sourcils, toujours sombrement pensif. « Les beaux quartiers de Chicago, mon entrée à ce lycée prestigieux rempli de gamins de riches, et puis... Harvard. » Le jeune homme hocha alors négativement la tête avant de reprendre dans un souffle : « Non, juste l'envie d'aller à Harvard, mais pas l'université même. Et puis... Plus rien. Je me suis réveillé. » Et enfin, le jeune homme comprit qu'il lui manquait de nombreuses pièces à son puzzle complexe. Levant son regard inquiet et trouble vers le médecin, le jeune brun s'empressa de rajouter avec appréhension. « Je veux rentrer chez moi. Ce soir. » Chez lui, c'était Chicago. Et de toute évidence, il ne savait pas même où il se trouvait, ce qui ne faisait qu'amplifier ses appréhensions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: In the memory you'll find me [Jae' & Liam] Sam 4 Sep 2010 - 4:23

En voyant la difficulté avec laquelle Pride s'attelait à la tâche ardue qu'il venait de lui demander, Liam eut un soupçon de regret. En effet, il prenait conscience de l'état dans lequel était son patient et il comprenait que ce n'était pas facile de devoir fouiller ses souvenirs à la rescousse. Il demeura calme, toutefois, glissant une main rassurante sur son bras avec la douceur qu'on lui connaissait généralement en tant que médecin. Il prenait son travail très à coeur et il aimait se promener dans l'hôpital pour rencontrer ses malades. Bien sûr qu'il n'avait pas toujours le temps de le faire, bien sûr que parfois, ça ne changeait pas grand chose, mais au moins, il pouvait se dire qu'il avait réellement fait tout son possible. Ce n'était pas pour rien si Liam était apprécié parmi le personnel, mais également parmi les patients, il avait toujours su s'y prendre avec eux; même lors de son internat.

Au vu de la longueur que prenait Pride à répondre à une question d'apparence plutôt simple, Liam hocha doucement la tête.
« Je suis vraiment désolé de t'importuner avec ça. Vraiment. Mais c'est important. »
Il posa ses prunelles sombres dans celles, perdues et désorientées, de celui qui, quelques semaines plus tôt, l'avait aidé à se débarrasser d'un indésirable. Le médecin voyait bien que la tâche s'avérait plus complexe qu'elle ne lui avait d'abord paru et il s'en voulait de le forcer à penser et à ressasser des instants de sa vie qu'il aurait voulu, peut-être, garder profondément enfouis. Le neurologue écouta attentivement les propos de Pride lorsque ce dernier commença à parler et l'encourager d'un léger mouvement de la tête lorsqu'il s'arrêtait. Il se rappelait de son ancien monde, de l'ancienne vie qui avait été la sienne, avant même d'atterrir à Miami. C'était déjà bon signe. Si sa mémoire à long terme était touchée, il se rappelait au moins certaines informations et n'avait pas perdu complètement la trace de l'homme qu'il était avant son accident. Certains amnésiques ne se souvenaient plus de rien, pas même le nom de leurs parents, pas même leurs visages, ni même leurs propres prénoms. Ce n'était jamais facile, mais si Pride se rappelait un peu, il y avait des chances pour que tout redevienne comme avant. Parfois, la violence du choc laissait des traces bien plus graves que les séquelles physiques. Parfois, on ne s'en remettait jamais vraiment.

Il accusa le regard soucieux et perdu de son protégé avec la quiétude qu'on lui connaissait, mais son coeur battait la chamade. Il exerça une légère pression sur son bras afin de l'empêcher de se lever si c'était ce qu'il voulait.
« Tu ne peux pas partir aujourd'hui. Tu as besoin de soins. Tu as eu un gros accident de voiture, Pride, c'est un miracle que tu sois parmi nous. Tu vas donc devoir nous laisser faire notre boulot. »
Un léger sourire se dessina sur les lèvres du médecin alors qu'il connaissait parfaitement la terreur qui était la sienne lorsqu'il se retrouvait cloîtré entre quatre murs blancs. Ceux-ci étaient beige, c'était déjà un peu plus agréable. Il tentait de calmer le jeu, de l'empêcher de se braquer contre une situation où il n'était malheureusement qu'un témoin. Il ne pouvait rien faire de plus et Liam le savait. Il avait fait de beaux efforts, il s'était rappelé de plusieurs évènements, mais il ne pourrait pas tout faire aujourd'hui. C'était tout simplement impossible. Il devait se reposer. D'ailleurs, malgré la douleur de Jaelyn, il doutait que l'idée soit bonne de la faire revenir dans la pièce. Sans le vouloir, même avec sa douceur angélique, elle risquait de rendre Pride nerveux et il n'avait pas besoin de ça. Liam ne lui avait pas raconté sa relation avec Jaelyn pour qu'il tente de tout se rappeler et de revivre ce qu'il vivait avant. Non. Il l'avait fait pour que le jeune homme se sente respecté, qu'il comprenne qu'on ne lui voulait pas de mal et qu'on était prêts à répondre à ses questions, s'il en avait.
« Maintenant que tu es réveillé, je vais prévoir des examens pour toi dans la prochaine semaine. Ce ne sera pas facile, mais tu y arriveras. »
Il avait gardé son sourire, mais écrivit calmement dans le dossier de son ami afin de ne pas oublier de le boucler dans les trous disponibles, que ce soit en radiologie, afin de s'assurer que ses blessures s'étaient reprises par sa non-activité, ou que ce soit en neurologie, afin de vérifier l'état de son cerveau. La reprise d'activité favorisait parfois les connexions cérébrales et on pourrait déterminer s'il y avait eu une amélioration depuis le dernier examen.

Lorsqu'il eut terminé de noter ce qu'il ne devait absolument pas oublier, il posa le dossier de côté et reporta son attention sur le jeune homme.
« Je suis vraiment content que tu sois là, éveillé. Pour tout t'avouer, j'ai eu peur plus d'une fois que tu y restes. Mais c'était te sous-estimer. »
Un sourire un peu plus glorieux orna son visage alors qu'il se rendait compte qu'il venait de lui dire, pour la première fois, à quel point il tenait à lui. Ce n'était plus qu'un patient parmi tous ceux qu'il voyait. Ce n'était plus qu'un protégé comme ça qu'il aurait laissé voler de ses propres ailes au bout de quelques semaines. Il était décidément cet ami à qui on s'en remettait lorsqu'on avait un soucis. Et pour ça, Liam lui en était reconnaissant.

La fatigue de Pride se fit sentir et Liam n'aurait pas eu besoin qu'il lui demande de s'en aller pour le faire. Il acquiesça doucement et récupéra le dossier du jeune homme avant de quitter la salle, plongeant une dernière fois son regard dans les prunelles de Pride en fronçant les sourcils. Il espérait vraiment qu'il saurait s'en remettre et poussa un léger soupir avant de reprendre sa route.

SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: In the memory you'll find me [Jae' & Liam]

Revenir en haut Aller en bas
 

In the memory you'll find me [Jae' & Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Baptist Hospital-