AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Sam 28 Aoû 2010 - 23:46

    Celui qui avait dit à Aaron que s'occuper d'une équipe de basket uniquement composée de gamins était un véritable plaisir devait soit lui en vouloir, soit être maso, il en était désormais convaincu. Il était en poste depuis plusieurs semaines, mais les séances avaient beau se suivre qu'il trouvait toujours ça aussi chiant et désespérant. Ces mômes étaient vraiment des bons à rien. Non seulement ils n'arrivaient pas à respecter les plus élémentaires des règles du jeu, mais en plus ils se plaignaient pour un rien. Il y en avait toujours un pour tomber, s'écorcher un bout de genoux et venir le voir en chialant. Mais qu'est-ce qu'ils voulaient qu'il y fasse? Qu'il les soigne? Il était pas docteur, et encore moins baby-sitter, alors qu'ils se prennent un peu en main! Et puis quand il en avait fini avec les nains, c'étaient aux parents de prendre le relai. Toujours des questions en réserve évidement. Et est-ce que leur fils avait bien joué, et est-ce qu'il avait du talent, et est-ce qu'il pensait qu'il pourrait envisager une carrière plus tard, et est-ce que qu'il pourrait surveiller le petit Jimmy qui avait tendance à lui envoyer la balle sur la tête dès qu'il en avait l'occasion... Des questions, toujours des questions, et toutes plus tordues les uns que les autres. Qu'est-ce qu'ils croyaient? Qu'Aaron pouvait faire des miracles, prendre sa baguette magique et faire d'eux de grands champions? Mais ça se payait cher ça, des années d'entrainement, et pas dans le genre entrainement pour mauviettes! Non vraiment, il n'aimait pas les gamins... Encore que ceux là étaient pas les pires, mais ce travail n'était pas fait pour lui. Il n'aurait pas autant eu besoin de se trouver une occupation qu'il aurait abandonné, mais c'était soit ça, soit s'entendre de nouveau répéter qu'il serait temps qu'il trouve que faire de ses jours... Ouais, de deux maux le moindre et le plus grand...

    Il avait prit l'habitude de rentrer du travail en faisant un détour plutôt que de prendre le chemin le plus direct. C'était plus long mais ça lui permettait de se calmer, de se changer un peu les idées après avoir passé deux heures parmi les plus éprouvantes de sa semaine... et dire qu'il voyait les gamins à deux reprises, le mercredi et le samedi, à croire que quelqu'un voulait sa mort pour lui infliger ça! Ces jours là il ne rentrait donc pas aussi tôt qu'à l'accoutumée, et si l'envie lui prenait de s'arrêter en cours de route au port ou vers le stade s'il y avait une compétition cela pouvait durer encore plus longtemps. Ce jour là par chance il était rentré presque directement, se contentant de marcher à pas tranquilles dans les rues de la ville. Personne ne l'attendait de toute façon, alors pourquoi est-ce qu'il se presserait? On était d'accord.
    Il arriva ainsi chez lui aux alentours de 07:00 PM, soit près d'une heure après avoir rendu les gosses à leurs parents. Ah oui, pour mettre autant de temps il s'était arrêté à l'épicier, racheter des oranges à jus alors qu'il n'en avait plus. La clé dans la serrure ne tourna pas, preuve que quelqu'un était arrivé avant lui. Il poussa donc la porte.

      Dakie? T'es rentré?

    Ou alors il avait oublié de fermer en partant, mais ça aurait été plutôt inquiétant. Lui qui était si fier de ne pas avoir eu de perte après son coma, ça aurait pu vouloir dire que de nouvelles séquelles apparaissaient, et il préférait éviter si possible. Perdre quatre ans c'était déjà bien assez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Dim 29 Aoû 2010 - 0:32

Dakota avait passé toute la journée chez lui à faire des recherches sur internet pour le projet qu’il voulait mettre en œuvre avec Chris Matthews. Dakota avait donc passé une après midi assez calme, vers quinze heures, il quitta la maison qui était entièrement vide. La mère de Dakota avait décidé de partir en vacance est voulant faire plaisir à Jack, ils étaient parties tous les deux à Disney land. Le jeune homme avait donc toutes ces semaines pour lui et pour Aaron. Le jeune avait décidé de préparer un bon repas pour Aaron et de passer toutes la soirée avec lui, qu’il soit content ou non. Dakota savait parfaitement qu’il devait gérer son « équipe de mioche » ce soir est c’était donc le meilleur moment pour lui préparer son repas préféré. Il passa par le centre ville s’arrêtant dans les différents endroits pour avoir tous les aliments frais qu’il avait besoin puis se dirigea vers la maison d’Aaron. Dakota avait été bercé par la nourriture et les bons petits plats, il n’avait pas le talent de sa mère mais il se défendait en cuisine et il savait qu’Aaron était fan de sa cuisine, surtout après ce genre de journée. Il posa les sacs de courses sur la table de la cuisine avant d’aller dans le salon ou certaine affaire été plié sur la table d’autre sur le piano qui servait plus d’étagère qu’instrument de musique. Dakota retourna alors dans la cuisine sans vraiment faire attention à l’heure. Puis il leva la tête avant de voir l’heure et d’entendre la voix d’Aaron dans le couloir. Le jeune Wayhne quitta alors la cuisine pour se rendre dans l’endroit ou se trouvait son ami, son amant. Dakota avait eu du mal avec Aaron, il avait été ami pendant tellement longtemps qu’il ne savait même pas comment se comporter avec lui. Les sentiments avaient changé, mais malgré cela il avait toujours du mal à assumer.

« Oui… J’espère que tu as faims. »

Il ne savait pas comment faire, une partie de lui avait envie de sauter sur Aaron pendant qu’une autre avait envie simplement de taper dans le dos de son pote et de passer une bonne soirée tous les deux. Mais un des deux coter ce soir là était plus fort que l’autre, temps pis si il n’aimait pas l’initiative. Dakota attrapa le t-shirt de son amant, Aaron était légèrement plus grand que Dakota. Puis les mots sortirent d’eux même.

« Je t’aime… »

Les mots étaient sorties Aaron, lui avait déjà dit à Dakota ces mots. Mais lui avait toujours eu du mal et ce soir. Il y avait quelque chose qui avait changé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Lun 30 Aoû 2010 - 11:32

    Découvrir que sa porte n'était pas fermée à clé n'avait pas inquiété Aaron plus que ça. L'hypothèse la plus simple étant souvent la meilleure, ça voulait seulement dire que Dakota été arrivé le premier et avait installé ses quartiers pour la soirée chez son amant. Ils étaient ensemble depuis quelques mois, et rapidement ils s'étaient échangés leurs clés, plus parce que ça ne servait à rien d'attendre comme un con devant une porte fermée que parce qu'ils pensaient que leur relation était déjà bien avancée, du moins dans l'esprit d'Aaron. Il n'était pas toujours très pratique, mais sur ce coup là il fallait reconnaitre qu'il n'avait pas entièrement tord. Ils avaient ainsi l'habitude de rentrer et de découvrir l'autre sur le canapé ou dans une quelconque pièce de la maison, confortablement installé en attendant le retour de sa moitié. Aujourd'hui non plus ça n'avait pas manqué. Aaron avait posé la question en connaissant la réponse à l'avance, si Dakota n'avait pas été là jamais ça n'aurait pu sentir aussi bon. Oui… J’espère que tu as faim. Et son amant était apparu, tout souriant. Il avait l'air de bonne humeur, ce qui n'était pas vraiment le cas d'Aaron que les gamins avaient littéralement épuisé, mais après un bon repas ça irait surement mieux. Son amant s'approcha alors, attrapant le tee-shirt d'Aaron en le regardant tendrement. Et allez que c'était reparti pour un numéro de tendresse... Je t’aime… Aaron le regarda, un peu étonné de l'aveu et sourit.

      C'est vrai? Cool...

    Et il lança son sac de sport en travers de la pièce, réussissant à l'envoyer pile sur la table bass ce qui lui arracha un nouveau sourire. même fatigué, il conservait de bons réflexes et en était plutôt fier. Dakota l'avait entre temps relaché, un peu étonné de sa réaction, ce dont aaron ne s'était pas rendu compte, trop occupé à essayer de deviner ce qu'il lui avait préparé.

      Ca sent bon! Qu'est-ce que t'as préparé?

    Aaron était amoureux, il le lui avait avoué une fois et l'avait répété quand il y en avait eu besoin, mais il ne fallait aps compter sur lui pour faire déclaration sur déclaration. Autant il aimait bien montrer son affection par de petits gestes, autant les mots n'étaient pas son truc. Et encore, il ne fallait pas parler des cas où ils se retrouvaient en public tous les deux... Dans ce cas là, il devenait aussi froid que quelqu'un de frigide, se contentant de balancer les plus graveleuses des blagues à l'attention de l'assistance... heureusement qu'en privée il se rattrapait... Un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Jeu 2 Sep 2010 - 19:36

Citation :
[2003 – Terrain de Sport]

Dakota avait quatorze ans et malgré sa jeune expérience l’entraineur lui faisait confiance, cependant depuis quelques temps, il avait du mal à tenir les entrainements, et la perte de poids était flagrante. Essuyant son visage de sueur, le jeune Wayne s’asseyait un instant sur le terrain extérieur. Il se pensait seul, mais un peu plus loin le capitaine de l’équipe Aaron Waterson observait son coéquipier à terre.

« Tu as pas bientôt finis tes conneries ? »

Le jeune homme se releva pour apercevoir son capitaine face à lui qui avait encore une fois le visage fermé. Il avait en face de lui le capitaine et non l’ami. Ce qui n’était pas vraiment le bon soir pour des remontrances.

« Pas ce soir, Aaron… » Le jeune homme s’arrêta avant la fin de sa phrase plongeant son regard dans le vide.
« Non, Justement c’est le bon soir ! Tu commences à être chiant, conduit toi comme un vrai mec pour une fois. Dis ce que tu as sur le cœur au lieu de te laisser abattre. »
« Oui, tu as raisons… Je devrais écoutés… Toi qui n’arrive pas à assumer tes sentiments et qui ne montre rien… Alors laisse-moi choisir entre être un monstre de pierre et être ce que je suis… Je préfère encore mon état au tiens. »
« Tu es trop con Wayhne… Arrête tes conneries ! Tu es à combien ? Tu as perdus combien de kilos ? Tu te fais vomir depuis combien de temps ? Pourquoi tu fais ça ? »
« Laisse-moi tranquille !! Tu n’es pas mon père, tu n’es rien… »
Dakota partie en direction des vestiaires, en courant pour ne plus entendre parler son ami, son capitaine, qui avait peut être raison. Il devait grandir et affronter ces peurs.

[Fin]

Dakota regarda son ancien capitaine, meilleur ami, nouvel amant. La relation était difficile, le définir encore plus. Dakota lui avait dit « je t’aime » ce n’était pas facile pour lui et la réaction d’Aaron était loin de l’encourager dans cette démarche, cependant le jeune homme leva les yeux au ciel, recula. Aaron lui avait déjà dit les deux petits mots, ou là aussi, Dakota n’avait répondu pas des choses très claires. Le jeune homme ne pouvait s’empêchait de sourire à Aaron, il avait des idées en tête plusieurs même, et étonnamment, ce soir ce n’était pas des idées qu’il le dégoutait, quand il pensait à lui.

« J’ai fais tous ce que tu aimes et tu as une surprise au dessert. »
les yeux pleins de malice, rare devant Aaron, mais Dakota aimait jouer sur les mots et dire des choses qui pouvaient porter à confusion.

« Les mioches ont étaient dures ? » vus l’état d’Aaron la réponse était évidente. Mais Dakota avait envie de jouer avec Aaron savoir jusqu’à quel point il pouvait être patient pour attendre de manger. Dakota s’approcha sans vraiment se signaler et embrasser sur le coin des lèvres Aaron, ne bougeant plus de son passage.

« Qu’est que tu fais quand un adversaire, te marque de cette manière ? »

Dakota était suffisamment près d’Aaron pour sentir sur lui son souffle lent, dans son cou. Il avait envie de se venger et donc de le faire attendre pour se rendre dans la cuisine. Il voulait avoir une réaction, pas de son ami, mais de son amant. Il en voulait une et l’obtiendrait par n’importe quel moyen. Dakota n’avait pas dit à Aaron qu’il avait eu un mail de Lizzie qui indiquait la date de son retour, il préférait attendre, il avait peur de quelques choses. Il devait pourtant se préparer et il devait trouvé le courage de lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Ven 3 Sep 2010 - 22:20

    "Je t'aime". Deux mots qu'il avait dit une fois, et dont les conséquences avaient été désastreuses. Pourtant, Aaron ne les regrettait pas. L'accident, si, mais pas son aveu. Le moment était mal choisi, très mal choisi, mais qu'importe, c'était sorti, et au final ce n'était peut être pas si mal. La preuve, c'était qu'il était bien avec Dakota maintenant, et qu'ils avaient arrêté leur petit jeu du chat et de la souris qui ne rimait de toute façon pas à grand chose. Et près de cinq ans après avoir dit ces deux mots, ils étaient ensemble, amis et amants et peut être un peu plus que ça. Ce n'était pas toujours facile, mais ils s'accrochaient. Chacun devait faire des efforts pour l'autre mais ils tenaient bon.

      FLASH BACK

      - Bon, on fait quoi maintenant?
      - Comment ça?
      Dakota regardait son amant qui semblait sérieusement s'ennuyer, et qui fixait son verre d'eau.
      - On a fini de manger et il est tôt qu'est-ce qu'on fait?
      - T'es pas croyable, tu sais.
      - Quoi?
      Aaron s'était arrêté et avait tourné la tête vers son interlocuteur, l'air de ne pas comprendre ce qu'on était en train de lui reprocher.
      - Tu veux pas prendre un peu le temps de vivre des fois, qu'on discute un peu... On se voit pas de la journée, tu dois bien avoir des trucs à me raconter?
      Le jeune homme réfléchit puis secoua la tête.
      - Aujourd'hui ils avaient fermé Kennedy's Avenue, apparemment ils refont les canalisations.
      Dakota le regarda, interdit.
      - Et... C'est tout?
      Aaron acquiesça.
      - Oui.
      - T'as vu que ça d'intéressant dans la journée, t'as que ça a me dire?
      - C'est pas ma faute s'il se passe pas des trucs intéressants tous les jours!
      - C'est bon, laisse tomber. J'ai pas envie de me disputer avec toi.
      - Qu'est-ce que j'ai fait cette fois?
      Dakota soupira.
      - Rien. Rien du tout. T'as rien fait du tout.

      FIN DU FLASH BACK


    Débarrassé de son sac, Aaron était enfin libre de ses mouvements et de tout ce qui lui rappelait ses obligations en tant que coach: maintenant il n'était plus que lui-même, prêt à passer une bonne soirée avec son amant. Et une certaine partie de la soirée l'enchantait tout particulièrement. J’ai fais tout ce que tu aimes et tu as une surprise au dessert. En entendant ça, Aaron arqua un sourcil. Ah, une surprise? Ca lui plaisait ça! Même s'il n'était pas très porté sur la nourriture et qu'il faisait très attention à tout ce qu'il pouvait manger, la gourmandise l'emportait parfois chez lui, et il n'avait jamais su résister aux desserts que lui préparaient les membres de la famille Wayhne: autant Dakota que sa mère, tous les deux savaient comment faire pour lui faire plaisir. Les mioches ont étaient durs? Le jeune homme soupira en secouant la tête. Il n'avait même pas envie d'en parler... Ils avaient été déchainés aujourd'hui, à croire que les parents avaient eu la riche idée de les mettre sous vitamines ou autres substances énergisantes. Entre le petit Jimmy qui avait abandonné son jeu favori, à savoir lancer le ballon sur la tête des autres enfants, pour celui encore plus intelligent de le dégonfler à l'aide d'un caillou pointu qu'il avait trouvé, et puis l'autre morveux de Gavin qui n'avait pas arrêté de se plaindre de tout et n'importe quoi, il était exténué. Non franchement, il n'avait qu'une seule envie: se mettre au lit au plus vite. Pas forcément pour dormir d'ailleurs, mais bon. Il commençait ainsi à s'étirer pour apercevoir ce qui pouvait avoir été posé sur la table, mais Dakota semblait prendre un malin plaisir de se mettre en plein milieu à chaque fois. Pas malin ça. Et puis il s'approcha tout d'un coup un peu plus et l'embrassa sur le coin des lèvres. Qu’est que tu fais quand un adversaire te marque de cette manière ? C'était quoi encore que cette question à la con? Mais la façon dont elle était posée le titillait un peu et faisait son petit effet sur le jeune homme. Il sourit, le regard pas très innocent de celui qui n'a rien de très pur en tête, et plaqua Dakota contre le mur le plus proche.

      Si j'étais encore ton capitaine, je te ferai sortir du terrain illico. Et si t'étais mon adversaire, je t'aurai pas laissé partir sans un joli coup là où je pense...

    Il rapprocha alors son visage du cou de son amant, suffisamment lentement pour le faire languir, guettant sa réaction. Si Dakota voulait faire comme si cela n'avait aucun impact, c'était raté. Et, plutôt content, Aaron recula et le lâcha, son sourire en coin encore plus marqué.

      T'as de la chance qu'on couche ensemble, je dirai rien pour cette fois...

    Et il se retourna en direction de la cuisine, intrigué par cette odeur qui montait encore et encore depuis qu'il était arrivé, et qui commençait à vraiment le perturber.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Dim 5 Sep 2010 - 22:07

Dakota à toujours eu des relations qui avait quelques choses d’étranges. Il avait eu des relations compliquées, Victoria, Beverly, Liliana… Ou sinon il tombait des personnes qu’il ne devait pas John. Cependant tous c’était finis d’une façon assez brutal et pour la simple et bonne raison que Dakota n’arrivait jamais à être claire avec ces sentiments et avec les gens. Avec Aaron, c’est facile et en même temps pleins de complication, car il avait compris depuis un moment qu’il avait eu des sentiments pour Aaron, des sentiments affectueux, amicaux, fraternel. Cependant au retour d’Aaron, alors qu’il le pensait mord et rongé par une certaine culpabilité, Dakota ne pouvait se permette d’abandonner son ami, qui était revenu à Miami et lui avait avoué les sentiments qu’il éprouvait à son égard. Donc oui Dakota avait laissé une chance à Aaron, même si pas mal de barrières étaient posées par Dakota. L’ancien étudiant avait du mal à s’imaginer entrain d’embrasser ou d’être dans les bras d’Aaron, non pas parce qu’il était un homme, non Dakota avait comprit depuis maintenant longtemps et avait eu des expériences avec les deux sexes pour savoir, non ce qu’il le dérangeait dans cette relation c’était que l’autre personne soit Aaron. Son ami, Son ancien capitaine d’équipe, il avait du mal à comprendre comment son ancien coéquipier avait pu avoir des sentiments pour lui. Dakota ayant toujours cette sensation d’infériorité et de doute avait établis quelques petits stratagèmes. Il avait enfin dit les deux mots qu’il avait eu du mal à sortir, comme à chaque fois. Dakota avait donc plusieurs fois repoussé les assauts d’Aaron, quand celui-ci voulait aller plus loin, jusqu’aux jours ou les deux anciens amis étaient devenus de nouveaux amants. Enfin cette période bien que très proche en terme de temps, semblait appartenir à une ancienne vie. Toute l’admiration, que Dakota avait pour Aaron avait fortement évolué, les qualités de ce derniers étaient les plus importantes et ces défauts… Bah non Dakota les trouvait toujours énervant sa par contre. Le jeune homme se laissa plaquer sans lutter, C’était dans ce genre de moment que Dakota pouvait oublié tout autours de lui, il avait voulu le cacher, mais il arrivait au limite de ce qu’il pouvait, il aimait Aaron et il devenait presque une nouvelle obsession.

« Pervers !! Tu penses qu’à ça ! »

Dakota était rentré en premier dans le jeu, mais il se devait de montrer une image, moins fragile au niveau des sentiments, de ses envies et de tout ce qui pouvait concerner Aaron Waterson. Dakota devait dire quelques choses à Aaron, sinon il aurait encore plus de mal à lui expliquer et la façon dont il avait pour Jack n’avait pas beaucoup aidé le jeune couple qu’il formait. C’est donc pourquoi, Dakota avait décidé de dire absolument tout à son amant.

« Aaron, je dois te dire quelques choses… »

Aaron qui avait plongeait un regard dans la marmite se retourna, alla s’assoir à sa place et comme un gosse attendit d’être servis, cela ne l’empêcha cependant de garder tout son sérieux et de regarder Dakota dans les yeux. Le jeune devait être rapide et rassurant, car connaissant Aaron, les mots dit à son arrive, le repas et le petit moment qui avait fait monté la température. Dakota attrapa l’assiette servis puis posa l’assiette devant Aaron. Puis il reprit la parole.

« Rien de grave, cependant… Disons que j’ai reçut quelques mail de John. En apprenant que tu n’étais pas mor…Enfin que tu étais de retour, il ma demandait de tes nouvelles et aimerait lui aussi rentrer sur Miami. »


Ce n’était pas l’entière vérité, c’était cependant la partie qu’Aaron devait savoir pour le moment et Dakota n’avait pas envie de s’allonger sur le sujet, hors de question !
Ce n’était pas la seule chose qu’il devait lui dire, mais il préférait commençait par John et voir sa réaction pour lancer un autre sujet de discussion tout aussi difficile, celui du retour de Lizzie. John et Lizzie allaient rentrer à Ocean Groove, savoir lequel des deux seraient le premier ? Il vous suffit d’être patient et vous le découvrirez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Sam 11 Sep 2010 - 22:59

    Sur le coup, quand il lui avait fait sa fracassante révélation, Aaron n'avait pas vraiment réfléchi aux suites qu'il voulait lui donner. Est-ce qu'il attendait une relation suivie, quelque chose de plus intime entre eux ou juste être franc? Il n'y avait pas franchement réfléchi. Il avait seulement eu la conviction qu'il devait le lui dire, le lui avouer presque, et c'était ce qu'il avait fait. Pas étonnant que Dakota ait été quelques peu perturbé les premiers temps, ce n'était pas le genre de nouvelle qui s'acceptait facilement, surtout quand on ne savait pas ce que l'on pouvait attendre de vous en retour. Aaron faisait ainsi partie de ces fonceurs qui agissent puis réfléchissent, et tant pis si c'est trop tard. Il avait fallu que celui qui allait être son amant lui pose la question pour qu'il réalise que tout n'était pas au clair en lui: c'est vrai, qu'est-ce qu'il attendait au fait en disant "Je t'aime"? Et il avait laissé faire, se faisant confiance -peut être un peu trop- en se disant que les choses trouveraient naturellement leur place. Il y avait un peu de ça d'ailleurs, même si tout ne s'était pas forcément bien passé dès le début. Ils avaient chacun leurs expériences, chacun leurs souvenirs et des blessures qui n'attendaient qu'à être pansées; et parfois ils en venaient à douter que l'autre était bel et bien taillé pour ce genre de mission. Mais ils restaient ensemble, et tenaient bon. Ce n'était pas tous les jours très drôle ni très tendre, mais ça se passait bien et ça semblait leur suffire. Pour Aaron en tout cas c'était suffisant... Il fallait dire qu'il lui en fallait peu pour être heureux, à croire que ses parents avaient eu une bonne idée en lui faisant visionner en boucle tous les Disney possibles et imaginables.

    Il avait lâché Dakota, direction la cuisine, quand se dernier cria en sa direction Pervers !! Tu penses qu’à ça ! La remarque l'amusa. Oui, on pouvait dire ça comme ça... En même temps son copain n'était pas en reste non plus, il ne fallait pas croire qu'il n'y en avait qu'un pour avoir des idées à toutes heures du jour et de la nuit, loin de là! Il ne prit cependant pas la peine de répondre, c'était de toute façon encore mieux de le laisser se chauffer tout seul, préférant pour l'instant regarder ce qui était en train de mijoter. Le couvercle soulevé, il se retrouva nez à nez avec tout un récipient plein de poulet au citron qui n'attendait que lui; après tout c'était un de ses plats préférés alors il devait bien lui être destiné, non? Aaron, je dois te dire quelques choses… Le jeune homme se retourna et, voyant l'air sérieux de son ami, s'assit sans protester. Il avait faim, donc qu'il fasse vite... Et Dakota devait s'en être douté puisqu'il attrapa une assiette qu'il remplit à moitié et la posa sur la table entre les couverts qui étaient déjà installés. Voilà qui était une bonne idée! Rien de grave, cependant… Disons que j’ai reçu quelques mails de John. En apprenant que tu n’étais pas mort…Enfin que tu étais de retour, il ma demandé de tes nouvelles et aimerait lui aussi rentrer sur Miami.
    Sans attendre un quelconque commentaire, Aaron s'était emparé de la fourchette pour la piquer dans un joli morceau de viande tout doré qu'il enfourna aussitôt avec appétit. Ce que c'était bon! Malheureusement, l'évocation du nom de John gâchait un peu son plaisir.

      Ch'est cha, va pas me faire croire que ch'est pour moi qu'il veut revenir!

    Parler la bouche pleine n'avait jamais été son fort, et là encore son articulation en pâtissait. Dans tous les cas Dakota devait se douter de ce qu'il fallait comprendre, ce n'était pas bien difficile. Les choses avaient toujours été quelques peu tendues entre Aaron et John, chacun jalousant l'autre pour des détails sans importances pendant des années, jusqu'à ce que ce soit Lizzie l'objet de toutes les attentions. Le reste ça passait, mais elle... Bah, tout ça c'était de l'histoire ancienne, il avait quand même bien su se trouver une autre fille depuis?
    Il avala son morceau de poulet après l'avoir soigneusement mâché, seule condition pour s'assurer une bonne digestion et être en forme par la suite, et leva sa fourchette en direction de Dakota.

      Qu'il revienne s'il veut, mais j'espère qu'il a pas l'intention de crécher chez toi? Je tiens pas à le croiser au réveil...

    Et une fois la sentence prononcée, il retourna à son assiette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Jeu 16 Sep 2010 - 17:40

Dakota savait qu’il n’aimerait pas entendre la réponse, car il se demandait pourquoi Aaron pouvait-il être jaloux du retour de John ? Il y avait toujours cette jalousie et cette espèce de défit entre eux pour diverse raison. Dakota avait toujours été au centre des deux et la plus grande source de problème était Lizzie. Dakota se méfiait de ce qu’il pouvait y avoir maintenant entre Aaron et elle et le dépars de cette dernière l’avait soulagé un peu. Mais le retour de John n’était pas le seul que le jeune homme devait annoncer, il y en avait un autre. Cependant il n’avait pas envie de lui en parler tout de suite.

« Pour qu’elle raison sa t’embête qu’il revienne ? Je trouve que c’est plutôt gentil et que c’est une bonne nouvelle ! »

Le jeune homme avait toujours défendu John, mais c’était différent cette fois. Il n’y avait plus de sentiment caché de son coter, il avait avoué absolument tous et il était maintenant avec Aaron. Dakota ne pouvait pas, il devait savoir. Son côter jaloux était bien trop présent pour qu’il ne lui demande pas.

« Sa te fait chier qu’il revienne, car il pourrait s’approcher de Lizzie ? »

Dakota posa cette question avec un visage fermé s’asseyant en face d’Aaron, il avait du mal à tolérer ce genre de chose et il avait du mal à calmer ces pulsions maladives de jalousie.

« John ira ou il veut. Mais il semblerait qu’il y est déjà quelqu’un pour se loger. »

Dakota se massa alors les tempes, une violente migraine venait de lui prendre. Il en avait de plus en plus c’est dernier temps et de plus en plus fréquente. Il avait pris rendez vous avec le médecin pour savoir de quoi il s’agissait. Il était légèrement nauséeux et avait du mal a garder l’odeur de la nourriture, il recula son assiette pour ne pas sentir cette odeur qui lui donnait des envies de vomir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Ven 17 Sep 2010 - 11:42

    Par de nombreux aspects de son comportement, Aaron pouvait passer pour un gamin. Il était centré sur lui-même et ses petites affaires, maniaque jusqu'à l'excès, boudeur et jaloux quand on lui prenait ses "jouets". Certains trouvaient ça mignon de voir qu'il avait su conserver une part d'enfance en lui malgré tout ce qui lui était arrivé, mais pour la plupart c'était tout bonnement insupportable. Ou alors ça restait tolérable quelques instants, mais à la longue... Même Jack le lui reprochait parfois, et pourtant il était, lui, en âge de faire des enfantillages qu'on lui aurait laissé passer sans problèmes... Mais non, Aaron avait 25ans et du haut de son grand âge il continuait à se battre pour avoir la télécommande ou pour être servi le premier, ne se gênant pas pour râler si ses désirs n'étaient pas exaucés dans l'instant.
    Il était donc en train de manger avec appétit, vidant son assiette avec une vitesse prodigieuse comme à chaque fois qu'il revenait de l'entrainement. Les petits dont il devait s'occuper l'épuisaient, et c'était toujours la faim au ventre qu'il rentrait, souhaitant au plus vite se sortir tous ces gosses de la tête. L'autre abruti de Chuck avait été insupportable aujourd'hui en plus, pire que d'habitude. Encore un qui allait flinguer sa vie en plein milieu à faire toutes les conneries qui lui tomberaient sous la main, et Aaron n'arrivait même pas à trouver ça triste. Le sort de ces gosses lui était presque indifférent malgré toutes les heures qu'il passait avec eux. Il était là en tant que coach, pour leur apprendre les règles de ce noble sport qu'était le basket, pas pour servir d'assistant social ou de psy, y'avait des gens plus habilité que lui pour ce genre de tâche. Il répondait bien aux questions des parents, mais en général pour les cas délicats il pouvait même pas en placer une alors il avait laissé tomber. Et ce soir il se disait qu'il avait bien fait: si les mioches l'avaient gonflé et qu'il avait du se supporter les parents en plus, se supporter Dakota et ses humeurs après aurait été ingérable... Pour qu’elle raison ça t’embête qu’il revienne ? Je trouve que c’est plutôt gentil et que c’est une bonne nouvelle ! Son amant trouvait visiblement ça bien, mais pas lui. Enfin, c'était pas que ça l'embêtait, mais il se passait très bien de John quand il n'était pas là. Toujours à faire le malin celui-là, à tenter de prouver qu'il était le plus beau, le plus fort... il était chiant surtout, et il s'en rendait même pas compte! Des inconscients y'en a partout, mais lui il en tenait une sacré couche! Ca te fait chier qu’il revienne, car il pourrait s’approcher de Lizzie ? Dakota avait posé la question en s'asseyant, bien en face, et Aaron posa sa fourchette, s'essuyant ensuite la bouche avec sa serviette. Et c'était reparti pour un tour... John ira où il veut. Mais il semblerait qu’il y ait déjà quelqu’un pour le loger. Et il repoussa son assiette d'un geste brusque, preuve qu'il était assez énervé pour ne plus avoir envie de manger. Aaron soupira, s'avançant et posant ses coudes sur la table.

      Lizzie a rien a voir là-dedans, et tu le sais bien! Je me fous de ce qu'elle peut faire, et avec qui. Si elle veut ressortir avec l'autre con c'est pas mon soucis!

    Il regarda alors son amant qui n'avait pas l'air bien, comme sur le point de vomir. Charmant. Non seulement il mettait sur la table des sujets qui n'étaient pas des plus agréables, mais en plus il faisait les grimaces qui allaient avec. Qu'il ait un moins un minimum de respect pour celui qui était en face.

      Pis prend pas cet air dégouté, je te rappelle que c'est toi qui voulu qu'on parle de John...

    Il soupira. Pourquoi est-ce que John venait toujours tout gâcher, même quand il n'était pas là? Il fallait toujours qu'il n'y en ait que pour lui, et ce depuis toujours. Dakota l'admirait presque autant qu'Aaron, peut être même plus, et ça c'était insupportable pour l'ancien capitaine de l'équipe de basket. Il voulait que ses associés lui soient dévoués, et pas en train de tourner autour du premier venu qui les sifflerait, et c'était précisément ce que John faisait. Il se pensait beau, il se pensait irrésistible, et voulait qu'on le lui dise. Et évident il y avait toujours des gourdes pour le faire, et à elles il fallait ajouter Lizzie et Dakota. Ma foi, Aaron n'avait jamais compris ce qu'ils avaient pu lui trouver ces deux là, c'était le mystère le plus total. Il valait quand même mieux que lui, non?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Ven 17 Sep 2010 - 14:25

Dakota se leva d’un bon et d’un pas rapide, il se déplaça vers le lavabo ou il « se vida » complètement, déjà qu’il ne mangeait pas grand-chose, il avait des violent maux de ventre. Après la fin de sa crise, il attrapa une boite qu’il gardait dans sa poche, il c’était préparé à toutes éventualités et avait toujours sur lui une boite d’aspirine. La remarque d’Aaron le fis sourire, malgré qu’il avait encore une légère douleur sur le coter, il trouvait la remarque amusante. Il ne put s’empêcher de répondre dans un sourire.

« Tu sais très bien que jamais John, pourrait me faire ce genre d’effets… »

Et un sourire ce dessina sur son visage, provocateur. Si Dakota avait peur des sentiments qu’Aaron pouvait ressentir par rapport à Lizzie, il ne savait pas ce que pouvait penser Aaron par rapport à lui et à John. D’ailleurs Dakota non plus n’avait pas trop d’idée sur ce qu’il pouvait ressentir par rapport à lui, ce n’était plus comme avant c’était certain, mais il y avait encore cette étrange sensation qu’il n’arrivait pas à ce défaire quand il parlait de John. Cependant avec Aaron, c’était bien plus profond et de plus intime, ce n’était pas facile mais il y avait une complicité, ce partage qu’il n’avait jamais eu avec personne d’autre et il aimait sa relation avec Aaron pour sa. C’est donc d’un pas lent qu’il retourna s’assoir face à Aaron et bien qu’il sache qu’Aaron avait horreur de ce genre de chose, il attrapa la main de ce dernier et lui dit.

« Je sais très bien que tu ne diras rien à ce que je vais te dire. Que le fait que je t’en parle peut te rendre mal à l’aise, mais je vais quand même te le dire. Lors de l’accident, en me réveillant et qu’on ma dit que tu étais mort, j’ai eu comme une partie de moi qui avait disparu, et quand je tes vus devant moi en début d’année, je m’attendais tout sauf à te revoir face à moi. J’étais tellement content de te voir face à moi, puis il y à eu ce jour sur le terrain de basket. Puis ce soir, je n’ai plus peur de le dire et même si tu ne dis rien, je le dirais autant de fois que j’en ai envie et peut importe, Lizzie ou John… Je t’aime… Je t’aime… Je t’aime… »

Dakota se leva alors et alla embrasser Aaron sur la joue, et repartis en direction du frigo pour en sortir un énorme plateau. Il avait passé un petit moment à préparer toutes les choses qu’il était entrain de manger et vus qu’il avait du mal à digérer, il pouvait se servir autant de fois qu’il le désirait. Il se pinça encore le ventre puis dans un petit rire.

« Faudrait que je pense à acheter un test de grossesse. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Dim 19 Sep 2010 - 17:12

    Même s'ils ne vivaient pas ensemble, Dakota et Aaron passaient énormément de temps à deux dans leurs "chez-eux". Un jour c'était chez l'un, le lendemain chez l'autre, comme ils le sentaient et comme les événements les y poussaient. La mère de Dakota et Jack avaient beau être très tolérants, ce n'était pas pour autant que les deux amants allaient s'afficher devant eux sans aucune pudeur, et de leur présence ou non dépendait généralement le choix du lieu où ils allaient se retrouver. La maison d'Aaron était bien évidement vide puisqu'il n'avait pas encore réussi à se trouver une colocataire répondant à tous ses critères, ce qui n'était pas vraiment étonnant d'ailleurs. Il y en avait pas mal qui avaient répondu à son annonce, et même un certain nombre qui avaient réussi à suffisamment le convaincre pour qu'il leur propose une visite, mais à chaque fois il y avait quelque chose qui lui faisait penser que ça ne pourrait pas marcher. Officiellement il était toujours très correct, et se contentait de dire qu'il rappellerait quand il aurait fait son choix, mais les mois passaient et il n'avait jamais eu à décrocher son téléphone... Trouver une jolie fille, sexy sans être une allumeuse, non fumeuse, n'aimant pas faire la fête jusqu'à pas d'heure chez elle, ne buvant pas et fan de basket ne se faisait pas en claquant des doigts, ou alors quelqu'un d'autre dans le quartier s'était débrouiller pour toutes se les accaparer, ne laissant plus personne pour ce pauvre Aaron... Par habitude, c'était donc souvent chez lui que les deux amants se retrouvaient dès qu'une solution était trouvée pour Jack, ce qui n'était pas si difficile que ça. Et dans le cas contraire, se réveiller dans le lit de Dakota n'était pas forcément désagréable non plus... Et s'ils n'habitaient donc pas à proprement parler ensemble, vu le temps qu'ils passaient l'un en compagnie de l'autre ça revenait presque au même, et c'était bien pour ça que l'état actuel de Dakota n'avait pas échappé à son amant. Même si ce dernier n'était pas vraiment des plus attentifs, il s'était bien rendu compte que quelque chose n'allait pas: il avait souvent les traits tirés, comme s'il était fatigué, se plaignait de migraines... Au début il avait cru qu'il faisait son cinéma, qu'il voulait faire son intéressant, mais peu à peu il s'était demandé s'il n'y avait pas quelque chose de plus sérieux derrière. Pourtant il n'en parlait pas, il n'abordait pas le sujet, et ce pour une raison qui lui échappait totalement...

    Dakota s'était levé précipitamment, arrivant juste à temps au dessus du lavabo pour vomir tout ce qu'il avait dans le ventre. Aaron détourna la tête vers la fenêtre, comme s'il ne voulait pas voir ça. Il entendit l'eau couler, puis le claquement d'un boite que l'on ferme. Tu sais très bien que jamais John, pourrait me faire ce genre d’effets… Il releva alors la tête, découvrant son amant en train de sourire bien que pâle. Ca l'amusait pas ça. Non pas par jalousie, mais parce que John n'était pas quelqu'un de drôle et qu'il n'avait pas envie de plaisanter à son sujet. Il avait déjà bien assez de problème sans qu'il se repointe, ni qu'on lui en parle à tout bout de champs! Et sans le quitter des yeux, il regarda Dakota s'approcher de la table à pas lents avant de reprendre sa place en face de lui. Il souriait, mais ça faisait un peu faux. Et quand il lui prit la main, Aaron n'eut même pas le temps de retirer la sienne qu'il avait déjà commencé à parler. Je sais très bien que tu ne diras rien à ce que je vais te dire. Que le fait que je t’en parle peut te rendre mal à l’aise, mais je vais quand même te le dire. Lors de l’accident, en me réveillant et qu’on ma dit que tu étais mort, j’ai eu comme une partie de moi qui avait disparu, et quand je t'ai vu devant moi en début d’année, je m’attendais tout sauf à te revoir face à moi. J’étais tellement content de te voir face à moi, puis il y à eu ce jour sur le terrain de basket. Puis ce soir, je n’ai plus peur de le dire et même si tu ne dis rien, je le dirais autant de fois que j’en ai envie et peu importe, Lizzie ou John… Je t’aime… Je t’aime… Je t’aime… Il avait beaucoup parlé, ce qui n'était pas dans son habitude, et Aaron ne répondit pas. Toute façon Dakota le savait, mais il n'était pas à l'aise pour parler sentiments: il savait ce qu'il ressentait, mais il n'en disait rien, le prouvant juste à sa manière. Il ne fallait pas s'attendre à des mots doux, à des gestes tendres, mais à sa façon il montrait son affection, il fallait juste savoir décrypter. Quoi qu'il en soit, ce qu'il venait d'entendre ne le laissait pas indifférent. C'était des trucs qu'il savait, dont il avait conscience, mais ça lui faisait quand même tout chaud à l'intérieur, et même un peu plus... mais ce n'était pas vraiment le moment pour ça.
    Dakota se releva alors et se dirigea vers le frigo après avoir embrassé Aaron sur la joue. Ce dernier avait eu un léger mouvement de recul sur le coup, mais à peine perceptible. Même s'il y avait du mieux, il avait encore du mal avec ce genre de comportement. Bizarrement, tout ce qui était sexuel ne lui posait aucun problème, mais dès qu'il s'agissait de baisers ou autres gestes tendre il avait du mal, limite s'il n'avait pas eu envie de le frapper la première fois qu'il avait "osé" faire ça. Comme quoi en quelques mois les choses avaient bien évoluées entre eux, et en plutôt bien. Il fut cependant brusquement tiré de ses rêveries par une phrase qui le fit se retourner vers Dakota avec un regard qui n'était pas chargé que d'amour, loin de là. Faudrait que je pense à acheter un test de grossesse. Dans son esprit, "test de grossesse" n'était pas le genre de terme associé à du positif, c'était plutôt le contraire. Il ne voulait pas avoir d'enfant, il ne voulait pas se retrouver encombré d'un môme qui passerait sa journée à brailler et à la gâcher la vie. Il avait déjà eu du mal avec Jack, mais puisqu'il était déjà assez grand pour se débrouiller tout seul il n'avait pas trop trouvé de raisons de se plaindre en dehors du fait que Dakota lui ait menti. Mais il lui pardonnerait une fois, pas deux.

      Ah non hein, tu vas pas me refaire le coup! Et puis y'a déjà assez de Patti en poule pondeuse, tu vas pas t'y mettre aussi!

    Le coup de Parfaite enceinte lui était vraiment resté en travers de la gorge depuis le moment où il l'avait appris. Il devait probablement être la seule personne sur Ocean grove à trouver que sa fausse couche n'était pas uniquement une catastrophe mais peut être aussi la possibilité de ne pas foutre en l'air si bêtement sa vie, mais elle avait récidivé. Et pour des jumeaux en plus! Parfois il avait du mal à retrouver son ancienne amie quand il pensait à la Parfaite qu'il avait connu...
    Et il détourna la tête, piquant un morceau de pain dans la corbeille qu'il mit tout entier dans sa bouche, machant ensuite avec l'air préoccupé. Non seulement le sujet des bébés était délicat avec lui, mais il était aussi un peu inquiet avec la santé de Dakota. Il ne faisait aucun commentaire, il savait que de toute façon il ne l'écouterait pas, mais ça lui plaisait pas de le le voir se faire vomir dès qu'il en avait l'occasion: c'était une mauvaise habitude pour lui, et très désagréable pour les gens qui y assistaient. D'ailleurs, il s'était vidé à peine quelques minutes auparavant qu'il mangeait de nouveau, et avec appétit. Dégueulasse, c'était bien le mot.

      Et arrête de bouffer si c'est pour te faire vomir après, c'est stupide comme comportement.

    Il s'était appuyé contre sa chaise, le coude posé contre le dossier, fixant Dakota avec un regard noir. Ca faisait des jours qu'il le voyait faire, et là il en avait marre. Marre de le voir recommencer les mêmes conneries qu'au lycée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Dim 19 Sep 2010 - 22:39

Dakota avait toujours eu des problèmes avec son poids ce n’était plus vraiment un secret, mais il arrivait maintenant à vivre avec et avait compris que cela ne servait à rien de se peser six fois par jours et de se faire vomir pour éviter de grossir. Il mangeait à sa faim, même si certaine habitudes étaient, comme par exemple regardait les paquets et voir leurs taux de matière grasse, de glucide, lipide etc… Il avait cependant pris l’habitude de manger correctement, enfin le plus correctement possible et de ne plus se cacher ce qu’il ressentait, c’était donc pour sa que ce soir il avouait enfin les sentiments à Aaron, bien que ceci ne lui aurait pas provoqué de crise de ne pas lui dire, il avait simplement envie d’être au clair avec lui et de faire entendre à Aaron ce qu’il avait sur le cœur. Apparemment c’était une mauvaise idée, le regard fermé, la remarque sur le test de grossesse n’aurait pas du être sortie déjà.

« Respire !! Je ne risque pas d’être enceinte… »

Dakota leva les yeux au ciel, il n’aurait préféré en effet que Aaron ne disse rien qu’il ferme sa gueule comme il avait l’habitude de le faire. Dakota avait le visage fermé et boudeur. Ce qu’il allait entendre n’allait certainement plus lui plaire et à la fin de la phrase.

« Abrutis ! Tu crois vraiment que je me fais vomir pour le plaisir ? Tu crois que je suis entrain de te faire des crises devant toi, par pur envie sadique ? Je suis simplement malade ! Je mange normalement, mais ouvre les yeux ! Le jour où je ferais des crises tu seras la dernière personne à t’en rendre compte. »

C’était fait Dakota était passé du stade d’admiration à celui de vouloir lui claquer la gueule. Il se leva de sa chaise une fois près de la porte de la cuisine, il dit.

« Je voudrais pas te couper l’appétit. Je vais dans le salon. »

La phrase sortie avec ironie, il quitta la pièce pour se rendre dans le salon pour claquer la porte avec violence derrière lui. Au même moment un violent coup dans le ventre le fit s’accroupir au sol, essayant de se relever le coup au ventre fus encore plus fort et c’est à ce moment précis que Dakota hurla avant de tomber sur le sol se tordant de douleur. Après une ou deux minutes de souffrance, il se releva difficilement pour s’assoir sur le canapé, les yeux rouges remplis de larme. La porte s’ouvrit alors, la grimace sur le visage de dakota cachait très difficilement la douleur. Il attrapa alors une nouvelle fois un comprimé dans sa poche et l’avala espérant que la douleur disparaisse aussi vite qu’elle était arrivé. Le jeune homme savait que Aaron le fixait là, a l’entrer de la pièce qu’il avait certainement entendu et vus ce qu’il c’était passé.

« Je vais rentrer chez moi ! »

En voulant se lever Dakota eu un violent point sur le ventre qui le fit se rassoir aussitôt. Il serra les dents pour ne pas hurler, la douleur était horrible.

« Je vais attendre un peu en faite. »

Il ne savait pas trop ou se trouvait Aaron dans la pièce, il c’était mis en boule sur le canapé la douleur était forte, mais le médicament étaient entrain de faire effet. Dakota n'aimait pas qu'on parle de sa santé, ou de ce qu'il avait pu vivre par le passé avec les crises de boulimie et d'anorexie, c'était encore difficile quelques fois et le fait qu' Aaron puisse en parler sans connaitre les raisons, cela l'énervé au plus au point. Surtout que ce n'était pas des crises, il avait un autre soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Mer 22 Sep 2010 - 23:44

    Avec Dakota, c'était la première fois qu'Aaron se retrouvait à avoir une vie de couple relativement stable et sérieuse. Il y avait bien eu quelques histoires qui avaient un peu compté pour lui par le passé, mais elles n'étaient jamais allées au-delà de quelques semaines, et généralement ça restait limité à un plan physique. Alors là aussi ça y avait son importance, mais pas que. Malgré toutes les différences, et tout ce sur quoi ils étaient en désaccord, ils arrivaient à construire quelque chose pouvant durer; et de l'aveu même des principaux intéressés c'était étonnant. L'un comme l'autre donnait l'impression de s'être lancé là dedans sans trop savoir à quoi s'attendre et au final ça marchait plutôt bien. Bon, il n'en étaient qu'à quelques mois, qui plus est avec des hauts et des bas, mais ce n'était pas rien. Un amour spécial, pot-pourri de toutes leurs vies passées, dont ils ne savaient pas quoi attendre. Un mariage romantique, comme Parfaite et Basil l'avaient fait il y a peu? Probablement pas. Ou même sûrement pas, Aaron s'y serait refusé. Une romance à la Jake et Ennis comme dans "Brokeback Mountain", un moment mémorable et une vie entière passée à essayer de le retrouve r? Peut être. Aaron ne se posait pas vraiment la question pour être honnête, il profitait de l'instant présent sans trop se soucier du reste, sachant que trop bien que la vie les rattraperait de toute façon. D'ailleurs, ce n'était pas précisément ce qu'elle était en train de faire?
    Les angoisses qu'il avait manifesté quant à un éventuel bébé rejoignant leur couple n'était pas feints, c'était vraiment quelque chose qui le perturbait. Venant d'un couple composé de deux hommes ça pouvait paraître étonnant, mais pourtant c'était ce qu'il ressentait. Dakota en avait bien eu un par le passé, pourquoi est-ce qu'il ne recommencerait pas ce genre de connerie? L'envie lui avait pourtant visiblement passé. Respire !! Je ne risque pas d’être enceinte… Et Aaron ne put s'empêcher de pousser un soupir de soulagement, rassuré de savoir que ça ne faisait pas partie du programme. Des fois il en fallait vraiment peu pour calmer ses angoisses puériles, c'était d'ailleurs généralement le cas. Mais le repos était de courte durée vu comme son amant avait mal prit la remarque suivante. Abruti ! Tu crois vraiment que je me fais vomir pour le plaisir ? Tu crois que je suis en train de te faire des crises devant toi, par pure envie sadique ? Je suis simplement malade ! Je mange normalement, mais ouvre les yeux ! Le jour où je ferais des crises tu seras la dernière personne à t’en rendre compte. Aaron continuait de le fixer, mâchonnant son bout de pain qui ne ressemblait plus à grand chose à force. Il le regarda se lever, puis se diriger vers la porte. Je voudrais pas te couper l’appétit. Je vais dans le salon. Et il soupira. Ce qu'il pouvait être fatiguant quand il s'y mettait, toujours un truc pour lui faire prendre la mouche. Pire qu'un gamin! Enfin non, il valait quand même mieux que tous ces mioches. La porte claqua, suivie d'un cri. Aaron soupira. Il n'avait pas envie de se disputer ce soir alors il le laissa se calmer tout seul dans la pièce d'à côté. Si ça lui faisait du bien de gueuler qu'il gueule un bon coup et revienne après. Il se resservit donc, plantant sa fourchette dans le plat qui était entre temps devenu froid, et il fit une grimace. S'il y avait bien une chose qu'il n'aimait pas dans le poulet au citron, c'était le manger froid. Et il soupira de nouveau. Bon, maintenant il n'avait plus d'autre choix que d'aller retrouver Dakota.
    Il se dirigea à pas lents vers le salon. Il ne redoutait pas la confrontation, mais ça le gonflait et faisait un peu trainer les choses. Mais une fois la porte ouverte... Il vit Dakota assis sur son canapé, les yeux pleins de larmes. Il crut d'abord qu'il était en train de chialer et fut sur le point de faire demi-tour en direction de la cuisine, mais le tube de comprimé qu'il tenait à la main l'intrigua. Il venait d'en prendre un? Encore un? Si l'on pouvait accuser Aaron de ne pas être assez attentif aux autres de manière générale, là ce n'était pas le cas. Il ne disait rien, attendant de voir. Voir quoi? Il n'était pas sûr de ce qu'il devait comprendre, de ce qu'il devait déduire, et restait comme figé. Je vais rentrer chez moi ! La phrase éclata dans la pièce, se répercutant contre les murs et le tour de son crâne. Il sentait qu'il y avait un truc qui clochait, un truc qu'il devait faire, mais il était incapable de dire quoi. Il avait juste un mauvais pressentiment d'un coup. Et ce n'est qu'en voyant son amant se rassoir juste après avoir tenté de se lever qu'il comprit. Je vais attendre un peu en fait. Il hocha silencieusement, s'avançant silencieusement du canapé où Dakota s'était roulé en boule. Il avait l'air mal, presque fragile. Ce n'était pas le Dakota qu'il connaissait, celui qu'il avait appris à aimer, et il n'aimait pas vraiment ça. Il contourna le canapé jusqu'à s'arrêter au niveaux des accoudoirs de gauche, là où son amant avant la tête. Il s'immobilisa, le regard perdu droit devant lui.

      Tu peux rester tu sais... Tu peux dormir ici...

    Il avait du mal à avaler sa salive, une sensation bizarre et désagréable. Il n'aimait pas ce qui était en train de se passer dans son salon, mais il ne savait pas trop quoi y faire. Et puis il se rappela ce que sa mère faisait quand il avait mal quelque part. Ca lui arrivait souvent, en courant ou en s'entrainant, de tomber et de se retrouver avec d'énormes bleu qui lui lançaient, et contre ça il n'y avait rien de mieux qu'une poche de glace. Il ne savait pas où Dakota avait mal, mais ça ne pouvait pas être nuisible de toute façon.

      Euh... tu veux que je t'apporte une poche de glace? Une cuvette?

    Il avait prit la parole, et pensé à la cuvette tout à coup, ne tenant pas à se retrouver avec un vomi de partout chez lui. Et il s'était senti bizarre en posant la question. Ce n'était pas de ça qu'ils étaient sensé parler, d'ailleurs c'était foireux comme rendez-vous. Il n'osait pas regardé Dakota, comme gêné pour lui, surveillant ce qui était en face de lui. Il avait parlé de maladie... Un des rares trucs qui pouvaient l'impressionner, et ça marchait plutôt bien vu l'état dans lequel il était. D'un coup, de vieux souvenirs qui lui remontaient à l'esprit et une odeur. Pourquoi est-ce que cette odeur de mort qui régnait dans sa chambre à l'hopital de Portland lui revenait maintenant? Un peu plus et elle lui aurait filé la nausée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Lun 27 Sep 2010 - 22:59

Dakota avait eu régulièrement ces derniers jours, des crises au niveau de l’estomac et des migraines. C’est vrai qu’après réflexions, il ne mangeait pas beaucoup et avait du mal à garder le peu qu’il gardait. Mais ce n’était pas comme autrefois, ce n’était pas pour son problème de poids. Il se trouvait toujours « trop » gros mais avait réussit avec cette idée que son image était fausse et qu’il devait savoir écouté et que l’arrivé de Jack et le retour D’Aaron avait simplifié beaucoup de chose, même si dans les premières choses que nous voyons nous pouvions penser le contraire. Ce que Dakota avait dit quelques minutes auparavant tenait toujours, il était amoureux de son ancien capitaine et il avait eu trop peur par le passer d’avouer les sentiments qu’il n’avait plus voulut attendre un moment de plus quand il avait compris. Il avait toujours aimait Aaron mais toujours de manière différente ce n’était qu’une évolution de ses sentiments.
Dakota c’était mis en position de fœtus, essayant de retrouver une sensation de mieux. Les médicaments ne faisait pratiquement plus effet, il fallait vraiment qu’il pense à voir un médecin. Il avait peur de savoir le résultat, un doute, la blague sur le fait qu’il soit enceinte aurait tellement mieux si sa aurait pu être sa. Mais bon fallait pas rêver, ce n’était pas encore possible. Oui Dakota avait des envies de paternités, le fait d’apprendre qu’il était père ne lui avait pas démolis son rêve de le devenir encore une fois il était jeune et avait bien l’attention de le devenir, peut être de façon différente mais quoi qu’il en soit il avait envie d’avoir un enfant. Mais ce n’était pas la question, le souci de ce soir était différent. Le médicament faisait effet, la phrase d’Aaron fit sortir Dakota de ces songes.

« J’irais me chercher des couvertures alors. Je ne voudrais pas que tu attrapes ce que j’ai… Tu crois que je sais l’idée que tu as ! »

Dakota n’était pas entièrement stupide, mais il n’avait pas non plus envie de faire des choses qui pouvait le faire se sentir mal.

« Après ce tu as fais dans la cuisine. Pour rester polis tu peu toujours utiliser ta main, ce soir. »

Dakota était en colère pour ce qu’Aaron avait pu lui dire et avait du mal à pardonner, malgré tout. Même si Dakota coucherait avec lui cette nuit, il voulait le faire douter, lui faire peur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota Ven 1 Oct 2010 - 22:13

    Dire qu'Aaron ne se rendait compte de l'état de Dakota n'aurait pas été vrai, juste en tentative de plus de le dénigrer ou d'essayer de le faire passer pour plus mauvais qu'il ne pouvait l'être. Il avait bien vu qu'il y avait un truc qui clochait depuis quelques temps, que son amant ne paraissait plus aussi en forme qu'avant et qu'il avait recommencé à perdre du poids, mais il avait tout d'abord pensé qu'il recommençait ses conneries de boulimie et compagnie. Il savait qu'il avait déjà fait ce genre de choses pas le passé, il l'avait prit en flagrant délit ou presque, mais il avait pourtant cru que c'était terminé. L'époque du lycée était définitivement loin derrière eux, et les erreurs que l'on pouvait y faire aussi. Pourquoi aurait-il alors fallut continuer à se trainer encore et encore ces vieux boulets? Aaron avait perdu contact avec la plupart des gens avec qui il avait été en cours ou dans l'équipe, ce qu'il estimait être plutôt une bonne chose, et Dakota aurait très bien pu se passer de ses vieux démons. Ce n'était pourtant pas si compliqué à ses yeux, juste une question de bonne volonté, mais il fallait croire qu'ils ne fonctionnaient pas de la même façon tous les deux... Il avait pourtant commencé à douter quelques jours auparavant, en voyant ce tube de comprimé qui faisait de la résistance en apparaissant à tout bout de champs. L'hypothèse de la maladie lui semblait tout de même farfelue: s'il y avait quelque chose, il lui aurait quand même dit, non? Parce que s'il commençait à lui faire des cachotteries, les choses n'allaient pas bien se passer très longtemps. Aaron comprenait que tout le monde ait ses petits secrets, mais il y avait quand même un minimum d'honnêteté à avoir quand on veut être en couple. Il était le premier étonné à avoir des pensées de ce genre, mais c'était bel et bien ce qu'il ressentait. S'il n'était pas à l'aise avec ses sentiments, et encore moins pour en parler, par moment ça le travaillait. Il ne pensait pas à l'avenir, il n'avait aucune idée de ce qui allait l'attendre, mais il n'avait pas envie de faire foirer quelque chose qui marchait si bien pour l'instant. Ni que Dakota fasse tout foirer. Mais là, voir son ami malade, parce que c'était ce dont il donnait l'impression, lui faisait penser à tout plein de choses qui ne lui plaisaient pas. Le souvenir de ces nuits sans fin à l'hopital, quand tout son corps criait de douleur sans vouloir lui laisser un instant de répit après des heures de rééducation où il avait un peu trop forcé. Souvent il s'était retenu de hurler tellement il avait mal. Et là c'était intérieurement qu'il avait mal. Il y avait quelque chose dans l'histoire qui ne lui plaisait pas, quelque chose de pourri, mais il n'arrivait pas à dire quoi. Ce que c'était chiant comme impression...
    Sa proposition faite, il avait attendu en silence que Dakota veuille bien lui répondre, les yeux rivés sur la fenêtre. Il commençait à faire nuit et pourtant il n'avait qu'une envie, s'engouffrer par la porte et courir. Courir aussi vite qu'il le pouvait, à en perdre haleine. Il était surtout bon sur la longueur, en endurance, mais là il voulait s'épuiser à la tache, se vider la tête de tout. Si Dakota se montrait aussi pathétique devant lui, alors l'heure était vraiment grave, et il ne voulait pas avoir à y penser. C'était stupide, et profondément égoïste, mais il n'en avait pas envie. Et il avait encore ses baskets au pieds... rien ne l'empêchait. Rien, ou presque. J’irais me chercher des couvertures alors. Je ne voudrais pas que tu attrapes ce que j’ai… Tu crois que je sais l’idée que tu as ! Il tourna la tête en direction de Dakota, qui semblait aller un peu mieux. Il n'avait pas trop compris ce qu'il avait voulu dire sur la fin, mais dans un sens ça le rassurait un peu de savoir qu'il allait passer la nuit ici. Même si Aaron n'était pas toujours le plus délicat des petits-amis, il se rendait bien compte que son amant n'aurait pas pu aller bien loin dans son état. Toujours ça de pris comme on dit. Après ce tu as fais dans la cuisine. Pour rester polis tu peux toujours utiliser ta main, ce soir. Ah, c'était comme ça qu'il le remerciait de tous les bons soins qu'il avait bien voulu lui donner? Quelle reconnaissance! Aaron regarda donc sa main, la relevant un peu, puis haussa les épaules.

      Vu ton état c'est sûrement mieux...

    Il avait bien vu que Dakota avait surtout dit ça pour le chercher, pour se venger, mais pas de chance pour lui vu que ça ne marchait pas. Alors ouais, c'était pas pareil, mais si c'était la seule solution pour pas être déçu ce soir il allait pas en faire toute une histoire. Personne n'est irremplaçable après tout.

      Et pour les couvertures j'irai les chercher moi, tu vas encore me mettre un bordel pas possible dans mon armoire sinon, je te connais!

    Et il leva les yeux au ciel en pensant à l'état de ses jolies piles de linge propre la dernière fois que Dakota avait voulu se débrouiller par lui même. On lui aurait dit qu'une tornade était passée par là qu'il l'aurait volontiers cru, même si son amant avait ensuite ralé comme quoi il exagérait, comme toujours... C'était comme ça entre eux, plein de chamailleries pour pas grand chose, comme deux gamins le font, et comme ils le feraient probablement jusqu'à la fin.
    Et tout à coup, il redevint grave, comme ça lui prenait par moment. On aurait dit que les informations lui arrivaient avec un peu de retard, comme s'il lui fallait plus de temps pour tout prendre en compte. Et là, les derniers paramètres venaient d'arriver dans son esprit.

      Pourquoi tu m'as pas dit plus tôt que t'étais malade si c'est à ce point?

    Il le fixait, debout à côté du canapé, ce qui lui donnait un côté austère. Et c'était dans ces moments-là que l'on pouvait se dire qu'il valait mieux ne pas trop se le mettre à dos.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota

Revenir en haut Aller en bas
 

Because a heart that hurts is a heart that works (1707) | Dakota

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-