AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Dim 5 Sep 2010 - 18:36

→ I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL.

sloan weisel and presley clyde


Les jours de pluie étaient rares à Miami, ils étaient pourtant ceux que Presley préférait. Elle se souvenait d’une journée en particulier, c’était un dimanche. Sa mère était partie voir de la famille à New-York, la fillette de six ans était seule avec son père. Bourreau de travail, il ne se permettait jamais de délaisser sa fille pour autant. Il avait pourtant énormément de boulot en retard ce jour là, bloqué dans son bureau, la petite Presley dessinait derrière lui, se prenant un peu pour sa secrétaire. Elle n’avait aucun mal à s’amuser et passer du bon temps avec lui, quand bien même il était absorbé par ses affaires. Elle inventait ses propres histoires comme à son habitude, sous le regard épaté d’un père regrettant de voir son enfant unique grandir aussi vite. La pluie battante à l’extérieur, lui donnait cette sensation de sécurité dans son cocon, près de son père. Elle aurait aimé que cela soit l’une de ces journées, jour de chance peut être. Le bruit assourdissant de la pluie battante résonnait à l'extérieur et une faible lumière grisâtre s’engouffrait déjà à travers les volets de cette chambre. Si elle espérait pouvoir y revenir un jour, s’y réveiller lui semblait de l’ordre de l’impossible quelques jours auparavant. Pourtant elle était là, soucieuse depuis quelques temps, elle n’avait pas réussit à trouver suffisamment de calme pour dormir autant qu’elle l’aurait souhaité. Même le visage de son petit ami, endormi près d’elle, ne lui apportait pas l’apaisement nécessaire. Cela n’avait rien avoir avec lui, sa présence était pourtant rassurante, mais elle avait cette crainte à chaque moments agréables désormais. Comme si tout risquait de basculer d’un moment à l’autre. Ces dernières semaines ne furent pas de tout repos pour la jeune femme, elle payait sans doute la quiétude de l’année précédent qui sait ? Les fantômes du passé n’étaient malheureusement jamais bien loin et elle en avait fait les frais. Si tout c’était finalement soldé positivement pour elle, elle n’en demeurait pas moins méfiante quant à la prochaine tuile qui pourrait lui tomber dessus. D’autant qu’il lui restait un problème à résoudre et elle ne savait pas comme s’y prendre, d’autant que la gravité des faits lui assurait une place à l’ombre pour un bon bout de temps. Et il était évident qu’elle ne s’imaginait pas passer quelques temps là bas. Même si elle s’amusait à se dire à soi-même que cela serait probablement plus reposant. Une façon un peu glauque et cynique que de regarder sa vie et de tenter de la dédramatiser. La crainte faisait partie d’elle, un peu trop d’ailleurs, parvenir à ignorer ses problèmes le temps d’un instant était de plus en plus dure. La jeune femme regrettait tellement de chose, souhaitait changer tant d’éléments, de décisions qu’elle ne savait plus par où commencer ni comment s’en sortir. Tout devenait trop difficile, si elle pouvait faire un vœux avec l’absolu certitude qu’il se réalise, serait sans doute simplement de la tranquillité. Sloan était enfin près d’elle, et elle ne pouvait ignorer le bien que cela lui procurait de le retrouver, si pardonner n’était pas toujours facile, cette fois ce fut différent. Bien qu’une méfiance demeure, la crainte que les erreurs s’enchainent, ou qu’elle n’ait plus la moindre importance pour lui, elle tentait de voir le positif. C’était ce dont elle avait besoin à présent. Il avait passé quelques jours en maison de repos, il était sensé s’être remis d’aplomb, elle espérait seulement ne pas le voir replonger de sitôt, ou jamais serait même préférable. Profiter alors de ce petit moment de quiétude lui semblait essentiel, un besoin même. Rechignant à le réveiller, elle se tourna vers lui doucement, un sourire tendre s’étirant sur ses lèvres. Elle avait dût lui dire une centaine de fois déjà à quel point il avait put lui manquer. Si au tout début elle avait cette sensation que l’un comme l’autre marchait sur des œufs, elle ne résista pas longtemps à l’idée de se réfugier dans la chaleur de ses bras. Ce sentiment de sécurité qu’elle ne retrouvait qu’avec lui, l’enveloppait doucement à mesure qu’elle réalisait qu’elle l’avait retrouvé. Hésitante, elle se saisit doucement de sa main, ne souhaitant pas l’arracher à son sommeil, elle voulait simplement sentir sa peau contre la sienne. Ce geste lui semblant le plus délicat et le moins susceptible de le réveiller. Bien que rassurée et confiante, cette petite voix dans sa tête lui rappelant que les bons moments étaient éphémères, vint brutalement la happer. Tintant ainsi son regard brillant, d’une tristesse presque imperceptible, son sourire diminuant lentement. Elle était pourtant bien, mais ses soucis avaient prit une trop grande place dans sa vie, même la présence rassurante de l’homme qu’elle aimait, n’effaçait pas son inquiétude, ni la peur de perdre tout ce qu’elle avait de plus cher. Elle avait faillit le perdre trop de fois en peu de temps cet été, elle n’était pas sur de résister aussi bien si cela devait se reproduire.


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Mar 7 Sep 2010 - 1:21

Spoiler:
 

Plongé dans ses songes, Sloan ne se doutait pas des tribulations qui secouaient l'esprit de sa petite amie allongée auprès de lui. Bien entendu, lui aussi connaissait ce genre de pensées – sans doute plus que de raison – mais à cet instant précis, son être semblait paisible, du moins l'était-il juste assez pour lui permettre de dormir d'un sommeil sans rêve. La nuit avait été courte pour eux deux, rythmée par l'élan des retrouvailles après un été sans le moindre contact physique et il était donc compréhensible de voir le jeune homme dormir si profondément. La nuit l'avait épuisé mais il s'agissait de la meilleure fatigue du monde. Le soleil commençait cependant à poindre derrière les rideaux tirés et le bruit si peu commun de la pluie contre les carreaux suffit à titiller l'australien qui, dans un réflexe inconscient, pressa doucement la main de Presley avant d'enfin ouvrir un œil. Il avait oublié combien il était bon de se réveiller auprès d'elle et il se surprit lui-même à ressentir autant de joie aussi soudainement. S'étirant, il ne quitta pourtant pas du regard la jeune femme qu'il trouvait encore plus ravissante ainsi, sous les draps et la mine brouillée par un sommeil qu'il devina immédiatement trop court. Même après moins d'une minute de réveil, il comprit que sa petite amie était soucieuse et il se demanda si elle avait seulement dormi. Il ne lui fit cependant aucune remarque dans l'instant car il pensait connaître les raisons de son état et redoutait de gâcher ce moment si précieux et fragile. Glissant vers elle sous le drap, il posa une main sur sa hanche tandis que l'autre caressa le cadre de son doux visage. Dans un murmure rauque, il lui dit alors. « Bonjour. » Un fugace sourire vint agrémenter le mot mais il ne laissa pas le temps à Presley de répondre et lui scella les lèvres d'un baiser langoureux. Ils avaient passé une bonne partie de la nuit dans une proximité sans équivoque mais Sloan en redemandait encore. Elle l'avait tellement manqué qu'à vrai dire, si cela ne tenait qu'à lui, il aurait bien passé la journée entière dans ce lit avec elle. Lorsqu'il s'était introduit chez elle la veille, il n'était pas certain qu'ils aient suffisamment fait table rase de leurs conflits pour redevenir aussi intimes que jadis mais l'amour qu'il ressentait l'un pour l'autre avait rapidement éclaircit le problème. Il commençait d'ailleurs tout juste à réaliser de la chance qu'il avait qu'elle l'ai pardonné pour ce qu'il avait fait et semblait avide de rattraper le temps perdu même s'il ressentait très bien, parfois dans l'attitude de la jeune femme, de discrètes réticences, comme un regain de rancœur au souvenir des fameuses photos volées. En ce matin de week-end, il voyait bien qu'elle était heureuse d'être auprès de lui mais ses traits tendus lui laissaient présager qu'elle était tracassée par quelque chose. Lâchant son visage, il s'aventura par un « Ça va ? » précautionneux, comme s'il craignait de raviver par cette question d'anciennes querelles ou pire, la nouvelle qu'il avait appris quelques jours seulement auparavant. Il se demandait d'ailleurs si Presley se doutait qu'il était au courant. En temps normal, il aurait directement posé le problème sur le tapis mais aujourd'hui, il craignait trop de faire quoique ce soit qui la fasse fuir de nouveau, d'autant plus qu'il ne savait pas du tout comment elle réagirait en apprenant qu'il avait voulu lui venir en aide derrière son dos. Son regard qui se voulait donc doux et rassurant avait plutôt l'allure de l'inquisition. Pourtant, ce fut bien avec une infinie tendresse qu'il planta son regard dans le sien et ajouta. « Merci pour cette nuit, elle était très importante. Elle signifie bien plus pour moi que tout ce que tu pourrais imaginer. »
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Sam 11 Sep 2010 - 1:34



Le temps d’une soirée, elle avait réussit à s’extirper de ce monde d’angoisses dans lequel elle s’était plongée depuis déjà trop longtemps. Lorsqu’elle vit Sloan debout face à elle, tellement de choses lui revinrent en mémoire. Elle n’était plus certaine de dissocier chacun de ses souvenirs. Incertaine quant à ce qu’elle ferait réellement, si le « break » dont-ils avaient décidé, méritait de s’achever enfin. Si elle se souvenait très bien des bons moments en sa présence, les différentes querelles, les quelques soucis -bien que minimes au début- revenaient sans cesse. Mais pas plus que les fameuses photos volées qui lui avaient à la fois brisé le cœur, mais aussi humilié. La seule personne dont elle avait besoin était finalement celle qui l’avait trahi. Honteuse face au regard des autres culpabilisant face à sa propre naïveté, elle ne comprenait pas comment elle avait pu demeurer aveugle. Il était mystérieux oui, mais elle ignorait -où préférait s’en persuader- qu’il ne lui mentirait pas. C’était vraisemblablement pas le cas. Pourtant, même si elle se souvenait très nettement de ce qu’elle avait ressentit, bien qu’une imperceptible colère s’insinuait en elle lorsqu’elle y repensait, elle se souvint également que ce n’était pas ce qui lui avait fait le plus de mal. Ce soir là, lorsqu’elle dut intervenir pour l’empêcher de commettre l’irréparable, l’avait hanté pendant des jours et c’était encore le cas. Se demandant s’il finirait ou non par passer à l’acte. L’angoisse de le perdre fut la plus forte sans aucun doute réveillant son cœur endoloris par sa trahison, elle ne pouvait consentir à mettre plus de distance entre eux. Si ce soir là elle lui fit part de son besoin de le garder, de son besoin d’honnêteté, elle n’avait pas manqué la veille de lui rappeler à quel point elle pouvait avoir besoin de sa présence. Presley pouvait bien passer pour une fille faible, elle se moquait bien de ce qu’on pouvait en dire finalement. Quelques explications s’en suivirent, où elle put enfin comprendre le fin mot de cette histoire, s’il n’y eut pas vraiment tromperie ce soir là, il avait tout de même fait une erreur. Décidant que sa déprime valait une virée dans un bar et non le réconfort de sa petite amie, sachant pourtant qu’il perdait le contrôle sous influence de l’alcool. Il avait fait une erreur oui, mais tout le monde peut en commettre. Choisir de pardonner n’est pas toujours facile, il faut savoir s’y tenir et éloigner les démons qui peuvent vous hanter par la suite. Si Presley était de nature possessive, elle savait que désormais elle devrait faire de son mieux pour ne pas éclater lors de crises injustifiées et crétines. Elle était consciente également qu’elle devrait prendre sur elle pour être confiante vis-à-vis de lui et de leur couple, quelque soit l’instant. Ce serait dure, mais c’était sa décision, il en valait la peine, même si parfois elle avait la sensation de se perdre, la jeune femme était persuadée de pouvoir revenir sur la bonne route quoiqu’il arrive. Sentir cette douce pression sur sa main lui réchauffa le cœur, et le regard qu’elle posait sur l’Australien, s’adoucit un peu plus encore en le voyant s’éveiller. Profitant de cette légère accalmie, elle se laissa faire face au jeune homme visiblement aussi désireux qu’elle de retrouver cette proximité qu’ils n’avaient plus partagé depuis des semaines. Répondant à son baiser avec tendresse, elle le fixa un long moment, un doux sourire reposant sur ses lèvres, comme si elle souhaitait graver son visage et cet instant, dans sa mémoire. « Bonjour. » se rapprochant d’avantage du jeune homme elle déposa sa main sur son épaule, caressant dans un geste à la fois machinale et emplit de tendresse, son bras meurtrit de tant de cicatrices. Réfléchissant alors à sa question comme s’il s’agissait d’un véritable casse-tête. En réalité elle n’était plus sur qu’on lui ait posé la question dernièrement du moins pas en attendant une véritable réponse, cela relevait d’avantage d’une formule de politesse qu’autre chose. Habituée alors à répondre d’un bref « ça va » elle ne s’était pas attardée sur la véritable réponse à donner. Elle n’était pas désireuse non plus d’accabler le jeune homme de ses soucis alors qu’elle le retrouvait à peine. Hésitante et ne souhaitant pas lui mentir, elle laissa entendre simplement. « Un peu fatiguée mais rien dont je puisse me plaindre à cet instant. Et toi ? » en effet comment ressasser ses inquiétudes alors qu’elle retrouvait à peine l’homme qu’elle aimait ? Bien que consciente que la venue de cette avocate et de cette affaire, lui assurait un éloignement radicale. Ce n’était pas à ça qu’elle souhaitait pensé, seul Sloan devait occuper ses pensées pour l’instant, du moins elle tentait de s’en convaincre. « Bien dormi ? » Dans une pirouette qu’elle avait apprise à ses côtés, elle réorienta la conversation vers l’Australien, dont le sommeil paisible avait rassuré la jeune femme. Paisible était un grand mot, mais pour cette âme torturée, il avait semblé qu’il ait réussit à trouvé assez de calme, du moins pour cette nuit. C’était assez étrange de voir la situation s’inverser, du moins un peu, c’était à son tour de penser tellement qu’elle n’en trouvait pas le sommeil. A son tour d’être agitée de nombreuses pensées pas des plus joyeuses, d’angoisses oppressantes, sans savoir comment sortir de cet enfer. Perdue dans ses propres divagations, elle ne s’était pas attendu à un tel aveu de sa part. Attendrit une fois encore, et surtout touchée par ses quelques mots, elle mit quelques secondes avant de reprendre ses esprits et de pouvoir reformuler une phrase correct. « Si cela signifie pour toi, que je tiens à toi plus qu’à n’importe qui, j’aurais réussi à te prouver au moins une petite partie de ce que je ressens pour toi. » Consciente que le ton grave qu’elle employait depuis son réveil pouvait être alarmant, elle se lança dans un délire dont elle seule avait le secret. « Je deviens presque romantique et poétique. Je suis maladroite, bavarde, orgueilleuse et j’arrive à bafouiller des phrases qui ont un sens. Tu sais que ma dernière chute remonte à mon anniversaire ? J’suis jamais restée debout aussi longtemps. Ah, je recommence à trop parler. » Son sourire amusé était une fois de plus une façade, un masque qu’elle avait l’habitude de porter, pourtant, la fatigue pesant sur ses épaules rendait sa comédie plus difficile à jouer qu’elle ne l’aurait cru. L’angoisse d’être éloignée de Sloan une fois encore, mais cette fois-ci par ses propres erreurs, par des barreaux et un passé venu la hanter, la reprit plus rapidement qu’elle ne l’aurait souhaité.


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Lun 13 Sep 2010 - 15:46



La pluie à l'extérieur, battant contre les carreaux et contrastant tellement avec l'ambiance cosy et charnelle qu'ils partageaient renforçait le sentiment de bien-être et de relaxation dans laquelle baignait cette chambre. Son agencement était très féminin mais la personnalité de sa petite amie se dégageait de chaque recoin de la pièce ce qui faisait que Sloan s'y sentait aussi bien que chez lui. En temps normal, l'idée qu'on le touche et qu'on ose surtout atteindre ses cicatrices le répugnait mais avec Presley, c'était tout à fait différent. Chacun de ses contacts tactiles sur les reliefs de ses cicatrices le remplissait d'allégresse. Très sensible à leur sujet, il se détendait totalement quand c'était elle qui les parcourait de ses doigts fins. Réprimant un frisson de plaisir, il caressa à son tour son corps sous la couverture qui les recouvrait en partie et ne sembla qu'à moitié rassuré en entendant sa réponse. Il n'était pas idiot et comprit parfaitement la nuance qu'il y avait entre « Ça va. » et « Ça va pour le moment. » mais essayant de paraître moins soucieux qu'il ne l'était, il hocha de manière relativement convaincue la tête quand elle lui renvoya sa question. Ayant dormi comme un bébé sans la moindre crise d'angoisse, il pouvait prétendre sans mentir d'aller bien. Quand elle lui répondit enfin avec une pointe de drame dans la voix que pour elle aussi cette nuit avait été primordiale, les doutes qu'il portait sur son état se renforcèrent de plus en plus. Presley était sincère, c'était évident mais la façon dont elle l'avait dit ne rassurait pas l'australien. Le ton tragique qu'elle avait emprunté l'alarma et ce ne fut que grâce à sa nouvelle prise de parole qu'il se détendit même s'il décryptait encore dans ses mots un manque de confiance en elle et un certain stress. Attrapant l'une de ses mains, il en embrassa le dos tout en la regardant rire puis glissa ses doigts entre les siens, les serrant fermement. Il approcha ensuite son visage du sien, leurs nez se touchant presque et lui répondit doucement. « Et c'est comme ça que je t'aime. J'adore chacun de tes défauts et même si chez d'autres ils pourraient m'horripiler, chez toi ils me renversent. » Lui volant un nouveau baiser, plus passionnel cette fois, il rapprocha son corps jusqu'à être collé au sien, de manière presque engageante mais l'heure matinale lui souffla l'idée qu'il ne serait pas raisonnable qu'ils réitèrent ce qu'ils avaient déjà fait pendant une grande partie de la nuit. De plus, il tenait réellement à éclaircir quelques points avec la jeune femme avant d'aller plus loin. Il savait qu'il n'allait pas s'agir d'un moment agréable à passer mais ils en avaient besoin. Pour que leur couple marche cette fois, ils allaient devoir renoncer aux secrets, c'était la promesse que l'australien avait fait à Presley en début d'été et il comptait bien à ce qu'elle soit réciproque. Décollant ses lèvres des siennes contre son gré, il s'écarta finalement d'elle, lâchant sa main peut-être plus brusquement qu'il n'aurait du et se redressa sur ses oreillers de sorte à être assit contre le dossier du lit. Le torse découvert et le drap couvrant la moitié inférieure de son corps, il passa ses deux mains sur son visage qu'il massa vivement comme pour le réveiller totalement, mais c'était d'avantage par appréhension de ce qu'il allait lui demander qu'il était prit de gestes nerveux. Prenant une profonde respiration, il baissa son regard sur Presley et lui fit un sourire timide mais sincère avant de lui demander. « Tu te souviens de la nuit où tu m'as fais promettre d'être honnête avec toi ... » Au simple souvenir de cette soirée, son sourire s'évanouit et ses yeux se perdirent dans le vague un instant avant qu'il ne reprenne avec un regain de motivation. « J'espère qu'il allait de soi que ça valait pour toi également. Non pas que je sois en train de critiquer quoique ce soit mais je voudrais juste en être sûr. » Son regard n'était nullement sévère mais juste inquiet et soucieux. Sloan ne voulait pas dire par là qu'elle devait absolument tout lui dire mais qu'elle devait pouvoir lui faire entièrement confiance, autant que lui lui faisait confiance, concernant ses ennuis les plus importants. Et en l'occurrence, être poursuivie en justice pour extorsion d'argent et prostitution faisaient définitivement partie de la liste d'aveux qu'ils devaient se faire coûte que coûte. Pourtant, il était toujours autant inconcevable pour lui de mettre en premier le sujet sur la table car il gardait la conviction que c'était à elle de l'aborder et de prouver ainsi qu'elle se sentait en sûreté avec lui. Par ailleurs, il était impératif pour lui qu'ils en parlent maintenant parce que Sloan était persuadé que Presley n'allait pas tarder à être mise au courant de la visite qui lui fut rendue par l'avocate Ferdison quelques jours plus tôt et du déroulement peu orthodoxe de l'entretien. En d'autres termes, il attendait que Presley lui avoue ses fautes pour qu'il puisse lui avouer les siennes.


Dernière édition par Sloan Weisel le Mer 6 Oct 2010 - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Dim 19 Sep 2010 - 17:21



Le calme et la sérénité régnant entre eux, ne pouvaient que l’apaiser. Elle n’aurait su dire combien de fois elle avait souhaité de telles retrouvailles. Bien que sa rancune pouvait être tenace, Sloan ignorait sans doute à quel point il était difficile pour la jeune femme d’être éloignée de lui. Presley, était pourtant une personne indépendante, si ce n’était pas par choix, elle avait finit par apprendre à vivre ainsi. Mais les sentiments qu’elle ressentait à son égard, la rendait totalement dépendante. Ne parvenant pas à concevoir une vie sans lui, elle avait alors plus de facilité à faire des concessions et compromis. Il ne fallait pourtant pas si tromper, certes elle avait passé l’éponge -du moins en partie- lui faisait désormais confiance, et espérait que cette fois-ci, rien ne viendrait s’immiscer entre eux. C’était pourtant bien naïf de penser ainsi, c’est pourquoi elle restait sur ses gardes. Pourtant à cet instant, enveloppée dans ses bras, la seule chose lui ayant traversé l’esprit, concernait les sentiments qu’il avait pour elle. Ne doutant pas de sa sincérité, elle était pourtant surprise, surprise qu’une fille comme elle ait réussit à le séduire. Ne comprenant pas ce qui pouvait la rendre différente à ses yeux, ni pourquoi ses défauts avaient un effet renversant et non horripilant comme il le disait lui-même. A quoi bon lui poser la question, la seule explication à cela, lui avait était donné dans la même phrase. Quelques petits mots qu’elle avait déjà entendu, pourtant chaque fois, son cœur manquait un battement, comme si chaque aveux était plus intense que le précédent. Ou peut être que cette fois-ci, cela signifiait bien plus? Calme, l’esprit plus tranquille, sans doute dut à la proximité qu’il partageait, elle fut pourtant surprise de la brusquerie avec laquelle il s’était détaché d’elle. Le regardant se redresser avec curiosité mais aussi avec inquiétude. Se maudissant déjà, alors qu’elle ignorait encore ce qu’elle avait fait de mal. Attendant une réaction ou un mot de sa part, elle resta immobile à le fixer. Lorsqu’enfin, il lui demanda si elle se rappelait de ce qu’elle lui avait fait promettre, et de cette nuit là. Elle hocha légèrement la tête, elle n’était pas réellement convaincu d’avoir envie de se rappeler de cette nuit, ce n’était pas utile, ce souvenir passait en boucle dans sa tête. Comment aurait-elle put oublier ? Jamais elle n’avait eut si peur, et cette promesse lui semblait peu de chose à côté de ce qui aurait put arriver. « Impossible d’oublier .. » murmura-t-elle plus pour elle-même, que pour lui. Se demandant encore où il voulait en venir en remettant cet épisode sur le tapis, elle fut rapidement éclairé. Cette fois-ci, sa réaction relevait plus du choc. Comment devait-elle le prendre ? Le rictus nerveux s’étant dessiné sur ses lèvres, ne voulait surement pas dire qu’elle le prenait très bien et avec philosophie, au contraire même. « Pardon ?! » Elle ne réalisait pas vraiment, qu’il insinuait un manque d’honnêteté de sa part. Sur le moment, elle ne pensait même pas à ce qu’elle lui cachait. Ne pensant qu’à tout ce qu’elle lui avait confié, et tout ce que lui avait soigneusement évité de lui dire. « C’est vrai que je n’ai jamais été honnête avec toi. » lui répondant plus sèchement qu’elle ne l’aurait souhaité. Elle expira un bon coup, ce n’était pas le moment pour elle de s’énerver, il ne lui parlait pas de ça par hasard. S’il se mettait à douter, c’était pour une bonne raison après tout, elle se comportait bizarrement, c’était elle l’angoissée qui ne parvenait pas à fermer l’œil. Celle qui avait du mal à sourire tant ses pensées l’empêchaient trop souvent de profiter de choses simples. Ce n’était pas comme si elle voulait absolument lui cacher ce qu’elle ressentait et ce qui l’agitait dernièrement, si elle était plutôt orgueilleuse et bien décidé à prouver à la terre entière qu’elle se débrouillait seule. Elle s’était ravisée depuis quelques mois, comprenant que demander de l’aide n’était pas signe de faiblesse, d’autant plus lorsqu’il s’agissait de l’homme partageant sa vie. Ce n’était même pas de l’aide qu’elle espérait en réalité, peut être simplement une présence, un soutiens, un réconfort. S’assaillant alors pour être à sa hauteur, se penchant vers le sol, pour y récupérer un vêtement qu’elle pourrait enfiler, à lui ou à elle, elle s’en fichait. Une fois fait, elle put, reporter son attention sur lui, parlant cette fois-ci plus calmement. « Bien sur que ça vaut également pour moi. Mais qu’est-ce que tu espères ? Que je te dise que pendant ces derniers mois tout allait parfaitement bien ? C’était pas le cas .. » comment lui dire que les prochains mois risqués aussi d’être difficiles ? « Et quand je pensais qu’enfin, tout rentrerait dans l’ordre. Un énième problème me tombe dessus. Je suis fatiguée, c’est tout. » Ce n’était pas encore tout à fait ça, mais il y avait du progrès un certain avancement. Quoique lui parler de l’avocate et de l’affaire qui refaisait surface, lui demanderait de remettre sur le tapis son ancienne activité. La honte qu’elle avait ressentit en le lui avouant la première fois, promettait de redoubler quant aux actes qui ont suivit.


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Mer 6 Oct 2010 - 14:07



La surprise rapidement rattrapée par l'irritation qui empoignèrent Presley donna envie à Sloan de se glisser au plus profond des draps et d'en jamais en sortir. C'était pourtant une attitude totalement in-envisageable car il était forcé d'assumer ses mots s'il voulait arriver au bout de cette discussion qui prenait un tournant auquel la jeune femme ne s'attendait visiblement pas. Si l'australien était quelqu'un de discret et qu'il pouvait donner l'impression de ne pas s'intéresser aux problèmes des autres, il ne pouvait considérer l'idée d'ignorer les ennuis de sa petite amie, surtout lorsqu'ils étaient aussi virulents et ne faisaient que s'accroître de manière exponentielle. La savoir si perturbée et ne rien pouvoir faire pour l'aider le rendait malade et il comprit enfin la sensation qu'elle avait du ressentir toutes les fois où il s'était refermé sur lui-même, sans lui donner la moindre chance de percer les mystères qui le mettaient dans un tel état. Bien sûr, il ne l'avait pas laissé entièrement dans le flou et lui avait dit que c'était à cause de la guerre qu'il avait traversé qu'il éprouvait parfois ces passages à vide et ces crispations mais il réalisa maintenant qu'une explication aussi vague n'aidait en rien. Allait-il pour autant faire l'effort, de son côté, de tout lui révéler ? C'était en tout cas une chose qui figurait sur son programme de « guérison » mis au point cet été par les spécialistes qu'il avait consulté. Savoir s'il irait jusqu'au bout, ça, c'était une autre histoire.
Ne faisant pas le moindre commentaire sur l'honnêteté dont elle semblait si fière, Sloan détourna le visage et fixa ses doigts d'un air sévère, comme s'il se retenait d'exploser et de lui expliquer que lui cacher le procès qui était sur le point de débuter n'était pas tout à fait ce qu'il pouvait qualifier d'honnête. Il lui jeta un coup d'œil en biais quand elle s'agita pour s'asseoir et se rhabiller partiellement. De toute évidence, la partie de plaisir était terminée. Toujours dans le lit, il soutint son regard quand elle reprit la parole et fut soulagé de constater qu'elle n'était plus autant en colère. Elle paraissait prendre conscience que les intentions de Sloan n'étaient pas mauvaises et il espérait qu'elle accepte à présent de lui accorder la discussion qu'ils auraient dû avoir dès l'apparition de Laurence Ferdison dans sa vie. Il sentit pourtant une puissante culpabilité l'assaillir quand elle lui avoua que ces derniers mois avaient été terribles pour elle et ce, par sa faute. Il savait que ses actes et son départ cet été avaient été une rude période autant pour lui que pour elle mais depuis son retour, il s'efforçait tellement à se faire pardonner qu'à chaque fois qu'il lisait de la douleur dans ses yeux, il ne pouvait s'empêcher de se maudire. Se détournant, il écarta le drap et, déjà en caleçon, il attrapa sa paire de jeans, abandonnée la veille sur le parquet, qu'il renfila d'un geste mécanique. Dos à elle, il se concentra autant qu'il le pouvait pour appliquer les méthodes de relaxation qu'il avait appris pendant son séjour mais n'arrivait que partiellement à faire taire cette voix qui le rabaissait et le traitait de tous les noms. Une voix atrocement familière. Au bout de quelques instants pourtant, il se mit debout et contourna le large lit avant d'arriver du côté de Presley. Avec précaution, il s'approcha d'elle jusqu'à placer ses mains sur ses hanches nues sous le vêtement qu'elle venait d'enfiler. Son expression sur son visage marquée trahissait effectivement une fatigue poussée – peut-être à cause de la nuit blanche qu'elle venait de passer ou de son état générale de stress – mais quoiqu'il en soit, Sloan ne la trouvait pas moins attirante, bien au contraire. « Je ne m'excuserais jamais assez pour ce que je t'ai fais endurer mais aujourd'hui, tu dois pouvoir me mettre dans la confidence. Je sais que je suis le plus mal placé pour dire ça mais tout me dire te soulagera. Et puis, sois sûre que rien de ce que tu pourras me dire ne me traumatisera … J'ai quelque peu fait le tour des pensées les plus sombres. » Un sourire triste se dessina sur ses lèvres mais n'y traîna que quelques secondes. Si Ferdison lui avait révélé le problème de manière générale, il ne connaissait encore rien des détails les plus sordides de l'affaire mais il était tout à fait prêt à les entendre. D'une part parce qu'il n'avait pas du tout les mains blanches de son côté et d'autre part parce qu'il s'agissait de Presley et que même si elle lui annonçait qu'elle avait tué un petit chiot de sang froid avec une corde à sauter, elle n'arriverait pas à le révulser.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Sam 9 Oct 2010 - 12:38



Regrettant déjà ce réveil délicat, ne laissant en rien présager une conversation si sérieuse et douloureuse. Presley s’était peut être trop facilement emportée, sans doute qu’entendre Sloan lui demander un peu d’honnêteté la mettait mal à l’aise. Non pas qu’elle lui ait mentit sur tout, d’ailleurs elle ne lui avait mentit sur rien, elle avait seulement omis quelques détails sur sa vie, tout comme lui. Elle s’était tellement battue pour qu’il comprenne qu’il pouvait et devait se confier à elle. Ça n’avait rien avoir avec son passé, avec ce qui l’avait traumatisé au point qu’il s’en sente encore torturé à présent -bien qu’elle aurait souhaité savoir dans l’espoir naïf de l’aider- mais cela concernait surtout le présent, et sa tendance à ne rien lui dire des choses importantes. Évidemment cette fois-ci c’était à son tours de jouer cette carte et ce n’était pas forcement malin. Ces quelques mois furent plutôt affreux, et Presley aurait juré tomber doucement dans la dépression tant cela devenait difficile de tenir, et son absence ne fut que plus difficile à supporter. Maintenant qu’il était revenu, qu’ils s’étaient réconciliés, elle avait bêtement espéré que tout ses problèmes s’envoleraient, comme si la présence de Sloan dans sa vie chassait tout le négatif. Encore une fois la jeune femme faisait preuve d’idéalisme, et finirait par tomber de haut comme c’était arrivée dernièrement. Lorsqu’elle le vit se détourner d’elle, se rhabiller partiellement et le voir ainsi immobile dos à elle pendant quelques instants, Presley sentit la culpabilité faire son chemin le long de son échine lui arrachant un regard atrocement triste. Elle avait comme cette sensation d’être toujours trop dure avec lui, pourtant la douleur qu’elle avait ressentit était bien réelle. Alors oui instinctivement, elle pouvait se montrer parfois un peu mesquine par rancune qu’elle ne pouvait taire systématiquement. Mais très vite rattrapée par sa culpabilité elle se détestait de torturer cet homme qu’elle aimait et qu’elle avait toujours vu en proie à des tourments dont elle ignorait tout. Finalement rassurée de le voir contourner le lit pour s’assoir près d’elle, si seulement ce geste n’était pas accompagnée d’une conversation aussi sérieuse. Sa peur de le perdre ne cessait de s’accroitre, pourtant elle prenait conscience que depuis quelques semaines, elle n’était plus sûre qu’il soit toujours là près d’elle dans quelques mois, voir années si elle était chanceuse. Il semblait doucement prendre le chemin du départ, et c’était presque une certitude pour elle. Lorsqu’elle s’était imaginée en prison, elle avait pensé à Sloan, c’était une évidence qu’il referait sa vie avec une autre et cette pensée lui était insupportable. Mais elle avait peur de tout lui dire, malgré ses paroles pour la rassurer, elle avait cette crainte que ce qu’il apprenne sur elle précipite sa fuite. S’extirpant rapidement du lit, elle prit place sur ses genoux, une jambe de chaque côté, comme dans l’espoir que cette proximité l’empêcherait de s’éloigner d’elle tout de suite. Posant son front contre le sien, elle prit une profonde inspiration avant de s’en détacher légèrement pour plonger son regard dans le sien tandis que l’une de ses mains encadrait son visage. « Je suis désolée, je ne voulais pas remettre ça sur le tapis. » Baissant le regard, elle était consciente qu’elle se devait à présent d’être honnête, que c’était le moment de tout lui dire. « Je sais que j’aurais du t’en parler plus tôt, mais j’avais cet espoir débile que si je ne disais rien, c’était comme si ce problème ne nous atteignait pas encore .. » Ne parvenant toujours pas à croiser son regard, elle reprit plus timidement, non sans que sa voix soit prise de tremblement sous l’emprise du stresse. « Une avocate est venue à la boutique il y a quelques jours. Me prévenant que sous la demande de l’un de ses clients, j’allais être assigné en procès .. » Consciente que cet aveux manquait cruellement de détail, elle consentit à poursuivre, non sans que ses mains finissent elles aussi par trembler. « Et la liste des clients est finalement longue et je les connais tous très bien, ils furent d’abord les miens pendant trois ans .. Tu ne peux même pas imaginé qui ils sont réellement, ils se cachent tous derrière leurs fortunes, une vie parfaite mais il n’en est rien. Et tout ces hommes se protègent les uns les autres, j’ai jamais pu rien faire. Alors j’ai décidé bêtement de me venger par moi-même en les faisant chanter pour leur extorquer de l’argent .. C’était stupide je sais. » La crainte qu’elle l’ait dégouté c’était transformé en certitude, elle ne pouvait toujours pas croiser son regard de peur de ce qu’elle y verrait. Mais les souvenirs qu’elle avait réveillé serrèrent son cœur douloureusement, les yeux brillants de larmes qu’elle s’évertuait de retenir. Si face à Laurence elle avait su rester sûre d’elle, face à Sloan c’était cruellement plus difficile.


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Ven 15 Oct 2010 - 0:04

L'australien ne pouvait se douter des craintes que portait sa petite amie à son égard sur un éventuel abandon de sa part. S'il en avait eu conscience, il aurait évidemment fait tout ce qui était en son pouvoir pour la persuader du contraire mais n'était-ce pas déjà ce qu'il tentait inconsciemment de faire depuis leurs retrouvailles ? En effet, chaque jour lui apparaissait comme une occasion supplémentaire de se faire pardonner pour le calvaire qu'il lui avait fait vivre ces derniers mois et indirectement, il s'agissait d'autant de preuves de son amour pour elle. Bien sûr, l'un comme l'autre étaient assez pudiques et ils n'étaient pas du genre à se dire « Je t'aime » toutes les trente secondes, préférant nettement illustrer ce sentiment par des gestes ou des regards que des mots qui s'oublient bien trop vite. Dernièrement, pourtant, et même si tout semblait se régler petit à petit entre eux, les problèmes que traversaient Presley suffisaient à créer une distance entre eux ce que Sloan abhorrait. Il détestait voir sa petite amie le front plissé, la sentir ailleurs ou encore savoir qu'elle ne fermait pas l'œil de la nuit. Aussi, cette discussion bien que loin d'être des plus amusantes était inévitable.
Assit sur le lit auprès d'elle, Sloan avait prit sa main dans un geste affectif et fut heureux de voir que Presley y répondit en venant s'installer sur ses genoux. La sentir si près de lui le rassurait et le remplissait d'allégresse. Son corps était un régal et il ne se lasserait probablement jamais de ses jambes filiformes sur lesquels il posa ses deux mains pour la maintenir stable. Par sa position, elle le dominait de quelques centimètres et Sloan devait lever les yeux pour pouvoir soutenir son regard qu'il reconnaissait comme incroyablement inquiet. Lorsqu'elle s'excusa d'avoir lancé le sujet, Sloan secoua la tête avant de faire glisser une main jusqu'à sa joue qu'il caressa doucement pour lui faire comprendre qu'elle n'avait rien à craindre avec lui. Il aurait voulu qu'elle accepte de le regarder en face mais ses yeux se faisaient de plus en plus fuyants. Il ne pouvait pas la blâmer pour ça de toute façon, il comprenait son embarras et était déjà bien heureux de voir qu'elle comptait enfin lui expliquer ses terribles problèmes. Il n'avait pas la prétention qu'il réussirait à les résoudre mais il savait que si elle se confiait à lui, elle en ressentirait un soulagement. Cela serait très probablement son cas aussi s'il réussissait un jour à faire preuve d'autant de courage qu'elle afin de tout lui révéler sur son passé mais il n'était pas aussi fort et son traumatisme était tellement ancré en lui qu'il aurait l'impression de se mettre entièrement à nu face à elle, ce qu'il redoutait d'une force majestueuse, craignant trop de la décevoir. Elle était si résistante et fière qu'il paraîtrait pathétique et faible à côté d'elle. Se contentant donc de l'écouter et de contempler sa bravoure, il tacha de ne rien dire lorsqu'elle parla de l'avocate qui était venue la voir. Laurence Ferdison, que Sloan avait eu la (mal)chance de faire la connaissance quelques jours auparavant. Sa mâchoire se serra lorsqu'elle évoqua ses anciens clients et leurs comportements hypocrites. Bien entendu, l'entendre parler de ses anciennes activités professionnelles ne le mettait pas en joie mais il ne la jugeait pas. Lorsqu'elle lui avait avoué son ancien boulot, Sloan avait été surpris mais il lui avait assuré que cela ne l'entachait pas à ses yeux. Elle avait son passé, elle avait tiré un trait sur celui-ci et il ne voyait pas de quel droit il pourrait se permettre la moindre remarque. Quand elle lui confia enfin ce qu'elle avait commis pour se venger d'eux, Sloan se surprit à discrètement sourire. La jeune femme ne le vit sans doute pas mais le jeune homme ne pouvait s'empêcher de trouver ses actions presque admirables. Presley était une femme qui ne se laissait pas faire par les hommes, cela, Sloan l'avait compris dès leur première rencontre quand elle lui raconta sa fameuse anecdote du parc et il était amusé de voir que c'était un trait solide chez elle. Même lorsque justement, elle était aux services de certains hommes, elle ne perdait pas son sens de l'honneur et sa détermination à se faire respecter. L'enseignant se considérait d'ailleurs comme extrêmement chanceux pour avoir réussit à obtenir d'elle autre chose que du dédain et de la colère. Certes, il avait déjà suscité chez elle du dégoût lorsqu'elle apprit qu'il l'avait trompé (contre son gré) avec Aubree Dehzkel et elle lui avait bien fait regretter cette nuit mais aujourd'hui, ils s'étaient réconciliés et Sloan se sentait béni. Reprenant son sérieux, ne voulant pas que Presley pensa qu'il se moquait d'elle, il chercha son regard avec une telle insistance qu'elle n'eut finalement pas d'autre choix que de le regarder enfin. Il resta silencieux un moment, l'observant sans la moindre animosité dans le regard mais d'avantage avec respect. Lorsqu'il prit la parole, ce fut avec calme et avec une pointe d'appréhension. Il allait lui révéler qu'il était au courant de l'affaire et redoutait les réactions de la jeune femme parce qu'il était évident qu'il aurait du lui aussi lui dire immédiatement tout ce qu'il savait. Prenant une des mains de Presley entre les siennes, il en embrassa le petit poing comme pour se donner du courage avant de prendre la parole. « Tu n'es pas une imbécile, loin de là … Ce n'est pas une morale que j'apprendrais à mes élèves mais tu as offert à ces hommes ce qu'ils méritaient. C'est d'ailleurs ce que j'ai tout de suite pensé lorsque Ferdison est venue me voir … Que tu leur avais simplement rendu la pareille. » Il se tut et se tenait prêt à recevoir les foudres de sa petite amie. Dans un élan de courage et se disant qu'il valait mieux que tout sorte d'une traite, il poursuivit, quitte à se faire doublement engueuler. « C'est plutôt moi qui ai agit comme le dernier des crétins, d'ailleurs … J'ai osé lui proposer un arrangement financier en échange de l'abandon des charges. J'étais persuadé que ça fonctionnerait mais Presley, tu es tombée sur l'une des rares avocates honnêtes de Miami. » Portant sur sa petite amie un regard navré, très conscient qu'il avait aggravé la situation en ayant tenté de soudoyer la partie adverse, il attendait le courroux de la jeune femme avec une totale nervosité.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Lun 18 Oct 2010 - 13:22



Comme tout être humain, la jeune femme était pleine de craintes et de doutes notamment face à un avenir qui était à présent plus qu’incertain. Impossible pour elle de savoir si son petit-ami partageait les mêmes envies au départ, il n’était pas très bavard et sonder son esprit relevait d’une mission périlleuse. Pourtant plus que certaine -pour le connaitre plutôt bien- qu’il était sans cesse trop pensif et se torturait plus que de raison. Ignorant ce qui animait réellement les pensées de l’australien. Peut être avait-elle joué la mauvaise carte en jouant la franchise. Si elle n’avait rien dit, si elle était restée d’une certaine façon mystérieuse peut être aurait-il comprit à quel point ses silences pouvaient être angoissants. Elle avait réalisé cette fois, qu’il pouvait en prendre conscience à travers son comportement, mais de là à trouver cela suffisant pour s’ouvrir à elle, il y avait certainement encore un immense fossé. Ce qui était d’autant plus angoissant finalement, qu’est-ce qu’il pouvait tant redouter de lui dire ? Presley était parfaitement capable de comprendre que certaines choses, certains « secrets » étaient difficiles à avouer, pour avoir elle-même consentit à lui parler de son passé de Call Girl. Une confession qui ne fut pas des plus faciles à faire. Elle se souvenait des peu de fois où elle en avait parlé, si elle était totalement bourrée ce soir là, elle fut heureuse que la réaction de Rhys ne fusse pas négative. En revanche, pour Ozzie, son propre meilleur ami se fut bien plus difficile de supporter sa réaction et ses mesquineries. Comment savoir s’il fallait se confier, ou s’il valait garder certaines choses pour soit ? Face à Sloan la question ne se posait pas, elle souhaitait être totalement franche et transparente, mais dans la pratique c’était bien plus difficile. Très orgueilleuse, parler de ses problèmes, revenait à avouer ses faiblesses, et aussi humaine soit-elle, elle se refusait de se montrer faible, elle estimait s’être beaucoup trop apitoyée sur son propre sort ces derniers mois.
Se trouvant pathétique et honteuse, c’était à présent certain pour elle, qu’elle n’avait pu que le dégouter par son aveux. Non seulement elle n’avait pas un passé des plus glorieux et classieux, mais elle lui avouait qu’elle s’amusait à extorquer de l’argent -seule chose dont elle n’avait jamais manqué- par vengeance personnelle ? Il était probablement très loin d’imaginer ce qu’elle avait pu vivre, et apprendre de ces hommes, mais même en le sachant serait-ce suffisant pour être en accord avec la décision puéril de la jeune femme ? Rien n’était moins sûr. Si au tout début, elle se sentait fière et ne regrettait en rien ses agissements, le jeune homme était bien le seul à pouvoir faire vaciller sa détermination et c’était déjà le cas. Persuadée à présent qu’elle avait fait une grosse erreur et surtout que ce serait par sa faute, qu’elle le perdrait. La contraignant alors à le regarder dans les yeux, elle fut surprise de ne voir aucune expression de dégout ou de colère dans son regard. Légèrement apaisée, elle le fixa avec crainte, appréhendant beaucoup les minutes qui suivraient. Mais elle allait de surprises en surprises. Si elle fut d’abord rassurée de constater qu’il approuvait en quelque sorte sa décision, elle ignorait en revanche comme elle devait interpréter la suite. Il était au courant depuis le début ? Alors en réalité cette conversation ne lui avait rien apprit, elle s’était sentie désarmée, honteuse et avait surtout ressentie toutes ses craintes pour rien ? Évidemment vu qu’il était resté toute la nuit avec elle, et vu les moments qu’ils avaient partagé, comment aurait pu-t-il en être dégouté finalement, il ne l’avait pas fuit. Rassurée mais d’une certaine façon un peu vexée, ayant cette sensation de s’être fait avoir en beauté, il avait toujours une longueur d’avance. Elle s’apprêtait à répondre sans trop savoir quoi, mais il prit les devants pour continuer son récit, qu’elle écoutait attentivement. Laurence était donc venu le voir, dans quel but ? Retourner son petit-ami contre elle ? C’était une technique perverse de sa part, désarçonner la partie adverse, pour avoir le droit à une jeune femme bien plus affaiblie qu’elle ne l’aurait été d’ordinaire. Si Presley l’avait sut plus tôt, il n’y avait aucun doute que cette Ferdison se serait prit une lampe en pleine poire, et elle n’aurait pas perdu son temps à lui dire simplement la strict vérité aussi horrible et irrecevable soit-elle à ses yeux. Néanmoins ce fut un tout autre détail qui arracha un tendre sourire à la jeune femme. « J'ai osé lui proposer un arrangement financier en échange de l'abandon des charges. » Peut être n’était-ce pas la meilleure chose à faire, mais il avait tenté quelque chose pour l’aider, mais il avait raison, elle manquait de chance jusqu’au bout, la justice était pourrie, mais il fallait qu’il subsiste une avocate honnête. Si seulement elle n’était pas en plus irritante avec ses manières de sainte ni touche. Rien qu’en repensant à l’expression pincée, et au regard méprisant qu’elle lui avait adressé -une avocate et une ancienne call girl, nous n’avons pas les mêmes valeurs voyons- elle ressentait une vicieuse colère l’envahir doucement. Mais elle se ravisa en voyant le visage inquiet de son petit ami. Un fin sourire se dessina alors sur ses lèvres rosés, apportant un peu de gaieté à ce visage tiraillé par la fatigue et les soucis. « Tu peux être sacrément sadique quand tu t’y mets dis moi .. Tu sais que j’avais vraiment peur de te dire tout ça ? Non mais parce que non seulement je me suis dis que tu allais partir en te demandant avec quelle espèce de détraquée t’étais sortie. Mais en plus j’avais pas envie de revenir sur certaines choses .. » Fort débit de paroles, joues rosies, il n’y avait pas de doute, Presley se sentait honteuse comme cela lui était maintes fois arrivés. Faisant ainsi référence à son ancien emploi, si elle ne le lui avait pas caché, elle ne souhaitait pourtant pas en reparler, se dégoutant elle-même, et détestant tout les souvenirs qui s’y rattachaient. Mais évidemment elle ne pouvait que remettre ça sur le tapis. Se détendant un peu en sachant que la suite était moins gênante et « grave ». Remontant doucement ses mains le long de ses bras, elle finit par les nouer derrière sa nuque, s’aidant ainsi à se redresser légèrement, tandis qu’elle s’était un peu avachi sous le poids de ses confessions. « Donc tu ruses avec moi maintenant ? Tu prêches le faux pour savoir le vrai ? C’est pas très très loyale … Qu’est-ce qu’elle te voulait ? » Acheva-t-elle plus sérieusement, alors que son envie de meurtre sur cette avocate grandissait. Mais évidemment, elle ne comptait pas oublier ce qu’il avait finit par lui dire, soudoyer une avocate n’était pas très morale, mais franchement comment pourrait-elle lui en vouloir pour avoir tenté de l’aider ? Que risquait-elle de plus en faite ? Son cas était déjà en mauvaise posture. « Et t’emploies des manières illégales pour essayer d’aider ta copine ? » demanda-t-elle innocemment, le regard taquin, mais le sourire aux lèvres, attendrit par son geste. Elle qui s’était plutôt attendue à une vive réaction d’ordre négative, il était même aller jusqu’à formuler une proposition immorale pour tenter de lui venir en aide, que pouvait-elle demander d’autre ? Posant finalement son front contre le sien, malgré ce moment d’allégresse elle fut rattrapée par ses craintes. Cette avocate avait au moins réussit à semer le troubler dans ses pensées et prochainement sa vie. « Mais t’as raison, j’ai pas de chance jusqu’au bout. Je vais finir en prison, une tenue orange ridicule, dans une cellule avec une camionneuse .. Et toi tu vas m’oublier. » finissant sa phrase de façon presque inaudible comme si cette confession était trop intime et la rendait trop vulnérable. « Je déteste les avocats ! Surtout celle là ! »


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Ven 29 Oct 2010 - 19:01

La nervosité et l'appréhension l'avait totalement enveloppé une fois qu'il eut avoué ce qu'il avait osé faire mais il gardait la tête haute. Il n'avait pas honte de ses actes, bien qu'il n'en fut pas forcément fier non plus étant donné qu'ils s'étaient soldés par un échec, mais craignait tout de même la réaction de sa petite amie. Après tout, pour quelqu'un qui était censé être transparent comme l'eau, il venait de prouver qu'il avait encore de gros efforts à faire. Son inquiétude ne tarda pas à disparaître dès qu'il vit un sourire illuminer le visage de Presley, sans doute le premier véritable sourire depuis qu'ils s'étaient réveillés ensemble. Naturellement, il fut surpris car il pensait qu'il recevrait d'avantage ses foudres plutôt qu'un sourire mais il n'en était que plus heureux. Les traits de la jeune femme étaient marqués par ses soucis et ses angoisses et les voir se détendre était un spectacle sans égal. Si cela n'avait tenu qu'à lui, il se serait précipité pour embrasser ce sourire mais il devinait qu'il ferait mieux de se retenir, surtout qu'un nouvel élément le fit froncer les sourcils. Presley venait d'insinuer qu'il pourrait être écœuré par elle et faire le choix de la quitter ; chose totalement insensée à ses yeux. N'était-ce pas elle qui lui avait sauvé la vie au début de l'été ? N'était-ce pas elle qui comptait parmi les rares choses qui rendait sa vie supportable ? Il ne dit pourtant rien, se contentant de la regarder avec dureté, lui faisant comprendre qu'il n'était pas d'accord avec ce qu'elle venait de dire. La conversation finit pourtant pas être détournée lorsque Presley sembla se détendre un peu et aborda un air joueur, soulignant sa mauvaise conduite, avant de lui poser quelques questions sur la visite de Ferdison. Sloan s'apaisa également sous les caresses de sa petite amie, l'encerclant plus solidement de ses bras nus. Si dans le passé, devant d'autres femmes, il avait prit l'habitude de se rhabiller rapidement pour ne pas exposer ses cicatrices, avec Presley il se permettait de les laisser en évidence sans avoir cette angoisse de voir du dégoût sur son visage. Bien sûr, parfois il se crispait quand elle les fixait trop, comme s'il ne pouvait s'empêcher d'avoir lui-même honte de son corps mais la plupart du temps, il assumait. L'habitude sans doute, ou simplement la conviction que Presley l'aimait pour autre chose que son physique. Passant une main sous son visage, caressant sa mâchoire, il arrêta la course de ses doigts au niveau de son menton qu'il abaissa afin qu'il soit à la hauteur du sien. Ne quittant pas son regard des yeux, il lui répondit alors. « Elle voulait savoir si j'étais ton complice. J'ai malheureusement répondu négativement. J'aurais adoré te voir à l'époque, séduire des hommes par dizaine pour leur vider les poches ... » Bien sûr, ce n'était pas à cent pour cent vrai : assister au spectacle de Presley dans les bras de maris infidèles l'aurait anéanti plus qu'autre chose mais en même temps, il avait confiance en elle et était persuadé qu'elle n'avait agit que par désespoir de cause plutôt que par plaisir malsain. Il voulut l'embrasser mais en fut empêché par une nouvelle prise de parole de la jeune femme. Elle colla son front contre le sien avant de marmonner une image d'elle en prison mais ce qui le choqua le plus l'australien fut qu'elle mit une nouvelle fois en avant sa crainte qu'il puisse se passer d'elle. Il serra la mâchoire, tentant de trouver un moyen de la rassurer et de lui faire comprendre une bonne fois pour toute qu'elle n'avait pas à craindre d'être abandonnée. Sloan n'était peut-être pas le type le plus expressif qui soit, mais il savait toujours se débrouiller pour faire passer ses messages les plus importants. Il leva les yeux au ciel lorsque Presley avoua qu'elle détestait les avocats (là-dessus, il ne pouvait qu'être entièrement d'accord) avant de la faire basculer sur le matelas. Il se retrouva alors sur elle et bien que la position pouvait être des plus aguichantes, il avait d'autres plans en tête. Un coude posé sur le lit, son autre main caressa son front puis l'arête de son nez avant de lui voler un baiser qui fut court mais intense car il enchaîna rapidement. « On s'en va. On prend mon voilier et on s'enfuit. Rien que tous les deux, on aura l'impression d'être seuls au monde sur l'océan. » Ses yeux ne vrillaient pas, il était tout à fait sérieux. Son ton catégorique prouvait qu'il était entièrement prêt à lever l'ancre dans l'heure. Bien entendu, ce n'était l'affaire que d'un week-end tout au plus mais il comptait faire son maximum pour démontrer à Presley, pendant ces quarante-huit heures, qu'il tenait bien trop à elle pour laisser quoique ce soit s'immiscer dans leur couple. De plus, cela lui permettait de faire d'une pierre deux coups car pendant ce voyage, ils seraient forcément coupés du monde et donc de Laurence Ferdison et des satanés fardeaux qu'elle faisait peser sur les épaules de sa petite amie. Comme pour indiquer sa motivation, Sloan se releva rapidement et se mit déjà à tourner sur lui-même à la recherche de ses chaussures, n'espérant qu'une chose : que Presley accepte sa proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Ven 5 Nov 2010 - 12:11



Attendrit par la démarche de son petit ami, Presley n’avait tout de même pas pu s’empêcher de ressentir un doute quant à leur avenir. Elle s’était pourtant jurée de rester sûre d’elle quoiqu’il advienne, d’être l’élément stable et compréhensif, son objectif premier étant le bien être de Sloan. Un sentiment d’échec l’avait envahit cet été lorsqu’elle avait non seulement constaté son écart de conduite, puis jusqu’où il avait faillit aller. La suite ne fut qu’une chute sans fin, perdant son assurance, ses convictions. Vivant un peu sur un nuage elle avait idéalisé sa propre vie, son avenir, une parcelle d’elle restait attachée à la petite fille convaincue que ses rêves ne pouvaient que se réaliser. Une petite fille pourtant mainte fois désillusionnée, mais elle n’en avait pourtant pas totalement perdue cette petite étincelle d’innocence. La chute n’en était que plus rude, mais à présent dans les bras du jeune homme la réalité lui semblait plus douce et supportable. Le son de sa voix chassait le souvenir de celle de cette avocate opportuniste et méprisable, sa démarche -même si infructueuse- balayait les menaces de cette dernière, ses bras rassurants l’encerclaient et c’était probablement cette sécurité, ce bien être qu’elle craignait de voir disparaitre. Elle réalisait à présent toute l’importance qu’il avait pour elle, tout ce qu’il représentait. Si sa détermination à améliorer son quotidien était inflexible, elle voyait à présent tout le chemin qu’elle avait elle-même parcourue, elle revenait de loin et si elle pouvait aujourd’hui craindre de tout perdre, ce n’était que parce qu’il lui avait tout apporté. Et elle apprenait à présent que cette avocate avait bien faillit entrainer Sloan avec elle, elle ne pouvait que la haïr encore plus. Mais amusée par la remarque du jeune homme, une fois de plus elle en oublia Laurence. Se souvenant de son sentiment de supériorité lorsqu’elle avait extorqué des sommes importantes à ces hommes bien plus écœurants encore que ce que l’on pourrait se l’imaginer. Tenant sa revanche, elle n’était pas femme à se laisser asservir sans penser un jour à leur rendre la pareille. « C’est vrai que j’étais pas mal dans mon rôle de séductrice machiavélique .. » Même si cette époque ne lui manquait pas, le souvenir de l’assurance qu’elle dégageait, cette aisance et se plaisir qu’elle avait à prendre sa revanche, lui arrachèrent un petit sourire s’apparentant d’avantage à une certaine fierté. Mais bien vite rattrapée par ses doutes, elle avait pu constater le désaccord de Sloan dans son regard, les traits durcies, il était comme face à une complète hérésie, comme si ce qu’elle disait n’avait finalement pas le moindre sens. En revanche elle ne s’attendait pas un instant à un tel revirement de situation. De nouveau allongée sur le lit, le regard de Sloan au dessus du sien, elle ouvrit de grands yeux à l’entente de sa proposition hautement alléchante. Rien que tout les deux sur son voilier ? Impossible, d’espérer mieux. « Sérieusement ? » demanda-t-elle presque plus pour elle que pour lui, comme pour se convaincre qu’elle n’était pas entrain d’halluciner. S’étant redresser pour le voir à la recherche du reste de ses vêtements peut être, elle croisa son regard un instant et y vit toute sa détermination et son sérieux. Appuyée sur ses coudes, elle finit par se redresser pour le rejoindre avec entrain, l’enlassant autour de la taille et hissée sur la pointe des pieds, elle entreprit de couvrir son cou de baisers furtifs avant de s’attaquer à ses joues puis d’atteindre ses lèvres. L’embrassant avec frénésie, cours baiser mais pas moins intense. « C’est une excellente idée ! » Les yeux pétillants et enjouée à cette perspective, elle lui offrit un large sourire des plus sincères avant de sauter dans ses bras, encerclant ses hanches de ses jambes pour conserver une certaine stabilité. Elle encadra finalement son visage de ses mains pour le forcer à la regarder dans les yeux « Je t’ai dis à quel point tu m’avais manqué ? »



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan) Dim 14 Nov 2010 - 19:27

Bien sûr que Presley était convaincante dans son rôle de séductrice, après tout, pour avoir réussi à le dérider lui, l'iceberg ambulant, il fallait savoir faire preuve de tact et savoir se rendre atrocement désirable. Si cela s'était passé de manière tout à fait naturelle avec lui (c'était le savant mariage de sa délicieuse beauté et de sa personnalité rafraichissante qui l'avait fait craquer), il se doutait qu'avec des hommes plus âgés, mariés et frustrés jusqu'à la ceinture, les critères de sélections étaient probablement différents. Peu inspiré par les images déplacées qui envahissaient son esprit comme à chaque fois qu'ils discutaient du passé atypique de Presley, Sloan fut bien heureux lorsque la conversation glissa vers un sujet plus trépidant car les concernant tous les deux. Évidemment qu'il avait été sérieux lorsqu'il avait fait sa proposition de départ à la jeune femme. Jamais il ne se serait permis de faire une telle annonce à la légère, surtout pas dans ces circonstances. Il acquiesça alors simplement de la tête avec un sourire confiant pour toute réponse, n'espérant toujours que l'instant où elle lui répondra positivement. En effet, il aurait eu l'air assez idiot si elle refusait son idée mais étrangement, ce n'était pas ce probable risque qui le ralentissait dans ses gestes, au contraire. C'était comme si, plus il s'agitait dans la pièce, plus il rendait le départ imminent et la chose concrète, ce qui, d'une certaine manière, réfréneraient les appréhensions de Presley, logiquement, non ? Il était évidemment nerveux mais tellement désireux de faire ce voyage en mer qu'il masqua de son mieux son attente. Lorsqu'il se pencha vers une chaussure égarée et qu'il se redressa pour voir Presley s'approcher vers lui, radieuse, il sentit son cœur faire un petit bond sous la satisfaction. Lorsqu'il l'entendit accepter, il laissa sa chaussure s'échapper de ses doigts et accueillit de ses deux bras la silhouette de sa petite amie qui venait de sauter sur lui. Il la tint soigneusement en équilibre, le visage lumineux et visiblement enchanté par le tournant que prenait cette matinée. Ayant débutée de manière maussade et cruellement maladroite, elle s'était en quelques minutes de discussion sincère transformée en préparatifs d'un départ qui ressemblait plus à une fuite à deux. Il sentit les mains de Presley encadrer son visage et la regarda donc avec allégresse et impatience, excité comme une puce à l'idée du week-end qu'ils allaient passer rien que tous les deux, loin d'Ocean Grove, loin de leurs problèmes, loin de tous. Il afficha une mine faussement hésitante en entendant sa question qui intérieurement le faisait sauter de joie et finit par répondre avec malice. « A vrai dire, je ne crois pas … Mais tu peux toujours te rattraper et me le répéter encore et encore et encore … » Au fil de ses « encore », il avait rapprocher son visage de celui de la jeune femme pour arriver jusqu'à un baiser langoureux et zélé, aussi pleins de remerciements que de hâte, comme un avant goût du programme qui les attendaient sur son voilier, entre fièvre et détente. Alors qu'il n'avait même pas interrompu le baiser, Sloan se mit en déplacement, tenant toujours Presley dans ses bras, non pas en direction de la porte qui les mèneraient vers la sortie mais plutôt vers celle qui conduisait directement à la salle de bain. Déliant ses lèvres de celles de sa petite amie, il lui susurra d'un air espiègle. « Mais d'abord, je dois vérifier que tu as le pied marin. » C'était bien entendu une douche en couple qu'il venait de suggérer, ce qui avait la chance de présenter un double avantage : de nouvelles minutes d'intimité avec Presley et l'exercice de sa seconde activité préférée à savoir, la toilette. Arrivant devant la porte close, il dut user d'adresse pour l'ouvrir tout en gardant précieusement Presley contre lui et une fois que cela fut fait, ils franchirent le seuil de la salle de bain en chahutant comme des adolescents avant de claquer la porte bruyamment derrière eux.




▬ ENDED.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan)

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1200, Lemon Street. I'D LIKE TO SEE EVERYTHING GO BACK TO NORMAL (sloan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-