AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I expect, I'll regret you (...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: I expect, I'll regret you (...) Dim 10 Mai 2009 - 17:51

I expect, I'll regret you but the skin graft man won't get you. You'll be there when I die, tattoo.

STARRING CALEB VARNHAM & RHYS BLYTHE



    Cela faisait quoi ... Bien trois heures que Caleb Varnham et Rhys Blythe étaient accoudés au comptoir du bar le plus réputé de la ville de Miami à se descendre une suite interminable de boissons alcoolisées en faisant voleter billets et éclats de rire à la ronde à quiconque voulait bien leur accorder un peu d'attention. Ils s'étaient en effet retrouvés dans ce lieu sans l'avoir particulièrement planifiés : les deux jeunes gens savaient certes chacun de leur côté que l'autre appréciait ce bar et s'y rendait à fréquence régulière. Aussi, lorsqu'ils tombèrent l'un sur l'autre, à quelques tabourets seulement d'écart, ils ne furent pas surpris ; simplement ravis. Ils venaient l'un comme l'autre de trouver un compagnon de verres. La première heure défila alors assez lentement tandis qu'ils partageaient ensemble les dernières nouvelles qu'avaient pu connaître leur vie. Rhys feignit l'indifférence, luttant pour ne pas afficher un air malicieux sur le visage quand Caleb nomma sa compagne et insista alors pour offrir des verres supplémentaires à son ami. Le saoulait-il exprès ? Non, il n'était pas mesquin à ce point … Ou du moins, il lui laissait une chance énorme puisque Rhys buvait tout autant que lui. La seconde heure passa alors en un éclair : l'alcool fort qu'ils commandaient montaient rapidement à la tête et les deux hommes se mirent à mélanger leurs anecdotes avec des blagues vaseuses et une attitude qui se relâchaient de plus en plus. Le barman pourtant ne fit aucune remarque : ils n'étaient pas violents et avaient de quoi payer, il n'y avait donc aucune raison de les faire sortir du bar. La troisième heure resta affreusement brouillée et tout ce dont ils se rendirent plus ou moins compte étaient que leurs portefeuilles laissaient s'échapper plusieurs billets verts que des personnes moins saoules qu'eux s'empressaient de ramasser discrètement. Ah oui, on peut toujours compter sur le soutien du voisinage quand on est bourrés, n'est-ce pas ?
    Une file considérable de verres vides se dressaient alors devant eux lorsque, le visage écarlate et le rire ne cessant d'agiter son corps, Rhys laissa sa tête reposer sur le comptoir, lançant un regard de biais à son voisin. D'une voix incertaine et la voix parlant trop fort, il prit alors la parole, tentant de contrôler le tournis qui s'emparait de son crâne.

      « Caleb ! Sortons d'ici, j'étouffe. J'veux marcher sur les étoiles … Ou sous. Je sais plus. Déguerpissons. »


    Laissant une demi-douzaine de billets de grosses coupures sur le comptoir et payant ainsi au moins le double qu'il n'aurait dû, Rhys attrapa sa veste mais n'essaya même pas de l'enfiler : c'était peine perdue d'avance. Il tapota sur l'épaule de Caleb avant de se diriger vers la sortie d'un pas titubant et son regard se retournant sur chaque silhouette féminine qu'il croisait. Tout compte fait, et s'il restait ? Il n'eut tout de fois pas le temps de revenir sur sa décision puisque Caleb venait de le dépasser et mettait déjà un pied dehors. Le vent frais de la nuit surpris Rhys et il fronça légèrement les sourcils. Il était tellement saoul qu'il ne savait pas tellement ce qu'il devait faire : rentrer à Ocean Grove en prenant le volant eux-mêmes ? Nope certainement pas, surtout que Rhys ignorait totalement où il avait garé sa voiture. Rentrer à pieds ? Encore moins, Rhys peinait à tenir sur ses deux jambes et quelque chose dans l'allure de Caleb lui disait qu'il n'était pas le seul. Son regard fut alors attiré par un néon qui brillait irrégulièrement dans la nuit noire, à quelques mètres seulement de là où ils se trouvaient. Plissant les yeux, il lut alors ce qui était indiqué en lettres lumineuses et un nouveau sourire vint fendre son visage. Voilà où ils allaient passer leur prochaine heure …
    Tournant son visage vers son ami, Rhys jubilait déjà à l'idée de ce qui venait de lui traverser l'esprit : si Caleb jouait le jeu suffisamment, il allait inconditionnellement offrir la pire surprise qu'il puisse à Bonnie Whealer. Posant une main sur l'épaule de Caleb et le regardant avec un air plein de défi, il lui dit alors.

      « J'te sens prêt pour le grand saut, Cal'. Viens, suis-moi. »


    Sans prendre le temps d'écouter s'il allait émettre une objection ou non, Rhys se mit en route, en attirant avec lui le jeune homme, jusqu'à l'entrée de la boutique nocturne de tatouages qui était pratiquement vide à cette heure-ci. Poussant la porte d'une épaule, il lança un coup d'œil confiant et impatient à Caleb, comme pour lui faire comprendre qu'ils étaient à deux doigts d'effectuer quelque chose de follement excitant. Follement excitant, surtout pour Rhys qui imaginait déjà la tête que tirerait Bonnie en voyant son cher et tendre arborer un tatouage de mauvais goût sur son biceps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I expect, I'll regret you (...) Dim 17 Mai 2009 - 21:47


    ALCOOL, ALCOOL, ALCOOL. Caleb n'était pas du genre à boire trop, tout le temps. En fait il ne résistait pas à faire des choses qu'il n'aurait pas fait sans tous cet alcool dans les veines. D'ailleurs, lorsqu'il était au Canada, rares étaient les moments où il buvait. Il n'avait jamais apprécié le fait de ne plus rien contrôler, le fait de ne plus penser par lui même. De plus il avait eu une très grosse surprise (ou déception?) le premier jour où il a bu au point de ne plus pouvoir marcher tout seul. Ce soir là, lui et Rhys avaient décidé de passer une soirée entre hommes, évidemment c'était Rhys qui avait proposé le bar le plus branché d'Ocean Grove. Caleb n'était pas expert des alentours et d'ailleurs c'était seulement depuis qu'il connaissait les gens d'ici qu'il avait commencé à boire régulièrement. Il ne devenait pas souvent saoul, pour la plupart du temps il arrêtait de boire au bout du premier ou deuxième verre, mais il avait remarqué que lorsqu'on commençait à boire, on ne pouvait pas vraiment s'arrêter et plus il s'habituait à aller trop loin, plus il le faisait. Tout le monde a sa façon d'être lorsqu'il est saoul, il y avait des gens qui devenaient violents, d'autres complètement fou ou d'autre qui s'endormait sur place ; heureusement pour son entourage, Caleb de son côté devenait un vrai ours en peluche. Il disait oui à tout ce qu'on lui proposait, il n'était plus l'homme qui se méfie de tout et de tout le monde, il était le contraire du Caleb sobre. Cela faisait un bon moment que Rhys et le jeune Varnham étaient au bar, en fait Caleb était déjà bien saoul alors il ne voyait plus le temps passer. Il n'aurait pu dire depuis combien de temps ils étaient assis au bar, tout ce qu'il savait faire c'était commander des nouveaux verres et rire à tout ce que pouvait dire le jeune Blythe. On disait souvent " femme qui rit, femme qui finit dans son lit ", il espérait quand même que l'alcool ne les mèneraient pas jusque là, surtout que Caleb se rappelait toujours de tout lorsqu'il buvait et se rappeler de ça serait très gênant. C'est vrai que Rhys était plutôt pas mal comme homme, mais... ça n'était pas du tout le genre de personnes que Caleb voudrait dans son lit. Il effaça rapidement cette idée de ses pensée, puis rit encore des conneries que pouvait sortir Rhys. Lorsque Caleb bu cul sec l'ultime verre, il eu le tournis et s'accrocha au bar, heureusement cela passa rapidement il fallait qu'il prenne l'air et surtout il fallait qu'il sorte d'ici, si il restait ici il ne résisterait pas à prendre d'autres verres alors que si il sortait il serait contrait à savourer l'air chaud et l'odeur de mer des nuits de Miami. Lorsque Rhys proposa d'aller prendre l'air, Caleb acquiesça rapidement, d'un geste convaincu et ricana encore sur ce qu'il venait de sortir, il était complètement saoul, c'était sûr. Le jeune Varnham se dirigea vers la sortie rapidement après avoir posé un billet sur le bar, sans se rendre compte que Rhys avait ralentit derrière lui. L'air de l'extérieur n'était pas si chaud en fin de compte et donc, l'air frais lui fit retrouver ses idées rapidement, en tout cas au moins le quart de ses idées. Il avait réussi à tenir debout dans la rue encore bondée. Il se retourna lorsqu'il entendit les pas de Rhys approcher puis se retourna vers ce qu'il venait de lui montrer.

      « J'te sens prêt pour le grand saut, Cal'. Viens, suis-moi. »

    L'endroit que Rhys lui montrait était éclairé par des néons bleus. Avec le taux d'alcool dans ses veines, il ne pu reconnaitre que le mot : "Tattoo". Les sourcils de Caleb se levèrent à la vu de ce nom, il savait très bien de quoi il s'agissait. Et malgré le fait que dans la vie normale, il refusait totalement les tatouages et les piercings, après avoir bu autant de verres il était tout excité à avoir quelque chose de graver sur sa peau jusqu'à la mort. L'adrénaline poussa la crainte d'un gros coup de pied aux fesses dans les pensées de Caleb et en effet, comme le disait si bien son ami, il était prêt pour faire le grand saut. Il suivit celui-ci à l'intérieur de l'habitacle jusqu'à y rentrer et y trouver seulement un homme baraqué, rempli de tatouages sur tout le corps, de bracelets avec des pics, les cheveux longs, et maquillé complètement en noir. A cette vue, Caleb voulait complètement pouffer mais se retint et se en se retournant légèrement pour cacher son sourire. Puis à nouveau il reporta son attention sur lui.

      « Vous voulez quelque chose les mecs ? »

    Avant même que Rhys prenne la parole, Caleb la prit pour répondre au grand homme.

      « Ouais, un tatouage ! » Caleb regarda son ami avec malice puis reporta son attention sur le grand homme. « Je choisis le sien et il choisit le mien ! »

    Il était tout fier de son idée, il réservait à Rhys quelque chose de très... embarassant mais il n'avait pas pensé au taux de machiavélisme qui sommeillait tout au fond de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I expect, I'll regret you (...) Ven 22 Mai 2009 - 23:41

    S'il avait été sobre, de nombreux éléments dans cet boutique auraient tout à fait dissuadés Rhys d'aller jusqu'au bout de l'idée insensé qu'il avait venait d'avoir. La musique Heavy Metal bien trop forte, les néons kitsch qui flashaient en guise d'éclairage au plafond, les trois chats qui rodaient nerveusement autour d'eux, le client aux cheveux verts qui se faisait tatouer par un gringalet torse nu et surtout, le tatoueur responsable qui semblait tout droit sortir d'un journal de faits divers narrant les exploits d'un camionneur du Kansas ayant tué sa femme et mangé ses gosses. Pourtant, Rhys n'eut aucun mouvement de recul, bien au contraire. Il s'avançait vers le centre de la pièce avec la même verve et l'assurance qu'il avait lorsqu'il s'apprêtait à affronter un adversaire sur un ring. Sauf que là, il ne comptait pas lever la main sur l'homme tout de noir vêtu, mais lui offrir son bras. Le jeune homme affichait un air béa et tourna alors son visage vers Caleb lorsque celui-ci prit l'initiative de la parole. Sa réponse à l'homme eut le don de surprendre Rhys mais également de l'enthousiasmer. Ses mots dépassaient toutes les aspirations de l'étudiant : Rhys allait avoir l'occasion de choisir le message qu'arborerait à vie sur son bras l'homme de Bonnie. Autant dire, Noël accouplé à son jour d'anniversaire avant l'heure.
    L'esprit encore fortement embrumé, Rhys laissa donc s'échapper une exclamation prouvant son engouement face à cette idée et il l'illustra d'avantage en accordant une tape ferme derrière le dos de son ami. Celui-ci était ivre, il n'y avait pas de doute possible sinon il n'aurait jamais accepté de le suivre et encore moins de lui demander de choisir son tatouage pour lui : Rhys était donc tout à fait assuré qu'il accepterait n'importe lequel de ses choix. Il pouvait même lui demander de se tatouer la tête de la femme du tatoueur qu'il accepterait sans doute sans broncher. Gardant sa main sur l'épaule de Caleb, le jeune homme tourna son visage vers le responsable et prit la parole à son tour.

      « Tout à fait ! Et on veut être tatoués en même temps. Ensemble dans la douleur … Ou dans les pleurs. J'suis sûr que tu vas chialer, Caleb ! »


    Il avait ajouté sa dernière phrase en adressant un regard éméché à son compagnon avant de retirer sa main de son épaule et se diriger vers le tatoueur. De nouveau, il prit l'homme par l'épaule et le conduit, comme si c'était lui-même le propriétaire des lieux, vers l'espace aménagé spécifiquement pour les tatouages. Cette proximité ne semblait pas plaire à l'homme mais il ne le repoussa pas pour autant – il devait probablement se dire qu'un client restait un client, surtout dans ce quartier où les habitants sont aisés financièrement. Rhys profita alors de ce bout de route pour glisser à l'oreille de l'homme les mots qu'il souhaitait voir marquer sur la peau de son ami. Il était tellement bourré qu'il n'avait pas pris la peine de réfléchir bien longtemps et d'ailleurs, rien n'était dit que s'il avait été moins de gramme d'alcool dans le sang il aurait pu trouver quelque chose de plus lumineux. Mais là était tout l'intérêt : plus le message serait idiot, futile et provoquant, plus il enragerait Bonnie Whealer. Et quoi de mieux au monde que de voir Bonnie sortir de ses gonds ? Sans doute la voir sortir de ses gonds face à l'homme qu'elle aime. D'une voix qui se voulait discrète, Rhys confie alors à l'homme, qui faisait trois fois son épaisseur, le slogan qui venait de traverser son esprit. Ce fut d'ailleurs à cet instant que le second tatoueur finit sa petite œuvre d'art sur la fesse du seul client du lieu, assurant alors qu'il serait tout à fait disponible pour l'un des deux amis.

      « Tatouez-lui « the greatest pleasure in life is being with a blonde beer … or woman. » En lettres gothiques, vous voyez ? Du genre, 'faut que ça fasse esthétique et dur à la fois … Enfin, je ne vous apprend pas votre métier, vous savez comment faire. »


    Le tatoueur hocha la tête et ils se tournèrent alors dans un même mouvement vers Caleb. Il semblait impatient de passer sur la chaise et Rhys en était plus que ravi. Il était plutôt satisfait de la phrase qu'il avait choisi pour son ami : un tatouage sur la bière était radicalement de mauvais goût et la chute déclarant que d'être en compagnie d'une femme blonde pouvait challenger une bière ne risquait pas de laisser Bonnie – la fière brune du quartier – indifférente. Un large sourire suspendu à ses lèvres, le jeune homme se déplaça alors jusqu'aux sièges blancs réservés aux clients souhaitant se faire marquer et déclara à l'adresse de Caleb.

      « C'est bon, ton message est conforme aux … J'en sais rien, mais il est conforme dans mon esprit et Belzébuth ne m'a pas dit non alors viens présenter ton biceps ! »


    Rhys était lui même si excité à l'idée d'entendre tourner les accessoires nécessaires pour graver leurs peaux qu'il retirait déjà son t-shirt et s'installait à sa place bien que Caleb n'ait toujours pas révélé à l'un des deux tatoueurs le message qu'il avait prévu pour lui. Mais une chose était sûre, ce dernier n'allait sûrement pas louper Rhys.


Dernière édition par Rhys Blythe le Lun 20 Juil 2009 - 1:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I expect, I'll regret you (...) Ven 5 Juin 2009 - 21:36


    Caleb leva les yeux au ciel lorsque Rhys affirma que celui-ci se mettrait à pleurer. Il fit un mouvement de recule et lui donna un coup dans le ventre, rien de très grave c'était quelque chose que les hommes se faisaient pour dire à l'autre gentiment de se la « fermer » Il n'ajouta rien étant déjà à la recherche du tatouage qui ferait enragé son ami. Il oublia même la présence des deux hommes qui se mirent à parler ensemble. Il avait juste remarqué un autre tatoueur, en plein travail sur un autre punk rocker. Il remarqua par contre que Rhys s'était bien approché du grand homme tatoué, le propriétaire des lieux et que les deux hommes commençaient à marcher vers l'autre tatoueur grand et maigre qui avait l'air d'être un peu plus maladroit que son patron. Automatiquement, Caleb se mit à les suivre et à nouveau il reprit ses recherches pour le tatouage de Rhys. Il ne trouvait rien de bien tranchant qu'il connaisse dans la vie de Rhys pour lui faire tatouer sur le torse, d'ailleurs Rhys n'était pas du genre à raconter les dossiers de sa vie et Caleb non plus, il se demandait donc comment Rhys allait faire pour trouver quelque chose à mettre sur la peau de Caleb, pour la vie. Il suivait les deux hommes, un peu en retrait à l'arrière, puis commença à se dire que s'il ne connaissait pas assez de dossiers sur la vie de Rhys, il pourrait les inventer ? En même temps tous les coups étaient permis, les deux jeunes hommes n'avaient imposés aucune règle et tant mieux pour Caleb ( ou tant pis ? ) et d'ailleurs il n'arrivait pas vraiment à réfléchir avec tout cet alcool dans les veines. Il réfléchit à ce qui pourrait foutre la honte à Rhys, lorsqu'une jeune fille voudrait intensément de lui et que malheureusement au moment d'enlever leurs habilles et de passer à l'action, elle tombe sur la signature de Caleb, la phrase qui tue, oui le « tue l'amour ». Un flash apparut alors dans ses pensées, c'était venu comme ça alors qu'il avançait encore vers la salle « d'éxécution » : THE SPICE GIRLS. Il avait pensé à la jeune femme que Rhys aurait pu se faire et donc une petite bombe blonde sortie d'un film et en pensant à une jeune fille pareille, il pensa automatiquement au groupe de filles qui avaient fait un carton à l'époque avec leur « wannabe ». Un grand sourire s'installa sur les lèvres du jeune Varnham. Il avait son tatouage, il était apparu dans ses pensées tout seul, comme si une présence divine voulait se venger de son ami et lui avait envoyé un message. Ayant déjà l'image du tatouage il se reporta sur les deux hommes devant lui, il vit son ami glisser quelques mots à l'oreille du tatoueur musclé, il était tellement excité de savoir ce que Rhys lui avait préparé, qu'il était alors pressé de se faire marquer la peau. Cela était idiot mais il devenait idiot lorsqu'il était saoul. S'il aurait été sobre, il n'aurait sûrement pas trouvé l'idée qu'il venait de trouver, il était tout de même fier de lui. Il pressa donc le pas lorsque les deux hommes se retournèrent vers lui et donc il les rejoignis rapidement. Apparemment, Rhys avait fini avec son tatouage, c'était à lui à présent de confier son bébé au tatoueur.

      « C'est bon, ton message est conforme aux … J'en sais rien, mais il est conforme dans mon esprit et Belzébuth ne m'a pas dit non alors viens présenter ton biceps ! »

    Un grand sourire s'installa sur les lèvres de Caleb et il se dirigea vers une table où des feuilles étaient disposées.

      « Une seconde, bébé Rhyrhy, ton cadeau est sur le point d'être emballé. » Il avait inventé ce surnom plus tôt dans la soirée, premièrement parce qu'il était saoul et deuxièmement à cause du fait que Rhys était plus jeune que Caleb et que donc celui-ci pouvait le charrier pour ça.

    Les feuilles sur la table étaient des modèles de tatouages. Il attrapa un stylo qui était lui aussi disposé sur cette table, choisit un modèle avec un cœur rouge transpercé par une flèche noire, il écrivit sur ce cœur :

    BE A SPICE GIRL
    F O R E V E R


    Il attrapa ensuite la feuille puis la montra au tatoueur musclé, sachant que Rhys était déjà avec le grand maigre, il tendit la feuille à l'homme et lorsque celui-ci lu le message, Caleb cru voir un soupçon de sourire sur son visage, peut-être était-ce le fait qu'il était fier de sa trouvaille – notez que cette phrase rimait parfaitement. Il fit alors volte-face et se dirigea vers le deuxième lit où il s'installa. Il observa les deux tatoueurs aller dans la pièce pour je ne sais quoi et à son tour il enleva son tee-shirt et admira son corps. Il retint l'intention de Rhys pour le lui montrer.

      « Pssst ! Regarde, ça c'est des heures de travail mon petit, quand tu seras plus grand t'auras le droit à un corps pareil ! Et puis... quand tu auras ton tatouage, évite de me sauter dessus aussi, de mon côté Belzéblythe ne m'a rien refusé non plus. » Apparemment c'était la soirée des surnoms de Caleb, c'est qu'il était inspiré et que la comparaison de Rhys à Belzébuth était plutôt bien choisie, car il ne savait pas encore ce qui lui attendait.

    Il observa les deux tatoueurs revenir, avant que Rhys eu pu répliquer, le grand maigre avait dans les mains la feuille qu'il avait donné quelques minutes auparavant et à nouveau un grand sourire s'installa sur les lèvres de Caleb, puis il jeta un coup d'œil à son ami, qui lui aussi avait l'air d'être en extase. Il se redressa sur son lit, puis attendit que les deux tatoueurs s'approchent avec leurs outils bruyants. Caleb héritait du grand musclé alors que Rhys se tapait le grand maigre. Les deux tatoueurs se mirent alors à leurs aises sur une chaise près de leurs clients et activèrent leurs machines.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I expect, I'll regret you (...) Mar 30 Juin 2009 - 23:33

    Rhys, torse nu et l'expression hilare alors qu'il allait sûrement pleurer à son réveil en constant les dégâts, ne se doutait pas un instant que son ami allait à son tour confier aux tatoueurs un message particulièrement délicat à porter. Tout ce qu'il avait en tête, c'était l'envie de sentir la turbine se coller contre sa peau, de « se prendre pour un dur » et surtout, d'imaginer l'expression de Bonnie en découvrant son homme arborer un tatouage qu'elle désapprouverait forcément. Peut-être que Rhys aurait du demander au tatoueur d'illustrer la petite phrase d'une paire de seins ou d'un corps de femme entièrement nu … Si l'envie de revenir sur sa décision le prit, le jeune homme n'eut pourtant pas le temps de dire un mot supplémentaire au responsable des lieux puisque déjà, Caleb fit part au second tatoueur des mots qu'il devait graver sur la peau de Rhys.
    Le jeune homme fit alors preuve de patience, même si son corps ne cessait de changer de position tellement son impatience était grande. Il avait tellement hâte … Mais s'il savait ! Sans doute prendrait-il ses jambes à son cou et renierait Caleb à vie. Enfin, le jeune homme revint à sa place et s'installa sur le lit voisin de celui de Rhys. L'étudiant tourna son visage vers lui et éclata de rire en le voyant exhiber ses muscles comme s'il s'agissait de la statue de Vénus elle-même. En soit, ce n'était pas si drôle que cela mais la façon dont Caleb agissait et les grammes d'alcool qui coulaient dans les veines de Rhys facilitaient clairement l'accès au rire. Un rire qui s'accentua d'avantage en entendant le surnom idiot que lui accorda Caleb. « Belzéblythe », bien joué … Rhys se serait bien promis de la ressortir mais il craignait fort de ne pas se souvenir de tout cela à son réveil. Lorgnant vaguement le torse de Caleb, certes musclé mais loin de l'impressionner assez, l'étudiant lui répondit d'une voix faussement détaché.

      « Des heures de travail ? Wow, j'espère que Bonnie est assez endurante pour « gérer » tout ça, si tu vois ce que je veux dire. »


    Ayant réussi à caser son énième remarque salace de la soirée, Rhys laissa retomber son crâne contre le dossier du siège et chercha du regard son tatoueur qui tripotait non loin de lui ses ustensiles et le bout de papier sur lequel Caleb avait griffonné quelques minutes plus tôt. Si Rhys avait été sobre, il aurait pu se tordre suffisamment le cou pour réussir à voir ce qui était écrit mais il était bien trop à l'ouest pour avoir cette idée et il voyait d'ailleurs bien trop en double pour pouvoir lire quoique ce soit. Vraiment pas de bol, ce soir.
    Finalement, le tatoueur squelettique s'approcha de la carrure de Rhys et s'affaira à désinfecter l'épaule de l'étudiant. Ils y étaient enfin. Le regard pétillant et le visage absolument surexcité, le jeune homme leva sa main libre et leva son pouce en signe de total enthousiasme à l'adresse de son ami. Il trépignait d'envie de voir Caleb porter la phrase qu'il venait expressément de choisir pour lui, de voir son expression paniquée quand il lira le résultat final. Quelques minutes plus tard, l'aiguille fatidique vint enfin se coller contre la peau de Rhys et il ne put retenir un sursaut de surprise sous la douleur. Il n'avait pas imaginé que cela serait aussi vif et il dut serrer des dents et du poing pour ne pas flancher. Étrangement, ce contact douloureux fonctionna légèrement comme un désenivrant et le jeune homme se sentit soudainement beaucoup plus alerte. Mais toujours entièrement partant pour ce fameux tatouage, naturellement. Tandis que le tatoueur continuait son œuvre sans se soucier le moins du monde des grimaces qu'affichait son client, le jeune homme leva son regard vers Caleb et vit que lui également se voyait déjà joliment ornementer de ses premiers mots. C'était tout de même étrange comme expérience : c'était une preuve de leur confiance réciproque qu'ils avaient l'un en l'autre tout de même … Ou alors, la preuve qu'ils étaient tous les deux les plus grand crétins que la Terre n'ai jamais porté. Ils devaient sûrement y avoir un peu des deux, en fait.
    Le tatoueur en était à sa seconde ligne lorsque Rhys posa son regard sur ce qu'il lui notait. Il voyait à l'envers et il dut plisser des yeux pour essayer de déchiffrer, avec grand mal. Il arrivait tout juste à lire « Be a … for.. » C'était très peu compréhensible et encore bien loin de lui mettre la puce à l'oreille. Ces lettres pouvaient correspondre à tout et n'importe quoi. Choisissant alors de découvrir le message en entier lorsque le travail sera terminé, il reprit la parole d'une voix forte pour couvrir les bruits électriques des aiguilles en direction de son partenaire.

      « Caleb ! Toi aussi t'as envie de t'arracher la peau tellement c'est douloureux ? »


    Détournant son regard vers son tatoueur, Rhys lui ajouta à son adresse.

      « Vous n'avez jamais pensé à travailler avec des feutres indélébiles ? Ça marcherait aussi très bien … non ? »


    Il aurait bien voulu afficher un sourire pour marquer son ironie mais il n'y arrivait même pas : il était tellement crispé qu'à la limite, il lui aurait été plus simple de vomir sur son tatoueur, sous l'effet de l'alcool et de la douleur… Mais il doutait que cela ne serait pas exactement l'idée la plus brillante de la soirée. L'homme, sans détacher son regard du bras de Rhys rumina vaguement une réponse que Rhys comprit comme « Ouais, et avec des autocollants Malabar, aussi ... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I expect, I'll regret you (...) Dim 5 Juil 2009 - 2:13


    Caleb était fier de son geste, il ne pensait même pas aux conséquences que ce tatouage pourrait avoir dans le futur. Il ne savait pas ce que Rhys avait bien pu choisir pour lui, mais de toute manière il s'en fichait. Pour lui, Rhys n'était pas assez machiavélique pour lui faire un coup comme il lui avait fait. Pourtant, il devrait se méfier... En effet il ne connaissait pas vraiment le vrai visage de son ami, il savait juste que Bonnie le détestait mais ne savait pas vraiment pourquoi. Et puis... les deux hommes s'amusaient toujours ensemble, c'était ça le principal pour Caleb. Il n'avait jamais eu une vie comme il celle à Ocean Grove. Ici, il sortait plus, buvait plus – et d'ailleurs il ne s'était toujours pas habitué à boire autant. Il avait une vie sociale beaucoup plus développée – c'est qu'on peut en faire des rencontres sur le territoire américain en moins d'un an. Mais surtout, il était moins responsable, il vivait un peu l'adolescence qu'il n'avait pas eu le droit de vivre, à cause des responsabilités qu'il avait du prendre trop tôt. Enfin, même si il avait eu du mal à s'habituer au débût de cette aventure, il appréciait de plus en plus cette vie américaine. Enfin, lorsqu'il eu repensé à ses débuts dans cette ville, Caleb eu un grand sourire satisfait à la remarque de Rhys, gardant ce sourire et en regardant le plafond, le temps d'attendre que les deux tatoueurs soient enfin prêts, il lui répondit.

    « Oh ! Ne t'inquiète pas, elle me satisfait plus que je ne l'espérais de ce côté là. »

    Il lança un dernier regard à Rhys, qui de son côté avait arboré le même sourire pervers. Il reprit sa contemplation du plafond lorsqu'il aperçut les deux tatoueurs prêt à commencer leur travail. Le cœur de Caleb plein d'excitation et son regard pétillant en disait long sur l'état dans lequel il était. Il regarda le grand musclé s'approcher de lui, comme un enfant regarde son père lui apporter une glace au chocolat, dont il était privé avant. C'est vrai que si il aurait été encore au Canada à cette heure-ci, il n'aurait jamais fait une erreur comme celle-là. Mais à ce moment même, il ne pensait qu'à une chose : je suis jeune et vacciné. Caleb porta son attention sur Rhys qui était dans le même état que lui et qui lui avait fait un signe positif du pouce pour lui montrer son enthousiasme, Caleb de son côté eu un grand sourire même si il avait quand même un noeud au ventre devant cette aiguille. Il reposa son regard sur le grand musclé et prit une grande respiration lorsque celui-ci s'approcha de son lit, si il serait sobre il serait sans aucun doute partit, mais là l'excitation que l'alcool procurait à son corps entier faisait qu'il ne pouvait même plus bouger. Lorsque le tatoueur déposa enfin l'aiguille sur la peau de Caleb, celui-ci ferma les yeux de toute ses forces. Vous pouviez lui infliger toutes les tortures que vous voudrez, mais il avait toujours redouté les prises de sang ou les vaccins. Et en fait, ce soir là il n'avait pas du tout pensé à l'aiguille du tatoueur, son arme ultime. Il attrapa le barreau du lit, de la main qui n'était pas occupé à se faire trucider et ne parlait plus du tout, s'il ouvrait la bouche ce serait sûrement pour crier. Il laissa faire le tatoueur pendant quelques instants et puis au bout d'un moment, il ne trouvait plus que ça faisait si mal que ça, il s'habituait à la douleur, en fait. Il lacha le lit, lorsqu'il entendit la voix de Rhys raisonner derrière les bruits des machines.

    « Caleb ! Toi aussi t'as envie de t'arracher la peau tellement c'est douloureux ? » et quelques secondes plus tard, il l'entendit demander au tatoueur. « Vous n'avez jamais pensé à travailler avec des feutres indélébiles ? Ça marcherait aussi très bien … non ? »

    Varnham n'avait pas entendu la réponse du tatoueur, mais savait que cette question était tout à fait idiote, c'est pour ça qu'il en rit, avec difficulté, il avait plutôt envie de pleurer à l'instant présent. En effet, Caleb aussi ressentait la même douleur que son ami. Il prit un certain temps pour répondre à Rhys qui celui-ci devait avoir oublié la question qu'il avait posé quelques minutes plus tôt, et le jeune Varnham cria à travers la salle.

    « Tu rigoles... j'vais pas aller m'arracher la peau mais aller me suicider, ça serait déjà moins douloureux ! » à nouveau il eu du mal à rire, puis il ajouta « Tu peux me dire pourquoi je t'ai suivi dans ton plan à deux dollars ? J'espère que tu souffres bien Blythe ! »

    Encore une fois, il sortit un rire étrange, mêlé à un peu souffrance corporel. Il serra les dents encore une bonne demie heure, le temps que le tatouage soit entièrement fini, il n'essaya pas de regarder ce que ça pouvait être, il voulait avoir la surprise même lorsqu'il se verrait dans un miroir. Les minutes qui suivirent étaient éternellement longue, il ne se passait pas une minute sans que Caleb eu un petit crissement de douleur, ou un regard qui suppliait le tatoueur d'arrêter, mais en vain. La douleur et le temps qui passait lui avait fait reprendre un peu ses esprits et à présent il se posait des miliers de questions. Et si le tatouage ne lui plaisait pas ? Et si IL ne plaisait pas à Bonnie ? Parce qu'il n'avait pas pensé à elle avant de prendre cette décision, il avait oublié qu'elle avait tout de même son mot à dire. Et puis de son côté il n'était pas fan des grands tatouages qui prennaient tout le bras, heureusement celui-ci avait l'air de n'être que sur son épaule, ce qui était déjà une bonne nouvelle. Lorsque le tatoueur mit enfin fin au supplice, Caleb eu un soupire de soulagement alors qu'il entendait encore le bruit du deuxième tatoueur, c'était sûrement parce qu'il y avait un gros coeur à graver sur l'epaule de Rhys. Pendant un moment il était fier de lui et il lança un regard vainqueur à Rhys, qui était encore en train de souffrir. Caleb ressentait encore des picottements douloureux au niveau de son épaule, mais c'était déjà mieux qu'avant. Il se leva enfin de son lit pour aller rejoindre le miroir, puis plaça son épaule en face de celui-ci. Il prit du temps à lire ce qu'il y avait d'écrit, l'alcool, l'effet miroir, et puis la stupéfaction aussi et la première pensée qu'il eu au moment où il comprit enfin ce qu'il y avait marqué et la liaison avec Bonnie était : " non, il m'a pas fait ça ! " Il se retourna brusquement vers Rhys et le regarda fixement, de son côté il avait un sourire et il scrutait Caleb.

    « PUTAIN, RHYS, TU VEUX ME FAIRE TUER ! J'pensais à un " J'aime ma mère " ou à un " Je suis une rockstar " encore ça passerait, même si c'est ridicule, mais ça ! Bonnie va se transformer en Furie, elle va plus vouloir me voir nu de toute sa vie ! Et ensuite je devrais aller me chercher une blonde ! » dit-il avec stupéfaction, lorsqu'il eu fini avec cette dernière phrase, il pensa à Victoria, la soeur de Rhys, puis pour le faire regretter un peu, il ajouta « Mais ta soeur, elle est blonde non ? Ah bah c'est bon, ça arrange tout, la prochaine fois que sa voiture tombe en panne, je lui montrerai le cadeau que tu m'as fait. » Caleb eu un léger sourire en coin, même si cette dernière remarque l'amusait, il devrait tout de même trouver un moment pour le montrer à Bonnie, qui le verrait un jour ou l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I expect, I'll regret you (...) Jeu 23 Juil 2009 - 1:26

    S'il avait sût par avance ce qu'il allait devoir affronter, sans aucun doute que l'étudiant aurait réfléchi à deux fois avant d'essayer de se mesurer à Caleb. Mais le mal était fait, il ne pouvait plus faire marche arrière (et d'ailleurs à cet instant il n'en avait pas envie) : il allait devoir subir l'une des plus grandes humiliations qu'aura connu sa courte vie.
    Rhys, allongé comme l'était son ami, sur son lit de combat – parce qu'il n'y a pas à dire, cette aiguille était une véritable arme de guerre – essayait de garder son regard concentré sur le plafond mais peinait terriblement. Sa tête n'arrêtait pas de s'agiter dans tous les sens : l'effet de l'alcool le rendait évidement beaucoup plus nerveux que d'habitude. Il semblait pressé que cela se termine à cause de la douleur mais aussi et surtout parce qu'il avait de plus en plus hâte de voir la réaction de Caleb à la fin. De plus, la longueur du message qui s'imprégnait dans sa propre peau à lui commençait à éveiller avec vigueur sa curiosité. Il serrait les dents et tous les traits de son visage était crispé mais son regard restait vif : il lançait régulièrement des coups d'œil vers le lit voisin et se faisait alors sermonner par son tatoueur qui lui reprochait son agitation. Il était tellement impatient de voir le résultat sur Caleb qu'il risquait de foirer en force le sien. Lorsque Caleb lui fit partager son envie de suicide puis sa déclaration souhaitant que Rhys souffre bien en représailles, il explosa de rire. Rhys se prit d'ailleurs un coup de genou sur sa jambe pour les soubresauts qui rendait le travail du tatoueur impossible. L'étudiant respira un bon coup et réussit à retrouver son sérieux même si dans son esprit, l'idée que Caleb souffre le martyre l'amusait encore doucement. Vive l'amitié entre types bourrés, n'est-ce pas ? Reposant sa tête sur le dossier de son siège, Rhys lui répondit alors une fois que son rire se fut en partie calmé.

      « Sache que si tu dois te suicider, tu partiras en paix : je tacherai de m'occuper de Bonnie comme elle le mérite. 
      Et je te rassure, même être renversé de mon lit avant mon réveil est plus agréable que ce que j'endure en ce moment ! Et Dieu sait comme je suis intransigeant sur la qualité de mon sommeil au petit matin. »


    Fermant les yeux un instant, Rhys retrouva alors le silence et laissa l'énergumène froid comme un régiment d'icebergs finir son job correctement. La douleur se faisait encore sentir mais elle devenait moins gênante : c'est comme tout, après un certain temps, on s'habitue. Même au pire.
    Le tatoueur finit alors par finaliser son œuvre avant de relever une bonne fois pour toute l'aiguille de la surface de la peau de Rhys. Il était en retard de quelques minutes sur le tatoueur de Caleb et ce point fit grimacer le jeune homme : il risquait de louper la réaction de Caleb s'il trainait encore ! Finalement, un cri de victoire s'échappa des lèvres de Rhys et il du se retenir de ne pas serrer dans ses bras la crevette qui lui servait de tatoueur. Bondissant hors de son siège, un sourire jusqu'aux oreilles, Rhys vint rejoindre, face au miroir, Caleb qui venait de réaliser le message qu'il portait à présent. Le choc et le début de colère qui se lisait dans ses yeux étaient sans prix : Rhys aurait pu mourir à cet instant qu'il n'aurait pu se plaindre d'avoir eu une vie incomplète. C'était juste trop fameux : Caleb semblait avoir soudainement dégrisé et paniquait totalement face à la réaction qu'aurait sa petite amie quand elle découvrirait son tatouage. L'étudiant bien sûr, ne put retenir un nouveau fou rire et dut se tenir les côtes tellement son rire était violent. Bonnie deviendrait une vraie furie, il n'y avait pas de doute. Elle deviendrait verte de jalousie et peut-être même irait-elle jusqu'à briser un peu de vaisselle. Rhys devait impérativement penser à être dans le coin lorsque Caleb offrira à la vue de la jeune femme son bras comportant le message. Planqué derrière un buisson, pourquoi pas.
    Titubant jusqu'à son ami, Rhys porta une main sur l'épaule de Caleb, prenant soin de ne pas toucher à l'encre encore luisante et examina, toujours hilare, le tatouage. Il était plus que réussi, il fallait l'avouer et cette vision secoua d'avantage le jeune homme. La parole saccadée, il lui répondit alors.

      « Nah attend, je voulais pas que mon pote rivalise de ringardisme ! Je t'ai trouvé un truc bien unique et inattendu, tu devrais être fier ! Bonnie aussi le sera … Quand elle se rendra compte qu'elle n'a plus rien à démolir dans votre maison. Elle finira par reconnaître que ce tatouage est brillant, t'en fais pas. »


    Bien sûr, il ne croyait pas un traitre mot de ce qu'il venait de dire au sujet de Bonnie, il y avait genre plus de chance qu'Ocean Grove accueille une rave-party que Bonnie appréciant un jour ce tatouage. Et puis, la suite de la phrase de Caleb réussit enfin à calmer son rire idiot. Il venait de l'attaquer en retour à propos de Vicky et cela refroidit considérablement Rhys. Devenant bougon et perdant son rire, Rhys avait encore assez d'énergie pour faire son grand frère protecteur et méfiant. Il pressa alors assez fortement l'épaule de Caleb avant de lui répondre, l'expression du visage amère et légèrement soucieuse. Il aurait du remplacer le « blonde » par « rousse », il n'aurait eu alors absolument rien à craindre. La voix calme et le regard n'acceptant pas la moindre objection, il lui répondit alors.

      « Touche-la et ce n'est pas uniquement de la fureur de Bonnie dont il faudra te soucier. 
      Allez, pousse-toi. »


    Relâchant l'épaule de son ami, Rhys prit place face à la glace et présenta son bras au reflet. Bien sûr, l'effet miroir lui demanda un long moment avant de réussir à déchiffrer le message. Bon OK, il y avait un cœur … Mais le reste disait quoi ? Plissant les yeux, Rhys recomposa alors doucement mais sûrement la phrase : Be A … Spice Girl … Forever.
    Respirer, expirer, respirer … exploser. Le visage de rhys devint livide en une fraction de seconde et lorsqu'il se tourna vers Caleb, son regard prouvait qu'il était scandalisé, affolé et furieusement dégouté. Lui aussi il aurait préféré un truc plus virile, un truc plus sexy.

      « Autant me castrer directement. Non je blague pas, comment tu veux que je puisse espérer chopper à nouveau avec ce … ce ... bon sang, Caleb ! »


    Consterné, Rhys se laissa retomber sur une chaise abandonnée près du miroir et se mit à observer l'horreur qu'il possédait sur le bras. Il n'avait jamais écouté une seule chanson des Spice Girls en entier ! Son truc, plus jeune, c'était d'avantage les Backstreet Boys … Ouais ça, ça serait peut-être un peu mieux passé. Maugréant, il ajouta alors à l'adresse de son tatoueur.

      « Aucune conscience professionnelle vous, bien entendu. Il vous aurait demandé de me faire la notice pour un lâché de bombe nucléaire que vous l'auriez tout de même fait, c'est ça ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I expect, I'll regret you (...) Ven 24 Juil 2009 - 1:32


    Caleb se mit à rire lorsqu'il vit la tête de Rhys à l'idée que son ami aille rejoindre Victoria. De son côté il n'avait pas fait attention aux réflexions sur Bonnie. Il savait que jamais le jeune homme pourrait approcher Bonnie d'un mètre, d'ailleurs les deux ne s'appréciaient pas du tout et surtout Bonnie, pour une raison que Caleb ignorait complètement. Soit, quand B. savait que Caleb sortait avec Rhys, elle faisait la tête mais ne disait rien de plus, alors ça ne dérangeait pas du tout Caleb. Et puis de son côté il n'irait pas dragué la sœur d'un ami, c'est clair. Déjà parce qu'il connaissait Vicky et que la jeune fille était en quelque sorte une amie à lui, de deux parce qu'elle n'avait que 18ans et enfin parce que même au temps des boutons d'acnés, au lycée, lorsqu'il était dans l'équipe de hockey et que tous les joueurs fantasmaient sur les plus belles filles du lycée, ils disaient toujours : toutes les filles sont canons, sauf les sœurs des potes. Évidemment ça n'empêchait pas certains de briser ce pacte et de sortir avec les sœurs des potes, sinon il n'y aurait pas de bagarres dans les vestiaires n'est-ce pas ? Enfin, le jeune homme cessa rapidement de rire quand il sentit la main de son ami se serrer sur son épaule, et de là un rictus s'installa sur son visage. Il aurait bien voulu le rassurer en lui disant « T'inquiètes mon pote, on a déjà organisé elle et moi. » mais il n'eut le temps de rien dire qu'il vit déjà le visage de Rhys changer complètement d'expression, à nouveau. Il y eu un blanc d'abord pendant un moment, puis enfin, après s'être retenu trop longtemps, Caleb éclata enfin de rire. Lorsque Rhys se retourna enfin vers Caleb, celui-ci arrêta de rire avec difficulté, même si il gardait ce sourire qui y résultait. Il tapota le dos de son amis qui était indigné et qui criait tout au fond de lui à l'aide. Il reprit un air sérieux même si ses yeux brillait, tellement il avait rit. Il rit de plus belle lorsqu'il reprocha à son tatoueur d'avoir accepter de lui tatouer ça. Il ne tenait vraiment plus sur ses jambes et il se dirigea vers un des lit pour se tenir tellement, ce rire était... violent. Il reprit peu à peu sa respiration alors que son ami était assis et avait commencé son processus de « boudage » comme on pourrait appeler ça. Caleb s'assit sur un lit lentement, en reprenant sa respiration haletante, puis il porta enfin son attention sur son compatriote de tatouage.

      Tu es un homme de Dieu Rhys, t'as pas besoin de choper. Et puis comme ça si je me suicide, je suis sûre que Bonnie refusera de se faire choper par un mec qui est toujours fan des Spice Girls.

    Il eu un grand sourire puis se leva enfin pour se diriger vers son ami. Les deux tatoueurs de leur côté, qui en avait apparemment assez d'entendre les vannes pas marantes des deux amis – oui ils n'étaient pas saouls eux, et ils n'avaient apparemment pas le même humour. Lorsqu'il fut arrivé juste à côté de Rhys, il commença à freudonner.

      If you wanna be my lover...

    Il n'eut même pas le temps de continuer – d'ailleurs il ne connaissait plus vraiment les paroles de cette jolie chanson, Rhys s'était déjà préparé à lâché un coup. De son côté, il l'évita de justesse et en passant il explosa à nouveau de rire. Un rire qui rendrait complètement enragé le plus sage des sages. Il attrapa le bras de Rhys et le tira pour l'emmener avec lui, c'est que le bébé Rhyrhy était très fâché contre son ami et il ne voulait vraiment pas bouger. Pauvre chou. Il le tira vers le couloir et l'emmena vers la salle où ils s'étaient retrouvés dès qu'ils étaient rentré. La salle où il devrait payer, car la caisse était juste là. Lorsqu'ils arrivèrent dans celle-ci, il n'y avait personne, les deux tatoueurs avait dû s'isoler pour je ne sais quoi (?) et les deux jeunes hommes se retrouvèrent seuls dans la salle, il sentit alors une tape sur l'épaule et se retourna vers Rhys.

      Viens, on se casse, je paye pas pour cette dobe.

    Caleb fut d'abord surpris, il n'avait jamais vu Rhys comme ça, lui en effet, il s'en fichait de s'en aller sans payer, de toute manière il l'avait fait plus d'une fois, mais Rhys avait l'air d'être un gars... gentil. Était-ce Rhys qui pervertissais Caleb ou plutôt le contraire ? Qui sait... ils se pervertissaient mutuellement. Caleb lui adressa un regard qui voulait dire « 'es sûr ? » et Rhys lui rendit un regard qui voulait dire « putain, mec, t'as la trouille ou quoi ? ». Après ça, les deux amis se dirigèrent vers la porte, lorsqu'ils ouvrirent celle-ci, une sonnette juste au dessus d'eux retentit. Merde... ils avaient pas pensé à ça avant. Ils prirent une pause avant de se rendre compte qu'on entendait les pas des tatoueurs qui approchaient, lorsque le gros tatoueur arriva enfin dans la salle, il les regarda d'un air interogateur.

      Hey ! Vous faites quoi là ?

    Caleb lança un regard à Rhys et tous les deux se comprirent rapidement, les deux amis se criaient psychologiquement : cours. Il reportèrent pendant une seconde leur regard sur le tatoueur et en quelques fraction de secondes, ils se retrouvèrent à courir dans la rue essayant d'échapper aux tatoueurs. Évidemment, à cause des effets de l'alcool, les deux hommes s'étaient prit des pottos, des trottoirs, des bouche à incendies mais avaient réussi à échapper à leurs prédateurs. Il s'arrêtèrent dans une petit ruelle et reprirent leur souffle difficilement, jusqu'à ce que Caleb brise enfin le silence, d'un voix toujours haletante, n'ayant pas retrouvé complètement son souffle.

      Rhys... t'es le mec le plus con de Miami... mais je regrette pas...

    En effet, cette soirée lui avait rappelé tant de souvenirs et en même temps, il s'était sentit... plus jeune.


THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: I expect, I'll regret you (...)

Revenir en haut Aller en bas
 

I expect, I'll regret you (...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-