AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't call anymore dude, please ! [Dylan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Lun 4 Oct 2010 - 17:59


You see this guy !
I see him naked !

Gaddièl sortit en trombe du bureau du procureur, suivit par une étrange silhouette, celle-ci n'avait rien à voir avec les gens ordinaires qui rentraient et qui sortaient des bureaux. Elle avait le teint pâle, son corps était tout humide de la tête aux pieds, comme si cette apparition était tombée dans une étendue d'eau. C'était une femme à la longue chevelure blonde qui tombait sur sa nuisette blanche. Le grand brun aurait pu la trouver séduisante, avec sa poitrine généreuse et ses jambes tout en longueur, si elle n'était pas morte, une grande balafre qui traversait sa nuque. « Je vous remercie beaucoup pour avoir fait arrêté mon meurtrier. J'aimerais pouvoir faire quelque chose pour vous, sincèrement. » annonça t-elle alors que seul le médium pouvait l'entendre. Elle semblait heureuse même si elle continuait à inonder le sol sous ses pieds nus. Gaddièl fit comme à son habitude, en public, et fit comme si de rien n'était. Il avait l'air épuisé, des cernes assez prononcées sur son visage et sa barbe naissante appuyait encore plus son état. Il avait passé la nuit au poste pour essayer de mettre un nom sur le visage du meurtrier de la belle blonde. Car celui-ci avait été assez malin pour ne laisser aucune trace après son passage. La presse avait fait les gros titres avec lui; un maniaque qui aimait s'introduire chez des femmes célibataires et les noyaient dans leurs baignoires. Heureusement, à 4h 10 du matin, il avait enfin découvert son identité, grâce aux registres de la police. Le médium marcha comme un zombie jusqu'à l'ascenseur, alors qu'il était maintenant plus de vingt-heures. Il avait passer toute la journée à aider le procureur à coincer ce détraqué, et à trouver l'indice qui permettrait de le confondre. Gad' ne voulait plus qu'une chose, se coucher et juste dormir.

Quelque chose commença à vibrer dans sa poche, il sortit péniblement son portable alors qu'il rentrait dans l'ascenseur. C'était son bon ami, Dylan Summer, prof de criminologie mais aussi best buddy par la même occasion. En tout cas, il l'était, il y a quelque mois encore avant la mort de ses parents. Mais depuis quelques semaines, il avait prit ses distances. Le jeune professeur n'avait rien fait mal, mais entre ses visions, l'enterrement, gérer le patrimoine, et la recherche de son frère. Il n'avait plus vraiment de temps à lui consacrer. Pourtant, ils en avaient partagés des choses; des soirées inoubliables, des road-trip inavouables, le médium l'avait même vu nu et avait encore les photos. Un bien qu'il gardait précieusement depuis, en menaçant, pour rire, de les diffuser sur internet. Le téléphone continuait de sonner et la jeune morte se fit entendre. « Vous devriez répondre. Il ne faut pas tourner le dos à ses amis. C'est quelque chose qu'on réalise quand on meurt comme moi. » Le médium regarda l'apparition dans les yeux et rejeta l'appel, refusant de recevoir des ordres d'une personne décédée. Il entra dans l'ascenseur et remit son téléphone dans sa poche. Seul dans la cage métallique, il s'écroula un instant avant d'appuyer sur le bouton pour rejoindre le sous-sol. La femme fantôme l'observait en se rongeant les ongles, comme si elle n'en avait pas terminé avec lui. « Vous devriez lui parler de votre don à nouveau, je pense que je peux vous aider. Cela vous serez bénéfique d'avoir quelqu'un pour vous confier. » Elle ne voulait pas lâcher l'affaire, mais il n'écoutait plus. Dés que la porte de l'ascenseur fut ouverte, il se jeta en dehors, en direction du parking. C'était un endroit sombre où les épaisses voitures se croissaient dans un silence de mort. Le fantôme avait disparu pour l'instant, et il se dirigea vers sa voiture. Gad' passa une main dans ses cheveux qui ne ressemblait plus à rien. Il était plus que négligé, même sa chemise blanche, était froissée et sa cravate noire desserrée. Il n'entendait plus que ses battements de cœur, et le bruit de ses pas sur le sol. Quand son portable sonna à nouveau, il décida de décrocher pour enfin en terminer. « Salut, Dylan ! Je suis désolé, je suis indisponible, je suis avec une fille tu vois le genre. Je peux te rappeler ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Mar 5 Oct 2010 - 23:58

Sa mallette en main, le jeune professeur venait tout juste de quitter le bureau d’un de ses amis au bureau du procureur qui lui permettait parfois de lui donner quelques situations réelles arrivées dans le passé, pour autant qu’il taise les noms des vrais victimes. Une collaboration extrêmement importante pour Dylan, qui lui assurait d’offrir de la diversité à ses élèves et aussi de limiter le cas de triches à ses examens. Car c’était bien connu, les plus malins conservaient leurs copies de l’année d’avant afin de les vendre aux moins malins qui avait l’illusion bien évidente de croire que leur professeur ne se rendrait jamais compte de la supercherie en changeant quelques phrases. Ses étudiants avaient tendance à oublier que leurs professeurs avaient tout aussi été des étudiants dans leur temps et l’espoir de passer un travail en douce avait traversé l’esprit de plus d’un. Dylan n’échappait pas à la règle, bien qu’il ait plus souvent souffler les réponses à ses anciens amis qu’il ne requérait leur aide. Un peu d’aide n’avait jamais fait de mal à personne… jusqu’à ce que la note zéro en lettres rouges apparaisse sur une copie finale. Dès lors que l’année avait commencé, Dylan avait avertis ses étudiants et pour le moment ils semblaient assez passionnés pour lui offrir leurs propres opinions et idéologies des choses. Le monde de la criminologie était si vaste qu’il suffisait de s’attarder sur un simple détail aussi minime qu’il soi – qu’on pouvait rendre condamner un innocent ou même l’inverse. C’était pourquoi Dylan prenait plaisir à discuter avec ses élèves qui à chaque fois ne manquait pas de le surprendre avec leur imagination. Cherchant un moyen rudimentaire afin de descendre les 5 étages de l’édifice jusqu’à stationnement – Dylan se dirigea lentement vers la cage d’escalier refusant intérieurement l’idée même d’appuyer sur le bouton de l’ascenseur. Alors qu’il venait de franchir la première série de marche de l’étage, Dylan appuya sur le contrôle vocal de son téléphone intelligent. «Gadd’» annonca-t-il à l’appareil avant de laisser l’appareil technologique faire le lien entre sa voix et les entrées numériques déjà informatisée. Sans qu’il ai rien d’autre à faire, Dylan entendu le combiné sonner pendant de longs instants essayant de rejoindre le téléphone de Gaddièl. Après être tombé sur la boîte vocale, Dylan raccrocha visiblement déçu de ne pas avoir de réponse. Sans doute que Gad était occupé, autant qu’il pouvait l’être lui-même mais Dylan aurait mit sa main à couper que Gad l’évitait. Aller savoir pourquoi.

Summer s’arrêta afin d’enlever sa veste constatant que la température s’était réchauffée dans la journée et ne fut-il pas surprit de voir Gaddièl dans le stationnement à moins de deux allés de voiture de lui. Amusé, Dylan s’avança lentement vers son ami alors qu’il empoignait de nouveau son cellulaire. « Salut, Dylan ! Je suis désolé, je suis indisponible, je suis avec une fille tu vois le genre. Je peux te rappeler ? » Le jeune professeur arrêta sa marche à quelques mètres de Gaddièl avant de jeter un œil autour de lui comme si l’espace d’une seconde il doutait que ce soit vrai. Après tout, la fille donc il parlait était peut-être dans sa voiture à l’attendre? « Et elle s’appelle comment cette mystérieuse demoiselle? » Il jeta un coup d’œil autour d’eux alors qu’il venait de parler à voix haute en raccrochant le téléphone. Inutile de continuer la mascarade bien longtemps. « Fille invisible si j’en crois ce que je vois. » blagua-t-il sans avoir l’air d’être vexé par l’excuse de son ami qui ressemblait à une manière détournée de l’éviter. Mais il pouvait se tromper. Dylan regarda son ami de la tête aux pieds remarquant bien rapidement l’air négligé de celui-ci. Il lui faisait penser à l’allure qu’il avait parfois en terminant la correction de ses copies d’examens, un zombie en veston cravate. La version moderne des films d’horreur. Une excellente idée de costume pour l’halloween. Affichant un sourire sympathique, Dylan laissa quand même une certaine distance entre eux très peu adepte des accolades et toutes ses rituels qui le rendait mal à l’aise. « Je croyais pas te croiser au bureau du procureur, j’envisageais de passer chez toi histoire de t’empêcher de moisir tout seul. » termina-t-il à la rigolade afin de dissiper le certain malaise de Gad’ de le voir arriver à l’improviste ainsi. Qui dit hasard dit parfois mauvaises surprises.[/justify]


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Mer 6 Oct 2010 - 17:46

« Et elle s’appelle comment cette mystérieuse demoiselle? » Gaddièl sursauta et poussa un hurlement qui monta rapidement dans les aigus, en lâchant son portable. Pourtant, il en avait l'habitude de voir des apparitions encore plus morbide que celle de son meilleur ami. Il ramassa son portable et se tourna tranquillement vers le professeur. « Tu m'as fait peur ! Ça va pas d'arriver par derrière comme cela ? Tu veux me tuer ?» Gad' s'appuya sur sa voiture, alors que la jeune morte fit irruption à nouveau, en apparaissant derrière Summers. Le regard du médium dévia légèrement pour observer le fantôme qui reluqua sans gêne son meilleur ami. « Fille invisible si j’en crois ce que je vois. » Le grand brun leva son index et montra l'épaule du professeur. « Non, non ! Elle est derrière toi et elle reluque tes fesses ! » Il ne savait pas si c'était la fatigue, ou l'énervement de s'être fait chopé entrain d'outrageusement mentir. Mais, normalement Dylan connaissait ses talents, même si celui-ci n'y croyait pas. En tout cas, c'est ce que Stherling pensait depuis leur dernière discussion assez houleuse à ce sujet. Le médium ne lui en voulait pas, et le sujet était tombé aux oubliettes. Il avait arrêté de lui parler de ses visions, de ses cauchemars, de ses femmes qu'ont égorgent et qu'ont violent. C'était un fardeau dur à porter, surtout quand on se réveille à quatre heures du matin en nage et qu'on ne peut plus retrouver le sommeil. Il n'y avait personne autour d'eux, le parking était désert et il pouvait parler comme bon il lui semblait. La belle blonde aux formes généreuses continuait de s'extasier devant Dylan comme s'il avait été le dernier homme sur la terre. « Et, bah ! Il est plus sexy que je l'imaginais ! J'adore ses fesses ! Il fait de la muscu ? Il est sportif, c'est pas possible. Il faut lui dire que j'adore ses petites fesses musclés, allez ! » Gaddièl leva les yeux au ciel, et gonfla ses joues, sachant très bien comment cela allait se passer. Pour chance, il ne lui avait pas encore parlé de sa toute nouvelle bisexualité. Après tout, c'est le genre de choses qui peut tuer une amitié. Pour sa part, il n'avait jamais trouvé Summers séduisant, non il n'était pas laid, mais jamais au grand jamais il ne s'était arrêté sur ses fesses. C'était peut être car il était amis, et il ne le voyait que comme un frère, et rien d'autre. Il aurait pu alors garder cette remarque d'outre-tombe pour lui, mais il était épuisé, alors il interpella son ami. « Et, elle me dit de te dire qu'elle adore tes fesses... » Il laissa un peu de temps à son camarade pour digérer cette remarque, qui allait encore le ralentir dans son approche de retrouver au plus vite son lit. Puis, il fit un petit signe de la main pour enfin saluer son camarade. Il aurait pu le prendre dans ses bras, Stherling aimait le contact, mais aujourd'hui il devait sentir la mort, n'ayant pas prit de douche depuis plus de vingt-quatre heures. Il ne voulait pas indisposer son ami, et il se sentait encore un peu coupable d'avoir pas prit de ses nouvelles, ses derniers jours.

Cela tombait bien, il savait que Dylan avait du mal avec ses rituels, donc il ne lui en voudrait pas. Gad' commença à sortir les clés de sa voiture, et ouvrit en grand la portière côté conducteur quand Dylan lui demanda. « Je croyais pas te croiser au bureau du procureur, j’envisageais de passer chez toi histoire de t’empêcher de moisir tout seul. » Le fantôme disparu et le médium souffla de soulagement. Il lâcha même un sourire en direction de son ami, se sentant agréablement soulagé. « Je travaille pour lui maintenant, je te l'ai pas dit ? » Gad' se défit de sa veste, montrant le triste spectacle des auréoles sur sa belle chemise blanche. Il jeta nonchalamment celle-ci à l'arrière. Le fantôme réapparu, assise à la place du mort et regardait avec des yeux noirs le grand brun. « Vous mentez mal ! Vous allez me faire le plaisir de l'inviter sur le champ, et ne vous dérobez pas où alors j'étale vos petits secrets.» Gaddièl pesta comme un enfant qui ne veut pas aller à l'école, et se tourna enfin vers Dylan pour lui demander. « Tu es garé loin ? Cela te dirait de venir chez moi et je nous ferrais à manger ? Il faut qu'on discute de quelque chose ! Tu les aimes normalement mes Pasta au saumon, cela te changera de tes plats surgelés, allez.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Mar 12 Oct 2010 - 17:32

Dylan s’était retenu pour ne pas éclater de rire devant la surprise de Gaddièl lorsqu’il était arrivé derrière lui. Ce n’était ni la première fois, et sans doute pas la dernière que Dylan arrivait parfois de manière discrète près des gens – abordant ceux-ci comme s’ils l’avaient vu. Mais apparemment les gens étaient rarement attentifs à leur environnement. Comme Gad’ qui semblait avoir passé une nuit particulièrement pas agréable, réduisant ses réflexes à presque rien. Lorsqu’il fit un commentaire sur la jeune fille qui avait été un prétexte pour Gad’ de ne pas pouvoir discuter très longtemps avec lui au téléphone, il ne s’attendit pas à ce que celui-ci remette sur le tapis pour une autre fois ses histoires abracadabrantes de fantômes. « Non, non ! Elle est derrière toi et elle reluque tes fesses ! » Il sut que c’était idiot, mais Dylan tourna la tête pour faire un tour d’horizon derrière lui n’y trouvant qu’un stationnement de béton comblés de voitures – et eux deux. L’espace de quelques secondes, Dylan sembla attendre après son ami pour qu’il éclate de rire en lui disant que c’était une blague toute inventée. Mais bien qu’il attendit, Gad’ semblait d’abord le regarder puis regarder à ses cotés comme s’il imaginait vraiment quelqu’un. « Et, elle me dit de te dire qu'elle adore tes fesses... » Dylan fronça un sourcil de plus en plus surpris du discours de son meilleur ami, peut-être qu’il avait vraiment besoin de s’étendre dans un lit afin de calmer son apparent délire? Si délire il y avait. Préférant ironiser la situation qu’à l’empirer en argumentant pour lui dire qu’il n’y avait personne – Dylan afficha un sourire. « Merci?» Il se demanda à quel point il pouvait être idiot parfois… remercier une femme invisible? Non mais… « C’est pour mes fesses que Claire m’avait demandée en mariage. » finit-il par rigoler. Ce n’était peut-être pas les raisons que sa femme avait brisé toutes les traditions en posant un genou par terre pour le demander en mariage, mais Dylan préférait sortir se genre d’idioties que de contester à nouveau les ‘’visions’’ de Gad’. La dernière fois, les choses ne s’étaient pas très bien passées.

« Je travaille pour lui maintenant, je te l'ai pas dit ? » Il s’approcha lentement de Gad’ puis s’adossa doucement sur sa voiture, croisant les bras. « Non? » S’il avait appris qu’il travaillait pour le procureur, il aurait fait de nombreux détours afin de saluer son meilleur ami. Après tout, lui-même faisait quelques visites régulières au bureau du procureur afin de remplir ses cours. Il vit à la conclusion qu’ils étaient peut-être trop occupés pour pouvoir se donner correctement des nouvelles. Dylan avait toujours dealer avec cette idée de toujours avoir un agenda remplit, mais il faisait de son mieux pour entretenir ses relations amicales. Même si parfois, certaines étaient plus difficiles que d’autres. Gaddièl était l’une de celles les plus compliqués – mais donc Dylan restait attaché. Après tout il lui faisait aveuglement confiance, ce qui était chose dure de la part du jeune professeur. « Disons que l’on n’a pas eu l’occasion de ce dire grand chose ces temps-ci. » Ce n’était pas faute d’avoir essayé, après plusieurs appels Dylan avait commencé à croire que Gad’ le fuyait même si le pourquoi restait un mystère. « Tu es garé loin ? Cela te dirait de venir chez moi et je nous ferrais à manger ? Il faut qu'on discute de quelque chose ! Tu les aimes normalement mes Pasta au saumon, cela te changera de tes plats surgelés, allez.» La proposition d’un vrai repas complet fit sourire d’avantage Dylan, surtout qu’il appréciait beaucoup la cuisine de son meilleur ami. Elle était loin de concurrencer celle de sa femme, mais Claire passait tellement de temps à travailler que lorsqu’elle revenait de ses voyages elle avait rarement le temps et l’envie de cuisiner pour Dylan. Ce qui faisait que Dylan se contentait 342 jours par année de plats congelés et de restaurant. Un élément encore plus important vit inciter Dylan à accepter l’offre de Gad’, curieux de vouloir savoir ce quoi il voulait qu’ils discutent. Peut-être apprendrait-il ce qui le tracassait depuis un bon moment? « Tu me donnes tes clés? Je refuse d’embarquer dans une voiture conduite par un mort-vivant. » Dylan esquissa un sourire en tendant la main résolu à conduire la voiture de Gaddièl jusqu’à chez lui. « Je demanderai à Serge de reconduire ma voiture chez moi se soir, il a l’habitude de prendre le bus. Allez, donne moi ses clés. Je te laisse la banquette arrière si tu veux inviter ta mystérieuse femme! »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Mer 13 Oct 2010 - 16:01

Gaddièl devait vraiment être fatigué, car il n'insista pas plus en remarquant bien l'air amusé du professeur. C'est vrai que de parler de vision fantomatique n'était point un sujet commun; comme le réchauffement climatique ou l'augmentation du prix de l'essence. L'image du médium était de nos jours, tellement surfait, avec toutes ses émissions qui dégradait le rôle pour faire passer le tout pour un amusement grand public. Pourtant, pour le grand brun, c'était point joie et grande rigolade. Qui voudrait; voir les morts, et porter leurs dernières volontés à des familles éplorées qui vous forment la porte au nez. Alors quand Dylan lui lâcha un simple « Merci?» Il leva sa main, la tête baissé, et offrit un petit geste du poignet pour lui signifier qu'il n'y avait aucun problème. Même si que de pas reconnu par son meilleur pote, c'était un coup au cœur. Oui, car c'était pas la première fois qu'il essayait de lui en parler. Cela faisait même maintenant deux ans qu'il essayait de lui faire reconnaitre, qu'il n'avait rien d'un charlatan. Que ce n'était pas une combine de plus pour tirer les filles. Et oui, cette histoire était un peu grosse à avaler, et oui, le médium aurait pu rebondir et tenter de convaincre son ami entre deux voitures sur le départ. Mais il était trop fatigué, et c'était ni le lieu, ni l'endroit. « C’est pour mes fesses que Claire m’avait demandée en mariage. » Le rire de Dylan le fit lever la tête, c'était plaisant de voir un sourire familier, cela lui faisait toujours le même effet, cela regonflait ses batteries. Car c'était pas tout les jours qu'il voyait le professeur, rire et faire de l'humour. « Je croyais que c'était pour ta grosse...voiture ? On m'aurait mentit ? » Il explosa dans un rire pour cacher sa profonde bêtise, et son esprit grivois.

Derrière ce rire, il cacha aussi sa profonde détresse qu'il avait ressentit lors de leur dernière discussion sur le thème de ses "visions". Ils étaient dans la voiture de Dylan, coincés dans les embouteillages, le ton était vite monté. Gaddièl avait alors tapé dans le tableau de bord, avant de sortir sous la pluie battante et le trafic qui reprenait peu à peu. Une voiture le frola et klaxonna avant que le médium puisse rejoindre l'arrêt d'urgence sans encombre. Il remonta le col de sa veste et marcha sans se retourner alors que la pluie dissimulait à la perfection ses larmes.

Dans le parking, Stherling regarda Dylan s'adossait sur sa voiture et chercha un instant pour savoir s'il n'avait pas glissé sa nouvelle embauche dans un coin de conversation. Pourtant son meilleur ami était affirmatif « Non? » Puis il se rappela pourquoi il n'avait pas prit contact pour annoncer cette bonne nouvelle. « Cela doit remonter au soir ou j'ai éclaté ton tableau de bord... » Il frissonna, avec la fatigue son corps venait de perdre quelques degrés. Le grand brun qui n'étais pas frileux, se sentait légèrement fourbu, comme si un vent froid courait sur sa poitrine. Il porta une main à son front et sentit que son ami avait quelque chose à lui dire. « Disons que l’on n’a pas eu l’occasion de ce dire grand chose ces temps-ci. » Gaddièl ne savait pas s'il avait terminé, mais enchaîna aussitôt, sa main encore sur son front. « Je sais...C'est ma faute, c'est moi qui est été distant...Il y a tellement de chose qui ont changés dans ma vie dernièrement...C'est comme si j'étais un tout autre homme. » Il fit une pause puis regarda Dylan dans les yeux pour montrer sa détermination. « Mais j'ai envi que les choses s'arrangent entre nous...Cela me ferrait chier de niquer notre amitié.» C'est pour cela qu'il lui proposa en retentant de prendre sa température pour la cinquième fois, qu'il mange ensemble. Normalement, il n'aurait pas grand chose à faire. Comme sa défunte mère, il avait fait un plat la veille, et il en avait fait pour un régiment. Et, cela serait plus plaisant de diner en bonne compagnie, que dans son salon, seul à la grande table familiale. C'était triste à mourir une maison aussi grande que celle des Stherling pour un jeune célibataire qui vivait seul. La présence du professeur allait pouvoir mettre un peu d'ambiance. « Tu me donnes tes clés? Je refuse d’embarquer dans une voiture conduite par un mort-vivant. » Il sourit même si la jeune morte n'apprécia guère cette remarque. « Hey ! Je suis pas une morte-vivante !! C'est insultant !! Dis lui que j'ai pas de compte à rendre à une petite bite ! » Gaddièl regarda la morte sur la banquette arrière de sa voiture, puis regarda Dylan légèrement gêné. « Pas mal...Cela là fait rire... » C'était un petit mensonge, mais lui, cette plaisanterie l'avait fait sourire, et si parler des fesses de son ami ne le dérangeait pas, parle de ses bijoux de famille c'était autre chose. « Je demanderai à Serge de reconduire ma voiture chez moi se soir, il a l’habitude de prendre le bus. Allez, donne moi ses clés. Je te laisse la banquette arrière si tu veux inviter ta mystérieuse femme! » Il lâcha le trousseau de ses clés dans les mains de Summer, presque soulagé à ne pas à avoir à conduire. Le grand brun était maintenant frigorifié, et monta à l'arrière de sa voiture. « Vas-y ! Je vais pas me battre. Dis-moi, cela te dérange si je m'allonge un instant ? » Il se coucha et la jeune femme disparu comme si elle n'avait été que fumée. Il poussa un soupir de soulagement en laissant retomber sa tête sur la banquette arrière. Il remonta ses jambes, et se recroquevilla comme un enfant épuisé après un match de foot. « Je dors pas, je te rassure, je repose juste mes yeux...Alors comment va Claire ?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Lun 18 Oct 2010 - 0:55

Dylan se contenta de sourire apparemment fier d’avoir fait sourire son meilleur ami. Il préféra ne pas mettre au clair les explications grivoises de Gaddièl à savoir le pourquoi sa femme l’avait demander en mariage. Il avait facilement compris l’allusion, habitué à l’attitude un peu moins coincée de Gad’. Attitude qu’il semblait depuis quelques temps avoir calmer, n’accumulant plus les conquêtes. Ce qui était en quelque sorte un bon signe pour le professeur, qui avait très souvent écoper de jeunes femmes qui venaient se plaindre de Gaddièl et ses méthodes peu chaleureuses de remballer les demoiselles après avoir passer la nuit avec elles. Il resta silencieux alors que Gaddièl remettait sur table les souvenirs de leur dernière franche discussion à propos de cette histoire de visions de fantômes et d’apparitions. Bien que Dylan s’était efforcé d’être là pour son meilleur ami qui avait besoin de lui – il avait eu bien du mal à lui mentir qu’il croyait à toutes ses choses. De nature très rationnelle, il avait d’abord cru que Gad’ essayait de le mener en bateau par une blague. Mais vu avec l’insistance donc il s’était battu pour le convaincre qu’il n’était pas fou, le ton s’était résolument monté ce qui était plutôt rare de la part de Summer. Mais Dylan se souvenait très bien qu’il avait cru que Gad’ le prenait pour un idiot et qu’il pouvait lui faire avaler n’importe quoi. N’importe qui aurait réagit de la même manière, mais Dylan s’en voulait quand même de ne pas lui avoir laisser le bénéfice du doute. Après tout ce qu’ils avaient partagé, il le méritait. « Je sais...C'est ma faute, c'est moi qui est été distant...Il y a tellement de choses qui ont changés dans ma vie dernièrement...C'est comme si j'étais un tout autre homme. » Dylan était prêt à lui laisser le bénéfice du doute à savoir qu’il émettait que beaucoup de choses avaient changés dans sa vie et il était encore plus content pour celui-ci s’il se voyait comme un nouvel homme. Tant que ce nouvel homme était encore empreint de moralité… non douteuse. « Mais j'ai envi que les choses s'arrangent entre nous...Cela me ferrait chier de niquer notre amitié.» Un sourire s’afficha sur les lèvres de Dylan alors qu’il partageait effectivement l’avis de Gaddièl. Après tout, leur amitié ne valait pas grand chose si elle se détruisait pour quelque chose d’aussi peu grave. Ce n’était pas comme si Gaddièl l’avait trahit ou encore lui avait joué dans le dos. Ou pire encore, avait finalement essayer d’abuser de lui pour lui voler un autre organe.

Finalement les clés de la voiture de Gadd’ attérissèrent dans ses mains alors que Dylan s’avançait pour ouvrir la portière du coté du conducteur. « Vas-y ! Je vais pas me battre. Dis-moi, cela te dérange si je m'allonge un instant ? » Dylan secoua la tête pour lui dire qu’il n’avait aucun problème à ce qu’il s’allonge un instant, il avait effectivement l’air prêt à s’écrouler d’une minute à l’autre sous l’effet de la fatigue. Refermant la portière derrière lui, Dylan s’installa dans le véhicule puis commença à ajuster les miroirs pour avoir une meilleure visibilité. Son regard se termina par un léger coup d’œil à Gad’, qui s’était recroquevillé sur la banquette arrière. La clé fut glissée dans le contact et la voiture quitta lentement la place de stationnement. « Je dors pas, je te rassure, je repose juste mes yeux...Alors comment va Claire ?» Il espérait effectivement que Gadd’ n’attendait pas de lui de remplir le silence de la voiture pour pouvoir mieux s’endormir. Même s’il n’avait pas tendance à ce vexer facilement. Un second sourire apparut sur ses lèvres alors qu’il voulu qu’il lui donne des nouvelles de Claire. Il n’avait pas à dire, quand sa femme devenait sujet principal de la conversation, Dylan pouvait parler d’elle pendant des heures. « Claire a un peu de mal avec ses nouvelles destinations, le décalage horaire est très difficile pour elle. Mais elle vient d’être promue donc, elle a de meilleures conditions de travail et elle peut choisir ses destinations. En ce moment, elle doit être à l’hôtel de Tokyo. » Il continua ainsi pendant les 15 minutes que durèrent le trajet jusqu’à la maison de Gaddièl, ne manquant pas de lui parler combien il détestait les nouveaux rideaux, ou encore combien elle lui manquait parfois quand il rentrait tard du travail. Ce fut lorsque la voiture s’engagea dans l’entrée que Dylan s’arrêta finalement en coupant le contact de la voiture. « Voilà, on est arrivés en un seul morceau. » Il descendit de la voiture pour ensuite ouvrir la portière arrière et ainsi facilité la sortie de Gaddièl. Dylan lui rendit ses clés puis le suivit jusqu’à l’intérieur de sa demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Lun 18 Oct 2010 - 23:11

Gaddièl n'aurait pu espérer un retour aussi plaisant, après sa longue et éprouvante journée. Dylan avait proposé de le ramener, et cela tombait très bien. Non, il ne lutterait pas, c'est qu'il ne voulait pas faire du mal à son meilleur ami. C'est qu'il était tout chétif le Summer, et il avait beau se vanter connaître des arts martiaux, Stherling ne l'avait jamais dans l'action. En s'installant à l'arrière de sa voiture, avec Dylan au volant, il se nota dans un coin de son esprit que cela serait amusant de voir son ami se battre, ou plutôt se ridiculiser. Bien sûr, si un jour quelqu'un cherchait son camarade, il arriverait à la rescousse, prêt à en découdre. Tout cela lui rappela, que depuis un an le professeur avait été là pour lui, avec la mort de ses parents, sa nouvelle vie. C'était reposant d'avoir quelqu'un sur qui compter, et il ne l'avait jamais remercié. Cela aussi, le consultant du procureur le nota dans un coin de son esprit. Cette rencontre était peut être du fait du hasard, mais il allait tout faire pour défaire les nœuds émotionnels qui avaient causés cette séparation.

Une fois recroquevillé à l'arrière, Gaddièl demanda des nouvelles de Clair, la femme de Dylan. « Claire a un peu de mal avec ses nouvelles destinations, le décalage horaire est très difficile pour elle. Mais elle vient d’être promue donc, elle a de meilleures conditions de travail et elle peut choisir ses destinations. En ce moment, elle doit être à l’hôtel de Tokyo. » Qu'est ce qu'il pouvait aimer voir son ami aussi enthousiaste en parlant de sa femme, c'était beau l'amour. Ce qui était sympathique alors qu'il se faisait conduire jusqu'à chez lui, c'est que Dylan aurait parlé de Claire pendant des heures, et Gaddièl aurait pu l'écouter pendant des heures. « Oui j'ai entendu cela, elle m'a laissé un message, il faut que je lui réponde. » Bien sûr, Gaddièl savait des choses au sujet de Claire, des choses sombres et secrètes. Mais jamais il n'oserait ouvrir la boite de pandore. Pour lui, Claire et Dylan, formait le couple par excellence. Ils étaient son modèle, et cela faisait beaucoup de bien au médium, qui attendait toujours de tomber sur la perle rare. Bien sûr, qu'il était content de sa vie de célibataire, mais c'est triste quand personne ne vous attends quand on rentre chez soi, ou simplement de savoir que quelqu'un pense à vous, et vous aime quelque part dans le monde.

Cela devait être la fatigue, car à l'arrière, il devait curieusement très romantique dans son esprit. Il secoua ses idées alors que Dylan commençait à garer le véhicule devant la grande demeure familiale des Stherling. Il hocha de la tête à la remarque du professeur, sur le fait qu'il soit arrivé en un seul morceau. « Voilà, on est arrivés en un seul morceau. » Il baya en se relevant et le remercia. « Heureusement, quand même, nous sommes trop jeunes pour mourir. Toi, tu as encore plein de zéro à mettre, et moi je veux rencontrer la personne qui ferra chavirer mon cœur. » Gaddièl l'invita à entrer chez lui, une fois la porte ouverte. L'entrée donnait sur la droite sur un immense salon, sur la gauche à un living-room et en face un grand escalier en pin qui donnait sur le premier étage. Le grand brun alluma les lumières, et invita son camarade à le suivre jusqu'à la cuisine. Il jeta sa veste sur un coin d'une commode, et défit complétement sa cravate. Le jeune homme aurait bien enlevé sa chemise, mais il avait un invité, et ne voulait pas donner l'impression de lui propose de monter à l'étage pour un calin intensif. Il finit par défaire les quatre premiers boutons de sa chemise, il pouvait enfin respirer. Gaddièl se sentait comme renaitre. « Fais comme chez toi, mais garde ton pantalon hein ! Sinon ton saumon, tu le veux froid ou chaud ? » Une fois arrivé à bonne destination, il montra de la main la table qui traversait la cuisine pour qu'il prenne place pendant qu'il préparait le repas. « Bon, tu veux savoir pourquoi j'ai été distant dernièrement ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Mar 19 Oct 2010 - 22:14

Un faible sourire se dessina sur ses lèvres alors que la fatigue semblait avoir fait de son ami un être plus romantique, bien qu’il se demanda s’il ne blaguait pas encore une autre fois. « Heureusement, quand même, nous sommes trop jeunes pour mourir. Toi, tu as encore plein de zéro à mettre, et moi je veux rencontrer la personne qui ferra chavirer mon cœur. » Après tout, Gaddièl n’était pas très reconnu pour son sens des relations amoureuses à long terme. Dylan avait arrêté de faire le décompte de ses relations aussi brèves que peu intéressantes – Gadd’ se désintéressait si rapidement d’une femme que l’imaginer attendre sa princesse… Il valait mieux attendre une princesse qui n’allait pas fuir devant son humour, et qui serait assez surprenante pour cultiver la curiosité de Stherling. Il ne lui manquait plus que de trouver un double de sa femme, et Gadd’ serait heureux. Du moins fallait l’espérer. « Je savais pas que tu envisageais d’avoir une copine. Surtout que la dernière fois, tu semblais vouloir simplement … comment tu m’avais dis ça… » Dylan sembla réfléchir alors qu’il chercherait les mots exacts que son meilleur ami avait utilisé. « ...tirer un coup. Oui c’est ça. Enfin, je suis content d’apprendre que c’est passé cette période. Mais ne le prends pas mal, mais c’est toujours, interdiction de toucher à ma sœur. » Sa sœur, Sarah, avait beau être plus vieille que Dylan – il n’en restait pas moins qu’il voulait la protéger contre tous. Elle avait tant fait pour lui, surtout quand il avait été au plus bas qu’il considérait être la meilleure chose que de lui éviter d’éventuels problèmes avec des garçons peu recommandables. Le professeur ne considérait pas Gaddièl comme un garçon recommandable, mais il avait eu l’occasion de voir comment il avait traité les femmes – celles qui n’avaient fait qu’un bref passage dans son lit. Refermant la porte derrière lui, Dylan délaissa ses chaussures près de l’entrée puis retira sa veste qu’il déposa sur le dossier du canapé. « Fais comme chez toi, mais garde ton pantalon hein ! Sinon ton saumon, tu le veux froid ou chaud ? » Il haussa un sourcil en se demandant par quelles raisons il aurait pu envisager une seule seconde d’enlever son pantalon?

Sans comprendre la nature de ce qu’il cru être une blague, Dylan s’approcha de la cuisine sans apporter son aide à Gaddièl. C’était mieux ainsi, vu qu’à deux dans la cuisine ils allaient plutôt se nuire. « Chaud, s’il te plait. » Il s’installa tranquillement à la table de la cuisine, sortant machinalement son téléphone intelligent de sa poche. Le professeur se mit à parcourir sans vraiment lire ses courriels alors qu’il laissait Gadd’ lui préparer un des ses fameux repas. Et en bon mari qu’il était, il adorait se faire préparer des petits plats car même s’il se débrouillait bien en cuisine, il avait tendance à toujours faire les mêmes plats. Sa femme lui arrivait très souvent avec de nouvelles recettes, nouveautés qu’elle rapportait de ses différentes visites. « Bon, tu veux savoir pourquoi j'ai été distant dernièrement ? » Détournant l’attention de son appareil, Dylan reposa ses yeux sur son meilleur ami qui bien qu’occupé semblait vouloir lui expliquer certaines choses. Certes, ainsi Dylan allait enfin pouvoir comprendre quelque chose puisqu’il devait s’avouer légèrement confus. Hochant d’abord la tête, il appuya son coudre sur la table avant d’y faire tenir sa tête – disposé à l’écouter. « J’aimerais bien savoir, effectivement. » Il sembla afficher un air plus sérieux, alors que Gaddièl savait qu’il pouvait tout lui dire. Dylan avait cette capacité d’écouté tout et n’importe quoi – et d’y apporter aucun jugement. Sauf si on le lui demandait. Mais l’espace d’un moment, Dylan senti une boule à l’estomac envisageant des scénarios peut-être terribles donc il n’avait pas été au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Mer 20 Oct 2010 - 13:50

C'était bon de rentrer chez soi, Gaddièl se sentait revivre, c'est pour cela qu'il retrouvait peu à peu le goût pour la parole. « Je savais pas que tu envisageais d’avoir une copine. Surtout que la dernière fois, tu semblais vouloir simplement … comment tu m’avais dis ça… » Gaddièl se doutait bien qu'il devait le surprendre avec ses envies d'enfin tirer un trait sur son passé de chasseur. Il était plutôt bon à ce jeu, au grand désarroi du professeur qui n'oubliait pas de lui rappeler que c'était pas une façon de traiter la gente féminine. Pourtant, à son tableau de chasse le médium, avait des femmes mariés, des jeunes étudiantes, des jeunes divorcés, et même quelques célébrités. Pour beaucoup de ses collègues dans la finance, il n'était qu'un loup de plus, c'est fou ce qu'on peut attirer dans un costume Armani bien coupé pour eux. Et, il aurait rendu heureux beaucoup d'hommes avec ses frasques, mais aujourd'hui, il se dégoutait. Tout ce qu'il pouvait faire et imaginer pour attirer une fille dans son lit, pour l'oublier le lendemain. « ...tirer un coup. Oui c’est ça. Enfin, je suis content d’apprendre que c’est passé cette période. Mais ne le prends pas mal, mais c’est toujours, interdiction de toucher à ma sœur. » Gaddièl lâcha un petit sourire, même si les paroles de Dylan firent remonter à la surface pas mal de souvenirs, des mauvais. Maintenant, dans cette grande maison, il n'avait pas envi de se réveiller à trente ans sans personne. « On change tous tu sais...L'ancien Gad' sur beaucoup de point, je l'aime plus...Toi, il y a pas des parties de toi, que tu peux plus voir en peinture ? » Cela l'affectait tellement, qu'il aurait pu en pleurer, mais il ne voulait pas montrer cette facette à son meilleur ami. Heureusement que la fin de la phrase de son ami, lui donna la force de changer de sujet, et de ne pas apparaitre profondément déprimé. Le grand brun profita pour rebondir, et ouvrit grand ses yeux, avec un léger jeu de sourcil. « Jamais je n'oserais !!! Mais si c'est elle qui me touche, je fais quoi ? » Gaddièl qui avait retrouvé toute son énergie, donna une petite tape dans le dos du professeur avant de fuir en avant pour enfin pénétrer dans la maison familiale des Stherling. En tout cas, son ami n'avait pas à s'inquiéter, le nouveau Gad' n'avait pas touché à la belle Sarah. Par contre l'ancien...Mais cela est une toute autre histoire, et depuis un an. Le médium avait tiré un trait sur son passé de dépravé, et voulait enfin faire quelque chose de bien, pour devenir un homme bien.

En invitant Summer chez lui, ils purent chacun se mettre à l'aise, et le jeune Stherling remarqua que sa plaisanterie sur le "pantalon" semblait encore laisser perplexe Dylan. Ce qui l'amusa, et il lâcha un petit fou rire en se rapprochant pour se moquer gentiment de son camarade. « L'histoire sur le pantalon, c'était une blague, Dylan ? J'adore, le balai que tu as dans le cul ! » Le grand brun était cru, mais il l'avait toujours été, donc cela ne devrait pas trop surprendre son ami. C'est pour cela peut être que leur amitié avait duré si longtemps, une sorte de balance entre le côté rigide du professeur, et le côté déluré de Gaddièl. Dans la cuisine, il hocha la tête pour signifier que le saumon serait alors servit chaud. Le garçon commença plusieurs aller-retour entre le frigidaire et son invité. « Je te sers quoi à boire, j'ai des jus de fruits, du soda et sinon j'ai une bouteille de Meursault au frais ? » C'était un vin blanc renommé, parfait avec le saumon. Même s'il savait que le professeur n'était pas alcool, mais il voulait lui laisser le choix. Pour sa part, il se sortit un verre à vin. Puis, il se mit au fourneau, il alluma la cuisinière, enfila son tablier, où plutôt celui de sa mère. C'était un tissu noir simple avec écrit dessus en lettres blanches : " Femme au foyer et fière de l'être " Ce tablier avait pleins de souvenirs, Gad' et son frère l'avait offert pour la fête des mères il y a bien longtemps. Bien avant qu'il soit mis à la porte, bien avant que son frère disparaisse, et qu'enfin que ses parents meurent dans ce tragique accident d'avion. C'est pour cela qu'il ne voulait pas perdre cette amitié, c'était la dernière chose qui cimentait cette vie qui avait pour lui plus vraiment de sens. Oui, il était malheureux, mais cela, il n'allait pas en parler ce soir. Il voulait d'abord informer Summer, sur les quelques changements de sa sexualité. Il lui parlerait ensuite de ses visions. Remarquant, qu'il avait toute l'intention de Dylan, il lâcha la poêle qui commençait à faire dorer le saumon et l'accompagnement. Il prit une pause, ouvrit la bouteille de vin, et se servit un grand verre. « Comment dire cela...pffff » Gaddièl leva son verre et le vida entièrement, et se lança. « ...Des choses ont changées dans ma vie intime...dans mes recherches de partenaire et j'ai peur que tu veuilles plus être mon ami...»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Mar 26 Oct 2010 - 19:18

Dylan ne put s’empêcher de sourire alors que Gadd’ lui parlait de lui-même comme si celui qui était devant lui était un nouveau Gaddièl. Que l’ancien, celui qu’il avait connu, avait changé pour se faire remplacer par ce nouveau modèle. Enfin, tant qu’il gardait son meilleur ami – Dylan était loin de se plaindre d’avoir un ami qui allait enfin envisager une relation sérieuse avec une autre femme. Même s’il n’était pas très emballé par l’idée de faire des sorties de couples – idée qui aurait inévitablement emballée son épouse qui adorait rencontrer de nouvelles personnes. « On change tous tu sais...L'ancien Gad' sur beaucoup de point, je l'aime plus...Toi, il y a pas des parties de toi, que tu peux plus voir en peinture ? » Sans aucune difficulté quelques éléments lui venaient en tête, mais rien de bien majeur. Il y avait longtemps qu’il savait qu’après un certain âge les gens restaient ce qu’ils étaient. Et même tous les efforts du monde n’apportaient pas toujours les résultats escomptés. Dylan resta cependant silencieux à cette question, supposant qu’il n’y avait pas grand-chose à y redire. « Jamais je n'oserais !!! Mais si c'est elle qui me touche, je fais quoi ? » Sur le sujet presque épineux de sa sœur, Dylan lui jeta un faux regard noir bien qu’il s’était toujours méfier de laisser son meilleur ami avec sa sœur dans la même pièce. Comble des choses, elle lui avait dit quelques commentaires sur Gaddièl qu’il aurait préféré ne pas savoir… Effectivement, savoir que sa sœur avait des vues sur Gadd’ ne faisait que renforcir sa méfiance. C’était sa sœur, donc ce fait inconditionnel venait avec l’argument que n’importe quel mec qu’il connaissait n’avait pas le droit de fréquenter sa sœur. C’était une des multiples lois non écrites, et n’importe quel mec savait ça. Assit à la table, Dylan se mit à détacher les boutons de ses manches afin de les retroussés légèrement. Sa journée avait été longue et elle s’annonçait durer encore un bon moment. Surtout s’ils avaient décidé de bavarder... ou si encore Gadd’ lui proposait d’écouter un match de football. « L'histoire sur le pantalon, c'était une blague, Dylan ? J'adore, le balai que tu as dans le cul ! » Se grattant l’arrière de la tête tout en affichant un sourire un peu niais, il n’ajouta aucun commentaire alors qu’il n’avait pas compris la blague de Gaddièl. Ce n’était sans doute pas la première fois – ni la dernière – que sur se genre de choses ils n’étaient pas sur la même longueur d’onde. Les blagues de Dylan étaient rarement drôles, parfois trop intelligentes pour qu’il ne soit que le seul à se comprendre. Heureusement pour OG, Dylan n’avait jamais envisagé d’être humoriste. Enfin, seulement l’envisagement aurait été à mourir de rire. « Je te sers quoi à boire, j'ai des jus de fruits, du soda et sinon j'ai une bouteille de Meursault au frais ? » « Un soda, s’il te plait. Cette fois-ci, essaie de ne pas le secouer. Je tiens à cette chemise, tu sais. » Un des nombreux tours de Gaddièl donc Dylan avait été la victime, et donc il en gardait un souvenir très précis.

Patient, Dylan suivit des yeux Gaddièl enfiler son tablier alors qu’un sourire se dessina sur ses lèvres en lisant l’inscription – en n’ayant aucun doute que ce tablier avait appartenu à Madame Stherling. Il ne voulait aucunement presser son ami, surtout qu’il semblait avoir du mal à lui dire ce qu’il voulait lui dire. Oui bon, c’était le commun de n’importe quel homme d’avoir du mal à s’exprimer – encore plus lorsque ça concernait leur vie privée. Car en dehors de sa femme, sa maison et ses amis – Dylan n’avait aucun mal à s’exprimer devant ses étudiants et même parfois à raconter quelques anecdotes rigolotes. Mais il ne s’aventurait que très rarement à donner son opinion ou son avis sur les choses. « Comment dire cela...pffff ... Des choses ont changées dans ma vie intime...» Dylan ne put s’empêcher de le dévisager, en ne sachant réellement pas de quoi il allait lui parler. Oui il leur était arrivé – bien que très rarement – d’aborder des sujets ‘’intimes’’ mais Dylan se demanda qu’est-ce qui avait changé dans la vie intime de Gadd’ pour qu’il aille envie de lui en parler aussi soudainement. Et en préparant du saumon. « Dans mes recherches de partenaire et j'ai peur que tu veuilles plus être mon ami...» Un sourcil haussé, Dylan déposa un coudre sur la table, avant de se retourner de tout son corps vers celui-ci. Incertain de ce qu’il allait apprendre – incertain aussi de s’il en avait envie – Dylan lui fit un sourire poli qui se voulait compatissant et supporteur. Après tout, ils pouvaient tout se dire n’est-ce pas? « Gadd’, ça fait combien de temps qu’on se connait? Tu sais très bien qu’il m’en faut beaucoup plus pour que j’envisage de ne plus être ami avec toi. On ne parle pas d’un rein, hein? » finissa-t-il par demander avec un sourire par une petite blague montrant qu’avec le temps il avait fini par passé par-dessus son accident.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Ven 5 Nov 2010 - 19:12

Dylan et Gaddièl se retrouvaient enfin, après un période de froid, provoqué par le médium. Il l'avait invité chez lui, pour prendre le dîner et non provoquer une troisième guerre mondiale dans le décor très bourgeois d'Apple Road. Le grand brun ne cherchait donc pas à aggraver les choses entre eux, et le sujet épineux de la jeune sœur de la famille Summer n'était pas à l'ordre du jour pour attiser une colère soudaine. Car il y a une chose que le professeur n'avait jamais su, ce qu'un soir alors qu'il cherchait à voir son meilleur ami. Il était tombé sur la belle Sarah, et c'était en petite tenue qu'elle l'avait ouvert la porte. Elle n'était pas seul, et lui a fait comprendre d'une manière tout à fait particulière, qu'elle voudrait bien qu'il reste pour un verre ou deux. Pour le reste, on ne ferra pas un dessin, mais elle n'était en rien innocente, pour la petite anecdote, elle lui apprit même des choses sur ce soir là. En tout cas, c'était avec un autre Gaddièl. Un Gaddièl qui n'existait plus à présent, et qui voulait vraiment faire autre chose de sa vie.

Une fois attablé dans la cuisine, il pouvait enfin servir quelque chose à boire à son invité. « Un soda, s’il te plait. Cette fois-ci, essaie de ne pas le secouer. Je tiens à cette chemise, tu sais. » Dylan le connaissait bien, même trop bien, ce n'était même plus drôle, s'il lui faisait la blague. Il afficha une petite moue de chat abattu, et ouvrit son frigo pour cherche le soda demandé. « Bon ! Un soda non secoué alors ! » ajouta t-il en posant le soda directement sortit du frigo. Il arqua ses sourcils pour faire peur à son meilleur ami. Mais avait un tout autre plan pour sa prochaine plaisanterie improvisé, cela allait devoir attendre un peu.

Gaddièl retourna à ses casseroles, préparant ou plutôt en faisant réchauffer le plat de pâtes au saumon préparé la veille par ses seins. Cela sentait déjà bon dans la cuisine, pourtant il devait maintenant parler à cœur ouvert, même s'il savait par avance que son ami serait là pour le supporter. Alors, pourquoi l'avoir fuit ? Peut-être car une partie de lui, avait besoin de se retrouver seul pour faire le point. Gaddièl sentait effectivement en lui des changements. Les femmes avaient été toutes sa vie, et à présent il s'intéressait aux garçons, comme une révélation devant un grand mystère de la vie. Il avait lutté contre cette révélation, mais il ne pouvait plus fuir maintenant. Il fit sauter la poêle, tout en remuant, et en rajoutant quelques épices à sa convenance. Gad' avait du mal à regarder Dylan dans les yeux, mais cela allait bientôt changer.

« Gadd’, ça fait combien de temps qu’on se connait? Tu sais très bien qu’il m’en faut beaucoup plus pour que j’envisage de ne plus être ami avec toi. On ne parle pas d’un rein, hein? » En attendant ses paroles, il expira tout l'air dans ses poumons. Le médium se sentait enfin libre d'un poids. Il aurait bien prit le professeur dans ses bras, mais cela aurait fait un peu "gay ". Il préféra alors commencer à servir son invité. Il installa une assiette devant Summer et des couverts directement sortit du lave-vaisselle. Puis, le grand brun, prit un instant pour fouiller dans un tiroir à la recherche des serviettes, mais surtout mettre en place sa future blague. Il fallait que le garçon soit le plus discret possible. Il tira enfin une serviette en papier qu'il tendit à Dylan. Il connaissait un petit tour de prestidigitation, et il était impatient de le montrer à son camarade. Une étincelle jaillit au centre de la serviette, et elle prit feu. Il laissa retomber la serviette sur la table près du professeur et se dirigea vers l'évier dans l'angle. « Ah ! Merde, j'ai pas d'extincteur...Attends ! J'ai... » Il ouvrit le robinet et tira sur celui-ci qui pouvait s'allonger grâce à un long tuyau amovible. « Bouge, surtout pas, je voudrais pas te mouiller, toi, et ta belle chemise... » Bien sûr, juste après avoir éteint la serviette, il arrosa joyeusement son meilleur ami, n'hésitant pas à inonder sa cuisine. « Opps ! I did it again ! » Bien sûr, le médium n'avait pas oublié qu'il avait des choses à dire à Dylan. Et, la conversation sérieuse était loin d'être terminé. Mais par ce geste complétement pueril, il voulait pouvoir montrer qu'il pouvait être toujours le même idiot. Que leur lien indivisible, leur amitié improbable pouvait toujours exister. C'était une manière, la manière de Gaddièl Shterling de dire ; Je t'aime, Bro ! Et, tu m'avais manqué !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Jeu 11 Nov 2010 - 18:53

Dès lors que Gaddièl déposa son assiette devant lui, Dylan ne put s’empêcher de pencher la tête afin de sentir le repas. Pas parce qu’il doutait que ça horrible, au contraire – tout simplement parce qu’il aimait bien sentir la nourriture avant de la manger. Pourtant dès lors qu’il tendit la main vers Gad’ pour attraper la serviette de table, il réprima un juron avant de se relever complètement abasourdit par l’élément qui venait de prendre feu. « Ah ! Merde, j'ai pas d'extincteur...Attends ! J'ai... Bouge, surtout pas, je voudrais pas te mouiller, toi, et ta belle chemise... » Dylan empoigna dans l’élan son assiette qu’il déposa sur le comptoir avant de laisser Gaddièl prendre en main l’incident. Il guetta les gestes de son ami qui grâce au tuyau de la cuisine éteignit la serviette en feu avant de profiter de l’occasion pour l’arroser. « Opps ! I did it again ! » D’abord surprit, Dylan ne put s’empêcher de traverser la pièce en courant alors qu’il sentait l’eau froide mouillé ses vêtements. « Gadd’! » lui reprocha-t-il sa blague alors qu’il n’avait pas beaucoup d’autres choix que de retirer sa chemise pendant qu’il la ferait sécher dans la sécheuse de son ami. « Avec ta connerie, je suis sur que maintenant on va manger du saumon mouillé! » S’éloignant prudemment de la cuisine, Dylan fit un arrêt à la salle de bain où il retira sa chemise puis il profita de l’occasion pour essorer ses cheveux dans une serviette propre. Aussitôt qu’il démarra le sèche-linge, Dylan retourna rejoindre son meilleur ami s’arrêtant d’abord dans le cadre de la porte incertain. « Plus aucune menace? Pas d’arrosage ni de feu? » Au moment où il fut rassuré par Gadd’, Dylan entra de nouveau dans la cuisine constatant qu’il avait mit une bonne partie d’eau sur le sol en tentant de l’arroser. Ce fut naturellement que Dylan se dirigea pour prendre un linge sec afin d’enlever une partie de l’eau sur le sol. À quatre pattes dans la cuisine, torse nu… Dylan afficha un sourire devant les conneries de son meilleur ami qui n’avait pas si changé qu’il le laissait paraître. Tant qu’il n’avait pas mit sa chemise en feu, Dylan était prêt à passer l’éponge et à manger s’il lui donnait l’occasion de le faire.

Dès lors qu’ils délaissèrent le plancher mouillé pour prendre place à la table, Dylan empoigna presque immédiatement une bouchée dans son assiette tant son ventre criait famine. Pleinement satisfait, Dylan s’empiffra de quelques bouchées sous l’air amusé de Gadd’. « Vas falloir que je vienne ici plus souvent, c’est Claire qui vas être contente de savoir qu’on me nourrit quand elle n’est pas là. Alors dit moi, je crois qu’il y avait certaines choses que tu voulais me dire? » Loin d’avoir manqué une miette de leurs retrouvailles, Dylan devait avouer être plutôt curieux – et inquiet – face aux choses que Gaddièl avait à lui dire. Dylan savait que les choses n’avait pas été très heureuses dans les dernières années pour celui-ci et il ne pouvait que s’en montrer compatissant… ayant passé par la même sorte de période sombre. Sauf que dans son cas à lui, il n’avait pas enterré ses parents. « Je me trompe? » insista-t-il en posant ses yeux bleus dans ceux de Gadd’. « Mais si tu veux savoir, je suis content de savoir que tu vas mieux et que tu es de retour à Ocean Grove. » lui confia-t-il entre deux bouchées.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan] Dim 14 Nov 2010 - 2:35

Une fausse serviette enflammée, un coup d'eau, une chemise inondée et voilà une farce bien menée, c'était en tout cas ce que souhaitait offrir pour leurs retrouvailles, Gaddièl Stherling. L'homme qu'il était auparavant aimait les plaisanteries, et mauvais coups, la déprime maintenant derrière lui causé par la mort de ses parents. Pouvait-il redevenir ce Stherling là ? Il voulait surtout agir avec Summer comme par le passé, et surtout pas paraître étrange ou distant. Cette amitié, était très importante pour lui, plus que Dylan puisse l'imaginer. Pourquoi alors avoir été distant ? Car le médium avait eu peur de paraître changé ? Que le professeur ne le reconnaisse plus et qu'il perde ce dernier lien qu'il avait avec le passé. Gaddièl explosa de rire en découvrant son camarade trempé. « Avec ta connerie, je suis sur que maintenant on va manger du saumon mouillé! » Il continua de rire, à se plier en deux, et en s'aspergeant par la même occasion sans faire exprès. Alors, que Dylan le quittait pour mettre sa chemise au sèche-linge, ce qu'il présumait. Il reçu un sms sur son portable, qu'il avait gardé dans la poche de son pantalon. Son rire s'arrêta net en lisant le sms qui s'afficha en gros sur son écran.
Citation :
Petit conseil, monsieur Stherling. Arrêtez pour votre santé, de mettre votre nez dans les affaires de monsieur Guariani. Un accident et si vite arrivé...
Il effaça le message d'un geste rapide et repoussa son portable de l'autre côté de la table. Les farces étaient une bonne chose, mais nourrir son invité était important. Il passa un coup de chiffon sur la table pour l'éponger et invita à Dylan à reprendre place, même s'il semblait encore sur la défensive. « Plus aucune menace? Pas d’arrosage ni de feu? » Il lui répondu aussitôt : « Non, promis, les blagues les plus courtes sont les meilleures. Mais non, t'occupes pas du sol, je vais le faire !! » Pourtant, Dylan était maintenant au sol, dans une position compromettante. Gad' de son côté, s'occupa de servir une nouvelle assiette au travailleur, avec des couverts et de quoi boire tranquillement. Il fit ensuite le tour de la table, et arriva derrière son meilleur ami, la tentation était trop tentante. Il lui donna une bonne tape sur les fesses, comme à une jument qu'on veut faire galoper. « Allez ! A la bouffe, la travailleuse ! »

Il regarda son ami se mettre à table et manger avec générosité. Cela faisait plaisir, même si cette recette appartenait à sa défunte mère. Pour sa part, il encore trempé avec ses bêtises. Il enleva donc sans aucune gêne son haut, avant de se prendre lui même une assiette qu'il entama debout. Gaddièl porta une bouchée à sa bouche, mais la portion dégoulina de son menton et tomba sur son torse saillant. La sauce coula long de son pectoraux gonflé par l'activité et se perdit sous sa ceinture dans un mouvement délicat. (HJ : *tentative de faire baver Fran Off *) Il s'essuya avec une serviette, et tendit l'oreille quand Dylan s'adressa à lui : « Vas falloir que je vienne ici plus souvent, c’est Claire qui vas être contente de savoir qu’on me nourrit quand elle n’est pas là. Alors dit moi, je crois qu’il y avait certaines choses que tu voulais me dire? » Le grand brun hocha de la tête, posa son assiette alors que son portable à l'autre bout de la table fit parler de lui en informant un nouveau message. Shterling n'y prêta pas attention, il souhaitait aborder un autre sujet maintenant. « Je voulais...que nous parlions de mon don. Je sais ce que tu penses mais j'aimerais pouvoir t'en parler à nouveau. J'aimerais pouvoir te convaincre. C'est important pour moi d'être soutenu sur cet aspect. » La jeune femme morte fit à nouveau son apparition derrière le professeur et lança en direction de Gaddièl : « C'est le moment lui parler de qui vous savez ! » Shterling plongea à son tour ses yeux dans ceux de son camarade, il ne voulait pas lui faire peur, ni qu'il le rejette. Dylan ajouta cette phrase qui le coupa dans son élan. « Vas falloir que je vienne ici plus souvent, c’est Claire qui vas être contente de savoir qu’on me nourrit quand elle n’est pas là. Alors dit moi, je crois qu’il y avait certaines choses que tu voulais me dire? » Il attendit qu'il finisse ce qu'il avait dans son assiette pour continuer, il ne voulait pas lui couper l'appétit : « Je suis content moi aussi...Ton amitié est quelque chose d'important dans ma vie actuellement, et je sais pas comment aborder cela donc je vais faire comme je peux..Je sais ce qui s'est passé avec Steven Campbell... »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Don't call anymore dude, please ! [Dylan]

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't call anymore dude, please ! [Dylan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-