AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i know what i said .. but i need you • OZZIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: i know what i said .. but i need you • OZZIE Ven 8 Oct 2010 - 19:45



→ I KNOW WHAT I SAID .. BUT I NEED YOU.
ozzie bowen & brenna reid.

Plusieurs minutes que Brenna fixait ce bout de papier. Lisant et relisant les quelques phrases se dessinant sous ses yeux brillants de larmes. Un médecin venait de quitter la pièce après lui avoir affirmé qu’il était certain du résultat. Mais elle ne pouvait concevoir une telle possibilité. Quelques semaines auparavant elle s’était enfin sentie libre, libérée de chaines et de poids qu’elle ne supportait plus dans sa vie. Enchainée à un mari qui ne la méritait pas, même si elle semblait indéniablement être la personne à blâmer dans leur histoire. Pourtant ces quelques mots l’enchainaient de nouveau, et aucune solution à laquelle elle avait pensé, ne serait possible, pas encore du moins. Posant nonchalamment cette feuille de papier sur le lit, elle s’empressa de retirer cette stupide blouse qu’elle avait sur le dos. Enfilant ses vêtements se remémorant ainsi la chute qui l’avait conduite ici. Sa matinée commençait des plus normalement, certes cette fatigue tenace ne cessait de l’affaiblir avec le temps, mais ce n’était pas une simple mauvaise passe qui allait décourager l’Irlandaise. Si ses heures de sports devenaient plus éprouvantes pour une femme aussi endurante, elle ne s’en formalisa pas, y compris lorsqu’une « amie » lui sortit le prétexte bidon « c’est ça quant on prend de l’âge ». Brenna avait dut faire preuve d’un grand calme pour ne pas lui en coller une. Impulsive oui, mais jamais en proie à des sautes d’humeurs. Qu’importe, les femmes, les hormones, la pleine lune, tant de mystères irrésolues. Alors quant elle s’était évanouie au stand de tire ce matin, elle était convaincue par la suite qu’il ne s’agissait que d’une insolation, qu’elle en avait trop fait alors que son corps lui crier de se reposer. Or tout s’expliquait de manière bien plus naturelle et surtout bien plus effrayante. A peine avait-elle reboutonné son chemisier, qu’elle se retourna pour se diriger vers la porte, n’ayant plus aucune raison, et encore moins envie, de s’attarder ici. Mais elle fut surprise de voir un jeune homme dans l’entrée. Étrange que ça soit spécialement lui qu’elle rencontrait ici, en même temps ces derniers temps ce fut le seul endroit où elle put le voir. Plongé dans un coma Ozzie Bowen n’était plus le jeune homme arrogant susceptible de l’envoyer balader -à raison- alors qu’elle ne demandait qu’à le voir. Se fichant pas mal des rumeurs qui couraient déjà dans l’hôpital grâce aux infirmières et aides soignantes, elle persistait à aller le voir tout les jours. Certaines fois ses visites étant écourtées par l’arrivée de l’une de ses amies, il en avait d’ailleurs beaucoup trop à son goût. Toutes jeunes et mignonnes, elle n’avait pu s’empêcher de se demander s’il n’était pas finalement avec l’une d’entre elles, et c’était peut être même mieux. Après tout, que lui avait-elle apporté de bien ? Tout de même heureuse de le voir réveillé bien que circulant en fauteuil roulant, quitte à le voir, autant qu’il lui gueule dessus, elle préférait ça et de loin. Au final, c’était un coup du sort assez original, il était précisément la personne à qui elle voulait mais surtout devait parler, et il venait à elle tout simplement. Même si elle ignorait ce qui l’avait conduit ici. « Qu’est-ce que tu fais là ? » L’animosité de leur dernière « conversation » avait disparu, du moins pour elle en tout cas. Sa voix trahissait la confusion qui régnait dans sa tête à l’heure actuelle. « ça fait plaisir de te voir réveillé ! » Ce n’était pas dans ses habitudes de s’inquiéter, elle préférait se détacher de tout ces sentiments capables de vous ronger jusqu’à l’os, mais angoisser pour la vie d’une personne que l’on aime, n’est-ce pas normal ? Et c’était précisément lorsqu’elle crut le perdre pour de bon, qu’elle s’aperçut de l’intensité de ses sentiments à son égard.

Revenir en haut Aller en bas
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
avatar

♦ Posts : 4682
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

Message(#) Sujet: Re: i know what i said .. but i need you • OZZIE Mar 26 Oct 2010 - 17:00


LE 11 AOÛT 2011
« Êtes vous conscient que vous avez de gros problèmes? » « Ca m'est égal. Vous n'avez rien contre moi. » lâcha Ozzie, un sourire narquois sur le visage. Le policier face à lui sourit à son tour avant d'ouvrir le dossier qu'il tenait devant lui. « Conduite en état d'ivresse, possession, vente et consommation de drogue et autres stupéfiants. Autant dire que vous risquez gros. » Ozzie leva les yeux au ciel. Bien conscient qu'il avait sûrement gagné sa place dans la cellule d'une prison, il n'avait pas d'autres solutions que de plaider coupable. Il resta cependant silencieux, attendant que l'officier de police prenne la parole. Ce dernier avait l'air de jubiler et Ozzie avait une folle envie de l'étripper, mais il avait surtout envie de se jeter sous un train. Après tout, s'il n'avait pas eut la fabuleuse idée de s'amuser en compagnie d'une prostitué, il ne serait pas tomber sur une jeune femme membre de la police de Miami qui feintait de faire le trottoir pour arrêter les clients potentiels. C'était de cette manière qu'Ozzie s'était fait attraper et qu'il avait apprit qu'il était surveillé depuis un moment. Lui qui se pensait prudent et intelligent, il devait reconnaître que les autorités avaient bien joué. « Peut être que nous pourrions nous arranger cependant. » finit par dire l'agent. Ozzie fronça les sourcils. « Un arrangement? Comme dans les séries? » répondit Ozzie. « On peut dire ça, oui. » Un silence s'installa entre les deux hommes. « Désolé, je ne suis pas branché Les Experts. » rétorqua Ozzie avant de lever la tête et de continuer de fixer le plafond, comme s'il s'agissait d'une oeuvre d'art. « Pour qui travaillez-vous? » demanda l'agent, sans relever la remarque précédente d'Oz. « Donnez moi un nom. » continua t-il. « Qu'est ce que j'y gagne en échange? » demanda Ozzie, plus intéressé par son propre sort que celui des autres. « Travaux d'intérêts généraux. Et une assignation à résidence avec surveillance électronique. » « Comment je vais faire mes travaux si je suis assigné à résidence? » railla Ozzie. « Ce ne sera pas un problème. » dit simplement son interlocuteur. C'est ainsi que quelques heures plus tard, Ozzie quitta le commissariat pour pouvoir profiter de sa dernière soirée. Le lendemain, il devrait porter un bracelet éléctronique et rester chez lui pour une durée inderterminée. Bien décidé à s'amuser, il se dirigea dans un bar, s'installa tranquillement et commanda plusieurs shoots de tequilla, ne se doutant pas une seule seconde que dans quelques minutes, une voiture le percuterait, et qu'il serait plongé dans le coma.



« C'est vraiment de la merde ce fauteuil à la con! » dit Ozzie, énervé, alors qu'il tentait tant bien que mal de dirigeait le fauteuil roulant dans lequel il devait rester pendant quelques temps. Il n'était toujours pas habitué à son nouveau moyen de locomotion et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il était plus évident d'observer quelqu'un en fauteuil plutôt que d'être installé dedans. Ainsi, Ozzie passait ses nerfs sur les infirmières qui se tenaient droit devant lui tout en partageant les derniers potns sur les docteurs. Digne d'une série télévisée, ce qui avait tendance à agacer Ozzie, qui était venu pour faire des examens, et pas pour entendre les ébats de son chirurgien. « Bon, on va le faire ce scanner? » finit-il par dire à la rousse qui devait s'occuper de lui. Cette dernière ne prit même pas la peine de répondre, si bien qu'Ozzie finit par lâcher un soupir las, ennuyé de devoir encore patienter alors qu'il n'avait qu'une seule envie: quitter cet hôpital. Un mois et quelques jours dans le coma n'avait rien changé au comportement d'Ozzie, qui était bien décidé à se montrer encore plus irascible qu'il ne l'était déjà. A son réveil, il s'était montré odieux avec les infirmières qui s'occupaient de lui, comme il en avait l'habitude. La télévision dans sa chambre ne contenait que quelques chaines si bien qu'il ressentait le besoin de passer le temps en insultant ou ennuyant les membres du personnel. Les seuls instants où il pouvait s'amuser ou se détendre, c'était lorsque Presley et Cassandre venaient le voir. C'est deux seules amies. Sa mère n'avait pas fait le déplacement, et Ozzie ne le regrettait pas. Entendre ses reproches ou le supplier de rentrer en Nouvelle Zélande était au dessus de ses forces, si bien qu'il se contentait de quelques coups de téléphones. Aucunes nouvelles de son cousin mais cela lui était égal. Aucunes nouvelles de Brenna non plus, ce qui n'avait que pour unique réaction de le rendre plus éxécrable. Bien évidemment, il ne se doutait pas que l'élégante trentenaire lui rendait visite lorsqu'il était plongé dans le coma, et c'était pourtant clair pour lui: Brenna avait tourné la page. Elle devait sûrement être en ce moment même en train de batifoler avec un autre de ses amants, ou peut être même avec son mari. Une nouvelle fois, Ozzie lâcha un soupir d'agacement. Evoquer Brenna lui était très pénible. Leur dernière conversation n'avait pas été dès plus agréable, et les souvenirs de cette soirée ne faisaient que raviver sa peine. « C'est parti. En route pour le scanner Bowen. » dit l'infimière, sortant ainsi Ozzie de ses pensées. Ce dernier leva la tête pour découvrir la visage de la personne qui l'amenait passer ses examens. Une infimière qu'il avait rendu chèvre après son réveil. Cette dernière ne semblait pas lui en tenir compte puisqu'elle lui racontait sa vie. Ce qu'Ozzie n'en avait rien à faire mais le jeune homme restait silencieux: il était contrarié. Se souvenir de sa relation avec Brenna venait de le rendre amer. Préférant s'enfermer dans un mutisme, il laissait l'infimière continuait de lui parler, alors que son regard se posa sur une silhouette qu'il connaissait. C'était très étrange de penser à Brenna et de la voir apparaitre devant lui. L'espace d'un instant, il crut qu'il s'agissait d'une vision. Une sorte de conséquence de son accident. « C'est une tumeur. Comme l'autre pimbêche blonde dans la série médicale. » se dit-il, comme pour se convaincre. « Qu'est ce qu'il y a Ozzie? » lui demanda l'infimière. Ozzie réalisa qu'elle était toujours là, et ne répondit pas. Brenna se tenait toujours plus loin, et elle semblait l'avoir remarqué. Etrange coïncidence finit par se dire Ozzie, alors que la fauteuil s'arrêta et que l'infirmière s'éloigna un moment. Immobile, il observa l'irlandaise s'approchait de lui. « Qu’est-ce que tu fais là ? » demanda t-elle, calmement. Ozzie ne répondit pas. « Ca fait plaisir de te voir réveillé ! » finit-elle par dire. Ozzie hocha poliment la tête, pour la remercier. Il se devait bien évidemment de dire quelque chose, mais il n'avait aucunes idées de ce qu'il pourrait dire. Il n'en voulait plus à Brenna pour ce qu'elle avait pût lui dire, surtout qu'Ozzie était principalement le plus fautif et le plus blessant. Pendant plusieurs jours, il avait tenté de l'oublier à l'aide de boissons plus alcoolisés les une que les autres, de filles et d'autres substances mais rien n'y faisait: il en revenait toujours à penser à Brenna. « Je... Merci. » répondit-il simplement. Il baissa un moment la tête, observa ses pieds pour ne pas à avoir à croiser son regard, tout en se demandant ce qu'elle faisait là. Venait-elle le voir? Venait-elle voir un proche? Est-ce qu'elle allait bien? Toutes ces questions sans réponses se heurtaient dans sa tête, si bien qu'il finit par demander à Brenna. Tant pis s'il faisait preuve d'une curiosité indécente au vue de leur relation. « Est-ce que tout va bien? ». Ozzie releva la tête pour finalement plonger son regard dans celui de Brenna.

_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: i know what i said .. but i need you • OZZIE Dim 31 Oct 2010 - 17:17



Se retrouver face à Ozzie après tout ce qui s’était passé entre eux dernièrement était bien plus douloureux qu’elle ne l’aurait cru. Si ce vide que son absence pouvait représenter dans sa vie lui faisait regretter toujours un peu plus les paroles qu’elle avait prononcé ce soir là, Brenna restait convaincue que c’était peut être la meilleure chose à faire pour eux deux. Elle était indéniablement bien en sa présence, il était le seul à lui procurer cette sensation de bien être de sécurité, pourtant une relation stable entre eux lui semblait bien trop utopique et irréaliste. Même si poser son regard dans le sien lui faisait reconsidérer cette hypothèse, c’était sans doute plus ce qu’elle venait d’apprendre que son cœur battant à tout rompre dans sa poitrine qui en était responsable. Elle avait éveillé la curiosité de bons nombres d’infirmières à passer régulièrement et le plus discrètement possible pour rester à son chevet, mais pour la première fois les « quand dira-t-on » n’avaient pas la moindre importance. C’était pourtant bien plus dure de se retrouver face à un Ozzie réveillé et capable de vous insulter et vous rabaisser plus bas que terre, que de veiller avec inquiétude sur l’homme que vous aimez qui pour la première fois était incroyablement silencieux. Aujourd’hui ou demain quelle était la différence ? Elle n’aurait jamais réussit à se conditionner suffisamment pour être capable d’entendre ce qu’il lui répondrait face à ce qu’elle aurait à lui dire. Le plus tôt serait sans doute le mieux. L’observant avec insistance, la nervosité faisant légèrement trembler ses mains, elle s’était complètement coupée de la réalité pour imaginer les réactions qu’il pourrait avoir, elle fut pourtant contrainte à un retour brutal parmi les vivants. « Est-ce que tout va bien? » En réalité elle n’en savait rien, la confusion qui tourbillonnait vicieusement dans ses pensées, semant le trouble et lui faisant perdre toute assurance, venait d’effacer toutes ses certitudes. Elle ne s’était jamais autant interrogé sur elle-même qu’à cet instant. « Oui, enfin non .. Il faut que je te parle c’est important .. » Lui dit-elle avec calme sans trop savoir comment elle avait pu apaiser les trémolos de sa voix. Par où commencer ? Comment le lui dire ? était-ce vraiment une bonne idée ? Le temps que ces dernières interrogations se bousculent dans sa tête l’infirmière qui était avec lui une minute plus tôt refit son apparition. « Aller en route Bowen ! » Brenna s’interposa bien rapidement, se saisissant des poignées de son fauteuil, comment faire comprendre à cette infirmière que ce qu’elle avait à lui dire était plus important que cet examen qu’il s’apprêtait vraisemblablement à passer ? Se saisissant de la feuille d’analyse qu’elle avait plié et posé dans sa poche, elle la montra discrètement à l’infirmière avant de chuchoter « je dois lui parler .. » Croisant le regard de l’Irlandaise, la jeune femme sembla finalement comprendre et hocha brièvement de la tête avant de lui adressé un petit sourire complice et de s’éclipser. Dirigeant le jeune homme dans la salle d’examen qu’elle venait de quitter, elle referma la porte derrière eux avant de prendre place devant lui. Nerveuse et inquiète de sa réaction, elle finit par conclure que plus vite elle le lui dirait, plus vite il pourrait se déchainer contre elle et tout serait fini. Bien qu’au fond d’elle, elle espérait un dénouement plus heureux, mais évidement ça n’arrivait que dans les contes de fées. « Comment dire ça .. Suite à un malaise que j’ai fais ce matin, on m’a fait quelques analyses et ils étaient bien loin d’imaginer que ça n’avait rien d’une anémie. » Se perdant dans des explications inutiles, elle souffla un bon coup avant de se mettre à faire les cents pas dans cette petite pièce, jouant nerveusement avec ses mains. « Ozzie, je suis enceinte! » Il n’avait rien d’un idiot pourtant elle était certaine qu’il insinuerait que ça ne le concernait pas, qu’elle était enceinte d’un autre, qu’elle avait dut se taper tout le quartier, alors pourquoi lui en faire part seulement à lui. Mais il était loin du compte. « Et avant que tu ne dises quoique ce soit, oui, il est de toi. » Pourquoi elle le lui disait après tout ? Ce n’était pas comme s’ils étaient capables de fonder une famille. Même s’ils s’aiment sans réellement mesurer l’importance qu’ils pouvaient avoir l’un pour l’autre, ce n’était pas ça, qui en ferait des bons parents. Au-delà de ça, Brenna s’était même vu emmener son enfant ainsi qu’Ozzie jusqu’en Irlande, pour être sur que ce bébé ne bénéficie pas de la mauvaise influence de sa famille de pourries. Après tout ce qu’Ozzie lui avait raconté sur eux, Brenna ne pouvait décemment pas les porter dans son cœur, elle était même convaincue que couper ainsi les ponts était la meilleure solution pour lui. A quoi bon rester entourer de personne qui ne font que vous rabaisser et vous traitez sans tout le mérite et le respect qu’ils vous doivent ? L’Irlandaise était loin d’être une femme parfaite, à des kilomètres de la petite amie et mère idéale, mais au fond d’elle, elle était pourtant persuadée qu’elle pouvait lui offrir une vraie famille. Fallait-il encore qu’elle se l’avoue et en prenne conscience pour pouvoir faire le nécessaire.

Revenir en haut Aller en bas
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
avatar

♦ Posts : 4682
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

Message(#) Sujet: Re: i know what i said .. but i need you • OZZIE Mar 2 Nov 2010 - 13:31



« Oui, enfin non .. Il faut que je te parle c’est important .. » dit Brenna, en guise de réponse à la question qu'Ozzie lui avait posé, par pure politesse à vraie dire. Du moins, c'était ce qu'il voulait faire croire. Bien sûr, Ozzie s'inquiétait de voir Brenna dans l'hôpital, mais au moins, elle semblait en bonne santé, physiquement parlant. Ozzie se dit qu'elle avait peut être une tumeur au cerveau et qu'il ne lui restait que quelques temps à vivre. En tout cas, Brenna avait quelque chose de sérieux et Ozzie ne s'attendait pas une seule seconde à ce qu'elle lui annonce une grossesse. Non, le jeune homme imaginait plutôt que Brenna allait lui dire qu'elle quittait Ocean Grove pour redonner une chance à son mariage ou bien encore, qu'elle regrettait la façon dont elle avait traité Ozzie lors de leur dernière soirée ensembles, bien que le jeune homme fut autant responsable qu'elle, voir plus. Quelques heures après leur dispute, la culpabilité avait tout doucement commencé à ronger Ozzie: son comportement ainsi que ses paroles avaient été dès plus horribles avec Brenna et il avait parfaitement compris la leçon. Que Brenna rende visite pour venir s'excuser était assez surprenant, d'autant plus que ce n'était pas dans son caractère. Ozzie se sentait tout petit, assis dans la fauteuil roulant, et il espérait vraiment que l'infirmière vienne à son secours et l'amène faire son examen. Ozzie ne s'était pas préparé mentalement à une conversation avec Brenna et connaissant le caractère explosif de la trentenaire tout comme le sien, il ne voulait pas risquer de se prendre un coup de stéthoscope en pleine tête, d'autant plus qu'il venait tout juste de sortir d'un mois et demi de coma à cause d'un traumatisme crânien et qu'il souffrait de migraines. Alors que l'infirmièreee revenait vers lui et qu'Ozzie soupira de soulagement, Brenna s'interposa et sans qu'il ne puisse râler, la jeune femme l'emmenait dans une salle d'examen alors qul'infirmièrere lançait un grand sourire à Ozzie. Le jeune homme fronça les sourcils en se demandant si elle le draguait, et si elle était consciente que Brenna pourrait la tuer avec un stylo? Cette idée le fit rire intérieurement, alors que la brune venait de fermer la porte et de prendre place devant lui. Oz tourna la tête, à la recherche d'une sortie de secours mais malheureusement, il n'y avait qu'une seule et unique porte et Brenna se tenait dans le passage. Ne maîtrisant pas encore la conduite du fauteuil roulant, Ozzie ne voulait pas prendre le risque de tenter de s'échapper. Avec la chance qu'il avait dernièrement, le fauteuil finirait par se renverser, et lui avec. Finalement, Ozzie décida d'affronter la situation et il reporta son attention sur le visage de Brenna qui semblait nerveuse. Bon sang, qu'est ce qu'elle attendait pour lui dire ce qu'elle avait sur le cœur? Alors qu'il perdait de plus en plus patience et qu'Ozzie comptait le dire clairement à Brenna, cette dernière prit une enfin la parole. « Comment dire ça .. Suite à un malaise que j’ai fais ce matin, on m’a fait quelques analyses et ils étaient bien loin d’imaginer que ça n’avait rien d’une anémie. ». Ozzie fronça une fois encore les sourcils. Bien, et alors? Quel était le rapport avec lui? Une fois encore, il ne pouvait s'imaginer que Brenna était enceinte et surtout pas enceinte de lui. Chaque minutes qui s'écoulaient rendait la situation encore plus bizarre qu'elle ne l'était. Jusqu'à ce que la phrase magique... « Ozzie, je suis enceinte! ». Ozzie ouvrit la bouche, pour dire quelque chose mais rapidement, il se rendit compte qu'il n'avait rien à dire. que pouvait-il répondre à ça? Venait-elle se vanter d'être enceinte de son cher mari? Ou bien de l'un de ses autres amants et Ozzie ne voyait pas réellement pourquoi Brenna lui annoncer ça. Après tout, il n'était même pas amis. L'idée que l'enfant était de lui ne lui vint même pas à l'esprit. Après tout, il s'était protégé tout le temps avec Brenna, du moins, dans ses souvenirs. Pourtant, Brenna lui annonça rapidement la grande nouvelle: « Et avant que tu ne dises quoique ce soit, oui, il est de toi. ». Alors qu'il avait la tête baissée et qu'il regardait ses chaussures, Ozzie écarquilla les yeux. Comment ça, le bébé était de lui? C'était impossible. Carrément impossible même. Le jeune homme finalement par relever le tête pour regarder Brenna. Il ouvrit une nouvelle fois la bouche, mais aucuns sons ne se fit entendre. Il resta ainsi pendant quelques secondes avant de se reprendre. Il tenta de rester le plus calme possible même si l'envie de prendre ses jambes à son coup était très forte, il tenta tant bien que mal de rester immobile. De toute manière, il ne pouvait pas courir, et le temps qu'il ouvre la porte et fasse de la place pour son fauteuil, Brenna l'aurait attraper à nouveau. Autrement dit, il était bel et bien coincé et devait faire face à cette annonce dès plus déplaisante. Rassemblant peu à peu ses idées, essayant d'éviter de s'imaginer avec un bébé dans les bras, il prit la parole sur le ton le plus calme dont il était capable. « Enceinte? Enceinte d'un bébé? » demanda t-il bêtement. Bien sûr qu'elle était enceinte d'un bébé et non pas d'un tricératops. « Enfin oui, un bébé. Et euh... » commença t-il avant de s'arrêter. Comment aborder le sujet avec elle? L'avortement était quelque chose qui était toujours considéré comme tabou aux États-Unis. Ce n'était pas un problème pour Ozzie mais est-ce que Brenna pensait-elle la même chose vis à vis de cette pratique médicale? L'arrêt volontaire d'une grossesse était sérieux et Ozzie ne voulait pas qu'elle le prenne à la légère, même si cela l'arrangerait plutôt bien. Il ne s'était jamais vu père de famille. Ayant déjà de nombreuses difficultés à maintenir de bonnes relations avec sa propre mère ainsi que sa sœur, oncles, tantes et cousins, Ozzie ne s'imaginait réellement pas à la tête d'une famille. Il avait d'ailleurs beaucoup de mal à visualiser sa vie dans une maison de banlieue, Brenna avec lui et ... un morveux. « Est-ce que tu es là pour... Avorter? » finit-il par dire. Autant être honnête et ne pas perdre de temps. « Enfin.. Tu vois quoi. Je suis pas sûr de pouvoir gérer ça en ce moment. » explique t-il en parlant de la grossesse. Ayant du mal à s'occuper de lui même en temps normal, il allait probablement avoir encore plus de mal maintenant. Et il ne pouvait pas gérer une autre personne, souffrant de crise hormonale.


_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: i know what i said .. but i need you • OZZIE Ven 5 Nov 2010 - 12:15



Prise au piège elle avait cette désagréable sensation que le contrôle de la situation lui échappait complètement, et elle ne pouvait le reprocher à qui que ce soit. Personne n’avait prit les ficelles et dirigeait le tout sans qu’elle ne puisse intervenir, c’était l’un des éléments imprévisibles de la vie. Pour beaucoup de femmes il s’agissait d’un cadeau et elle réalisait tristement que si elle n’avait pas la moindre affection pour cet enfant, d’autres femmes rêveraient d’avoir sa chance. Se sentant horriblement égoïste, elle se rappelait pourtant pourquoi elle n’avait jamais émit le souhait d’être mère. Elle était incapable de gérer, incapable d’inculquer la moindre valeur morale à un enfant, et qui l’aiderait, y avait-il quelqu’un avec elle ? Non, et elle était persuadée qu’Ozzie ne voudrait pas gérer plus qu’elle. Il était non seulement plus jeune, mais tout aussi irresponsable qu’elle. Après tout c’était un cadeau pour cet enfant, elle voulait déjà ce qu’il y avait de mieux et avait comprit qu’il ne s’agissait pas d’elle. Bien que ce constat l’attristait sans qu’une fois de plus elle ne se l’avoue. Cacher ses sentiments à autrui était habituel, mais bien plus encore que de se mentir à elle-même. Face au jeune homme, elle demeurait nerveuse, bien qu’elle avait parfaitement anticipé ses réactions. Si elle n’avait pas relevé sa question à laquelle il répondit de lui-même, ce n’était pas par désintérêt. L’irlandaise aurait très bien put s’en montrer amusée, mais elle n’était pas en état de rire. Cette nouvelle qui aurait réjouit plus d’un couple, était plus entrain de leur faire peur, et pourtant ils n’avaient plus rien d’un couple mais visiblement ils ressentaient la même chose. Peut être aurait-elle dut attendre, prendre le temps d’assimiler la nouvelle pour la lui annoncer avec plus d’assurance sans avoir cette impression désagréable de vulnérabilité. L’orgueil Irlandais était à double tranchant, si elle conservait toujours la tête haute, elle se prenait bien souvent le revers de la médaille. « Est-ce que tu es là pour... Avorter? Enfin.. Tu vois quoi. Je suis pas sûr de pouvoir gérer ça en ce moment. » Elle n’avait pas osé le regarder, bizarrement et alors qu’elle avait immédiatement pensé à interrompre cette grossesse, elle sentit son cœur se serrer, comme s’il venait de lui annoncer la nouvelle la plus terrible qui soit. Dans le fond elle avait espéré que cette nouvelle finirait par les réunir de nouveau, si elle ne le lui dirait pas, Ozzie lui avait pourtant manqué, beaucoup trop, mais elle était consciente que la suite ne lui plairait pas et qu’il allait probablement piquer une colère monstrueuse qui scellerait l’avenir du couple. « Non, c’est trop tard ! » Elle venait tout juste d’apprendre sa grossesse et pourtant c’était déjà trop tard. Le délai des trois mois pour subir une interruption volontaire de grossesse était dépassé et elle ne pouvait désormais rien faire d’autre que de couver durant les six mois restant. Elle venait de faire ce que l’on appel, un déni de grossesse. Ne souhaitant absolument pas avoir d’enfant, elle a renié sa grossesse et ses symptômes, son ventre ne s’était même pas développé, le bébé se développait pourtant très bien, il était simplement positionné de sorte qu’il ne prenne pas vraiment de place. Un phénomène étrange auquel elle eut beaucoup de mal à croire lorsque le médecin le lui annonça et pourtant .. « J’ai dépassé le délais, je ne peux plus rien faire. D’après le médecin j’ai fais un déni de grossesse ce qui explique qu’à plus de trois mois, ça ne se remarque toujours pas. » Pourtant son ventre allait finir par se développer et assez rapidement, ce qu’elle appréhendait d’ailleurs, être enceinte ne l’enchantait déjà pas, mais alors du jour au lendemain c’était épouvantable. « Je savais très bien ce que tu allais dire, mais il me semblait logique et évident que je devais de l’annoncer malgré tout. » Certainement déçue, elle avait espéré peut être son soutient, mais quelle idée de souhaiter une chose pareille ? Ils n’étaient plus ensemble de toute façon, elle l’avait elle-même quitté, même si le contexte l’y avait poussé à contre cœur.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: i know what i said .. but i need you • OZZIE

Revenir en haut Aller en bas
 

i know what i said .. but i need you • OZZIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Baptist Hospital-