AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fear me if you dare ϟ Duke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Fear me if you dare ϟ Duke Dim 31 Oct 2010 - 11:00

    Gaddièl ne décolerait pas depuis ce coup de fil qui l'avait reveillé. Il était tombé du lit en plus, littéralement, en voulant attraper son portable sur sa table de nuit. Au bout du fil, c'était son meilleur pote, Brad Flintown, le photographe qui avait pu lui décrocher un petite place dans la nouvelle campagne de pub de la célébre PETA. Celle-ci voulait renouveler son image, en mettant en scène des gens comme vous et moi, pour enfin mettre de côté pour un temps, les starlettes et les stars. Gad' qui passait beaucoup de soirée alcoolisée avec Flintown, avait apprit la nouvelle, et pensait pouvoir l'utiliser à son avantage pour se rapprocher d'une belle éditrice. Celle-ci allait bientôt se marier, mais le consultant du procureur, pensait que de le voir en tenue d'Adam repousserait leur amitié. Il espérait ainsi qu'elle le verrait autrement, que comme ce dragueur qui n'hésite à piocher dans la gente féminine mais masculine. Cela n'avait pas trop marché, ce plan. Car au final, Narcisse avait prit la fuite dés la première photo.

    Depuis plus de nouvelle avec la belle blonde, ce qui n'était pas trés joyeux. Ce qui ne lui plaisait pas trop non plus, c'est qu'au téléphone Brad lui annonçait qu'un des photographes présent avait récupéré ses photos, et refusait qu'elles soient publiés pour la nouvelle campagne de pub. Stherling savait trés bien de qui il s'agissait, non, il ne connaissait pas son nom, mais voyait très bien sa tête de play-boy. Un homme de son âge, avec les cheveux mis-longs coiffés en arrière, plutôt beau mec. Cela, il ne pourrait cracher dessus, mais ce photographe avait tout fait pour faire de son shooting un enfer. Non, celui-ci n'avait rien dit, mais il l'avait regardé quand il avait laissé tomber son peignoir, comme si c'était une honte qu'un homme se montre nu. C'est sur, que par sa tête, il devait préférer se rincer l'oeil sur des petites russes à petit sein. Mais c'était pas une raison, et Gaddièl l'avait prit en grippe. Il n'avait pas hésité pour aller lui chercher des noises dans les toilettes. Oui, il l'avait chauffé, et il avait reçu une bonne bousculade.

    Mais il ne pensait pas que cela irait plus loin. Le médium sauta alors d'un deux vêtements trouvés sur le sol; un jogging et un polo blanc en v bien moulant. Il ne prit même pas la peine de prendre un petit déjeuner, et monta dans sa voiture, direction le studio d'un certain Hatfield. Il l'avait eu en menaçant son camarade de retour corsé, s'il donnait pas un nom et une adresse. Oui, le jeune homme voulait s'expliquer avec ce genre de mentalité, complétement absurde en 2011. Il roula trés rapidement, et se gara comme un malpropre, évitant de justesse d'écraser une petite vieille avec son cadie. Le grand brun claque la porte de sa voiture violement, ce qui provoqua un léger court-circuit, et l'alarme se déclencha. Un bruit tonitruant s'eleva dans la rue. Gaddièl avait le visage serré, et les poings prêt à frapper la première chose qui tomberait sur lui. Il cherche un instant le numéro que Brad lui avait donné.

    Il ne savait pas si le photographe était à son Studio, mais il devait essayer. Stherling arriva devant un interphone, il chercha le nom...Hatfield...Puis il sonna, où pour être franc. Il s'acharna sur la pauvre sonnette, de quoi réveiller tout le batiment, l'alarme de sa voiture continuant de hurler. Puis il pensa entendre un voix, il se mit à déverser toute sa colère. « C'est Gaddièl Shterling, espèce d'enfoiré, vous n'êtes qu'un fils de @#@# ! Ouvrez cette porte qu'on parle entre mecs !! Sinon, je défonce cette porte ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Fear me if you dare ϟ Duke Mar 2 Nov 2010 - 10:57


FEAR ME IF YOU DARE


Duke s'était levé ce matin là, d'une humeur exécrable. Comme toujours, direz-vous. Cependant, là c'était encore pire que d'ordinaire. Son réveil n'avait pas sonné, c'était ce stupide voisin qui l'avait réveillé avec le raffut qu'il faisait à chaque fois, il était en retard au travail, il s'était cogné contre sa table de chevet en se levant. Bref, ça commençait très mal pour lui. Toute la matinée il marmonna, rumina, grommela, se plaignant de tout et de rien, s'énervant à la moindre occasion, s'excitant comme un fou dès qu'un objet lui résistait. Et il râlait, râlait, râlait... Il claquait les portes derrière lui, donnait des coups de pieds pour les ouvrir. Bref, vous l'aurez comprit, il était de mauvaise humeur. Il avala un café en vitesse, très fort histoire de le calmer -même si tout le monde sait que la caféine ne calme pas. Il prit une rapide douche mais n'eut même pas le temps de se raser et de toute façon à ce moment là, c'était bien le cadet de ses soucis. Enfilant les premiers vêtements qu'il trouvait, il se retrouva avec un jean et un polo noir, des chaussures classes et une veste bleue nuit. Duke n'avait jamais été très à cheval sur son look bien qu'il conservait une certaine classe à toute épreuve. Les cheveux tirés en arrière comme toujours et sa barbe de deux jours il quitta sa demeure. Au volant de son Alfa Romeo 159, il fonça à son studio. A chaque feu rouge il s'énervait, faisait tourner le moteur, klaxonnait, tapotait nerveusement ses doigts sur le volant. Les gens arrêtés autour de lui, lui jetait des coups d'œils surpris et presque indigné. L'air de dire : il veut quoi cet excité ? Avancé, voilà ce qu'il voulait ! Il avait beau être son seul patron, Duke n'aimait pas être en retard. C'était d'ailleurs une des rares choses qui le rattachait à cette société, sinon il était toujours décalé et avait du mal à s'intégrer, à se plier aux normes et aux règles imposées.

Bref, il arriva donc à son studio avec près de 30 minutes de retard. Il commença par allumer son ordinateur puis écouter les éventuels messages laissé sur son répondeur. Il y en avait en effet deux. Le premier était celui d'une cliente qui avait entendue parlé de lui et qui désirait le rencontrer pour quelques photos. Mais quand elle évoqua le prix qu'elle comptait mettre pour les photos -de son chien soit disant passant- Duke eu un petit rire nerveux et supprima aussitôt le message. Mais qu'est-ce qu'ils croyaient les gens ? Duke était un professionnel, à ce prix là il valait mieux qu'elle achète elle-même un appareil photo jetable et qu'elle fasse ses clichés toute seule. Le deuxième fut encore moins agréable. C'était la personne avec qui il avait travaillé sur le projet de la PETA et qui lui demandait les photos du fameux Gaddièl Stherling. Le visage du jeune homme se crispa aussitôt rien qu'à ce nom. Oh ça non, il ne comptait pas rendre ces fichues photos. Il songeait d'ailleurs à les jeter, garder ces insanités le répugnait. Rien que l'idée d'avoir la pellicule dans un de ces tiroirs le mettait mal à l'aise. Ce petit con n'était rien d'autre qu'un homo exhibitionniste en manque qui aimait qu'on lui reluque l'entre jambe. Et comme si ça ne suffisait pas, il avait envie que l'Amérique entière puisse la voir également. La mâchoire de Duke se serra rien qu'à cette idée. Cet homme le dégoutait, c'était une honte. Comment osait-il être fier de sa sexualité ? Il ferait mieux de se cacher et même d'aller se faire soigner. Il devait avoir un problème quelque part, c'était obligé. Duke se laissa tomber sur sa chaise, se passant les mains sur le visage. Et dire que ce "mec" avait eu l'affront de le chauffer dans les toilettes ! C'était un porc et l'essuie main qu'il avait prit dans le dos était amplement mérité. C'était même peu comparé à ce qu'on devrait lui infliger. Il fut un temps ou la société aurait prit un malin plaisir à lui sectionner les testicules afin de calmer ses ardeurs perverses. Un léger sourire cynique glissa sur les lèvres du jeune homme, ça devait être le bon temps tout ça. Un monde normal, ou les hommes aimaient les femmes et inversement.

Il commença sa journée de travail, organisant des rendez-vous, gérant son site web, développant certaines photos, encaissant les chèques qui arrivaient etc. Puis arriva un moment dans la matinée ou il ne parvenait plus à se reconcentrer. Les images de son altercation avec ce Stherling dans les toilettes lui revenaient brutalement en mémoire. Et s'il avait le malheur de fermer les yeux, c'était encore pire. Ça le faisait enrager. Duke préfèrerait ne plus y penser du tout, ce sortir tout ça de la tête une bonne fois pour toute. Il se leva et marcha jusqu'à l'armoire derrière lui qu'il fermait toujours à clé. Il l'ouvrit doucement et attrapa la fameuse pellicule. La tenant fermement de sa main, il réfléchissait. La détruire ou non ? Et tandis qu'il était perdu dans ses profondes réflexions, le bruit de l'interphone retentit. Il sursauta et manqua de lâcher l'objet. Il la rangea à la hâte et referma le placard à clé derrière lui. Il glissa la clé dans sa poche et retourna à son bureau ou il appuya sur le bouton de l'interphone et dit : « Oui, c'est pour qu... » Mais Duke n'eut pas le temps de finir sa phrase que déjà de l'autre côté, on s'énervait contre lui. « C'est Gaddièl Shterling, espèce d'enfoiré, vous n'êtes qu'un fils de @#@# ! Ouvrez cette porte qu'on parle entre mecs !! Sinon, je défonce cette porte ! » Ah, c'était lui. Duke ferma les yeux un instant, tentant de se calmer et de ne pas lui hurler d'aller se faire foutre ailleurs, de trouver quelqu'un d'autre à aller emmerder et qu'il ne reverrait de toute façon jamais ses sales photos. L'expression, "qu'on parle entre mec" fit bien rire Duke. Très bien, puisqu'il voulait jouer à ça, qu'il rentre. Duke ne répondit rien et enclencha l'ouverture de la porte. Il se leva de son bureau, se dirigeant alors vers la porte, se doutant bien qu'il devrait intercepter cet espèce de folle enragée. Des bruits de pas précipités dans l'escalier. A peine Duke eut-il aperçu le visage de Gaddièl qu'il prit la parole : « Écoute-moi bien fillette, je te déconseille de toucher à quoi que ce soit dans mon bureau, ou ça finira mal. » Duke avait le front bas, le regard sombre, signe qu'il ne plaisantait pas. De toute façon il ne plaisantait jamais. Il préféra intercepter Gaddièl, anticipant la moindre réaction destructrice. Lui choppant le bras au niveau des biceps et le serrant assez fort il le plaqua contre le mur et ajouta : « C'est trop tard pour tes sales photos, personne ne verra rien de toi. Je viens de rendre service à tous les hommes normalement constitués. » Il finit par le lâcher, gardant malgré tout un œil sur lui, ne voulant pas voir son matériel abimé. « Tu devrais avoir honte de t'afficher comme ça. C'est dégueulasse. Et maintenant casse-toi, j'veux pas de tafiole dans mon studio. Ici, c'est pour les hommes, les vrais. » Duke posait sur lui un regard méprisant au possible, on voyait sans mal combien Gaddièl le repoussait et lui donnait la nausée. Et dire que cette "salope" avait osé se frotter à lui.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Fear me if you dare ϟ Duke Jeu 4 Nov 2010 - 18:06

Gaddièl était énervé, c'était plus que visible sur son visage contracté, et la veine qui palpitait sur son front. Quand il sonna à cette interphone, il pensa exploser en attendant la simple voix du maudit photographe : « Oui, c'est pour qu... » Et, heureusement qu'il accepta de lui ouvrir où il faisait un malheur. Le grand brun, qui n'avait rien dans sa gestuelle, d'une grande folle, était excédé. Oui, il avait déjà croisé ce regard que lui avait lancé le très aimable Hatfield. Ceux qui pensaient qu'il n'était qu'un dégénéré de plus. Cela avait commencé au lycée, avec toute cette masse de garçon en rûte, se battant à coup de testostérone pour conquérir les blondes platines. Et, rien de mieux, pour faire parler d'eux, que de taper sur ceux qui sortent du lot. Ceux qui pensaient que regarder un autre mec dans les vestiaires c'étaient perdre toute masculinité. Pourtant, Gaddièl, était un homme, il avait été quaterback dans l'équipe de football de son école. Il tenait la bière comme un marin en goguette, roté son prénom à la perfection, et malgré sa pâle musculature, Shterling en avait éclaté des nez. Et à côté de cela, les hommes ne l'avait jamais dégouté. Il avait toujours été franc avec lui, et avait évité de faire comme ses nombreux lycéens, et camarades; qui venaient lui chercher des noises en journée, mais étaient plus que demandant d'une petite gâterie derrière le stade d'entraînement le soir venue. N'hésitant pas après satisfaction, de menacer quand même, pour bien montrer qu'il avait encore le pouvoir. Mais le pouvoir de quoi ? De se mentir à soi même ? Puis, il avait les vrais cons, ceux qui étaient homophobes, et qui auraient pu vous brûler en place publique rien que pour donner le bonne exemple. C'est cette impression que lui donnait le photographe, et Gad' était bien décidé à que personne d'autre ne subisse ses attaques.

Le grand brun poussa la porte d'entrée, et longea le long couloir menant à l'ascenseur. Pas besoin de panneau, tout était indiqué sur les murs. En chemin, il croisa un joueur de hockey sur gazon, et il se fit à la remarque; que venir faire peur à un photographe, cela n'avait pas beaucoup de poids sans un objet dans les mains ! Gaddièl regarda la crosse dans la main du joueur, et lui tira des mains violemment. Il fallait pas le chercher, et le joueur allait en payer le prix. Le propriétaire voulut reprendre sa crosse, et Stherling lui donna un méchant coup de tête. Il faut peut être souligner qu'avant d'avoir été grand financier, le jeune homme avait vécu dans la rue. Il avait été mis à la rue par ses parents, et le garçon avait du se débrouiller. Il savait se battre, et rendait les coups, ce qui est un peu une obligation si on veut survivre dehors. Duke, s'attendait surement à une grande folle qui viendrait le menacer avec ses grands airs. Mais maintenant avec ce qu'il avait dans les mains, c'était plus une menace physique qu'il allait faire sentir au photographe. La police ? Des poursuites ? C'était bien loin de son esprit pour l'instant. Une fois dans l'ascenseur, il indiqua l'étage et arriva devant une porte ouverte. Gad' croisa ses bras dans son dos, et cacha son arme d'appoint en arborant un sourire pincé et sombre.

« Écoute-moi bien fillette, je te déconseille de toucher à quoi que ce soit dans mon bureau, ou ça finira mal. » Gaddièl leva les yeux au plafond en s'avançant doucement mais surement. « Ah ! Ouais ! Et sinon quoi ? Tu appelles tes potes aux crânes rasés ? Tu penses que tu pourras pas m'en mettre une sans eux ? Tu as besoin peut être d'eux pour te faire pousser des couilles ? » Il continua à avancer jusqu'à entrer dans l'appartement de Duke, et baissa les yeux vers l'entre-jambe du photographe avec un air provocateur. Puis, il jeta un œil au studio qu'il découvrait pour la première fois. Son cerveau essayant de se décider s'il frappait d'abord les lampes photos hors de prix, où le charmant minois de l'homme aux cheveux tirés en arrière, qu'il ne pouvait s'empêcher de trouver sexy. Et, c'est ce qui l'énervait encore plus, d'être attiré par un homme, qui nous répugne par son attitude tout autant. Dans ses pensées, il fut surpris par le bras de Duke qui le poussa contre le mur et lui lança : « C'est trop tard pour tes sales photos, personne ne verra rien de toi. Je viens de rendre service à tous les hommes normalement constitués. » Il le repoussa avec force d'un jeu d'épaule, lui montrant qu'il n'avait pas que du vent dans ses bras, puis commença à brandir sa crosse devant le visage du photographe. Pour lui montrer qu'il n'était pas là pour plaisanter. « Mais j'en ai rien à foutre de ses photos ! Tu peux te les mettre dans le cul. Tu comprends pas ? C'est ton attitude...Et tu te dis artiste...Tu me dégoutes !» Il voulut lui cracher dessus, mais il n'avait plus de salive. Gaddièl ne baissa pas les yeux devant Duke, l'obligeant à reculer grâce à la menace potentiel de son arme. Il agita celle-ci à droite et à gauche de façon nerveuse et énervée. « Tu devrais avoir honte de t'afficher comme ça. C'est dégueulasse... » « C'est moi le dégueulasse ? Rappelle moi pour qui je posais ? Pour un journal de cul homo où pour une association qui veut changer les choses ? » Le grand brun en colère s'approcha dangereusement d'une lampe photo et frôla sa crosse à celle-ci. Son pieds toucha une photo qui avait du tombé au sol. Elle représentait une femme en noir et blanc, la poitrine opulente et se caressant les tétons. Gad' soupira en repoussant la photo loin de lui. « Et maintenant casse-toi, j'veux pas de tafiole dans mon studio. Ici, c'est pour les hommes, les vrais. » Le regard plein de haine, il leva sa crosse et s'apprêta à envoyer valdinguer l'objet hors de prix et indispensable. « Bah écoute ! On va redécorer alors ! Pour que cela soit en adéquation avec tes couilles atrophiées ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Fear me if you dare ϟ Duke Mer 10 Nov 2010 - 12:20

Et pourtant, Duke savait pertinemment ce que c'était d'être à l'écart, d'être regardé par les autres et critiqué sans cesse. Après tout, il avait longtemps été la honte de la famille, on l'avait longtemps montré du doigt en disant qu'il avait perdu l'esprit. Tout ça parce qu'il n'était pas comme les autres enfants de son sale quartier. Pendant que les autres jouaient au foot et découvrait un peu trop tôt le monde de l'économie souterraine dirons-nous, lui il faisait semblant de photographier tout ce qu'il trouvait, s'émerveillant devant le moindre insecte ou la plus petite des fleurs. Tout lui paraissait beau et il rêvait d'aller vivre à la campagne. Longtemps il avait voulu que sa sœur se barre de cet appartement pourri et l'emmène avec elle, loin de toute cette merde. Mais elle ne l'avait jamais fait, elle était lâche. Quand Duke repensait à cette période de sa vie et qu'il voyait ce qu'il était devenu aujourd'hui et tout ce qu'il avait fait ou vu, il sentait un goût amer s'emparer de sa gorge. Et là, il réalisait que la vie tenait tellement à peu de choses. Il serait né à ailleurs, il ne serait pas devenu ce Duke là. Mais c'était trop tard, il ne pouvait plus faire marche arrière. Il s'était battu pour avoir le respect des autres et ça l'avait perdu. Il avait été faible lui aussi, devenant ce que les autres attendait de lui. Alors maintenant, il ne supportait plus ceux qui osaient mettre en avant leur différence ou qui l'assumait pleinement. Ça lui donnait envie de gerber et il prenait un malin plaisir à les descendre, comme pour leur rappeler qu'ils n'étaient rien. C'était une sorte de vengeance personnelle. Et puis, ça tombait d'autant plus mal pour Gaddièl car Duke ne supportait pas les homos ou même ne serait-ce que les bisexuels. Il avait deux choses qui le répugnait et le rendait dingue. Tout ce qui arrivait était inévitable, personne ne pouvait changer ça.

« Ah ! Ouais ! Et sinon quoi ? Tu appelles tes potes aux crânes rasés ? Tu penses que tu pourras pas m'en mettre une sans eux ? Tu as besoin peut être d'eux pour te faire pousser des couilles ? » Quoi ?! En plus de ça il avait l'affront de le traiter de lâche ? La mâchoire de Duke se serra et ses veines ressortirent au niveau de son cou. Pendant l'espace de quelques secondes il cru qu'il allait l'étrangler. Sur un coup de sang, il ferma son poing et vint le cogner contre le mur, juste à côté de la tête de Gaddièl, il approcha alors son visage du sien et répondit avec une voix méprisante au possible et ou on sentait qu'il tentait de se contrôler au maximum : « J'ai besoin de personne c'est CLAIR ? Et ne vient pas me parler de couilles, tu sais même pas ce que s'est. » Duke eu une folle envie de lui refaire le portrait mais au final il ne le fit pas. Il n'avait pas franchement envie que ça dégénère dans son studio. Son matériel c'était toute sa vie et s'il y avait bien une chose à laquelle il ne fallait pas toucher c'était bien ça. Et alors que Duke l'avait poussé contre le mur, serrant son bras dans sa main, Gaddièl réussit à se dégager de son emprise. Mais ce ne fut pas ça qui le surprit le plus. Alors qu'il allait revenir à la charge, son adversaire brandit une crosse devant lui, ce qui le stoppa net. Il redressa la tête et eu un mouvement de recul. C'était quoi le délire là ? Ce mec était vraiment pas net. Peu soucieux pour lui, Duke s'inquiétait plus pour son matériel. « Mais j'en ai rien à foutre de ses photos ! Tu peux te les mettre dans le cul. Tu comprends pas ? C'est ton attitude...Et tu te dis artiste...Tu me dégoutes ! » Son attitude ? Alors il venait l'emmerder et le menacer avec sa crosse pour ça ? Putain, mais quel con. Duke recula d'un pas en serrant les poings et tenta de se calmer. Ce mec était vraiment un emmerdeur et Duke se surprenait encore de ne pas lui avoir sauté dessus. Personnellement, la crosse ne lui faisait pas peur même s'il savait qu'avec ça Gaddièl avait largement le dessus sur lui. Duke avait suffisamment perdu l'esprit pour ne plus craindre certaines choses. « Bordel mais t'as que ça à foutre de tes journées que venir emmerder des gens parce que leur attitude te déplais ? Et avec une crosse en plus ? Et bien quoi, t'avais peur de pas avoir assez de force avec tes petits poings ? T'as eu peur de te casser un ongle ma grande ? » La provocation, la carte fétiche de Duke ! Il passait sa journée à gueule sur les gens, à les pousser à bout. C'était devenu tellement banal pour lui qu'il ne s'en rendait même plus compte à force.

« C'est moi le dégueulasse ? Rappelle moi pour qui je posais ? Pour un journal de cul homo où pour une association qui veut changer les choses ? » Sur ce point il n'avait pas tort, mais Duke ne voyait pas vraiment les choses de cette façon. Il allait rétorquer que qu'importe pour qui il avait posé, il avait prit un malin plaisir à s'exposer à poil devant tous ces hommes, mais il ne prit même pas la peine de le faire quand il le vit frôler une de ses lampes. Duke se crispa aussitôt et balança : « Fait gaffe à ce que tu fais toi ! Je te jure que si tu casses quoi que ce soit... Ta crosses j'te l'enfonce là ou j'pense ! Ça devrait te plaire en plus hein ?! » Mais Duke ne plaisantait vraiment pas. S'il lui abîmait du matériel il allait payer et très cher. « Bah écoute ! On va redécorer alors ! Pour que cela soit en adéquation avec tes couilles atrophiées ! » S'en était trop. Duke se jeta sur lui, interceptant le coup de crosse qu'il s'apprêtait à donner. Il reçu le coup au niveau du bras et émit un râlement de douleur. De l'autre main il lui attrapa celle qui tenait la crosse et le poussa violemment avec son corps afin de le faire reculer loin de son matériel. Il devrait l'achever alors pourquoi est-ce qu'il ne le faisait pas ? Il n'en savait rien et ça le perturbait pas mal. Cette tapette ne méritait pas mieux comme traitement, alors quoi ? Il le lâcha, posant sa main sur son bras douloureux. « Si tu veux toucher à mon matériel il va d'abord me mettre hors d'état de nuire ma ptite. Alors viens, montre moi comment tu tapes fort que t'es énervée ma jolie ! » Duke écarta ses bras et lui fit signe d'approcher avec ses mains, une lueur de défis dans les yeux. De toute façon il ne le laisserait pas toucher à son matériel tant qu'il serait sur pieds. Alors autant régler le problème tout de suite.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Fear me if you dare ϟ Duke Mer 10 Nov 2010 - 18:38

Pourquoi Gaddièl était ici dans l'appartement de ce photographe qu'il ne connaissait ni d'eve, ni d'adam ? Pourquoi il voulait l'affronter ? On l'avait bien insulté auparavant, lui le vilain petit canard de la famille Stherling. Non, ce qu'il faisait, n'était jamais assez bien pour ses parents en comparaison à son frère. Lui, il avait un avenir, lui il était talentueux, lui il ferrait quelque chose de sa vie; c'était de cette manière que son père parlait de celui qui était né avant lui. Bien sûr, rien n'était trop beau pour faire ressortir le meilleur de son frère. Mais lui ? Quand pourrait-il briller ? C'est pour cette raison, qu'il avait quitté la maison familial à ses dix-huit ans. Par la suite, des mecs comme Hatfield, il les connaissait, pour être sortit des soirées et qui avec un coup dans le nez souhaités taper sur la terre entière. Oui, il avait prit une bière vide sur le haut du crâne, tout cela car il avait prit un homme par la main en sortant de boîte. Oui, on lui avait cracher dessus, et il avait subit des insultes. Mais aujourd'hui, il ne serait pas une victime, en tout cas, pas sans combattre. C'est pour cela que Gaddièl se tenait dans l'appartement de Duke, avec une crosse de hockey sur gazon, prêt à tout casser.

« J'ai besoin de personne c'est CLAIR ? Et ne vient pas me parler de couilles, tu sais même pas ce que s'est. » Les paroles du photographe glissèrent sur sa nuque, alors qu'il l'avait projeté contre le mur et qu'il avait vu son adversaire se rapprocher dangereusement. Il sentit son sang ne faire qu'un tour. Non, ne vous trompez pas, il avait aucune excitation du côté du consultant, plutôt de la fureur. Gad' termina enfin par le repousser en arrière, pour ne pas être tenter de lui mettre une bonne droite tout en rajoutant avec un sourire de mépris : « En tout cas, je sais ce que tu as besoin ! Putain, tu refoules du goulot ! Au lieu de casser du pd, tu devrais t'acheter une brosse à dent ! » Il termina en agitant sa main devant sa bouche, comme pour faire partir une mauvaise odeur tenace. Non, l'haleine de Duke n'était pas l'enfer sur terre. C'était puéril, mais cela amusait notre grand brun, qui était prêt à appuyer sur tout les boutons possibles pour mettre à bout celui qu'il avait décidé de détester. Une fois un peu d'espace établi entre eux, Stherling profita pour sortir la crosse qu'il cachait dans son dos. Un objet qu'il venait de "gentiment" emprunter à un voisin. Il avait bien l'intention de le menacer et de ravager son studio. Car, il sentait bien dans le regard d'Hatfiled qu'il n'en avait rien à faire de se faire éclater la tête. Ses petits regards inquiets sur son matériel hors de prix étaient le signe qu'il attendait. Il jubilait déjà en imaginant voir pleurer celui aux cheveux longs devant ses lampes brisées. Les paroles de Duke le sortit de sa rêverie : « Bordel mais t'as que ça à foutre de tes journées que venir emmerder des gens parce que leur attitude te déplais ? Et avec une crosse en plus ? Et bien quoi, t'avais peur de pas avoir assez de force avec tes petits poings ? T'as eu peur de te casser un ongle ma grande ? » Sans vraiment encore réaliser que s'il touchait le photographe, il risquait de finir au poste, Gaddièl balança sa crosse par instinct. Oui, ces paroles l'avaient touchées et la crosse frôla dangereusement la joue de l'homme face à lui. Il pesta de l'avoir loupé, et rabaissa son arme pour lui cracher ses mots : « Espèce de...Tu vas les sentir mes poings, et je vais te faire ravaler ta connerie. Et, qui sait avec ta gueule bien amoché, tu pourras plaire ? C'est juste pour te rendre service, hein ! » Si Duke pensait être le seul à savoir pousser les gens à bouts, il allait être servit.

Vu de l'extérieur, cette situation aurait pu être presque drôle. On aurait dit deux coqs dans une bassecour prêt à s'en découdre pour deux graines oubliés au sol. Pourtant, le grand brun n'avait pas envie de rire avec son arme d'appoint dans les mains. Il balayait l'espace et s'approchait dangereux du matériel du photographe. Pourtant Duke le menaça : « Fait gaffe à ce que tu fais toi ! Je te jure que si tu casses quoi que ce soit... Ta crosses j'te l'enfonce là ou j'pense ! Ça devrait te plaire en plus hein ?! » Mais Gaddièl ne voulait pas écouter, et il était bien décidé comme il l'avait dit à "redécorer". Il leva la crosse mais Duke s'interposa et agrippa au bout de bois pour lui retirer des mains. Le médium poussa un grognement et essaya de luter, mais il fut projeté en arrière, et la crosse vola à travers la pièce pour finir sa chute sous un meuble. Gad' lui était tombé en arrière, ses fesses avaient amortis sa cascade. Il regarda Hatfield qu'il avait touché au bras et qui avait bien l'intention d'attiser sa rage : « Si tu veux toucher à mon matériel il va d'abord me mettre hors d'état de nuire ma ptite. Alors viens, montre moi comment tu tapes fort que t'es énervée ma jolie ! » Le consultant poussa sur ses jambes, comme un sprinteur sur le départ. « Tu parles beaucoup pour un hétéro ! Tu es sûr que tu n'es pas de la jaquette ? Ahhh ! » poussa t-il comme cri de guerre en se jetant comme un fou, la tête en avant sur Duke. Il arriva comme un boulet de canon sur le ventre de son adversaire, pour ainsi le faire basculer en arrière. Ils roulèrent sur le sol, et Gaddièl se retrouva en position de force au-dessus de Duke. Il essaya alors de lui mettre cette droite, qu'il lui avait promis, mais dans la confusion il frappa le sol et loupa le visage du photographe de quelques millimètres. « Aie ! » hurla t-il alors qu'il perdait l'équilibre et que son adversaire essayait de reprendre le dessus. Mais avant de se détacher de lui, il lui lança un bon coup de genoux dans les bijoux de famille avant d'être projeté sur le côté. « Tiens ! Prends-cela ! Petit massage gratis de la part du pd ! » lança t-il en sentant son corps décollé. Pas de chance, il avait une table en verre, Gaddièl la heurta de plein fouet, et celle-ci se brisa en mille morceaux. Il resta quelques secondes sonné en se demandant ce qui allait bien se passer maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Fear me if you dare ϟ Duke Mar 16 Nov 2010 - 11:50

« En tout cas, je sais ce que tu as besoin ! Putain, tu refoules du goulot ! Au lieu de casser du pd, tu devrais t'acheter une brosse à dent ! » L'expression de Duke laissa largement transparaitre sa surprise face à une telle réplique. Bon, si on oubliait le fait que ce genre de remarque était franchement désagréable et humiliante, le problème résidait plutôt dans le fait que ce n'était si l'endroit ni le moment pour sortir ce genre de... conneries ? De l'étonnement, son expression passa au mépris voir même à la pitié. Le secouant légèrement il répondit avec la perfidie d'un serpent : « En plus d'être un pd t'as aussi 3 ans d'âge mental ? Qu'est-ce qui y a, c'est la trouille qui te fais dire de pareilles absurdités ?! Bientôt tu vas te faire dessus ? » Si Duke devait un jour faire une déclaration d'amour, ce serait bien à ce concept qu'est la provocation. Elle menait ses journées, il était incapable de s'en passer. Et pourtant, de nombreuses fois il aurait mieux fait de se taire. Et oui, on trouve toujours plus fort que soit. Ou plus armé, ça dépend... En tout cas, de nombreuses fois il s'était retrouvé mal en point parce qu'il n'avait pas été capable de la boucler. Avec le temps, on aurait pu croire qu'il aurait retenu la leçon se se serait assagit, mais non. Ne dit-on pas qu'il n'y a que les cons qui ne changent pas ? Oui, et bien Duke était un con. Un sacré con même. Ça avait déjà faillit lui coûter la vie d'ailleurs. Mais il n'en tenait même pas compte, menant sa vie de façon complètement inconsciente.

Mais ce n'était pas le moment de s'attarder sur ce genre de détails. Gaddièl n'était franchement pas content et il n'était pas là pour jouer. Lorsqu'il vit la crosse arriver droit sur lui, Duke eu un mouvement de recul brusque, n'y échappant que de justesse. Il vit bien que ça ne plaisait pas à son adversaire de l'avoir loupé et le photographe ne put s'empêcher d'avoir un sourire provocateur, témoignant de toute sa satisfaction. Il lui aurait bien lancé une autre vacherie, vous savez du genre : laisse tomber, les filles ont toujours été nulles pour viser. Mais il ne lui en laissa pas le temps et répliqua aussitôt : « Espèce de...Tu vas les sentir mes poings, et je vais te faire ravaler ta connerie. Et, qui sait avec ta gueule bien amoché, tu pourras plaire ? C'est juste pour te rendre service, hein ! » Duke se mit à rire. Un rire grave, saccadé, digne du pire des psychopathes. D'accord, sa réplique n'avait absolument rien de drôle. Mais Duke savait pertinemment que s'il y avait bien quelque chose qui était énervant quand on était en colère et qu'on menaçait quelqu'un, c'était que cette personne ne vous prenne pas au sérieux et rit de vos paroles. En tout cas, c'était le genre de truc dont Duke avait horreur ! Rien de tel pour le rendre vraiment dingue -ou en tout cas plus que ce qu'il n'était déjà. Ce qui pouvait en soit paraître difficile et qui pourtant était possible. Mais la suite le fit bien moins rire. Gaddièl s'était éloigné de lui pour s'approcher de son matériel. Ah ça non, il ne fallait pas y toucher. Son matériel était bien la seule chose dans ce monde qui avait de l'importance à ses yeux. Et y toucher c'était très, très dangereux. D'ailleurs il ne tarda pas à le mettre en garde. La suite se passa assez rapidement. Gaddièl leva la crosse, Duke s'interposa et reçu le coup au niveau du bras, puis il repoussa le jeune homme et celui-ci finit sa chute sur les fesses, lâchant en même temps la crosses qui glissa plus loin. Duke eu un hochement de tête satisfait. Il serait plus facile pour lui de retenir Gaddièl s'il n'était pas armé, au moins ça lui donnait une chance d'avoir le dessus. Et peut-être même qu'il pourrait aller chercher la crosse afin de s'en servir contre lui... Oui, un bon coup dans la tête devrait le calmer.

Mais il n'eut pas le temps de bouger car déjà Gaddièl se relevait et tout en fonçant sur lui déclara : « Tu parles beaucoup pour un hétéro ! Tu es sûr que tu n'es pas de la jaquette ? Ahhh ! » QUOI ? Il avait osé dire ça ? Duke se sentit virer au rouge, la colère allait bientôt le rendre incontrôlable. Mais il fut calmé pour quelques secondes, il reçu la tête de Gaddièl en haut du ventre ce qui le propulsa en arrière et lui coupa net la respiration. Atterrissant sur le dos, il lui fallut quelques secondes pour reprendre son souffle et ses moyens. Dit donc, c'est qu'il était violent le ptit homo. Duke vit alors un poing fendre l'air et s'approcher dangereusement de son visage, il tourna la tête au dernier moment, n'étant pas encore capable de retrouver l'usage de ses bras pour se défendre. Heureusement pour lui, Gaddièl rata sa cible et frappa violemment le sol en s'écriant presque aussitôt : « Aïe ! » Duke éclata de rire cette fois-ci. Il ne put se retenir et déclara tout en posant ses mains sur sa poitrine afin de le repousser de sur lui : « Et bien fillette, t'as peur de cogner quelqu'un ou t'es juste .. AOUCHH ! » Le cri était partit face à la douleur fulgurante qui venait de l'assaillir. Gaddièl venait de lui infliger un coup de genoux entre les jambes avant de décoller. Duke se replia sur lui même, posant ses deux mains sur la partie douloureuse, fermant les yeux et se mordant la lèvre inférieure. Le con ! Le CON ! Saloperie ! Un bruit de verre qui se brise attira son attention, mais il était encore incapable de bouger. Il lui fallut encore quelques secondes avant d'aller mieux et de se redresser. Et là, le spectacle qu'il découvrit ne l'enchanta absolument pas. Sa table en verre ! Il avait pété sa table en verre ! Oubliant soudainement la douleur, il bondit sur ses jambes, les yeux exorbités. Il regardait les dégâts, effarés. Tout son matériel était tombé par terre, il y avait des bouts de verre de partout. « Oh le con... ! Oh putain... » Son souffle était haletant tandis qu'il continuait de fixer les bouts de verres éparpillés de partout sur le sol et Gaddièl toujours par terre, encore un peu sonné par le choc apparemment. Les yeux de Duke tombèrent alors sur la crosse. Il se précipita sur celle-ci en disant : « Alors là tu vas me le payer ! » Il attrapa celle-ci et retourna vers Gaddièl qui n'avait toujours pas bougé. En arrivant sur lui, il l'a brandit, voulant cogner de toutes ses forces. Mais le jeune homme réagit et leva les jambes afin de lui balancer un coup de pied au niveau du ventre. Duke encaissa le coup et alors qu'il allait basculer en arrière il s'agrippa a son pied et tandis qu'il tombait en arrière, Gaddièl entrainé par son poids fut trainé parmi les bouts de verre. Duke tomba lui aussi sur des morceaux qui lui arrachèrent un gémissement de douleur.

Il resta quelques secondes au sol, inerte. Mais quand il sentit Gaddièl remuer pour se lever, il s'activa aussi. Il se laissa glisser sur le côté et infligea un violent coup de crosse au niveau du genoux de son adversaire. Celui-ci perdit l'équilibre et tomba sur Duke, au niveau de son visage. Le profil droit du photographe fut alors violemment confronté aux bouts de verre. Il lâcha un cri de douleur. Puis il poussa le corps de Gaddièl de sur lui le plus vite possible et se redressa, s'éloignant de lui à genoux. La mâchoire crispée il passa sa main sur sa joue ou plusieurs bouts étaient implantés. Il grimaça de douleur, ne se souciant plus franchement de Gaddièl. « Arrr.. !! Putain... » Il tentait désespérément de les retirer sans franchement y parvenir. Quelques gouttes de sang perlaient là où il y avait les morceaux. Duke n'avait pas franchement imaginé sa journée comme ça. Maudit pd.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Fear me if you dare ϟ Duke

Revenir en haut Aller en bas
 

Fear me if you dare ϟ Duke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-