AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 An unforgettable night.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: An unforgettable night. Lun 1 Nov 2010 - 1:53



DOLLY MISSONI ¤ LAWSON MCARTHUR

09:05 PM – 3066, Apple Road


Lawson était excité comme un gamin. La raison était toute bête, ce soir, il se rendait à une soirée Halloween. Pourquoi être aussi heureux ? Pour diverses raisons. Tout d’abord, depuis qu’il était revenu à Ocean Grove, c’était la première fois qu’il se sentait aussi bien. Il n’avait plus aussi mal qu’avant lorsqu’il repensait à sa tante décédée, et parvenait à rire lorsqu’il pensait à elle. Tout se passait bien avec Ella, cette gamine l’étonnait de jour en jour, et il devait bien admettre qu’il s’attachait de plus en plus à elle, il ne s’imaginait plus vivre sans elle désormais. Ensuite, c’était sa première soirée à Ocean Grove depuis son retour, et cela lui faisait un bien fou de sortit s’aérer l’esprit, et rencontrer ses voisins. Il se souvenait des quelques soirées qu’il avait passé étant plus jeune à Ocean Grove et il en gardait des souvenirs impérissables. Et puis ce qui l’enchantait réellement, c’était qu’il se rendait à cette soirée en compagnie de la sublime Dolly Missoni. En effet, lorsqu’il avait reçu l’invitation de ses voisins - qu’il ne connaissait même pas d’ailleurs - il avait dans un premier temps décliné l’offre. Il ne savait pas avec qui y aller, il ne voulait pas y aller seul. Il avait proposé à Ella qui lui avait expliqué qu’elle avait d’autres plans de prévu. La demoiselle se rendant compte que son tuteur était quelque peu attristé lui donna alors une idée de génie: « Mais, pourquoi t’irais pas avec Dolly ? Je croyais que tu l’aimais bien… » Lawson se frappa le crâne, comment n’avait-il pas pu y penser tout seul ? Il s’approcha vivement d’Ella, lui déposa un baiser sur le front -chose qu’il n’avait encore jamais faite- et fila hors de la cuisine. Il prit son téléphone et envoya un sms à Dolly: « Je voulais faire original pour notre premier rendez-vous, tu veux venir à la soirée Halloween avec moi ? » Une fois le message envoyé, il se retrouva stupide en train de trépigner d’impatience. Il faisait les cent pas lorsqu’il sentit son portable vibrer: « Avec plaisir, passe me chercher à 8H45. Et ne sois pas en retard. » Et c’est ainsi que Lawson fut de bonne humeur pendant une semaine entière.

Le fameux jour arriva. Lawson avait fait toutes les boutiques pour trouver un bon déguisement, malheureusement, rien ne lui convenait vraiment. Il avait fini par choisir un déguisement de diable, agacé par toutes ses recherches infructueuses. Toute la journée, il tourna en rond, quelque peu stressé par cette soirée, ce qui amusait fortement Ella qui ne cessait de se moquer de lui. Une heure avant la soirée, Lawson se prépara enfin. Il enfila un pantalon noir, ainsi qu’un tee-shirt et des chaussures de la même couleur. Il accrocha une queue rouge (bande de petits pervers, je sais à quoi vous pensez ! ) derrière son pantalon, enfila une cape rouge, mis des cornes de la même couleur sur sa tête et s’observa dans le miroir. Il était à la fois très classe et séduisant, mais sans doute un peu ridicule. Lawson était septique, il avait peur que Dolly lui rit au nez. Paniqué à cette idée, il envisagea de simuler une rage de dents pour ne pas se rendre à la soirée. Mais finalement, se rendant compte que son comportement était parfaitement pathétique, il descendit les marches de la maison, et grimpa dans sa voiture sans plus réfléchir. Une fois devant la demeure de la jeune arachnologue, il inspira profondément et sonna. Il était pile à l’heure. Dolly ouvrit alors la porte, et Lawson fut scotché devant sa beauté. Une Cléopâtre, la plus jolie des Cléopâtre. Il lui fit un sourire, prit sa main qu’il embrassa tel un gentleman, et lui dit en souriant: « Tu es resplendissante. » Il faillit ajouter: « Et moi ridicule. » Mais il s’était arrêté à temps. Il lui tendit une rose rouge dont il avait enlevé les épines, puis ils montèrent tous les deux dans la voiture du jeune homme. Une fois arrivés près de la maison, Lawson se gara. Il sortit, et tendit son bras à Dolly pour qu’elle le prenne. « Prête à passer une soirée superbement terrifiante ? » Ils entrèrent dans le jardin de la demeure, et Lawson ne put s’empêcher de penser qu’ils n’avaient pas fait les choses à moitié. Entre les citrouilles, les araignées, les cercueils, les chauves souris, les têtes coupées, McArthur ne savait pas où donner de la tête. Il entra alors dans la maison, souriant à certains visages connus. Il aperçut au loin ce crétin de Berrington et décida d’aller à l’endroit opposé au sien. Il se tourna vers Dolly et lui demanda: « Je t’offre un verre ? » Ils se dirigèrent vers le bar, et Lawson lui tendit un vers du punch, il s’en servit un et plantant son regard dans celui envoutant de la jeune femme, lui demanda: « J’espère que tu ne leur à pas prêter quelques uns de tes petits spécimens vivants pour la soirée ? » Il savait que la réponse serait négative, mais il voulait plaisanter un peu. Après tout, ils étaient là pour s’amuser non ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: An unforgettable night. Lun 1 Nov 2010 - 14:08

Pour Dolly Missoni, Halloween n'était pas une fête pour enfants. A vrai dire, elle ne comprenait toujours pas comment une tradition aux origines aussi glauques avait réussie à devenir si populaire, en particulier dans le cœur des enfants. Si bien entendu la part des sucreries avait une grande place dans ces raisons, elle restait d'avantage focalisée sur les origines païennes et les légendes tout à fait déprimantes qui s'y rapportaient. Prenez l'exemple du fameux Jack-O'-Lantern condamné à errer jusqu'au Jour du Jugement Dernier entre le monde des humains, le Paradis et l'Enfer : était-ce vraiment une histoire convenable pour les mômes ? Petit détail qu'ignorait sans doute la jeune femme : les parents n'enseignaient pas forcément à leurs gosses les origines d'Halloween. Pour la plupart des enfants, cette fête n'était qu'un prétexte pour s'habiller, se faire des petites frayeurs entre copains et se gaver de bonbons jusqu'à l'écœurement. C'était sans compter sur Dolly et sa soif de connaissance, Dolly et son manque incroyable de tact. Aussi, lorsque le fameux jour du 31 arriva et qu'elle accueilli aux alentours de dix-neuf heures une ribambelle de mômes, ce n'était pas avec des bonbons qu'elle se présenta à eux mais bel et bien avec un exposé tout à fait morbide et précis sur la naissance de cette fête d'Halloween et d'explications exactes sur les origines des ingrédients qui caractérisaient autant cet événement. Nul besoin de préciser la décomposition des visages des gamins déguisés en zombies, vampires et autres fées au fil du récit de la jeune arachnologue. Cependant, heureusement pour eux, Dolly ne les retint guère longtemps. Non pas que son petit cours improvisé l'embêtait, bien au contraire, mais elle devait elle-même se préparer pour célébrer cette fête qu'elle venait de si joliment décortiquer et vider de son aura mystérieuse.

Paradoxal ? Peut-être bien et ce n'était pas ce qui freinerait la jeune femme. En effet, lorsqu'elle reçut l'invitation des Morecci, dans un premier temps, elle ne pensa pas un instant s'y rendre. Qu'allait-elle pouvoir bien faire dans une maison de parfaits inconnus, au milieu de personnes encore plus inconnus et gaga comme leurs pieds devant des cadavres en céramique ? Mais c'était sans compter sur l'imprévisibilité légendaire de Lawson McArthur qui la prit une fois de plus au dépourvu. Alors qu'elle avait mit de côté son invitation, elle reçut un texto de la part du jeune homme qui lui demanda d'être sa cavalière pour la soirée. Si elle resta interdite, ce ne fut pas parce qu'elle hésitait mais plutôt parce qu'elle était surprise. Il est vrai qu'ils avaient parlé d'un premier rendez-vous mais elle ne s'était pas attendu à ceci. Amusée et se disant qu'en effet, pour faire dans l'original, c'était original, elle s'empressa de répondre qu'elle acceptait son offre. Ainsi, une semaine plus tard, c'était bel et bien des sacs provenant d'une boutique de déguisements qui trônaient dans sa chambre à coucher. Lorsqu'elle remonta dans sa chambre après avoir souhaité une bonne soirée à des enfants bougons, elle déballa ses sacs et se dépêcha de se préparer. Il lui restait tout juste une heure pour se doucher, se coiffer, se maquiller et s'habiller. Étant habituée à tout faire à la dernière minute, elle ne paniqua pas et se mit plutôt en mode superwoman pour tout faire dans les temps. De ce fait, cela l'obligea à ignorer les sonneries la seconde vague d'enfants gourmands venants réclamer leurs dus mais c'était le cadet de ses soucis.
Un déguisement de Cléopâtre ne se négligeait pas. Si en temps normal Dolly était assez coquette, lorsqu'il s'agissait de se glisser dans la peau d'un personnage aussi mythique et impressionnant que la Reine des Égyptiens antiques, elle mettait les bouchées doubles. Aussi, lorsque 20h45 sonna et qu'elle alla ouvrir à un Lawson ponctuel, elle était parfaitement habillée et maquillée pour l'occasion. Même une perruque noire de geais, avec une mèche massive et des tresses sur le côté rendait son look encore plus vibrant. Une longue robe blanche asymétrique, laissant un de ses bras nus tandis que l'autre flottait dans une manche en mousseline transparente l'habillait. Un bracelet doré, en forme de serpent encerclait son bras nu entre son bras et des bagues grosses comme des cailloux ornaient ses doigts fins. Lorsqu'elle aperçut Lawson, sa première réaction fut de retenir un fou rire. Elle l'avait d'avantage connu dans des costumes de grands couturiers et le voir déguisé en diable eut un total effet de surprise sur elle. Bien entendu, il était toujours aussi séduisant, si ce n'est plus avec cette dose de dangerosité supplémentaire et elle le laissa prendre sa main pour l'embrasser. Elle ne rougit pas mais fit une petite révérence en pliant les genoux, un sourire amusé aux lèvres. Il savait s'y prendre et respectait à la lettre son rôle de Reine pour la soirée. Dolly prit ensuite la rose, ravie comme une gamine. Elle adorait les plantes pour en faire pousser plusieurs dans son jardin et les fleurs la faisaient toujours craquer, aussi cliché que cela puisse être chez une femme. Elle huma la rose et la garda entre ses mains lorsqu'elle le remercia. « Merci beaucoup, très cher. En espérant qu'elle ne soit pas maudite et qu'elle ne va pas me mener droit aux Enfers. » Gardant la fleur, elle attrapa le bras de Lawson et put se délecter de son parfum après celui de la fleur. Si elle avait eu à choisir, elle aurait eu un grand mal à dire lequel des deux elle préférait. « Prête ! » Elle le suivit ensuite jusqu'à sa voiture et prit place sur le siège passager où elle déposa la rose devant elle pour la récupérer à son retour. Durant le trajet, elle le rassura sur le caractère réussit de son costume et une fois qu'ils furent arrivés devant la porte des Morecci, elle resta auprès de Lawson comme si elle appréhendait le déroulement de cette soirée. Elle n'avait pas peur de la décoration, elle voyait très bien les défauts des accessoires sanglants mais c'était d'avantage d'avoir à se trouver mêlée à des gens inconnus et nombreux qui l'inquiétait. Elle qui ne sortait pas souvent en soirée, elle était gâtée. Dolly prit ainsi le soin de concentrer son attention sur son cavalier et ne parut pas surprise de voir que lui semblait tout à fait dans son élément. Il était le dirigeant d'un casino après tout, ce genre de fête était son quotidien à Las Vegas. Quand il lui demanda si elle voulait un verre, elle hocha positivement de la tête, se disant qu'un peu d'alcool l'aiderait probablement à se détendre. Il l'abandonna quelques minutes et tandis qu'elle tentait au mieux de paraître à son aise, elle vit quelques visages qu'elle connaissait de vue mais dont elle ignorait le nom. De quoi l'embêter d'avantage. Lawson finit cependant par revenir vers elle et lui offrir son verre qu'elle accepta avec soulagement. Et contre tout attente, elle eut un rire franc lorsqu'il lui demanda si aucune de ses araignées n'étaient utilisées pour la décoration. Lawson avait le don de la détendre sans s'en rendre seulement compte et rien que pour cela, elle lui en était infiniment reconnaissante. Retrouvant son sérieux, elle lui répondit. « Non rassure-toi, elles sont toutes en plastoc. J'ai vérifié. A mon grand regret ... » Elle paraissait effectivement déçue mais ne comptait pas laisser cette mauvaise impression gâcher la soirée. Buvant une gorgée du punch rouge vif, elle décida de se glisser d'avantage dans la peau séductrice de Cléopâtre et se rapprocha de Lawson, posa une main sur la sienne et ajouta. « Mais on va dire que ce soir, j'accepte les faux-semblants et l'incohérence. Après tout, je suis en Cléopâtre et mon preux chevalier en Satan, j'aurais très certainement suffisamment à faire. » Elle fit ensuite glisser sa main loin de la sienne, la laissant retomber derrière son dos avant de passer à côté de lui et de poursuivre son avancée dans la maison. Sa démarche était légère et son maintien digne d'une reine alors qu'à l'intérieur, elle redoutait chaque regard qu'elle croisait.


Dernière édition par Dolly Missoni le Jeu 4 Nov 2010 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: An unforgettable night. Jeu 4 Nov 2010 - 16:41

  • Aussi étrange que cela puisse paraître, Lawson était parfaitement à l’aise avec la jeune femme. Après tout, ils ne se connaissaient presque pas si l’on y réfléchissait bien. Mais lorsqu’elle avait ouvert sa porte d’entrée, Lawson avait senti ses doutes s’envoler. Il n’était plus du tout anxieux, au contraire, il était détendu, et la voir devant lui, lui confirmait qu’il ne s’était pas trompé dans le choix de sa partenaire pour la soirée. A bien y réfléchir, il ne connaissait pas grand monde ici, et le peu de personnes qu’il connaissait, ne valait pas vraiment le détour contrairement à Dolly. Le trajet en voiture s’était bien passé, il avait été court, mais assez long pour que l’atmosphère soit parfaitement détendue entre eux deux. Dolly avait eu l’élégance de le complimenter sur son déguisement, même si le garçon n’arrivait pas à savoir si elle le pensait vraiment ou non. Bref, dans tous les cas, ils étaient arrivés sain et sauf à la soirée. Si Lawson se sentait parfaitement à l’aise dans cet environnement qui ne lui était pas inconnu, c’était plutôt le contraire pour la jeune Missoni. En effet, Lawson sentait qu’elle était légèrement anxieuse. Il espérait pouvoir lui faire oublier le monde autour d’eux, pouvoir lui faire oublier qu’elle ne connaissait rien ni personne ici. Après tout, c’était un début. Elle sortait avec lui pour cette soirée, c’était un moyen pour eux deux d’aller de l’avant, et de rencontrer de nouvelles personnes, de s’intégrer au quartier, à leurs voisins. Il se dépêcha donc d’aller leur chercher à boire. De l’alcool ne leur ferait aucun mal, au contraire. Une fois revenu, Dolly parut soulagée. Il lui tendit son verre et ils trinquèrent. Après sa plaisanterie efficace sur les araignées, la jolie blonde -ce soir brune- se mit à rire et lui répondit: « Non rassure-toi, elles sont toutes en plastoc. J'ai vérifié. A mon grand regret ... » Lawson prit une mine effrayée. Elle avait vérifiée ? Cette femme était folle ! Et c’était cette folie qui plaisait tant au jeune McArthur. Il regarda autour de lui, et en effet les araignées étaient fausses. Si Lawson était rassurée que toutes ces araignées soient en plastique, Dolly afficha une petite moue déçue qui attendrit le jeune homme avant qu’elle se rapproche de lui, lui touche le bras, et de façon séductrice lui dise: « Mais on va dire que ce soir, j'accepte les faux-semblants et l'incohérence. Après tout, je suis en Cléopâtre et mon preux chevalier en Satan, j'aurais très certainement suffisamment à faire. » Lawson frissonna légèrement. Était-il en train d’halluciner, ou était-elle réellement en train de le chercher ? Dans tous les cas, elle continua sa marche, et Lawson la suivit. Il laissa glisser sa main jusqu’à la sienne qu’il frôla. Elle tourna son visage vers lui, et c’est à ce moment là qu’il lui fit un petit sourire. Et puis naturellement, il enlaça ses doigts aux siens en lui disant dans un murmure qui se voulait mystérieux: « C’est pour être sûr que personne ne vienne te voler à moi. » Ils continuèrent de visiter la maison, lorsqu’ils passèrent vers une table avec de la nourriture. Lawson s’arrêta, souleva une cloche et y trouva une tête coupée. « EURK ! J’espère qu’elle est comme les araignées…Fausse. » Il reposa rapidement la cloche sur l’assiette et observa les saladiers remplies de nourritures diverses. Il n’avait pas tellement confiance et ne savait pas ce qu’il pouvait manger ou non. Après un petit soupire il dit à Dolly: « Je crois que j’ai plus soif, que faim finalement. » Et après un regard plus que lubrique et se pencha vers elle et murmura dans son oreille: « Enfin, si j’ai faim, mais pas spécialement de nourriture. » Il se recula, et alors qu’il aurait pu passer pour un gros pervers après avoir dis ça, il lui fit un petit clin d’œil en riant. Alors qu’il vidait son verre, il vit le couple qui avait organisé la soirée, passer devant eux. D’une voix sombre il dit à Dolly: « Déguisés ou pas, ils sont toujours aussi flippants ces deux là ! » Oh non Lawson n’avait pas confiance en eux, pas le moins du monde, mais après tout, il était là pour passer une bonne soirée, pas pour se préoccuper des gens qui avaient organisés la fête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: An unforgettable night. Mer 10 Nov 2010 - 20:19

Déambulant dans la maison, elle aurait eu plus de chance de s'attendre à un tremblement de terre, une brutale inondation ou carrément l'Apocalypse que de sentir sa main être prise avec assurance et calme par une paume tiède. Naturellement, Dolly s'arrêta net lorsque ses doigts glissèrent entre ceux de Lawson et stupidement, alors qu'elle savait très bien de qui il s'agissait, elle baissa les yeux sur leurs mains et les fixa quelques secondes. Lorsque l'homme lui murmura que c'était pour être sûr qu'elle ne lui échappa pas, elle eut un bref sourire nerveux, tentant tant bien que mal de calmer son rythme cardiaque qui s'était emballé. Elle était agréablement surprise de ce geste mais s'en voulait à la fois. Sa biologie interne réagissait comme celle d'une adolescente et heureusement que ses joues étaient déjà rougies par du maquillage car elle se serait trahie de manière évidente. Secouant doucement la tête, plus pour elle-même et chasser son embarras, elle reconnut rapidement que grâce à cette présence auprès d'elle, ses craintes à l'idée d'être encerclée d'inconnus s'amenuisaient. Il y avait toujours autant de monde dans la pièce mais avec Lawson qui lui tenait la main, c'était juste « elle et lui » et « quelques autres » et rien que pour ça, elle en était extrêmement reconnaissante. Elle ne savait pas vraiment si Lawson avait compris son malaise ou s'il avait agit pour d'autres raisons mais quoiqu'il en soit, il avait fait preuve d'un parfait timing et comme libérée d'un poids, elle se détendit et ce, de manière visible. Cléopâtre était toujours aussi droite et fière mais un sourire paisible et serein se dessinait à présent sur ses lèvres pourpres.
Le suivant sans émettre la moindre résistance, elle éclata brièvement de rire lorsque Lawson souleva une cloche suspecte sur la table principale qu'ils longeaient. Elle ne parut pas aussi dégoutée que lui mais elle avait tout de même arqué un sourcil, sceptique sur le bon goût d'une telle vision. Lorsqu'il se retourna sur elle et qu'il lui suggéra de manière plus qu'évidente qu'il souhaiterait goûter autre chose que les mets proposés par les hôtes, elle afficha une moue entendue, retenant un sourire tenté avant de détourner son visage lorsqu'il fit de même pour observer les Morecci se mouvant à quelques mètres d'eux. Retrouvant son sérieux, la jeune femme posa un regard perçant sur le couple et pinça ses lèvres aux mots de Lawson. Une partie d'elle était d'accord avec ce qu'il avançait mais une autre, bien plus raisonnable, ne pouvait s'empêcher de penser que les juger sur l'apparence lugubre qu'ils affichaient était insensée. Alors qu'il s'agit là clairement d'une occasion en or pour elle de se taire, elle prit la parole en se retournant sur son cavalier. « Je ne comprends ce qui te fait dire une chose pareille. Jusqu'ici, tous les signes qu'ils envoient sont plutôt positifs : inviter tout le quartier, nous accueillir chaleureusement … Ils ne m'ont pas l'air flippants. » Son regard bleu vif soutenait celui de Lawson sans agressivité mais avec une très nette affirmation et assumant totalement ce qu'elle venait de dire. Elle ne connaissait pas du tout ce couple, il est vrai donc qu'elle n'avait aucune raison de prendre autant à cœur leur défense mais peut-être s'agissait-il aussi pour elle d'une façon de se défendre elle-même. De part sa profession et son attitude générale, elle n'avait pas l'apparence non plus d'une personne très nette et elle était sûre d'être assez « flippante » pour bon nombre de ses voisins. Elle n'eut pourtant pas l'honneur de subir immédiatement la réaction de Lawson car soudainement, le courant se coupa autour d'eux, les plongeant dans une obscurité intégrale. Dans un réflexe, elle poussa une exclamation sourde, pressa la main de Lawson et se rapprocha de lui de sorte à se blottir contre son torse. Elle n'était pas totalement apeurée mais cette perte soudaine de repère visuel la perturbait juste assez pour ressentir le besoin de se rattacher à la seule chose qui lui était familière ici : Lawson. Malgré l'obscurité, les deux mains posées contre Lawson, son visage tournait sur sa droite puis sa gauche comme à la recherche d'une quelconque lueur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: An unforgettable night. Ven 26 Nov 2010 - 1:07

  • Lawson remarquait chez Dolly un changement de comportement, d’attitude. Elle semblait plus détendue qu’au début de la soirée. Elle avait retrouvé cet aspect serein et sûr d’elle. Il la sentait moins stressée, plus calme, posée. Est-ce que cela avait un lien avec le fait qu’il lui ait pris la main ? Lawson n’aurait certainement pas cette prétention de l’affirmer, mais au fond de lui, il espérait que c’était sa présence à lui qui détendait la demoiselle et la mettait à l’aise. Ils continuèrent d’avancer à travers la maison. Le regard du garçon parcourait tantôt les murs sombres de la demeure, tantôt les décorations morbides qui trainaient partout, tantôt le doux visage angélique de la jeune femme. C’était un plaisir de passer la soirée avec elle, il n’aurait pu rêver mieux. Il sentit son téléphone vibrer dans sa poche, il découvrit alors un message d’Ella lui disant que tout se passait bien. Rassuré, il reporta toute son attention sur la jeune Missoni.

    Dolly était franche, et c’était ce qui plaisait tant à Lawson. Ce qui lui permettait de savoir qu’elle ne jouait pas avec lui, au contraire, qu’elle était honnête. Alors lorsqu’elle riait devant sa réaction pour une fausse tête coupée, Lawson avait le sourire aux lèvres, parce qu’il savait pertinemment que ce n’était pas feint. Alors, lorsqu‘elle lui disait un peu sèchement, et en affirmant ses propos et ses pensées: « Je ne comprends ce qui te fait dire une chose pareille. Jusqu'ici, tous les signes qu'ils envoient sont plutôt positifs : inviter tout le quartier, nous accueillir chaleureusement … Ils ne m'ont pas l'air flippants. » Lawson n’était pas vexé, ni énervé. Il aimait son caractère affirmé, il aimait le fait qu’elle soit sûre d’elle, qu’elle n’hésite pas à lui tenir tête, qu’elle réplique lorsqu’elle n’était pas d’accord. Le regard de Lawson était doux, et tandis que son pouce caressait tendrement le dos de la main de Dolly, il lui dit: « Tu as peut-être raison, mais à part cette soirée, ils ne sont pratiquement jamais sortis d’ici. Alors, oui je trouve ça louche que du jour au lendemain, ils décident d’inviter tout le quartier. » Il s’arrêta, esquissa un fin sourire, et reprit: « Mais bon, cette soirée est une bonne idée pour faire connaissance je trouve. » Et il déposa un baiser sur le front de la jolie blonde. Il n’eut pas le temps de lire la réaction dans son regard, puisqu’instantanément, la lumière se coupa. Il entendit Dolly pousser un petit cri, tandis que le corps du garçon se raidit sous la surprise. Il sentit la jeune femme se blottir contre lui, et d’un geste protecteur, il enlaça le corps de la jeune femme. Les sourcils froncés, il se demandait ce qu’il se passait. Et puis, comme par magie, tandis que beaucoup de monde semblait paniquer, la lumière se ralluma. Et là… Oh joie ! Tout le monde pratiquement se mit à hurler. Lawson lui-même poussa un grognement de dégout, il recula d’un pas. A cause de quoi ? De ce corps qui se balançait à la balustrade en face de lui. C’était…plutôt bien fait. On avait même l’impression qu’il s’agissait d’un vrai corps. Il tourna son visage vers celui de Dolly, qu’il n’avait lâchée, et lui dit: « Alors ça… C’est vraiment de mauvais gout. » Il finit par lâcher son emprise, et tandis le bras vers un verre de punch. Il lui tendit avec un sourire: « Tiens, pour te remettre de tes émotions. » Dolly accepta le verre, c’était déjà le troisième qu’elle buvait tandis que Lawson, lui, buvait une sorte de jus de citrouille.

    La soirée reprit son cours, ils continuèrent à parler, à rire, quand soudain, le regard de Dolly se troubla. Lawson fronça les sourcils, et il l’aperçut tituber légèrement. Inquiet, il s’approcha d’elle, lui prit le bras et lui demanda: « Dolly, tout va bien ? Tu veux t’assoir ? » Inquiet pour son amie qui était de plus en plus blême, Lawson sentait que cette soirée tournait au cauchemar. Il n’était en effet pas au bout de ses peines…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: An unforgettable night.

Revenir en haut Aller en bas
 

An unforgettable night.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Maison des Morecci. 3066, Apple Road-