AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 WINNEGANE'S HOUSE; Better than me. [R]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: WINNEGANE''S HOUSE; Better than me. [R] Dim 17 Mai 2009 - 7:31


by natalchica.lj & whoopsallgone.lj

I think you can do much better than me.

feat. WINNEGAN; Dorian & REID; Grace.


***


    « J’en ai marre. » Dorian venait d’augmenter le timbre de sa voix. Il avait rejoint Grace dans l’uns de leurs nombreux endroits secrets pour se voir. Alors que Grace commençait déjà à se déshabiller, elle se stoppa nette. « Quoi ? » Elle fronçait les sourcils, elle ne comprenait pas où il voulait en venir. « J’en ai marre que l’on doive se cacher, comme si on faisait quelque chose de mal. J’aimerais tenir ta main devant les gens. » Grace baissa la tête. « Tu sais que ce n’est pas possible ! » La colère se voyait sur le visage du jeune homme, les points serrés, il ne put retenir sa colère plus longtemps. « POURQUOI ? » C’était la première fois que Dorian élevait la voix ainsi contre Grace, ce n’était pas dans ses habitudes. Il venait d’avoir une rude journée, et devoir une fois de plus faire ce que Grace voulait, cela lui devait insupportable. Grace eut même un léger sursaut face à Dorian. Il n’était pas ainsi d’habitude. « Tu sais très bien pourquoi ! » Ils se regardaient tout les deux dans les yeux, comme s’ils cherchaient des réponses, mais Dorian essayait surtout de maitriser sa colère. « Non, justement, je ne sais pas pourquoi. Je ne suis pas sortable ? Pas assez beau pour être vue avec mademoiselle princesse parfaite ? » Il venait de blesser Grace, puisque les larmes ne tardèrent pas à venir sur les yeux de la demoiselle. Mais voilà, il n’en pouvait plus de cette mascarade. Il avait trop donné.

    « C’est juste pour l’amusement nous deux, pourquoi t’en donnes autant d’importance ? » À présent, c’était Dorian qui venait d’être blessé, il lui avait dit il y a quelques jours qu’il était amoureux d’elle, alors que ce n’était que du vent. « J’aurais du me méfier. Je savais bien que tu étais incapable d’aimer. » Dorian commença à reboutonner sa chemise que Grace avait entreprit d’enlever il y a quelques minutes avant que la dispute n’explose. « Je suis capable d’aimer. » Dorian poussa un ricanement. « Oui, ton reflet, ta popularité, tes fausses amies, et ta richesse. Autrement, tu n’as aucun cœur. Mais je t’avais laissé le bénéfice du doute, mais je me suis planté en beauté. » Après avoir remit sa veste, il se pencha pour reprendre son sac de cours. S’apprêtant à sortir de l’endroit, Gracie éleva légèrement la voix, bien que légèrement brisée. « Tu viens toujours chez moi ce soir ? » Dorian se stoppa dans son mouvement, toujours dos à elle. Il répondit de façon froide « J’ai autre chose à faire, ne m’attends pas, je suis sûr que tu as mieux à faire. » Puis il partit, laissant une Grace légèrement déboussolé par le changement de comportement du jeune homme. Des paroles avaient été dites. Penser ou pas, le mal avait été fait. Et Dorian était très rancunier.


***


    La journée s’était écoulée avec une lenteur effroyable, Grace soupçonnant plusieurs fois l’horloge de s’être tout simplement arrêtée. Chaque minute semblait durer des heures, et ne trouvant pas d’intérêt dans ses cours cette journée-là, les périodes de classe paraissaient particulièrement pénibles. Bien que rien de son attitude ne le laissait démontrer, la jeune femme était bouleversée par cette dispute qu’elle avait eu avec Dorian cet avant-midi. Il lui avait semblé réellement choqué par son attitude, et elle craignait que les mots qu’elle avait dits ne fussent pas récupérables. La jeune femme avait passé tout le cours de mathématiques à se torturer l’esprit, se demandant et redemandant sans cesse ce qui lui avait passé par la tête lorsqu’elle avait dit au jeune homme que tout ce qu’il y avait entre eux n’était qu’un amusement, un jeu. Rien ne pouvait être plus faux. Depuis six mois, bien qu’elle s’empêchait du mieux qu’elle le pouvait, Gracie tombait lentement mais sûrement en amour avec Dorian, chaque instant passé ensemble ne servant qu’à renforcer les sentiments qui se faisaient de plus en plus dominants. Elle passait ses journées à penser à lui, à eux, à leurs petits moments secrets qu’ils partageaient, ces instants qu’ils volaient pour ne les vivre qu’ensemble. Elle se surprenait à composer son numéro de téléphone plusieurs fois par journée, se promenant sur sa rue un peu trop souvent. C’était des sentiments tout à fait nouveaux pour elle, elle ne les avait jamais vécus auparavant, et leur force la surprenait. Grace n’était pas habituée de voir son bonheur dépendre d’une seule personne comme ça, elle n’était pas habituée à voir tous ses sourires réservés pour la simple et même personne. C’est par peur qu’elle n’avait pas répondit le fatidique « moi aussi » lorsque Dorian lui avait dit je t’aime quelques jours auparavant. C’est par peur qu’elle cherchait à l’éloigner de lui, toujours, continuellement. Par peur qu’elle avait instauré le terme du secret et de l’amusement pour leur relation, tandis que sincères sentiments aurait été plus adapté. Grace Reid ne savait pas aimer, et malgré que son cœur batte sans cesse plus vite en la présence du jeune homme, elle ne pouvait s’empêcher de regarder les autres garçons, elle ne pouvait s’empêcher de faire des paris stupides avec Livy. Elle savait que par ce manque flagrant de maturité, par cette peur de l’engagement, qu’elle finirait par leur blessé, et elle ne se le pardonnerait jamais. Alors, elle tentait de l’éloigner, de le garder à une distance d’elle, afin qu’elle ne puisse plus lui faire du mal, que ses actions n’aient des répercutions que sur elle, pas sur lui. Malheureusement, ses sentiments étaient trop forts, elle ne pouvait plus lutter. Elle ne supportait plus d’être séparée trop longtemps de lui, ne supportait pas le voir discuter avec quelqu’un d’autre qu’elle. Elle cherchait à l’éloigner autant qu’elle cherchait à le garder proche d’elle, pour elle.

    Après la journée à l’école, Grace s’était précipitée chez elle, partagée entre le désir de voir débarquer Dorian et l’espoir qu’il ne reviendrait pas, qu’elle avait réussi à le garder hors d’atteinte. Le temps passait, alors qu’elle lisait, avachie sur une chaise sur son balcon, et le jeune homme ne pointait toujours pas le bout de son nez. Il lui avait clairement dit qu’il ne viendrait pas, qu’il avait mieux à faire, mais comme après toutes leurs disputes, la demoiselle Reid espérait que cette fois encore, elle aurait une autre chance. Lorsqu’a vingt-deux heures il n’était toujours pas passé, Gracie ne put se retenir chez elle, et tous ses « c’est pour le mieux » qu’elle se répétait comme mantra depuis une bonne heure et demie n’avait plus aucun sens. Elle avait besoin de le voir. Affilant une petite veste par-dessus sa robe rouge, la jeune femme sortit dehors, juste comme un orage éclatait par-dessus sa tête. Elle aurait pu prendre la voiture familiale, un parapluie au moins, mais rien. Elle marchait d’un pas décidé vers la maison du jeune homme alors qu’une forte pluie s’abattait sur elle, collant ses longues mèches chocolatées contre son visage. Elle arriva finalement à destination, et se figea sur place, soudainement mal à l’aise. Grace n’était pas prête à être rejetée de nouveau, n’était pas prête à être blessée de nouveau. Elle prit néanmoins une grande inspiration, et fit rapidement les quelques pas qui la séparait de la porte d’entrée. Elle cogna deux petits coups rapides, ces mêmes deux petits coups qu’elle faisait chaque fois qu’elle venait le visiter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: WINNEGANE'S HOUSE; Better than me. [R] Dim 17 Mai 2009 - 17:00

    Cette journée avait été incroyablement difficile et longue. Difficile, parce que Dorian s’était une fois de plus disputé avec Grace, mais cette fois-ci, les choses étaient différentes, il lui en voulait, oui, et en plus de cela, il était d’un tempérament particulièrement rancunier, et savoir que leurs rendez-vous secret, ce n’était que de l’amusement, cela lui avait brisé le cœur à un tel point qu’il ne pourrait y avoir un retour à la case départ. S’il n’était qu’un objet aux yeux de la jeune femme, alors autant en terminé maintenant avant qu’il ne souffre plus qu’il n’avait déjà souffert. Dorian avait déjà trop donné, que ce soit pour sa famille ou pour Grace, il n’en pouvait plus de se prendre mur sur mur. Ce n’était pas une vie. Les choses qu’il avait dit ce matin, lors de sa dispute avec Grace, étrangement, il les pensaient. Il ne la croyait pas capable d’aimer un être humain, après, cela était peut-être fossé par le fait qu’elle s’était enfui comme une voleuse lorsqu’il lui avait dit qu’il était amoureux d’elle. Dorian pouvait pardonner le fait qu’elle ne lui ait rien dit en retour, mais de là à faire passer cette histoire comme un jeu, c’était au dessus de ses forces, il avait trop donné, et maintenant, il se devait de l’oublier s’il ne voulait pas s’en mordre les doigts.

    La journée avait donc continuait, normalement, enfin, le plus possible. Dorian était principalement resté seul, comme à ses habitudes, étudiant, ou allant au boulot. Voilà comment était ses journées. Mais aujourd’hui, son moral était au plus bas, le temps y jouait pour beaucoup, mais il n’arrivait pas à se concentrer. Cette dispute se répétait sans cesse dans son esprit, et c’est ainsi, que, jugeant le restant de ses cours nullement intéressant, il rentra chez lui, trouvant sa maison totalement vide. Dorian se posa devant la TV, avec un énorme bol de popcorn, devant un bon vieux film d’horreur comme il l’ait aimé. Souvent, il regardait ce genre de films pour se remonter le moral, parce que malgré son apparence de gentil garçon sage, Dorian était au fond très en colère, et également suffisamment triste pour ne pensait qu’à cela. Il avait prévu tellement de choses pour lui et Grace, peut-être un peu trop de choses d’ailleurs, puisque dès le départ, ils avaient mit des barrières, en disant que cette relation devait rester secrète, enfin, encore une fois, c’était Grace qui avait mit des barrières. Il n’était donc qu’un plan sexe pour elle ?

    Il devait être suffisamment tard, puisque la nuit venait de tomber. Ses sœurs n’étaient toujours pas rentrées, son père devait être au travail. Il se retrouvait donc seul dans cette grande maison. Alors qu’il s’apprêtait à arrêter son film pour se décider enfin à manger un repas digne de ce nom, quelqu’un toqua à la porte de la maison. Il stoppa malgré tout le film, se demandait s’il ne divaguait pas à cause de la pluie qui tombait à torrent. Dorian ouvrit finalement la porte, tombant sur une Grace couverte d’eau de la tête aux pieds. Il resta figé, la regardant dans les yeux, les sourcils froncés. Se demandant ce qu’elle pouvait bien fiche ici alors qu’il lui avait dit qu’il ne souhaitait pas la voir. Mais, peut-être par pitié, ou en tout cas, par compassion, il l’attrapa dans le bras, et la fit rentrer, en refermant la porte derrière la demoiselle. Toujours sans parler, il monta à l’étage, et redescendit avec une grande serviette pour couvrir la demoiselle.


    « Ça serait bête que tu attrapes froid. » Aucunes émotions n’étaient perçues dans son timbre de voix. Il l’a regardait à peine, il enroula tout simplement Grace dans une serviette. « Change-toi si tu veux, je te prêterais un vêtement d’une de mes sœurs. » Ses sœurs qui n’aimaient pas Grace, ou très peu. Elles savaient plus ou moins que leur frère voyait Grace, mais, elles pensaient qu’ils étaient juste bons amis. « Je comptais me faire à manger, tu te joins à moi ? » Encore une fois, une simple remarque amical. Il ne cherchait pas vraiment de réponse, il avait juste faim, et qu’elle dise oui ou non, il ne se priverait pas pour se faire une pizza ou une connerie du genre. Il était là, devant elle, les bras croisés, attendant une quelconque réponse de la demoiselle. Il n’aurait même pas dut la laisser entrer, enfin la forcer plutôt. Dorian était un bel idiot, mais trop amoureux d’elle pour l’écarter de son chemin. Il devait être, au fond, assez masochiste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: WINNEGANE'S HOUSE; Better than me. [R] Dim 17 Mai 2009 - 22:04

    « Merci. » Le mot s’était échappé tel un murmure de ses lèvres, alors qu’elle baissait les yeux, laissant Dorian enrouler la serviette autour de ses épaules qui tremblaient légèrement à cause du froid. Elle était restée droite comme un piquet sous la violente pluie, attendant et espérant de tout cœur que le jeune homme lui ouvre la porte. Une vive lumière venant de l’intérieur l’avait aveuglée, et avant qu’elle puisse penser à dire quoi que ce soit, il l’avait agrippé par le bras, l’obligeant à se mettre au sec. Elle était restée les yeux rivés au sol tandis qu’il avait été cherché de quoi la réchauffer un peu, et elle ne faisait qu’hocher doucement la tête lorsqu’il s’adressait à elle. Après avoir trouvé la force de s’être rendue jusqu’ici, Grace n’avait plus celle de trouver les mots nécessaires. Comment avait-elle pu croire que leur réconciliation allait être chose aisée ? Qu’elle n’aurait qu’à sonner, qu’il l’aperçoive sous la pluie, l’embrasse passionnément et qu’ils oublient tout, comme ils le faisaient avant. Sa froideur l’avait prise par surprise, elle prenait pleinement compte du mal qu’elle lui avait fait. Le revoir lui avait aussi fait prendre conscience d’à quel point elle avait besoin de lui. Ça ne faisait que quelques heures, et pourtant, revoir ses yeux d’un vert troublant, sa coiffure négligée, lui avait retourné le cœur. Elle ne pouvait plus se passer de lui.

    Elle marmonna un vague oui lorsqu’il lui proposa de manger, et alors que le jeune homme se dirigeait vers la cuisine pour y mettre une pizza à réchauffer dans le four, la demoiselle Reid se rendit jusqu’à la chambre de Sarah, qui avait sensiblement la même taille qu’elle. Se sentant comme une véritable intruse dans cette maison où elle avait pourtant tant passé de temps, elle ne fouilla pas à travers les tiroirs de la jeune femme pour trouver de quoi se vêtir, et se contenta de troquer sa petite robe et son cardigan trempés pour une robe de chambre pelucheuse dans laquelle elle s’emmitoufla. Elle ne s’attarda pas plus longtemps dans l’endroit, et revint vers la cuisine, où le jeune homme disposait deux assiettes sur la petite table. Sans un mot, Grace alla chercher deux serviettes de table de même que les couverts, et les installa, se concentrant sur le bois rayé par endroit de la table pour ne passa voir à regarder le jeune homme, dont la rigidité et l’absence de sa chaleur habituelle l’attristait plus qu’elle ne le laissait paraître. Dorian lui servit alors une part de la pizza qu’il avait réchauffée, lui tendant l’assiette d’un geste légèrement brusque avant de s’installer à la table avec sa part.

    « Mange, ça va te réchauffer. » Grace hocha la tête, néanmoins, elle continua qu’à jouer de ses couverts dans son assiette qui restait pleine. Elle n’avait pas d’appétit, une boule semblait lui nouer l’estomac depuis un moment. Elle prit quelques petites bouchées alors que Dorian dévorait littéralement son assiette, et lorsqu’il eut fini, elle tendit ses restants, qu’il mangea rapidement tout en secouant la tête, déplorant son manque d’appétit. Ils finirent ce repas dans le silence, comme ils l’avaient commencé, et alors que le jeune homme s’occupait de la vaisselle, Gracie sentit l’urgence de parler pour finalement briser ce silence pesant et douloureux qui s’était installé entre eux. « Dorian… » Sans se détourner de l’évier, le jeune homme haussa les épaules. « Quoi ? » Son ton était froid, énervé. La jeune femme mordilla sa lèvre inférieure, pensant à quelque chose à dire, mais remarquant son obstination à lui tourner le dos, ne dit pas au mot, se contentant de soupirer doucement, passant sa main au travers de ses cheveux.

    Le jeune homme fini sa vaisselle, et vint se rasseoir auprès de Grace, cherchant à lui faire relever la tête pour finalement rencontrer son regard. La demoiselle Reid leva finalement les yeux, et malgré le tressaillement qu’elle eut à cause de son regard dur et glacial, elle ne baissa pas les yeux. « Dorian, je suis désolée. » Elle prit une profonde inspiration, obligeant son cœur qui battait à dix mille à l’heure de se calmer un peu. « Je ne voulais pas te blesser, je ne voulais pas te faire du mal. » Si seulement le jeune homme savait à quel point ses excuses coûtaient chères à la demoiselle. S’excuser ne faisait pas partit de ses habitudes, et de devoir piler sur son orgueil lui était très dur. Elle détestait admettre qu’elle avait tord, encore plus faire les premiers pas d’une réconciliation. Elle savait qu’en s’excusant la première, elle se mettait vulnérable à la décision de Dorian de la pardonner ou non, qu’il aurait le dernier mot. Et pourtant, s’excuser lui semblait être la chose la plus naturelle à faire. « Je suis tellement désolée… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: WINNEGANE'S HOUSE; Better than me. [R] Dim 17 Mai 2009 - 23:22

« If I could tear you from the ceiling
I’d freeze us both in time
And find a brand new way of seeing
Your eyes forever glued to mine.
Don’t go and leave me
And please don’t drive me blind. »


    Dès le moment où Dorian avait fait rentré Gracie dans la maison, il lui avait à peine accordé un regard, il était trop attaché à elle, il ne pourrait donc pas résister longtemps à ce petit bout de femme, mais il se devait de lui tenir tête, c’était trop facile si elle revenait toujours vers lui, pour qu’ils se réconcilient, et que la vie reprenait le cours normal. Il n’en pouvait plus de se cacher, de se demander toujours si quelqu’un était au courant, des tas de petites choses qui pourraient lui faire tout stopper avec Grace, et ce n’était visiblement pas ce qu’il souhaitait. Dorian voulait montrer au monde entier combien il l’aimait, pour que Grace prenne conscience de la valeur qu’elle avait ses yeux, combien elle était importante dans sa vie, et qu’elle possédait son cœur tout entier, mais en se cachant, jamais il ne pourrait lui montrer ça, et cela le brûler un peu plus chaque moment, de l’intérieur. C’était un gentil garçon, tout le monde le disait, il ne blessait jamais les autres, et faisait toujours au mieux les choses, mais, il se devait d’être un peu égoïste, Dorian s’était senti libéré après avoir dit toutes ces choses à Grace, blessantes, certes, mais, cela avait eu le don pour le libérer totalement. Bien qu’il ne pensait pas forcément les choses qu’il avait dit, Dorian avait trop gardé en lui pour ne pas craquer à un moment ou un autre.

    Il s’était finalement dirigé vers la cuisine quand Grace monta à l’étage pour aller se changer, il valait mieux si elle ne souhaitait pas attraper froid. Pendant ce court instant où il se retrouva seul, Dorian se perdit dans le vague, appuyait sur le mur, se demandant pourquoi celle-ci était venu jusqu’ici alors qu’il semblait qu’il avait été clair, sur son souhait de ne pas la voir, Grace avait sûrement cru que ce n’était qu’une dispute parmi tant d’autres, mais elle se trompait tellement, Dorian ne pourrait pas lui pardonner de sitôt. Elle l’avait tellement blessée, Dorian ne se laissait jamais atteindre, sauf quand cela concernait Grace, il pouvait accepter qu’elle regardait d’autres garçons, voir flirter avec d’autres garçons, mais dire qu’eux deux, ce n’était qu’un pur amusement, ce n’était pas acceptable. Il s’était trop attaché à elle pour qu’elle fasse passer cela pour un rien, un vieux bout de pain mit à la poubelle. Ce n’était pas tolérable. Quand elle revint auprès de lui, elle se mit à la tâche en mettant des couverts sur la table, comme si elle vivait ici. Et même si Dorian faisait en sorte de l’ignoré, cela lui soulever le cœur qu’il y ait cette froideur entre eux. Froideur instauré par lui-même, car il était bien trop fier, malgré les apparences. Si il n’avait pas été aussi fier, il aurait déjà prit Gracie dans ses bras, et l’aurait embrassé comme il ne l’avait jamais fait. Mais il se retenait, car il ne voulait pas céder, c’était trop facile autrement.

    S’installant à deux, Dorian, une nouvelle fois, l’ignora totalement, trop occupé par la part de pizza qui se trouvait dans son assiette, il était affamé. Et Dorian ne se priva pas non plus pour finir l’assiette de la demoiselle, connaissant l’appétit assez mince de celle-ci. Décidément, elle ne l’écoutait jamais. Le temps passait incroyablement vite, puisqu’il se retrouvait déjà entrain de faire la vaisselle, chose qu’il détestait royalement faire, si seulement leur lave vaisselle ne l’avait pas lâché la veille. Maudit lave-vaisselle. Grace prit enfin son courage pour adresser la parole, mais la froideur de Dorian la glaça sûrement, puisqu’elle ne prit pas la peine de poursuivre. Il était mauvais, mais il se retenait pour lui dire toute les choses qu’il avait sur son cœur, il ne souhaitait pas la blessée, il voulait juste lui faire comprendre combien elle était importante à ses yeux, que depuis qu’elle était entrée dans sa vie, sa vie n’était plus aussi sombre qu’elle l’avait été. Elle était son soleil, sa lune, sa lumière, sa libellule, ses étoiles, tout.

    Prenant conscience de la situation gênante, après la vaisselle, il revint s’installer auprès de la jeune demoiselle, la regardant dans les yeux au moment où elle releva les yeux vers lui. Son cœur se serra quand elle s’excusa. Dorian savait qu’elle ne le faisait jamais, et combien cela devait lui coûter de paraître aussi vulnérable aux yeux du jeune homme. Après sa petite séance d’excuse, Dorian ne prononça aucuns mots, un long silence s’installa, avant qu’il ne tende les bras vers Grace pour la faire se lever, et pour qu’elle puisse prendre place sur ses genoux. Oui, il cédait, c’était trop facile, mais il était trop amoureux d’elle, tellement amoureux d’elle que son cœur se serra dans sa poitrine une nouvelle fois, en lui retournant l’estomac. « Grace. » Il passa une main dans les cheveux de la demoiselle, les remettant délicatement en place, en la regardant d’un regard si tendre que n’importe qui aurait pu fondre sur place. Son regard bleu était son plus grand atout auprès de Grace. « Je suis amoureux de toi, et ça, personne ne pourra m’empêcher. Tu auras beau me repousser, je resterais auprès de toi, car je t’aime, et c’est ainsi. » Il doutait fortement que Grace apprécie cette déclaration. Il était sûrement masochiste, parce qu’il savait que cela ne risquerait jamais d’être réciproque, et cela lui faisait un pincement au cœur. « Mais, les choses qui ont été dites, ne pourront s’effacer avec un désolé Dorian. Tu le sais. » Dorian serra un peu plus Grace contre lui, en posant une main sur la cuisse de celle-ci, toujours en la regardant dans les yeux. « Je pense qu’il faudra à un moment donné que l’ont fasse un compromis, ou on risque de se détruire l’un l’autre. » Ces paroles étaient prononcées d’une façon très douce, dans un simple murmure. Il déposa un délicat baiser sur la joue de la demoiselle, attendant une quelconque réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: WINNEGANE'S HOUSE; Better than me. [R] Mar 19 Mai 2009 - 0:45

    Les excuses de la jeune femme lui avait peut-être coûtées chères, mais le résultat ne se fit pas attendre alors que Dorian lui tendait la main pour doucement l’installer sur ses genoux. Comme un enfant, Grace alla nicher sa tête dans le creux que formait le cou et l’épaule du jeune homme, fermant les yeux pour laisser l’odeur familière s’imprégner dans ses narines. Elle était si bien entre ses bras, ce n’était que dans ces moments-là qu’elle se sentait pleinement heureuse, calme aussi. Dorian avait le don de faire cesser le tumulte incessant de son esprit, il avait le pouvoir de la maintenant sur Terre l’espace d’un instant, lui évitant de se perdre dans les méandres de ses réflexions incessantes et destructrices. Il savait comment agir pour la faire sentir en sécurité, sa simple présence était suffisante pour rassurer la jeune femme. Glissant ses bras derrière la nuque de Dorian, la demoiselle Reid hocha doucement la tête à ses paroles, et après le furtif contact de ses lèvres sur sa joue, elle laissa sa tête reposer sur l’épaule du jeune homme, prenant un instant pour véritablement songer à sa réponse. L’impulsivité des deux jeunes gens était à la base de beaucoup de leurs conflits, et sentant qu’il s’agissait une fois de plus d’une réconciliation précoce – ils avaient besoin l’un de l’autre et devaient donc obligatoirement se pardonner, même si le mal fait restait encré dans leur cœur – elle ne voulait surtout pas parler sans réfléchir.

    « Je sais Dorian, je sais. » Elle jouait dans ses cheveux, passant délicatement ses doigts à travers sa coiffure négligée, distraitement, alors qu’elle continuait de réfléchir à ce conflit, à leurs problèmes, à eux. Il lui était si facile dans ce genre de situation de tout simplement vouloir affirmer leur amour au monde entier, de marcher main dans la main sous le regard des autres, de s’embrasser furtivement à la bibliothèque, espérant ne pas être avertis par la bibliothécaire, de partager leur repas du midi, de passer ce moment ensemble. De vouloir agir comme n’importe quel couple. Mais ils ne l’étaient pas, et c’est là que les choses se compliquaient. Gracie n’avait pas honte de Dorian, il avait tord lorsqu’il avait affirmé qu’elle le trouvait sans doute pas assez présentable pour s’afficher à ses côtés. Le problème ne venait pas du jeune homme, c’était la jeune demoiselle qui avait un problème. Elle était trop habituée à sa petite vie à l’école, à son univers, et la présence de Dorian chamboulerait sans aucun doute le tout. Elle ne serait plus celle qui se permet d’aborder sans gêne tous les jeunes hommes, celle qui représentait un certain attrait alors qu’elle déambulait dans les couloirs avec Livy. Elle deviendrait la copine de Dorian, susciterait le questionnement de son entourage, et sa réputation s’envolerait pour ne laisser place qu’à une écolière normale, banale. Gracie n’était pas encore prête pour ce changement, elle n’était pas encore prête à laisser aller la carapace de Grace. S’afficher au bras de Dorian en public, c’était se mettre à jour, se montrer vulnérable. Elle n’aurait plus sa réputation pour la protéger.

    Et pourtant, elle ne pouvait plus lui faire croire que ce qu’il y a entre eux, ce n’est qu’un jeu. Elle ne pouvait plus se le faire croire non plus. Son cœur se débattait dès qu’elle l’apercevait, bientôt, il serait tellement bruyant que Dorian même ne pourrait plus douter des sentiments qui l’habitent. La jeune femme était indécise, ne savait plus quoi faire. Ses perceptions changeaient constamment, que les sentiments restaient. Mais elle avait beau savoir pertinemment que son cœur battait pour le jeune homme, elle était toujours terrifiée à l’idée de sauter le pas. Ses réflexions étaient contradictoires, et l’épuisait. Elle ne voyait pas de solution à ce dilemme. Soit elle prenait le risque d’être heureuse, quitte à s’écorcher en chemin, soit la situation demeurait comme elle l’était présentement, avec les crises perpétuelles, les maux de cœur constant. Dans les deux cas, chacun des deux protagonistes de cette tragédie risquaient d’être blessés, de se faire piétiner le cœur par moment ou par un autre. Dorian avait raison, ils avaient besoin de discuter les règles de cette relation, pour éviter de es brûler les ailes.

    Se redressant légèrement sur les genoux du jeune homme, Grace déposa délicatement ses deux mains sur les joues suaves de celui-ci, caressant sa peau de son pouce, tout en plongeant son regard dans ses yeux émeraude. Elle ne s’énerva pas de sa déclaration, souriant même lorsqu’il lui redit les fatidiques mots. Je t’aime. Pourquoi semblaient-ils vouloir sortir avec une aisance de la bouche du jeune homme, tandis qu’ils s’obstinaient à demeurer muet du côté de la jeune femme ? Ils risquaient tous les deux autant dans cette relation, et pourtant, lui, prenait son courage à demain, et acceptait de vivre cet amour, de lui donner une chance, même si il pouvait s’en retrouver blessé. Il était mille fois plus courageux qu’elle. « Oui, nous devons faire ce compromis, mais… » Elle hésita un instant, laissant un petit soupir s’échapper de ses lèvres entrouvertes. « Tu dois d’abord savoir que ce que j’ai dis était faux. » Le regard amoureux que lui jeta à ce moment Dorian lui donna le courage de continuer sa phrase. « C’est me mentir, et te mentir, que d’affirmer que ce qu’il y a entre nous, ce n’est que de l’amusement. C’est beaucoup plus. » Sans attendre une réaction du concerné, elle s’empara de ses lèvres avec une certaine fugueur, avant de coller son front au sien, leurs lèvres qu’à quelques millimètres encore, leurs regards plongés l’un dans l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: WINNEGANE'S HOUSE; Better than me. [R] Ven 22 Mai 2009 - 23:04

    Dorian aimait la présence de Grace, le fait de la tenir dans ses bras comme si elle était une pauvre petite chose qu’il se devait de protéger. Il était tellement amoureux d’elle, qu’il était capable de mourir pour la protéger. Peut-être que cela semble excessif, mais, il faut trainer l’amour que Dorian offre avec respect, car auparavant, il n’avait jamais autant ouvert son cœur, pas même à sa mère ou ses sœurs. La seule qui y avait eu le droit était Grace, mais les choses s’étaient particulièrement mal passées la première fois qu’il lui avait les mots magiques. Elle avait prit ses affaires, et était parti sans même se retourner, comme si il n’était qu’un vulgaire individu dans sa vie. Et malgré la souffrance que cela avait fait à Dorian, il pouvait comprendre que la demoiselle n’était pas prête à lui avouer son amour, car au fond de lui, Dorian était persuadé que Gracie éprouvait des sentiments pour lui, mais, tant qu’il ne l’entendait pas vraiment, jamais il ne pourrait croire fortement à leur histoire. Leur histoire était aussi fragile qu’un fil, cela pourrait se rompre à un quelconque instant. Dorian éprouvait trop de rancœur, et Grace était trop fière. Mais ça, le jeune homme l’avait toujours su, et il avait promis de faire avec, mais, peut-être s’était-il surestimé, peut-être que son cœur réclamait plus que des parties de jambes en l’air dans un placard à balais, lors de la pause entre deux cours ? Il valait mieux que ça, et Gracie aussi.

    Lorsque la demoiselle se mit à jouer avec les cheveux de Dorian, un frisson lui parcourut la colonne vertébrale. Il aimait tellement les petites gestes qu’elle faisait, c’était à travers tout ceci qu’il s’était rendu compte de ses sentiments à son égard. Il n’était jamais tombé amoureux auparavant, mais on lui avait déjà expliqué que lorsqu’on aimait quelqu’un, on avait des papillons dans le ventre, le cœur qui s’accélérait rapidement, les mains moites. Et après tout ceci, Dorian avait comprit que son cœur battait à la chamade pour Grace, ce petit bout de femme, qui semble être tellement innocente, forte, la fille parfaite. Mais Dorian avait toujours cherché à savoir plus sur elle, au-delà de tous ces artifices. Il n’avait jamais eu la possibilité de la percé à jour, parce qu’elle gardait son jardin secret très fermé. Même ses amis les plus proches ne pouvaient y accéder, tout n’était que paraître, et pendant un temps, Dorian avait eu peur qu’il devienne comme elle. Il est clair que la demoiselle à changer Dorian, peut-être un peu moins peureux qu’avant, un peu plus fier, peut-être même un peu plus égoïste. Mais avait-il effectué des changements sur elle. Certainement pas, on ne peut pas changer une lionne en un agneau. Et pourtant, Dorian faisait avec cela, il éprouvait tellement pour elle, tellement de sentiments qu’un simple « je t’aime » ne pouvait pas résumer la flopée de ses sentiments.

    Il était tellement amoureux, voilà pourquoi, lorsqu’elle avait dit que ce n’était qu’un jeu entre eux, cela l’avait profondément blessé. Peut-être aurait-il préféré qu’elle lui dise qu’elle ne l’aimait pas, plutôt que de dire cela. Car cela remettait en doute la sincérité de Grace, et les sentiments de Dorian. Et il ne pouvait permettre cela. Voilà pourquoi il s’était soudainement éloigné d’elle, il aurait pensé qu’elle avait comprit qu’il souhaitait quelques jours de réflexion, et pourtant, elle était revenu vers lui, en mettant sa fierté de côté, en prenant le risque qu’il lui referme la porte au visage. Bien que cela ne fasse pas parti du caractère de Dorian. Il était un minimum poli. Dorian resserra un peu l’étreinte autour de Grace, il appréciait tellement sa présence, son touché, qu’il ne souhaitait plus bouger, et pourtant, il l’écouta qu’une oreille très attentive. C’était la moindre des choses qu’il pouvait faire après qu’elle se soit légèrement livrée à lui. S’apprêtant à répondre à Grace, il fut stoppé par un soudain baiser de la jeune demoiselle. Caressant doucement sa joue, et profitant de ce rapide baiser, il colla son front délicatement sur le sien, déposant rapidement un petit baiser sur le nez de la demoiselle.
    « Et pourtant, ce n’est pas suffisant pour faire de notre histoire quelque chose de public. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: WINNEGANE'S HOUSE; Better than me. [R]

Revenir en haut Aller en bas
 

WINNEGANE'S HOUSE; Better than me. [R]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-