AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PAST NEVER GIVES YOU A BREAK (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: PAST NEVER GIVES YOU A BREAK (pv) Lun 10 Jan 2011 - 23:03







past never gives you a break...

DEAVON HUTTINGTON, TRAY RANNIGAN





Autrefois, Tray Rannigan était de ceux que l’on rencontrait quotidiennement dans les bars les plus branchés de la ville, encore en costard car il n’avait pas pris le temps de se changer après le boulot, occuper à siroter un verre d’alcool plus ou moins fort tout en faisant les yeux doux à une charmante demoiselle qui finissait incontestablement la nuit dans son lit. Tray Rannigan n’aimait pas prendre de risques et savait quel type de filles viser, celles qui ne disaient jamais non, non pas parce qu’elles étaient des filles faciles, profil que Tray méprisait de manière générale, mais parce qu’elles étaient trop naïves et influençables pour pouvoir lui résister après de longues minutes d’une conversation susurrée avec langueur et séduction. Tray Rannigan savait s’y prendre avec les femmes, et il avait toujours eu conscience de l’effet qu’il exerçait sur elles. Il ne s’était donc bien entendu jamais privé d’user, voire d’abuser, de ses talents pour mettre dans son lit toutes les jolies demoiselles qu’il croisait et qu’il estimait dignes de passer un peu de bon temps en son agréable compagnie. Tray était un homme à femmes et ne s’en était jamais caché – pourquoi le ferait-il ? Le jeune homme avait été marié une fois, et bien que la relation qu’il avait entretenue avec son ex-femme eût tout de même duré quatre ans, cet événement ne l’avait pas suffisamment marqué pour influencer ses choix futurs : après son divorce, il était tout simplement revenu à son mode de vie d’avant Ainsley, nullement possédé par ces questions qui accompagnaient cette séparation d’ordinaire douloureuse et un minimum influente sur son train de vie. Mais Tray n’avait pas été conquis par le mariage, non, il ne planifiait pas de se remarier dès que possible – heureusement. Cependant, il n’était pas non plus un de ces hommes haineux et pleins de rancœur qui se disaient que le mariage, plus jamais. Qu’il s’agissait de la chose à bannir à tout jamais de leur vie et dont il ne fallait plus jamais parler. Non, Tray Rannigan s’était remis bien rapidement de son divorce, et, depuis ce jour-là, n’avait plus accordé une seule pensée à la question du mariage, comme si les années qu’il avait passées la bague au doigt n’avaient jamais existé. Tray était très doué lorsqu’il s’agissait de faire comme si de rien n’était, et c’est pourquoi il n’avait jamais eu de mal à agir comme il l’avait toujours fait : se servant des jeunes femmes innocentes et pures comme d’objets jetables après utilisation, séduisant, concluant, abandonnant, encore et encore, sans jamais se lasser. Mais ça, c’était autrefois.

Peut-être que l’adverbe choisi est un peu fort pour désigner une période qui ne date que d’il y a quelques mois – de la dernière fête d’Halloween, plus précisément. En dehors du fait que celle-ci ait été une totale catastrophe à cause du double homicide qui l’avait conclue, Tray avait passé la plus mauvaise soirée de sa vie car c’est ce jour-là que, au bout d’une de ses éternelles conneries, il avait perdu la seule femme qui semblait compter plus que les autres à ses yeux : Jane Blodwen. Il ne savait pas pourquoi, mais elle exerçait un pouvoir indéniable sur lui et au prix de nombreux efforts, il était parvenu à la convaincre de lui accorder une nouvelle chance. Chance qu’il avait aussitôt gâchée en draguant la première rouquine croisée à la fête sous les yeux de Jane, dont le sang n’avait fait qu’un tour. Depuis, le cœur n’avait plus été aux amourettes, d’autant plus que la gente féminine avait décidé de s’acharner sur lui : Laurence Ferdison lui avait annoncé qu’il était peut-être le père de l’enfant qu’elle attendait mais qu’elle ne souhaitait en aucun cas qu’il ait quoi que ce soit à voir avec l’éducation de celui-ci, et Ainsley Cavenaugh, la même fille que celle qu’il avait épousée quelques année auparavant, était en ville pour des raisons obscures mais qui étaient, de toute évidence, liées à lui et qui ne lui inspiraient rien de bon. En bref : Tray Rannigan avait touché le fond, et la séduction ne faisait plus partie de ses priorités.

Cependant, il semblait que Tray ait repris goût à son ancien mode de vie, aussi surprenant cela puisse-t-il paraître. Après de longues semaines passées à se morfondre dans son salon, il s’était rendu à l’évidence qu’il avait définitivement perdu Jane, peu importe ce qu’il pouvait bien faire pour tenter de se faire pardonner, et que la meilleure chose à faire était d’aller de l’avant. Comprendre : reprendre ses anciennes habitudes qui, à plusieurs reprises, lui avaient causé du tort mais dont il ne pourrait apparemment jamais se séparer. C’est pourquoi Tray Rannigan se rendit au Blue Lagoon Bar, ce soir-là, histoire de se dégourdir les jambes et les idées, et, qui sait, de trouver une jolie jeune femme avec qui passer la nuit. Le jeune homme poussa la porte de l’établissement bondé alors que la soirée était déjà bien avancée, toujours vêtu de son élégant costume-cravate dont il ne se séparait plus, étant donné le nombre d’heures passées au bureau, et décida de chercher une place au bar, son endroit fétiche pour procéder au repérage de demoiselles à séduire. Il repéra un tabouret vide, à côté d’un homme qu’il ne semblait pas connaître. S’approchant avec nonchalance de l’inconnu, Tray lui demanda : « Cette place est prise ? » L’homme à côté répondit par la négative, et, sourire aux lèvres, Tray s’installa avant de commander sa première vodka de la soirée.

Revenir en haut Aller en bas
 

PAST NEVER GIVES YOU A BREAK (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-