AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 golden bubbles (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: golden bubbles (pv) Dim 6 Fév 2011 - 13:47

L’euphorie qui avait successivement gagnés les plus chanceux de la soirée, ne fit pas le moindre effet à Samaël. Flanqué de deux colosses en costard, un sourire à peine perceptible étirant ses lèvres et un air de défi brillant dans ses prunelles claires, le jeune homme dont l’assurance se faisait charisme n’avait rien à voir avec ces pseudo chanceux du jour qui en plein rush, s’amusaient des regards affamés de quelques profiteuses aux poitrines opulentes, un cigare aux lèvres comme ultime provocation. Non, lui était un simple -mais pas banal- joueur de poker au portefeuille déjà bien garnit mais qui, par avarice et par amour pour le jeu tout de même, avait décidé de venir défier les quelques joueurs attablés. Ne leur adressant qu’un bref geste de la tête, Samaël prit place à une table de poker, ravi de pouvoir se mesurer à deux hommes dont l’aspect physique -et donc par conséquent économique- laissait à désirer. Ils avaient l’air d’adolescents boutonneux tout juste sortis du lycée ; tant mieux, ce n’est pas sans satisfaction que Samaël s’attellerait a les plumer, non pas par lâcheté mais par lassitude. Voilà des années qu’il ne s’embêtait plus à chercher un adversaire qui puisse être à sa taille, il était convaincu qu’il n’y en avait pas. Un peu prétentieux, un peu vrai aussi, du moins jusqu’ici.
Ainsi, à peine les cartes furent-elles distribuées que le jeune homme vint miser gros, s’attirant d’un de ses adversaires une œillade sombre mais empochant immédiatement le double de la somme misée. Il n’en fallut pas plus à certaines demoiselles peu farouches qui vinrent s’asseoir près de lui dès l’instant où il remisa, attisant sa colère et non son envie. Car il n’en vit pas une au physique qu’il aurait pu apprécier. Par ailleurs, son œillade circulaire fut brève, aussi bref que fut le temps que passa l’alcool doré nommé champagne dans son verre. La gorge délicieusement brûlée, l’oeil vif posé sur les cartes, le blond demeurait de marbre, aussi froid qu’à l’accoutumée, voir même plus ; un mélange de concentration et d’indifférence quant à ce qui l’entourait se lisant sur ses traits légèrement tirés. La dernière semaine qui s’était écoulée n’avait en effet pas était de tout repos pour Monaghan. Vacillant entre une soeur cadette qui n’en faisait qu’à sa tête et un job qui demandait bien souvent de lui plus que de sa personne -à savoir son boulot de flic-, le garçon était à fleur de peau tel une bombe a retardement. Et l’explosion, Samaël n’était pas certain de pouvoir l’éviter malheureusement, cela retomberait probablement sur ses proches, encore fallait-il qu’il en est plusieurs à Miami.
Mais pour le moment, c’était ses deux pecnos de touriste qui ferait les frais de sa colère et de sa fatigue, sans doute était-ce préférable. « Dix milles. » fit-il de sa voix glacée et glaçante alors qu’il s’emparait d’une autre coupe de champagne. Nouvelle victoire, la dernière car le regard sombre du blond vint se poser sur une silhouette féminine absolument délicieuse. Debout sur une table de jeux, la sublime jeune femme était là a se dandiner dans un état que le jeune homme devinait aisément d’ébriété. Cela dit, il ne pu s’empêcher de dévisager l’inconnue, charmé bien contrairement aux autres personnes présentes qui avaient plutôt l’air de vouloir la voir descendre de son piédestal. Ce fut la seule qui retint l’attention de Samaël qui, d’un pas léger se dirigea vers elle, les deux colosses suivants derrière tandis qu’il avalait une gorgée de sa coupe. Il ne s’attendait pas à pareil spectacle mais n’en fut pas moins déçu. Se postant bien en face d’elle, il la laissa faire, ne se souciant pas le moins du monde des regards assassins qu’on lança en leurs direction ni même de l’humiliation que la jolie brune s’infligeait à elle-même en se donnant ainsi en spectacle.
Voilà qui ajouterait un peu de piment à sa soirée...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: golden bubbles (pv) Mer 2 Mar 2011 - 1:56

« Allez viens, on va juste boire un verre ! Il faut fêter ça ! » Anya soupira, et devant le regard de chien battu que lui adressait l’une de ses collègues sapeur-pompier, la demoiselle leva les yeux au ciel, et avec un petit rire amusé répondit: « Bon d’accord, mais seulement un alors ! » Jill, son amie, laissa échapper un cri de victoire tandis que le chef des pompiers passait par là, tout en levant les yeux au ciel à son tour. Toujours la même histoire avec les deux demoiselles, dès que l’une d’entre elles parvenait à sauver la vie de quelqu’un ou en tout cas à mettre sa vie en danger pour aider celle des autres, elles finissaient par aller boire un verre. Anya s’était installée à Ocean Grove il y a un an de cela environ, elle s’était très rapidement acclimatée à l’ambiance de la caserne, et malgré le fait qu’elle possédait un corps plutôt frêle, les autres avaient rapidement appris à lui faire confiance. Ainsi, aujourd’hui, ils l’avaient tous suivie tête baissée dans l’incendie qui s’était déclenché dans un immeuble vers le centre ville. Anya n’avait pas hésité une seule seconde à foncer à travers les flammes pour aller récupérer un enfant pris au piège par les braises. Elle avait fait ça par réflexe, et sans vraiment penser à la suite, c’était son métier, les gens avaient confiance en elle, et elle se devait de respecter cette confiance. Ainsi elle avait sorti le petit garçon de l’enfer sur terre, il n’avait eu que quelques brulures superficielles, et grâce à la jeune brune, il allait pouvoir continuer à vivre sa vie. Acclamée comme une véritable héroïne, Anya, gênée, était rapidement retournée à la caserne pour prendre sa douche.

Et c’est ainsi que quelques plus tard la demoiselle se retrouva au Golden Empire, en compagnie de son amie Jill. Accoudée au bar, elle avait d’abord pris un mojito, puis la discussion avec Jill et le barman avait entrainé un deuxième verre, puis un troisième, et puis Anya avait arrêté de compter. Elle savait dès le départ, dès l’instant où elle avait mis les pieds dans le casino, qu’elle ne boirait pas qu’un seul verre. Non pas qu’elle était alcoolique, simplement, elle aimait faire la fête, et c’était plutôt difficile pour elle de refuser un verre et de rentrer chez elle. La demoiselle dont l’esprit commençait à être embué, eut l’idée ridicule de lancer un défi à son amie: « On n’a plus quatorze ans, mais je suis sûre que t’auras pas les couilles d’embrasser le vieux là-bas » et de montrer d’un doigt tremblant un sexagénaire en train de jouer au bridge. Ni une, ni deux, Jill se déplaça rapidement jusqu’à l’individu aux cheveux grisonnant, elle passa une main autour de son cou, et l’embrassa alors avec passion. Anya observait la scène, un verre de whisky à la main, un immense sourire accroché à son visage. Son amie revint vers elle comme si de rien n’était. La soirée se poursuivit, tandis qu’elles entendirent une musique raisonner dans la salle, plutôt faiblement, mais audible tout de même. Jill lança un regard provocateur à Anya, et celle-ci comprit instantanément où elle voulait en venir. Après un soupir et avoir avalé son verre cul sec, la jolie brune se dirigea d’une démarche féline en direction d’une table de poker où personne n’était encore vraiment installé. La jeune femme salua le croupier d’un sourire charmant, grimpa sur le tabouret puis monta sur la table. Elle sentit rapidement tous les regards se poser sur elle, mais elle s’en fichait. C’était sans doute la raison pour laquelle elle buvait autant aux soirées. Elle se fichait du regard des autres, ne se souciait pas de ce qu’on pouvait penser d’elle, ne se posait pas un milliard de questions, ne se trouvait pas laide, et s’aimait, oui, elle s’aimait enfin. Elle leva les bras et commença à se déhancher de façon sensuelle, laissant ses mains se promener sur son corps agile et souple. Des murmures de désapprobation commençaient à s’élever dans la salle tandis que d’autres personnes l’encourageaient à continuer son show improvisé. Vêtu d’un simple jean slim moulant, et d’une chemise rayée laissant une poitrine généreuse sans trop la dévoiler, la demoiselle n’avait rien d’une allumeuse, pourtant, tel était son comportement. Elle fit un petit tour sur elle-même, éclatant de rire au passage, et tandis que Jill l’applaudissait, le regard du sapeur pompier vint se poser sur un homme qui lui faisait face et qui semblait l’observer d’un œil amusé. Anya capta son regard et ne put s’empêcher de penser que cet homme au charisme incroyable était vraiment agréable à observer. Amusée par l’attention qu’il lui portait, Anya se rapprocha doucement de lui, tout en restant sur la table. Elle continuait sa petite danse, lentement, elle enleva le foulard qu’elle avait accroché autour de son cou, et se pencha pour le passer au cou du bellâtre, elle le tira un peu vers elle, et déposa un baiser rapide et chaste à la commissure de ses lèvres, autant dire qu’il s’agissait plus d’une provocation que d’un baiser à proprement parler. Puis elle lui tourna le dos, et continua ce petit manège qui consistait à se trémousser. Elle passa une main dans ses cheveux tandis que l’autre se dirigeait vers les boutons de sa chemise. Tout en regardant à nouveau l’inconnu, elle commença à détacher un premier bouton tout en le fixant de façon à lui faire passer le message suivant: « T’en veux plus ? Prouve le ? » Et comme si la foule autour d’elle n’existait pas, comme si elle n’avait aucun complexe, Anya continua sa danse sensuelle attendant que celui qui occupait ses pensées à l’instant précis, agisse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: golden bubbles (pv) Dim 6 Mar 2011 - 18:57

Après l’avoir jauger pendant un instant de haut en bas d’un regard profondément envieux, le jeune homme redressa la tête dans un rictus joueur teinté d’une perversité à peine contenue. Son charme, non son charisme envoutant se heurtant au magnétisme naturel de la belle inconnue, plus rien ne semblait exister autour d’eux. Ni même la foule qui se pressait autour en lâchant soupirs d’admiration et de désapprobation, ni même la musique latente pourtant légèrement propice à un tel spectacle. Le blond n’avait plus d’yeux que pour elle et réciproquement au vu du sourire que vint afficher la belle, charmeur et charmé. L’atmosphère alors plombée d’une tension ardente, agitant le palpitant glacé d'un Samaël en chasse se fit plus lourde encore qu’elle ne l’était et sans qu’il ne le vois venir la nymphe lui vola un baiser. Un baiser bien plus provocateur que doux, attisant la compétitivité d'un jeune homme joueur et véritablement intrigué par tant de spontanéité. Et, bien loin de se soucier de l’ébriété de la demoiselle, bien loin de se dire qu’il ne devait pas profiter de l’alcoolémie de celle-ci, Samaël ne put s’empêcher de lui susurrer quelques mots de sa voix suave et caressante, bien avant qu’elle ne se retire : « Je crois que nous devrions parler. » C’était une vérité, un fait avéré, car le jeune agent n’avait pas l’intention de la laisser filer sans lui proposer de rejoindre les rangs déjà bien garnit du Full Moon, son empire, l’entre d’un Diable bien trop sûr de lui. Ce fut néanmoins bien malgré lui qu’il lui proposa ceci, lui qui aimait se perdre dans les affres de la volupté et de la sensualité féminine bien plus souvent qu’il n’aimait arrêter les 'gamines' se dévoilant un peu trop dans les ruelles sombres d'un Miami obscurcit. Car si son côté agent avait prit le dessus, nul doute que lui-même se serait chargé de faire descendre la belle effrontée, oui mais voilà, une poitrine opulente et des yeux de biches suffisait à lui faire passer toute envie de faire cesser la mascarade. Si dame nature avait été moins généreuse avec la brune, il l’aurait sans doute faite enfermer le temps d’une nuit pour exhibitionnisme. Que de superficialité Mr Monaghan...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: golden bubbles (pv) Mer 23 Mar 2011 - 14:27

L’alcool désinhibait et Anya en avait pleinement conscience. C’était sans doute la raison principale pour laquelle elle adorait faire la fête et boire deux ou trois verres. Elle savait qu’à partir de ce moment là, elle s’assumait plus, n’avait pas honte de son corps - qui était plutôt bien fait même si elle pensait le contraire- et osait tout, ou à peu près tout. Ainsi, debout sur la table de jeu, plus rien n’avait d’importance, plus rien à part le bellâtre qui lui faisait face. Son regard carnassier la dévorait, et contrairement à d’habitude lorsqu’elle était sobre, cela ne la dérangeait pas le moins du monde, au contraire. Anya continuait de se déhancher au rythme de la musique, ses mains glissèrent sur sa chemise, et en moins de temps qu’il n’en faut pour s’en rendre compte, tous les boutons étaient déjà enlevés, laissant apparaitre à la vue de tous, sa peau satinée et son soutien gorge noire qui mettait en avant sa poitrine un peu trop volumineuse à son gout. Sa danse se faisait de plus en plus voluptueuse, à tel point que l’inconnu s’adressa enfin à elle, une fois qu’Anya eut laissé tomber sa chemise sur le sol: « Je crois que nous devrions parler. » Un rire amusé et enfantin s’échappa de la gorge de la jolie brune. Et décidant qu’en effet, ils devaient parler, elle se rapprocha de lui, posa ses mains sur ses épaules et tout en y prenant appui, descendit de la table de jeu. Un homme s’occupant de la sécurité s’approcha d’eux et en voyant à qui il avait à faire, à savoir Samaël il lui dit: « M. Monaghan, amenez votre amie avec vous, sinon nous allons être dans l’obligation de la renvoyer d’ici » La jeune sapeur pompier ne perdit pas une seule seconde pour se mettre sur la pointe des pieds et murmurer de façon sensuelle à l’oreille du beau blond: « Oh oui ! Emmène moi ! » Et Anya laissa glisser sa main sur l’entre-cuisse du garçon, oubliant tout à fait ce qu’elle faisait, où elle était, et surtout, qui elle était. Oubliant son amie assise en charmante compagnie quelques mètres plus loin, la jeune Surich glissa ses doigts dans la main masculine qui était à proximité d’elle, et entraina le gérant du club dans un couloir étroit, à l’abris des regards. Sans prévenir, elle le plaqua violemment contre un mur, et murmura: « Alors, nous disions ? » Intriguée par ce qu’il allait lui dire, la jeune Anya sentait qu’elle pourrait passer une nuit très agréable à ses côtés, ou du moins, une bonne partie de la soirée. Pauvre enfant, tu ne sais pas dans quoi tu t’es embarquée…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: golden bubbles (pv)

Revenir en haut Aller en bas
 

golden bubbles (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Gold Empire-