AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I wanna know what love is | Pride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: I wanna know what love is | Pride Lun 14 Fév 2011 - 21:42

I better read between the lines
In case I need it when I'm older
Les deux derniers mois avaient été difficiles à gérer pour Ella et si la jeune fille tentait de faire comme si de rien n'était, les évènements l'avaient particulièrement chamboulée et elle ne pouvait pas tout laisser derrière elle pour avancer. Elle avait la désagréable impression de ne pas avoir l'entier contrôle de ses émotions et elle détestait ça. Elle sentait son coeur s'emballer pour des broutilles et elle se rendait compte que la possibilité de perdre Jed pour toujours l'avait affligée plus que de raison. Les paroles de son ami ne cessaient de lui revenir à l'esprit, alors qu'il lui avait reproché d'être tombée amoureuse de lui malgré sa mise en garde, chose qu'elle avait bien évidemment niée avec toute la force de son être, ne serait-ce que pour le contredire. Elle ne savait même plus ce qu'elle ressentait, ses sentiments et ses émotions n'étaient plus qu'un tourbillon qui ramenait des morceaux quelques heures plus tard, avec le vent, morceaux qu'elle n'avait malheureusement pas réussi à recoller.

Le jour d'avant, installée sur la terrasse d'un café pour faire ses devoirs tranquillement sans être dérangée, elle en était venue à dessiner en laissant ses calculs de côté. Concentrée, tentant de faire le vide dans son esprit après tout ce qui s'était passé, Pride l'avait surprise en passant devant elle et s'il n'avait pas eu le temps de s'asseoir pour discuter, il l'avait invitée à venir manger une glace avec lui le jour d'après, en fin d'après-midi. Évidemment, l'adolescente n'avait pu qu'accepter, incapable de résister à l'appel d'une crème glacée, comme une fillette. Elle était restée longtemps, assise sous le parasol à dessiner elle ne savait trop quoi, jusqu'à ce que ce soit l'heure de rentrer pour elle, en somme. Le lendemain étant un samedi, elle pouvait faire la grasse matinée et si Pride lui avait proposé de venir la chercher, la jeune fille avait décidé de marcher jusqu'à la plage en prétextant que l'air frais lui ferait du bien. Elle avait enfilé un mini-short en jeans et un débardeur, rien de bien extravagant, en somme et le chemin jusqu'à la plage, contrairement à ce qu'elle avait d'abord pensé, n'avait fait que la pousser au plus profond de ses réflexions, ce qui se passait dès lors qu'elle se retrouvait seule et qu'elle n'avait rien pour s'occuper. Traînant des pieds sur le sable fin, elle retira l'une de ses sandales pour laisser ses orteils goûter à la chaleur des grains de sable, non sans avoir jeté un coup d'oeil autour d'elle afin d'y apercevoir Pride. Elle poussa un soupir et ce ne fut que lorsque la silhouette du jeune homme s'implanta dans son champ de vision qu'elle laissa un léger sourire poindre sur ses lèvres en s'approchant de lui. Entourant son torse de ses bras pour une étreinte rapide, elle s'éloigna rapidement de quelques pas avant de poser ses prunelles dans celles de Pride. « Ça faisait un moment que je t'avais pas vu! Je voulais passer te voir, mais ... » Redressant la main afin de lui signifier que ce n'était pas important finalement et qu'elle n'avait pas l'intention de poursuivre, elle ajouta néanmoins: « J'ai été occupée avec la reprise des cours. » Mensonge, mensonge, mensonge! Ella n'en finissait donc jamais de mentir pour cacher ce qu'elle refusait de dévoiler? Faut croire.

Baissant les yeux en avançant vers le stand de glaces, la jeune fille redressa finalement la tête afin de jeter un coup d'oeil du côté de la plage qui, bien que bondée, ne l'était pas autant qu'à l'habitude malgré le soleil resplendissant. « Tu sais déjà ce que tu vas prendre? » demanda-t-elle en levant un regard amusé sur lui, son choix à elle n'étant rien d'autre qu'une bonne vieille glace au chocolat. Elle en mangeait rarement et elle devait avouer qu'à chaque fois, elle se sentait revenir quelques années en arrière, alors qu'elle n'était qu'une gamine et que son père lui offrait trois dollars pour qu'elle choisisse ce qu'elle désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Mer 16 Fév 2011 - 0:13

La vie semblait s'accélérer ces derniers temps, plus vive et incisive encore que l'ouragan ayant balayé les lieux quelques mois auparavant, tout semblait changer... Une boîte de striptease aux couleurs rafraîchies et au décor refait, une idylle qui se termine, une autre qui se ravive, un coeur prompt à battre de nouveau, une mémoire qui revient, des remords qui se perdent. Toujours entre deux feux, la vie de Pride était ainsi mouvementée, et c'était sans compter son emploi du temps chargé par un business florissant dont le slogan n'était autre que Time is money. Une minute de son temps pour un dollar, le jeune homme vénal se perdait dans les méandres d'un travail prenant pour faire fructifier son compte en banque. Et quel mal y avait-il à vouloir accumuler une certaine richesse, après tout le monde n'avait jamais blâmé les grands maîtres de la peinture, tel que Renoir, pour leur vénalité exacerbée. Pourquoi le businessman serait qualifié de requin, et l'artiste de génie, alors que leur but demeurait le même : l'argent. Néanmoins, entre deux rendez-vous calés hâtivement, Pride avait eu l'opportunité de croiser la jeune Ella au hasard, et en profita pour inviter cette dernière à passer un peu de temps en sa compagnie. Tout de même, le brun ténébreux en conservait pour son entourage : faire dormir son argent, c'était aussi faire monter les intérêts... Mais plus encore, il avait perçu chez Ella cette perte d'énergie, un dépérissement de ses si jolies couleurs, une lueur terne dans ses yeux habituellement pétillants. Quelque chose travaillait l'adolescente, et quand bien même Pride ne doutait pas que son tuteur avait du déjà lui tendre la main à ce sujet, le jeune escroc oublia égoïstement ce dernier, et décida de se rendre lui-même auprès de la petite blonde. Ainsi réserva-t-il son samedi après-midi, promettant à Ella une balade relaxante au bord de la longue étendue d'eau de Miami. Bien sûr, il ne trouverait pas les mots, il ne parviendrait pas même à esquisser un geste affectueux (outre une accolade), mais la démarche du jeune homme trahissait en elle-même la préoccupation qu'il avait envers sa petite protégée. Cette aisance relationnelle qu'elle avait avec lui possédait ce miracle de faire fondre le coeur de glace d'un Pride bien trop aux aguets ; et bien que ce dernier demeurait toujours un peu trop flegmatique, il offrait en compagnie de la jeune Ella, une facette humaine et protectrice. La relation de ces derniers pouvait presque s'apparenter à un grand frère, voire un père, de substitution, ayant un droit de regard sur la sécurité et le confort de la jeune blonde... Chose que Lawson aurait sans doute vu d'un mauvais oeil, peu importait.

Enfin, les deux concernés se retrouvèrent au point de rendez-vous, et ce fut sans vraiment savoir où placer ses mains hésitantes face à l'élan d'affection de Ella, qu'il accueillit cette dernière. Un sourire chaleureux vint néanmoins se dessiner sur le visage radieux de Pride. « Ça faisait un moment que je t'avais pas vu! Je voulais passer te voir, mais ... j'ai été occupée avec la reprise des cours. » « Moi aussi. » blagua alors le jeune homme d'une bonne humeur certaine, conservant néanmoins une part de son flegme qui lui conférait toute cette attitude légèrement impressionnante. Puis invitant la jeune fille à le suivre, tous deux s'arrêtèrent devant le stand du glacier vantant aux riches passants ses mille parfums. Le regard protecteur et attendri du jeune homme se posa alors sur la gourmande dont les yeux pétillaient de gloutonnerie enfantine. « Tu sais déjà ce que tu vas prendre? » « A mon âge, on surveille son diabète tu sais. » renchérit Pride de sa voix suave mais taquine, blaguant bien sûr sur un état pseudo diabétique. La vérité était que les friandises n'avaient jamais fait partie de son enfance, et qu'en grandissant il n'avait ainsi pas pris goût à toutes ces douceurs et sucreries : il préférait le piquant des Bourbons, et l'amertume de la nicotine. Tendant un billet au vendeur qui servit la demoiselle en crème glacée chocolatée, il l'invita à s'en éloigner, déambulant ainsi vers le chemin surplombant les étendues sableuses. Appuyant ses avant bras sur les rambardes boisées qui ornaient sobrement le chemin, il posa ses yeux ambrés sur l'étendue d'eau bleue qui leur faisait face. Au loin, le ciel dégagé pointait quelques couleurs orangées, accompagnant les prémices d'un coucher de soleil. « Alors. Qu'est-ce qui te tracasse. » demanda-t-il sans daigner détourner son regard mordoré sur Ella, ses pupilles toujours fixées sur l'horizon dormant au dessus d'une mer calme. Franc et direct... Berrington avait aussi ses qualités, dans ses propres défauts.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Mer 16 Fév 2011 - 19:00

Amusée alors que Pride, s'il avait compris le mensonge qu'elle lui servait, n'en laissait rien paraître, la jeune fille le suivit jusqu'au stand non sans s'intéresser à la sucrerie glacée qu'il prendrait. « A mon âge, on surveille son diabète tu sais. » « Parce que t'es déjà tellement vieux! » rigola-t-elle en récupérant la glace offerte par Pride, goûtant à son délice chocolaté avec bonheur. « Merci ... » murmura-t-elle alors qu'elle le suivait vers la plage, étonnée de le voir s'accouder le long de la clôture en bois qui délimitait le chemin. Elle s'approcha également et y posa sa main avant de laisser son regard dévier sur la trajectoire que suivait celui de Pride, ses prunelles se posant sur la mer peu agitée qui leur faisait face. Le calme de l'endroit malgré les cris éloignés des enfants et le bruit des voitures qui passaient au loin suffit à apaiser l'esprit torturé de la jeune fille, qui tentait d'empêcher sa glace de fondre trop vite en léchant le contour du cornet.

« Alors. Qu'est-ce qui te tracasse. » Surprise, Ella posa ses prunelles étonnées sur Pride alors que ce dernier regardait toujours l'horizon, comme si ce n'était qu'une question banale parmi tant d'autres. Comment avait-il pu savoir qu'elle n'était pas au mieux de sa forme? Comment s'était-il rendu compte qu'elle lui cachait des choses et qu'elle ne disait pas tout? Ella se rendait compte à quel point les gens qu'elle connaissait bien et qui la connaissaient bien pouvaient lire en elle aussi aisément que dans un livre ouvert dont les lettres étaient tracées en caractère 14. Elle avait su cacher ce qui la tracassait pendant de nombreuses années, mais cette fois, elle ne parvenait pas à mettre de côté ses appréhensions pour aller de l'avant. Pride s'en était rendu compte, apparemment. L'adolescente baissa les yeux sans savoir où commencer, alors qu'elle redressa subitement la glace qu'elle tenait dans ses mains et qui s'apprêtait à s'affaler au sol sous son inattention. Elle se mordit la lèvre, hésitante, alors qu'elle s'apprêtait à lui dire que tout allait bien, qu'elle n'avait besoin de rien. S'il lui posait la question, c'était bel et bien parce qu'il avait compris qu'elle avait peut-être besoin de se vider le coeur sur un sujet qui la préoccupait énormément ces temps-ci et Ella ne sut pas lui dire avec suffisamment de conviction qu'elle allait bien. « Je ... » débuta-t-elle en poussant un léger soupir pour se donner du courage, Ella ignorant comment aborder le sujet qui la tracassait réellement. « Comment t'as fait pour savoir que ... Que t'étais amoureux? Comment t'as fait pour savoir que c'était elle et personne d'autre? » demanda-t-elle en un murmure, mais suffisamment clairement pour que Pride puisse saisir chacun de ses mots. Elle préférait de loin parler de lui plutôt que de s'éterniser sur ses propres sentiments, qu'elle ne comprenait même pas. Pride donnait l'impression d'être le genre d'homme à s'impliquer dans sa relation, à aimer fortement et si Ella n'était sûre de rien, elle l'avait vu complètement affligé le soir où elle lui avait montré la photo de Muse avec un autre homme. Il n'y avait aucun doute, il en avait été blessé et on ne pouvait pas être blessé sans attachement, sans amour. Le visage de Jed se ramena à son esprit alors qu'elle dut chasser d'un signe de tête l'image de son ami en se mordant la lèvre. C'était impossible, elle ne pouvait pas ressentir ce qu'elle ressentait! Jed le lui avait bien dit, elle n'avait pas le droit de l'aimer. Et si tout était différent maintenant?

« Comment t'as su? C'est pour ça que tu m'as demandé de venir? » demanda-t-elle avec douceur en fronçant légèrement les sourcils, incapable de comprendre comment elle avait pu laisser une faille aussi grande pour qu'il s'y invite. Elle ne se rendait pas compte de l'humeur maussade qu'elle présentait et elle aurait sans doute fait un effort pour tenter de paraître un peu plus posée et enjouée si elle l'avait su avant. Toutefois, désormais curieuse, la jeune fille attendait la réponse de son protecteur avec envie, ne serait-ce que pour mettre un nom sur les émotions qui lui enserraient la poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Sam 19 Fév 2011 - 13:45

Les yeux bruns du jeune homme se posèrent sur la silhouette de la fillette dont le regard chagriné toisait l'étendue d'eau calme ; chaque geste de l'adolescente recueillant son hésitation et le doute duquel elle était en proie. Ses yeux brodés d'étoiles vinrent se poser au sol, ne désirant pas accrocher à ce spectacle ondin renvoyant à quelques bribes de rêve, Ella semblait figée dans sa propre réalité. Incapable de s'envoler même par la pensée, peureuse peut-être, de laisser derrière elle toutes ses angoisses qui ternissaient ses couleurs, afin de rêvasser un peu. Au contraire la petite mésange entrouvrit les lèvres, les ferma de nouveau, reprit une courte respiration avant d'enfin laisser s'envoler quelques murmures. La difficulté que la jeune blonde avait à se confier, trahissait une situation délicate ou du moins qu'elle ne parvenait pas à apprivoiser. Comble de l'ironie, Pride ne se doutait pas qu'il demeurait encore plus perplexe que son interlocutrice lorsqu'il s'agissait de parler de ce genre de chose. Le couperet tomba d'ailleurs dans un murmure, à peine audible mais supportant de lourdes paroles qui suffirent à capter son attention. « Je... Comment t'as fait pour savoir que ... Que t'étais amoureux? Comment t'as fait pour savoir que c'était elle et personne d'autre? » Aussitôt, le regard fauve de Pride retrouva le paysage d'une mer sereine et presque narquoise, cherchant à éviter le regard interrogatif d'une Ella troublée. Car déconcerté par la question à laquelle il ne s'attendait pas, le businessman préférait s'en tenir à toutes les attitudes qui constituaient un adulte : fuir le regard, secouer négativement la tête, souffler un las et presque condescendant 'tu es trop jeune pour comprendre', et lui parler de ses bonnes notes à l'école... Issue tentante mais qui demeurait bien loin de la personnalité de Pride, lui-même demeurant à ses heures assez irresponsable pour ne pas se comporter comme ces figures adultes terriblement barbantes. Humidifiant ses lèvres d'une langue rapide comme pour se préparer à parler, il chercha ses mots, prit une inspiration, referma sa mâchoire carrée, se tut. Puis d'une main sceptique, le jeune homme passa distraitement une main dans ses cheveux, ignorant que dire, et même que penser. Le petit génie sachant résoudre des problèmes arithmétiques complexes, ignorait que répondre à cette question ; en vérité c'était comme parler luxure à une bonne sœur ayant fait vœu de chasteté. 'Je ne sais pas', c'était ça, sa réponse ? Certainement pas, et le jeune homme se tiendrait à aider la jeune fille qui semblait perdue. Mais bientôt, la voix de Ella vint mettre fin à ce silence sacerdotale. « Comment t'as su? C'est pour ça que tu m'as demandé de venir? » Là était une question légitime qui en vérité ne touchait que le sens de l'observation aiguisé de Pride : depuis plusieurs jours déjà, il croisait la jeune adolescente non sans remarquer son teint pâli, ses traits tirés, son regard terne et humide. La demoiselle avait perdu ses couleurs malgré ses faux sourires, et il en avait été décidé que, pour une fois, l'égocentrisme légendaire de Pride ne s'élargisse à d'autres personnes. Ainsi avait-il remarqué la baisse de morale de Ella, ou du moins l'avait-il soupçonné. « J'ai deviné. » souffla-t-il d'une voix suave non sans un bref haussement d'épaules ainsi qu'un sourire, ses yeux bruns déviant enfin sur la jeune enfant.

Et finalement, toisant l'envie peinée qui se lisait dans le regard azuré de cette dernière visiblement pendue à ses lèvres tel un apôtre à son prophète, Pride se décida à tenter une réponse. « Comment savoir lorsqu'on aime une personne, hmm...? » Et le jeune homme de reporter ses rétines fauves sur le ciel orangé, fronçant légèrement les sourcils dans une moue de réflexion. Que lui dire, que lui répondre, lui qui s'annonçait sans doute le dernier être sur terre à profiter des joies de Cupidon. Lui qui s'était joué de certaines amantes, qui s'était attaché à certaines, qui en avait aimé passionnément deux autres. Lui qui poussait ses bien aimées dans des jeux cruels, non pour les tester, mais par crainte d'un engagement d'un coeur asservi, d'un abandon également... Abandonner les autres avant qu'ils ne vous oublient, voilà qui demeurait un compromis louable, du moins aux yeux de Pride. Et il en avait aimé deux, à s'en damner, à en souffrir et à en vivre passionnément : la première l'ayant rejeté, le jeune homme avait fini par tirer définitivement un trait sur leur idylle. Quant à la seconde il la perdait en cet instant même, de plein gré mais à en crever littéralement et à s'en refroidir le coeur. Comme si ce dernier n'était pas déjà un pic de glace et un roc infrangible. « Et bien... » Premiers mots recherchés, une main passée sur sa joue râpeuse, réflexion virulente... Le discours du jeune homme en ressortirait sans doute très persuasif ? « C'est une sorte de procédé chimique et biologique ; la chimie sociale, et la biologie de ton corps. Tomber amoureux, c'est réveiller plusieurs régions de ton cerveau qui libère de la dopamine ou de l'oxytocine. Et... l'activation de certaines parties de ton cerveau provoque la stimulation de ton coeur et les fameux noeuds dans l'estomac. Pour un amour passionnel, la région du cerveau qui sera éveillée sera celle de la récompense, et d'autres régions cérébrales cognitives... » Tournant ses yeux bruns vers la demoiselle, le débit pourtant assuré du jeune homme allait en ralentissant au vu du regard surpris de la jeune adolescente : autant avouer que son discours se prêtait plus à un cours donné à une assemblée de neurologues, plus qu'à une demoiselle en quête de questions existentielle. Souhaitant se rattraper , Pride ne termina pas son monologue au vocabulaire pointu, et bifurqua vers quelques paroles simples : « Tomber amoureux procure les mêmes sentiments euphoriques que lorsque tu prends de la cocaïne. » Bravo pour la pédagogie active Monsieur Berrington, encourageons donc le moineau à se droguer afin de faire une expérience comparative... Comprenant sa bévue, Pride rajouta aussitôt, toujours aussi nébuleux. « Bien sûr, tu ne te drogues pas. » Assura-t-il dans un trouble dubitatif qui pouvait prêter à sourire. Comment rattraper le coup, en une seule phrase ? « Dans le fond, c'est avant tout une réponse à notre nature humaine et nos instincts primaires : assurer la survie, et se reproduire... » Et tant qu'à faire, en plus d'encourager la petite blonde à couper un peu de cocaïne, autant la pousser directement vers la notion de partouze. D'abord confus par ses réponses branlantes, Pride finit par sourire et étouffer un bref rire amusé face à sa propre déconvenue. « J'ai fait Harvard.» assura-t-il alors comme pour excuser son discours scientifique pompeux. « ...Tu le sais, parce que ça te fait mal, je pense. » affirma-t-il enfin, en référence bien sûr à ses propres expériences.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Sam 19 Fév 2011 - 18:13

Sous la confusion du jeune homme ténébreux, Ella ne parvint pas à se faire une idée concrète de la situation, incertaine quant aux propres sentiments de Pride, qu'elle avait cru véridiques. Les yeux rivés sur l'horizon, il semblait peser ses mots, chercher les phrases, alors que tout aurait dû être pourtant si simple. L'amour était donc un sentiment incompris et sournois auquel on ne pouvait pas vraiment donner de définition concrète? Elle avait gardé ses prunelles sur la silhouette de Pride, alors que ce dernier regardait au loin en réfléchissant aux propos qu'il lui servirait, sans doute. « C'est une sorte de procédé chimique et biologique ; la chimie sociale, et la biologie de ton corps. Tomber amoureux, c'est réveiller plusieurs régions de ton cerveau qui libèrent de la dopamine ou de l'oxytocine. Et... l'activation de certaines parties de ton cerveau provoque la stimulation de ton coeur et les fameux noeuds dans l'estomac. Pour un amour passionnel, la région du cerveau qui sera éveillée sera celle de la récompense, et d'autres régions cérébrales cognitives... » Dès lors que les phrases de Pride s'enchaînaient, la jeune fille entrouvrait légèrement la bouche, encore plus confuse qu'elle ne l'avait été au départ, si c'était possible. Elle ne voulait pas savoir ce qui se passait dans sa tête et les connexions biologiques qui se créaient dès lors qu'un sentiment trop fort tel que l'amour s'imposait, elle voulait savoir ce qui se passait dans son coeur. Comment elle pouvait être assurée de ne pas faire le mauvais choix, de ne pas se laisser chambouler par une plus forte amitié et ainsi éviter d'en être blessée. « Je ... » Incapable de préciser sa pensée alors que la moitié des mots qu'il avait utilisés lui étaient inconnus dès lors qu'il les plaçait dans un contexte trop pointu et trop scientifique pour qu'elle puisse les comprendre, Ella demeura silencieuse. « Tomber amoureux procure les mêmes sentiments euphoriques que lorsque tu prends de la cocaïne. » Baissant les yeux avec un léger sourire, la jeune fille ne pouvait pas comprendre ce qu'il avançait, pas plus que les mots trop sérieux qu'il avait énoncés avant. Elle avait presque l'impression que Pride parlait chinois tellement la réponse à sa question lui semblait impossible à donner simplement. « Bien sûr, tu ne te drogues pas. » « T'en sais rien! Peut-être que si! » affirma-t-elle en redressant un regard amusé sur son protecteur avant d'ajouter à nouveau, avant qu'il ne la renvoie chez Lawson en demandant à son tuteur de mieux la surveiller: « T'as bien deviné. »

« Dans le fond, c'est avant tout une réponse à notre nature humaine et nos instincts primaires : assurer la survie, et se reproduire... » Bien que cette fois, les propos tenus par Pride n'étaient pas difficiles à comprendre, la jeune fille demeura interdite alors qu'elle ignorait comment lui dire qu'elle ne ressentait pas une « envie de se reproduire », mais bien quelque chose de plus fort, quelque chose qu'elle ne parvenait pas à poser comme étant les bases d'un amour qu'elle aurait dû refouler au lieu de s'y interroger. « J'ai fait Harvard. » Ella redressa sur lui un regard un peu surpris, même si cette simple affirmation suffisait à lui faire comprendre que Pride préférait s'éterniser en discours scientifique plutôt que lui avouer ce qu'il croyait vraiment être l'amour. « ...Tu le sais, parce que ça te fait mal, je pense. » Abasourdie par les mots qui venaient de tomber comme une guillotine, la jeune fille dut serrer ses doigts autour de son cornet pour lui éviter de terminer sa course dans le sable alors qu'elle baissait les yeux, désormais pensive. Pour une fois, elle avait l'impression que Pride avait parlé avec sincérité, qu'il n'avait pas seulement fait que réciter des formules toutes faites apprises en cours, mais qu'il avait parlé avec son coeur. Se mordant la lèvre en détournant le regard pour fuir le sien, Ella délaissa la rambarde en s'éloignant un peu. « Je le savais. » murmura-t-elle en gardant les yeux baissés, rivés sur la glace qui fondrait à vue d'oeil si elle ne la terminait pas bientôt. « Ça sert à rien, alors. Si c'est pour faire mal. » affirma-t-elle en fronçant les sourcils, s'éloignant dans le chemin forgé pour les piétons non sans s'arrêter quelques mètres plus loin en posant de nouveau son regard sur la mer colorée des teintes d'un coucher de soleil qui parviendraient bientôt jusqu'à eux.

Est-ce qu'elle avait mal? Est-ce que Pride avait raison en disant que l'amour faisait mal? Bien sûr qu'il avait raison; Ella ne parvenait même pas à en douter une seule seconde. L'être humain était ainsi fait qu'il agissait toujours par rapport à ce qui lui plaisait et le comblait, sans vraiment prendre en compte les sentiments des autres. C'était ce qui s'était passé, avec son frère. C'était ce qui s'était passé avec Jed, qui avait voulu l'éloigner de sa vie. Et quand le destin s'en mêlait ... La jeune fille poussa un soupir et reporta son attention sur Pride, prenant quelques secondes de silence avant de lui confier ce qu'elle avait réellement sur le coeur. « Et si je ne peux pas m'en empêcher? Comment je fais pour ne plus y penser? » demanda-t-elle d'une toute petite voix alors qu'elle avait décidé de revenir au point de départ et de laisser de côté ces sentiments qui lui feraient mal, de toute façon. À quoi bon les laisser s'emparer d'elle alors qu'elle pouvait tenter de s'en débarrasser dès maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Lun 21 Fév 2011 - 23:53

Bien sûr, le discours scientifique était loin d'être le plus approprié pour une jeune adolescente en quête de véracité sur les sentiments. Néanmoins cartésien, et surtout ne sachant pas vraiment mettre des mots sur une terne beauté aussi abstraite que la notion amoureuse, Pride en bon petit soldat formaté de Harvard, avait laissé parlé sa précocité intellectuelle, plutôt que l'acerbe franchise de ses paroles. Il était moins question de lui donner un cours que de tenter une réponse : n'importe laquelle, pourvu qu'il ne demeure pas silencieux et décontenancé face à la question de Ella. Toutefois ses histoires d'oxytocine et autres méthodes de survie de l'espèce, avait laissé une demoiselle perplexe et sceptique face au charabia du jeune homme... jusqu'à ce qu'enfin son honnêteté crue ne le serve, et que Pride ne lui avoue toute l'ignoble beauté d'un mal vous rongeant les entrailles dès lors que l'on tombait amoureux. Et cette révélation qu'il pensait bénigne, fut pourtant un choc pour la demoiselle dont la main frêle se resserra sur le cornet de glace, de peur qu'il ne le lui réchappe. « Je le savais... Ça sert à rien, alors. Si c'est pour faire mal. » Et la demoiselle de s'éloigner, sous le regard de Pride qui souffla un bref soupir las face à la déconvenue de la jeune blonde. Ah, l'amour. Quel... infect sentiment, vraiment. Au terme infectieux bien sûr : c'était un délectable poison qui vous assaillait le palpitant autant que le cerveau, vous désinhibant complètement, et vous rendant déraisonnable. La sublimation d'une telle épopée n'était complète que si le bonheur contrastait à la souffrance. Autant de convictions qu'il se garderait bien de souffler à la jeune adolescente nageant en plein émoi amoureux. Rejoignant cette dernière, Pride resta néanmoins à distance raisonnable, ses yeux mordorés observant la petite blonde au regard baissé, à défaut de profiter du magnifique spectacle paysager s'offrant à eux. « Et si je ne peux pas m'en empêcher? Comment je fais pour ne plus y penser? » « Tu ne peux pas, c'est maladif. » souffla le jeune homme d'une réplique spontanée, qui eut le mérite d'attirer le regard de la blondinette troublée. Esquissant un sourire envoûtant face à l'innocence de cette première amourette naissant dans l'écrin d'un coeur d'adolescente, Pride plongea une main dans une de ses poches, le regard mutin et une moue à la fois complice et assurée. Sa voix suave portant l'ardeur d'une passion déjà vécue, vint alors le servir de nouveau. « Ce n'est pas toujours agréable, mais Ella si tu ressens ce genre de choses, c'est que tu es vivante. » Marquant une pause tout en tentant de se convaincre lui-même, Pride reprit alors son laïus. « C'est un noble sentiment... » Que de magnifiques paroles teintées de romantisme qui s'échappaient là des lèvres carmin de Berrington. « ...enfin je pense. » Ah, enfin la nuance était apportée, afin d'établir un peu de distance entre lui-même, et ces histoires d'amour. Sans une touche flegmatique, cela n'aurait pas été Pride, bien sûr. « Tu ne peux pas lutter contre, mais tu peux adoucir ta douleur. Si tu en parles au concerné. » Et soutenant le regard de la fillette, il attendit le moindre tressaillement dans ses yeux ternes, à l'affût du moindre sentiment pouvant la trahir, et lui permettant d'appréhender ses dires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Mar 22 Fév 2011 - 22:54

Arquant un sourcil en redressant désespérément la tête suite aux propos implacables de Pride, elle comprit qu'il n'y avait rien à faire et qu'abandonner des sentiments en cours de route était mission impossible à moins de déménager à Tombouctou. Mais quels sentiments? Elle n'avait pas le droit de tomber amoureuse, elle n'avait pas le droit de s'attacher à quelqu'un aussi fortement; c'était un mode de vie qu'elle s'était donné afin d'éviter de souffrir, mais elle se rendait compte à quel point elle n'était même pas capable de suivre ses propres règles. Tout le monde finissait toujours par partir de toute façon, elle avait presque perdu Jed et elle se haïssait de ne pas savoir quoi éprouver à son égard. C'était trop tard, désormais, pour tenter une diversion avec un « Ce n'est pas moi, c'est une amie. » puisque Pride verrait clair dans son jeu, qu'il comprendrait qu'elle tentait de cacher certaines choses derrière une façade. « Ce n'est pas toujours agréable, mais Ella si tu ressens ce genre de choses, c'est que tu es vivante. » Ella ferma les yeux en se mordant la lèvre, détournant le regard en le posant finalement sur l'immensité bleue devant elle. « C'est un noble sentiment ... enfin je pense. » « Ce n'est pas noble, c'est stupide! » affirma-t-elle en fronçant sévèrement les sourcils. « Quand on aime, on peut perdre. » murmura-t-elle en posant sa main sur la clôture pour tenter de l'empêcher de trembler. C'était d'un murmure douloureux que la jeune fille avait laissé son coeur parler pour elle, alors qu'on la trouvait bien jeune, sans doute, pour avoir de telles pensées. Elle ne savait pas comment faire taire cette émotion naissante et elle avait longuement espéré que ce n'était qu'une manifestation soudaine provoquée par la peur de le perdre. Peut-être était-ce le cas? Elle tenait à lui plus que de raison et les récents évènements l'avaient troublée, terrorisée et totalement chamboulée. Elle ne parvenait plus à distinguer le vrai du faux, ni même l'amitié de l'amour et sa peur de s'attacher aux gens, de leur faire confiance pour être encore plus déçue, suffisait à lui faire comprendre qu'elle devait demeurer prudente.

« Tu ne peux pas lutter contre, mais tu peux adoucir ta douleur. Si tu en parles au concerné. » Ella avait redressé ses prunelles dans celles de Pride alors qu'elle secouait la tête, avisée. « Je ne peux pas. » avoua-t-elle alors qu'un étau semblait lui enserrer la poitrine. Elle ne parvenait pas à s'imaginer plus tard, avec un mari et des enfants, elle n'avait jamais pu. C'était une vision de l'avenir qui lui clouait le coeur et c'est avec désillusion qu'elle reprit la parole, consternée. « Regarde-moi dans les yeux et dis-moi que tu n'as jamais été déçu. » demanda avec sérieux la petite blonde, consciente que Pride ne saurait mener à bien ce qu'elle le sommait de lui dire. Bien sûr qu'il ne pouvait pas compter pour dix, bien sûr que sa parole ne valait pas plus que celle d'un autre qui lui affirmerait peut-être qu'il filait le parfait amour et que rien n'était venu entraver ses sentiments, mais il avait le mérite d'avoir su acquérir sa confiance et Ella savait qu'il ne pourrait pas lui mentir ou du moins, elle l'espérait de tout son coeur. « Il y a des choses qui ne s'effacent pas. Toi aussi, tu le sais. » Ella n'avait jamais vu ses parents ensemble sans qu'ils ne s'engueulent, trop petite lorsqu'ils s'étaient séparés pour s'en souvenir. Elle n'avait jamais pu croire et s'inventer des rêves comme le faisaient les petites filles. Il n'y avait jamais eu de famille parfaite l'entourant, avec deux adultes qui échangent des baisers devant la cheminée. Jamais. La relation entre sa mère et son nouveau copain s'était avérée tout autant tortueuse, sinon plus, et Ella refusait de regarder les films d'une idylle passionnée, une sorte de publicité mensongère, selon elle.

« J'ai peur, Pride. » avoua-t-elle en baissant les yeux sur la glace désormais fondue, mais presque terminée qu'elle tenait toujours entre ses doigts. Elle fit un pas pour la jeter, alors qu'elle n'avait même plus faim. Elle refusait désormais de poser à nouveau ses prunelles dans les siennes, déstabilisée alors qu'elle ne savait même pas de quoi elle avait peur exactement. De tout, peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Jeu 24 Fév 2011 - 16:43

La franchise de Berrington contrastait avec un vocabulaire simplet que l'on desservait habituellement aux adolescents, comme si ces derniers étaient attardés. Car le jeune homme aurait pu lui répondre par quelques paroles aisées et dont le stéréotype se faisait mielleux et retors : quelque chose à l'eau de rose, décrivant les sentiments amoureux comme un ressenti délicieux et étourdissant. En un sens, cela n'aurait pas été un mensonge que de lui vendre la frivolité douceâtre d'un tel sentiment paradoxal, mais le fait principal que Pride avait pu retenir dans ses diverses épopées idylliques avait été le suivant : la douleur. La souffrance d'essuyer un refus, d'entendre un silence résonner à une déclaration sincère, l'agonie d'un départ, d'un retour, de voir l'être aimé avec un autre. La complexité du jeune homme ténébreux le poussait depuis toujours à se persuader que l'abandon était son compagnon le plus fidèle : la crainte d'être délaissé l'encourageait à rompre bien avant que cette fatalité ne lui tombe sur les épaules. Ainsi Pride Berrington abandonnait-il les autres, avant qu'ils ne l'abandonnent. Théorie sublimée du chaos. Voilà pourquoi c'était sans remords ni gêne qu'il lui parla avec sincérité des revers plus sombres qu'un sentiment amoureux pouvait engendrer ; et plus encore, pour mieux préserver Ella, autant lui rendre la chute moins douloureuse. Par ailleurs cette dernière ne semblait pas vouloir s'envoler très haut, au vu de sa réponse : se refusant d'en toucher deux mots à l'intéressé, elle désapprouva le conseil de Pride. Que pouvait-il bien lui dire, de toutes façons, lui-même jouait bien plus la carte du jeu cruel, plutôt que de la sincérité, face à un tel dilemme. La preuve en était sa situation d'aujourd'hui, qui le laissait entre la colère, le dépit, et le combat. « Regarde-moi dans les yeux et dis-moi que tu n'as jamais été déçu. » Face à une telle tirade lui arrachant un haussement de sourcil étonné, le visage du jeune homme se fit plus rembruni encore. Détournant un instant le regard, il eut alors un bref sourire en coin avant de passer une main sur ses joues râpeuses. Jamais, il ne lui était venu en tête de mentir à la jeune fille... Pas plus que de passer aux aveux. Le propre de Berrington, c'était qu'il ne parlait que rarement de lui. La preuve en était que si ses origines plus que modestes n'étaient pas un secret farouchement gardé, certains l'ignoraient encore, quand d'autres ne soupçonnaient pas même une enfance difficile et délinquante. Ainsi se contenta-t-il d'approuver en filigrane par quelques paroles amusées : « Tu es perspicace, pour une jeune fille de ton âge. » A seize ans, on se contente de vivre, et pas d'en tirer les conséquences. On ne parle pas de déception à venir, on anticipe éventuellement avec nonchalance sans en mesurer la gravité qui tombera sur nos épaules. La vérité était que derrière ces traits mutins et enfantins, se cachait une adolescente ayant grandi un peu trop vite. « Il y a des choses qui ne s'effacent pas. Toi aussi, tu le sais. » « Bien sûr. A quoi servirait la rancune, si on oubliait tout. » répliqua spontanément le sombre jeune homme dans des dires engagés, reflétant le prisme de sa personnalité complexe. Et la némésis était aux yeux du businessman un jeu cruel dont il ne pouvait se passer : la vengeance était si douce, quand on s'y attelait avec application. Puis finalement, le couperet tomba d'une voix amère : « J'ai peur, Pride. » Un bref soupir s'échappa des lèvres du jeune brun, comme la demoiselle jeta sa glace sous l'impulsion sans doute d'un estomac noué. Le dandy s'affaira à détailler le paysage quelques instants, avant de lever sa voix en un souffle suave, laquelle se faisait naturelle et détachée. Il n'y avait ni à dramatiser, ni à s'inquiéter de l'angoisse de l'adolescente, cette dernière ne devait pas se mettre en tête, que la peur était anodine. « Je sais. On l'est tous, face à ce genre de sentiments. Même moi. » avoua-t-il non sans froncer les sourcils, presque agacé par une telle faiblesse humaine qui l'habitait. Comme il aurait aimé, que son coeur soit plus hermétique encore. Cela lui aurait simplifié bien des choses, et la souffrance l'habitant alors, ne serait plus qu'un souvenir. « Mais tu es une fille courageuse, je le sais aussi. Si tu ne fais rien, tu n'auras jamais la réponse à la question que tu es venue chercher. J'ai pas toutes les réponses, Ella. » souffla-t-il dans une brève oeillade en coin, attribué avec malice à la demoiselle, avant de renchérir d'un haussement d'épaule. « Sauf si tu cherches un moyen sûr de braquer une banque. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Ven 25 Fév 2011 - 1:15

Bien sûr qu'elle avait compris que Pride avait déjà été déçu. Il avait avoué de par ses quelques mots voués à sa perspicacité qu'il avait souffert parfois. Ella ne se faisait plus d'illusions; elle n'attendait pas son prince charmant sur un cheval blanc comme certaines de ses amies avaient pu le faire, ce n'était pas pour elle. Elle avait tenté de prévoir les sentiments qu'avait pu avoir Pride et le hasard avait bien fait les choses, même si l'adolescente aurait préféré qu'il puisse lui avouer qu'en effet, un amour passionné et sans obstacles avait pu être possible. C'était justement la raison pour laquelle elle avait décidé de lui confier ses craintes; elle savait qu'il ne lui mentirait pas et elle ne s'était pas trompée. « Je sais. On l'est tous, face à ce genre de sentiments. Même moi. » Ce fut avec un léger sourire qu'elle accueillit ses propos alors qu'elle reportait son attention sur lui, se retournant complètement en appuyant son dos le long de la clôture. « Même toi? J'ai toujours cru que t'avais peur de rien. » affirma-t-elle avec une oeillade malicieuse, presque réjouie de savoir que l'amour l'effrayait aussi. Ainsi, elle se sentait moins stupide de ne pas savoir comment gérer des sentiments qui la dépassaient. Elle aurait tout de même préféré que tout soit plus simple, qu'elle n'ait pas à se poser toutes ces questions existentielles concernant une émotion qu'elle ne maîtrisait pas et dont elle ne voulait pas savoir grand chose. « Mais tu es une fille courageuse, je le sais aussi. Si tu ne fais rien, tu n'auras jamais la réponse à la question que tu es venue chercher. J'ai pas toutes les réponses, Ella. » « Alors là, tu brises le mythe! » rit-elle en s'amusant de sa propre répartie, nulle à souhait, il fallait bien l'avouer! « Au moins, tu sais parler d'oxyto-truc et expliquer les choses dans une langue inconnue, c'est déjà ça! » fit-elle alors qu'un sourire sincère étirait ses lèvres en une moue légèrement moqueuse, histoire de répondre à la malice qui semblait habiter le regard de son protecteur.

« Sauf si tu cherches un moyen sûr de braquer une banque. » Un rire délicat s'échappa des lèvres de la jeune blonde alors qu'elle secouait la tête non sans s'amuser des propos de Pride. « Alors comment on fait? » Faussement intéressée, elle avait haussé un sourcil comme si elle était dans l'attente d'une réponse. Elle n'était pas sans savoir que Pride n'était pas un enfant de coeur et à bien y penser, elle n'en était pas terrifiée plus que ça. Avec elle, il n'avait jamais commis de bévue et elle n'aurait que de belles choses à dire sur lui si on lui demandait de le décrire. Rien ne pouvait présager que l'homme qu'il était lorsqu'il n'était pas avec elle ne ressemblait pas tout à fait à l'homme qu'il était généralement; jamais elle n'aurait pu se douter de ce qu'il faisait de ses temps libres. À bien y penser, elle était bien incapable de l'imaginer autrement que comme le Pride qu'elle connaissait et c'était tant mieux.

« Comment c'était, toi? Ton premier amour? Raconte! » Curieuse, la jeune fille n'avait pas pu s'empêcher de lui poser la question alors qu'elle croisait les bras, un sourire niais accroché aux lèvres, trop intéressée pour laisser passer sa chance d'en savoir un peu plus sur le jeune homme. Après tout, c'était surtout elle qui avait parlé de sa vie à Manchester, de son frère qui s'était tiré elle ne savait où lorsqu'elle avait dix ans et de son père décédé. Elle lui avait ouvert son coeur, même si ça avait été difficile, mais elle n'en savait que très peu sur sa vie à lui, sur ses années passées, sur sa vie en général. Ce n'était pas une question de la plus haute importance, mais la réponse pourrait peut-être la réconforter en lui faisant prendre conscience qu'elle n'avait pas été la seule à se poser ce genre de questions, à être face au même genre de dilemme. Bien sûr, Ella n'avouerait jamais ce qu'elle ressentait puisqu'elle doutait encore de ses propres sentiments tout en croyant dur comme fer - peut-être tentait-elle de se persuader elle-même? - que ça ne pouvait amener rien de bon. « Je pourrai peut-être prendre exemple sur toi! » ajouta-t-elle avec un sourire amusé, désormais un peu plus calme et relaxée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Mer 2 Mar 2011 - 17:32

Une atmosphère légère vint reprendre ses droits, sous l'impulsion d'une adolescente qui vint adoucir sa colère et sa rancoeur ; détendant son dos raidi, esquissant un léger sourire jusque là inexistant, et laissant briller dans l'alcôve de ses yeux satinés une lueur mutine retrouvée, la conversation vira moins pesante pour son coeur de mésange qu'il fallait ménager. Un bref sourire en coin vint orner les lèvres de l'ancien escroc, alors qu'il toisa la jeunette non sans un regard plein de défi lorsqu'elle lui demanda les secrets d'un braquage de banque réussi, conformément à ce qu'il lui avait proposé. Mais le jeune homme arrogant ne vint pas renchérir, se contentant, pour une fois, de ne pas se faire monstre d'égoïsme mais bien de concentrer toute son attention sur les craintes de Ella. Car bien que cette dernière semblait rayonner un peu plus, Pride n'oubliait pas que les affres de l'amour se confondaient avec des démons endormis, et pouvaient refaire surface à tout moment. La jeunesse impétueuse de Pride ne l'empêchait guère d'être imposant : par son charisme et par la puissance d'une force brute qu'il dégageait, il demeurait une personne impressionnante difficilement abordable. Et pourtant, auprès de l'innocente Ella, voilà qu'il se faisait grand frère de substitut, se contentant d'écouter patiemment ses craintes sans jamais lui offrir en retour quelques paroles railleuses ou cyniques, qui étaient là sa signature malheureusement bien connue. La preuve en était que malgré la question inattendue de la jeune fille, Pride resta un instant muet, surpris par un tel intérêt pourtant légitime au vue de leur discussion peu banale, avant de passer une main leste dans le sombre de ses cheveux. « Comment c'était, toi? Ton premier amour? Raconte! » Un sourire amusé, et le jeune homme reporta ses yeux bruns sur le paysage safrané sans avancer un mot. Si l'égocentrisme faisait partie intégrante de sa personnalité, il ne prêchait guère par narcissisme : parlant bien peu de lui, c'était ce qui lui conférait une aura mystérieuse difficilement pénétrable. « Je pourrai peut-être prendre exemple sur toi! » Un bref rire gentiment moqueur s'échappa des lèvres blêmes du ténébreux jeune homme alors qu'il se retourna vers l'ingénue le toisant avec de grands yeux curieux. « T'es pas cap. » renchérit-il de sa voix suave, comme enfin il vint sortir une cigarette alors allumée au coin de ses lèvres effrontée. Redressant sa tête brune dans un nuage de fumée grisâtre, il eut alors un bref sourire avant de s'épancher sur son passé. « J'avais à peu près ton âge, j'avais dix-sept ans et j'allais de fêtes en fêtes toutes les nuits. Insatiable, intenable... instable. » souffla le jeune homme d'une langueur charismatique. « Et je l'ai vue à une soirée, si différente des autres. Plus rien n'existait autour de moi, tout le monde était si... insignifiant. J'ai marché vers elle, fendant la foule sans m'en soucier, sans les voir. Et... » Tournant ses yeux sombres vers la mine curieuse d'Ella qui buvait littéralement ses paroles, Pride s'amusait à insuffler quelques pauses à son laïus pour la laisser en suspens, racontant son premier amour comme on conte les déboires d'un prince parcourant un labyrinthe de ronces. « … Je lui ai tendu la main, et je suis parti avec elle. Je voulais l'enlever, car j'estimais que toute princesse devait se faire kidnapper, sinon il n'y a plus rien à raconter. On a vécu deux semaines intenses ensemble, juste elle et moi. » Entre alcool, drogues, courses de voiture, amusement et sexe... autant de sujets qu'il ne se permettrait pas d'aborder avec la jeune blonde qu'il pensait virginale. Haussant les épaules d'un geste qui se voulait nonchalant, Pride souffla un nouveau nuage de fumée avant de poser distraitement l'ambre de ses prunelles à l'horizon. « Puis on nous a séparés. Cette fille avait fugué de chez elle, il fallait qu'elle retourne à la case départ. Elle s'appelait Jaelyn Austen. » finit-il d'une voix suave et assurée, reportant l'intensité de ses yeux fauves sur le visage de la poupée blonde.


Dernière édition par Pride S. Berrington le Dim 6 Mar 2011 - 1:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Mer 2 Mar 2011 - 18:22

« T'es pas cap. » Sans doute pas, non. Et pourtant, la jeune fille redressa le menton sous l'orgueil naissant, refusant tout bonnement de lui affirmer qu'en effet, elle n'aurait pas l'audace de vivre la même chose que lui. « T'en sais rien! » Malgré son ton de voix faussement vexé, Ella eut un sourire délicat à son égard avant d'attendre avec impatience l'histoire de Pride. Lorsqu'il ouvrit la bouche afin de débuter son récit, l'adolescente fut pendue à ses lèvres, n'osant pas lui dire de raconter plus vite pour qu'elle en connaisse la fin avant son terme. D'un léger signe de tête encourageant pour qu'il poursuive, elle comprit qu'il faisait exprès de la laisser un court moment sans explication, ne serait-ce que pour la pousser à écouter encore plus attentivement. Il en vint à l'idée d'Ella que le jeune homme devait être excessivement doué pour entretenir les foules et pour se faire entendre. Son charisme ne faisait aucun doute et la jeune fille attendit avec la douceur d'un ange veillant sur son protégé, mordillant légèrement sa lèvre inférieure sous l'envie de tout connaître. « Puis on nous a séparés. Cette fille avait fugué de chez elle, il fallait qu'elle retourne à la case départ. Elle s'appelait Jaelyn Austen. » Si elle s'était attendue à une mauvaise fin, pour la simple et bonne raison que les histoires d'amour finissaient toujours mal, elle poussa un léger soupir de surprise, ses lèvres s'entrouvrant sans qu'elle ne puisse en laisser s'échapper des mots. Ainsi donc, Jaelyn ne lui avait pas tout dit! Non seulement ils s'étaient mis ensemble et ils s'étaient quittés, mais ils avaient déjà été tous les deux par le passé!

« C'était donc elle! » murmura-t-elle, émerveillée de voir qu'ils s'étaient retrouvés à Ocean Grove, après de nombreuses années sans doute. L'amour n'était peut-être pas si vil que ça, finalement! Et pourtant, une ombre vint tarir le coeur de la jeune fille alors qu'elle relâchait la rambarde pour faire un pas en direction de Pride. Ils s'étaient quittés. Ils s'étaient retrouvés, mais c'était pour mieux se séparer par après. Et pourtant, se rappelant les mots de Jaelyn lorsque la jeune femme était toujours paralysée, couchée au milieu des draps immaculés, Ella redressa ses prunelles, ravies, dans celles de Pride. « Elle t'aime encore, tu sais. » Loin de s'imaginer l'idylle renaissante entre les deux adultes, Ella croyait bien faire en rapportant les propos de la jeune femme, profitant du fait que le sujet soit sur le tapis pour tenter de le lui glisser subtilement. Bien sûr qu'il était avec Muse, ou du moins, c'était ce qu'elle croyait. Mais ce n'était qu'un détail, n'est-ce pas? Elle sentait son coeur un peu plus léger, même si elle savait qu'elle n'aurait jamais droit à ce genre de sentiments. Elle ne pouvait pas, ce n'était pas dans ses gènes. Elle avait glissé une main dans ses cheveux pour les ramener d'un seul et même côté de son visage, baissant doucement les yeux sous la sérénité qui s'emparait d'elle à cet instant. Tout était si beau, tout était si parfait. Jaelyn l'aimait encore et de la façon dont lui-même parlait d'elle, c'était réciproque. Jaelyn était encore à Ocean Grove. Pride l'était également. Que pouvaient-ils espérer de mieux?

« Jamais deux sans trois. » avoua-t-elle en redressant une moue malicieuse sur le jeune homme, consciente que ses paroles ne voulaient peut-être pas dire grand chose. « Tu sais ... Deux fois. Avec elle. La troisième, ce serait peut-être la bonne! » Confuse alors que c'était elle-même qui donnait des conseils, sans savoir, elle secoua la tête en riant légèrement. Tout ça n'avait pas de sens puisqu'elle n'y connaissait rien et qu'elle n'avait pas envie de le connaître. Elle n'avait pas envie de souffrir comme Jaelyn et Pride avaient souffert ou même encore comme Roméo et Juliette avaient souffert. Ou Tristan et Iseult. Ou même Rose et Jack, dans Titanic. Les comédies romantiques étaient bien loi de la réalité et c'était en observant les couples autour d'elle se déchirer qu'Ella comprenait enfin le vrai sens de leurs promesses et de leur amour. Des mensonges. Rien de plus, rien de moins. L'amour était vrai, peut-être, elle voyait bien au fond des yeux de Pride qu'il l'aimait profondément, mais pour combien de temps? Jusqu'à ce que l'amour disparaisse de lui-même? Jusqu'à ce que l'être aimé ne fasse une connerie qui va faire éclater en mille morceaux le coeur qu'il tentait de garder intact? Pourquoi vouloir tout ça alors qu'on pouvait s'en passer?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride Mer 9 Mar 2011 - 12:39

Par quelques non-dits et par quelques paroles légères, le jeune homme avait gardé pour lui l'intimité forte de ses souvenirs idylliques : racontant pourtant son premier amour à l'adolescente suspendue à ses lèvres, Pride se faisait orateur affriolant par le biais d'un tempo, d'une intonation et d'un timbre charmeurs. Néanmoins, ce dernier ne dévoila pas tout ; restant évasif par moments et conservant ses parts d'ombre, il n'offrit à Ella que les grandes lignes de son épopée. S'abreuvant de ses paroles comme un assoiffé auprès d'une fontaine, la jeune fille n'en demeura pas sur sa faim néanmoins. Au contraire l'invitant à parler toujours plus vite, souhaitant interrompre ses pauses figeant un suspens impitoyable, elle semblait voir dans l'histoire de Pride, quelque chose de romantique. Sans doute parce que la fleur de l'âge la poussait à s'imaginer mille et un princes charmants, des histoires idylliques et transcendantes, quelque chose loin de la rude réalité mais si proche de ces rêves qu'elle possédait plein la tête. Avide de terminer son récit comme leur relation avait fini brusquement, Pride ne ménagea pas la jeune Ella lorsqu'il en arriva à sa fin : avec rudesse, il lui expliqua rapidement la finalité de l'histoire. « C'était donc elle! » Arquant légèrement les sourcils, le jeune homme ne saisit pas de suite la réplique surprise de la demoiselle : il ignorait jusqu'à la rencontre d'Ella et Jaelyn dans les locaux de l'hôpital. Exaltée par la magie d'un récit dont le conteur même ne semblait plus y croire, la jeune fille se lança dans quelques remarques gonflant sa propre admiration joyeuse. « Elle t'aime encore, tu sais. » Et à ces simples paroles, échos sonnant comme creux à ses oreilles, Pride tourna ses yeux ambrés vers l'horizon, dans un nuage de fumée superficielle. Oui, non, peut-être. Avait-il seulement envie que la belle s'amourache de lui, lui dont la réputation de tortionnaire n'était plus à défendre. Muet et impassible face à l'exaltation naïve mais touchante de Ella, Pride ne pipa mot, happé par un silence équivoque : il ne voulait rien savoir, sans doute parce qu'il ne désirait pas y croire. « Jamais deux sans trois. » Cette fois, un bref rire étouffé s'échappa de ses lèvres vermeilles, son regard pénétrant venant crever l'horizon par la force ambrée de ses prunelles : brève moquerie gentillette, pointant du doigt l'adorable naïveté de l'adolescente. Il hocha très légèrement la tête d'un signe négatif, gardant en apparat son mince sourire jaune. « Tu sais ... Deux fois. Avec elle. La troisième, ce serait peut-être la bonne! » « Les opposés s'attirent... » souffla Pride d'une voix suave et tranchante, coupant la parole de la naïve demoiselle sans vouloir écouter la suite. « ... mariage pluvieux mariage heureux, l'erreur est humaine.... » Ses yeux mordorés se tournèrent enfin vers l'interlocutrice qui ne comprenait pas encore l'énumération de ces proverbes, jusqu'à ce que Berrington ne se décide à lui démontrer la futilité d'un 'jamais deux sans trois'. « Les antithèses se réfutent entre elles, un mariage sur trois finit en divorce, c'est l'être humain à lui seul qui est une erreur. Des foutaises. » Inutile d'en dire plus, le jeune homme avait prouvé par sa simple lucidité cartésienne qu'aucun proverbe ne tenait jamais la route. Ainsi termina-t-il cette conversation futile, par un froid polaire teintant légèrement le timbre de sa voix pourtant délectable : la force de son regard posé sur Ella, manifestait son envie d'en arrêter là. Pride interrompit ainsi la discussion par une attitude intransigeante, avant d'en revenir au sujet initial. « Fais-moi plaisir, et évite de tomber de haut. C'est mauvais pour ce que tu as. » Enfin, le jeune homme vint en terminer avec les réponses qu'elle était venue chercher : loin de vouloir se montrer trop brusque, Pride ne lui avait pas demandé de demeurer moins naïve, de faire face à la rude réalité, d'ouvrir les yeux et de comprendre qu'à chaque sentiment méritait sa douleur. Mais il n'en fit rien, préservant la candeur d'Ella, il préféra ainsi terminer l'échange sur quelques mots vagues mais sincères, accompagnés d'un bref sourire énigmatique.

TOPIC CLOS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: I wanna know what love is | Pride

Revenir en haut Aller en bas
 

I wanna know what love is | Pride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Crandon Park Beach & Port of Miami-