AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm now becoming my own self-fulfilled prophecy | Satyne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: I'm now becoming my own self-fulfilled prophecy | Satyne Ven 25 Mar 2011 - 23:58

    Par expérience, je savais que le mois de mars ne se passait jamais comme je pouvais l'espérer, ni même l'imaginer. Il y avait toujours un moment où je me retrouvais obligé de revoir mes plans à la baisse, voire même de les changer complètement, et ce de pire en pire d'une année à l'autre. Autant dire que là, j'avais éprouvé une légère angoisse en quittant février, me demandant ce qui allait bien pouvoir me tomber dessus cette fois... Mon couple ne tenant plus qu'à moitié, j'avais été prêt à parier là-dessus, sur une rupture définitive ou autre du même genre, comptant sur Parfaite pour dramatiser au possible sa demande de divorce avant de quitter une bonne fois pour toute le domicile conjugal. Je n'espérais pas que ça arrive, mais vu notre situation ça ne me semblait pas complètement impossible, et je l'aurais même compris. Après tout, on avait passé bien assez de bons moments ensemble pour préférer tout arrêter avant que les choses n'empirent vraiment et que les jumeaux n'en payent le prix, plus encore que nous. Et peut être qu'au fond le fait d'avoir eu des enfants si rapidement n'avait pas été une si bonne idée... Mais qu'est-ce qu'on pouvait en savoir avant d'essayer? C'était comme tout le reste dans la vie: tant que l'on ne sait pas à quoi quelque chose ressemble, on ne peut que l'idéaliser, et puis parfois se sentir déçu en découvrant ce à quoi ça ressemble dans la réalité-vraie. Mais je ne devais pas regretter, puisque après nous n'en étions pas encore là. D'ici quelques jours ou la fin du mois peut être, mais pour l'heure elle était toujours avec moi, à tenter de recoller les morceaux qui pouvaient l'être. Alors ne me restait plus qu'à espérer que la malédiction du mois de mars ne serait pas trop violente cette fois...

    Et je pensais très précisément à cette notion de "malédiction de mars" quand Satyne arriva. J'en étais à me demander si ce mois était vraiment pire que les autres ou s'il m'arrivait des tuiles tout au long de l'année que j'oubliais au fur et à mesure, incapable de me décider, penchant pour une hypothèse puis l'autre sans grande conviction. Quant au café que l'on venait de me servir, il ne m'aidait pas beaucoup dans ma réflexion, fumant tranquillement sans m'aiguiller le moins du monde. Plus je réfléchissais, et moins je trouvais de réponse. C'était idiot en plus comme type d'interrogation, mais elle m'avait traversé l'esprit et je ne parvenais plus à m'en défaire. Une chance donc que celle que j'attendais arrive, m'extirpant enfin de mon dédale de pensées, et je me levai pour la saluer et lui tendre une main qu'elle serra avec beaucoup de professionnalisme. Pour une première impression, elle était plutôt bonne.

    Bonjour!

    Le rendez-vous avait été fixé quelques jours auparavant, mon agent m'ayant prévenu qu'un journal souhaitait m'interviewer à l'occasion de la sortie de mon second roman. Sur le coup j'avais un peu hésité, ne me sentant pas encore trop à l'aise avec ce type d'exercice, et gardant le souvenir de la séance de présentation au public du premier, mais je m'étais finalement laissé convaincre. Un tête à tête avec une journaliste pour ne parler de rien d'autre que moi, comment aurais-je pu refuser de toute façon? Et puis les termes avaient été suffisamment bien définis pour achever de me mettre en confiance, et nous y voilà!
    Je ne connaissais de la journaliste que le nom avant qu'elle n'arrive, et avait été étonné par sa jeunesse: moi qui m'était attendu à une femme d'âge mûr, critique et quasi-rigide derrière son bloc-note, j'avais droit à une version "améliorée". Pour le peu d'appréhension qui me restait, elle s'était envolée. Après tout, à choisir, je préférais quelque chose de pas trop formel plutôt qu'un interrogatoire en bonne et due forme. Bon, je pouvais quand même me tromper sur sa façon d'agir, rien ne me disait qu'elle n'était pas une maniaque du détail littéraire, mais ce n'était pas comme si cela avait été écrit sur son visage.
    Elle sortit ses affaires en échangeant quelques banalités avec moi, s'installant de manière à pouvoir bien travailler, et ce tandis que je sentais une légère boule d'angoisse se former dans le fond de mon estomac: le trac? Après tout, je n'avais pas l'habitude de ce genre de chose, et ça en était un peu impressionnant... mais je le sentais bien. Je pris ma tasse de café, avalant une petite gorgée de liquide encore brûlant, puis la reposai sur sa soucoupe. Satyne semblait prête, un serveur ayant entre temps déposé une boisson à côté d'elle, et me regardait.

    Quand vous voulez...

    C'était un top départ lancé avant que je ne trouve une excuse bidon pour me défiler et repousser un peu la chose, une façon presque kamikaze d'accepter le fait que les choses sérieuses commençaient. A partir de maintenant, je ne serais plus juste un petit écrivain parmi tant d'autre de par le monde, mais l'un de ceux sur qui l'on miserait. Cette interview, c'était bien dans ce sens, non?
Revenir en haut Aller en bas
 

I'm now becoming my own self-fulfilled prophecy | Satyne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-