AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: « I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker Mer 13 Avr 2011 - 12:28

« Aouch ! »

Le visage de Liam se crispa, alors qu’il penchait légèrement la tête pour mieux observer la coupure qu’il venait de s’infliger par distraction. Il posa son rasoir sur le bord de l’évier et farfouilla dans sa pochette de toilette, à la recherche d’un sparadrap. S’impatientant de ne pas trouver ce qu’il désirait, il l’emporta dans la chambre et renversa le contenu sur le lit. Là, au milieu de divers crèmes et objets, il trouva la boite de sparadraps et il l’ouvrit maladroitement avant de retourner devant le miroir pour l’appliquer avec soin sur la goutte de sang qui perlait sur sa gorge. Il laissa ensuite retomber ses mains et il observa son reflet d’un air sérieux, comme s’il se jugeait lui-même par l’intermédiaire de la glace. Il ne put cependant pas longtemps rester pensif car une sonnerie de téléphone le sortit de ses pensées et il retourna dans la pièce principale, faisant le tour du lit pour approcher la table de chevet sur lequel l’appareil vibrait et s’éclairait, annonçant un appel. Le nom de patron apparut sur l’écran et il pressa simplement le bouton « raccrocher », n’ayant pour l’instant aucune envie de s’adresser à ce traitre. D’humeur rancunière, Lee n’avait aucune envie de lui parler après la façon dont leur dernière conversation s’était terminée : lui, au bord de la crise de nerfs, l’autre, se moquant sans scrupule de sa situation. Il reposa son téléphone à sa place initiale puis retourna terminer sa besogne.
Personne ne savait où il était. Il n’avait pas encore contacté son frère, encore moins sa demi-sœur. Même Philippe ignorait encore sa localisation mais il ne faisait aucun doute que, dans un avenir proche, il serait forcé de se montrer, ce qui ne l’enchantait guère.
Il était arrivé à Miami quelques jours plus tôt. Il avait fui l’Asie avec la frousse de sa vie, et il était loin d’en être fier. Il était parvenu à Los Angeles et il aurait très bien pu s’y installer quelques temps si les images de Miami n’étaient pas venues danser devant ses yeux, comme pour le pousser à aller à l’encontre de ce qu’il voulait, comme pour lui signifier qu’au plus il retarderait ce retour aux sources, plus les souvenirs l’assailliraient, pour lui prouver que c’était là sa place et non quelque part à l’autre bout de la planète. Bien entendu, il ne supportait pas cette perspective, mais sa vie avait pris un tournant inattendu et il avait vu là l’occasion de faire ce pas vers ceux qu’il avait abandonné, qu’il avait tâché d’oublier, en un certain sens, sans y parvenir vraiment. Difficile, en effet, de rayer de sa vie le fait qu’on a un frère jumeau, plus qu’un frère de sang, une véritable moitié, même si on cherche à la renier. Il ignorait d’où sortait cet élan nostalgique, tout ce qu’il savait, c’est qu’il le taraudait depuis quelques mois et que faute de mieux, faute d’avoir un endroit où échouer, il avait opté pour cette échappatoire. Et maintenant, il était là. Aussi paumé que le reste du temps, mais avec le sentiment d’avoir un filet de sécurité en la personne de son frère. Tout ce qu’il avait à faire, c’était presser un bouton et écouter le son familier de sa voix. Tout ce qu’il avait à faire, c’était annoncer qu’il était là, à Miami, aussi incroyable que cela puisse paraitre. Mais il n’y arrivait pas. Parce que révéler sa présence équivaudrait forcément à faire naitre un interrogatoire sans fin et il ne se sentait vraiment pas la force de mentir, encore moins de révéler la vérité. Combien de temps resterait-il ainsi ? Il l’ignorait. Il fuirait un moment, à son avis, mais il ne pouvait pas rester cloitré dans cette chambre d’hôtel. Il avait besoin de prendre l’air et si cela augmentait les risques de croiser un visage connu, tant pis. Il s’en mordrait les doigts mais il ne pouvait tout simplement pas rester assis à ne rien faire, sa patience ayant des limites.
Il quitta donc son appartement aux alentours de midi. Il avait revêtu un jean décontracté et une chemise sombre plutôt légère. Le portefeuille soigneusement calé dans la poche arrière de son pantalon, il sortit de la chambre et la referma soigneusement derrière lui avant de prendre le chemin de la réception. Il y trouva une demoiselle qui avait l’air de s’ennuyer ferme et il décida de perturber son absence de travail en venant lui poser une question. Croisant les bras sur le comptoir en jouant machinalement avec ses clefs, il s’enquit :

« Est-ce que vous pourriez m’indiquer un endroit où je pourrais manger tranquillement ? »

Le regard morne qui se leva lentement vers lui le laissa de marbre et il haussa les sourcils, l’air de dire « oui, j’attends une réponse, pas besoin de me regarder avec cet air stupide ». Elle sembla comprendre le message parce qu’elle se redressa avec un soupir et s’exclama, sur un ton aussi enjoué que sa figure le lui permettait : « Fairway Place est pas mal. Y a le Starbucks et compagnie. Sinon y a Coco Walk, un peu plus peuplé… » Liam attendit la suite, qui ne vint manifestement pas et il se redressa, quittant la demoiselle d’une remarque narquoise :

« Ok. Merci pour votre aide et votre engouement. »

Elle ne chercha même pas à répondre. Il ne fut même pas certain qu’elle l’avait écouté et il abandonna l’hôtel en se disant qu’il était vraiment urgent qu’il se trouve un toit plus agréable que ce contexte dans lequel il vivotait depuis son arrivée.
Fairway Place lui plut immédiatement. Il ne savait pas exactement pourquoi, n’étant pas venu dans la perspective d’admirer le décor et ce qui s’y trouvait. Mais un sentiment agréable l’envahit et il ne tarda pas à opter pour le Starbucks, au lieu de s’engouffrer dans un restaurant du coin. C’était peut-être tout simplement le fait d’avoir retrouvé un univers qu’il pensait avoir mis derrière lui, si lointain de ce qu’il avait connu comme effervescence sur le continent asiatique.
Vu l’heure de pointe à laquelle il s’était manifesté, il trouva sans grande surprise une file de taille impressionnante et c’est bien parce qu’il avait décidé de s’arrêter ici et pas ailleurs qu’il fit preuve de patience et quand vint son tour, il commanda sa boisson habituelle. Chaque fois qu’il se disait qu’il allait tenter autre chose, son regard revenait indubitablement vers son péché gourmand et il ne résistait pas à l’envie de la commander, au risque de ne jamais évoluer.
Il trouva une place dans un coin de la salle et il s’installa sur un tabouret haut et entreprit de sortir les quelques brochures qu’il avait trouvées au sujet de Miami. A défaut de vouloir revoir immédiatement les visages de son frère et de sa demi-sœur, il voulait apprendre à connaitre la ville avant de se décider s’il allait oui ou non rester.


Dernière édition par Lee Lancaster le Lun 13 Juin 2011 - 11:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker Sam 16 Avr 2011 - 23:42

En cette journée ensoleillée, la chaleur était étouffante. On avait beau être au mois d'avril, il ne fallait pas oublier que c'était en Floride que Nuala Parker vivait. Et il était plus que rare que la température descende en deçà des 10 degrés, même en hiver. Ce climat était parfait pour les touristes, mais Nuala avait parfois du mal à s'adapter à une telle chaleur, malgré son jeune âge. Elle avait beau vivre ici depuis plus de deux ans... c'était dans ces moments-là qu'elle regrettait de ne plus vivre à Chicago où la température était tout à fait agréable à cette période de l'année – ni trop chaud, ni trop froid. D'un autre côté, elle préférait les hivers de Miami... On ne pouvait pas tout avoir. Cependant, cette journée était vraiment invivable et pour cause : la climatisation était défaillante dans le bâtiment où le siège de Be It se trouvait, et Nuala avait donc décidé de quitter les bureaux pour aller travailler dans un endroit où elle réussirait à respirer. Elle prit les dispositions nécessaires pour que les appels lui soient transférés directement sur son portable, et quitta les lieux. La directrice artistique hésita un moment sur l'endroit où elle s'installerait pour travailler ; le parc lui faisait sincèrement envie, à l'ombre d'un arbre, mais elle était à peu près certaine qu'il serait rempli et elle avait besoin d'un minimum de calme pour être capable de réaliser un travail efficace. D'un autre côté, elle ne tenait pas particulièrement à travailler chez elle parce qu'elle se connaissait assez pour savoir qu'elle ne verrait pas le temps passé, et travaillerait plus que de mesures. Alors, déjà qu'on lui reprochait de travailler trop... Elle décida donc de faire un détour par le Starbucks en attendant de prendre une décision. Evidemment, comme à son habitude, celui-ci était rempli à craquer, et elle dut patienter de longues minutes pour obtenir son frappucino café-caramel. Sa chance tourna cependant, puisque une place se libéra au moment même où elle réglait l'addition. Elle hésita l'espace d'une demi-seconde, puis décida de s'y installer ayant eu le réflexe de prendre son laptop avec elle. Nuala serait finalement tout aussi bien ici. L'endroit avait beau avoir beaucoup de passage, et être toujours plein, les gens gardaient un niveau sonore plutôt raisonnable. Avec un peu de musique dans les oreilles, tout devrait se passer pour le mieux. Elle s'installa donc rapidement et se mit tout de suite au travail. Si elle avançait assez rapidement – et cette fois-ci, les stagiaires ne seraient pas là à la retarder -, la jeune femme pourrait probablement profiter du soleil en fin d'après-midi.

La miss Parker devait être là depuis environ une heure à pianoter sur son clavier avec acharnement, et concentration lorsqu'elle se décida à relever la tête. Elle laissa un long soupir sonore s'échapper de ses lèvres, et regarda autour d'elle, s'étirant les jambes par la même occasion. Tandis qu'elle sirotait sa boisson, un frisson lui parcourut l'échine alors qu'une silhouette familière se dessinait devant ses yeux. Il n'y prêta cependant aucune attention ; la personne à qui elle pensait se trouvait quelque part en Asie, et non à Miami. Nuala se remit donc au travail, une sensation de malaise ne la quittant pourtant pas. Son premier réflexe fut donc de sursauter en entendant la sonnerie de son téléphone. Inutile; il ne s'agissait que Leila qui voulait s'assurer qu'elle n'avait besoin de rien – et plus particulièrement, lui demander si elle pouvait finir plus tôt. « A une semaine de la clôture de la prochaine parution ? Tu te moques de moi, là ? Tu rêves, Leila. Retourne au travail. » Elle n'attendit pas la réponse de sa collaboratrice, et lui raccrocha au nez. Ces derniers temps, celle qui sur Nuala avait toujours pensé pouvoir compter, se montrait particulièrement distraite, et peu à même de faire correctement son travail. Si elle continuait ainsi, la jeune femme devrait avoir une sérieuse discussion avec celle-ci – discussion qu'elle avait retardé par respect pour tout le travail que Leila avait su fournir auparavant.

La jeune femme tenta de se remettre au travail, mais ce fut sans succès. Il y avait un peu plus de bruit, et si cela ne l'avait pas dérangée lorsqu'elle travaillait, maintenant qu'elle avait fait une coupure, ce n'était pas la même histoire. Elle attrapa donc ses affaires, demanda à sa voisine de table de garder sa table ; elle allait juste prendre quelque chose à manger. Mais alors qu'elle s'apprêtait à se replacer dans la queue, la demoiselle aperçut de nouveau la silhouette familière, et cette fois-ci, elle n'eut aucun doute ; il s'agissait bien de Lee Lancaster. Sa gorge se noua, et elle sentit la moutarde lui monter au nez. Que faisait-il là ? De quel droit était-il à Miami ? Rapidement, la jeune femme vérifia autour d'elle qu'il était seul, puis après avoir hésité une seconde, se dirigea vers lui d'un pas décidé. Si il se pensait le bienvenu ici, elle avait toutes les intentions de lui faire comprendre que sa place était aussi loin d'elle que possible. Peu importait la raison de sa présence ici, elle ne connaissait que trop bien les rouages de sa profession – et son employeur, accessoirement – pour tolérer qu'il ne vive dans la même ville qu'elle. La jeune femme tenait à rester libre de ses mouvements, sans avoir quelqu'un sur son dos. Elle prit une longue inspiration puis franchit le dernier pas qui les séparait. Assis sur son tabouret, le jeune homme semblait plonger dans la lecture de brochures sur... Miami. Cela ne présageait rien de bon, selon Nuala. Il envisageait donc de rester. Avant qu'il ne remarque sa présence, et prenne donc le contrôle de la discussion appuya son coude sur la table sur laquelle le jeune homme était appuyé, arborant son sourire le plus hypocrite. « Bonjour Lee. » Elle attendit qu'il relève la tête vers elle, et continua bien décider à ce qu'il comprenne son point de vue. « Dans un élan de générosité, je te propose un aller simple, et direct pour Tokyo. Mais tu préfères peut être Osaka ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker Lun 18 Avr 2011 - 20:38

Le regard chocolat parcourait les fascicules, s’arrêtant sur certaines images, lisant en diagonale le texte écrit en tout petit caractère. Comme toujours, il commençait par se pencher sur les légendes des photos. Il n’avait jamais eu la patience de lire les colonnes explicatives avant de découvrir à quoi correspondaient les monuments qui se trouvaient sous ses yeux. Alors il faisait l’inverse. Il assouvissait sa curiosité et reprenait ensuite sa découverte du petit livret. Mais aujourd’hui, il était distrait. Il lisait mais n’enregistrait rien. L’information s’envolait aussitôt ingérée et pour cause : il était à Miami. Il n’arrivait pas à s’y faire. Il avait vécu si longtemps en Asie que retrouver des Occidentaux lui paraissait étrange. Tout comme être cerné par des accents Américains divers. Il avait pris l’habitude de devoir tendre l’oreille et se concentrer quand on s’adressait à lui dans sa langue maternelle. Or, ici, il comprenait parfaitement ce qui se disait et il ne réalisait qu’à présent la paix qu’il ressentait à être immergé dans une langue qu’il ne comprenait que sommairement. Là où il était, il ne prêtait pas attention à ce qu’il se tramait autour de lui puisqu’il n’intégrait pas grand-chose des discussions alentours. Ici, chaque éclat de voix, chaque rire, chaque interpellation le tirait de ses pensées et il en attrapait un mal au crâne agaçant.
Un soupir émana du jeune homme alors qu’un couple se chuchotait des mots d’amour à l’oreille. Entre les bruits de succions et leurs gloussements idiots, il ne parvenait pas à se concentrer. Ce n’était même pas qu’il cherchait à écouter leur conversation privée, c’était juste que les mots qui s’échappaient de leurs lèvres se glissaient directement dans son oreille avisée et, par conséquent, il n’y avait aucun moyen pour qu’il fasse abstraction de leurs soupirs et baisers. Il leur adressa bien l’un ou l’autre regard, pour leur faire comprendre qu’ils pouvaient aller faire leurs mamours ailleurs mais soit ils l’ignoraient complètement, soit ils n’avaient même pas conscience de l’irritation qu’ils provoquaient chez leur voisin. Liam se tourna légèrement, comme si ne plus apercevoir leurs silhouettes du coin de l’œil lui permettrait de se concentrer sur autre chose. Il attrapa l’anse de sa tasse et la porta à ses lèvres, quand il entendit une voix désagréablement familière s’exclamer, de but en blanc. « Bonjour, Lee » Il leva le nez de sa tasse, la posa doucement en se passant la langue sur la lèvre supérieure pour effacer les résidus de son café, et contempla la femme magnifique qu’il avait devant lui. S’il n’avait pas ressenti cette bouffée d’agacement à la voir, il aurait certainement pu apprécier la beauté fatale qui le toisait. Mais ils avaient un passé bien trop entrelacé pour qu’il voie au-delà de la hargne qu’elle faisait naitre en lui, comme si ce n’était pas suffisant qu’il soit sur les nerfs depuis son arrivée à Ocean Grove. « Dans un élan de générosité, je te propose un aller simple et direct pour Tokyo. Mais tu préfères peut-être Osaka ? » L’envie d’ignorer ses sarcasmes était tentante mais il connaissait suffisamment le personnage que pour savoir qu’elle ne le lâcherait pas aussi facilement. Aussi répondit-il sur le même ton, un sourire narquois aux lèvres :

« Bonjour à toi aussi ! »

Il referma la brochure sur laquelle il avait tenté de se concentrer ces dix dernières minutes, sans succès. Ce n’était certainement pas avec Nuala Parker qu’il allait tout d’un coup parvenir à ingérer les informations. Il désigna le tabouret libre en face de lui, invitant sa meilleure ennemie à s’installer. Puisqu’ils étaient voués à se parler, autant mettre les choses directement au clair.

« Quoi que tu t’imagines, j’ignorais que tu t’étais réfugiée ici. » Il repoussa les brochures et croisa les bras sur la table, dévisageant la jeune femme. « Le hasard fait visiblement bien les choses. Tu n’es jamais tombée sur mon frère ? »

Il était vrai qu’elle lui connaissait un frère jumeau. Personne n’ignorait l’état de sa famille, sans pour autant qu’ils sachent exactement ce qu’il avait vécu. Liam avait toujours été assez vague quant à ce qu’il considérait comme sa vie privée. Moins les gens en savaient, mieux il se portait et cela s’était avéré plutôt judicieux à de nombreux égards.

« Mais finalement, c’est parfait. Je connais pleins de gens qui seraient ravis de savoir ce que tu deviens, je me ferai un plaisir de leur donner de tes nouvelles, si tu veux. Ça t’évitera des désagréments. »

Il était mauvais, il le savait. Mais ils ne s’étaient jamais épargnés. Ils avaient toujours éprouvés une inimitié profonde et sans réel fondement. Leur hostilité avait été quasi immédiate. Leur aversion, exposée sans qu’ils sachent la dissimuler et le fait qu’ils aient été forcés de se côtoyer pendant des années n’avaient pas arrangé leurs affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker Mer 20 Avr 2011 - 21:13

Si il y avait une chose que Nuala détestait, c'était avoir des ennemis. N'y voyez pas là une volonté de se faire aimer de tous, ou une crainte de l'affrontement, cela n'avait aucun rapport. La jeune femme avait parfaitement les pieds sur terre, et elle savait que le genre de personnalité qu'elle avait déplaisait. Elle était déterminée, ne se fixait aucune limite, et si elle n'appréciait quelqu'un, elle n'hésitait pas une seule seconde à leur montrer. Mais la jeune femme voyait le fait d'avoir des ennemis comme une énorme perte de temps. Peut être était-ce de la maturité, ou peut être était-ce simplement une question de rentabilité pour la demoiselle, mais elle trouvait ridicule de passer un temps fou à chercher comment se faire des coups bas, blesser la personne concernée, et donc passer du temps à se renseigner sur la personne, sans avoir aucun but derrière, sans que cela ne puisse apporter quoique ce soit... Elle n'en voyait pas réellement l'intérêt. C'est pourquoi si la jeune femme n'avait que peu d'amis – il fallait la supporter, tout de même -, elle avait encore moins d'ennemis. Pareillement, rares étaient les personnes que la jeune femme détestait. Elle n'accordait que trop peu d'importance aux autres pour prendre le temps de les côtoyer au point de les détester, et quand bien même il s'agissait de quelqu'un qu'elle avait apprécié par le passé, elle tournait la page à une vitesse telle que si elle ne pardonnait pas, elle ne se rendait pas malade pour autant de la perte de cette personne. Les choses étaient différentes avec Lee, et c'était sans aucun doute ce qui l'avait poussé à aller lui parler – en plus de la crainte de tomber sur une autre personne sans y être préparée. Elle ne se l'expliquait pas ; dès la première fois qu'elle l'avait aperçu, quelque chose s'était déclenché en elle, sans comprendre réellement ce que c'était. Lorsqu'il se trouvait dans la même pièce qu'elle, un frisson d'effroi parcourait son corps, et il faisait ressortir ses pires instincts. Jamais n'avait-elle ressenti tant de haine envers quelqu'un. C'était quelque chose qui était ancrée en elle, qui coulait dans ses veines, et qui les poussait tous les deux à les pires bassesses. La seule raison pour laquelle ils ne se battaient pas en duel – de manière moderne, pas littéralement – était sans aucun doute car ils connaissaient l'emprise que l'un comme l'autre pouvait avoir sur leur carrière, leur avenir, et leur réputation. Ils se contentaient donc de se toiser du regard, de prendre la température, et de temps à autre de rappeler à l'autre l'étendue de leur haine, et du peu de considération qu'ils avaient pour l'autre. Du moins, cela avait été comme ça pendant un long moment entre eux. Cela faisait maintenant deux ans qu'ils ne s'étaient pas vus, à leur plus grande joie réciproque – ils savaient au moindre s'entendre là dessus -, et lorsqu'elle l'avait vu ici, la demoiselle avait espérer se tromper, qu'il s'agisse du frère jumeau dont elle avait vaguement entendu parlé, ou que l'animosité qui les représentait soit apaiser. Mais à vrai dire, les sentiments semblaient plus être décuplés qu'autre chose. Elle pouvait dire ce qu'elle voulait, quelque part Nuala avait besoin de cette haine. C'était un sentiment aussi délectable que repoussant – la jeune femme savait d'ores et déjà qu'elle adorerait faire de sa vie un enfer. Elle ne bougea pas lorsqu'il lui fit signe de s’asseoir en face de lui. Et puis encore ? Il comptait lui offrir le café – avec de l'arsenic dedans, évidemment  - par la même occasion ?

Lee eut tôt fait de lui rappeler qu'il pouvait faire de sa vie à elle un enfer également, et il fallait l'avouer, la jeune femme ressentait une légère déception à cette idée, aux limites que cela impliquait. Rares étaient les adversaires à la taille de Nuala, mais Lee était un des rares à avoir su acquérir son respect. La façon dont il agissait – tout dans la subtilité, tout pour que l'autre sache qui a agit, mais qu'il soit le seul à pouvoir le dire, tout dans la sournoiserie, et sans jamais tomber dans le cliché – ressemblait énormément à celle de Nuala, et si elle ne l'avouerait probablement jamais, elle avait pris goût au jeu qui s'était installé entre eux – même si il était principalement constitué de joutes verbales – et lorsqu'elle avait quitté Chicago pour Miami, ne le voyant plus du tout par la même occasion, elle avait regretté de ne pas avoir adversaire à sa taille, avec l'aura et l'intelligence de Lee – car elle devait bien lui concéder cela, son intelligence n'était pas contestable de quelque manière que ce soit. Elle le laissa donc continuer, et ne perdit rien de son sourire une fois qu'il eut fini. Pourtant, Lee comme toujours avait frappé en plein coeur, et ils en avaient tous deux conscience. Si il se trompait clairement sur les raisons qui avaient poussé la demoiselle à choisir Miami, il avait très bien compris que Nuala menait ici sa vie sans avoir de compte à rendre à personne, et ne tenait pas à ce que l'on aille répéter chacun de ses faits et gestes – ou même un seul d'entre eux – à des personnes qu'elle considérait comme des fantômes du passé ; fantômes à temps partiel puisqu'elle n'avait pas rompu tout contact mais les choses étaient compliquées et il était inutile de les compliquer davantage. C'est donc la voix un chouilla plus tendue mais pourtant déterminée qu'elle répondit, sans la moindre hésitation. « Pas la peine de donner de mes nouvelles. Ne crois pas assez important pour être au courant de tout ce n'est visiblement pas le cas. Premièrement, parce que tu saurais que je donne des nouvelles régulièrement. Secondement, parce que si tu n'es pas là pour moi, tu n'as rien à faire d'officiel à Miami. Les liens du passé sont toujours aussi forts, Lee. Et je sais quasiment tout de ce qui se trame en Asie, n'en doute pas un seul instant. » Elle ne s'arrêta que pour le laisser réfléchir à ce qu'elle disait, puis reprit, à peine quelques secondes après s'être interrompue. « Quant à ton frère, j'ignorais qu'il se trouvait ici. Mais c'est une information que je garde en tête. Elle pourra toujours me servir si tu te montres trop... envahissant. » Et c'était en effet une information précieuse qu'il venait de lui donner. Lui qui était si réticent à parler de son passé, elle obtiendrait probablement plus facilement quelque chose de son jumeau – ou en tout cas, elle pourrait essayer. Elle tourna donc les talons, et se plaça dans la file pour commander son breuvage. Mais leur entretien n'était pas fini, elle le savait. Jamais Lee ne permettrait qu'on menace ainsi sa famille sans riposter – il l'avait prouvé maintes fois par le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker Dim 1 Mai 2011 - 18:15

Honnêtement, Liam n’avait aucune envie de voir Nuala envahir son paysage. Ce qu’elle faisait de sa vie, il s’en contrefichait ouvertement. De ce côté-là, elle n’avait jamais rien à craindre du jeune homme même s’il ne s’était pas gêné pour sous-entendre que ce qu’il savait sur elle pouvait lui servir le jour où elle deviendrait trop encombrante. Une menace qu’il n’avait jamais mise à exécution pour la simple et bonne raison qu’elle n’était pas un danger dans ses affaires et comme lui n’avait aucun intérêt à se mêler des siennes, ils étaient toujours plus ou moins rester sur leur territoire, reléguant leur relation à un terrain neutre qui frisait bien souvent l’animosité. Mais la beauté n’était pas un atout suffisant pour qu’il lui passe tous ses caprices, surtout que ceux de Nuala avaient l’art de l’agacer au plus haut point. D’ailleurs, quand il était en sa présence, lorsqu’il la côtoyait presque quotidiennement, il était devenu un expert d’indifférence, ayant cultivé une surdité bienvenue lorsqu’elle commençait son manège. Nuala Parker avait un pouvoir de séduction impeccable et elle le savait et en usait sans honte. Elle ne se départait jamais de son assurance et si cela avait quelque chose d’ultra sexy chez la gente féminine, chez Nuala, cela avait le don de hérisser les poils de Liam. Il ne savait même pas pourquoi elle l’irritait autant. Peut-être parce qu’elle pouvait s’avérer aussi dangereuse pour lui que lui pouvait l’être pour elle mais dans tous les cas, leurs tempéraments n’étaient vraiment pas faits pour s’accorder et le fait qu’il la retrouve ici, à Miami, où son frère et sa sœur vivaient, était loin de l’enchanter.
Si elle ne l’avait pas abordé avec tant de suffisance, il aurait peut-être opté pour une attitude moins revêche, moins méfiante, il aurait tenté une approche un peu mesquine pour savoir ce qu’elle faisait là mais jamais il ne l’aurait attaquée de front. Visiblement, elle n’était pas du même avis puisqu’elle avait montré ostensiblement son hostilité et son irritation à le voir là, ainsi que sa volonté de le voir déguerpir sur le champ. S’il aurait été ravi de lui faire cette faveur en d’autres circonstances, il ne laisserait pas si facilement ce ton provocateur et hautain venir imposer une pression qu’il ne désirait en aucun cas. Aussi la jaugea-t-il avec dédain. Il y avait des mois qu’il n’avait plus croisé son visage aux traits fins et réguliers qui attiraient tous les regards. Il y avait longtemps qu’il n’avait plus eu à affronter son regard perçant et victorieux, un regard qu’il détestait par-dessus tout. Il était habitué à provoquer une certaine méfiance, un certain recul chez les gens. Son attitude faisait tout le boulot. Mais pour une raison qu’il ne s’expliquait pas, avec Nuala, tout était exacerbé. Sa méfiance devenait du dégoût, son recul, un véritable rejet, comme s’il risquait par sa seule présence de la mettre dans de beaux draps et, en un sens, maintenant il avait ce pouvoir, alors qu’il ne l’avait pas auparavant. À force de voir un envers du décor peu reluisant, il avait appris à garder certains détails pour lui, et à les ranger dans un coin de sa mémoire, pour que cela puisse lui servir le moment venu. Le monde de la finance et du marketing était une véritable jungle, et Nuala le savait tout autant que lui.
Il décela une certaine tension dans sa voix et un rictus satisfait orna ses lèvres alors que son regard mauvais détectait chez elle toutes sortes de petits tics, des choses qui auraient pu passer inaperçues pour un regard novice mais qui s’avéraient révélatrices pour l’attention acérée du jeune consultant. « Pas la peine de donner de mes nouvelles. » Il avait touché une corde sensible et c’est tout bonnement en savourant son café qu’il écouta son flot de paroles ininterrompu. Une autre chose qu’il n’avait jamais supportée chez elle : sa tendance à trop parler, à penser que ce qu’elle disait l’intéressait alors qu’il n’aspirait qu’à une chose, son silence. « Premièrement parce que tu saurais que je donne des nouvelles régulièrement. Secondement, parce que si tu n’es pas là pour moi, tu n’as rien à faire d’officiel à Miami. Les liens passés sont toujours aussi forts, Lee. Et je sais quasiment tout de ce qui se trame en Asie, n’en doute pas un seul instant. » L’agacement commença à poindre. Le regard de Liam se durcit. Il détestait qu’elle le menace. Il n’était pas venu pour elle, il se contrefichait complètement de sa présence à Miami – même si elle semblait fort en douter. Elle pouvait bien sauter tout ce qu’elle voulait que cela ne changerait rien à sa vision des choses : moins il voyait Nuala, mieux il se portait et s’il savait qu’elle craignait quelque chose et qu’il lui suffisait d’appuyer sur ce point sensible pour la faire paniquer, il savait également qu’elle ne bluffait pas quand elle prétendait savoir ce qu’il se passait en Asie. Elle exagérait, ne pouvait pas tout savoir, mais elle en savait suffisamment que pour le mettre dans le pétrin. Or, le pétrin, il était déjà enfoncé dedans jusqu’au cou ! Elle garda le silence un instant, probablement pour savourer l’effet de sa remarque et si Liam ne répondit rien, c’est parce qu’il garda un air impassible, haussant les sourcils l’air de dire « Allez, vas-y, jubile, qu’est-ce que tu as d’autres à révéler ? » et croisa les bras sur son torse. Encore un peu et il se serait mit à bailler pour la faire enrager mais s’il y avait bien une chose que Liam avait apprise avec le temps, c’est qu’il ne fallait pas trop jouer avec les pieds de Nuala, sous peine de se faire salement piétiner. « Quant à ton frère, j’ignorais qu’il se trouvait ici. Mais c’est une information que je garde en tête. Elle pourra toujours me servir si tu te montres trop… envahissant. » La seule raison pour laquelle il garda son air méprisant et impassible fut qu’il ne voulait pas qu’elle s’imagine victorieuse. De toute façon, tôt ou tard, elle serait tombée sur Aiden, alors ce n’était qu’une question de temps et s’il fallait qu’elle l’apprenne de sa bouche, eh bien, c’était comme ça. Il la laissa savourer son moment, but une gorgée pour calmer sa gorge qui palpitait tant il avait envie de l’envoyer au trente-sixième dessous. Au lieu de quoi il abandonna sa place et vint se placer près d’elle dans la file, affichant un sourire au gars juste derrière et le faisant détourner les yeux en passant le bras autour de la jolie blonde comme s’il s’agissait de sa copine avant de se pencher et de lui murmurer à l’oreille, sur un ton aussi froid que dangereux :

« Fais très attention à ce que tu fais, Parker. Tu me connais, je ne suis pas patient. Je ne suis pas très protecteur vis-à-vis de ma famille non plus. Mais si tu viens contrecarrer mes plans, tu vas souffrir, peut-être pas immédiatement, peut-être même très lentement, mais je te jure que tu le regretteras. Quant à toi, ne te prends pas pour plus importante que tu ne l’es. Je n’ai aucune envie de te fréquenter ou de te surveiller. Vis ta vie comme tu l’entends mais suis bien mon conseil : reste en dehors de la mienne. Tu risquerais de le regretter. »

Et si elle savait tant ce qui se passait en Asie, elle devait savoir qu’il ne plaisantait pas et que le bref baiser qu’il força sur sa joue était aussi glacial que leur relation et qu’il n’hésiterait pas à mettre sa menace en pratique. Décidant qu’il avait été assez clair, il la relâcha et retourna s’asseoir, rouvrant les brochures comme s’il était un touriste comme les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker Ven 10 Juin 2011 - 17:00


Si il y avait une chose que Nuala aimait plus que tout, c'était sa liberté. Elle aimait être libre de ce qu'elle faisait, de ce qu'elle pensait, de ce qu'elle disait, et de faire ce que bon lui semblait. Ce n'était pas forcément quelque chose de facile, surtout dans la société dans laquelle ous vivons. Les limites légales mis à part, il fallait sans arrêt faire attention à ses agissements pour ne pas être jugé dessus, il fallait se méfier des gens, et contrôler son attitude en leur compagnie. Il fallait se méfier d'eux, sans cesse. Tout du moins, tel était le point de vue de Nuala Parker. Mais, d'une manière générale, Nuala se sentait plus libre à Miami qu'elle ne se l'était jamais sentie ailleurs. Elle y connaissait désormais du monde, certes. Mais elle se sentait plus libre que lorsqu'elle était encore à Chicago. C'était un sentiment étrange, dans la mesure où elle avait une place de plus haute importance ici. Mais peut être était-ce parce qu'il n'y avait pas le regard de ses parents pour mesurer chacun de ses faits, et gestes. Mais, la jeune femme ne s'inquiétait de ce que ses parents pouvaient penser d'elle que lorsque cela concernait sur le plan professionnel. La cause était très différente, en réalité. Nuala la connaissait, mais avait du mal à se l'avouer. Le regard des gens n'avait jamais compté que si il pouvait lui porter directement préjudice. Le fait que quelqu'un qu'elle ait aimé par le passé puisse avoir un avis négatif sur sa vie, sur la façon dont elle la menait ne comptait pas pour Nuala. Mais là, c'était différent. Philippe l'effrayait. Même si la jeune femme faisait de son mieux pour prouver le contraire, et pour s'en convaincre surtout. Alors, sans qu'elle ne le veuille, oui, la présence de Lee était pour elle une menace. Parce que si il parlait à Philippe... Nuala secoua légèrement la tête, refusant de penser à cette éventualité. Elle assumait parfaitement la personne qu'elle était, et n'en avait nullement honte. Mais elle souhaitait simplement éviter que des personnes du passé viennent s'en mêler.
Probablement y voyait-elle quelque chose qu'il n'y avait pas à y voir. Peut être Liam était-il simplement venu pour voir sa famille, pour prendre des vacances. Mais la jeune femme était d'un tempérament méfiant, et ce n'était pas quelque chose qu'elle contrôlait. Parfois cela frisait la paranoïa, selon les personnes que la directrice artistique de Be it fréquentait. Elle n'hésitait pas à fouiner, ou à tout faire pour obtenir les informations qui lui permettraient d'être certaine qu'elle pouvait se fier, ne serait-ce qu'un minimum à la personne. Et pour avoir ce genre d'informations sur Liam, elle devrait contacter Philippe, et lui demander en personne si la présence du jeune homme était liée à la sienne à Miami. Cependant, il interpréterait ça comme un « J'ai quelque chose à te cacher. » et connaissant son ex-petit-ami, la jeune femme ne voulait pas se lancer là-dedans. Elle devait donc se fier à la parole de Liam, tout en oubliant pas de rester sur ses gardes. C'était la seule chose plausible à faire. Après tout, elle ne pouvait s'empêcher de vivre pour quelqu'un qui ne comptait plus pour elle – avec le temps, la réciproque aurait même du être vrai ; peut être l'était-elle.

Un frisson de dégoût parcourut le corps de la jeune femme lorsqu'il se permit d'agir de manière familière avec elle. Sentir les bras de Lee autour d'elle, aussi bel homme soit-il, lui donnait plus envie de vomir qu'autre chose. Ils n'avaient jamais par chance eu à s'allier, de quelque manière que ce soit, et donc aucun contact physique n'avait jamais réellement eu lieu entre eux – deux ou trois poignées de main tout au plus. Il ne lui laissa cependant pas le temps de se dégager et écouta attentivement tentant de rester aussi neutre que possible. Si son discours était on ne peut plus menaçant, il eut pourtant le mérite de rassurer quelque peu la jeune femme. Si il souhaitait qu'elle reste en dehors de sa vie, il était fort probable que sa venue ne soit aucunement liée à elle-même. Si il disait vrai, ce dont Nuala n'était pas certaine, ils recherchaient tous les deux la même chose, et c'est ainsi qu'ils seraient pour une des rares fois de leur vie d'accord sur quelque chose. Elle n'avait aucun moyen d'en être certaine, naturellement – Lee mentait aussi bien qu'elle. Elle savait lire parmi quelques uns de ces mensonges, mais pas une seule fois ne pouvait-elle être sure qu'il disait la vérité. Mais il n'avait absolument aucun souci à se faire là-dessus, Nuala n'avait aucune intention d'intervenir dans sa vie – à moins qu'il ne lui donne une raison. C'était fini pour elle, tout ça, tout ces jeux. Elle avait quitté Philippe en même temps que tout le reste, et si elle gardait de bons souvenirs de cette période, elle souhaitait que cela reste dans le passé. Elle laissa alors Liam retourner à sa table, reste quelques secondes dans la queue puis retourna récupérer ses affaires avant de s'adresser au jeune homme : « Si tu es sincère, alors tu ne me reverras pas. » Son ton était aussi franc que froid, mais il n'y avait pas de menace derrière. Du moins, ce n'était pas ce qui était impliqué. C'était tout simplement la manière que Nuala avait de lui faire comprendre qu'elle ne tenait pas particulièrement elle non plus à ce qu'ils se revoient, ou que leurs vies s'entremêlent – bien au contraire. Cependant, si il avait menti – comme Nuala le soupçonnait, même si elle était partagée – alors, elle n'hésiterait pas à prendre les mesures nécessaires et à lui montrer combien Nuala Parker était puissante, et pouvait le réduire en miette. Elle n'hésiterait pas une seule seconde.


THE END.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: « I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker

Revenir en haut Aller en bas
 

« I'm not here for your entertainment » feat. Nuala Parker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Fairway Place-