AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Sam 30 Mai 2009 - 18:20

Rachel marchait le coeur battant jusque la maison de Duncan. Elle se souvenait de la dernière fois qu'elle était venue ici. Elle se souvenait de la surprise qui l'attendait juste derrière la porte. Une surprise aux cheveux dorés. Elle avait été terrifiée lorsque son visage était apparu. Adrian était si intriguant. Il apparaissait toujours de nul part et continuait de l'étonner au fur et à mesure qu'elle apprenait à le connaître. Elle passa sa main derrière sa nuque, en soupirant légèrement. Elle ressentait encore le baiser qu'il y avait déposé. Elle croyait que depuis le temps, elle n'aurait plus le souvenir de ses lèvres sur sa peau, mais rien n'y faisait, il y avait déposé une marque indélébile. Elle se mit à sourire légèrement, comme si sa conscience se moquait d'elle. Elle agissait comme une adolescente, c'était consternant, elle mère de famille et épouse modèle. Elle arriva devant les marches de l'escalier et regarda de droite à gauche. La moto de Duncan n'était pas garée. Il ne devait pas encore être arrivé. Rachel patienta donc, en croisant les bras. Puis ce fut plus fort qu'elle, la curiosité prit le pas sur sa morale. Elle grimpa l'escalier et remarqua avec un froncement de sourcils que la porte était restée entrouverte. Ce n'était pas très futé, les deux hommes risquaient de se faire cambriolés! Rachel tâcha de se rappeler de sermonner Duncan à ce sujet. Elle poussa la porte et la referma à clé derrière elle. Elle secoua la tête comme si elle tentait de résister à une envie. Ses pieds la guidaient comme si elle n'avait plus aucun contrôle sur eux. Elle s'avançait dans le salon, reconnaissant le moindre endroit où Adrian avait posé son regard sur elle, où Adrian avait déblatéré une parole agaçante, où Adrian ... Rachel soupira. Il hantait ses pensées à présent, et elle n'arrivait pas à l'oublier. Cela faisait quelques jours seulement depuis sa visite impromptue à la librairie. Et... il lui manquait déjà. Rachel tendit l'oreille. Elle entendit l'enchaînement de deux trois accords de guitare. Un air qu'elle aimait bien, frais et optimiste, elle ne saurait poser un nom à ce son qui lui semblait familier. Elle s'approcha d'une chambre d'où provenait la musique. La porte était également entrouverte, alors elle se mit à regarder au travers. Quelqu'un jouait de la guitare. Et connaissant la silhouette de Duncan, elle savait que ce n'était pas lui. Restait alors... Adrian.

Rachel prononça ce prénom dans le silence, bougeant seulement ses lèvres par bonheur de pouvoir le dire. Elle se mit à rougir légèrement. Elle était entrée sans permission dans une maison, et espionnait l'un des propriétaires. Rachel baissa les yeux. Incorrigible. Elle était décidemment plus gamine qu'elle ne le pensait. Et elle ne pouvait pas détourner ses yeux sur Adrian, qui s'amusait sur sa guitare. Il avait l'air concentré et rêveur, comme s'il jouait pour une personne invisible. Elle posa sa main sur la porte et prêta plus attention à la mine qu'il faisait. Elle n'avait jamais remarqué cet air mélancolique. Il lui allait bien, mais la troublait encore plus. Elle avait tant de préjugés à son égard, que le voir si sensible et "bohême" la rendait encore plus interrogative concernant sa personnalité. Il était vraiment trop intriguant. Et Rachel... bien trop maladroite.

- Oups >_<.

Rachel avait trébuché en poussant finalement trop fort contre la porte, et en perdant soudainement l'équilibre. Elle finit sur le sol avec les joues cramoisies de honte. Elle ne leva pas les yeux, comme s'il.. ne l'avait pas vu xD xD. Mais vu l'entrée spectaculaire qu'elle venait de faire, elle était loin d'être passée inaperçue!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Sam 30 Mai 2009 - 19:35

Adrian, quant à lui, était assis sur son lit depuis une demi-heure. Il avait passé quelque temps à regarder la télévision d’un air endormi, et puis, en constatant qu’il y avait du soleil, avait décidé d’en profiter un peu. En effet, le moindre petit rayon lumineux lui donnait envie de danser, d’écouter de la musique, d’être heureux. Il ouvrir ses fenêtres et laissa entrer un peu de bonheur dans la pièce. Il avait éteint la télévision, et comme toujours dans ses moments de joie, sorti sa guitare de son placard. Elle était enveloppée dans sa belle housse bleu marine, semblant crier à Adrian de l’en libérer. Il défit la housse et prit l’instrument sur ses genoux. Il caressa le bois verni, admirant l’objet. Elle était ce qu’il avait de plus précieux, c’était l’une des seules choses qu’il avait conservées de son adolescence. Depuis toujours, elle l’accompagnait, où qu’il aille. Il lui avait fait jouer ses peine de cœur et ses moments de solitude, il avait tortillé ses fils ou les avaient réaccordés. Combien de slows avait-il embellis, combien de rocks avait-il massacrés ? Il sortit quelques-unes des partitions de musique qu’il aimait le plus. Des chansons qu’il avait l’habitude de jouer et qui le faisaient sourire.

Il resta ainsi, sur son lit, vêtu d’un simple jean et torse nu quelques minutes avant d’aller se servir une cannette de coca et de revenir jouer. Adrian souriait face aux notes hasardeuses que ses doigts jouaient souvent, et qui souvent répétaient un son strident. Après quelques instants il entendit une porte claquer, mais ne s’en inquiéta pas et continua de jouer. Il avait souvent entendu Duncan rentrer sans ne rien dire, et ses absences étant répétées, il n’y faisait plus vraiment attention. Sa discrétion exemplaire lui plaisait. Il avait longtemps hésité avant de proposer une colocation, de peur d’avoir un fêtard en guise de colocataire. Et, bien qu’il eût déjà entendu quelques filles dans la maison, il se félicitait d’avoir choisi quelqu’un comme Duncan. Cependant, lorsque ce dernier rentrait, il allait généralement dans la cuisine ou dans sa chambre, se contentant d’un « salut » pour prévenir de son arrivée. Or, cette fois, il n’entendait que des pas se dirigeant vers lui. Il savait que ce n’était pas le jeune homme, à leur hésitation et à leur légèreté. Instinctivement, il pensa à Rachel, comme on pense au soleil en hiver. Elle lui manquait.

Il entendit une porte grincer, et n’eut pas le temps de remarquer quelle était la personne qui entrait qu’il vit une femme tomber à la renverse. La petite moue empourprée de Rachel se redressa et il la reconnut. Il arrêta de jouer et explosa de rire devant la curiosité enfantine et maladroite de la jeune femme. Elle était par terre et gênée, et il se reconnaissait en elle. Combien de fois avait-il eu pareille honte ? Il descendit du lit et donna sa main à Rachel pour la relever. Il riait encore du « oups » suivi du bruit sourd de sa chute. Il aimait tant son visage…Il le regarda avant de se lever et de la lever aussi. Il avait sa main dans la sienne ; son cœur reprit ses sursauts effrénés. Adrian ne bougeait plus, face à Rachel. Il essaya de dire, sans bégayer cette fois :

▬ Bonjour, toi :D. J'aurais pas pu rêver d'une meilleure apparition !

Il était torse nu face à elle mais il était persuadé qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Sam 30 Mai 2009 - 20:09

Son rire retentit dans les tympans de Rachel comme une mélodie accompagnant les accords de guitare qui avaient cessé. Elle était là, sur le sol, les jambes pliées, aplatie sur le sol comme une crêpe (L). Elle avait affreusement honte. Et ce n'était peut-être pas la première fois que cela lui arrivait, non. Au lycée elle avait plusieurs fois trébuché sur son petit ami de l'époque, ou provoqué des éclats de rire lorsqu'elle avait oublié ses affaires d'école. Mais seule une personne ou deux pouvaient témoigner de ce moment passé. Elle n'aimait pas vraiment passer pour embarrassante. Elle était tout de même de ceux qui riaient de leur propre maladresse en se relevant, ce qu'elle fit avant qu'Adrian ne lui tende sa main. Rachel riait également, légèrement nerveuse aussi de s'être aussi facilement trahie.

- B..bonjour... "toi".

Rachel accepta son aide et posa sa main dans la sienne. Elle ne savait pas comment prendre ce "toi". Tellement habituée à ce qu'il insiste sur la joie de prononcer son prénom, elle était à nouveau surprise de cette nouvelle appellation si impersonnelle. Elle se releva, et posa son autre main sur l'épaule d'Adrian pour s'aider. Elle émit une légère grimace lorsque sa jambe réveilla une vieille douleur. Elle sourit ensuite, comme pour cacher cette souffrance, et réalisa d'un seul coup que sa main était en contact avec la peau dénudée d'Adrian. Elle la retira d'un seul coup et recula xD.

- J'attendais Duncan. Désolée. Tu, enfin vous devriez fermer la porte, vous savez?

Rachel se remit à faire un de ses tics, qui consistait à passer une de ses mèches de cheveux derrière l'oreille. Elle se forçait à regarder Adrian dans les yeux, comme gênée si ses yeux se baissaient. En même temps, elle ne pouvait pas le lui reprocher, c'était elle qui était apparue subitement dans l'enceinte de SA demeure. Elle fit une petite moue inquiète lorsqu'elle évoqua la porte d'entrée. Puis elle soupira légèrement, en le voyant si enjoué de la revoir.

- Je devrais y aller, Duncan va pas tarder et...

Rachel tourna le dos et posa sa main sur la porte dans l'espoir de pouvoir sortir de la chambre d'Adrian. Vain espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Sam 30 Mai 2009 - 22:30

La voix de Rachel, visiblement, n’était pas aussi docile que celle d’Adrian. Malgré tous ses efforts elle ne pouvait l’empêcher de bégayer. C’était attendrissant de la voir essayer de se contrôler sans arriver à le faire. Essayer de contrôler son rire, sa nervosité, ses gestes et ses émotions. Alors que plus elle s’évertuait à le faire, et plus son caractère rejaillissait sans qu’elle ne pût rien y faire. Il sourit tendrement en écoutant son petit bonjour timide. Elle était encore rouge de honte. Adrian remarqua qu’elle était mal à l’aise de lui tenir la main. Il fut déçu de voir qu’à chaque nouvelle rencontre il fallait tout recommencer. Elle avait choisi le bon mot, l’autre jour. Il fallait l’apprivoiser. Se tenir à distance, et attendre son bon vouloir pour avancer un peu. Et guetter chaque fois son sourire, signe qu’elle s’est laissé dompter un peu. Mais chaque fois qu’il s’éloignait, alors il devait s’écarter de nouveau, sourire sans ne rien faire. Et rester calme et conciliant. C’était difficile de paraître détaché quand chaque instant il lui semblait être loin d’elle. Seul son contact pouvait lui redonner un peu de joie et croire en ses chances. Autrement, il espérait toujours de la voir s’avancer vers lui et glissa sa main pâle dans ses cheveux dorés. Cette vision était gravée dans son esprit.

Elle prenait soin de lui, elle veillait à ce que personne ne les cambriole…Il sourit.

▬ Non. Il y a toujours une petite fée clochette pour veiller à ce qu’on ne se fasse pas cambrioler Smile

Il la regarda. La deuxième fois qu’il l’avait vue, elle était entrée sans mot dire et s’était dirigée vers la cuisine en commentant son état déplorable. C’était elle qui, chaque fois, faisait l’état des lieux d’un seul coup d’œil. Une vraie fée du logis. Mais ce titre ne lui convenait pas. Une princesse ne faisait pas le ménage tout de même. Elle valait plus que cela. Les tabliers l’eurent affublée. Il lui fallait des robes, des parures, des bijoux. Bien que son visage eût déjà valorisé sa silhouette. Ses grands yeux bleus et ses petites lèvres sévères. Duncan l’attendait donc. Il sentit à nouveau la colère l’envahir. Comment osait-il, alors qu’il le savait épris d’elle ! Ne pouvait-il pas le prévenir, afin qu’il ne rate pas une seconde pour la voir ? Ou simplement par gentillesse, pour l’informer qu’il sortait avec elle… Il avait comme l’impression qu’il la lui volait en le trahissant. Comme si elle lui appartenait déjà. Faisait-on plus têtu que lui ? Rachel lui dit qu’elle allait partir.

Sa voix avait hésité, n’est-ce pas ? Il l’avait senti dérailler, c’était juste un prétexte pour se cacher de son regard, parce qu’elle avait honte. Il en était persuadé. Il devait avoir les yeux affolés d’un enfant qui a peur, qui ne veut pas. Lui ne voulait pas qu’elle parte. N’avait-elle pas dit l’autre jour qu’il se reverrait parce que le destin le voulait ? Le destin voulait-il donc qu’elle l’aperçoive pour partir ? Était-ce cela, le choix du destin ? Ou plutôt était-il qu’Adrian bloque la porte pour la voir plus longtemps, rien que trente secondes au moins pour qu’il puisse à nouveau admirer son visage ? Il alla vers la porte et s’assit devant elle, bloquant l’issue. Il restait la fenêtre, mais il ne voyait pas Rachel en sauter. Il la regardait droit dans les yeux, sûrement avec un regard désolé et abattu. Il était tout petit, assis.

▬ S’il te plaît…non…dit-il en pleurnichant presque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Sam 30 Mai 2009 - 22:52

Lorsqu'ils se quittaient (pour mieux se retrouver après?), Adrian se retrouvait seul avec ses pensées et sa vie ; Rachel elle se retrouvait avec sa famille aimante, son mari et sa fille. C'était donc normal qu'à chaque fois que lors de chaque retrouvailles, il avait la sensation qu'il fallait à nouveau se battre pour la séduire. Parce qu'à chaque fois qu'il s'éloignait, elle retrouvait sa raison, celle qui lui disait de rentrer voir son mari. Rachel croisa les bras en l'écoutant parler de la fée clochette. Elle sourit légèrement.

- C'est aussi elle qui fait le ménage ici? Ah non, c'est vrai que c'est toi la femme ici, d'après Duncan xD.

Rachel se mit à rire légèrement. Elle ne se moquait pas de lui, mais plutôt des propos de Duncan et de son franc parler. Elle se demandait d'ailleurs ce qu'il trafiquait. Il lui avait promis une escapade en moto :gla:! Oui, Rachel voulait essayer cette sensation que son ami lui décrivait, les cheveux dans le vent, le sentiment de liberté, ... Mais bon, Adrian arrivait très bien à lui procurer des émotions similaires, rien qu'en se tenant à deux pas d'elle. Il la contourna d'ailleurs avant qu'elle ne veuille s'échapper. A vrai dire, elle ne voulait pas partir. C'était les quelques forces restantes qu'elle avait réussi à puiser à l'intérieur de sa raison qui s'entêtaient à ne pas accepter ce fait: elle était irrésistiblement attirée par Lui. Elle secoua la tête, avec un petit sourire, lorsqu'il s'installa contre la porte, les jambes en tailleur. Elle ne répondit pas. Elle se contentait de le fixer dans les yeux. Puis elle détacha son regard et se dirigea vers le lit d'Adrian. Elle s'y assit et regarda la guitare qui était restée allongée, comme une amante insatisfaite et soudainement délaissée.

- Tu... jouais quoi?

Elle ne confia pas le fait qu'elle adorait cette chanson. Elle se rappelait maintenant pourquoi elle lui avait semblé si familière. C'est qu'elle s'y identifiait. Rachel n'écoutait pas beaucoup de musique, sauf au lycée avec Owen, son ex-petit ami, un fou de musique qui venait tous les jours avec un nouveau CD à lui faire découvrir tandis qu'elle s'évertuait à lui conseiller un livre. Elle approcha sa main du manche de la guitare, hésitante, et frôla alors les cordes sans les toucher. Elle sentait qu'il s'approchait d'elle, comme s'il était sûr que maintenant elle ne partirait pas. C'était dangereux, terriblement dangereux.

- Tu joues depuis longtemps?

Rachel continuait à poser ses questions. Elle était tellement curieuse (L). Elle se rappelait de la dernière fois, où il avait accompagné la voix rauque de Duncan sur du Chris Brown. Il savait apparemment improvisé et deviné les notes avec aisance. Elle trouvait cela étonnant. Il lisait, jouait de la guitare, sauvait des vies... heureusement qu'elle savait qu'il était aussi: arrogant, chiant xD, charmeur, têtu, gamin, maladroit et autres défauts qu'elle avait pu relever. A vrai dire, c'était dans ses défauts qui le rendait si captivant pour elle. Elle devinait que bien des femmes avaient du tomber pour son charme et les qualités qu'il émettait tel un rayon de soleil. Elle... elle craquait pour l'ombre qui se cachait derrière autant de lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Dim 31 Mai 2009 - 11:44

Adrian n’y pensait jamais. Il ne voulait pas qu’en croire qu’après l’avoir quitté, un « autre » homme l’attendait au pas de la porte. Comme si la vie se fut arrêtée après qu’il partait. La sienne s’amenuisait tristement. « C’est toi la femme ici » se répéta-t-il. A défaut d’en avoir une près de lui, il fallait bien jouer son rôle. Et puis, ce n’était pas Duncan qui allait s’y mettre. Lui préférait jouer les maris ingrats et infidèles, qui attendent impatiemment et en regardant le football leur petit dîner sur un plateau d’argent. Il lui sourit. Il était toujours assis devant la porte en attendant qu’elle daigne changer d’avis. Peut-être allait-elle céder. La première fois, à l’hôpital, il avait été trop entreprenant. Maintenant, il saisissait son caractère et ses passions, et il n’y avait pas de demi-mesure dans ce qu’elle appréciait. Autrement dit, s’il avait quelques sourires de sa part et de beaux gestes attendris, ce n’était pas qu’elle le trouvait gentil, compagnon idéal aux plaisanteries. C’était qu’elle l’aimait bien, du moins assez pour avoir à hésiter quant à ce qu’elle avait à faire.

Sa voix résonna dans la pièce. Elle lui demandait ce qu’il jouait…Sa curiosité avait-elle raison de ses sentiments, ou était-elle décidée à rester et s’asseoir sur le lit, à attendre qu’il la rejoigne ? C’est ce qu’il fit, espérant qu’elle ne s’éloigne pas de nouveau. Il frissonna encore lorsque leurs peaux se frôlèrent. Et il essaya de répondre, malgré les troubles qu’il venait de ressentir contre sa peau, dévorant un à un des petits carrés de son épiderme. Il ramassa par terre la partition, envolée par le vent, et la lui donna en souriant.

▬ Je...mh...jouais un morceau des Beatles.

Bien sûr, c’était dangereux. N’était-ce pas cela qui l’enivrait aussi ? La délicieuse odeur de l’interdit qui faisait frémir ses narines ? Le parfum capiteux du désir illicite ? Et les mains si douces et mortelles de ce fléau ? Qu’avait-elle à répondre à cela ? A chaque éloignement, ils étaient rassemblés. Autour d’eux, tout le monde se connaissait déjà. Les conditions étaient toutes réunies et l’avaient toujours été pour qu’ils se rencontrent un jour. Comme de vulgaires pions qu’on déplace, mais qui aiment à jouer leur rôle. Rachel devait prendre conscience que sa vie idéale n’était basée que sur un amas d’illusions ; quant à Adrian, il fallait qu’il comprenne enfin qu’à trente ans, il était sage de cesser sa vie d’enfant. C’était ainsi que cela avait été distribué. Et que pouvaient-ils y faire ? Hormis accepter ce hululement tempétueux qui soufflait sur leur vie amoureuse… Ils ne pouvaient rien faire. Il fallait juste qu’ils tentent de s’éloigner pour que leurs amis en commun, leurs connaissances ou le hasard les fassent se rencontrer encore. Prisonniers.

▬ Je joue depuis une demi-heure je crois mais, eum, sinon ça fait quelque chose comme quinze ans. J’ai appris tout seul, c’est pour ça que c’est pas encore extra.

Et il la regarda encore, avant de s’étaler sur son lit en regardant le plafond blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Dim 31 Mai 2009 - 13:01

Rachel le regardait assis à l'autre bout de la pièce, torse nu, et mine enfantine sur le visage. Elle sourit légèrement, amusée par son entêtement. Elle en était également agacée en un sens, mais moins qu'auparavant. Même s'il n'en avait pas l'impression, elle se laissait de plus en plus "apprivoisée" par lui. Elle aurait très bien pu le menacer ou lui sortir un argument raisonnable pour qu'il la laisse aller, comme: "Duncan ne va pas tarder, je ne voudrais pas qu'il nous trouve...". D'ailleurs, elle n'y pensait même pas. Duncan était souvent en retard, donc... peut-être qu'il les laissera tranquille un petit moment. Rachel secoua la tête en s'entendant penser. Don... ne méritait pas les doutes qu'elle avait en ce moment. Mais elle méritait d'avoir le choix, non? Elle se mordit les lèvres lorsque ses yeux se mirent à observer le visage d'Adrian pour ensuite descendre lentement pour regarder son torse nu. Elle se sentit très mal à l'aise d'un seul coup. Il était loin d'être mal bâti xD... et justement, cela ne l'aidait pas à rassurer son coeur qui battait la chamade. Rachel s'interrogea, à quoi elle s'attendait? à un jeune médecin bel homme qui en vérité avait des bourrelets partout et ne prenait pas soin de son corps? C'était comme si elle voyait encore un de ses préjugés disparaître. Lui aussi ne se dévoilait pas entièrement, et le découvrir encore plus la rassurait que ce jeu allait dans les deux sens.

Rachel prit la partition qu'il lui tendit. Elle ne comprenait pas son coeur qui s'affolait alors qu'il s'était approché. Elle avait dévié son regard de son corps pour se concentrer sur la guitare. Elle la trouvait jolie et bien entretenue. Elle était rassurée de constater qu'il n'était pas aussi bordélique que Duncan xD. Elle lut la partition, sans vraiment la lire. Elle n'avait pas besoin de savoir qu'il s'agissait de Here comes the sun des Beatles, c'était sa chanson préférée. Elle était trop occupée à se concentrer pour ne pas défaillir à leurs deux corps si proches l'un de l'autre. Elle souffla lentement, comme à une séance de yoga xD, et hocha de la tête.

- Je ne sais pas lire la musique. Mais j'aime beaucoup cette chanson.

Elle ne s'étala pas la-dessus, elle aurait pu lui avouer qu'il s'agissait de SA chanson mais elle ne voulait pas lui accorder le plaisir de croire qu'ils étaient vraiment destinés l'un pour l'autre. Pourtant tout portait à croire que si... Leurs connaissances, leurs rencontres, leurs goûts, leurs esprits, tout semblait vouloir les rapprocher. Mais Rachel savait qu'il devait y avoir une raison qui expliquait pourquoi ils ne s'étaient pas rencontrés avant et qu'elle était avec Don, et qu'elle avait eu son enfant. Peut-être que c'était TROP dangereux. Peut-être que deux êtres divins se disputaient depuis tant d'années pour éviter cette rencontre pourtant inéluctable? Et Rachel se demandait lequel des deux avait eu raison.

- Ah. Oui je demandais combien de temps dans le... enfin pas maintenant >_<. Bref, quinze ans, c'est ...

Rachel le regarda s'allonger sur le lit, l'air de rien. Elle était rassurée de ne plus le sentir si proche d'elle. Son coeur s'accorda une pause et elle reposa la partition sur la guitare.

- Pourquoi tu joues?

Rachel savait qu'il n'y avait sûrement pas de raison ou bien si plusieurs... "Pour passer le temps" "Par amour de la musique"... elle s'interrogeait juste sur le regard qu'il avait eu avant qu'elle n'entre dans la pièce. Si mélancolique et si concentré. Elle se mit à rire légèrement.

- Je pose toujours trop de questions, désolée. Tu vas me prendre pour un inspecteur de police à force.

En quelque sorte, elle l'inspectait. Elle lui posait des questions mais l'analysait aussi par les yeux. Elle regarda droit devant elle, et sentit ses jambes se crisper. Elle avait les mains posés sagement sur ses genoux, comme pour s'empêcher de bouger. Elle était... dans sa chambre... sur son lit... en compagnie d'un homme torse nu qui la courtisait... Elle ne pouvait qu'être tendue. Surtout qu'elle savait qu'il saurait comment la détendre, un sourire, une histoire drôle xD, un.. toucher... ? et elle avait bien peur de ne pouvoir résister.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Dim 31 Mai 2009 - 14:35

Il regardait le plafond comme on regarde les étoiles, comme un beau film. Ses lèvres remuaient doucement les paroles de la chanson qu’il jouait. Les yeux de Rachel avaient trahi sa surprise lorsqu’il avait annoncé qu’il jouait ce morceau. Ce qui signifiait qu’elle le détestait, ou qu’au contraire elle l’adorait. Et la connaissant, Adrian comprit vite qu’elle devait beaucoup l’aimer. « Little darling… » dit-il dans un souffle. Adrian trouvait triste qu’on ne sache pas lire la musique. Si curieux qu’il était, il avait même ressenti l’envie de l’apprendre. S’il avait eu du temps, il aurait essayé de lui apprendre à lire quelques notes. Mais justement, chaque minute était comptée. Et c’était cela qui, sûrement, extrayait l’essence de leur relation, de leurs paroles et de leurs désirs. Avec toute la journée devant eux, sûrement n’aurait-il pas bloqué la porte. Il l’aurait laissée entrouverte, et si elle était partie, il aurait été la chercher quelques minutes plus tard. Mais même une seconde pouvait les rapprocher. Et lorsqu’on apprivoise, il ne faut jamais perdre de vue ce qu’on aime et qu’on essaie de captiver. Oui, quinze ans c’est beaucoup, se dit Adrian. Et il se souvint encore de son adolescence. Lorsque, terré dans sa chambre, il s’emprisonnait dans la musique et s’oxygénait à la guitare. « Pourquoi tu joues ? » demanda Rachel. Adrian se redressa un peu et se posa sur ses coudes.

▬ Ben…Parce que quand j’étais ado je m’ennuyais et puis j’aimais bien le son de la guitare, c’était classe auprès des filles aussi. Et puis parce que je voulais apprendre, et qu’au bout d’un certain temps c’est comme ça que je pouvais me calmer.

Il rit. Un inspecteur de police ! Elle ! Si calme, si attentionnée. Comme si elle pouvait questionner des criminels toute la journée. Elle essaierait de les faire avouer en pleurant parce qu’elle avait peur pour eux. Il l’imaginait très bien inventer des stratagèmes pour les plus intelligents qui, avec leurs yeux mesquins, se plaindraient devant elle. Elle les relâcherait en prétextant une erreur. Il rit davantage en y pensant. Elle était impardonnable ! Elle veillerait peut-être même à leur côté, risquant son travail pour essayer de les faire rire.

▬ Tu sais ce que je lui fais, moi, à la belle inspectrice ? demanda-t-il dans un rire étranglé

Il se redressa et la chatouilla à la taille et aux hanches, reprenant un peu de sa domination. Il était assis à côté d’elle, la pauvre qui était en train de se tortiller. Il avait tout de suite deviné à sa tête enfantine qu’elle ne résistait pas à cela…Mais il n’était pas non plus difficile de trouver qu’il n’y résistait pas non plus…A peine posait-on les mains sur sa taille qu’il gigotait déjà comme un bébé ; ils formaient un joli duo ! Il avait des yeux rieurs, tout contents de la faire rire. Et puis il s’amusait, il ne pensait à rien d’autre qu’à elle. Elle sur son lit, à s’amuser, elle et ses yeux, elle et sa bouche, elle et ses pommettes rosies. Et lui et ses bonnes idées malicieuses qui tentaient de l’apprivoiser toujours davantage. A chaque instant il tentait de l’amener vers lui, de diriger ses petites mains vers son cœur, comme la fois précédente. Il espérait toujours pouvoir être meilleur chaque instant. Mais ses erreurs le rendaient attachants, sans qu’il pût se l’avouer. Et Rachel ne semblait pas l’aimer en dragueur averti, plutôt en enfant, comme à cet instant où ses mains parcouraient avec tendresse son ventre pour le chatouiller.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Dim 31 Mai 2009 - 15:05

- ... and I say it's all right...

Rachel chuchota le reste des paroles en écoutant Adrian chantonner doucement. Elle aimait cette chanson plein d'espoir. Combien de fois avait-elle dit "Ca va aller"/"It's all right" à ses amis en période de déprime? Combien de fois avait-elle rassuré Don rien qu'avec son sourire et ce message optimiste?

Rachel le regarda avec un petit froncement de sourcils. Elle se souvenait de son petit "numéro" lorsqu'il avait pris la guitare pour accompagner Duncan la dernière fois. Elle n'avait rien montré à part de l'ignorance. Même elle avait préféré complimenter la voix de Duncan au talent d'Adrian. Pourtant, elle était loin d'être indifférente aux musiciens. Son petit ami de seconde lui faisait découvrir sa musique tous les jours et elle en était toute hypnotisée. Il n'y avait pas d'amour entre eux, mais il avait réussi à la captiver justement grâce à sa passion et son air gamin quand il jouait. Rachel se surprit à comparer Owen à Adrian. Cela n'avait rien avoir. Owen était plus un ami qu'un prétendant. Ils s'étaient d'ailleurs quitté en bons amis, alors que durant leur relation c'était déjà tout comme un semblant d'amitié. Mais ses quelques similitudes troublaient Rachel.

- Et tu penses que ça marche sur moi?

Elle croisa les bras en prenant un air presque défiant. Puis il se mit à rire, à se moquer de sa propre comparaison avec un policier. Elle plissa les lèvres, signe qu'elle s'apprêtait à faire la moue. Elle savait qu'elle était bien loin de correspondre à l'image d'autorité policière. Elle était bien trop gentille, en effet. Elle se ferait si facilement berner, à moins qu'elle réussisse à faire sortir de l'humanité du coeur dur de certains criminels, qui sait? elle avait bien réussi à dompter Dundun (L) xD. Elle s'apprêtait à protester lorsque soudainement il se redressa et la prit par surprise. Elle plissa les yeux en essayant de contracter ses abdominaux mais laissa rapidement échapper des rires.

- Ar.. ar..arrête Ad..rian >_<!

Elle n'arrivait même plus à parler tellement elle riait. Elle se mit à gigoter dans tous les sens et eut comme réflexe de poser ses mains sur les hanches d'Adrian. Elle finit allongée sur le lit, avec Adrian qui continuait de la chatouiller sans remords. Elle pleurait presque tellement elle riait. Ses petits yeux plissés se rouvrirent légèrement, montrant un air gamin et rieur. Elle croisa le regard d'Adrian, toujours ses mains sur ses hanches. Elle souffla une seconde, en regardant son torse nu. Ses joues rosirent légèrement et pour le cacher elle se mit à lui rendre la pareille. Il ne pouvait pas résister sous les chatouilles lui non plus, ce serait trop injuste! Elle se mit à rire aux éclats en le voyant faiblir sous son toucher. Ils étaient deux enfants, sur un lit, à se faire rire mutuellement.

Puis, Rachel captura les mains d'Adrian pour qu'il cesse de la chatouiller. Elle était allongée proche de lui, sur le côté, à reprendre son souffle. Elle continuait de rire légèrement, mais avait arrêté ce jeu un moment le temps d'une pause. Elle sentait sa respiration se sacader, et des frissons lui envahir le corps comme s'il prenait conscience seulement maintenant du toucher d'Adrian. Elle lui libéra les mains, toujours en le fixant droit dans les yeux. Elle se mit à trembler légèrement. Apeurée presque. Mais ce n'était pas une mauvaise sensation. La peur n'était pas toujours une mauvaise sensation. Elle ferma les yeux, comme si elle était en train de délirer. Elle ne disait rien. Attendant ce qu'il comptait dire ou faire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Dim 31 Mai 2009 - 21:23

Adrian était pareil. Il avait gardé contact avec la plupart des femmes avec lesquelles il était sorti, ne gardant de leur relation que ses plaisirs et ses joies. Il n’éprouvait de la rancœur qu’envers celles qui, avec fougue, s’étaient adonnées à l’adultère. D’elles il n’avait gardé que de l’amertume. Il n’avait pas eu beaucoup de chance en amour. Les historiettes avaient défilé à toute allure. Il n’avait jamais trouvé une femme assez proche de lui pour partager avec elle et assez différente pour le captiver. Mais il reconnaissait Rachel en cette définition, irrévocablement. Ils ne partageaient pas la même conception de l’amour mais leurs visions se complétaient. Et, au fond d’elle, n’essayait-elle pas d’enfouir leurs similitudes ? Parce qu’elle ne s’avouait pas à elle-même qu’elle était attirée par Adrian. C’était bien trop difficile d’admettre que la femme, la mère et l’amie qu’elle était troublée par celui qui, un mois auparavant, lui était inconnu. Avait-on vu ça ? Rachel éprise d’un autre que de son exemplaire mari ? Qui s’avérait être, d’ailleurs, bien moins exemplaire qu’elle se forçait à l’être.

▬ Non, fit-il. Tu as besoin de plus qu’une guitare pour ça…

Il lui sourit. Tous deux savaient de ce dont il parlait. Son visage le traduisait. Elle avait besoin de lui pour le calmer. Lorsqu’elle avait pleuré à la librairie, comment sa tristesse s’était-elle envolée ? Dans ses bras. Et même si sa présence l’émoustillait, elle ne pouvait renier qu’il était son remède. Elle ne pensait à rien d’autre avec lui. Des pensées parasites venaient parfois obscurcir ses pensées mais les sourires et les yeux du jeune homme l’amenaient toujours vers « autre part ». Dans un endroit sans nom, là où seules ses envies gouvernaient. Et sa vie s’en portait mieux ainsi. Réfléchir sans cesse conduisait à l’ennui, et poursuivre la perfection amenait à la dépression. Son esprit avait appris à s’en accommoder et il vivait sans se soucier de rire, naïvement. Sa candeur plaisait à Rachel, parce qu’elle en était encore trop dépourvue. La venue d’Adrian en avait rapporté.

Il ne cessait de la chatouiller, même après que sa voit l’eut supplié. Il se plaisait à jouer avec elle, il se sentait enfin utile à sa joie. Mais il ne le savait pas, il ne réfléchissait pas à quoi tout cela allait conduire. Après tout, il était près d’elle, et il suffisait d’un geste pour l’embrasser. Et il ne le faisait pas, par crainte de tout casser. Tuer leur relation et les progrès qu’ils avaient accomplis en apprenant à se connaître. Par orgueil, Adrian attendait aussi qu’elle l’embrasse. Il avait fait chaque premier pas vers elle, n’était-ce pas à elle de faire le plus crucial ? Cela signifierait que Rachel avait pris conscience de ses sentiments et qu’elle avait arrêté de les refouler. Ce devait être beau de voir la jeune femme embrasser. Voir avancer son petit visage contre le sien et inhaler comme une drogue surpuissante son parfum voluptueux.

Il était allongé près d’elle, tout près de sa silhouette svelte. Il pouvait même y dessiner les courbes de son doigt. Adrian la regarda. Elle semblait avoir peur. Son corps tremblait frénétiquement, il avait déjà ressenti cela lui aussi. L’impression de chaleur étouffante et les frissons perturbants. C’était si étrange. Elle venait de lâcher sa main. Mais il continuait de sourire paisiblement, reposé par le moment. Il avança dangereusement sa main et la glissa dans les cheveux de la jeune femme, en les regardant. Il avait des gestes lents et doux, et, faisant figure d’exception, adroits. Il avait des yeux exceptionnellement profonds à cet instant. Et la malice qui d’ordinaire les habitait avait laissé place à la tendresse, le temps de quelques instants du moins. Puis il retira sa main de ses cheveux après les avoir glissés derrière son oreille comme elle aimait à le faire et la posa, sans y avoir pourtant prêté attention près de la sienne. Leurs mains se caressaient doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Lun 1 Juin 2009 - 2:48

Spoiler:
 

Adultère. Rachel tremblait à ce simple mot. Serait-elle donc comme ces filles qui avaient croisé le chemin d'Adrian et lui avaient subitement tourné le dos? Serait-elle capable de heurter les sentiments de Don pour un autre? A vrai dire, entre vouloir et pouvoir, il n'y avait qu'un pas. Elle pouvait très bien se jeter dans les bras d'Adrian et répondre aux désirs qui les animaient tous deux. Elle pouvait très bien envoyer en l'air toutes les responsabilités que sa vie lui inculquaient. Mais... elle ne voulait pas forcément, et c'était ce qui faisait d'elle Rachel. Dans la vision d'Adrian, tout pouvait être très simple. Elle, elle pensait également que les choses de la vie étaient simples, mais que l'homme ne pouvait s'empêcher de les rendre compliquées. Elle se retrouvait d'ailleurs dans cette position compliquée qu'elle avait elle-même créée. Elle ne voulait pas tromper Don. Par orgueil de son image de femme fidèle mais également par respect pour son homme qui méritait son amour. D'ailleurs, depuis qu'elle avait rencontré Adrian, elle avait multiplié les gestes d'affection envers son mari, lui proposant même leur première sortie seul à seule depuis la naissance de Samantha. Elle ne voulait pas non plus placer Adrian dans le statut d'"amant". Si elle devait remettre tout en question, ce ne serait pas sur un simple coup de tête ou une relation sans lendemain. Et même s'il n'y avait encore "rien" eu concrètement entre Rachel et Adrian, elle sentait que justement c'était dans tout ce "rien" que leur relation se tissait petit à petit. Ce n'était pas physique, ce n'était pas sentimental, c'était plus que cela. Elle avait envie de chambouler sa vie à lui aussi, comme lui l'avait déjà fait dans son esprit.

"Non, fit-il. Tu as besoin de plus qu’une guitare pour ça…"

Rachel émit un léger sourire. Ils se comprenaient. Il n'était pas bête non plus. Il savait que ce n'était pas seulement en usant de sourires, de caresses, de gestes héroiques ou pseudo-romantiques qu'il allait s'attribuer son amour. La confiance se gagnait plus difficilement, et l'amour encore plus ardemment. Elle tombait sous son charme encore plus à chaque rencontre, et elle se doutait qu'il devait ressentir pareillement, mais ce n'était pas de l'amour. Tant qu'ils ne seront pas d'accord sur une même définition de l'amour, ils n'arriveront de toute façon pas à le ressentir. Il fallait donc s'apprivoiser, tout simplement, se séduire et attendre qu'un événement bouleverse soudainement leurs visions des choses et leur fasse ressentir spontanément cette drôle d'émotion. Le coup de foudre entre ces deux enfants riant à gorge déployée avait été instantané. Il fallait cultiver cette soudaine sensation pour que soudainement ils réalisent qu'elle s'est changée en quelque chose de plus fort, de plus intense.

Elle gardait les yeux fermés, avec un sourire aux lèvres. Elle essayait de calmer ses nerfs tendus à l'idée qu'il puisse tenter de lui voler un baiser. Elle n'était pas prête encore à le laisser embrasser ses lèvres. Et il avait raison de penser que c'était peut-être à elle de décider quand ce premier baiser arriverait. Elle n'était pas sûre d'elle, de lui, d'eux... C'était peut-être gamin de penser cela, mais elle accordait beaucoup d'importance au premier baiser. Elle avait patiemment attendu que Don consente à l'embrasser au bout de trois-quatre rendez-vous et avait approuvé qu'il ne lui ait pas sauté dessus dès la première rencontre. Elle avait une vision peut-être trop idéaliste des choses, mais bon, Adrian comprendrait certainement son esprit romantique. Elle se mit à frissonner lorsqu'il posa sa main chaude sur sa joue, et que ses doigts se mirent à jouer de ses cheveux. Elle garda les yeux fermés et émit un léger soupir malgré elle. Elle posa de son côté ses mains sur le buste d'Adrian, et les glissa lentement sur sa peau douce. Elle se sentit défaillir en sentant les traits de son corps se dessiner sous ses doigts, d'autant plus que les yeux fermés, elle ne pouvait qu'imaginer. Elle rouvrit donc les yeux, et comme une enfant, se mit à découvrir le torse d'Adrian qu'il dévoilait sans pudeur. Quoique, lorsqu'elle posa sa main sur son coeur, comme elle l'avait déjà fait ce jour à la librairie, il semblait contracter ses muscles, comme apeuré qu'elle y dénote une anomalie. Elle ne pouvait sentir que le battement affolé de son coeur, le même que celui que son coeur aussi émettait lorsqu'il la touchait. Son autre main suivit les traits de sa musculature pour descendre jusque ses abdominaux. Elle cherchait à trouver des secrets qu'il aurait pu avoir cacher sur son corps. Combien de cicatrices décrivaient nos émois passés?

- Je crois que je me sens bien. Ici.

"Je crois" dévoilait qu'une autre partie d'elle culpabilisait encore. C'était normal en même temps. Rachel, l'éternelle "gentille fille", ne pouvait pas ne pas se sentir mal alors qu'elle succombait à la tentation. Mais d'un côté, elle avouait qu'elle se sentait bien, ici... "Avec toi" elle voulait presque dire, mais elle n'osait pas. Elle fixa son regard angélique avec ses petits yeux toujours aussi apeurés. Elle sentait son souffle caresser son visage à chacune de ses respirations, et elle mourait d'envie de goûter elle aussi à ses lèvres. Elle chuchota.

- J'avais un petit ami musicien, au lycée. Le coup de la guitare avait marché pour lui.

Rachel sourit, avec un petit air moqueur dans ses yeux. Elle ne savait pas pourquoi elle parlait de son ex, ni pourquoi elle trouvait de la ressemblance chez Adrian. Ses mots se laissaient aller tout seul, tout comme ses mains qui se baladaient encore sur Adrian sans gêne. Elle continuait de le fixer, en parlant d'une voix basse et douce.

- Tu ressembles à un ange des fois. Mais je ne savais pas que les anges pouvaient être à ce point chiants des fois.

Rachel émit un léger rire, et enleva ses mains de lui. Elle cherchait à voir sa réaction. Elle ne lui avait jamais fait autant de "compliments" jusqu'à présent. A moins que je me trompe? xD qu'il profite, ça n'allait pas durer xD xD! Elle avait ressenti un sentiment de joie l'envahir lorsqu'il lui avait dit qu'elle était "belle quand elle boudait". Même si elle était sur le point de pleurer à ce moment là. Pleurer de confusion alors qu'on la complimentait, c'était du Rachel tout craché (L).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Mar 2 Juin 2009 - 19:54

Je crois que je me sens bien ici, avait-elle dit. D’un petite voix mutine, comme Adrian l’aimait. Et il avait été si touché qu’elle avoue ce qu’elle ressentait – d’ordinaire c’était péjoratif – qu’il ne prêta pas même attention à « je crois » qui ombrageait pourtant le reste de phrase. Il regarda la main de Rachel posée sur son cœur. Elle pensait juste. Il contractait ses muscles, sans d’ailleurs savoir vraiment si c’était par nécessité ou parce qu’il ne le faisait pas exprès. Près d’elle, il se rendait compte que ses muscles se contractaient seuls, peut-être par appréhension, sûrement par stress. Son cœur entamait sa mélodie solennelle lorsqu’elle s’approchait. Et sa petite phrase et son gestes ne faisaient qu’accentuer le tambourinement incessant des batteries ou frotter violemment les cordes du violon. Il regarda dans ses yeux avant de recommencer à caresser doucement sa main comme on caresse un oiseau, avec la légèreté d’une plume pour ne pas l’affoler. Et elle devait sentir combien son cœur battait vite tandis que ses doigts glissaient sur son torse, si bien qu’il devait presque en avoir chaud. Sa peau était brûlante. Son doigt continuait avec volupté à caresser sa paume, et ses yeux lascifs regardaient tantôt dans les siens, tantôt leurs mains qui se touchaient sans cesse. Il ne répondit pas à sa remarque, croyant idiote la remarque « moi aussi », tellement évidente lorsqu’on voyait son visage. Il se contentait de sourire, comme toujours.

Il finit par rire doucement. Parce que ses nerfs le lui dictaient, surtout, et parce qu’il se sentait heureux qu’elle se livre un peu à lui. Adrian n’était pas jaloux des ex des femmes qu’il appréciait. Au contraire. Il avait dû être redevable à certains d’avoir su redonner confiance en quelques femmes, ou d’avoir du moins contribué à la souplesse de leur caractère. Il lui répondit sur le même ton que le sien :

▬ Oui, mais souvent les mecs ont besoin d’une guitare pour aller mieux. Et les femmes d’un homme. La boucle est bouclée… ajouta-t-il.

Il continua de la regarder avant qu’elle ne le complimente. A ce moment, il ne put se retenir de baisser les yeux et de fixer sa main, comme reprenant un peu de forces devant cet attribut qui l’émouvait. « Un ange..». Adrian écouta le reste de sa phrase même s’il avait été conquis par les premiers mots. Il rit dans un chuchotement. Cette phrase le décrivait plutôt bien. Le petit homme aux cheveux angéliques pourtant si têtu, étant contraste ou singulier rapprochement entre l’ange et le diable. Il n’avait jamais su lequel employer pour se qualifier. Les femmes qui n’aimaient pas ses approches le déclaraient diabolique, les autres qui ne s’arrêtaient pas à ses badineries idiotes ou à ses sourires ravageurs lui préféraient le nom de l’ange. D’ailleurs, il était bien l’ange de deux femmes ; Rachel, pour l’égayer et la sauver de l’ennui, et Armanie, de laquelle il était si proche depuis longtemps. Il aimait leur relation, et le fait qu’il n’existe aucune ambiguïté entre eux. C’était la petite sœur et le grand frère par moment, le père et sa fille à d’autres. Ils n’avaient pas une grande différence d’âge mais elle était suffisante pour qu’ils aient ce rapport d’entraide. Il voyait déjà Rachel prendre soin d’elle, lui qui l’aidait déjà tant. Combien de fois avait-elle dormi chez lui par peur de rentrer chez ses parents ? Il ne comptait plus ces innombrables moments en tête à tête à discuter paisiblement de la vie et de ses déboires.

▬ Un ange...répéta-t-il. Un ange et une princesse. C’est qu’on ferait un beau couple, quand même.

Il la regarda en souriant, n’ayant pas insisté sur ce couple qu’il venait d’évoquer. Il laissa la phrase en suspend, parce qu’il voulait qu’elle la commente. Il continua de caresser sa main, la prenant par moments dans la sienne avant de la relâcher, et poursuivant cet instant avec plénitude. Il brisa gracieusement le silence par une phrase adorable qu’il dit avec un air enfantin :

▬ Moi, quand j’étais petit, j’avais dit à mon père que si j’étais amoureux d’une princesse, je la défendrais même contre les dragons. Et il sourit en la regardant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Mer 3 Juin 2009 - 2:06

"Oui, mais souvent les mecs ont besoin d’une guitare pour aller mieux. Et les femmes d’un homme. La boucle est bouclée…"

Rachel se mit à réfléchir au sens caché de cette phrase, si elle avait réellement une signification. (...Putain, j'ai une pensée obscène x) que Rachel n'aurait jamais xD, je te la dirais en HJ xD. Hum <<)
Comme je ne voudrais pas influencer ma pauuuvre Rachel siii douuuce et siii innocente - enfin plus tellement maintenant... - je propose que Rachel finisse par se mettre à sourire sans essayer d'approfondir ses pensées. Elle se sentait réellement bien, ici, avec lui, ce n'était pas seulement des paroles en l'air. Elle avait l'impression d'être dans un monde à part, un monde où les sens et les sentiments avaient plus d'importances que les devoirs et les obligations sociales. Ils étaient sur un terrain de jeu, à se faire de chatouilles, à parler de princesses et de dragons, et à s'amuser des troubles qui se produisaient dans leurs cœurs. Elle ne pouvait s'empêcher de frémir à chaque caresse qu'il posait sur sa main, et elle sentait son coeur vibrer lorsqu'elle effleurait sa poitrine en déposant des mots doux à ses oreilles. Elle ne comprenait pas pourquoi elle choisissait ce moment pour se laisser aller. Duncan jouait pourtant sa conscience, et de savoir qu'il pouvait venir à tout moment les interrompre devrait l'effrayer. Mais elle l'avait oublié. Elle ne savait pas trop comment Adrian s'y prenait, mais il avait le même effet que ses pilules des fois: anesthésiantes et euphoriques. Elle en avait pris d'ailleurs juste en arrivant. Cela devait peut-être aussi expliquer pourquoi elle ne l'avait pas encore critiqué Oo??!! Mystère et boule de gommes. Parfois, on n'a pas besoin d'être sous l'influence d'une drogue pour être complètement délirant.

Le mot "couple" sonna aux oreilles de Rachel comme une alarme. Elle sursautait presque. Une image lui vint à l'esprit: eux. Rachel secoua la tête. C'était encore trop tôt pour en statuer. Mais... elle fut encore plus perturbée par l'attitude d'Adrian. Il n'avait pas cherché à profiter de la situation. Le contact physique qu'ils avaient étaient de simples - mais si effroyables... - caresses et il leur arrivait parfois de se glisser des baisers mais à des endroits tout à fait innocents. L'insouciance d'Adrian troublait Rachel, alors qu'il venait de faire un pas en parlant de "couple". C'était-elle encore trompée sur son compte? Il n'avait peut-être pas si peur que cela, de l'engagement? A moins qu'elle ait réussi à lui faire changer d'avis? Non... Rachel n'aimait pas s'attribuer des mérites infondés. Elle ne savait toujours pas comment définir leur relation alors elle n'arrivait toujours pas à décrypter la manière dont Adrian la considérait... Et c'était si beau qu'il n'y ait pas de mot pour qualifier leur non-relation, par ailleurs, comme s'ils se situaient au delà, dans un ailleurs où les relations humaines ne comportaient pas d'étiquette. Elle passa sa main derrière l'oreille pour glisser une mèche de cheveux. Il l'avait bien deviné, c'était un de ses tics lorsqu'elle était nerveuse mais qu'elle essayait de le couvrir sous un visage serein. Puis elle écarquilla des yeux.

- Ma boucle d'oreille !

Rachel ne paniquait pas, ce n'était pas son genre de se comporter de manière affolée. Elle se contenta de se redresser et de regarder derrière elle. Elle se leva ensuite, et frotta son jean et sa chemise bleue - oui, sa couleur préférée! - pour les remettre en ordre. Aucun bijou ne tomba de ses vêtements. Elle attendit qu'Adrian regarde à son tour s'il ne l'avait pas derrière lui, mais rien.

- Les dragons cracheurs de feu aussi? La métaphore collerait bien en tout cas.

Rachel s'accroupit ensuite, et finit à plat ventre sur le sol (L). Elle regarda sous le lit, d'un regard avisé. Par contre, elle ne se considérait pas comme une princesse, loin de là. Elle avait toujours vécu dans une situation financière instable et n'avait jamais côtoyé des gens de la haute société de sa vie. Elle ne dit rien à Adrian à ce sujet, elle avait peur qu'il se dise que Don ne l'aidait pas à avoir une meilleure image d'elle-même. Don avait d'autres manières de la percevoir, et qui lui collaient peut-être mieux. Elle s'enfonça sous le lit, à la recherche de sa boucle d'oreille. Elle était bien tombée quelque part (L)! Arf, Rachel est choute <3 xD. Cette boucle d'oreille était en plus un cadeau de son mari, elle y tenait, c'était pour leurs deux ans de mariage. Elle soupira, les joues légèrement gonflées sous l'agacement. Qu'est-ce qu'elle faisait dans la chambre d'un homme qui la courtisait? C'était se jeter dans la gueule du loup si naïvement! Elle n'était vraiment pas fière d'elle même à présent qu'elle réalisait la bêtise de ses actes. Et puis... elle espérait que cette perte n'était pas symbolique. La culpabilité montait petit à petit dans son sang, tandis qu'une autre personne la rejoignit sous le lit, pour l'aider ou pas à retrouver son bijou.

Elle regarda sa moue gamine tandis qu'il la dévorait des yeux. Elle se rappelait de ce qu'il avait dit, il y a pratiquement un mois, dans son bureau d'hôpital, qu'il ne la mangerait pas quelque chose comme ça ><, maintenant elle en était encore moins sûre. Elle se décala légèrement pour lui faire de la place, et ainsi créer de l'espace entre leurs deux corps. Elle faisait mine de chercher encore sa boucle d'oreille avec les yeux, mais elle était à présent sur ses gardes. Je vous avais averti, il fallait VRAIMENT qu'il profite des compliments de Rachel parce que ça n'allait pas durer!

- Pourquoi tu n'as pas cherché à m'embrasser?

Rachel ne le regardait pas lorsqu'elle posait sa question. Elle effleurait le sol avec sa main, dans l'espoir de tâter son bijou perdu. Elle parlait dans un murmure, presque comme si elle s'adressait à elle-même. Elle sentait sa voix vaciller au fur et à mesure qu'elle approchait du thème qu'elle voulait réellement aborder.

- J'étais pratiquement dans tes bras dénudés, sur ton lit, sous l'influence de mes pilules, tu aurais très bien pu en profiter, tu sais? Je ... je ne sais même pas si j'aurai résisté.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Mer 3 Juin 2009 - 19:40

Adrian sursauta en étendant la voix de Rachel s’amplifier. Il ne comprit pas ce qui se passait. Il crut d’abord qu’elle venait de se rendre compte qu’elle avait oublié Duncan. Il fut dépité quelques secondes en se disant qu’elle devait partir. Il ne voulait pas qu’elle parte. Jamais. Ils resteraient là des jours, peu importe la nuit, le vent et les obligations. Dans leur monde à eux, il n’y en avait pas. On ne pouvait entendre que les rires des enfants qui faisaient écho dans la pièce. Ils étaient comme des élèves dans une cour de récréation, qui s’amusaient jusqu’à en perdre leur souffle, et couraient et sautaient pour ne pas perdre un instant du temps qui leur était offert. Quinze minutes de pause après les longues heures de cours soporifiques qui avaient précédé cet instant d’euphorie, et pour toutes les autres en perspective. Ils pensaient tout le temps à la sonnerie, et chaque fois qu’ils se rendaient compte qu’elle n’avait pas encore retenti, ils étaient encore plus heureux. Et c’était cela, la liberté. Profiter de chaque petit instant de bonheur parce que la prison était si près. Est-on heureux lorsque l’on sait que le bonheur est infini ? Il ressentait cette allégresse comme elle. Cette impression de flotter dans le sirop de l’illusion, et ne plus attendre qu’un peu de tendresse. Les pilules les plus fortes assommaient ; le bonheur le plus intense, lui, était bénéfique. Adrian comme médicament, n’était-ce pas ce dont il rêvait ? Savoir guérir ses maux et panser ses tristesses ?

Il comprit qu’il s’agissait d’une boucle d’oreille et qu’elle aller rester. Il s’agenouilla sur le lit, alors qu’elle en descendait. Elle était allongée par terre, sous son lit. Adrian eut soudain peur qu’il ne s’y trouve des choses qu’elle ne devrait pas voir. Il rougit, se remémorant à toute vitesse les objets ou les magazines susceptibles d’avoir glissé là-dessous. En y réfléchissant, il ne devait rien y avoir, mais il afficha une grimace en la rejoignant sous le lit. Il fut rassuré de constater qu’il n’y avait rien de compromettant. Après quelques instants de réflexion, il se trouva idiot. Il avait fait le ménage, il le faisait chaque semaine, pourquoi y aurait-il autre chose qu’un petit peu de suie et de poussière ? Il rampa jusqu’au niveau de Rachel et la regarda en souriant.

▬ Tous les dragons, dit-il.

Il finit par trouver, juste à sa gauche, le petit anneau qu’elle cherchait tant. Doré, brillant, c’est vrai qu’il était beau. Il lui tendit, très heureux de l’avoir trouvé. Cela lui ajoutait quelques points supplémentaires. Il attendait un remerciement, un sourire, peut-être même un bisou sur la joue si elle tenait beaucoup à cet bijou. Il croisa les doigts pour que ce fût le cas. Il fixait le mur en tentant de retenir une plaisanterie idiote. Il comparait son geste avec celui d’une des bêtes d’un film…Le seigneur des Anneaux. Il avait tendu la boucle d’oreille à Rachel comme Gollum tenait son précieux. Ce n’était pas le moment de faire le clown. Rachel avait l’air soucieuse. Elle lui demanda soudain la même chose qu’à leur premier rendez-vous. Il en fut intrigué. Avait-elle été contrainte à embrasser un homme de force ? Attendait-elle une obligation pour embrasser quelqu’un ? Les femmes sont bizarres, se dit-il. Il ne faut pas les embrasser trop tôt, sinon elles râlent. Parfois il ne faut pas les embrasser tout court. D’autres elles attendent un baiser alors qu’elles sont mariées, se dit-il à nouveau. Il ne répondit rien. Sa voix hésitait, lorsqu’elle reprit. Et il la coupa presque avec un sourire, comme s’il tentait de la rassurer.

▬ Justement. Je veux pas embrasser une loque, même si elle est ravissante. Je veux embrasser quelqu’un qui sait ce qu’il fait et qui en est conscient. Je veux qu’elle me sourit après qu’elle m’aura embrassé, et qu’elle me caresse les cheveux quand je lui caresserai les joues. Je veux pas qu’elle se rendorme dés que j’aurai posé mes lèvres sur les siennes. Je veux pas essayer de t’embrasser, je VEUX t’embrasser. Et si tu savais comme j’en crève d’envie. J’essaie de me retenir, parce que je me dis qu’il faut que j’attende, et que quelque chose en moi me dit que je vais me prendre un gros vent. Je veux pas profiter de toi, pourquoi est-ce que t’en es persuadée ? Je veux qu’on profite tous les deux, c’est différent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian Mer 3 Juin 2009 - 21:58

Et comme une enfant, Rachel mit sa tête à l'envers, gardant le reste de son corps sur le lit, pour regarder en-dessous. Elle faisait souvent cette position, pour amuser Samantha, en tirant la langue. Elle se releva ensuite pour finalement se glisser directement sous le lit. Elle sentit un objet plat la gêner sous le ventre, mais elle n'en tint pas compte. Elle était tellement effrayée à l'idée de perdre le boucle d'oreille offert par Don. Elle pouvait toujours lui cacher cette perte! Ou bien se contenter de porter l'autre boucle restante, comme un pirate! xD

" Tous les dragons"

Rachel se mordit les lèvres. Elle se rendit compte de l'effet que son sourire avait sur elle. Elle était soudainement rassurée. S'il pouvait chasser le dragon du feu, il pouvait aussi affronter le dragon de l'étourderie et lui ramener la boucle d'oreille manquante! Rachel dévia le regard. Il jouait presque le rôle du prince charmant. Sauf qu'elle avait interverti les rôles: c'était Don normalement son prince, et Adrian était le "méchant" qui jouait avec son esprit ! Elle avait relâché ses pensées négatives à son sujet pendant un moment, et abandonné ses préjugés. Elle essaya de revenir à elle, et douter de ses intentions à nouveau. Il était un homme après tout! Et elle était une femme ! S'il était à ce point intéressée par elle, il devait sûrement avoir des désirs plus charnels vis à vis d'elle, non? A moins qu'il ne soit chaste xD xD, mais elle doutait fortement T_T' xD. C'était drôle quand même. Rachel qui voyait le bon dans tout le monde trouvait toujours un moyen de chercher la bête noire chez lui >_<. Et elle tombait dans son propre piège, en sachant qu'elle craquait pour justement ce qui était ses défauts...

"Justement. Je veux pas embrasser une loque, même si elle est ravissante. Je veux embrasser quelqu’un qui sait ce qu’il fait et qui en est conscient. Je veux qu’elle me sourit après qu’elle m’aura embrassé, et qu’elle me caresse les cheveux quand je lui caresserai les joues. Je veux pas qu’elle se rendorme dés que j’aurai posé mes lèvres sur les siennes. Je veux pas essayer de t’embrasser, je VEUX t’embrasser. Et si tu savais comme j’en crève d’envie. J’essaie de me retenir, parce que je me dis qu’il faut que j’attende, et que quelque chose en moi me dit que je vais me prendre un gros vent. Je veux pas profiter de toi, pourquoi est-ce que t’en es persuadée ? Je veux qu’on profite tous les deux, c’est différent."

Une loque x) xD. Rachel se retint d'éclater de rire à nouveau. Il était si maladroit dans ses paroles, mais arrivait toujours à se rattraper avec son air innocent. Elle l'écouta, puisqu'elle avait posé sa question. Elle prit la boucle d'oreille qu'Adrian lui tendit. Elle n'allait pas le remercier, elle était trop prise par ses pensées et par le message qu'elle semblait lire dans cet acte manqué. Si elle n'avait pas fait tomber son bijou, elle n'aurait pas repris conscience de sa situation: elle était mariée et mère. Et elle se sentit mal de l'avoir oublié. Même si Adrian n'aimait pas qu'elle se définisse par ces statuts, être une épouse et une mère l'avaient transformé, l'avait fait devenir ce qu'elle était aujourd'hui: plus responsable, plus sérieuse, plus altruiste qu'elle ne l'était déjà, et sûrement d'autres choses... Elle regarda Adrian dans les yeux et avança son visage proche du sien, ses mots soufflant sur ses lèvres. A quoi jouait-elle? Cela ne lui ressemblait pas. Et justement.

- Je ne parle pas seulement d'embrasser. On aurait très bien pu commencer à faire une bêtise encore pire qu'un baiser volé...

Rachel jouait avec la réaction d'Adrian, en essayant de le séduire par une attitude charmeuse. Cela ne lui ressemblait pas vraiment, pas au grand jour en tout cas, mais comme toute femme un minimum sûre d'elle, elle savait se servir du sexe comme une arme des fois. Là, elle l'utilisait juste pour voir comment Adrian réagirait. S'il serait troublé, s'il serait tenté, s'il serait prêt à... craquer. D'un certain point de vue, on pouvait se dire qu'elle voulait qu'il se mette à se conduire comme un Don Juan. Parce qu'elle pourrait alors le rejeter sans regrets, confortée dans l'idée qu'il ne valait pas mieux que son pote Esteban, ami qui depuis des années persistait à flirter avec elle juste pour l'embêter. Elle baissa ensuite les yeux, en sentant que quelque chose la gênait encore. Elle se décala et remarqua qu'elle écrasait un dossier. SON dossier.

- ... Mais...

"Dossier médical de madame Rachel Menken".
... Il allait devoir fournir d'autres explications, le petit Adrian (L) xD. Elle fronça des sourcils. Elle ne jouait plus. Elle ouvrit le dossier sans vraiment le lire. On sentait qu'elle commençait à s'énerver. C'est fou comment Adrian parvenait tantôt à la faire rire puis dix secondes plus tard à la faire sortir de ses gonds ! Elle secoua la tête, complètement consternée par cette trouvaille. Il... avait PHOTOCOPIE son dossier médical ! Il s'amusait donc à la diagnostiquer le soir dans son lit? Ca le divertissait de connaître les défaillances de son système immunitaire? Ca l'amusait de lire qu'elle avait une mère décédée d'un cancer? Elle ne dit pas un mot, ne sachant pas comment formuler sa colère soudaine.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: [Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian

Revenir en haut Aller en bas
 

[Famille Taylor&Thomas] Just my Imagination#Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-