AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 «I’m gonna rule the world and you'll hate me » | ft. Muse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: «I’m gonna rule the world and you'll hate me » | ft. Muse Ven 17 Juin 2011 - 20:42

I’m gonna rule the world
and you'll hate me

feat luke a. jessfiel and muse hannigan


Ça faisait environ un mois que Luke s’afférait à découvrir les multiples facettes d’Ocean Grove, et il devait s’avouer qu’il était particulièrement dégouter de voir tous ses horribles sourires satisfaits sur les habitants du quartier. Dégouté de voir qu’ils dissimulaient leurs petits soucis insignifiants, et encore plus dégouter de voir que tout le monde étaient de gentilles personnes au sourire beaucoup trop angélique. Sans compter la bonté écœurante et hypocrite qu’ils laissaient transparaître. Non vraiment, Luke se retenait de ne pas foutre le feu à quelques bâtisses ici et là simplement pour le plaisir qu’on parle de lui aux nouvelles de 18 h. Mais s’il voulait avoir une chance de continuer son business jusqu’ici – si vraiment la ville pouvait réussir à lui plaire, car pour le moment ce n’était pas gagné – alors il devait être le plus discret possible. Il savait que son retour dans à Ocean Grove devait être spécialement focusé sur ses motivations premières face à Cléo, mais Luke aimait jouer ses multiples cartes afin d’avoir une vision plus large de ce qui pouvait se refléter comme une potentielle clientèle. Le plus amusant la dedans, c’était qu’il pouvait s’amuser pour se faire passer pour qui il voulait. Un jeu qu’il adorait jouer, se faisant passer pour quelqu’un travaillant pour le ‘’grand patron’’, le genre de jeu qui permettait d’en savoir beaucoup plus sur la fidélité de sa clientèle. Pas étonnant que certains le prenait pour Patrick, Luke ne dévoilait rarement son vrai nom. Pas par honte, ni vraiment par sécurité... mais plutôt par amusement de contrôler ce que les gens pouvaient bien apprendre sur lui. Il ne trainait jamais avec des cartes d’identités, préférant tout payer en liquide. De mauvaises habitudes qu’il avait conservées depuis le temps où il avait tout perdu pour se retrouver dans la rue. Fallait simplement voir où il était rendu maintenant pour voir que les choses étaient toujours aussi dangereuses. Mais combien excitantes. Luke termina de rattacher sa chemise blanche devant son reflet dans la salle de bain. Fin prêt de quitter cette chambre d’hôtel luxueuse – fallait bien profiter des petits plaisirs de la vie – Luke avait un client à rencontrer afin d’exposer les avantages des projets qu’il planifiait pour un futur incertain. Il y avait tant de choses qu’il aurait voulu contrôler mais il savait qu’il lui fallait être patient et avoir les bonnes personnes dans sa poche. Suffisait de montrer qui était le patron et quel était le réel danger de lui dire non. Il emprunta l’ascenseur de l’hôtel qui le déposa au premier palier.

Les portes s’ouvrirent et Luke marcha d’une démarche nonchalante et assurée vers la sortie afin de rejoindre le voiturier. Il n’était pas pressé la nuit venait à peine de se coucher et il voulait avoir un peu de temps pour s’amuser. Le voiturier fit arrêter sa nouvelle acquision, une Mayback Exelero qui eut l’effet escomptée lors de l’Achat. Alors qu’il ouvrait la portière pour s’installer au volant de sa voiture, Luke jeta un coup d’œil rapide aux gens qui n’avaient que de yeux pour sa voiture. Des regards envieux, certains mêmes presque totalement charmés… de jeunes demoiselles, certaines à l’air dangereux. Mais rien n’était trop effrayant pour Luke, et une demoiselle pouvait essayer de l’approcher pour sa fortune… mais il doutait qu’elle n’excelle. Il était peut-être trop égoïste. Ou volatile. Mais une femme s’était comme une voiture, il aimait les posséder et changer de modèle. Luke s’installa confortablement derrière le volant avant de mettre le contact et de faire tourner le moteur histoire d’impressionner. Puis à vive allure, il quitta le débarcadère pour filer entre les voitures sur la route menant au cœur du quartier. C’est en se stationnant devant le premier bar visiblement potable que Luke se mit à sourire d’un sourire mystérieux. C’était justement ce genre d’endroit qui l’excitait. La nouveauté. D’une assurance ravageuse, Luke se permit l’audace d’outre passé la file qui s’éternisais à l’extérieur contenant de vulgaires idiots qui avaient dans la tête d’avoir une chance de pouvoir faire la fête même sans avoir un salaire intéressant. Luke ne les voyaient de toute manière que comme une base clientèle pour celles qui valaient moins la peine. Quelques pas et il fondit sur le bonceur auquel il refila quelques billets, puis il s’enfonça dans l’établissement bruyant. À l’intérieur, Luke se dirigea lentement vers le bar les yeux parcourant lentement la foule afin d’avoir une idée de la clientèle. Calculateur, il s’installa finalement à une chaise accoté au bar. « Un whiskey, double. » Commanda-t-il à la barmaid sans lui accorder un regard. Il n’y aurait vu aucun intérêt de toute manière. Laissant le temps filer, se permit de descendre un verre puis un deuxième avant de prendre sur lui et d’attendre un peu avant d’en prendre un autre. Il devait être pleinement en contrôle de ses moyens pour pouvoir rencontrer son client en plein milieu de la nuit. Mais il pouvait s’amuser un peu. Il ne lui restait plus qu’à étaler ses options devant lui ou d’attendre. Il y aurait bien une fille qu’il pourrait amener dans ses filets. Combien de fois s’était-il fait accoster de toute manière? Alors il attendait de trouver une jeune fille pas banale, pas naïve et surtout pas saoule. Bien trop facile. Bien trop exaspérant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: «I’m gonna rule the world and you'll hate me » | ft. Muse Lun 20 Juin 2011 - 19:14

« Venez on va boire un verre ! » Muse avait tenté d’échapper à cette invitation, elle avait vraiment essayé. Lorsque l’assistant du photographe, un jeune homme vraiment charmant, avait fait cette proposition, plusieurs personnes présentes sur le shooting s’étaient empressées d’accepter, Muse, elle, avait été dans sa loge pour enlever la tenue qu’elle portait pour la séance. Elle espérait sincèrement pouvoir rentrer chez elle et pouvoir être au calme. En sous-vêtement, elle n’avait pas bronché lorsque Diego son maquilleur était entré sans gêne dans la pièce: « Chérie, si tu crois que je ne t’ai pas vu t’éclipser tout à l’heure, tu te fourres le doigt dans l’œil et bien profond » Muse soupira en levant les yeux au ciel. Diego voyait tout, il était partout ! Elle avait naïvement cru qu’elle pourrait échapper à cette petite soirée improvisée pour pouvoir se reposer chez elle. Ces derniers temps, faire la fête ne faisait plus partie de ses priorités, au contraire, le calme était quelque chose qu’elle chérissait plus que tout. Elle enfila une robe cintrée noire qui lui arrivait au dessus du genou et qui mettait des formes en valeur, et finit par lancer un regard suppliant à Diego, un regard qui signifiait quelque chose dans le style: ’pitié couvre moi, je veux pas y aller !’ D’un claquement de langue réprobateur Diego lui fit comprendre que sa requête venait d’être rejetée. Et Muse comprit qu’elle ne pourrait pas discuter. C’est donc à contre cœur qu’elle se maquilla rapidement sous l’œil amusé de son maquilleur qui était ravi de la voir céder aussi rapidement. Une fois habillée, coiffée et maquillée, la jeune femme se tourna vers Diego et lui dit sur un ton mi sérieux, mi amusé: « Tu me le payeras ».


Et c’est ainsi que Muse Hannigan se retrouva en train de faire la fête au Blue Lagoon Bar. Et pour faire la fête, elle la faisait. Au début, la soirée s’était déroulée calmement, ils étaient tous assis autour d’une table sur un canapé dans un coin reculé de la salle. Ils parlaient boulot, ils parlaient mode, ils parlaient vêtements, ils parlaient mannequin. Muse avait plusieurs fois jeté un regard désespéré en direction de Diego, espérant qu’il allait lui dire qu’elle pouvait partir, mais son ami hochait souvent la tête de gauche à droit pour lui intimer l’ordre de rester. Finalement, ils burent quelques verres, et les esprits s’échauffèrent, les rires étaient plus nombreux, plus forts aussi, et ils ne parlaient plus travail ce qui n’était pas trop tôt ! Muse était enjouée, et elle devait bien admettre que Diego avait eu raison de l’obliger à venir, cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas détendue, qu’elle n’avait pas pris du bon temps et qu’elle n’avait tout simplement pas profité de la vie. Sans prévenir, elle se leva, contourna la table et tendit la main vers son ami, signe qu’elle l’invitait à danser. Ainsi ils se retrouvèrent sur la piste de danse au milieu de tous ces corps enchevêtrés. Contrairement aux autres femmes présentes ce soir là, Muse ne ressemblait pas à une bimbo, elle était élégante, elle était belle, elle était désirable, mais sans être vulgaire. Sa façon de danser ne l’était pas non plus. Elle dansait avec sensualité, et l’on sentait qu’elle était à l’aise dans son corps. Sans doute que l’homme qui s’occupait de la musique s’était rendu compte qu’elle dansait plutôt bien, et qu’elle bougeait son corps avec agilité et souplesse, puisqu’il lança un tango. Muse eut un petit sourire en coin, ce n’était pas la première fois qu’elle dansait ce genre de danse avec Diego, et le moins que l’on puisse dire, c’était qu’il était doué. Et c’est ainsi qu’ils commencèrent leur danse endiablée et sensuelle. Ils étaient élégants et la plupart des personnes présentes semblaient s’en être rendue compte puisqu’ils observaient avec attention le couple d’amis danser. A la fin de la musique, quelques petits applaudissements se firent entendre, Muse déposa un baiser sur la joue de Diego et alla au bar pour prendre un rafraichissement. Elle allait en commencer un pour Diego mais celui-ci la prévint qu’ils partaient tous. La jeune mannequin le remercia pour la soirée et lui expliqua qu’elle allait boire un dernier verre avant de rentrer chez elle.

Assise sur un tabouret haut, elle buvait tranquillement son cosmopolitan lorsqu’elle entendit un homme envoyer sur les roses une allumeuse un peu trop saoule. Muse tourna son regard dans sa direction et avec surprise découvrit à quelques mètres d’elle, un homme élégant, classe, qui ne semblait pas saoul, et qui ne cherchait pas à tirer son coup avec la première délurée qui passait vers lui. Elle croisa enfin son regard, et l’inconnu la regarda avec insistance, il devait sans doute se demander pourquoi elle le regardait de la sorte. Sans vraiment savoir pourquoi, Muse prit son verre et s’approcha de lui. Elle montra le tabouret libre à ses côtés et lui demanda sur un ton amusé: « Si je m’installe là, vous allez m’envoyer sur les roses comme la précédente fille qui s’est risquée à vos côtés ? » Finalement, l’inconnu lui répondit; et dans un sourire la demoiselle s’installa sur le tabouret. Elle observa l’homme à quelques centimètres d’elle, et tout en mettant l’olive dans sa bouche elle lui demanda: « Vous n’êtes pas d’ici je me trompe ? Ou alors, cela ne fait pas longtemps ? » Ce n’était pas vraiment dans le genre de Muse d’aborder les hommes accoudés à un bar, mais elle ne voulait pas rentrer tout de suite et celui-ci lui avait fait bonne impression. Comme quoi… Il ne fallait pas se fier aux impressions…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: «I’m gonna rule the world and you'll hate me » | ft. Muse Mar 28 Juin 2011 - 20:10

Installé au comptoir, Luke se permit quelques regards sur la foule qui se trémoussait au rythme de la musique au style tango qui ne lui plaisait absolument pas, mais qui à l’instar à certains autres styles ne le dérangeait pas plus qu’il ne le fallait. En fait, s’était mené d’un je-men-foutisme total qu’il détaillait l’architecture de la décoration avant de poser ses yeux sur un couple de danseurs qui semblaient savoir ce qu’ils faisaient. Même si pour lui, ça ressemblait à une danse des singes avec l’impression qu’ils donnaient de savoir quels mouvements étaient appropriés au rythme entendu. Il n’avait d’yeux que pour cette femme à l’élégance qui devait faire complexer les plus confiantes. Quelque chose lui disait qu’il avait peut-être beaucoup plus de chance d’être tombée sur une telle femme et même si elle avait à son bras un autre homme, Luke conservait se vieil adage comme quoi, un meuble ça se tassait. Guettant du coin de l’œil la fin de la danse, avant de se désintéressé de la scène, Luke remarqua tout de même la séparation qui tirait plus à une relation amicale qu’à autre chose. Tout en se promettant de savoir qui était cette femme, Luke se commanda son troisième verre de la soirée afin de remplacer son deuxième qu’il avait savouré pour conserver un esprit clair. Il ne pouvait pas se permettre d’être saoul. Calme, Luke s’en vit à penser à différentes avenues que les choses pourraient prendre dans cette petite ville. Des idées qui se développait lentement au fil du temps qu’il avait à être tranquille et où il pouvait envisager toutes les menaces et les plans qu’il aurait à mettre à exécution pour avoir dans sa poche des éléments gagnants pour être tranquille et faire son business sans embûches. Et il devait penser au recrutement. « Ça te dirais, de m’offrir un verre? » Interpelé par une femme à la silhouette plutôt avantage, bien que vulgaire, Luke retourna la tête vers la nouvelle venue avant de lui décroché un regard complètement désintéressé. « Et si t’allais voir ailleurs, s’il y aurait pas un connard dans ton genre? » fit-il en prenant le temps de bien lui faire comprendre qu’une idiote de son genre aurait tôt bien fait de trouver un mec complètement saoul qui après 30 secondes aurait déjà fini de tirer son coup. Portant à ses lèvres son verre afin de coupé court à l’audace ridicule de la jeune femme qui s’éloigna complètement frustrée, Luke sentit qu’on l’observait et c’est en jetant vaguement un regard sur les gens autour de lui qu’il croisa le regard de la jeune danseuse de tout à l’heure. Intrigué, il ne se permit pas de détourner les yeux détaillant l’intention pour le moment inconnue que celle-ci semblait avoir à son égard. Lorsqu’il la vit se lever pour s’approché de lui, Luke réajusta la manche de sa chemise d’un geste machinal avant de faire pivoter doucement de son tabouret vers celle-ci. « Si je m’installe là, vous allez m’envoyer sur les roses comme la précédente fille qui s’est risquée à vos côtés ? »

Plongeant ses yeux dans ceux de Muse, Luke laissa lentement dessiner un sourire en coin visiblement amusé de la question. Il tendit la main pour lui offrir le tabouret à sa droite non sans empoigner son verre de l’autre main. « Je parle qu’à celles qui ont bon goût et qui laisse transparaître de l’intelligence. » la complimenta-t-il avant de se réinstallé face au bar non sans étant ouvert à ouvrir la discussion avec elle. Pour le moment, du moins. « Vous n’êtes pas d’ici je me trompe ? Ou alors, cela ne fait pas longtemps ? » Surpris, Luke détourna la tête pour jeter un coup d’œil à Muse. Est-ce que ça paraissait tant que ça qu’il ne venait pas de cette ville? Sans doute. Il avait l’habitude des quartiers enflammés, des ruelles sombres et dangereuses… Un train-train quotidien qu’il ne vivait pas depuis son arrivée à Ocean Grove. Ça rendait sa perception de la ville très .. banale. « Chicago… » Servit-il, en guise de réponse affirmative au fait qu’elle avait vu juste. Luke termina son verre avant de le reposer en direction de la serveuse. Il fit un signe qu’il voulait deux verres puis alors qu’il attendait, il posa son bras sur le comptoir avant de s’attarder sur la belle inconnue. « En toute sincérité, sans vous… je ne verrais pas d’intérêt à me tenir dans ce bar. Sauf l’amusement d’envoyer balader ses idiotes…»

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: «I’m gonna rule the world and you'll hate me » | ft. Muse Dim 11 Sep 2011 - 23:21

Finalement, Muse devait bien admettre que cette petite soirée était une excellente idée. Cela lui avait fait un bien fou, et l’espace de quelques heures, elle avait pu s’évader, et oublier le désastre qu’était sa vie personnelle. Cependant, pas question de se souler, non, pas ce soir. Elle ne voulait pas en faire baver à Cassandre en arrivant encore en retard, ou avec une gueule de bois monstrueuse, pas question. Elle avait décidé de laisser un peu de répit à sa patronne, pas éternellement, mais assez pour que Cassandre reprenne le dessus sur tout. Ainsi, la jeune brune s’était accordé un dernier verre avant de partir, néanmoins, son regard avait capté celui d’un mystérieux blond. Ce n’était pas dans ses habitudes d’aborder les hommes, souvent elle les laissait venir à elle, et aimait se montrer intouchable, mais ce soir, cet inconnu l’intriguait beaucoup trop pour qu’elle n’attende avant de lui parler. Muse s’était donc approché de lui de manière anodine, sans arrière pensée derrière la tête. J’entends par là qu’elle n’avait aucune intention vis-à-vis du jeune homme. Elle n’y allait pas dans le but de se faire payer un verre, encore moins dans le but de le draguer, et pour finir elle n’y allait pas avec l’idée qu’elle finirait la nuit avec lui dans une chambre d’hôtel ou ailleurs non. Non, Muse se dirigeait vers Luke en toute amitié, ou tout du moins en toute courtoisie. Elle avait bien remarqué qu’il la fixait, sans doute pas parce qu’elle lui plaisait, mais sans doute parce qu’il devait se demander pourquoi elle le fixait elle aussi de la sorte. Arrivée à sa hauteur, elle avait pris la parole en premier. Contre toute attente, il ne l’envoya pas balader comme il l’avait fait avec l’autre demoiselle avant. Comme quoi, Muse ne faisait pas partie du même standing que les autres, elle était au dessus, bien trop classe, élégante, et intelligente pour se rabaisser à draguer comme une vulgaire catin de bas étage. Après le signe de la main qu’il lui avait fait pour lui permettre de s’asseoir, la jolie brune avait pris place sur le haut tabouret tout en écoutant attentivement ce qu’il avait à lui dire: « Je parle qu’à celles qui ont bon goût et qui laisse transparaître de l’intelligence. » Muse eut un petit sourire amusé au coin des lèvres. Il était flatteur sans que cela passe pour de la drague lourde. Surprenant, agréablement surprenant. Elle ne répondit rien à ce compliment, pas même un merci. Cela ne voulait pas dire qu’elle le prenait de haut et qu’elle se savait intelligente, c’était juste pour clore le passage compliment et passer à autre chose, à quelque chose de plus intéressant comme une conversation fondée. Finalement lorsqu’elle lui demanda s’il était d’ici, elle remarqua sa surprise. Apparemment, il ne s’attendait pas à être découvert aussi tôt, sans doute s’était-il attendu à pouvoir se fonder dans la masse de manière aisée, mais son attitude légèrement en retrait et observatrice laissait penser qu’il ne connaissait pas encore les habitants de cette ville. Lorsqu’il lui répondit « Chicago », Muse perdit doucement son sourire et son cœur s’emballa. L’évocation de cette ville était toujours difficile pour elle. Cela lui rappelait la faille béante qui avait pris place dans son cœur, celui lui rappelait Pride. Finalement elle secoua doucement la tête pour se sortir de ces pensées moroses et pour revenir dans la conversation avec l’inconnu. Finalement ce dernier recommanda un nouveau verre, et la bonne résolution qu’avait prise Muse de ne boire qu’un seul verre s’était évaporée aussi vite qu’elle était apparue. « En toute sincérité, sans vous… je ne verrais pas d’intérêt à me tenir dans ce bar. Sauf l’amusement d’envoyer balader ses idiotes…» Muse le fixa un sourire amusé accroché aux lèvres, elle se pencha vers son oreille droite et murmura: « Attention, ne me flattez pas trop, je pourrais bien finir par croire que vous pensez ce que vous dites. » Elle se recula ensuite, comme si elle n’avait rien dit, et prit le verre que le barman venait de lui apporter. Elle se retourna vers Luke et demanda: « Et pourrais-je savoir à qui ai-je à faire, et pourquoi cet inconnu a quitté Chicago pour Ocean Grove ? Ou parler ne fait pas partie de vos plans pour ce soir ? » Sans s’en rendre vraiment compte, Muse était passée du stade de copine là pour s’amuser, à séductrice. L’alcool lui montait rapidement à la tête, et elle ne se rendait même pas compte qu’elle l’allumait lentement mais sûrement. Bien vite elle se rendrait compte de l’erreur qu’elle était en train de commettre. Mais lorsque cela serait le cas, cela serait trop tard pour reculer…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: «I’m gonna rule the world and you'll hate me » | ft. Muse

Revenir en haut Aller en bas
 

«I’m gonna rule the world and you'll hate me » | ft. Muse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-