AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Famille Blythe) Revelations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: (Famille Blythe) Revelations Lun 1 Juin 2009 - 23:06


topic entre Victoria Blythe, Rhys Blythe, Maât Blythe-Sheldon et Annabel Perez.
Darla Davenport puis Scott Matthews se joindront à eux par la suite. Il n'y a pas
d'ordre, chacun poste quand il le veut.


      Previously on Filthy Secret.
      Alors que Maât Blythe-Sheldon et son frère Rhys Blythe sont âgés respectivement de 7 et 4 ans, la famille Blythe emménage dans la maison de vacances du patriarche de la famille, Archibald Blythe, à Ocean Grove quartier résidentiel de Miami (Floride, USA) puis un an plus tard, Victoria voit le jour. Maât quitte cette maison en septembre 2001 pour commencer ses études de droit à Columbia (NY, USA) puis c'est Rhys qui part en septembre 2008 pour s'installer à Tampa. Le 12 janvier 2009, Douglas Blythe (le père des enfants) perd le contrôle de sa voiture et décède dans un accident. Rhys prend la décision de revenir auprès de Victoria et s'installe dans la maison avec sa soeur et sa mère. Maât lui préfère rester à San Francisco et ne se montre que pour les funérailles de leur père. Le 6 avril 2009, Victoria voit Archibald Blythe faire une crise cardiaque et elle ne cesse de répéter depuis qu'elle n'a "rien fait pour l'aider". C'est ainsi qu'est mort le très important Blythe. Le 14 avril 2009, Maât arrive à Ocean Grove pour l'enterrement de son grand-père. Il apprend au passage qu'ils sont les trois héritiers d'une énorme fortune et lui est le nouveau vice-président de la Blythe Events Compagny. Depuis, les trois Blythe vivent ensemble dans la maison familiale d'Ocean Grove.
      Depuis, la petite amie de Maât, Darla Davenport, a emménagé avec eux ainsi que Annabel Perez, la gouvernante qui travaillait chez Maât à San Francisco.


Dernière édition par Maât Blythe-Sheldon le Lun 1 Juin 2009 - 23:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Lun 1 Juin 2009 - 23:12

      Fin-janvier 2005, chambre d'un motel près d'Houston, Texas, USA.
      Le vieux Blythe courrait dans toute la chambre pour faire rapidement ses bagages. Il devait partir le plus vite possible avant que quelqu'un ne révèle où il se trouvait. Des efforts de toute une vie qui pourraient être anéantis en quelques minutes.
      - Bonsoir Archibald.
      Le grand-père se retourna, constant que son petit-fils se tenait à la porte d'entrée.
      - ...Maât !?
      - Crois-moi, ce ne fut pas aiser de te trouver, pour la seconde fois, lui assura Maât avant de refermer la porte derrière lui.[/color]
      - Qu'est-ce que tu fais ici ?
      - Tu as le don inouï pour disparaitre. Mais cette fois, crois-moi tu n'auras plus l'occasion de me faire une nouvelle fois faux-bond.
      - Maât, il vaut mieux que tu sortes. Une goûte de sueur perla sur le front du vieil homme.
      - Non Archibald, pas cette fois.

    Now on Filthy Secret. Juin 2009, 11:32 Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
    Cela faisait maintenant deux jours que Darla et moi avions rompu. Je considérais qu'il était donc temps d'en informer mon frère et ma soeur. De plus, j'avais une autre annonce à leur faire : je voulais vivre ouvertement ma nouvelle relation avec Scott, même si je devais avouer que j'angoissais complètement. Je ne savais pas comment Rhys allait réagir, ni même Victoria. Scott attendait dehors, je comptais le faire rentrer une fois l'annonce faite. Je voulais bien faire les choses.
    Rhys était en train de prendre son petit déjeuner, Victoria lisait ses cours sur la table en face de lui. Je m'installais à coté de mon frère.
    - J'ai quelque chose à vous dire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Mer 3 Juin 2009 - 21:16


    Victoria n’avait guère beaucoup dormi. Une sorte d’insomnie tenace semblait l’habiter depuis quelques jours déjà. La jeune fille avait beau se tourner et se retourner dans son lit, elle n’arrivait pas à trouver le sommeil, quant bien même était-elle épuisée. La jeune fille avait donc passé une nouvelle nuit à naviguer sur son ordinateur portable à la lumière de sa lampe de chevet et à se lever de temps à autre pour observer les dégâts engendrés par les flammes, il y a déjà quelques jours. L’enfer s’était calmé et les pertes matérielles laissaient un vide considérable. Victoria eut le plaisir de s’endormir quatre petites heures, de six heures à dix heures. C’était déjà mieux que rien. La demoiselle avait enfilé une chemise à son père (elle avait absolument tenu à ce que la garde de papa reste dans la maison) ainsi qu’un pantalon trop grand pour elle. Après quoi, la jeune Blythe s’installa dans son lit pour réviser quelque peu ses cours, les examens approchant à grand pas. Autant dire que cette insomnie débarquait au mauvais moment. Elle allait devoir trouver une solution. Soit pour pouvoir avoir une bonne énergie, même avec quelques heures de sommeil en moins, soit pour pouvoir dormir la nuit sans problème. La deuxième solution serait assez tentante mais ce problème n’était rien face à celui qui se posait sur papier, sur son cahier de cours, devant un bâillement las de la jeune fille. Victoria était connue pour être une très bonne élève et ses professeurs n’avaient cessé de dire qu’elle obtiendra ses examens hauts la main. Mais encore faut-il travailler pour avoir une bonne note. Et ce n’était pas vraiment ça qui dérangeait Victoria, au contraire. Malgré la fatigue, le stress, la nervosité, la surprise et le désarroi dans lesquels elle était plongée en ce moment, la jeune Blythe comptait bien tout faire pour que ses notes ne déçoivent ni ses professeurs, ni sa famille (ou, du moins, ce qu’il en reste) et, surtout, ni elle-même. Si la blonde revenait à ne pas avoir les résultats qui suivaient son comportement exemplaire – ou presque – de sa scolarité, elle serait bien pire qu’abattue. Le travail était bien le domaine où elle était sûre d’avoir la balle dans son camp et qu’elle ne pouvait compter que sur elle-même pour obtenir ce qu’elle voulait. La jeune fille révisa donc un moment dans sa chambre, dans le plus grand calme, avant d’entendre l’eau coulée. Petit coup d’œil à l’horloge ; il était déjà onze heures. Victoria bailla une nouvelle fois, prit son classeur et son manuel sous le bras et sortit de son coin en trainant les pieds. Ses cernes trahissaient sa fatigue et elle eut une grimace en entendant le bruit de l’aspirateur. Nom d’un chien, on ne passe pas l’aspirateur à onze heures. Ni même le week-end. Annabel n’avait donc pas assez de la semaine entière ? Après tout, c’était son job et elle n’avait que ça à faire de ses journées. La maison s’éveilla d’un seul coup, ce qui la rendit d’une humeur guère très agréable. Installant bruyamment livre et classeur sur le comptoir de la cuisine, sa manière à elle de faire sentir un peu plus que la maison Blythe est en éveil, Victoria se prit le strict minimum du petit-déjeuner : jus d’orange et deux biscottes. Rhys allait sûrement l’incendier sur le maigre repas que constituait celui qui était le plus important de la journée mais sa cadette n’en avait que faire ; elle n’avait pas très faim et puis, le déjeuner arrivait à grand pas. Ouvrant son livre tout en posant ses fesses sur le tabouret, ses yeux verts se mirent à lire les lignes avec précipitation. Quelques minutes après, Rhys l’avait rejoins. Ce dernier se mit à la questionner sur la trace de ses cernes. Victoria soupira mais ne répondit rien. A croire que, ces derniers temps, elle était aussi muette qu’une tombe (bien le cas de le dire) et son visage ne quitta pas le livre qu’elle lisait. Ce ne fut qu’en entendant la porte de l’entrée claquée que la jeune Blythe leva enfin ses prunelles vertes pour voir le visage de son aîné, l’air contrarié et dénudé de sourire. Dans un silence d’attente – car il était clair que Maât avait quelque chose à leur dire – les deux autres le regardaient s’installer à côté de Rhys. Sans que l’un ou l’autre n’eut besoin d’ouvrir la bouche, l’aîné du trio ouvrit la sienne.

      MAÂT : J'ai quelque chose à vous dire...

    Victoria fronça les sourcils. En général, quand on commençait une phrase comme ça, ce n’était pas très bon présage. Ce n’était peut-être qu’une mauvaise foi mais en tout cas, cela n’annonçait rien de très bon. Posant son regard sur Rhys puis sur Maât avant de regarder autour d’elle – il y avait tellement de personnes qui habitaient au 1666 rue Apple Road qu’on ne pouvait plus parler de n’importe quoi n’importe quand. Elle ne savait pas ce que comptait dire leur frère mais en tout cas, mieux vaut être prudent. De plus, le bruit de l’aspirateur recouvrait assez bien les bruits de voix qu’ils pouvaient créer.

      VICTORIA : Tu sais que j'aime pas ce commencement de phrase ? Rassures moi par avance ; ce n'est pas si grave qu'une mort, hein ?

    Prononcer ce mot lui faisait mal mais c’était la question primordiale qu’elle se devait de poser. En même six mois, la famille Blythe avait connu bien trop de décès qui les avaient un peu trop affectés. Enfin, du point de vue de Victoria. La boule de nerfs qui veillait en elle eut l’air de se secouer quand elle repensa à l’image de son grand-père s’effondrant par terre. Secouant la tête pour refuser d’y penser, la jeune fille concentra de nouveau son attention sur son frère, attendant la réponse qu’elle attendait sortir de ses lèvres à lui.


Dernière édition par Victoria Blythe le Sam 6 Juin 2009 - 16:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Ven 5 Juin 2009 - 18:55

    La journée de Rhys Blythe avait débutée depuis des heures mais puisqu'il était pratiquement sorti dès son réveil, il n'eut nullement l'occasion de voir Maât ou Victoria avant que ne sonnent onze heures et quart. De toute manière, tous les trois avaient des emplois du temps et des activités si différentes tout au long de la journée qu'ils n'arrivaient que difficilement à se retrouver tous les trois ensemble, au même moment.
    Ainsi, lorsque le jeune homme vint rejoindre la cuisine de la demeure des Blythe, il fut légèrement surpris d'y trouver sa petite sœur déjà installée. Venant tout juste de quitter Annabel, la gouvernante, avec qui il avait partagé une discussion brève avant de la laisser s'occuper des diverses taches ménagères de son programme, Rhys ne s'attendait pas à retrouver quelqu'un dans la pièce voisine. Il n'en était pas dérangé, loin de là : c'était toujours un véritable plaisir de pouvoir partager un moment avec sa sœur, même lorsque celle-ci était très clairement d'une humeur massacrante. En effet, un coup d'œil vers elle suffit au jeune homme pour voir que sa sœur avait sûrement passée une nouvelle nuit agitée. Fronçant les sourcils, il contourna la table afin de gagner le réfrigérateur. Une main posée sur la poignée, il fit alors la remarque qu'elle ressemblait à un cadavre tout juste déterré (se moquant de l'humour noir que pouvait contenir cette remarque dans la situation actuelle), continuant de la fixer avec une grande attention avant d'ouvrir le frigo et de laisser l'air frais l'envahir sensiblement. Il mit alors la main sur le pack de lait et se dirigea vers l'étagère où, d'un geste, il attrapa son bol habituel et ses céréales – de vrais céréales de gamins mais dont on pouvait être sûr qu'ils contenaient tous les nutriments essentiels et bénéfiques pour un petit déjeuner. Rhys venait de faire un jogging et il détestait tout particulièrement d'avoir à boire du café juste après alors, l'alternative du bol céréalier était tout indiquée. D'un pas lent, il s'installa à la table où était assise Vicky et ne tarda pas à planter sa cuillère dans son bol plein, bien que son regard ne cessait de dévisager le visage fermé et concentré de la jeune fille sur ses notes de cours. Écartant de son visage une mèche de cheveux humide pour être tout juste sorti de la douche, Rhys s'apprêtait à reprendre la parole pour lui faire une nouvelle remarque, soucieux, lorsque Maât entra dans la pièce à son tour. Wow, repas de famille improvisé ? S'il avait su et bien, il aurait pensé à … Non, en fait, cela n'aurait pas changé grand chose. Levant son regard sur son aîné, il lui adressa un signe de la tête en guise de salutation et se mit à mettre en bouche sa première cuillerée tandis que Maât prenait place à leurs côtés. Rhys n'avait nullement remarqué l'air dur presque professionnel qu'affichait son frère : il était assez tête en l'air en général et cette matinée ne faisait pas l'exception. Aussi, quand Maât prit la parole et demanda clairement toute leur attention, Rhys, le nez dans son bol, haussa un sourcil, très sceptique quant à la réelle importance de ce qu'il tenait à leur faire partager. Quoi, il viennait de s'acheter une Porsch rouge laquée cette fois-ci ? Levant son regard vers Victoria qui au contraire, semblait véritablement inquiétée par cette soudaine apparition de leur frère, l'étudiant trouva bon d'intervenir à son tour. La voix désinvolte et ayant fini sa bouchée, il regarda sa sœur avant de faire la navette vers le regard tout aussi émeraude de Maât.

      « Panique pas. Il va sûrement nous annoncer qu'il a mis sa Darling enceinte ou qu'il veut nous avoir comme témoins à leur mariage. Je préviens, ne force surtout pas les hommes à porter des nœuds de pap'. »


    Bien loin d'imaginer combien il se méprenait et risquait de rendre la tache encore plus difficile à son frère, Rhys afficha un air détaché et espiègle à la fois. Il était ironique mais pas tant que ça : il souhaitait et était véritablement convaincu que son frère allait leur annoncer une bonne nouvelle dans ces eaux-là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Sam 6 Juin 2009 - 15:55


    Annabel s'était levée relativement tôt aujourd'hui. La petite ville si paisible avait été mouvementée ces temps ci. Les incendies volontaires avaient laissés de nombreuses cicatrices dans les rues d'Ocean Grove, ainsi que dans le cœur de ses habitants. Le fait que de personnes tant cruel pouvaient commettre des actes aussi monstrueux la mettait en colère, et elle ressentait une profonde tristesse pour les habitants qui avaient vu leur souvenirs disparaître en fumé. Elle alla faire les courses, rangea la cuisine, et entreprit de passer l'aspirateur sur les coups de onze heure. Elle savait qu'elle en faisait parfois un peu trop, ayant passé l'aspirateur un jour avant, mais en rangeant et en astiquant tout dans la maison elle avait ainsi l'impression de moins profiter de la situation. Elle avait suivie Maât ici pour le soutenir dans la douleur du décès de son grand-père. Néanmoins, la maison était bien remplie, et sa venue n'était peu être pas bénéfique pour les autres Blythe qui eux avaient l'habitude d'être tranquillement chez eux, sans une gouvernante qui ne parle que très peu l'anglais. Elle se rendait donc utile au minimum, essayant parfois d'engager la conversation avec les autres membres de la famille. Si le contact avait été plutôt facile avec Rhys, Victoria avait un caractère sauvage, et Anna' n'insistait pas, elle avait conscience que le jeune femme avait besoin de temps et surtout d'espace, ce qui devenait rare dans la maison.

    Après avoir passé l'aspirateur, elle passa le chiffon pour nettoyer la poussière sur les meubles. C'était une très belle maison qui comportait des meubles anciens très beau et Annabel adorait en prendre soin. N'ayant encore pas beaucoup d'amis ça l'occupait durant ses journées. Elle vit Victoria passer devant elle l'air de s'être réveillée du mauvais pied. Annabel se contenta de lui sourire, pensant qu'il ne valait mieux pas engager la conversation avec elle qui de plus s'apprêtait à étudier.

    Un peu plus tard, alors qu'elle s'attardait sur les meubles du salon, Rhys vint à son tour, et se dirigea également vers la cuisine après une brève mais tout de même agréable conversation. C'était au tour de Maât de pénétrer dans la maison quelque minutes plus tard, décidément, la maison s'était soudainement éveillée. Annabel ne put s'empêcher de sourire. Elle appréciait le mouvement, et bien que cette maison en regorgeait parfois un peu trop, elle était toujours heureuse lorsqu'il y avait du monde, lorsqu'il y avait de la vie. Elle entendit le lave vaisselle émettre un un « bip » depuis la cuisine. Elle pénétra dans la salle, lança un bonjour, et observa la scène qui se déroulait sous ses yeux. Victoria et Rhys était assis à la table de la cuisine, Maât assis à côté de lui. Rien de suspect jusque là, elle se dirigea vers la machine et commença à sortir la vaisselle propre. Une conversation débuta entre la fratrie. Annabel connaissait Maât, il avait cet air sérieux qui prédisait une nouvelle importante. Elle pensa que le jeune Blythe-Sheldon voulait s'entretenir avec son frère et sa sœur.

      - Hum...Je vais vous laisser entre vous.


    Elle referma le lave-vaisselle et marcha en direction du salon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Dim 7 Juin 2009 - 13:38

    - J'ai quelque chose à vous dire...
    - Tu sais que j'aime pas ce commencement de phrase ? Rassures moi par avance ; ce n'est pas si grave qu'une mort, hein ?
    - Panique pas. Il va sûrement nous annoncer qu'il a mis sa Darling enceinte ou qu'il veut nous avoir comme témoins à leur mariage. Je préviens, ne force surtout pas les hommes à porter des nœuds de pap'.

    Voilà ce que j'aimais chez mon frère : sa capacité à tourner tout en dérision. Logiquement, cela permettait de détendre l'atmosphère (ce qui n'aurait pas été un luxe) mais le fait qu'il est abordé le sujet Darla en sous-entendant un mariage ou une grossesse n'était en fait pas une bonne idée en soi.

    Je me sentais perdu et déboussolé. C'est alors que je réalisais que je voulais leur annoncer une nouvelle mais que je n'avais même pas réfléchit à la façon de leur dire, trop occupé à penser à leurs réactions une fois les mots sortis de ma bouche. Comme à chaque fois lorsque l'on veut faire un coming out, on ne pense pas dans le bon sens, se retrouvant ainsi dans des situations improbables. Je me souvenais un jour, alors que je vivais encore à San Francisco, d'un ami à moi qui m'avait raconté son coming out à ses parents (HJ véridique, un de mes potes l'a fait comme ça =) ). Il devait être âgé de dix-sept ou dix-huit, était tombé amoureux d'un mec alors qu'il faisait craquer toutes les filles de son lycée et avait finalement comprit qu'il était homosexuel. Ses parents n'étaient pas particulièrement des croyantes confirmés, ni des réfractaires à cette "communauté" (je n'ai jamais approuvé cette idée de "communauté gay") - bref, quoi qu'il en soit il arriva dans le salon où ses parents regardaient tranquillement la télévision. Il me raconta, alors que nous prenions un verre dans un bar, qu'il fut littéralement prit de panique. C'est alors qu'il remarqua le miroir au dessus de leur cheminée. Il s'avança, sous les yeux de ses parents qui se demandaient ce qu'il fabriquait, et se planta devant son reflet. De son angle de vue à lui, il ne voyait plus le visage de ses parents, cachés par ses épaules, mais seulement son propre expression, les yeux anxieux, le visage inquiet. Puis il commença à tout "se" raconter. C'est tellement plus simple de parler à son reflet, plutôt qu'à d'autres. Parce qu'on sait que l'on ne se jugera jamais, que l'on sera toujours là pour soit à se soutenir. Quoi qu'il en soit, c'est ce qu'il fit. Il raconta qu'embrasser des filles ne lui avait jamais fait vraiment d'effet, il raconta sa peur grandissante devant ses sentiments envers un garçon. Il raconta leur premier baiser qui l'envoya sur un nuage dont il n'aurait jamais voulu descendre. Il finit par oublier que ses parents étaient derrière lui, la peur s'est envolée elle-aussi. Puis il sentit des mains sur ses épaules, puis son père apparut derrière lui, le prit dans ses bras et pleura avec lui.
    Mon ami me raconta que ce fut sans doute le plus beau jour de sa vie. Sa mère m'y plus de temps à accepter, mais au bout d'un an, tout avait prit une tournure très agréable et vivable.

    - Hum...Je vais vous laisser entre vous.
    C'est la voix d'Annabel qui me tira de mes pensées. Je posais mes yeux sur elle et son visage si bienveillant
    - Non s'il te plait, reste. C'est quelque chose que toute la famille doit savoir et tu fais partie de cette famille pour moi... ajoutais-je dans un sourire.
    Puis je pris une profonde inspiration et dit simplement : J'ai rencontré quelqu'un d'autre. Darla et moi avons rompu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Mer 10 Juin 2009 - 16:34


      RHYS : Panique pas. Il va sûrement nous annoncer qu'il a mis sa Darling enceinte ou qu'il veut nous avoir comme témoins à leur mariage. Je préviens, ne force surtout pas les hommes à porter des nœuds de pap'.

    Ne pas paniquer. Son frère était vraiment drôle quand il s'y mettait. Si Maât voulait être moins dramatique, il aurait pu utiliser un terme de moindre degré. Après tout, J'ai quelque chose à vous dire... n'annonçait jamais rien de très bon. La dernière fois que Victoria avait prononcé cette phrase remontait à assez longtemps. Un souvenir douloureux qui a bercé la fin de son adolescence avant qu'elle ne se ressaisisse sérieusement. Approchant sa biscotte de ses dents, la jeune fille lança un regard cinglant à Rhys. La remarque aurait pu faire rire mais elle connaissait assez son frère pour savoir qu'il ne tirerait pas une tête comme cela si c'était pour un mariage ou une grossesse. La blonde aurait heureuse, certes, que ce soit dans ces eaux là. Mais ils n'étaient pas reliés de sang et de chair pour rien. Quelque chose n'allait pas, elle en était certaine. Mais, curieusement, elle resta silencieuse, attendant peut-être que Maât déclara enfin ce qu'il avait à dire. Mais ce ne fut pas son aîné qui prit la parole mais une voix, qui paraissait plutôt lointaine, derrière elle.

      ANNABEL : Hum...Je vais vous laisser entre vous.
      MAÂT : Non s'il te plait, reste. C'est quelque chose que toute la famille doit savoir et tu fais partie de cette famille pour moi...

    Victoria roula des yeux alors qu'Annabel passait derrière son dos pour prendre la direction de la sortie. Et elle sentit comme un début d'énervement quand Maât regarda la jeune femme de façon amicale. Mais le fait qu'il lui dise qu'elle faisait partit de la famille la répugnait totalement. Annabel ne fait et ne ferra jamais partit de la famille. Elle n'était que la simple gouvernante qui n'avait rien trouvé de mieux que de suivre son maître à l'autre bout du pays. Si les autres arrivaient à s'y faire, pas elle. Autant l'intrusion de Darla était justifiée (après tout, les relations longues distance ne faisaient pas forcément du bien à tout le monde) autant celle d'Annabel la coupait à court. Et s'il y avait bien une personne qui allait se faire le plaisir de contrer les paroles de son frère, c'était bien sa cadette. Ce fut peut-être pour cela que, piquée à vif, Victoria eut un regard en l'air alors que sa main allait malencontreusement taper contre son verre. Ce dernier se renversa, éclaboussa la table de tout son jus, roula et finit sa course par terre, brisé.

      VICTORIA : Quelle maladroite je suis.

    Sa voix et sa moue étaient faussement innocentes, regardant Annabel de façon angélique et mauvaise à la fois. Pour l'instant, il était clair que Victoria ne l'avait pas encore accepté dans la maison et qu'il était hors de question pour elle de penser qu'elle pourrait faire partit de la famille. Après tout, elle passait son temps à ranger, nettoyer et laver. Cela créait des liens ? De toute façon, il n'en fallait pas beaucoup pour Maât pour qu'il se lie avec quelqu'un. Donc cela ne l'étonnait pas vraiment. Mais ce débordement d'amour et de bonne foi a intérêt à vite se calmer car sa sœur n'allait pas le supporter très longtemps. Quoiqu'il en soit, ce fut tout en craquant chaque doigt de ses mains qu'elle reporta son attention vers Maât, qui avait de nouveau les yeux posés sur eux.

      MAÂT : J'ai rencontré quelqu'un d'autre. Darla et moi avons rompu.

    Victoria haussa un sourcil. Comment elle n'avait pas pu le voir venir ? Après tout, Darla et Maât habitaient sous le même toit qu'elle. Comment cela se faisait-il qu'elle ne s'était aperçue de rien ? Elle qui était si observatrice n'avait, pour une fois, pas regardé où il fallait. En tout cas, il fallait applaudir la discrétion qu'on eut les deux protagonistes pour que personne ne remarque rien. A moins que la rupture s'est faite il n'y a que quelques heures à peine. En tout cas, cette nouvelle ne sembla pas forcément chambouler la jeune Blythe, qui prit même un air dérisoire et qui leva une biscotte à ses yeux.

      VICTORIA : & moi, j'ai couché avec un gars de onze ans mon aîné... & toi, Rhys, de ton côté ?

    Et ce fut dans un sourire ironique que Victoria laissa ses dents croqués dans la biscotte. Oui, elle prenait Annabel pour une bonniche - en même temps, pourquoi était-elle payée d'autre ? Et oui, elle prenait la rupture de son frère et de Darla de façon légère. Et oui, elle ne cherchait pas spécialement à savoir qui était l'heureuse nouvelle élue. La jeune Blythe était persuadée que Rhys s'en occuperait très bien pour eux deux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Jeu 11 Juin 2009 - 19:53

    La tension qui tenait Maât et Victoria sur la même longueur d'onde sembla au contraire voler bien au dessus de la tête de Rhys. Était-ce parce qu'il revenait d'un long jogging et que son cerveau était moins bien oxygéné qu'à l'ordinaire ou bien était-ce tout simplement du à son naturel totalement détaché ? Dans les deux cas, de toute manière, le jeune homme n'allait pas tarder à vite atterrir et à tirer lui aussi le genre de mine que son frère et sa sœur affichaient.
    Lorsqu'Annabel pénétra dans la salle à son tour, le jeune homme, totalement non réceptif au fait que son grand frère s'était perdu dans ses pensées, adressa un sourire de sympathie à la gouvernante. Il appréciait particulièrement cette femme – sans doute en partie grâce à son physique avantageux mais surtout parce qu'elle était quelqu'un de très appréciable au quotidien et assurait une pointe de fraîcheur et de soutien dans cette famille qui avait que trop bien subit les dégâts que pouvaient entraîner le prestige de leur nom de famille. Mais de toute évidence, Victoria ne partageait pas son point de vue, ni de près, ni de loin et bien que Rhys en était conscient, le geste qu'elle eut ouvertement à l'adresse d'Annabel le choqua absolument. L'éclat du verre sur le sol parqué en bois massif fit relever brusquement la tête à Rhys qui fixait jusque là d'un air absent ses céréales en mâchant une nouvelle cuillerée. Le regard qu'il lança à sa sœur fut totalement dépourvu de la moindre complicité ou compréhension. Il la fixa durement après avoir déglutit difficilement, de ce regard qu'il empruntait si bien à leur père, celui que ce dernier utilisait lorsqu'il voulait leur faire comprendre qu'il était totalement déçu et scandalisé par eux. Rhys posa dans un grand bruit sa cuillère sur la table, repoussa son bol et recula sa chaise comme s'il était prêt à régler le bazar grotesque et de pure méchanceté dont venait faire preuve sa sœur mais il fut arrêter dans son geste. En effet, Maât venait de prendre la parole, impassible face à ce qui venait de se produire : pour la première fois de la journée, l'étudiant sembla réaliser que peut-être en effet, quelque chose n'allait pas … Jamais en temps normal Maât n'aurait laissé sa gouvernante et amie se faire humilier de la sorte, même par Victoria.
    La réponse de Maât finit alors d'assurer Rhys sur ce pressentiment. Le jeune homme regarda son frère longuement, sans comprendre. Ne formaient-ils pas, Darla et lui, le couple le plus prometteur et sexy de tout le quartier ? La jeune femme avait tout de même plié bagages pour lui quelques semaines plus tôt seulement et tout était déjà terminé entre eux ? Mais au delà de cela, ce qui dérangea Rhys, c'était que Maât prenne un ton si solennel pour leur annoncer cette nouvelle : combien de fois avait-il rompu auparavant avec ses petites amies sans même dire la nouvelle à sa sœur et son frère ? De plus, la précision « j'ai rencontré quelqu'un », prouvait que c'était un choix venu de sa part … Pourquoi donc autant de solennité ? Maât n'était sans doute pas le plus malheureux dans cette rupture, c'était certain. Perplexe, Rhys fut sur le point de prendre la parole quand Vicky le devança et sûrement pas pour dire quelque chose qui aurait pu détendre l'atmosphère, loin de là. Rhys tourna son visage promptement et fusilla sa jeune sœur du regard. Qu'elle se mette à tourner en dérision sa relation sexuelle avec leur médecin de famille répugna Rhys. Décidément aujourd'hui, le jeune homme aurait pu aisément incendier sa sœur qui semblait tout faire pour qu'on l'engueule. La voix froide, Rhys lui répondit alors avec dédain, certainement pas désireux d'étaler ses dernières frasques à son tour.

      « Absolument rien. Mais compte sur moi pour me rendre à l'église et prier pour tes conneries. »


    Lui adressant un faux sourire, il se tourna à nouveau vers son frère qui semblait toujours concentré dans ses pensées. Le ton de Rhys se modifia notablement lorsqu'il offrit sa réponse à Maât, teinté d'un léger humour, déterminé à prendre la chose à la légère.

      « Bah … On ne peut pas te blâmer, n'est-ce pas ? Les Blythe ne sont pas tout à fait connus pour leur fidélité. Tu es un chaud-lapin Maât, c'est dans tes veines. » Adressant un coup d'œil à Vicky, il se précipita pour rajouta alors « Mais cela ne te donne pas le droit, bien entendu, d'en exagérer, cela va de soi … Darla l'a pris comment ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Ven 12 Juin 2009 - 11:27

    ANNABEL : Hum...Je vais vous laisser entre vous.
    MAÂT : Non s'il te plait, reste. C'est quelque chose que toute la famille doit savoir et tu fais partie de cette famille pour moi...
    Je ne remarquais alors pas la main de Victoria qui venait taper de manière lasse dans son verre.
    VICTORIA : Quelle maladroite je suis, s'excusa-t-elle faussement.
    Si j'avais vu ce geste, il est clair que j'aurais consigné dans sa chambre cette gamine qui agissait comme une enfant pourrie-gâtée. Rhys avait raison : depuis quelques jours, ma jeune soeur était devenue insupportable. Il est vrai que l'annonce de sa liaison avec un homme beaucoup plus vieux. Certes ils y avaient mis fin, et ce n'était pas comme si Victoria l'avait réellement voulu. Mais je trouvais vraiment insupportable sa façon de ramener ça sur le tapis à longueur de temps, comme si elle appréciait nous rappeler la mésaventure, comme un besoin incompréhensible de nous faire comprendre que c'était en partie de notre faute et que nous devions donc saisir que nous avions une part de responsabilité là-dedans. Quoi qu'il en soit il était maintenant clair qu'une mise au point allait s'imposer prochainement.

    MÂAT : J'ai rencontré quelqu'un d'autre. Darla et moi avons rompu.
    VICTORIA : & moi, j'ai couché avec un gars de onze ans mon aîné... & toi, Rhys, de ton côté ?
    RHYS : Absolument rien. Mais compte sur moi pour me rendre à l'église et prier pour tes conneries.

    Je fus reconnaissant à mon frère et la remettre ainsi à sa place, je n'avais pas le courage d'en faire autant. J'avais l'esprit torturé par la seconde annonce que j'allais leur faire dans quelques minutes, ne sachant absolument pas quelle serait la réaction du reste de la fraternité ni de celle d'Annabel. Je lui avais plusieurs fois confié mon attirance pour les hommes, allant jusqu'à raconter ma relation avec Scott en 2005. A chaque fois, elle avait tâché de se montrer compréhensive mais je savais aussi que, particulièrement croyante, l'homosexualité était pour elle quelque chose de difficilement compréhensible. Je ne la blâmais pas pour cette attitude envers le sujet, chaque individu réagissait différent une fois confronté à ça.
    Quoi qu'il en soit, je préférais ne pas relever l'insolence de ma soeur et de porter mon attention sur la voix de mon frère. Etrangement, depuis quelques jours nos rapports s'étaient particulièrement améliorer au rythme où ceux avec Victoria se dégradait. Je crois que ma jeune soeur s'était imaginé que mon retour à Ocean Grove allait se marquer de plus de complicité entre nous. Finalement j'avais du gérer avec l'arrivée de ma petite amie, Darla, et du rapatriement d'Annabel, ma confidence, ami et gouvernante. Sans compter mon nouveau métier de vice-président de l'entreprise que je devais apprendre sur le tas. Je n'avais pas vraiment eu le temps pour ma jeune soeur et j'en étais désolé. Silencieusement, je me promis de lui accorder à l'avenir plusieurs heures par semaine.

    RHYS : Bah… On ne peut pas te blâmer, n'est-ce pas ? Les Blythe ne sont pas tout à fait connus pour leur fidélité. Tu es un chaud-lapin Maât, c'est dans tes veines...
    Il avait particulièrement raison. Je n'étais pas "un chaud-lapin" comme lui l'était, ni comme ma soeur visiblement. Mais on ne peut pas dire que ma vie amoureuse et relationnelle avait toujours été des plus posées. J'étais rarement resté seul plus de quelques mois, montrant ce que mon psychothérapeute de San Francisco -tiens, il faudrait que j'en trouve un nouveau à Ocean Grove- avait diagnostiqué comme une addiction évidente au relationnel, et par conséquent une peur bleue de me retrouver seul sans avoir quelqu'un à chérir ni sans être aimé par quelqu'un.

    RHYS : Darla l'a pris comment ?
    MAÂT : Aussi bien que pourrait le prendre une femme qui apprend que son petit-ami la largue pour un autre homme. J'avais dit cette phrase trop vite, sans réaliser ce que je disais. L'annonce était faite, je n'avais pas imaginé que j'allais la formuler de cette façon.
    Un silence de plomb s'abattit entre nous quatre et je redoutais maintenant la foudre de certains. Vu leur tête, c'était quelque chose qui n'avait pas imaginé une seule seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Sam 13 Juin 2009 - 10:25


      RHYS : Absolument rien. Mais compte sur moi pour me rendre à l'église et prier pour tes conneries.

    Victoria regarda d'un air haineux son frère. Comme si lui était blanc comme neige. Parce qu'elle était la plus jeune, elle ne devait pas pouvoir aussi ses moments de faiblesse ? A croire que l'incompréhension régnait fortement entre les trois Blythe, ces derniers temps. A la fois proches et éloignés, la jeune fille fut ennuyée de voir que même ses frères se mettaient à lui causer des soucis. Décidément, ce n'était vraiment pas sa période. Mais, en tout cas, son humeur ne semblait pas vouloir s'apaiser, au contraire. La réflexion de Rhys eut le chic de la piquer à vif et, s'il ne s'était pas tourné vers Maât pour lui adresser quelques paroles, certainement qu'elle se serait faite entendre. Mais son aîné semblait avoir quelque chose qui lui pesait l'esprit et ce n'était guère le moment d'une confrontation - physique ou verbale, d'ailleurs. Victoria se mordit alors la langue avant d'enfourcher le dernier morceau de biscotte pour s'empêcher de parler, de contredire, de rouspéter. Déjà parce qu'il se trouvait qu'il y avait plus important. Et aussi parce qu'elle se verrait obligé de se défendre contre deux. Bien sûr, Victoria n'était pas stupide ; coucher avec un homme de onze son aîné n'allait pas être plus approuvé par Maât que par Rhys. De toute façon, ce qui était fait est fait, un point, c'est tout. Se retrouvant le ventre rempli au maximum qu'elle pouvait mais sans plus rien à boire - elle n'avait absolument rien touché - la jeune Blythe sauta de son siège pour aller chercher un autre verre et du jus de fruit.

      RHYS : Bah … On ne peut pas te blâmer, n'est-ce pas ? Les Blythe ne sont pas tout à fait connus pour leur fidélité. Tu es un chaud-lapin Maât, c'est dans tes veines. Mais cela ne te donne pas le droit, bien entendu, d'en exagérer, cela va de soi … Darla l'a pris comment ?

    Victoria, le nez dans le placard, eut un soupir agacé en entendant la reprise rapide de Rhys. A croire qu'elle était l'auteur des incendies, qu'elle venait de tuer quelqu'un ou commis un autre acte irréparable ! D'accord, cette nuit n'avait pas été la plus brillante des idées qu'elle avait eut jusqu'à maintenant. Mais que Rhys arrête avec ses sous-entendus sinon, Victoria n'aurait aucun scrupule à laisser aller son impulsivité qui la démangeait. Cependant, elle revient l'air de rien sur la table et se servit tout en se rasseyant. La jeune fille attendit avec la dose de patience que Dame Nature lui avait transmis la réponse de son aîné, qui semblait retarder un peu plus l'instant de la révélation. Victoria sifflota alors légèrement, comme pour lui faire prendre conscience que le temps paraissait un peu long, avant qu'il ne délie enfin ses lèvres et lâche la bombe.

      MAÂT : Aussi bien que pourrait le prendre une femme qui apprend que son petit-ami la largue pour un autre homme.

    Venant d'ingurgiter un peu de son jus, Victoria recracha tout dans son verre après un hoquet de surprise. Mettant sa main devant la bouche, son regard vert parcourut de façon rapide et alarmé Maât puis Rhys puis Maât et ainsi de suite. Son frère avait trompé Darla avec un homme ou elle avait mal entendu ? Son aîné avait la tête baissée, comme s'il ne voulait pas savoir leurs réactions. La blonde eut alors un rire, un rire assez nerveux plutôt qu'autre chose.

      VICTORIA : C'est moi ou j'ai cru entendre que tu as trompé Darla avec un mec ?

    Elle se stoppa net de rire quand Maât leva les yeux vers elle. Apparemment, son ouïe ne lui avait pas fait défaut. Il n'y avait pas un manuel pour pouvoir réagir face à ça ? Après tout, Maât aurait pu au moins les prévenir un peu avant. Elle se mordilla la lèvre avant de faire un regard faussement compatissant.

      VICTORIA : Tu n'es pas trop choqué, j'espère, Saint Rhys ? Ton Seigneur là-haut ne t'en voudra pas d'avoir un frère... (tournant un regard faussement songeur vers Maât) ... Homo ? Bi ? Dis-nous tout, Maât... Il est beau, au moins, j'espère ? Ça serait la moindre des choses. & depuis combien de temps ça dure ? Il t'a fallu combien de temps avant de nous le dire ? Le temps nécessaire pour le répéter à tout le monde ? A moins que ta chère gouvernante ou même Darla le savaient depuis bien plus longtemps ?

    Les bras croisés sur le comptoir et le buste en avant vers ses frères, Victoria optait pour un temps plus mielleux et doucereux alors qu'elle savait qu'elle devait carrément dépasser les bornes. Il était clair qu'elle n'allait pas blâmer son frère. Ni même Darla. Mais certainement la personne qui se cachait derrière tout ça. Mais elle fut vexée qu'il ne l'eut pas dit avant. Ayant commencer ses paroles de façon faussement compatissant et calme, la jeune fille faisait preuve de sarcasme, d'ironique, de méchanceté et de rapidité. Comme pour enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie. Elle ne savait pas pourquoi. Après tout, Maât avait dût prendre énormément sur lui pour leur annoncer ça. Mais sa cadette semblait vouloir lui faire payer quelque chose. Peut-être son absence fulgurante. Une absence qu'elle comprenait mieux. Il avait préféré ses problèmes de cœur à sa famille, évidemment. Son regard était dur et la sentence tombera bien assez vite mais elle s'en fichait. Victoria avait connu des choses tellement horribles, que même ses propres frères n'imaginent pas, que cette histoire lui paraissait presque futile. Tout comme la réaction future de ses aînés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Lun 15 Juin 2009 - 13:12

    Rhys n'avait prêté qu'une vague attention au déplacement de sa sœur à travers la cuisine. A vrai dire, après avoir vu l'humeur massacrante qu'elle affichait aujourd'hui, elle pouvait même se tirer complètement du domicile que ça ne le dérangerait pas le moins du monde. S'il y avait une chose qu'il détestait plus que de devoir supporter une Victoria en colère, c'était une Victoria sardonique. Pourtant, la jeune femme fut rapidement reléguée au second plan dans ses préoccupations lorsque Maât se décida enfin à lâcher la véritable bombe qu'il réservait depuis le début de cette réunion improvisée.
    Le cerveau de Rhys mit un temps fou à réaliser ce qui venait d'être dis. Le regard troublé, le front froissé, il regardait autour de lui comme persuadé d'être l'objet d'une mauvaise blague. Maât venait-il vraiment de révéler ce qu'il pensait avoir compris ? Les yeux de l'étudiant s'attardèrent un instant sur le visage de Victoria, absolument choqué également et qui venait de recracher la gorgée de jus frais qu'elle avait eu en bouche quelques secondes plus tôt. Mais même cette vision ne réussit pas à secouer Rhys. Il était estomaqué, voilà le terme exact. Baissant son regard sur son bol, les traits tirés, il semblait rechercher dans ses céréales une faille, un truc pouvant le rassurer et lui confirmer que Maât n'était pas ce que sa phrase sous-entendait. Lorsqu'il entendit alors Victoria s'adresser à lui, il leva lentement son regard vers elle et prononça à mi-voix mais si froidement qu'il était évident qu'il n'était pas désireux de plaisanter sur le sujet.

      « La ferme, Vicky ... »


    Il la regarda alors détourner son regard et observer Maât mais Rhys n'en fit pas de même. C'était comme s'il n'arrivait pas à se décider à regarder son frère en face. Pas avant que ce dernier n'ait éclaircit la chose et affirmé que tout n'était qu'un quiproquo … Mais comment se méprendre alors que ses mots étaient si limpides ? « Que son petit ami la largue pour un autre homme. » C'était sans équivoque et Rhys pouvait tourner la phrase dans tous les sens,elle garderait la même signification si incisive. A l'écoute de Victoria, Rhys sentit son état de choc et d'incompréhension laisser la place à un tout autre sentiment : la colère. Comment cette imbécile pouvait-elle prendre autant la chose à la légère ? Leur frère venait de leur faire une telle révélation qu'il ne comprenait pas qu'on puisse un instant en discuter comme de la météo. Sa mâchoire se crispa et son regard s'assombrit jusqu'au point où il ne réussit plus à rester concentrer sur ce que disait sa petite sœur. Tout ce qu'il désirait, c'était qu'elle se taise. Il reprit alors la parole subitement, coupant court à la malsaine curiosité dans laquelle se jetait à corps perdu la jeune femme.

      « La ferme, Victoria ! »


    Ses yeux lançaient des éclairs en direction de la demoiselle mais il ne s'attarda pas plus longtemps sur elle. Il savait qu'il évacuait sa frustration sur la mauvaise personne. Repoussant son bol résolument loin de lui, faisant éclabousser du lait sur la table, il finit par se tourner vers son frère. Il s'agissait toujours de Maât, mais quelque chose venait d'irréversiblement se briser. Sans réellement mettre en premier plan le sacrilège que constituait une telle position sexuelle face aux écritures bibliques, Rhys en voulait terriblement à son frère pour d'autres raisons. Cet homme qui lui faisait face n'était qu'un mensonge. Cet homme qui avait été depuis toujours son modèle n'était qu'un hypocrite. Le Maât qu'il avait connu depuis sa naissance s'était volatilisé à l'instant même où il avoua à son frère et sa sœur sa véritable identité. Rhys avait du mal à rester calme et une véritable tension se lisait sur ses traits et son regard noir. Il avait le sentiment atroce d'avoir été berné depuis des années, d'être à présent lâchement abandonné par son frère. Sous le regard de Victoria et d'Annabel, l'étudiant pourtant ne sembla pas vouloir se modérer, ne serait-ce qu'infiniment.

      « Tout n'était que mensonge alors ? La liaison avec Darla, une couverture ? T'as du bien te marrer quand on a accepté d'héberger ton ex-fiancée à la maison, en nous voyant si bien manipulé par toi, n'est-ce pas ? »


    Rhys était si nerveux qu'il peinait à tenir en place, aussi, il ne put s'empêcher de se lever violemment de sa chaise et de la contourner. Les deux mains sur le dossier de la chaise, il semblait se retenir lui-même de flanquer un pain à son frère aîné et si la distance physique entre eux était sensiblement plus marquée à présent, le contact visuel qu'il partageait constituait un combat à lui seul.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Lun 22 Juin 2009 - 13:46

    RHYS : Darla l'a pris comment ?
    MAÂT : Aussi bien que pourrait le prendre une femme qui apprend que son petit-ami la largue pour un autre homme.
    C'est ainsi que je lâchais l'information. En toute honnêteté ce n'était pas ainsi que j'avais prévu les choses mais je ne fis pas attention à mes paroles et c'est de cette manière que je fis mon coming-out après de ma sœur et de mon frère.
    Victoria se mit à recracher son jus de fruit de manière bruyante. Mon regard se posa sur elle, redoutant une quelconque remarque cinglante comme elle savait si bien le faire.
    VICTORIA : C'est moi ou j'ai cru entendre que tu as trompé Darla avec un mec ?
    Je ne renouvelais pas l'information, estimant qu'elle avait assez une bonne oreille pour avoir entendu correctement ce que je venais de leur annoncer. Mes yeux se posèrent dans les siens et j'attendis sa réaction.

    VICTORIA : Tu n'es pas trop choqué, j'espère, Saint Rhys ? Ton Seigneur là-haut ne t'en voudra pas d'avoir un frère...[/color]
    RHYS : La ferme, Vicky...
    Mon regard se posa d'ailleurs sur l'autre homme de la maison. Je savais qu'en tant que croyant et fervent pratiquant, l'information n'allait pas forcément être de goût. En effet, en vue du rictus qui déformait son visage, il comptait intérieurement contre une tempête, désireux de laisser se déverser sa rage.
    RHYS : La ferme, Victoria !
    Elle ne sembla pas y prêter attention et se tourner vers moi.
    VICTORIA : Homo ? Bi ? Dis-nous tout, Maât... Il est beau, au moins, j'espère ? Ça serait la moindre des choses. & depuis combien de temps ça dure ? Il t'a fallu combien de temps avant de nous le dire ? Le temps nécessaire pour le répéter à tout le monde ? A moins que ta chère gouvernante ou même Darla le savaient depuis bien plus longtemps ?
    MAÂT : Je ne suis pas vraiment pour les étiquettes... Mais je suis resté un an et demi avec Darla, un ans avec Tammy... Je pense que je peux dire que je suis bisexuel... Ouais, ça doit être ça...
    Les autres questions de Victoria durent rester sans réponse puisque Rhys venait de s'adresser à moi. Je fus blessé par ses paroles. Il n'acceptait pas ma sexualité, prenait tout ça comme une supercherie. Contrairement à Victoria qui semblait plus blessée par le fait de ne pas m'être confié avant, Rhys lui était heurté par l'information en elle-même.
    RHYS : Tout n'était que mensonge alors ? La liaison avec Darla, une couverture ? T'as du bien te marrer quand on a accepté d'héberger ton ex-fiancée à la maison, en nous voyant si bien manipulé par toi, n'est-ce pas ?
    MAÂT : Rhys... Je suis toujours le même, et il n'y a pas de manipulation n'y de mensonge à y voir. Je voulais juste être sûr de moi avant d'annoncer quelque chose comme ça. Je n'ai manipulé personne.

    J'eus alors la volonté de leur donner quelques informations basiques sur l'homme qui partageait actuellement mon cœur. Je me disais que s'ils pouvaient mettre un nom, commencer une certaine fiche d'identité mentale, la pilule serait plus facile à avaler.
    MAÂT : Il s'appelle Scott Matthews. Il habite dans le quartier, et c'est le chef-cuisinier du Four Seasons Hotel Miami.
    J'étais désireux de leur montrer que c'était quelqu'un de bien, que le frère n'avait pas commencé cette relation sans y prêter un minimum de questions pour ne pas faire d'erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Lun 22 Juin 2009 - 23:26


    Victoria n'en avait que faire des remarques brutales de son frère. Il pouvait même lui en foutre une que cela ne changerait pas la donne ; mieux encore, son humeur exécrable serait multiplié. Et mieux valait éviter dans rajouter. Mais la jeune fille était bien placée pour savoir que Rhys se contenait furieusement. Le même sang coulait dans leur veine, fallait-il le préciser ? La demoiselle n'avait aucune once de remord de ce qu'elle venait de dire. Elle y prenait comme un plaisir malsain à balancer tout ça à la tronche de ses frères. Leur en voulait-elle pour quelque chose ? En tout cas, son visage ne marquait aucune once de compassion.

      MAÂT : Je ne suis pas vraiment pour les étiquettes... Mais je suis resté un an et demi avec Darla, un an avec Tammy... Je pense que je peux dire que je suis bisexuel... Ouais, ça doit être ça...

    Victoria haussa un sourcil avant de rouler des yeux. Non mais c'est quoi, cette réponse ? Tout ceci ne lui convenait décidément pas beaucoup. & l'air de son aîné non plus. Il avait l'air comme abattu. La jeune fille aurait préféré le voir un peu plus vigoureux, sûr de lui et être plus entrain mais là, il semblait à une larve vivante au bord de se jeter dans la cuve des toilettes. Comment voulait-il que ses cadets réagissent bien si lui-même ne semblait guère ravi de la nouvelle qui venait de leur avouer. Et ce n'était pas rien. Cependant, et malgré ses paroles, Victoria ne semblait pas prendre encore conscience de la chose qui venait d'être tomber. En revanche, elle n'avait qu'à poser son regard sur Rhys pour voir que lui avait totalement compris le problème. Elle se redressa vivement alors que son frère se tournait vers son autre frère, le regard vif qui ne laissait rien prévoir de très bon. La jeune Blythe n'eut pas le temps donc de parler de nouveau que Rhys prit la parole.

      RHYS : Tout n'était que mensonge alors ? La liaison avec Darla, une couverture ? T'as du bien te marrer quand on a accepté d'héberger ton ex-fiancée à la maison, en nous voyant si bien manipulé par toi, n'est-ce pas ?
      MAÂT : Rhys... Je suis toujours le même, et il n'y a pas de manipulation n'y de mensonge à y voir. Je voulais juste être sûr de moi avant d'annoncer quelque chose comme ça. Je n'ai manipulé personne.

    Les yeux de leur cadette faisaient la navette entre les deux : Maât blessé & Rhys passablement en phase de se retenir. Il n'y avait qu'à voir la façon dont ses mains s'agrippaient au dossier de cette pauvre chaise qui n'avait rien demandé. Oh non, Victoria n'était pas vraiment étonnée et encore moins impressionnée. Voilà dix-huit ans qu'elle vivait sous le même toit qu'eux - à quelques années près - et des disputes, il y en a eut plus qu'une. La blonde eut alors un soupir de contentement, comme pour tenter de combler quelque peu le silence qui suivait les paroles de Maât. Contrairement à Rhys, la jeune fille ne croyait pas à l'hypothèse d'une quelconque manipulation, jamais Maât ne pourrait leur faire ça. Non loin d'elle l'idée de prendre partie. Mais elle pensait sincèrement que leur aîné ne pourrait jamais les trahir. Pas après ce qu'ils avaient vécu. Clairement impossible. Victoria resta, exceptionnellement, silencieuse face à l'électricité qu'elle pouvait elle-même de sentir de l'autre côté de la table entre ses frères. Ses doigts entouraient le verre tandis que ses yeux se perdaient alors dans le liquide jaune. On lui avait coupé son faible appétit.

      MAÂT : Il s'appelle Scott Matthews. Il habite dans le quartier, et c'est le chef-cuisinier du Four Seasons Hotel Miami.

    Victoria releva vivement la tête avant de soupirer une nouvelle fois. Au moins, son petit-ami ferra des plats dignes de ce nom s'il y a des réunions de famille. Puis, comme si elle venait de recevoir l'électricité qu'il lui avait manqué pendant quelques secondes aux fesses, elle se releva vivement de sa chaise tout en tapant des mains sur la table.

      VICTORIA : Un peu plus et vous me ferriez chialer, les mecs.

    Sans un mot de plus, et en évitant les bouts de verre qui jonchaient toujours sur le sol, Victoria sortit de la cuisine, laissant en plan ses frères et leur charmante gouvernante. La blonde se dirigea vers la sortie. La porte de secours. Elle se devait d'aller faire un tour. Chez Lullaby, par exemple. Normalement, elle devait être à l'université mais elle connaissait assez sa meilleure amie pour savoir qu'elle serait en train de dormir encore chez elle. Enfin bon. Mais quand elle ouvra la parole, Victoria eut un léger hoquet de surprise en voyant quelqu'un sur le perron, l'air d'attendre.

      VICTORIA : Nom d'un chien ! Vous êtes qui, vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Mer 24 Juin 2009 - 17:58

« Dans la vie, il est des rencontres
stimulantes qui nous incitent
à donner le meilleur de nous-même,
il est aussi des rencontres qui nous minent
et qui peuvent finir par nous briser. »

Marie-France Hirigoyen

    Aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres. Scotty rencontrerait pour la toute première fois les deux autres membres de la famille Blythe c'est-à-dire Victoria et Rhys Blythe. Et d'après Maât, ce petit rendez-vous improvisé risquait d'être mémorable pour les semaines, les mois voire les années à venir puisque ce dernier faisait également son coming out en même temps. Au plus profond de lui-même, Scott espèrait que tout se passe pour le mieux car il avait déjà vécu cette situation.


        Il y a 7 ans et demi. Maison de la famille Matthews, Miami, Floride, USA.
        - Bon, bah, je me lance ... Ses trois frère et soeurs le regardaient lui montrant leur soutien dans cet épreuve qu'il devait affronter tout seul comme il leur avait dit. Papa, maman ... Je suis ...
        - Tu n'es pas malade, n'est-ce pas ? Demanda sa mère affolée.
        - Non, maman tout va bien. Répondit-il calmement. Ce que j'ai à vous dire c'est que ... Scotty recherchait ses mots. C'est que j'aime la vanille. J'adore la vanille. Mais c'est que j'aime aussi beaucoup le chocolat.
        - Mais de quoi tu parles, Scotty ?
        Il fallait dire que la métaphore choisie par le cadet de la famille n'était pas très compréhensible quand on ne savait pas de quoi on parlait.
        - Où veux-tu en venir avec ta vanille et ton chocolat ? Demanda le père.
        - Et bien ... Je ... Je suis ... Bisexuel. J'aime autant les femmes que ... les hommes. Finit-il par avouer.

        Un silence de mort régna alors dans la salon de la maison familiale. Personne ne parlait et tous les enfants avaient les yeux fixés sur leurs parents. Scott redoutait ce moment. Le père se leva et partit sans dire un mot. Cependant sa mère, elle, se redressa du canapé et prit les mains de son fils qu'elle serra dans les siennes.

        - Tu sais Scotty, je t'aime comme tu es. Rien ne pourra changer cela. Tu es mon fils et je t'aime comme ton frère et tes soeurs.

        Sensible, le jeune homme enlaça sa mère alors que des larmes naissaient au niveau de ses yeux. Ce qu'elle venait de dire était la plus belle chose que Scott aurait voulu entendre. Il chuchota alors un " Merci " dans son oreille et se détachca en premier de leur étreinte.

        - Et papa ?
        - Ne t'inquiète pas, j'irais lui parler.
        ... Retour au Présent.


    Alors que Scotty patientait depuis déjà quelques minutes sur le devant de la maison de son petit ami. Il stressait pour lui. Il aurait voulu être avec lui pour passer cette épreuve qui était assez difficile à surmonter. Mais Maât avait décidé d'y aller seul, le cuisinier fit donc ce qu'il désirait. Scott tournait en rond sur le trottoir de la rue Apple Road, juste devant la boite aux lettres de numéro 1666. Il ne savait pas quoi faire en attendant que son homme lui ouvre la porte. Il se posait beaucoup de question : Est-ce que ses frère et souer accepteront sa sexualité ? Comment réagiront-ils face à cette nouvelle qui les surprendrait surement ? Bref, toutes les questions que le jeune homme s'était posé, il y a presque huit ans, revenaient hanter son esprit.

    C'est alors que Scotty entendit la porte s'ouvrir, il courut vers elle croyant que Maât était enfin venu le chercher pour le présenter à sa famille. Impatient et en même temps terrorisé, il attendait que cette porte s'ouvre en grand pour pouvoir se présenter dignement à la belle-famille. Malheureusement, ce ne fut pas son petit ami qui se tenait dans l'entrée et qui venait d'ouvrir. Etonné, tout comme la jeune demoiselle devant lui, il eut un léger mouvement de recul. Puis il reprit ses esprits. Cette jeune femme devait sans doute être Victoria Blythe, la soeur cadette de Maât. Elle était blonde, cela devait surement être elle.

    - Nom d'un chien ! Vous êtes qui, vous ? Il n'y avait que deux solution pour le jeune Matthews : partir en courant tel un fou dangereux ou répondre à la question de la demoiselle et lui avouer qui il était. Que faire ?
    - Je ... heu ... Moi ... Scott Matthews, enchanté. Dit-il légèrement perturbé par l'apparition et la question de Victoria. Il tendit sa main pour la saluer en attendant que Maât vienne le chercher lui-même. Sinon il ne rentrerait pas pour ne pas le déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations Sam 27 Juin 2009 - 14:18

    Rhys avait laissé s'échapper une faible exclamation sarcastique lorsqu'il entendit son frère arriver à la conclusion qu'il était bisexuel. Encore mieux : il pourrait ainsi profiter du beurre et de l'argent du beurre à sa guise. Le visage clos, Rhys sentait pourtant le sang battre au niveau de ses tempes tandis qu'il dévisageait Maât. Il n'arrivait résolument pas à se calmer, à prendre en considération que cela devait être une épreuve particulièrement difficile pour lui également. A vrai dire, Rhys était focalisé sur ses sensations à lui et autant dire qu'elles étaient bien assez virulentes pour l'empêcher de penser à l'état d'esprit de Maât ou de celui de Victoria.
    Le jeune homme n'arriva pas à accorder le moindre crédit aux paroles de son frère : toujours le même ? Mais le même par rapport à quoi ? Il n'était pas celui qu'il avait prétendu être durant des années, cela signifiait être le même ? Pas de mensonges ni de manipulations ? Comment expliquer alors que ni Victoria ni lui ne se soient doutés de quoique ce soit durant toutes ces années ? Ouais et bien si Maât, lui, n'avait pas été sûr de son orientation sexuelle, ce qui était pourtant sûr c'est qu'il mériterait franchement un coup de chaise dans le nez. Rhys ne prit même pas la peine de répondre à son frère, il hocha simplement vivement la tête, signifiant clairement qu'il ne croyait pas un traitre mot de ce qu'il lui disait. Et enfin, l'étudiant crut qu'il allait exploser lorsque son frère leur annonça l'identité de son amant. Ah, great ! Cela ne pouvait que ravir d'avantage le petit frère. Le nom, le prénom et l'activité professionnelle de cet homme dévoilés rendait soudainement la chose beaucoup plus concrète, beaucoup plus présente, beaucoup plus irréversible. Toujours debout et réellement agacé par les mots et l'attitude si faussement sincère de Maât, Rhys répondit alors.

      « Si tu savais comme on n'en a rien à battre … Il aurait pu être astronaute et vivre à Pékin que ça me ferait le même effet. »


    Rhys tourna alors son visage vers Victoria, qui se montrait particulièrement détachée vis-à-vis de cette affaire, ou plutôt, blasée par les tensions qui zébraient au dessus de leurs têtes à tous les trois. Le jeune homme grogna sensiblement en entendant sa sœur les narguer puis se lever vivement de table, résolue à quitter cette pièce sans doute trop riche en pression pour elle. D'ailleurs, tout le monde savait qu'elle traversait une période d'examens qui devait bien assez la mettre sous tension alors il était compréhensible qu'elle ne réussisse pas à supporter celle que ses frères lui imposaient à cet instant. Rhys ne fit donc aucun mouvement pour la retenir, loin de là. Il avait presque envie de la suivre mais il avait encore bien trop besoin d'explications de la part de Maât pour pouvoir se tirer comme ça.
    Les deux frères se retrouvèrent alors seuls et seule la présence d'Annabel empêchait Rhys de sauter au cou de Maât. Il s'apprêta d'ailleurs à sortir une autre phrase déplacée lorsque son ouïe fut attirée par la voix de sa sœur, provenant de la porte d'entrée. A qui s'adressait-elle ? Fronçant les sourcils, il fixait la porte de la cuisine comme s'il espérait y déchiffrer une réponse. La réponse arriva néanmoins rapidement et le visage de Rhys vira au rouge écarlate en entendant une voix d'homme se présenter comme le fameux « Scott Matthews ». Posant instantanément son regard sur Maât, l'expression tordue sous la colère, il lâcha d'une traite.

      « T'as vraiment un culot monstre ! »


    Relâchant d'un geste sec sa chaise qui tomba sous le choc, Rhys se précipita vers la sortie de la cuisine pour rejoindre la porte d'entrée. Victoria était positionnée dans l'entrebâillement et Rhys vint se placer juste à côté d'elle, ouvrant d'avantage la porte d'une main en la passant au dessus de la tête de sa sœur. Il dévisagea l'individu sans la moindre délicatesse et n'essaya même pas de paraître poli malgré la main que Mattjews tendait dans l'espoir que Vicky la serre. Se dressant sur toute sa hauteur, il déclara d'une voix glaciale.

      « Super. J'adore les clichés : vous au fourneaux et Maât les pieds sous la table, revenant du boulot. Si vous n'étiez pas un homme, je pourrais presque en être heureux pour mon frère. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: (Famille Blythe) Revelations

Revenir en haut Aller en bas
 

(Famille Blythe) Revelations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-