AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ou comment un volcan rencontra un iceberg ft pavel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: ou comment un volcan rencontra un iceberg ft pavel Jeu 30 Juin 2011 - 17:07



    Fins, légers et bien taillés, Lena ne pouvait détourner son regard. A seulement quelques mètres de sa position, il lui suffisait de quelques pas pour aller à leur rencontre et prendre contact. Lena résiste, tu ne peux pas faire ça ici, après tout c'est un lieu public. Toutefois, la jeune femme était connue pour se moquer du regard des autres et elle craqua au bout d'un long combat intérieur de quelques secondes. C'était bien malheureux, mais la belle n'avait jamais su retenir ses pulsions et elle ne mettait jamais très longtemps avant de prendre ses décisions. Elle s'approcha d'eux de sa démarche chaloupée et les saisit avec passion. Il n'y avait pas à dire, ces bâtons étaient parfaits comme baguettes de batterie. En un instant, la jeune femme s'était transformée. On aurait dit un petit hamster sur piles duracell avec ses yeux qui pétillent. On lui aurait donné une roue à l'instant elle aurait pu illuminer tout le quartier en la faisant tourner. C'était toujours ainsi quand elle s'apprêtait à jouer des percussions, une histoire d'amour et de passion entre elle et la musique. Ses doigts caressèrent le dossier d'un banc se trouvant près d'elle. Un frémissement de plaisir la parcouru, quand il arriva au niveau de ses doigts elle commença à manier ses baguettes de fortune. Discret au départ, la musique qu'elle produisait pris progressivement de l'ampleur. Lena était dans un état second, entièrement portée par le rythme et l'accompagnant de coups de bassins et autres gestes de danse qui pouvaient s'apparenter à de la danse africaine. Sensuelle, sauvage et... déplacée ? Contrairement à ce que l'on pourrait penser, tous ne la regardaient pas avec des yeux émerveillés. Un groupe de vieilles dames commençait à faire des remarques à haute voix sur le manque de respect des jeunes, une mère avait accéléré le pas pour écarter son fils de cette mauvaise influence et quelques personnes venues pour bouquiner tranquillement partaient, grognant des remarques sur ces « crétins d'hippies ». La jeune femme n'était nullement affectée par ces commentaires, à se demander si elle les avait entendus. Seules comptait les vibrations qui passaient dans son corps lorsqu'elle jouait. Son instrument était son environnement, les bancs, le sol, l'eau. Des gerbes d'eau dansaient autour d'elle, accompagnant ses mouvements et arrosant gaiement ses vêtements et ses cheveux. Son sourire se lisait aussi dans ses yeux et sa bonne humeur était contagieuse. Ceux qui étaient restés la regardaient des étoiles dans les yeux. Lorsqu'elle leva les yeux vers eux, les voyant enfin elle aperçut un homme qu'elle avait déjà croisé une ou deux fois dans le quartier. Il tapait la mesure sur ses cuisses d'un air rêveur et Lena lut l'amour de la musique dans son expression. La jeune femme était très douée pour lire les autres à travers leurs expressions et gestes et elle était certaine qu'il voulait la rejoindre dans son improvisation. C'est pour cela qu'elle s'approcha de lui tout en continuant de jouer, sûre qu'il l'accompagnerait d'une manière ou d'une autre par des bruits de bouche ou en se servant de ses mains ou pieds. Il est évident qu'à ce moment précis, elle ne s'attendait clairement pas à être rembarré, après tout tout le monde la suivait dans son délire, le public attendant avec impatience la réaction de l'homme. Comment réagiriez-vous si une folasse blonde vous invite à jouer avec elle sous des dizaines de regards, dont la plupart sont vos voisins ? Attendez la suite pour le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ou comment un volcan rencontra un iceberg ft pavel Jeu 14 Juil 2011 - 21:28

Il s’était assoupi au parc, après une longue nuit. Il avait les traits tirés, le regard dans le vide, assis contre un arbre, les jambes étendues devant lui. Le col de sa chemise formait un angle bizarre et son pantalon était taché par Dieu sait quelle cochonnerie. Il espérait simplement qu’il ne s’agissait pas de vomissures. Il attendait que son corps daigne se remettre en route, quitte cet état léthargique et lui donne suffisamment d’énergie que pour qu’il se redresse et se relève. Mais pour l’instant, il n’y arrivait tout simplement pas. Il était pourtant paisible, la respiration normale, comme s’il goûtait pour la première fois depuis une éternité au bien être de se retrouver parmi les arbres, de sentit une brise légère lui caresser le visage et des odeurs agréables lui envahir les narines. L’herbe fraichement coupée avait toujours été l’un de ses parfums préférés. Pourquoi ne parvenait-il donc pas à apprécier les petites choses de la vie comme il savait le faire auparavant ? Pourquoi, maintenant, chaque minute de son existence ressemblait plutôt à un véritable calvaire ? Il ferma les yeux et soupira en écoutant un son mélodieux l’envelopper, lui et les environs. Il associa d’abord le rythme au tambourinement qui sévissait dans sa tête mais réalisa bientôt que la musique était bien réelle. Il la laissa l’imprégner un instant, les yeux toujours clos, puis finit par ouvrir les paupières, poussé par la curiosité. Ses vertèbres craquèrent, comme s’il était resté dans cette position durant une décennie et il chercha d’abord la provenance de la mélodie avant de se décider à bouger. Il avait les jambes en coton, le cœur en vrac, le regard voilé mais il trouva l’énergie nécessaire pour retrouver toute sa hauteur. Il se dirigea vers l’origine des sons et découvrit avec une certaine stupéfaction une demoiselle occupée à jouer de son corps mais également de tout ce qui était à portée de ses baguettes improvisées. Elle avait une sensualité peu commune qui eut un effet dévastateur sur le cœur de Pavel. Jamais il n’avait vu une telle grâce, une telle magie se dégager d’un simple corps. Et le pire dans tout cela, c’est qu’elle ne semblait pas le faire dans le but d’attirer les foules mais bien parce que c’était naturel pour elle. Porté par la poésie de cette vision, il ne réalisa pas son approche, il ne remarqua pas qu’il s’était mis à vibrer aux sons qu’elle produisait, comme hypnotisé par ce qu’il voyait. Il ne sentit pas ses doigts remuer non plus. Il pensait tellement avoir éradiqué la musique sous toutes ses formes de son existence que même un simple tapotement du bout des doigts était proscrit. Et là, c’était comme si quelque chose renaissait en lui, ravivé par les notes.
Il ne la voyait plus. Il regardait dans le vide. Absent et tellement présent à la fois. Il ne comprit son erreur – il n’aurait jamais dû s’approcher, cela impliquait forcément plus que s’il était resté dans son coin – que lorsqu’il nota son approche. Il avait capté son attention, Dieu sait comment, et il sentit les regards converger vers lui, comme s’ils attendaient qu’il réponde à l’invitation muette de la musicienne. La rêverie dans laquelle Pavel était plongé depuis une ou deux minutes s’estompa instantanément et son regard redevint froid et distant, ses poings se serrèrent pour cesser de battre le rythme. Il regrettait déjà de s’être laissé emporter. S’il avait enfoui cette part de lui, c’était pour une bonne raison et il n’allait certainement pas la libérer parmi ces inconnus. Reculant d’un pas pour bien faire comprendre qu’il n’avait aucune intention d’entrer en interaction avec elle, il sortit du cercle. Si des regards laissèrent deviner la surprise, il les ignora, gardant le sien braqué sur la jeune femme avec un message clair et précis : « n’essaie même pas, c’est peine perdue ». Il espérait sincèrement qu’elle ne viendrait pas le chercher parce qu’il serait alors contraint de faire volte-face et s’éloigner pour échapper à cette situation qu’il détestait déjà.
Revenir en haut Aller en bas
 

ou comment un volcan rencontra un iceberg ft pavel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Greynolds Park & Cabane du gardien-