AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Ven 1 Juil 2011 - 16:09

le premier jour du reste de ta vie

En se levant ce matin, le jeune homme avait eu du mal à réaliser que toutes ces années d’études arrivaient à leur fin. Il avait eu la chance de bénéficier d’études de droit dans une prestigieuse université de Miami, cela grâce à sa chère tante qui l’avait recueilli il y a plus de onze ans. Il n’aurait jamais cru qu’il réussirait à sortir du gouffre dans lequel la banlieue l’avait plongé mais finalement, cela n’avait pas été si difficile. S’intégrer parmi un quartier rempli de riches névrosés aux demeures plus belles les unes que les autres lorsqu’on est un simple mec débarqué des quartiers pauvres et délabrés du fin fond de la ville n’était pas si compliqué en réalité. Les débuts avaient étés difficile mais il s’en était sorti et avait réussi à se faire apprécier. En même temps, c’était assez difficile de ne pas apprécier un type comme lui non ? Tout comme les autres étudiants qui terminaient leurs études en ce jour, Taylor avait sorti de son emballage la toge universitaire bleue et l’avait enfilé afin de se rendre à la remise des diplômes marquant l’entrée dans le monde professionnel. Mirta Malone, Hunter Mavin, Taylor Maywood. Son nom avait été appelé et il s’était avancé pour récupérer son diplôme après avoir quitté la scène à son tour. La remise des diplômes avait été organisée dans le plus grand amphithéâtre de la ville et contrairement à la majorité des diplômés dans la salle, ses parents n’étaient pas venus pour assister à cet événement. Le jeune homme leur avait passé un coup de fil la semaine précédent l’événement pour leur dire qu’il allait être diplômé, mais il semblerait que ses parents semblaient heureux de ne plus l’avoir sur le dos. Ils n’avaient même pas daignés venir. Mais cela lui importait peu de toute manière, ses relations avec ses parents n’avaient jamais étés très bonnes. Ils étaient beaucoup trop différents de lui. Une fois la remise des diplômes terminés, il était allé rejoindre sa tante et son cousin, qui s’empressèrent de le féliciter. Allen lui indiqua alors qu’ils avaient une surprise pour lui, mais qu’il devrait attendre le retour à la maison pour savoir ce que c’était. Alors que les deux jeunes hommes rejoignaient une bande de potes pour aller faire la fête en ville, une voix l’interpella. Laurence Ferdison. Il indiqua à son cousin qu’il les rejoindrait et s’avança vers la jeune femme à quelques mètres de là. Pourquoi était-elle là ? Il leva un sourcil et fit une moue amusante dans le but de faire rire la belle avocate. « Oh, bonjour ! Alors, il y a quelqu’un que vous connaissez qui a été diplômé que vous soyez là ? » Il lui adressa un grand sourire, dévoilant des dents blanches et parfaitement alignés. Il eut envie de poursuivre et de lui demander si elle n’était pas là plutôt car il lui manquait de trop, mais il se retint, sans vraiment savoir pourquoi.


Dernière édition par Taylor Maywood le Ven 5 Aoû 2011 - 0:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Mer 6 Juil 2011 - 20:38

Si Laurence faisait de mauvais choix – ou même des choix discutables – dans sa vie personnelle, les choses étaient très différentes lorsque ça touchait son domaine professionnel. Jamais elle aurait pu nier préférer quelque chose de plus que son métier d’avocate et si elle avait eu le choix, somme toute qu’elle n’aurait eu aucun mal à vivre à son travail. Mais les choses en se précipitant avant fait déroger beaucoup de ses plans futurs et Laurence avait donc du mettre une mise à jour à se calendrier sur lequel elle planifiait les futures réalisations et buts qu’elle se fixait pour l’année et pour celles d’après. C’est en parti pour ses raisons qu’elle avait mit les pieds dans cette université même s’elle en avait graduée quelques années. Évidemment elle avait été à Harvard – ce qui était bien plus prestigieux – mais elle était venue qu’à un seul but. Défendre son territoire et rallier à sa cause ceux qui en valait la peine. Même si ça voulait dire qu’elle allait devoir supporter un comportement légèrement exaspérant à l’occasion. Assise dans l’assemblée afin de repérer celui qu’elle était venue voir, Laurence afficha un sourire paisible alors qu’on ne la remarquait pas dans la foule qui était à la limite de l’euphorie. Après tout, voir son fils, sa fille, son frère, son cousin… finir enfin son diplôme après tant d’années d’efforts avait tout son lot de raison pour que ceux-ci soit heureux pour eux. La foule contamina son humeur, laissant afficher une Laurence plus amusée et contente de regarder défiler ceux qui peut-être deviendrait de potentiels avocats contre qui elle allait peut-être se défendre un jour. Contre qui, elle gagnerait évidemment. Patienta calmement alors que la foule se dispersait un peu partout pour que les familles puisse féliciter les étudiants, Laurence déambulait lentement dans l’Amphithéâtre pour retrouver Maywood avant qu’il ne s’en aille et qu’elle ne le rate que par malchance. « Maywood? » fit-elle à haute voix alors qu’une personne passait entre elle et les jeunes hommes qu’elle essayait de rattraper maladroitement. Pourquoi devait-elle être aussi petite? Grimaçant avant de pousser une seconde personne pour se retrouver à moins d’un mètre de Taylor. Finalement. « Oh, bonjour ! Alors, il y a quelqu’un que vous connaissez qui a été diplômé que vous soyez là ? » Elle le regarda pendant une seconde avant de secouer la tête positivement. « C’était un jeune stagiaire. Un peu trop bavard, mais il avait beaucoup de talent. » Elle souria alors qu’elle parlait évidemment de Taylor, car elle ne connaissait personne dans cette université étant donné qu’elle avait étudié toute sa vie à Washington. « Félicitation, Maywood. » Maintenant qu’elle était devant lui, ne restait plus que l’occasion pour lui proposer ce qu’elle était venue lui proposer. En espérant que Taylor ne sortirait pas trop de conneries… À bien y penser, il était fort à parier que ça arriverait de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Lun 11 Juil 2011 - 17:17

Le stage qu'il avait effectué au sein du cabinet de la belle Laurence Ferdison lui avait semblé très interessant, bien plus qu'il ne l'aurait cru au départ même et l'avait convaincu sur une chose : il voulait lui-aussi devenir un grand avocat. Le cabinet de la jeune femme était très prisé et le prix à payer pour bénéficier de ses services était conséquent. Taylor était plus ou moins fasciné par la façon de travailler de cette femme qui avait réussi à se démarquer dans un monde où la femme n'avait pas encore acquis tous les pouvoirs dont pouvait bénéficier un homme. Maintenant que ces études étaient terminés, il avait dans l'ambition de trouver un travail dans le domaine du droit pour tenter de devenir un grand avocat. Bien entendu, il avait conscience que cela n'arriverait pas en claquant des doigts et qu'il commenceraient probablement au bas de l'échelle, comme tout le monde. Mais il avait de l'ambition et avait bien l'intention de réussir sa vie professionelle. Sa vie relationelle était plutôt un échec total et il était conscient que c'était uniquement sa faute. Il ne cherchait pas particulièrement à attirer les autres, en particulier les femmes, si ce n'est pour les attirer dans son lit. L'amour ne l'intéressait pas, plus. Il se rappelait que trop bien ce que cela faisait de tomber amoureux et n'en retenait que de la douleur. Une souffrance qu'il ne risquait plus de rencontrer puisqu'il y a des années de cela il avait fait un choix : il ne tomberait plus jamais sous le charme d'aucunes femmes. Une fois qu'il serait devenu ce grand avocat réputé qu'il envisageait d'être, et qu'il aurait gagné assez d'argent pour vivre tranquillement pour le restant de sa vie, il arrêterait probablement son métier, enfin il arrêterait de servir les riches clients pour défendre les plus pauvres. Il avait dans l'ambition de garder seulement quelques gros coups pour continuer à se faire du fric de temps en temps, mais défendrait gratuitement les jeunes délinquants le reste du temps. Il voulait un jour pouvoir aider tous les jeunes qui sont dans la situation dans laquelle lui-aussi avait été. Il avait beau vivre dans l'une des plus belles et luxueuses maisons de tout Miami, il n'en oubliait pas pour autant ses origines. Il ne pourrait jamais oublier tout ce qui s'était passé là-bas.

Laurence hochait positivement la tête pour répondre à sa question. Il ne s'attendait pas réellement à ce qui allait suivre, à vrai dire. « C’était un jeune stagiaire. Un peu trop bavard, mais il avait beaucoup de talent. » Un énorme sourire s'afficha sur les lèvres du jeune homme, qui était assez intelligent pour comprendre qu'elle parlait bel et bien de lui. Il ne s'attendait pas vraiment à ce que la jeune femme soit réellement venue pour le voir LUI. C'était tellement invraissemblable et pourtant cela semblait être la belle réalité. Il eût du mal à la croire et s'attendait à la voir rire et annoncer qu'elle plaisantait d'un moment à l'autre, mais elle ne fit rien. Elle se contenta d'ouvrir à nouveau la bouche et de reprendre la parole, sur un ton plutôt calme mais assez fort tout de même pour couver le bruit alentour. « Félicitation, Maywood. » Laurence Ferdison venait le féliciter en personne. Il ne pouvait qu'en être fier et il était certain que tous ses anciens camarades de classe le regardait de près ou de loin, en se disant qu'il avait vraiment eu de la chance de faire son stage dans le cabinet de Laurence. Il avait été le premier présent pour demander la place et il l'avait eu. Comme le cabinet était plutôt connu dans le quartier, il avait fait pas mal de jaloux. « Merci, Mlle Ferdison. » dit-il sur un ton assez posé. Puis, il jetta un petit coup d'oeil aux personnes alentours. Tout le monde semblait très heureux et cela était plutôt compréhensible en cet événement. Puis, il reposa son regard sur la jeune femme. Le naturel sarcasme du jeune homme revînt alors. « Alors, vous arrivez à vous en sortir sans moi ? Je parie que vous ai beaucoup manqué pour que vous veniez me voir à ma remise de diplôme. » Il eût un petit rire suite à sa remarque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Lun 18 Juil 2011 - 17:13

Laurence s’amusa de le voir être aussi souriant face à ses félicitations. Taylor était le genre de garçon à s’amuser de tout, et même s’amuser trop. Assez pour réussir à la faire soupirer lorsqu’il sortait un commentaire - souvent déplacé – qu’il suivait d’une blague. Et pourtant, apparemment que les clients avec qui il avait fait affaire avaient été séduits par son humour donc elle devait être la seule à avoir du mal à apprécier. « Merci, Mlle Ferdison. » Laurence posa une main sur son épaule dans un signe de félicitation, n’allant pas jusqu’à pousser les choses pour le serrer dans ses bras. Après tout, leur relation n’en était que strictement professionnelle et le resterait. Laurence avait eu une expérience assez pénible face à ce genre d’écart et elle ne préférait pas que ça se reproduise. De toute manière il avait 23 ans et elle venait tout juste de fêter ses 28 ans. Et elle était mère. « Alors, vous arrivez à vous en sortir sans moi ? Je parie que vous ai beaucoup manqué pour que vous veniez me voir à ma remise de diplôme. » Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres alors qu’il lui demandait si elle arrivait à s’en sortir sans lui… et si - évidemment - elle s’ennuyait de lui. Malheureusement, il était hors de question qu’elle avoue avoir besoin de lui. Elle avait à la base besoin de personne et elle s’était battue trop souvent pour prouver qu’elle valait tout aussi bien – sinon plus – un autre avocat. Il fallait simplement voir son parcours scolaire et tous les efforts qu’elle avait faits pour voir sa carrière fleurir aussi rapidement.

Oui, les choses avaient été difficiles, mais Laurence remerciait le commun du genre de l’humain d’oublier aussi facilement et de s’en remettre à d’autres événements plus scandaleux que son incarcération pour un crime donc elle n’était pas la criminelle. « Je suis ici pour savoir si tu avais déjà reçu des offres, ou si ce n’étais pas encore le cas… s’il était possible que je t’en fasse une. » Relevant un sourcil devant l’éventualité où il serait peut-être intrigué de travailler pour elle, elle s’attendait aussi à ce qu’il lui dise qu’il avait accepté un poste avec quelqu’un d’autre. Du quel cas, elle ne ferait que repartir - déçue - bien que peu étonnée. Si elle avait remarqué qu’il avait du talent, elle savait qu’elle n’était pas la seule. Et dans un tel milieu, les employeurs s’arrachaient les nouvelles recrues. Laurence replaça une mèche de ses cheveux affichant un sourire à Taylor, sans doute que l’humeur joyeuse de l’événement était assez contagieuse pour qu’elle paraisse plus détendue que d’habitudes. Qu’importe. « J’oubliais! » Redressant son sac à main pour l’ouvrir devant elle, Laurence y enfonça la main avant d’y ressortir une boîte de format moyen refermée par un ruban bleu. Lui tendant le présent, elle lui fit un signe de tête lui confirmant qu’il pouvait ouvrir ce qui était un cadeau de sa part. Quand Taylor put enfin l’ouvrir, il y vit à l’intérieur une insigne où son nom était écrit en lettres dorées, gravés dans un bois d’acajou. L’exacte réplique de ce qui trônait fièrement dans son bureau. « Je me suis dite, que ça te serait forcément pratique dans ton futur bureau. » La voix pleine de sous-entendus, elle laissait évidemment prétexter qu’elle était venue lui offrir un poste permanent dans son cabinet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Jeu 21 Juil 2011 - 15:55

« Je suis ici pour savoir si tu avais déjà reçu des offres, ou si ce n’était pas encore le cas… s’il était possible que je t’en fasse une. » Un air surpris s’afficha sur le visage du jeune diplômé, alors que Laurence insinuait qu’elle avait une offre à lui faire. Une offre d’emploi. Il resta bouche-bée pendant un long moment, se demandant réellement s’il n’était pas entrain de rêver et s’il allait très prochainement entendre la sonnerie de son réveil sonné, indiquant que cette journée n’avait pas encore commencé. Il avait envie de se pincer mais cela semblait idiot. Il le fit tout de même, sachant pertinemment que cela passerait comme une touche d’humour de sa part. Une petite grimace se dessina sur ses traits, marqués par la douleur. Le pincement ne l’avait pas réveillé et lui avait même infligé une petite douleur dans le bras, il fallait donc qu’il se rende à l’évidence : cela n’était pas un rêve mais la réalité. Décidément, cette journée était pleine de surprises et plus particulièrement les dernières minutes puisque la jeune femme ne cessait de le surprendre. Qu’avait-elle prévu d’autres qui risquaient de le surprendre ? Il se le demandait bien. Il sortit alors de sa réflexion, reportant toute son attention sur la belle femme qui le fixait avec un petit sourire tout en replaçant l’une de ses mèches de cheveux. Le fait que Laurence soit plus détendue qu’à l’habitude et de bonne humeur était aussi très surprenant et il se décida à croire qu’elle pouvait être une toute autre femme en dehors de son travail, ce qu’il n’avait pas trop réussi à croire lors du mois où il avait été sous ses ordres, la voyant toujours sous un aspect assez autoritaire. Il aimait bien cette Laurence décontractée et joyeuse et cela ne faisait qu’accentuer le fait qu’il la trouvait tout à fait charmante. Dommage qu’elle ait autant d’années de plus que lui, sept plus exactement. Même si cela n’était pas réellement un grand problème pour lui, après tout, elle était une femme d’expérience et aurait probablement plein de bonnes choses à lui apprendre et à lui faire sentir s’il se retrouvait dans le même lit. Ok, là il était peut-être entrain de rêver un peu trop. Il n’avait toujours pas donné de réponse à la jeune femme et alors qu’il s’apprêtait à le faire, elle reprit la parole tout en fouillant dans son sac à main. « J’oubliais! » Taylor attendit alors tout en fronçant les sourcils, se demandant ce qu’elle pouvait bien avoir pour lui dans son sac à main. Enfin, elle en sortit une petite boîte de taille moyenne entourée par un ruban bleu. Encore une fois, il était au comble de la surprise. Était-il possible que Laurence ait été possédée ? Elle lui fît un signe de tête pour l’engager à l’ouvrir et il ne se fit pas prier, enlevant l’emballage cadeau. Il s’agissait d’un insigne où son nom était gravé en lettres dorées. Un petit sourire s’afficha alors sur ses fines lèvres, c’était vraiment trop beau pour être vrai. Et pourtant, ça l’était. « Je me suis dit, que ça te serait forcément pratique dans ton futur bureau. » Il releva la tête vers la jeune femme avec un sourire empli de remerciements et lui adressa deux simples bises en guise de merci. « C’est vraiment très gentil de votre part, merci beaucoup. » Le jeune homme se souvient alors de sa première question, à laquelle il n’avait toujours pas répondu puis poussa un petit soupir. Il n’avait pas encore eu d’offres en fait, comparé à d’autres de ses camarades de classe. Bien qu’il fût probablement meilleur qu’eux, il n’avait encore été contacté par personne et il comprenait pertinemment que le fait qu’il avait un casier judiciaire y était pour quelque chose. Il avait beau être l’un des meilleurs de sa classe, il avait aussi une chose que bon nombre des autres diplômés n’avait pas : des antécédents judiciaires. Il préféra tout de même ne rien laisser paraître devant la jeune femme, jouant de l’humour pour ne pas réellement répondre à sa question. « Oh oui, vous savez, j’ai eu quelques offres. Une du président notamment il veut un avocat fabuleux à ses cotés alors c’est compréhensible qu’il m’ait choisi. » dit-il tout en gloussant, avant de poursuivre : « Mais je ne sais pas encore si je vais accepter. Votre offre pourrait probablement tout changer. Vous êtes probablement plus autoritaire et plus séduisante de mon point de vue que le président. Je vous écoute. » Il lui fit alors un petit signe de tête, signe qui l’écoutait parfaitement et qu’il était prêt à entendre son offre, puisqu’elle semblait en avoir une.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Mer 27 Juil 2011 - 22:16

Laurence le laissa lui faire simplement la bise sur les joues, visiblement heureuse que son attention lui ai plût. « C’est vraiment très gentil de votre part, merci beaucoup.» Ce n’était évidemment qu’une insigne, un cadeau symbolique mais Laurence avait été particulièrement ravie lorsque son père lui avait offert ce genre de cadeau à la remise des diplômes où elle avait reçue une mention honorable. Elle avait fait la fierté de son père qui voyait en elle un rêve se réaliser. Parmi ses frères aucun n’avait démontré d’intérêts pour les droits juridiques, l’un préférant travailler pour la revue de mode de leur mère et l’autre… préférant ignorer l’autorité parentale en quittant le nid familial très tôt. Et maintenant que Laurence était mère, elle espérait que sa fille suivrait ses traces et qu’elle pourrait lui léguer dans le futur son cabinet. « Oh oui, vous savez, j’ai eu quelques offres. Une du président notamment il veut un avocat fabuleux à ses cotés alors c’est compréhensible qu’il m’ait choisi. » Laurence afficha un air faussement surprise alors qu’elle doutait soudainement des dires véridiques du jeune homme. Ce n’était pas pour mal faire, sans doute, mais elle doutait que le président lui-même ait un jour penser à engager un jeune homme fraîchement diplômé. Et puis travailler pour le président s’était s’exposer à faire des choix parfois crucials et auquel un seul faux pas pouvait détruire votre carrière en un éclair. Hors c’était une opportunité de carrière que Laurence n’aurait jamais crachée dessus, mais avec la vie mouvementée qu’elle avait elle ne pouvait pas se permettre pour le bien de sa fille de faire des recherches pour travailler pour le président ou le sénateur par exemple. « Mais je ne sais pas encore si je vais accepter. Votre offre pourrait probablement tout changer. Vous êtes probablement plus autoritaire et plus séduisante de mon point de vue que le président. Je vous écoute. » Laurence marqua l’emploi des mots autoritaire et séduisante par un soupir. Peu importe le moment ou la situation, elle n’arriverait sans doute jamais à le faire arrêter d’utiliser de tels mots pour la décrire.

Ce n’était pas tant qu’elle aurait pu être flatté mais plutôt pour le coté déplacer de la chose. Surtout qu’ils étaient en public, c’était une raison suffisante pour qu’il se rétracte et fasse attention à ce qu’il disait. Elle avait une réputation à tenir, et lui aussi en aurait bientôt une. Mais pour couronner le tout, elle ne croyait absolument pas qu’elle pouvait être séduisante. Surtout pas après un accouchement. « Si tu t’attends à avoir une offre qui rivalise avec le président… je devrais plutôt retourner chez moi. » Fit-elle en espérant qu’il n’avait pas de telles attentes face à l’emploi qu’elle voulait lui offrir. Certes son cabinet était bien situé, très richement décoré et le salaire était très intéressant, mais les contrats qu’elle avaient étaient loin de frôler les crises diplomatiques ou toutes ses scandales qui explosaient dans le domaine politique. « Si tu veux tout savoir, je cherche quelqu’un qui n’est pas encore connu dans le monde juridique. Quelqu’un qui filera et envers qui l’adversaire aura très peu d’attentes. C’est comme ça que j’ai toujours réussit. Lorsque l’on sous-estime son adversaire, et dans mon cas ça m’arrive encore tout le temps, celui-ci se sent plus à l’aise plus ‘’détendu’’. Il se prépare roncieusement, alors que nous on donne tout pour scruter le moindre détail qui tournerait en notre faveur. C’est à nous de contre-attaquer comme jamais. » Laurence lui fit un sourire alors qu’elle parlait un peu d’elle sans trop en dire. Mais c’était tiré de la réalité. On l’avait toujours sous-estimée lors de ses débuts parce qu’elle était plus petite ou bien encore parce qu’elle était une femme. Ce qui apparemment soulignait qu’elle ne pourrait jamais rivalisée avec les grands hommes de se monde. Hors, certains avaient rapidement réalisés que son surnom de Requin du barreau n’avait pas été donné à la légère. Laurence était une passionnée et donnait corps et âme dans son travail. « Je ne vais pas me mettre à faire étale de compliments à ton égard, simplement que tu me sembles être quelqu’un avec peu d’expérience mais avec beaucoup de potentiel. Et je sens que rapidement, on commencera à parler de toi un peu partout. » Ses yeux se mirent à scruter ceux de Taylor alors qu’elle cherchait à déceler une réaction qui lui serait favorable ou pas. Laurence ne croyait pas vraiment qu’elle réussirait à le convaincre que d’une autre manière que d’être honnête, et même si le salaire en lui-même valait l’investissement; elle voulait qu’il s’investisse pour une autre raison que celle de l’argent. Elle ne voulait pas d’un Rannigan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Jeu 28 Juil 2011 - 13:34

« Si tu t’attends à avoir une offre qui rivalise avec le président… je devrais plutôt retourner chez moi. » Un petit sourire s’affichait sur les lèvres du beau garçon alors qu’il semblait que Laurence n’avait pas remarqué la pointe d’humour utilisé dans ses dernières répliques. Croyait-elle réellement que le président avait besoin d’un débutant pour sa protection ? Cette pensée l’étonna. Il ne pensait pas que la jeune femme pouvait être aussi naïve, pas après tout ce qu’il avait vu d’elle lors de son mois de stage, mais soit. Il ne se corrigea pas cependant, ne voulant pas interrompre la jeune femme maintenant qu’elle était plus ou moins lancée dans son discours. Ou plutôt, parce qu’elle comptait lui faire une offre. Une offre de travail. Qui l’aurait cru ? Pas Taylor Maywood, en tout cas. Jamais en venant à cette remise de diplôme il n’aurait imaginé qu’il n’aurait qu’à attendre cinq petites minutes avant de décrocher un job. Il s’imaginait déjà galérer pendant des mois à tous les postes de recrutement et à essayer de vanter ses qualités du mieux qu’il le pouvait, bien que cela n’était pas très difficile vu que c’était une chose dont il avait l’habitude. Non pas de se vanter, cela est bien trop péjoratif. Mais énumérer ses qualités ne revenait pas à se vanter selon lui. Il s’agissait juste d’énoncer la belle vérité. Il était tellement compétent, c’était tout à son avantage, après tout. « Si tu veux tout savoir, je cherche quelqu’un qui n’est pas encore connu dans le monde juridique. Quelqu’un qui filera et envers qui l’adversaire aura très peu d’attentes. C’est comme ça que j’ai toujours réussi. Lorsque l’on sous-estime son adversaire, et dans mon cas ça m’arrive encore tout le temps, celui-ci se sent plus à l’aise plus ‘’détendu’’. Il se prépare roncieusement, alors que nous on donne tout pour scruter le moindre détail qui tournerait en notre faveur. C’est à nous de contre-attaquer comme jamais. » Elle fit suivre son offre d’un gracieux sourire et le jeune homme posa sur elle un œil intéressé. Il savait qu’il avait là une opportunité à saisir et il était très probable que d’autres opportunités ne se représentent pas à lui avant un bon bout de temps, voir même peut-être jamais. Tout se bousculait dans son cerveau alors qu’il jugeait les pours et les contres de sa proposition. Il se devait réellement d’accepter et serait bien idiot de ne pas le faire. C’était SA chance. Sur tous les jeunes bacheliers, c’était lui qu’elle avait choisi pour l’assister. Lui, et personne d’autre. « Je ne vais pas me mettre à faire étale de compliments à ton égard, simplement que tu me sembles être quelqu’un avec peu d’expérience mais avec beaucoup de potentiel. Et je sens que rapidement, on commencera à parler de toi un peu partout. » Dommage, il aurait bien accepté quelques compliments supplémentaire, histoire de flatter encore un peu plus son égo, mais il survivrait sans. Un large sourire se présenta à lui alors qu’elle jugeait qu’il allait devenir très célèbre dans le monde du travail qu’est celui-ci. Elle croyait en lui et à ce moment précis, il n’avait rien besoin de plus que quelqu’un qui croyait en lui et en son potentiel. Quelqu’un qui puisse passer outre ses antécédents judiciaires et le considérer comme tout autre de ces étudiants diplômés. Il croyait sincèrement qu’il avait fait le meilleur choix qu’il avait eu à faire, en proposant à Laurence de faire son stage dans son cabinet, quelques mois plus tôt. Il tendit alors sa main à la jeune femme avant d’annoncer : « Je suis partant ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Lun 1 Aoû 2011 - 17:57

Toisant d’un air incertain, Laurence baissa les yeux sur la main que Taylor lui tendit alors qu’elle venait d’essayer de le convaincre. « Je suis partant ! » Interdite, elle déposa sa main délicatement dans celle de Taylor avant de la serrer - surprise. Elle s’était attendue à ce qu’il soit plus difficile à convaincre surtout parce qu’elle avait peut-être été dure avec lui lors de son stage en le reprenant constamment, en prenant la peine de critiquer ses vêtements parce qu’ils n’étaient pas assez convenables, etc. Il aurait pu s’enfuir en courant mais le fait que Taylor accepte aussi facilement déstabilisa l’avocate assez qu’elle eu du mal à savoir quoi dire les quelques secondes qui suivirent. « C’est.. vrai? » N’eu-elle pas le choix de demander comme si elle craignait de se retrouver au milieu d’une mauvaise blague qu’elle n’avait pas été capable de comprendre. Elle avait l’habitude à ce que les choses soient difficiles et qu’elle aille à se battre pour avoir ce qu’elle voulait, mais voir Taylor accepter aussi rapidement créait dans son esprit des dizaines de questions. « Pourquoi…? » finisa-t-elle par demander comme si elle n’avait jamais cru qu’il n’accepte son offre. Ou peut-être s’était-elle attendue à ce qu’il la laisse sur la glace en explorant d’autres opportunités dans des milieux peut-être moins, rigides que son cabinet. « Pourquoi..accepter aussi vite? Je.. je suis certaine que d’autres cabinets ont des opportunités peut-être plus intéressantes que la mienne. » Les yeux cherchant des explications dans le regard de Taylor, elle essaya tout de même de se reprendre et de paraître inébranlable malgré la surprise. Laurence ne souhaitait pas qu’il réalise que parfois sa confiance en elle arrivait à être ébranlée. Il ne suffisait que son père débarque pour critiquer ses méthodes, ses recherches, les verdicts, les mauvaises phrases à la place des bonnes.. pour développer une obsession inégalée par Laurence pour rendre les choses parfaites - aux yeux de son père. Car Lui, était le meilleur dans sa profession à Washington et lui, savait mieux que quiconque quoi faire pour gagner ses procès. Selon Laurence, il était l’homme le plus honnête au monde. Hors, c’était qu’elle ne savait pas jusqu’à quel point il pouvait aller pour sa réputation. « Il faudra que tu nous laisses une semaine pour les rénovations, on a déjà commencer à transformer quelques postes afin de pouvoir avoir un bureau supplémentaire et aussi une salle de réunion de plus. Ainsi… si j’ai des clients tu pourras quand même rencontrer les tiens dans une autre salle. » Évidemment, c’était beaucoup de changement de ce qui était son cabinet mais penser à de l’expansion lui donnait l’idéologie que les choses pourraient changer pour le mieux et qu’un peu d’aide ne pourrait pas lui faire de tort, surtout depuis qu’elle était mère célibataire. La réputation de son cabinet pourrait rapidement revenir à ce qu’elle avait déjà été et de s’y consacrer allait être un excellent moyen pour elle de surpasser les problèmes qu’elle avait dans sa vie familiale et amoureuse. Se consacrer dans ses dossiers lui permettrait d’oublier tout ce qu’elle aurait eu si Jovan ne l’avait pas quitté. Un mariage, une famille heureuse, des projets d’avenirs, etc… « Je vais arrêter de t’emprunter à tes amis. Tu as un événement important à célébrer, et je suis certaine que tu as envie de t’amuser aujourd’hui et non pas de parler travail. » Laurence se préparait déjà à quitter les lieux afin de laisser le jeune homme s’amuser comme on s’amusait lorsqu’on terminait l’université avec ses amis. Et à son souvenir, ça s’était très souvent terminé en une espèce de débauche urbaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence) Jeu 4 Aoû 2011 - 23:58

La surprise s’affichait sur les traits de la belle Laurence Ferdison alors qu’il venait d’accepter son offre, un peu rapidement peut-être. Il avait toujours été du genre assez impulsif et il lui arrivait très souvent de foncer droit devant tête baissée. Mais là, tout était bien différent car il ne fonçait pas réellement tête baissée. Il avait confiance en la jeune femme et après ce stage dans son cabinet, il savait pertinemment qu’il ne pouvait que s’y plaire. Il avait besoin de quelqu’un qui le pousse un peu et qui soit assez autoritaire pour le mettre au travail, en cela, Laurence représentait l’employeur parfait pour un jeune homme comme lui. Cependant, c’est une chose qu’elle ne semblait pas réaliser, mettant presque sa parole en doute, ne le prenant pas au sérieux. « C’est…vrai? » Cette femme était décidément bien étrange. Un instant, elle paraissait sûre d’elle et déterminée, la seconde d’après, on pourrait croire que toute sa confiance en elle s’était envolée. En guise de réponse, le brun ténébreux se contenta de lever les yeux aux ciels d’un air sarcastique. Probablement que cela n’aiderait pas la jeune femme, que cela n’était pas une réponse suffisante et assez compréhensible pour elle car elle était du genre à beaucoup trop réfléchir et à chercher à savoir ce que n’importe quel mimique ou autre du jeune homme pouvait bien signifier. Cela prouvait bien qu’elle était une femme, une vraie, qui cherche toujours à trouver des réponses là où il n’y a même pas de questions. Les femmes se compliquent tellement la vie, franchement. « Pourquoi…? » Et voilà ! La preuve ici même, en direct live, que les femmes se posent toujours trop de questions inutiles. Taylor affichait un regard amusé, amusé de voir l’avocate si déstabilisée tout à coup. Mais il n’y avait vraiment pas de quoi l’être. Vraiment pas de quoi. « Pourquoi…accepter aussi vite? Je…je suis certaine que d’autres cabinets ont des opportunités peut-être plus intéressantes que la mienne. » Elle cherchait des explications, des réponses que lui-même ne connaissait pas. Il n’avait pas réellement envie de savoir si d’autres cabinets auront des offres à lui faire. Certes, cela le toucherait beaucoup et ce serait une chose qu’il apprécierait, mais il n’était pas du genre à prendre des décisions à la légère ni à changer de choix à la dernière minute, ou parce qu’une meilleure opportunité se présentait à lui. Suite à son stage avec Laurence, il avait eu le temps de se poser beaucoup de questions et travailler avec elle, pour de vrai, était une chose qui le tentait réellement, il n’allait pas laisser l’occasion lui filer devant les yeux. A nouveau, la belle brune reprit la parole. Hé oui, en plus de réfléchir beaucoup trop, les femmes… parlent beaucoup trop. « Il faudra que tu nous laisses une semaine pour les rénovations, on a déjà commencé à transformer quelques postes afin de pouvoir avoir un bureau supplémentaire et aussi une salle de réunion de plus. Ainsi… si j’ai des clients tu pourras quand même rencontrer les tiens dans une autre salle. » Taylor s’empressa d’hocher la tête positivement, flatté par l’attention mais réalisant aussi qu’il avait eu raison d’accepter l’offre immédiatement. Elle agrandissait son cabinet, cela signifiait donc que même si le jeune homme n’avait pas accepté l’offre, elle aurait trouvé quelqu’un d’autre. Il posa alors sa main sur l’épaule de la jeune femme avant d’assurer : « Oh, prenez tout votre temps. » Une semaine, ou deux ? Peu importe. Il profiterait de ces prochains temps pour s’amuser et faire la fête, parce que ce diplôme était à fêter dignement. Enfin, la jeune femme le libéra de leur discussion. Non pas qu’il soit pressé, mais il était clair qu’ils n’allaient pas rester là à discuter tout le reste de la journée. « Je vais arrêter de t’emprunter à tes amis. Tu as un événement important à célébrer, et je suis certaine que tu as envie de t’amuser aujourd’hui et non pas de parler travail. » S’amuser ? Oh que oui qu’il allait s’amuser. C’était même la première chose à faire dans son programme. Un grand sourire s’afficha alors sur ses lèvres, alors qu’il étreignit une nouvelle fois la jeune femme, pour la remercier une dernière fois.

sujet terminé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence)

Revenir en haut Aller en bas
 

Le premier jour du reste de ta vie. (pv laurence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Red Rocks Amphitheatre-