AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aleksei | We're not playing the same game, actually.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Aleksei | We're not playing the same game, actually. Mar 2 Juin 2009 - 20:19




you're willing,
i'm waiting.
turn out the lights !



Music ♪


• A UNE TABLE SURCHARGEE ET ANIMEE DU BLUE LAGOON, AUX ENVIRONS DE 23H18, UN VENDREDI SOIR.
    - Et une tournée de plus pour ces charmantes demoiselles !
    Le diable s’était installé à la table la plus bruyante et la plus bondée. Ce soir, au Blue Lagoon Bar, la tension et la chaleur étaient à leurs combles, et l’ambiance qui s’était installée était aussi électrique que surchargée d’hormones. De multiples paires de jambes de femmes dévoilées par leurs sournoises mini-jupes, attraits perfides de la séduction, se balançaient au son de la musique retentissante. Les rires virils et les accolades bourrues des hommes tentant d’impressionner la dizaine de filles installées, verre en main et commérage sur les lèvres, se laissaient faiblement et docilement à voir. Dans cet étrange groupe éphèmère d’un soir où chacun chassait sa proie, il semblait cependant y avoir une meneuse qui se dessinait, assise sur les genoux d’un Don Juan. Le serveur passant pour déposer les verres fraîchement remplis d'alcool dégagea la vue parfaite que l'on pouvait avoir sur la créature installée à son aise sur ce fauteuil humain. Il faisait pâle figure à côté d'elle, silhouette aux courbes généreuses à peine gâchées par le fourreau et le chemisier noir qui accentuaient l'éclat flamboyant de la chevelure. Certes, n'importe quelle jeune femme stupide et facile se serait contentée du bellâtre qu'elle occupait, faible et insipide en comparaison de ce que l'étrange rouquine devait piéger dans ses filets.

    Leurs échanges n'étaient pas vraiment des plus orthodoxes. N'importe quelle association féministe aurait crié au scandale : comment Tammy Hunkerfield pouvait-elle supporter ainsi d'être l'objet de ce macho ? Car de prime abord, elle semblait sage et innocente, presque docile. C'est lorsqu'il tenta de lever la main pour s'accaparer d'elle et s'en amuser un peu qu'elle se raidit, repoussant froidement ses mains pour s'emparer elle-même de ses lèvres en premier. Si lui semblait ravi de cette prise d'initiatives, il était aussi très frustré : depuis le début, c'était elle qui menait tout tambour battant, et leurs baisers futiles n'avaient rien d'autre qu'un amer goût de violence et de débauche. Car qu'allait-on s'imaginer ? Ce soir était une soirée comme les autres. Tam' allait boire - ce qu'elle avait déjà commencé, et les verres vides sur la table en témoignaient -, se jeter sur quelques hommes désemparés, se réfugier chez elle sur le coup des deux heures du matin pour se défouler sur la victime qu'elle aurait réussie à attirer jusqu'à sa toile, telle la veuve noire, et après avoir fini quelques rails de la poudre blanche, elle s'effondrerait sur le lit gigantesque aux draps satinés, heureuse de ses pulsions rassasiées et repue de vivre.

    Reculant finalement ses lèvres et son corps du type après un long moment, la jeune femme balaya d'un regard indifférent le bar. La fumée des cigarettes voyageait dans un sillon brumeux de table en table, la guidant du comptoir surchargé où les bières s'alignaient, jusqu'à des voisins proches qui bavardaient de tout et de rien, des voisins ulcérés la dévisageant en coin, dénonçant son attitude non sans envier sa légèreté ... Son regard freina un peu, observant une carte dans la main d'un homme. Son sourire à la fois lointain et moqueur se crispa, tandis qu'elle se redressait sur les genoux de l'inconscient - qui ne comprenait pas le raidissement soudain de sa 'compagne' -. Il choisit l'idée stupide de faire mine de s'inquiéter pour son état mental, parlant fort pour se faire entendre en dépit des échos de voix autour d'eux. Comme si elle était si absorbée dans la contemplation hypnotique du joueur de cartes qu'elle ne l'aurait pas entendu.

    - Qu'est-ce que t'as, poupée ? Un souci ?
    - Ouais. Arrête avec ce surnom...
    - Mais je te sens tendue, pou..
    - J'ai dit la ferme, espèce d'abruti. Regarde-moi ce type... Pitoyable. C'est limite si tu vaux pas mieux que lui. Il joue sa vie dans un jeu où il va tout perdre, et il est persuadé qu'il est le roi du monde. Regarde bien. Dans cinq secondes, c'est fini pour lui. C'est tellement minable.. Minable de ta part.

    Le type assis ne pouvait strictement rien dire : il venait de s'être fait insulter d'imbécile par la fille qu'il draguait depuis le début de soirée, ce qui revenait à se prendre une veste monumentale. Se contentant donc de lui obéir et d'observer la partie de jeu de cartes qui avait été lancée à une table toute proche, le jeune homme fronça les sourcils. La colère de cette "Tammy" était décidémment très étrange et inopinée - d'où venait-elle ? -. D'autant plus qu'elle aurait pu parler moins fort en traitant le joueur de minable... Voilà que l'homme en question, qui tenait ses cartes en main, a tourné le regard vers eux - mais sans même poser son jeu, comme s'il y tenait tant - ! Et il fixe la rouquine comme si elle avait été l'Enfer.

    Ca sent le roussi, ca.
Revenir en haut Aller en bas
 

Aleksei | We're not playing the same game, actually.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-