AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anywhere out of the world. (ended)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Anywhere out of the world. (ended) Lun 1 Aoû 2011 - 20:17

La première chose qu’elle remarqua était que le silence dominait en ce lieu. Bien sûr, elle entendait des bruits de fonds, des voix, des cris, des pleurs et d’autres sons qu’elle n’arrivait pas à identifier mais cela semblait si lointain qu’elle n’y prêtait pas réellement attention. Où était-elle ? Elle n’en savait trop rien, à vrai dire. Elle essaya de creuser dans sa mémoire, dans son passé. Rien de bien précis ne lui revenait. Un mariage. Elle croyait avoir assisté à un mariage mais elle n’en était pas réellement sûre. Peut-être que cela n’avait été qu’un rêve. Tout était beaucoup trop flou. Alors qu’elle vagabondait dans ses pensées, cherchant tant bien que mal à reconstituer son passé, un souvenir vint apparaître soudainement. La douleur. Elle avait le souvenir de la douleur qu’elle avait ressenti quelques temps plus tôt. Elle ne saurait dire si cela remontait à plusieurs heures ou plusieurs années mais elle avait ce souvenir bien précis de la souffrance qu’elle avait éprouvé à un moment de sa vie. Elle avait l’impression de mourir, littéralement. La douleur jaillissait de partout en elle et les cris qu’elles poussaient résonnaient dans le chaos alentour. Son corps avait été percuté en avant, pour une raison dont elle n’arrivait pas à se rappeler et à partir de ce moment, la souffrance physique était née. Alors que la douleur se faisait plus présente dans ses souvenirs, son visage auparavant si paisible affichait de nombreuses grimaces de douleur. Elle n’avait plus vraiment mal à ce moment-là, du moins elle ne ressentait aucune douleur particulière, à vrai dire elle avait l’impression de ne plus sentir son corps, mais le souvenir de la douleur suffisait à lui faire mal. Au moins mentalement. Une main se mit à caresser sa main. Elle eût comme un sursaut intérieur. Elle n’avait pas remarqué que quelqu’un était là auparavant et pourtant il semblait que quelqu’un –qui ? lui tenait la main depuis un bon moment. Karen décida de prendre son courage à deux mains et ouvrit doucement les yeux. Il faisait plutôt sombre, seule une lumière de chevet était allumée à coté d’elle, mais pourtant elle avait l’impression que c’était déjà trop. Elle avait l’impression d’être aveuglée. Une fois que ses yeux se furent habituer à la lumière, elle parcouru la pièce d’un air vague. Elle avait l’impression d’être dans les vapes et c’était très probablement le cas. Il n’y avait plus aucun doute : elle se trouvait dans une chambre d’hôpital. Rapidement, elle déduisit de cela que la douleur qu’elle avait en souvenir devait être toute récente. Et puis, enfin, ses yeux se posèrent sur Zayne. Il était là, assis à coté d’elle, à la regarder d’un air étrange tout en tenant bien fermement sa main. La première réaction de Karen fût de se demander ce qu’il faisait là. Après tout, ils n’étaient plus ensemble depuis une année maintenant, il n’y avait aucune raison qu’il soit là, à ses cotés comme il le faisait. Mais pourtant, cela ne dérangea pas la jeune femme, bien au contraire. Elle n’aurait voulu aucune autre personne à ses cotés à ce moment précis, en fait. Cependant, ses instincts maternels revinrent rapidement en force et son esprit s’agita, à défaut que son corps ne le pouvait pas. Elle serra doucement la main du jeune homme, plus doucement qu’elle l’aurait voulu, mais son manque de force l’y obligeait. « Zayne… » Elle fit une courte pause, réalisant à quel point parler lui était difficile. Elle poussa un bref soupir qui lui permit de remarquer à quel point elle avait aussi du mal à respirer. C’était tellement étrange comme situation. Elle avait l’impression que son corps ne lui appartenait plus et dès qu’elle essayait d’en prendre possession, celui-ci lui rendait la tâche plus difficile. « Elea est venue ? Où est Nathan ? Il va bien ? » Sa voix était saccadé et ressemblait à celle d’une personne fumeuse depuis vingt ans d’âge. Mais cela n’était probablement rien de bien grave comparé à son aspect physique. Une grande partie de la partie droite de son visage était recouverte de bandage pour soigner l’effet du verre qui s’était brisé sur sa peau. Elle avait eu de la chance, extrêmement de chance. Son œil droit aurait pu être touché mais il avait échappé de peu à l’éclat. Également, son épaule avait été touché par un éclat de verre qui l’avait transpercé assez profondément mais probablement qu’elle s’en remettrait avec le temps. Il faut dire que la chance avait été du coté de Karen Sanders cette nuit-là, contrairement à la personne qu’elle avait percuté, bien qu’il soit déjà trop tard pour lui.


Dernière édition par Karen Sanders le Mar 30 Aoû 2011 - 14:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Mar 2 Aoû 2011 - 23:43

Voilà une bonne heure que je tournais en rond dans les couloirs du Baptist Hospital. Mes vêtements étaient couverts de sang, pas le mien, et j'avais quelques entailles au niveau des bras. Légères blessures récoltées en portant secours aux victimes du carambolages qui venait d'avoir lieu, en cette nuit tragique du 23 juillet 2012. Cela aurait dû être un jour festif, un mariage à célébrer...et voilà que ça venait de virer au cauchemar. Comment en si peu de temps, avait on pu passer d'un endroit festif à un tel carnage ? Je faisais parti des plus chanceux – enfin si l'on puisse dire – n'étant arrivé sur les lieux de l'accident, qu'après. Pour constater les dégâts. Tant de morts, de blessés...mais surtout Karen. J'étais monter dans l'ambulance qui l'accompagnait à l'hôpital. C'était son sang que j'avais sur mes mains, sur mes vêtements. Elle était terriblement mal au point lorsque les médecins l'avaient emmener d'urgences en salle d'opération. Alors j'attendais... J'en profitais pour appeler Eleanor, la sœur de Karen.  « Zayne ? Qu'est ce qui se passe ? » Elea avait une voix inquiète au bout du téléphone. Pas étonnant, recevoir un coup de téléphone au beau milieu de la nuit de son ex beau frère n'était jamais très bon signe. Ça plus plus le ton de ma voix tremblante... « C'est Karen...Elle a eu un accident de voiture. » Autant aller droit au but.  « Oh mon dieu ! Dis moi qu'elle va bien je t'en prie ! »  «  Elle est en vie, mais elle est salement amoché. Je... Je n'en sais pas beaucoup plus, les médecins ne veulent rien me dire, elle est en train de se faire opérer en ce moment même... » Je lui expliquais ensuite dans les grandes lignes le carambolage, les morts, ma présence...  « T'es où ? Au Baptist Hospital ? Je viens de suite ! » Je m'attendais à une réaction de ce genre, normal.  « Oui, mais je ne préfèrerais pas. Tu pourrais garder Nathan un peu plus longtemps ? J'ai vu Karen...et je n'ai pas envie qu'il la voit dans cet état. »  « Mais c'est ma sœur ! Je veux être auprès d'elle ! »  «  Je sais bien, mais de toute manière tu ne seras d'aucune utilité ici. Elle se fait opérer, ils en ont peut être pour des heures... Je t'informerais de son état tout au long de la nuit. Mais s'il te plait, garde le pour cette nuit. On avisera demain. Tu peux faire ça pour moi je t'en prie ? » Je n'avais pas envie de batailler des heures avec elle. Je savais bien qu'elle désirerait être là, mais je ne voulais pas inquiéter Nathan, il était trop petit... Mes affaires étaient couvertes de sang, j'étais dans un état pas possible, valait mieux pas qu'il ne me voit ainsi. Non il était bien mieux chez Eleanor pour l'instant. Elle finit par capituler, avant de me faire promettre de la prévenir en temps réel de son état. L'attente me semblait interminable. Une vraie torture, j'avais tout le temps de m'imaginer les pires scénarios possibles. Jusqu'à ce qu'un chirurgien pointe enfin le bout de son nez. Je l'assaillis aussitôt.  « Vous êtes son mari ? »  « Oui » répondis je instinctivement. Un mensonge certes, mais c'était de cette manière que j'avais pu monter dans l'ambulance, et je savais qu'on avait tendance à ne pouvoir rien dire à un membre autre que sa famille. Or je n'avais pas envie de me fondre en explication pour lui faire comprendre que ma place était tout à fait légitime.  « Votre femme présente de sérieuses entailles au niveau du côté droit de son visage, par chance, les éclats n'ont fait aucuns dommages sérieux. Aucun organe vital n'a été touché durant l'accident. » Dieu merci. En revanche ce qui nous inquiétait plus était l'éclat de verre, profondément enfoncé dans son épaule. L'artère axillaire a été touché, lorsque nous avons retiré le morceau, elle a fait une hémorragie, que nous avons heureusement réussi à stopper. Elle a perdu beaucoup de sang néanmoins, et nous avons dû la transfuser. »  « Mais ça va aller ? Elle va s'en sortir ?» Il esquissa un sourire.  « Oui. Elle mettra surement quelques temps à s'en remettre, présentera quelques cicatrices, mais elle est hors de danger. Toutefois par précaution lorsqu'elle se réveillera on effectuera quelques tests pour s'assurer qu'elle ne souffre pas de traumatisme crânien, mais ça devrait aller. Elle a eu beaucoup de chance. » Je poussai un soupire de soulagement. Hors de danger, elle allait s'en remettre... Moi qui avait craint le pire. On l'avait placé en salle de réveil, puis installée dans une chambre. On m'avait prévenu qu'elle mettrait probablement quelques heures avant de se réveiller. On m'avait conseiller de rentrer chez moi me reposer, mais je n'avais pas voulu. Je voulais absolument être là à son réveil. J'en avais néanmoins profiter pour prendre une douche, et me changer – une gentille infirmière m'ayant trouver des vêtements propres à ma taille. Je n'avais ensuite plus quitter le chevet de la demoiselle. Tout en lui tenant la main, je finis par m'endormir, ou plutôt tomber dans un état de pseudo somnolence. Aux alentours de 10h du matin, je m'étais gavé de caféine, et était revenu, tenant toujours la main de Karen, la caressant. Je lui parlais aussi, même si je doutais qu'elle entende. Jusqu'à ce que ô...elle ouvre doucement les yeux. Complètement alerte, je me redressais. Elle sembla perdu quelques instants, avec de presser ma main, et de parler. Plutôt difficilement.  « Oui il va bien ne t'en fait pas. Il est avec Elea, j'ai préféré qu'elle le garde, je ne voulais pas qu'il te voit dans cet état. Elle doit passer tout à l'heure, lorsqu'elle l'aura déposer chez ma sœur. A moins ce que tu veuilles qu'il ne vienne... » Je pris le verre d'eau qui se trouvait sur la table de chevet.  « Tiens bois ça, ça va te faire du bien » Je portais alors le verre à ses lèvres et la fit boire. Je le reposais ensuite.  « Tu te souviens de ce qui s'est passé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Jeu 4 Aoû 2011 - 17:30

A peine avait-elle ouvert les paupières que le jeune homme s’était redressé. Il semblait attendre ce moment, où, Karen se réveillerait, depuis un assez long moment. « Oui il va bien ne t'en fait pas. Il est avec Elea, j'ai préféré qu'elle le garde, je ne voulais pas qu'il te voit dans cet état. Elle doit passer tout à l'heure, lorsqu'elle l'aura déposé chez ma sœur. A moins ce que tu veuilles qu'il ne vienne... » Elle hocha doucement la tête suite aux paroles du jeune homme tout en faisant parcourir son regard sur la pièce. Des milliers de questions lui venaient à l’esprit mais le peu de force dont elle disposait ne lui permettrait probablement pas de toutes les poser, et puis de toute manière, elle ne saurait même pas par où commencer si elle en avait l’occasion. Une petite horloge accrochée dans la pièce indiquait qu’il était aux alentours de dix heures du matin. C’était déjà une information de plus même si cela ne l’aidait pas réellement. Avait-elle dormi longtemps ? Genre, plusieurs jours ? Et d’ailleurs, quel jour était-ce ? Elle essayait de chercher une date dans son esprit mais rien ne lui venait, même pas un indice sur le mois actuel, à vrai dire. Elle poussa un rapide soupire, désespérée et déstabilisée. Alors qu’elle allait ouvrir la bouche pour reprendre la parole, Zayne attrapa un verre d’eau posé sur la table de chevet, avec l’intention de la faire boire. « Tiens bois ça, ça va te faire du bien » Elle ne savait pas réellement dire si elle avait soif à ce moment, mais elle ne se fit pas prier et constata que le liquide était plaisant et qu’elle appréciait le fait de boire à ce moment. Elle se sentait tellement mal. Physiquement, ça allait encore. Mais cela était très probablement dû au fait qu’elle avait reçu pleins de médicaments pour ne pas sentir la douleur dans le genre morphine et toutes ces choses là. Mentalement, elle souffrait énormément. Elle souffrait de se sentir aussi faible et ignorante. De ne même pas réussir à souvenir de la date du jour, ni même de ce qui l’avait conduit à l’hôpital. Elle se sentait mal de devoir être assisté par son ex-petit ami, même si cela n’était pas en soi une mauvaise chose, elle avait juste l’impression de faire pitié à tout le monde, et ce n’est pas ce qu’elle voulait. « Je ne sais pas si je veux qu’il vienne. Je veux dire… Je ne sais pas quel aspect j’ai à ce moment, alors si tu dis que je suis dans un état trop dur à voir pour un enfant, je te crois. » Elle afficha un faible sourire suite à sa remarque, constatant qu’elle arrivait encore à faire preuve d’un peu d’humour et de critique de soi. Même dans un état pitoyable, elle en arrivait encore à réussir à se moquer d’elle-même, n’était-ce pas le comble ? « Comment ça se fait que tu ais eu envie de rester à mon chevet, Zayne ? Est-ce que je fais vraiment pitié pour que cela arrive ? » La belle gloussa, montrant bien au jeune homme qu’il n’y avait point de méchanceté dans ses questions. Elle cherchait juste à comprendre la raison de sa présence ici. Après tout, il devait probablement penser que s’il lui était arrivé quelque chose, c’est qu’elle l’avait bien mérité. Non ? Quoiqu’elle n’en savait trop rien. Juste que cela serait probablement normal qu’il la déteste. « Tu te souviens de ce qui s'est passé ? » Un petit sourire s’afficha sur les lèvres de la demoiselle devant cette question à laquelle elle connaissait déjà la réponse, malheureusement. Elle baissa les yeux quelques instants, honteuse. « Non… Je ne me rappelle, vraiment, de rien du tout. Je sais que je suis allée déposée Nathan chez ma sœur hier, mais je ne sais plus vraiment pourquoi. Et de quelques détails, par ci, par là. Rien de bien important je pense. » Par là, elle pensait au fait qu’elle avait encore une fois reçu des fleurs de Duncan, son ex-petit ami le plus récent, alors qu’elle avait pourtant essayé de lui faire comprendre que tout cela était définitivement fini, après s’être rendu compte qu’elle avait toujours des sentiments pour Zayne, ici présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Ven 5 Aoû 2011 - 0:20

La voir se réveiller était un réel soulagement. Ouvrir un oeil, puis deux... J'avais bien cru ne plus jamais entendre le son de sa voix. « Je ne sais pas si je veux qu’il vienne. Je veux dire… Je ne sais pas quel aspect j’ai à ce moment, alors si tu dis que je suis dans un état trop dur à voir pour un enfant, je te crois. » Bon...Au moins elle était capable de faire quelques traits d'esprits, c'était bon signe. « Peut être attendre un ou deux jours, le temps que tu ailles un peu mieux. » De toute manière, ses blessures n'allaient pas partir du jour au lendemain, alors il serait bien obligé de la voir ainsi. Mais peut être serait ce mieux lorsqu'elle aurait reprit des forces et quelques couleurs.  « Et puis tu n'es pas si terrible que ça. Bon tu ferais surement peur à Frankenstein, mais mis à part ça... » dis je dans un petit sourire. Je sais je suis incorrigible.  « Je plaisante hein. Tu restes toujours la plus belle, à mes yeux » ne pus je m'empêcher d'ajouter, sincère. « Comment ça se fait que tu ais eu envie de rester à mon chevet, Zayne ? Est-ce que je fais vraiment pitié pour que cela arrive ? »  « Oh non j'aime simplement te voir souffrir. » Je repris plus sérieusement, parce que oui évidemment je n'étais pas sadique.  « Tu ne devrais même pas te poser la question...Je suis sur que tu aurais fais la même chose pour moi » Bon en réalité je n'en étais pas aussi sur que ça... N'avait elle pas décréter qu'elle me détestait ? Qu'elle ne voulait pas me voir heureux ? Mais malgré tout j'aimais à penser que je comptais encore un minimum à ses yeux. Que la situation aurait été inversée – ce qui aurait très bien pu arriver – elle serait à mes côtés. Peut être étais je naïf après tout, que je me berçais de douces illusions. Mais je préférais cette version optimiste à toute autre version. Je lui avais alors demandé ce dont elle se souvenait. Pas grand chose apparemment, ce qui n'était peut être pas plus mal. « Non… Je ne me rappelle, vraiment, de rien du tout. Je sais que je suis allée déposée Nathan chez ma sœur hier, mais je ne sais plus vraiment pourquoi. Et de quelques détails, par ci, par là. Rien de bien important je pense. » Moi aussi j'aurais bien aimé pouvoir occulter cette soirée. Dire que je ne devais mon salut, probablement qu'au fait que j'avais branché une autre femme...La raison du fait que j'étais parti dans les derniers. Je ne savais même pas ce qu'elle était devenue d'ailleurs. Je l'avais laissé lors du carambolage pour aller prêter secours, l'ayant par la suite complètement sortie de mon esprit. Fallait dire que Karen occupait toutes mes pensées. Je me fichais bien de savoir ce qu'était devenue cette jeune femme – dont je ne me souvenais plus du prénom. Une demoiselle d'honneur il me semblait.  « Tu ne te rappelles pas du mariage ? Ni du fait que tu avais 1,3 g d'alcool dans le sang lorsque tu as pris le volant ? Ce qui ne te ressemble pas. » Elle était bien plus responsable d'habitude, je ne comprenais pas ce qui l'avait pousser à boire autant. D'autant qu'elle avait toujours adoré les mariages. Je lui expliquais alors les faits dans les grandes lignes, peut être cela lui reviendrait il.  « Un camion s'est renversé sur la route, alors que tout le monde rentrait de la soirée du mariage... Tout s'est passé tellement vite...Il y avait tellement de tôle froissées, de blessés, de morts...C'était l'horreur. C'est moi qui t'ai trouver. Tu étais... » Rien que l'évoquer ramenait des souvenirs douloureux. La voir, la tête à travers le pare brise, en sang, souffrant le martyr...Un des pires moments de ma vie, si ce n'est le pire. Je n'avais certes quasiment pas souffert physiquement de cet accident, mais moralement, oh que oui.  « Je ne sais pas ce que j'aurais fais si je t'avais perdu » finis je par conclure.  « De toute manière, tu n'avais pas intérêt à mourir, sinon c'est moi qui t'aurait tué de mes propres mains » ajoutais je dans une note d'humour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Ven 5 Aoû 2011 - 16:31

« Peut être attendre un ou deux jours, le temps que tu ailles un peu mieux. » Même si elle ne savait pas réellement ce que mieux voulait dire, elle était d’accord avec cela. Elle ne voulait pas que son fils voit quelque chose qui pourrait le choquer car même s’il allait bientôt avoir ses trois ans, c’était encore un petit garçon et il ne pouvait pas supporter des choses pareilles, surtout qu’elle ne connaissait pas l’étendue de ses blessures. Elle ne savait même pas si elle aurait réussi à supporter son propre regard sur elle-même. Ou pire, si elle voyait Zayne dans un état semblable, elle ne savait pas si elle aurait réussi à garder son sang-froid. Lui, semblait parfaitement bien le maîtriser, ce qui semblait presque étonnant, lorsqu’on connaissait le jeune homme aussi bien qu’elle. « Et puis tu n'es pas si terrible que ça. Bon tu ferais surement peur à Frankenstein, mais mis à part ça... » Karen eut un petit gloussement suite à la moquerie du jeune homme. En effet, son état visuel ne devait pas être si horrible que cela, sinon il ne se permettrait probablement pas de faire de l’humour. La brune afficha un petit sourire, rassurée. « Je plaisante hein. Tu restes toujours la plus belle, à mes yeux » Hein ? Quoi ? Karen releva la tête brusquement, un peu trop, suite à la remarque de son ex-petit ami. Une petite grimace s’afficha alors sur son visage, alors que sa nuque lui était soudain douloureuse. Waouh. En effet, elle avait besoin de se reposer quelques jours et de reprendre des formes avant de pouvoir voir son fils car elle manquait terriblement de forces. Et la douleur était toujours là, présente quelque part et probablement reviendrait-elle assez vite pour le lui rappeler. N’empêche que le compliment de Zayne l’avait touché au plus haut point. Elle préféra alors détourner les yeux pour éviter de croiser le regard du jeune homme. Elle se rappelait qu’elle avait eu l’intention de mettre sa rancune de coté, d’essayer de lui donner une nouvelle chance, suite à sa conversation avec l’une de ses meilleures amies, Jaelyn Austen. Mais à présent, elle ne savait plus réellement ce qui en était dans cette action. Est-ce qu’ils étaient de nouveau ensemble ? Peut-être qu’elle avait franchi le pas et était allée le voir. Elle n’arrivait plus à se rappeler de cela. Elle se souvenait juste qu’elle avait fait le choix de tout lui dire, lui avouer tout les sentiments qu’elle avait toujours pour lui, et cela à un moment précis. Mais, ce moment était-il déjà arrivé ? Est-ce que c’était là la raison de sa présence ici ? Parce qu’ils formaient à nouveau un couple ? La suite des paroles du jeune homme vinrent lui montrer que non, ce moment n’avait probablement pas eu lieu encore. Ou alors il ne s’était pas déroulé comme prévu. « Oh non j'aime simplement te voir souffrir. » Elle haussa un sourcil, surprise de sa réponse et ne savant pas réellement comment l’interpréter. « Tu ne devrais même pas te poser la question...Je suis sur que tu aurais fais la même chose pour moi » Karen posa à nouveau son regard sur le jeune homme, persuadée elle-aussi, qu’elle aurait fait la même chose. Elle tenait tellement à lui, même si elle avait voulu se le cacher pendant tellement de temps.

« Tu ne te rappelles pas du mariage ? Ni du fait que tu avais 1,3 g d'alcool dans le sang lorsque tu as pris le volant ? Ce qui ne te ressemble pas. » Elle observait le jeune homme attentivement, alors qu’il lui relatait les faits passés. Un mariage ? C’était donc là qu’elle était allée ? Elle n’avait vraiment aucun souvenir de cela, comment cela pouvait-il être possible. Et surtout, pourquoi avait-elle pris le volant avec de l’alcool dans le sang ? Plus simplement, pourquoi avait-elle de l’alcool dans le sang ? Elle n’était pas le genre de femme à boire régulièrement et encore moins celle qui consommait autant d’alcool à un événement comme un mariage. En général, elle prenait une coupe de champagne, deux au maximum, mais rien de plus. Elle n’arrivait vraiment pas à comprendre ce qui s’était passé. Tout semblait si étrange et si… lointain. Comme si cela n’était jamais arrivé. Et pourtant, les cicatrices sur la partie gauche de son corps pouvaient en témoigner. « Un camion s'est renversé sur la route, alors que tout le monde rentrait de la soirée du mariage... Tout s'est passé tellement vite...Il y avait tellement de tôle froissées, de blessés, de morts...C'était l'horreur. C'est moi qui t'ai trouvé. Tu étais... » Le jeune homme s’arrêta net et elle comprit que cela était bien trop dur pour lui de continuer. De toute manière, elle ne tenait pas particulièrement à connaître les détails sur la manière dont il l’avait trouvé et son aspect à ce moment là. Sa première réaction suite à cette annonce fût de s’inquiéter. Est-ce que tout le monde allait bien ? Elle se demandait à présent ce qui était arrivé à ses amis, s’ils étaient en bonne santé. Et puis, des MORTS ? Qui ? Elle n’osait cependant pas le lui demander. Elle avait trop peur d’entendre sa réponse. Elle préféra alors ne rien demander pour le moment. Elle essaierait de réfléchir posément lorsqu’elle serait seule et demanderait des détails à une infirmière, cela serait probablement mieux comme cela. « Je ne sais pas ce que j'aurais fais si je t'avais perdu » Elle n’écoutait plus vraiment, à présent. « De toute manière, tu n'avais pas intérêt à mourir, sinon c'est moi qui t'aurait tué de mes propres mains » Les paroles du jeune homme semblaient s’évanouir dans le vide, elle ne l’entendait presque plus, prise par ses réflexions. « Je ne comprends pas. Je ne bois jamais autant, ce n’est vraiment pas mon genre… A moins que… Oh mon dieu. » Prises par les souvenirs qui revenaient brusquement à la surface. Ava. C’était à cause de lui si elle avait bu autant. A cause de lui et cette traitresse d’Ava. Elle se rappelait de tout à présent, ou presque. Cela avait été comme un choc, tous les souvenirs étaient remontés dans son esprit brusquement. Elle avait l’impression de se noyer. Son regard se voila alors que la haine la gagnait à nouveau. La tristesse, aussi. « Sors de ma chambre, immédiatement. Comment tu oses venir ici après ce que tu as fait ! » Son ton était brusquement devenu sec et froid. Elle lui en voulait énormément. Alors qu’elle s’apprêtait à retomber dans ses bras une nouvelle fois, il l’avait trahi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Ven 5 Aoû 2011 - 22:11

Si je gardais mon sang froid, et tentais d'afficher un visage pas trop inquiet, c'était seulement pour Karen. Intérieurement je bouillonnais, mais je ne voulais pas lui rajouter d'avantage de stress. Lorsque je lui parlais de son état d'ébriété, elle semblait surprise. Évidemment ça ne lui ressemblait pas, moi le premier j'avais été étonné quand le médecin me l'avait annoncé. Qu'est ce qui avait bien pu la pousser à boire ainsi ? « Je ne comprends pas. Je ne bois jamais autant, ce n’est vraiment pas mon genre… A moins que… Oh mon dieu. » A moins que quoi ? Que lui arrivait il ? Elle semblait subitement se souvenir d'un truc, mais quoi ? Au vu du changement soudain de son expression, cela sentait mauvais. Surtout pour moi. Et ça na rata pas. Je connaissais bien ce regard noir qu'elle me lançait, pour l'avoir subit tant de fois ces derniers temps... « Sors de ma chambre, immédiatement. Comment tu oses venir ici après ce que tu as fait ! » Son ton était sec et froid. Celui qu'elle utilisait pour me parler habituellement. Quelque part c'était rassurant, toujours la même ! Mais j'aurais cru qu'avec son accident elle aurait pu mettre sa haine de côté quelques instants, mais non. De plus, je ne savais pas vraiment de quoi elle voulait parler. Est ce qu'elle faisait allusion à un fait ancien ? La raison de notre rupture ? Non à vrai dire j'avais comme le sentiment que j'aurais fait quelque chose de mal récemment. Mais quoi ? Franchement je ne comprenais pas cette soudaine haine.  « C'est comme ça que je suis remercié, ça fait plaisir. » Non mais c'est vrai quoi, quel con je faisais à me faire autant de soucis pour elle ! A me ronger les sang toute la nuit, à veiller sur elle... J'aurais mieux fait de retourner tranquillement chez moi tiens, si c'était pour être ainsi traité.  « Je peux savoir ce que j'ai fais ? Mis à part m'inquiéter à mort pour toi toute la nuit ? Mais si tu veux que je parte, je le ferais. Ou tu veux peut être que j'appelle ton petit ami ? Après tout il aurait probablement plus de légitimité que moi à être ici. » D'ailleurs ça m'étonnait qu'il n'ai pas déjà pointé le bout de son nez. Il avait dû avoir vent du carambolage, et n'ayant plus de nouvelles de la jeune femme...Enfin je ne sais pas, moi j'aurais surement remuer ciel et terre pour savoir où elle se trouvait. En tout cas, en toute honnêteté je serais bien curieux de voir à quoi ressemblait le mec qui se tapait mon ex. Quoi que à la réflexion peut être ne valait il mieux pas. Je n'étais pas sur de pouvoir maîtriser mes pulsions, et je serais fichu de lui en coller une à peine eut il pénétrer le seuil de la porte. Remarquez ça me ferait surement du bien. Même si théoriquement ce type n'avait rien à se reprocher puisque je n'étais plus en couple depuis un bon moment avec Karen. Sauf si l'homme mystérieux se révélait être Jay'... Je me demandais encore comment aujourd'hui j'avais réussi à ne pas refaire le portrait à ce mec. Le simple fait qu'il puisse encore être en contact avec la brunette avait le don de m'horripiler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Lun 8 Aoû 2011 - 13:44

Il y avait eu une sorte de déclic dans son esprit et la mémoire l’avait brusquement regagné. Les quelques paroles du jeune homme concernant la soirée passé avait été suffisant pour ramener les souvenirs de la jeune femme, qui n’était pas des plus plaisants. Le mariage de Maat Blythe-Sheldon et Eden O’Connel. Karen Sanders ne connaissait pas les jeunes mariés mais elle avait décidé de se rendre tout de même à ce mariage. De toute manière, presque tous les habitants du quartier s’y rendaient. Mais, si elle avait pris le choix de s’y rendre, cela avait pour une seule et unique raison : voir son ex-petit ami et mettre toute sa rancune de coté. Prendre un nouveau départ, en quelque sorte. Cela ne s’était malheureusement pas déroulé comme elle l’avait espéré puisque peu de temps après son arrivée au mariage et alors qu’elle n’avait même pas eu le temps d’apercevoir le jeune homme, la rumeur de son baiser avec Ava Swinton lui était parvenu. Le déni, l’incompréhension, la tristesse, puis la haine. Tous ses sentiments avait défilé dans le cœur de la jeune brune qui n’arrivait pas à croire que sa meilleure amie avait pu la trahir comme cela, que son ex-petit ami avait pu la trahir une nouvelle fois. C’en était vraiment trop pour elle. C’était bien trop dur à accepter. Et à nouveau, la haine qu’elle avait éprouvée pour le jeune homme, cette dernière année, l’avait regagné. Elle s’était sentie tellement idiote. Elle avait été assez idiote pour imaginer lui pardonner, reconstruire sa vie avec lui. Mais la réalité était venue bien assez tôt la frapper, pour l’empêcher de faire cette erreur. L’erreur de se remettre avec lui. Une nouvelle fois, il lui avait prouvé qu’elle ne pouvait avoir aucune confiance en lui. Et, par la même occasion, elle avait appris qu’elle ne pouvait probablement faire confiance à personne. Même pas à ses meilleures amies. Et dire qu’elle avait apporté sa bénédiction à son ami Jay en ce qui concernait Ava. Elle était allée jusqu’à lui dire qu’Ava était une femme de confiance, mon cul ouais ! « C'est comme ça que je suis remercié, ça fait plaisir. » Un long soupir sortit des narines de la brune alors que le jeune homme faisait son innocent. Elle se demandait sérieusement comment-il faisait pour ne pas avoir honte de lui. Avait-il toujours été comme cela ? Aussi peu scrupuleux ? Elle commençait réellement à croire qu’elle ne reconnaissait plus en Zayne, le jeune homme duquel elle était tombée amoureuse il y a des années de cela. Encore une fois, il fit celui qui ne comprenait pas. « Je peux savoir ce que j'ai fais ? Mis à part m'inquiéter à mort pour toi toute la nuit ? Mais si tu veux que je parte, je le ferais. Ou tu veux peut être que j'appelle ton petit ami ? Après tout il aurait probablement plus de légitimité que moi à être ici. » Suite à la dernière remarque de Zayne, la belle fronça les sourcils. Un petit-ami ? Elle ? Elle avait beau cherché dans sa mémoire, là elle ne voyait vraiment pas pourquoi il disait cela. Même si Duncan continuait à la courtiser, ou du moins à essayer, cela faisait presque un mois qu’elle avait coupé court à leur relation. Il ne pouvait donc plus se considérer comme étant son petit-ami. Elle lâcha un nouveau soupir, exaspérée par le comportement du jeune homme. « Tu ne ferais pas mieux d’aller t’inquiéter de l’état de ta copine, Ava ? A moins que tu sois rentré avec elle et qu’elle t’attend encore chez toi comme une sage petite chienne de garde. » Ces derniers mots avait été prononcés assez sèchement et malgré le fait que s’énerver la fatiguait, elle puisait dans ses ressources d’énergie, bien trop sur les nerfs pour ne pas se défendre. Ou dans ce cas là, ne pas attaquer. « Et je suis désolée, mais je ne vois pas de quel petit-ami tu parles. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Mer 10 Aoû 2011 - 14:25

A la réflexion j’avais bien fait de ne pas emmener Nathan avec moi. Si c’était pour qu’il assiste à ça…Quoi que non elle se serait surement retenue en sa compagnie. En tout cas, c’était bien la dernière chose à laquelle je me serais attendue à son réveil. J’étais resté à ses côtés du début à la fin, et voilà qu’elle m’agressait à peine un œil ouvert. Ma mine incompréhensive n’était pas un jeu d’acteur. Je ne voyais vraiment pas de quoi Karen parlait. « Tu ne ferais pas mieux d’aller t’inquiéter de l’état de ta copine, Ava ? A moins que tu sois rentré avec elle et qu’elle t’attend encore chez toi comme une sage petite chienne de garde. » « Ava ? » Pourquoi l’aurais je ramené chez moi ? Elle délirait complètement la petite. Probablement le choc de l’accident, ou un des effets secondaires de tous les médocs qu’on lui avait donné. « Et je suis désolée, mais je ne vois pas de quel petit-ami tu parles. » Voilà maintenant qu’elle avait perdu la mémoire. Peut être devrais je appeler une infirmière ? Ce ne fut qu’au bout de plusieurs secondes que la lumière se fit enfin dans mon esprit. Aaaaaaaah. Elle ne pouvait parler que d’une chose : du baiser. Seulement c’était impossible qu’elle soit au courant, puisque ça c’était passé chez moi, entre quatre mur. Et je voyais mal Ava le crier sous tous les toits. Pour autant, d’une manière ou d’une autre, c’était à l’évidence parvenu jusqu’aux oreilles de Karen. « Tu veux parler du baiser ? Attends, tu te fou de moi là ? » D’où ça devrait la mettre dans une telle rage ? Aux dernières nouvelles, j’étais célibataire et libre de faire ce que bon il me semblait. Si elle s’attendait à des excuses de ma part ou une once de culpabilité qu’elle aille se faire foutre. Ava était venue toquer à ma porte, passablement agitée, après avoir vu Karen enlacer Jay. Elle se posait pleins de questions, auxquels je lui avais répondu en toute honnêteté. Sur ce, elle avait décidé de ne plus rien avoir affaire avec Karen et Jay’. Une réaction disproportionnée à mon avis – chose que je lui avais dite d’ailleurs, lui conseillant de parler avec la brunette avant. Comme un con, j’avais quasiment défendu Karen sur ce coup là. On avait ensuite bu quelques verres, et une chose en entrainant une autre elle m’avait embrassé. Baiser retourné. Fin de l’histoire. Rien de plus. Un petit dérapage innocent. On était de très bons amis, mais ça s’arrêtait là. On ne s’était pas découvert une soudaine attirance l’un envers l’autre, il ne se passerait probablement rien d’autre à l’avenir. En tout cas je ne le souhaitais pas. « Ce n’est pas toi qui t’ai tapé Jay’ alors que nous étions encore ensemble ? Qui traine toujours avec lui ? Alors tu m’accuses de quoi exactement ? D’un simple baiser entre deux célibataires ? » Non mais elle était incroyable celle là ! Même pas réveillée depuis 5 minutes qu’elle m’accusait déjà de je ne sais quoi. Chassez le naturel, il revenait au galop. Surtout je ne comprenais pas cette subite haine. « Et puis c’est quoi qui te dérange ? Que j’ai embrassé une autre femme ? Ou que ça soit Ava ? Les deux peut être ? » Bon sang elle avait ce don incroyable de me sortir de mes gonds en dix secondes chrono. Un réel talent, ce n’était pas donné à tout le monde croyez moi. Apparement je ne méritais ni le bonheur, mais en plus de cela, si elle ne me voulait pas moi, elle ne désirait pas non plus que je sorte avec d’autres ? « Et fais pas l’innocente, je sais très bien que tu sortais avec un type. Cela pourrait très bien être Jay’ pour autant que j’en sache ! » Je respirai alors un grand coup, tentant de me calmer. « Ecoutes, je ne pense pas que ça soit le moment de nous engueuler. Je doute que le stress soit bon pour toi. » Je voyais bien qu’elle se fatiguait. Ce dont elle avait besoin c’était de calme et de repos, pas d’une énième dispute. Je n’étais certainement pas resté à son chevet toute la nuit pour qu’elle puisse se défouler sur moi à son réveil. Peut être était je con de penser à son bien être, quand à l’évidence elle ne désirait pas le mien. Et puis merde elle ne pouvait pas mettre nos différents de côté quelques instants ? A se demander si elle ne me maudissait pas même dans son sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Mer 10 Aoû 2011 - 23:12

« Ava ? » Et voilà qu’il continuait de nier et de faire comme s’il ne voyait pas de quoi la jeune femme pouvait bien parler, ce qui avait le don de l’exaspérer toujours un peu plus. Elle n’était pas devenue folle, non ? Ou peut-être que cela n’était que des rumeurs mais comme on dit, toutes les rumeurs sont fondés sur quelque chose et si elle avait entendu dire que sa meilleure amie avait embrassé son ex-petit ami, c’était qu’il y avait probablement quelque chose de vrai là-dessous. Elle ne connaissait pas plus de détails sur ce qui s’était passé mais bizarrement, cela ne l’étonnait pas plus que cela de la part du jeune homme. « Tu veux parler du baiser ? Attends, tu te fous de moi là ? » Et ben oui, le baiser, quoi d’autre ?! A moins qu’il se soit passé autre chose entre eux dont Karen n’était pas au courant, c’était bien du baiser qu’elle parlait là. Certes, Karen était allée coucher avec l’un des bons amis du jeune homme suite à leur rupture, qui n’était autre que Tray Rannigan, mais elle l’avait fait dans un but unique et précis : se venger de lui et le faire souffrir au plus haut point. Probablement qu’elle avait imaginé que cela la soulagerait en quelque sorte, mais cela n’en avait rien fait. Maintenant, cela faisait plus d’un an que leur relation avait été mise à terme, il n’y avait plus aucune raison pour que le jeune homme cherche à la blesser ou à se venger de quoique ce soit. Pour preuve, le fait qu’il pensait qu’elle se moquait de lui montrait qu’il n’avait aucune idée des sentiments qu’elle pouvait encore éprouver pour lui. « Ce n’est pas toi qui t’es tapé Jay’ alors que nous étions encore ensemble ? Qui traine toujours avec lui ? Alors tu m’accuses de quoi exactement ? D’un simple baiser entre deux célibataires ? » Karen leva les yeux aux ciels suite aux critiques du jeune homme. Oui, elle s’était tapé Jay. Probablement qu’il ne cesserait jamais de remettre ça sur le tapis et même si elle regrettait énormément ce qu’elle avait fait, elle savait pertinemment que leur couple n’aurait pas réussi à tenir encore très longtemps de toute manière. Elle ne supportait plus le caractère de son petit-ami et le seul moyen qu’elle avait trouvé pour lui faire comprendre avait été de le tromper. Les disputes, les cris, les pleurs. Rien de tout cela n’avait jamais réussi à faire comprendre une fois pour toute à Zayne qu’elle était malheureuse avec lui. Mais, le tromper lui avait ouvert les yeux mieux que toutes les autres solutions. Alors qu’elle allait prendre la parole pour lui rappeler cela, le jeune homme continuait à déverser sa colère sur elle. Non mais franchement, ce n’était pas plutôt à elle d’être en colère là ? « Et puis c’est quoi qui te dérange ? Que j’ai embrassé une autre femme ? Ou que ça soit Ava ? Les deux peut-être ? » Il venait de lui montrer encore une fois à quel point il était naïf en ne remarquant pas tout l’amour dont elle débordait toujours pour lui. Pensait-il réellement qu’elle avait pu l’oublier aussi facilement ? Il avait tord. Et sur un certain point, ils se ressemblaient puisqu’ils essayaient tous les deux de s’oublier en couchant un peu avec n’importe qui. Cette dernière année, la jeune femme avait tenté pleins d’hommes différents pour se persuader qu’elle avait définitivement oublié Zayne. En passant par Tray Rannigan, Esteban Carson, et même Pride Berrington. Tous avaient fini par l’amener sur la même conclusion : elle ne pouvait pas l’oublier aussi facilement. « Et fais pas l’innocente, je sais très bien que tu sortais avec un type. Cela pourrait très bien être Jay’ pour autant que j’en sache ! » Décidément, il semblait réellement hypnotisé par Jay, c’en était presque fascinant. « Écoute, je ne pense pas que ça soit le moment de nous engueuler. Je doute que le stress soit bon pour toi. » Tout comme le jeune homme, elle prit une grande inspiration car effectivement, le stress n’était probablement pas très bon avec son état actuel et qu’elle se sentait réellement épuisée mais elle n’était cependant pas prête à se calmer. Elle avait décidé de mettre sa rancune de coté avec lui en allant à ce mariage et cela ne s’était pas passé comme prévu mais là, elle avait bien l’intention de mettre les choses au clair. C’était le moment ou jamais. Elle n’aurait probablement pas de meilleures occasions avec un long moment, c’est pourquoi elle se devait de la saisir plutôt que de choisir le prétexte de la fatigue et des blessures pour mettre fin à cette conversation. Bien que cela n’aurait pas réellement été un prétexte puisqu’il s’agissait de la réalité. Elle resta un long moment silencieuse, réfléchissant à ce qu’elle allait dire tout en respirant assez fortement. Le bruit que produisait ses narines à cause de sa respiration saccadée donnait l’impression qu’elle était un genre de rhinocéros ou quoi. Enfin, elle se décida à prendre la parole en comptant bien répondre à tout et ne pas oublier un seul mot qu’elle avait à lui dire. « Oui, je parle bien du baiser parce que contrairement à ce que tu peux croire, cela me blesse toujours autant de te voir avec d’autres femmes. Pas parce que je souhaite que tu vives malheureux jusqu’à la fin de tes jours mais parce que malgré moi, j’aimerais être à la place de ces femmes. » Une larme coulait sur sa joue alors qu’elle venait enfin d’avouer la vérité. De lui avouer. Le dire à Jaelyn cela n’était rien comparé à l’affronter, lui, le premier concerné dans cette histoire. « Alors, oui je me suis tapé Jay alors que nous étions ensemble. Et oui je traîne toujours avec lui mais c’est mon ami et je suis sûre d’une chose. Je ne vais pas abandonner mon ami, maintenant. Pas maintenant qu’il a découvert que la fille dont il est amoureux est une vraie pétasse qui lui promet de l’attendre et qui finit par embrasser le premier mec venu autrement dit toi. Que tu le comprennes ou non, il est et restera toujours mon ami. » Elle prit une grande inspiration avant de poursuivre. « Et comme tu le dis, je me suis peut-être tapé Jay alors que nous étions ensemble. Mais moi… Moi je n’ai pas embrassé ton meilleur ami comme tu viens de le faire, mais surtout… MOI je n’ai pas couché avec ton salop de paternel ! » Cette dernière phrase, elle l’avait presque crié. Elle ne savait pas réellement où elle avait trouvé la force de crier mais elle l’avait trouvé. Son visage était empli de ses larmes et parler lui était de plus en plus difficiles tellement les sanglots s’enchainaient. Mais elle n’avait pas fini et elle se devait de poursuivre. Elle ne pouvait pas s’arrêter en plein milieu. « Alors oui, que tu embrasses d’autres femmes me dérangent et encore plus quand il s’agit d’une personne que je croyais être ma meilleure amie. Mais je tiens tout de même à me remercier. Merci pour m’avoir montré encore une fois, le salaud que tu peux être. Oui. Car hier soir en me rendant au mariage, j’avais l’intention de venir te voir et de te montrer qu’il était possible de tout recommencer, toi et moi. Parce que malgré tout ce que j’essaye de me prouver depuis l’année dernière, je t’aime toujours Zayne. Alors, vraiment ! Je te remercie d’avoir eu ce baiser avec Ava Swinton parce que sans cela, j’aurais probablement fait la plus grosse erreur de ma vie. Merci. » Enfin, la jeune femme s’arrêta de parler alors que les larmes continuaient de couler sur ses joues. Elle se sentait réellement vidée maintenant. Vidée d’un poids sur le cœur parce qu’elle avait enfin eu le courage de lui avouer tout ce qu’elle ressentait. Mais aussi, vidée de toute énergie car parler était réellement de plus en plus fatiguant pour elle, et pleurer l’était encore plus.


Dernière édition par Karen Sanders le Lun 22 Aoû 2011 - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Jeu 11 Aoû 2011 - 13:32

Je venais de lui laisser une chance de fuir le conflit. Qu’on se calme. Mais la demoiselle ne semblait pas d’accord. Chose qui ne m’étonnait guère. Bon sang elle ne lâchait jamais l’affaire. Quel caractère de merde ! Bon il est vrai que le mien n’était quelque fois guère mieux, mais quand même. « Oui, je parle bien du baiser parce que contrairement à ce que tu peux croire, cela me blesse toujours autant de te voir avec d’autres femmes. Pas parce que je souhaite que tu vives malheureux jusqu’à la fin de tes jours mais parce que malgré moi, j’aimerais être à la place de ces femmes. » Ah. Quelque part j’aurais dû m’en douter. Mais j’avais bani cette possibilité de ma tête, parce que je la trouvais incroyablement prétentieuse. De penser qu’elle s’intéressait encore à moi. Et puis surtout rien dans son attitude ne laissait penser une chose pareille. Certes on disait que la limite entre la haine et l’amour était très mince, mais je croyais qu’elle avait fait une croix sur ma personne. Tellement fière et rancunière qu’elle était, que jamais ô grand jamais elle ne reviendrait vers moi. « […] Pas maintenant qu’il a découvert que la fille dont il est amoureux est une vraie pétasse qui lui promet de l’attendre et qui finit par embrasser le premier mec venu autrement dit toi. Que tu le comprennes ou non, il est et restera toujours mon ami. » Non mais oh, je n’étais pas le premier venu ! Je n’appréciais pas du tout le langage qu’elle utilisait pour décrire Ava. Elle ne méritait certainement pas qu’on la traite ainsi. « […] MOI je n’ai pas couché avec ton salop de paternel ! » Elle venait quasiment d’hurler cette dernière phrase. Evidemment je me doutais bien qu’elle allait me le rejeter en pleine figure. Même si pour une raison qui m’échappait, la demoiselle avait toujours fait de ce sujet quelque chose de tabou. Allant même jusqu’à me faire promettre de n’en parler à personne. Plutôt étrange dans la mesure où elle aurait pu s’en servir contre moi, rallier plus facilement les gens à sa cause. Je ne vous cacherais pas que dans le fond ça m’avait arrangé. Coucher avec ma belle mère n’était pas ma plus grande fierté. Loin de là. Je me mettais aisément à sa place, je l’aurais surement très mal prit si elle s’était attaqué à mon père. Bien que c’était infaisable dans la mesure où je n’avais plus le moindre contact avec lui depuis des années. Depuis qu’il m’avait viré de chez lui et coupé les vivres à vrai dire. Et je ne m’en portais pas plus mal. Je me retenais grandement de rétorquer au prix de beaucoup d’efforts. Je désirais la laisser continuer, sans la couper dans son élan. Les larmes perlaient son visage et elle était prise de sanglots. Une vision qui ne me laissait évidemment pas indifférent. Contrairement à elle je n’aimais pas la voir souffrir. « […] Merci pour m’avoir montré encore une fois, le salaud que tu peux être. Oui. Car hier soir en me rendant au mariage, j’avais l’intention de venir te voir et de te montrer qu’il était possible de tout recommencer, toi et moi. Parce que malgré tout ce que j’essaye de me prouver depuis l’année dernière, je t’aime toujours Zayne. » En gros, ce qu’elle était en train de me dire, c’est que si je n’avais pas embrassé Ava, elle ne se serait pas saoulé au mariage, elle n’aurait peut être pas eu son accident de voiture, et on serait ensemble à l’heure qu’il est ? De quoi avoir subitement beaucoup de regrets. N’aurait elle pas pu avoir sa grande révélation plus tôt ? Je t’aime toujours Zayne. Ses paroles raisonnaient encore dans mon esprit. Combien de fois avais je espéré l’entendre me le dire ? Et maintenant c’était chose faite. Seulement j’aurais préféré que cela ne raisonne pas comme un regret. Du style, je t’aime malgré moi, mais pt’ain tu ne peux pas savoir combien je préfèrerais simplement te détester. Voilà, maintenant c’était enfin à mon tour de m’exprimer. Et moi aussi j’avais beaucoup de choses à dire, me sentant obligé de réagir à tout ses propos. « Bon alors premièrement, Ava est très loin d’être une pétasse, c’est une fille bien, mais là je ne t’apprends rien. Elle s’est sentie trahie par vous deux en apprenant votre relation. Elle avait besoin de réconfort, et j’étais là, point à la ligne. Et je vais te dire la même chose qu’à elle – mais je sais pertinemment que ça va entrer dans l’oreille d’une sourde – gâcher votre amitié pour si peu est complètement stupide. » Les femmes étaient quand même incroyables, comment elles arrivaient à se détester en si peu de temps, pour des broutilles, des malentendus… Voilà que j’essayais encore de sauver leur amitié, mais bon connaissant Karen…Plus rancunière qu’elle tu meurs. « Deuxièmement je pense que tu as la mémoire très courte. Tray Rannigan, ça te dit quelque chose ? Un de mes meilleurs potes que tu t’ais tapé sans scrupules à plusieurs reprises, rien que pour te venger ? Et après quoi ? Tu t’offusques parce que j’ai embrassé Ava ? Baiser soit dit en passant innocent, absolument pas destiné à te blesser ? » A l’inverse d’elle, cela n’avait absolument pas été un geste prémédité, et en aucune façon une vengeance. D’ailleurs elle n’était même pas censée être au courant de notre petit égarement. « Pour ce qui est de ta mère, j’y peux rien si c’est une salope en chaleur ! » Oups, je me laissais peut être un peu trop emporté par mes émotions. Même si ma description était plutôt fidèle non ? Je ne me serais jamais permit de faire la moindre avance à sa mère, si ce n’était pas elle la première qui m’avait sauté dessus. « Désolé. » repris je plus calmement. « Tu sais combien je l’ai regretté. Encore aujourd’hui. Apprendre ta relation suivie avec Jay’, ça m’a anéanti. Et inconsciemment je l’ai surement fait pour te blesser. Pour que tu saches ce que ça faisait de se sentir ainsi trahi, humilié… Mais le lendemain je regrettais déjà. » J’avais même essayer de le cacher, mais trop tard. Je n’étais pas comme elle, j’étais très loin d’avoir sa rancune et son esprit de vengeance. Avait elle éprouvé le moindre remord de coucher avec Jay ? Avec Tray ? De me retirer la garde de Nathan ? Non. Ou alors elle le cachait très bien. « Tu sais ce que je pense ? Qu’Ava dans le fond n’est pas le vrai problème. Que tu te sers d’elle comme d’une excuse, parce que tu es trop effrayée de me laisser revenir dans ta vie. » N’avais je pas raison ? Regardez comment elle retournait si facilement sa veste ! Un baiser – et hop, on faisait une croix sur Zayne. Elle savait pertinemment dans le fond que je n’avais rien fait de mal sur ce coup là. En tout cas je restais campé sur mes positions en le croyant dur comme fer. Elle sautait simplement sur la première excuse venue pour éviter de me laisser une seconde chance. Parce que cela voudrait dire prendre des risques, me redonner sa confiance, pour au final risquer que je puisse la blesser de nouveau. « Cette nuit, a probablement été la pire nuit de toute ma vie. Quand je t’ai vu, avec tout ce sang… J’ai bien cru que j’allais te perdre. Tu sais que je suis même allé prier à la chapelle pour toi ? » Moi qui avait perdu la foi depuis très longtemps c’était quelque chose. « J’ai pris conscience que je ne peux pas, je ne veux pas vivre sans toi. Je vous aime tellement, toi et Nathan. » dis je en essuyant délicatement une larme sur sa joue. Moi-même j’avais les yeux qui brillaient. « J’ai changé. Je ne suis pas le salopard que tu décris. Si seulement tu me laissais une chance de te le prouver. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Lun 22 Aoû 2011 - 14:27

« Bon alors premièrement, Ava est très loin d’être une pétasse, c’est une fille bien, mais là je ne t’apprends rien. Elle s’est sentie trahie par vous deux en apprenant votre relation. Elle avait besoin de réconfort, et j’étais là, point à la ligne. Et je vais te dire la même chose qu’à elle – mais je sais pertinemment que ça va entrer dans l’oreille d’une sourde – gâcher votre amitié pour si peu est complètement stupide. » Un petit soupir amusé sortit des narines de la belle brune devant la remarque du jeune homme. Elle s’empressa de lever les yeux aux ciels pour bien lui faire comprendre qu’elle trouvait ses propos absolument débiles. Ava ? Une fille bien ? Et puis quoi encore. Une fille bien ne va pas embrasser l’ex-petit ami de son amie, point. Il n’y avait d’ailleurs aucune raison pour que celle-ci se sente trahie puisque Karen était tout à fait en droit de parler à qui elle voulait. Du moins, elle ne se rappelait pas avoir signé quelconque pacte avec Ava Swinton, incluant qu’elle devait lui demander son accord avant de se lier d’amitié avec quelqu’un ou avant de l’embrasser. Mais soit, elle préféra ne rien répondre au jeune homme qui avait bien l’air décidé à défendre sa petite poupée Ava. Elle réglerait elle-même son problème avec cette dernière, une fois qu’elle en aurait l’occasion et qu’elle ne serait plus sur ce lit d’hôpital. En tout cas, une chose était sûre et certaine : il n’y avait plus aucune amitié entre Karen Sanders et Ava Swinton. Celle qui l’avait trahi dans l’histoire, ce n’était pas Karen. « Deuxièmement je pense que tu as la mémoire très courte. Tray Rannigan, ça te dit quelque chose ? Un de mes meilleurs potes que tu t’es tapé sans scrupules à plusieurs reprises, rien que pour te venger ? Et après quoi ? Tu t’offusques parce que j’ai embrassé Ava ? Baiser soit dit en passant innocent, absolument pas destiné à te blesser ? » Il n’avait décidément pas la même vision des choses puisque justement, Karen aurait préféré que ce baiser soit destiné à la blesser. Là, il représentait une sorte de trahison. Bien qu’Ava en fût la première coupable, elle en voulait tout de même à Zayne, bien qu’elle ne savait pas vraiment pourquoi. « Pour ce qui est de ta mère, j’y peux rien si c’est une salope en chaleur ! » Karen ne pu s’empêcher d’esquisser un petit sourire suite à l’insulte de Zayne. Elle avait beau être d’accord sur ce point, cela n’empêchait pas que le jeune homme avait couché avec elle. Il avait beau dire tout ce qu’il voulait, même si sa mère était la première des nymphomanes, elle n’avait pas violé le jeune homme non plus. Il avait été consentant et s’était délibérément tapé sa belle-mère. C’avait été trop. « Désolé. » Elle ne s’était pas vraiment offensée par cette insulte, puisqu’elle était d’accord avec lui. « Tu sais combien je l’ai regretté. Encore aujourd’hui. Apprendre ta relation suivie avec Jay’, ça m’a anéanti. Et inconsciemment je l’ai surement fait pour te blesser. Pour que tu saches ce que ça faisait de se sentir ainsi trahi, humilié… Mais le lendemain je regrettais déjà. » Elle baissa alors la tête, sachant que toutes ces choses là, il lui avait déjà dites plusieurs fois suite à leur rupture. Il avait essayé de se faire pardonner en vain mais la jeune femme n’avait jamais réussi à lui donner une nouvelle chance. C’était bien trop dur. Cela faisait beaucoup trop mal de lui pardonner. De le regarder et d’imaginer ce qu’il avait fait. Les images de Zayne couchant avec sa mère l’avaient bien hanté cette dernière année et il n’était pas rare qu’elle se réveille en sursaut la nuit à cause de ses nombreux cauchemars. Elle aimerait tant pouvoir l’effacer de son esprit et faire comme si tout n’était jamais arrivé, mais cela était malheureusement impossible. A moins qu’elle perde la mémoire, comme son amie Emrys, mais cela n’était probablement pas la meilleure solution non plus, de ne pas savoir. La voix du jeune homme la fit alors sortir des ses pensées. « Tu sais ce que je pense ? Qu’Ava dans le fond n’est pas le vrai problème. Que tu te sers d’elle comme d’une excuse, parce que tu es trop effrayée de me laisser revenir dans ta vie. » Il était vrai qu’elle était effrayée de le laisser revenir dans sa vie et cela depuis bien longtemps maintenant mais la soirée passée, elle avait bien eu l’intention d’aller lui parler et de tout recommencer avec lui et elle était certaine que si cette nouvelle n’était pas venue la couper dans son élan, elle l’aurait fait. Elle serait allée lui avouer tout cela et probablement qu’elle n’aurait pas eu à le faire sur un lit d’hôpital. « Cette nuit, a probablement été la pire nuit de toute ma vie. Quand je t’ai vu, avec tout ce sang… J’ai bien cru que j’allais te perdre. Tu sais que je suis même allé prier à la chapelle pour toi ? » Alors qu’il avouait être allé prier pour elle, elle imaginait la manière dont elle aurait réagi si elle avait été à sa place. Si elle l’avait trouvé, ensanglanté et souffrant, après un accident de voiture. Elle savait qu’elle aurait vraiment eu beaucoup de mal à tenir. Plus de mal que lui probablement. Elle était faible et elle ne savait pas vraiment si elle aurait réussi à supporter de le voir dans cet état là. Elle savait cependant qu’elle n’aurait probablement pas réussi à être aussi forte qu’il avait du l’être. Qu’elle n’aurait pas réussi à tout gérer aussi facilement. « J’ai pris conscience que je ne peux pas, je ne veux pas vivre sans toi. Je vous aime tellement, toi et Nathan. » Elle ne savait plus quoi penser suite à toutes ces révélations. Tellement de sentiments la submergeaient en même temps qu’elle ne savait plus lequel dominait. Le bonheur, la tristesse, la peur, l’amour, … Elle ne savait pas où elle en était ni ce qu’elle devait faire ou dire. Le jeune homme essuyait une larme sur sa joue alors que lui-même pleurait à présent. Les larmes continuaient de couler sur les joues de la belle brune, indéfiniment. « J’ai changé. Je ne suis pas le salopard que tu décris. Si seulement tu me laissais une chance de te le prouver. » Perdue, elle l’était réellement. Devait-elle lui faire confiance ? Elle aimerait tellement pouvoir lui laisser cette chance qu’il demandait. Elle se contenta simplement de répondre : « Je ne sais pas quoi faire… J’ai si peur. » d’une voix douce et fatiguée. Elle avait épuisé beaucoup de ses forces auparavant et n’avait plus autant la force de parler longtemps ou de faire un long discours pour lui répondre, elle préféra donc se contenter de faire simple. Il n’y avait rien à dire de plus de toute manière. Elle avait peur. Peur de se tromper. Peur de faire quelque chose qu’elle pouvait regretter. Peur d’être à nouveau heureuse même. Mais elle avait tellement besoin de lui…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Lun 29 Aoû 2011 - 22:06

Le soupire amusé de Karen face à mes propos sur Ava, ainsi que son roulement d'yeux eut le don de m'agacer. Comme je m'y attendais, ça entrait des les oreilles d'une sourde. Probablement qu'elle était en train de s'imaginer dans sa tête milles façons de faire souffrir Ava, ça ne m'étonnerait pas tiens. Son esprit de vengeance était tellement grand que ça en faisait peur parfois. J'étais plus que bien placé pour savoir qu'il valait mieux ne pas faire souffrir la belle. Parce qu'alors elle était extrêmement douée pour vous le faire payer. De quoi vous faire passer l'envie de recommencer. Une nouvelle fois elle ne semblait pas d'accord avec moi. Concernant la comparaison entre sa relation avec Tray, et mon petit baiser avec la brunette. Dans son esprit tordu, probablement que ce qu'elle avait fait été moins terrible que moi, je vous jure. Je n'avais définitivement pas la même vision qu'elle, comme si c'était préférable de vouloir blesser l'être aimé, n'importe quoi. Au moins me laissait elle parler sans m'interrompre. Probablement dû à son état, parce que généralement elle ne se gênait pas pour rétorquer et me dire le fond de sa pensée. Ses larmes coulaient sans relâches. Après mes révélations, elle semblait vraiment perdue. Et effectivement, c'est ce qu'elle avoua. « Je ne sais pas quoi faire… J’ai si peur. » J'hochai la tête doucement, je comprenais parfaitement ses craintes. J'essayais de me mettre à sa place, et en toute honnêteté, je ne serais pas sur de me faire confiance à moi même.  « Tu n'as pas à prendre de décision maintenant... Pour le moment ce qui compte le plus c'est que tu te reposes, et te rétablisse. » dis je en passant délicatement une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle me semblait si fragile en l'instant présent.  « Je vais te laisser. Je vais aller rejoindre Nathan, mais je repasserais plus tard...Enfin si tu veux bien. » Après tout peut être ne désirait elle pas ma présence. Il y avait à peine deux minutes, elle m'avait tout de même sommer de déguerpir et au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended) Mar 30 Aoû 2011 - 14:18

Le hochement de tête du jeune homme lui indiqua au moins qu’il semblait la comprendre. Cela eut le don de la rassurer légèrement. Elle avait besoin de temps pour réfléchir, pour savoir quoi faire et cela semblait normal au jeune homme. Tant mieux. Elle n’aurait pas eu la force de prendre une décision immédiatement et cela n’était pas dit que celle-ci aurait été la meilleure. Elle avait besoin de prendre du recul pour reconsidérer toutes les pièces qu’elle avait devant elle et pour digérer la récente nouvelle de son baiser avec Ava Swinton. Aussi, elle avait besoin d’avoir une sérieuse discussion avec cette dernière avant de pouvoir prendre une quelconque décision. « Tu n'as pas à prendre de décision maintenant... Pour le moment ce qui compte le plus c'est que tu te reposes, et te rétablisse. » Ce n’était pas totalement faux. Elle avait réellement besoin de se reposer, elle le sentait dans tout son corps et rien que de penser au fait de pouvoir se reposer, lui fit échapper un long bâillement. Elle hocha doucement la tête alors que le jeune homme plaçait une mèche de cheveux derrière l’oreille de la jeune brune. « Je vais te laisser. Je vais aller rejoindre Nathan, mais je repasserais plus tard... Enfin si tu veux bien. » Un petit sourire se dressa sur ses lèvres à la simple pensée de son fils. « D’accord. Dis à Nathan que je vais bien et que… je l’aime. » Elle observa le jeune brun alors qu’il quittait la chambre et refermait la porte derrière lui. Elle se mit alors à réfléchir à tout ce qui venait de se passer en espérant que tout cela n’avait pas été un rêve seulement. Quelques secondes plus tard, ses yeux se fermaient déjà et elle rejoignait tendrement les bras enchanteurs de Morphée.

sujet terminé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Anywhere out of the world. (ended)

Revenir en haut Aller en bas
 

Anywhere out of the world. (ended)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-