AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't wanna go home tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Don't wanna go home tonight. Dim 28 Aoû 2011 - 10:29


« Don't wanna go home tonight. »

Collègue : « A demain, Lil’ ! »

Un sourire adressé à la jeune brunette de vingt-sept ans qui venait de la saluer poliment, Lily Bowen quittait l’hôpital aux alentours de six heures dix. Habituellement, elle se serait pressée pour retrouver ses enfants qui l’attendaient avec la nourrice chez eux, mais pas ce soir. Ce soir, Lily prenait tout son temps. Alice et Nathan étaient chez des amis pour la soirée car leur petit camarade Alicia fêtait ses dix ans aujourd’hui, et comme ils n’avaient pas cours le lendemain, Lily n’avait vu aucune raison de leur refuser cette soirée. Ils avaient bien besoin de se changer les idées aussi de toute manière au vu des récents évènements avec Anton, l’ex-compagnon de la brunette et père d’Alice, Joy et Savannah. D’ailleurs, Lily n’avait pas de nouvelles de lui depuis quelques semaines. Peut-être était-ce mieux ainsi. Pour ce qu’ils avaient à se dire de toute façon…c’était aussi bien qu’ils ne se croisent pas. Pour ce qui était de Joy, la petite avait été assez désabusée en voyant son demi-frère et sa sœur partir pour la soirée, alors Lily avait proposé qu’elle aille chez une de ses amies également. La petite avait été absolument ravie et il ne lui avait pas fallu plus de deux heures pour trouver chez qui dormir. Restait Savannah à la maison avec sa nourrice que Lily s’était vu forcée d’engager après le coup qu’Anton lui avait fait. C’était une personne très agréable de quarante-six ans prénommée Lilian , sans enfants qui les adorait et qui donc proposait ses services aux parents comme la belle Bowen, débordés par leur travail. Quel bonheur cela avait été de la trouver sur son chemin ! Elle lui sauvait la mise à plusieurs reprises depuis qu’elle était là.

Passant en voiture devant le Blue Lagoon Bar, Lily chercha une place pour se garer, ce qu’elle trouva assez rapidement, pour son plus grand plaisir. Lilian était prévenue, Lily ne rentrerait pas de suite. Elle avait besoin de s’accorder une petite heure seule avec elle-même, pour une fois. En effet, depuis qu’elle avait quatre enfants à charge, la brunette avait très peu – pour ne pas dire jamais – de temps pour elle-même. En entrant dans l’établissement réputé pour son service plus qu’appréciable, la brunette fut ravie de n’attirer aucun regard. Pas de ça avec elle, elle avait passé l’âge des conneries de la vingtaine quant à se faire séduire. Allant prendre place au bar, la brunette commanda un « Tequila Sunrise », un cocktail à base de tequila, de jus d’orange et de grenadine. Elle le paierait cher, Lily le savait déjà mais présentement le prix l’importait peu, elle souhaitait simplement se détendre un peu, en sirotant une boisson alcoolisée qu’elle appréciait beaucoup. Lily ne boirait pas autre chose, elle devrait reprendre le volant après de toute façon et elle n’était pas inconsciente au point de boire plus que la limite autorisée alors qu’elle comptait reprendre le volant par la suite.

Serveur : « Tenez, madame. »

Lily soupira sans qu’il ne puisse l’entendre. Alors voilà, elle avait vraiment perdu toute possibilité de se faire de nouveau appeler « mademoiselle » un jour par quiconque. Dommage. Mais c’était aussi ça, devenir plus âgée. Elle l’acceptait.

Lily : « Combien je vous dois ? »

Le serveur lui répondit neuf dollars cinquante-six. Oui, effectivement, elle en payait le prix fort de cette heure accordée à elle seule. Qu’importe…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Dim 28 Aoû 2011 - 12:01

Cela faisait maintenant plus de deux mois que Freddy McCawley avait posé un pied sur la terre de Floride. L'organisation n'avait pas été si facile. Arriver avec sur ses bras une gamine d'un an, quelques valises à ses pieds, et des idées pleins la tête n'avait pas été une chose si aisée, et maintenant, il comprenait mieux la réticence de certains de ses proches, quand il leur avait annoncé qu'il quittait Hawaii. « Tu ne t'en sortiras jamais. Tu ne connais personne, tu travailles, et tu as une gamine! ». Il ne pouvait pas les blâmer, ils avaient eu raison. Mais sa fierté l'avait empêché de le leur dire, et à chaque fois, sur Skype c'était pareil : « vous vous trompez, tout se passe très bien ici. »
Maintenant, du moins, tout se passe très bien. Au boulot, ses supérieurs étaient contents de lui, et Freddy aimait torturé ses soldats. A la maison, sa fille avait trouvé une chouette nounou prénommée Evie-Leigh, et Freddy avait amplement confiance en elle.
Revenu d'une mission, Freddy avait atterrit une bonne heure avant l'horaire prévu, ayant réussi à accomplir mission plus tôt que prévu. Comme Evie-Leigh devait garder Evie encore une heure de plus, Freddy s'était dit qu'il pourrait en profiter pour se faufiler dans un bar, commander une bonne bière, regarder les belles filles passer, draguer peut-être la serveuse -après tout, Meadow n'y voyait aucun inconvénient, non? C'était donc après un « McCawley, je veux vous voir à sept heures du matin demain. » que Freddy quitta la base militaire, après un n-ième coup d'oeil à son magnifique avion. Il prit sa voiture, redescendant complètement sur terre, et fila en direction de Miami, la pédale d'accélération bien enfoncée. Quand il quittait son avion où il fonçait dans le ciel, prendre une voiture, et rouler lentement n'était pas si simple. Il avait toujours un taux d'adrénaline bien élevé dans son corps le poussant à accomplir quelques pirouettes sur la route, pour son plus grand plaisir.

Arrivé devant le Blue Lagoon Bar -endroit incontournable de Miami, Freddy l'avait vite compris-, il se gara. Il ne tarda pas à sortir de sa voiture, et à se faufiler dans le bar. Il jeta un bref coup d'oeil dedans. Il y avait du monde; des jeunes qui s'amusaient à se défoncer, d'autres qui se collaient tellement qu'on pourrait croire qu'ils couchaient ensemble, des plus âgés qui passaient -comme Freddy- une heure de leur temps à venir siroter une petite tequila. Et puis, il ne la reconnut pas de suite, mais de dos, ses bouclettes brunes lui rappelaient quelqu'un; il fit quelques pas, se dirigeant vers le bar, et du presque se pincer pour se demander s'il ne rêvait pas. Non, il ne s'y était pas trompé. Le docteur Bowen était bel et bien présente ici.

Posant son coude droit sur le bar, juste à ses côtés, Freddy lui lança alors. « On ne vous a jamais dit que l'alcool » Il tendit le coup pour voir ce qu'elle avait commandé – apparemment de la tequila- « n'était pas bon pour la santé? » demanda-t-il à la doctoresse. Il lui fit un petit sourire, avant de -sans lui demander son avis- s'asseoir à côté d'elle. A son bureau, il lui aurait demandé s'il pouvait s'asseoir. Ici non. Car poli, et se montrant sous son meilleur angle, il l'avait été à leur rendez-vous parce qu'elle avait le droit de lui couper ses ailes. Maintenant, ils étaient tout les deux, les pieds sur terre, à échelon égal, comme deux adultes qui se retrouvaient, et il n'aurait certainement pas le même visage. L'un des serveurs vint le voir, et lui demanda ce qu'il voulait prendre «  une bière, une Samuel Adams » Il aimait bien choisir ses bières, décider de laquelle il allait déglutir aujourd'hui. Il se retourna alors vers la femme à côté de lui, et l'observa quelques instants.
Jamais, au grand jamais, il ne l'aurait cru capable de se rendre dans un bar, de commander de l'alcool. Il la voyait plutôt comme une femme qui travaillait, mais qui rêvait de passer ses journées à s'occuper de ses gosses. Dès que son dernier patient avait quitté son bureau, il l'imaginait se dépêcher, enfiler sa veste, courir, foncer à sa voiture, et rejoindre ses mioches. L'air un peu dépassé par ce qu'il voyait, Freddy osa lui demander. «  Dure journée? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Dim 28 Aoû 2011 - 12:21


« Don't wanna go home tonight. »

Alors qu’elle venait à peine de commencer à siroter son cocktail, la brunette entendit quelqu’un dont la voix lui disait clairement quelque chose. Elle connaissait ce timbre de voix à la fois sûr et parfois torturé. Mais où avait-elle déjà entendu ça ? Elle ne tourna pas la tête, simplement le regard de façon à apercevoir un visage qu’elle connaissait non pas bien, mais qu’elle connaissait pour sûr. Freddy McCawley, un soldat de l’armée de l’air qu’elle avait eu comme patient comme exceptionnel quelques semaines plus tôt. Voilà quelque chose à laquelle Lily ne s’était pas attendue, cependant elle ne montra pas son étonnement. Elle ne voulait plus que les gens la décryptent grâce aux sentiments qu’elle pouvait laisser paraître, du coup, Lily faisait en sorte de rester la plus impassible possible. Est-ce que cela fonctionnait réellement, elle ne le savait pas et ne voulait même pas le savoir.

Freddy : « On ne vous a jamais dit que l’alcool n’était pas bon pour la santé ? »

Lui demanda soudainement l’homme qui venait de prendre place sur le tabouret à côté d’elle se fichant apparemment pas mal qu’elle le veuille bien ou non. Tant pis, de toute manière elle s’en fichait comme de l’an quarante. Elle était fatiguée et voulait simplement se détendre, donc s’il voulait l’y aider d’accord, et s’il se montrait chiant elle l’enverrait voir ailleurs et les choses s’arrêteraient là, tout simplement.

Lily : « On ne vous a jamais dit qu’aborder une femme comme ça était mal poli ? »

Lui demanda-t-elle, un petit sourire amusé pour lui prouver qu’elle ne lui disait pas ça méchamment mais juste pour lui renvoyer une question, puisqu’elle ne voyait pas en quoi c’était utile de répondre à celle qu’il lui avait soit disant posé. Il commanda une bière dont il connaissait même la marque, apparemment c’était un habitué de cet alcool-là – cela ne sous-entendant en rien qu’il buvait souvent. Puis, Freddy lui demanda finalement s’il elle avait eu une dure journée. Un rire amer lui échappa de façon totalement involontaire.

Lily : « Dîtes dur mois carrément… »

Lâcha-t-elle finalement, ne voyant pas pourquoi elle lui cacherait cette information dans le sens où ça n’avait rien de vraiment privé tant qu’ils n’entraient pas dans les détails – qu’elle aurait préféré d’ailleurs effacer de sa mémoire.

Lily : « Et vous ? C’est quoi votre bonne excuse ? »

Il n’en avait peut-être pas, fallait-il vraiment une raison pour venir boire un verre dans un bar ? Pas sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Lun 29 Aoû 2011 - 11:49

Les premiers mots que Madame Lily Bowen émirent en présence de Freddy furent sortis de sa bouche, telle une fusée qui s'élançait. « On ne vous a jamais dit qu’aborder une femme comme ça était mal poli ? » avait-elle répondu à la question du soldat. Amusé, Freddy eut un petit sourire, s'était installé, et avait commandé sa bière, avant de répondre, le plus naturellement possible. «  Jamais », en lui lançant un petit sourire. Lui avait-on dit de ne pas aborder les femmes de cette manière? Non, jamais. Son père était bien trop triste pour lui avoir enseigné ce genre d'éducation. Pour lui, tant que son fils disait 'bonjour', et 'au revoir', ou des 'merci' et 'de rien' et qu'il arborait un grand sourire, tout allait bien. Alors, désolé, mais non, on ne lui avait jamais dit ça.

A peine Freddy lui eut demander si elle avait eu une journée difficile qu'un petit rire, bien amer, sortit de sa gorge. « Dites dur mois carréments.. » ouille. C'était pire que ce qu'il pensait. Dire qu'il demandait juste ça parce qu'il croyait qu'elle avait passer seulement une mauvaise journée, qu'elle avait appris quelque chose, et qu'elle préférait noyer son chagrin dans un verre d'alcool. « Et vous? C'est quoi votre bonne excuse? »

Freddy releva la tête vers elle, et au moment où il allait répondre, le serveur arriva, sa canette de bière à la main, un verre dans l'autre. Le regard de Freddy s'arrêta sur la bouteille: Une Samuel Adams, parfait! Il fit un petit sourire au serveur, qui lui demanda ses sous. Freddy refusa le verre qu'il avait en main : il préférait boire une bière dans sa canette, non dans un verre. Ca gachait le goût de l'alcool. Puis, sa main gauche vint fouiller dans la poche de sa veste. Il attrapa l'argent, et le fila au monsieur. Il prit la canette dans sa main, et lui lança. « J'avais juste envie. » Il leva sa canette à la hauteur de sa tête, le cul de la bouteille en direction de la femme, et lui lança un «  A la vôtre » avant de boire une gorgée de son alcool.

Il avala sa gorgée, reposa la canette sur le bar, et retourna sa tête vers le docteur. C'était étrange, mais il ne l'imaginait pas du tout capable de venir boire un coup, toute seule, dans un bar après le travail. Elle avait des gosses, elle le lui avait dit. Elle avait un métier prenant. Elle devait franchement être mal pour venir ici, non accompagnée.
Le silence entre les deux adultes était pesant. Après une autre gorgée bue, Freddy, la tête tournée vers le bar, lui lança alors. « Qu'est-ce qu'il s'est passé? » Il s'arrêta, conscient qu'elle allait le prendre pour un mec super curieux -ce qu'il était, certes. Il reprit alors la parole, tentant d'arrondir les angles. « Vous n'êtes pas obligé de répondre. Je ne suis pas psy.. » lui lança-t-il, un petit sourire amusé au coin des lèvres. « Mais c'est bizarre, je ne vous imaginais pas du tout capable de venir dans un bar, toute seule, commandée de l'alcool. Même après un dur mois. Alors soit, vous venez de casser mon stéréotype des femmes psychiatres. Ou soit, vous n'allez pas bien du tout. Et je pencherais plutôt pour la dernière solution; je tiens à mes préjugés... » Il lui sourit, avant de détourner son attention d'elle. Il replongea son regard droit devant lui, devant la vingtaine de bouteilles d'alcool alignés derrière le bar. Sa main droite, toujours agrippé sur sa canette de bière, Freddy releva la bouteille, et rebut un petit coup dedans. Il ne pouvait s'empêcher de repenser à ce qu'elle lui avait dit, à ce qui avait du lui arriver. Et comme toujours, il imaginait le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Lun 29 Aoû 2011 - 19:32


« Don't wanna go home tonight. »

Freddy : « J’avais juste envie. »

Quelle chance. Elle aussi, elle aurait aimé avoir « juste envie » d’aller boire un verre dans ce bar, à cette heure de la journée. Mais Lily n’en avait pas vraiment eu « juste envie », mais plutôt elle en avait ressenti le besoin. Ce besoin de pouvoir être seule, et surtout pas entourée des gens qu’elle aimait comme les enfants. De plus, lorsqu’elle mettait ne serait-ce qu’un pied dans la maison, la brunette savait qu’elle n’aurait pas la paix jusqu’au moment du coucher. Alors qu’ici, dans ce bar réputé de la ville où elle ne connaissait personne, Lily y trouvait un certain calme.

Freddy : « A la vôtre ! »

Lança-t-il, presque amusé. Mais sans plus cependant. Elle esquissa un léger sourire elle-même amusée par cette phrase. Du coup, Lily s’envoya une gorgée de son cocktail qui fut comme un électrochoc tant cette gorgée fut violente dans son organisme. Il fallait qu’elle ralentisse sur sa boisson, elle reprenait le volant après. Puis, Lily tourna son regard vers l’homme qui buvait une gorgée de sa bière apparemment très bonne, en tous les cas pour lui. Et lui alors…il n’avait pas une fille dont il devait aller s’occuper plutôt que de rester ici, avec elle, à boire ? Sans doute que si, mais les raisons véridiques qui l’avaient amené ici ne regardaient pas franchement la brunette de toute façon. Elle ignora donc cette question intérieure et se concentra plutôt que celle que lui posa l’homme, un peu précipitamment d’ailleurs. Il s’excusa adroitement de la façon qu’il venait de lui poser la question, mais Lily ne prit pas la mouche. De toute façon, au point où elle en était, que quelqu’un sache ou non ce qu’elle vivait…on pouvait aisément croire qu’elle n’était plus vraiment à cela près.

Lily : « Vous avez raison… Je ne vais sans doute pas bien. Qui irait suffisamment bien pour venir boire un cocktail après une journée de boulot ? » On sentait l’ironie dans sa voix, mais elle renonça à toute marque de sarcasme. « Quelqu’un a ruiné mes rêves de pouvoir vivre heureuse au côté d’un homme en qui je pensais pouvoir avoir confiance. »

Et ce quelqu’un était évidemment l’homme lui-même, Anton, qui après avoir eu un accident de la route et s’être retrouvé handicapé avait quitté Lily, ses deux filles Joy – dont Lily n’était pas la mère –, Nathan le fils de la psychologue ainsi que leur petite merveille née quelques temps plus tôt : Savannah. Il était parti. Sans rien dire. Les avait lâchement abandonnés. Puis il était revenu trois mois après, comme une fleur en assurant qu’il n’avait pas à s’excuser dans le sens où il avait pris la bonne décision car cela lui avait permis de retrouver l’usage de ses deux jambes.

Lily : « Ça peut vous surprendre, mais ce n’est pas parce qu’un psychologue aide à l’améliorer psychologique de ses patients que lui-même ne peut pas ne pas aller bien. »

Elle eut un petit ricanement une fois de plus amer après ces quelques mots. Lily commençait à en avoir marre que les gens puissent penser que tout allait parfaitement bien dans sa vie alors que ce n’était pas du tout le cas. Vraiment pas, pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Mar 30 Aoû 2011 - 11:46

« Vous avez raison… Je ne vais sans doute pas bien. » Rien qu'à entendre les mots de son ancienne psychologue, Freddy sut de suite qu'il avait visé juste. Bien juste même. Il ressentit alors un sentiment qu'il ne ressentait guère souvent. Son coeur se mit à se reserrer un peu, comme si un étau l'entourait, et le compressait. Il n'aimait pas entendre les gens dire qu'ils allaient mal, encore plus quand cela était une femme. Il savait qu'il serrait complètement inutile d'essayer de lui remonter le moral – de toute façon, il ne savait jamais quoi dire dans ces moments-là. Alors, il se contentait d'ouvrir grand les oreilles, et d'écouter. « Qui irait suffisamment bien pour venir boire un cocktail après une journée de boulot ? » C'était pire que ce qu'il pensait jusqu'à maintenant. Lui qui jusque-là usait de son sarcasme et de bonne humeur se dit que, finalement, il ferait mieux de les garder au fond de sa gorge. « Quelqu’un a ruiné mes rêves de pouvoir vivre heureuse au côté d’un homme en qui je pensais pouvoir avoir confiance. »
C'était encore plus pire. Il ne voyait pas comment quelqu'un pouvait ruiné des rêves. Enfin si, au fond de lui-même, caché dans un coin de son cerveau, il voyait très bien comment on pouvait ruiner les rêves de quelqu'un. Il avait été lui-même ce briseur de rêves. Mais il ne voyait pas comment on pouvait briser les rêves d'une femme comme ce docteur Bowen. Elle ne semblait avoir aucun gros défaut qu'un homme serait incapable de surmonter, bien qu'il ne la connaisse pas totalement..

Alors, Freddy se contenta d'hocher la tête, sans rien dire. Il essayait d'être juste un homme attentif, d'ouvrir grand ses oreilles, et de ne rien dire d'autre. Il porta à sa bouche sa canette de bière, encore une fois, et en but une gorgée. En silence. Et la psychologue ouvrit de nouveau la bouce.« Ça peut vous surprendre, mais ce n’est pas parce qu’un psychologue aide à l’amélioration psychologique de ses patients que lui-même ne peut pas ne pas aller bien. » Un ricanement se fit entendre de la bouche de la femme. Freddy fronça les sourcils, et reporta son attention sur elle. «  Bien sûr.. mais je pensais qu'il existait un groupe de soutien de psychologues. Un peu comme 'les alcooliques anonymes', où les psy' parlaient de leur propre problème. » A peine eut-il fermé la bouche qu'il se dit que citer les alcooliques anonymes comme référence, à une psychologue assise à un bar en train de siroter un verre d'alcool n'était pas la meilleure de toutes les références. Tant pis, c'était dit!
Ses deux mains autour de sa canette de bière, le soldat s'amusa à faire tourner sa bière. Ses yeux se posèrent sur sa canette d'abord, puis sur le serveur derrière le bar. Celui-ci faisait son show, jouant avec les bouteilles d'alcool, rendant les filles super excités devant lui. Freddy eut un léger sourire en les voyant. Il avait eu cet âge aussi.. Et maintenant, il se sentait incapable de refaire ça, à moins de faire tomber les bouteilles au sol. Il détourna son attention des jeunes, et reposa son regard sur la canette entre ses mains. Il en but une gorgée, tout en repensant à ce que la femme venait de lui dire. Ne pouvant s'en empêcher, il ajouta quelques mots. « Et cet homme a vraiment brisé vos rêves? Je veux dire, il doit bien y avoir un moyen de recoller les morceaux, non? Il y a toujours un moyen.. » lui assura-t-il. Il en était presque convaincu. Presque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Ven 2 Sep 2011 - 10:02


« Don't wanna go home tonight. »

Un centre fait dans le but d’accueillir les psychologues mal dans leur peau ? Et puis quoi encore… Quoiqu’au final l’idée n’était peut-être pas si mauvaise que cela, bien que Lily ne s’y rendrait alors jamais, trop heureuse de pouvoir garder ses problèmes pour elle. Cette femme n’était pas du genre à aimer raconter ses problèmes, qu’ils soient importants ou minimes, elle préférait de loin partager sa bonne humeur avec les gens qu’elle connaissait depuis fort longtemps comme avec ceux qu’elle avait rencontré deux heures avant. D’ailleurs, le fait que cet homme qu’elle ne connaissait presque pas au fond sache qu’elle n’allait pas bien la mettait plus à mal à l’aise qu’elle ne voulait bien le laissait paraitre. Ce n’était pas elle, ce n’était le genre de Lily de se voir laisser dire que sa vie n’était pas celle qu’elle avait rêvé d’avoir. Ah non, c’est sûr… La vie dont elle avait toujours rêvé c’était clairement envolée en même temps qu’Anton plusieurs mois auparavant. Quelle ordure quand elle y repensait. Et lui qui avait cru bien faire pour son propre bonheur. Tu parles ! Égoïstement, il avait laissé tomber tous ceux qui comptaient un minimum sur lui. Et aujourd’hui, Lily se retrouvait avec quatre enfants sur les bras qu’il fallait nourrir, vêtir, emmener à l’école, ect… Et le pire ? C’est qu’elle savait qu’elle y arriverait. Avec des difficultés plus importantes qu’avant certes, mais elle y arriverait quand même parce qu’elle était habituée à devoir gérer des situations dites ingérables.

Freddy : « Et cet homme a vraiment brisé vos rêves? Je veux dire, il doit bien y avoir un moyen de recoller les morceaux, non? Il y a toujours un moyen… »

Elle voulut rire tant ce qu’il venait de dire sonnait faux à l’oreille de la brunette. Recoller les morceaux ? Certainement pas. Jamais Lily ne pourrait pardonner un tel comportement à un homme qui, au-delà d’être un compagnon, était surtout un père de famille ! Il avait préféré tout lâcher pour aller mieux. Lily n’avait pas besoin de ce genre de spécimen chez elle, bien au contraire, elle avait déjà suffisamment à faire avec les quatre gamins. Et encore…quatre…jusqu’à quand ? Sans doute jusqu’Anton retrouve un logement, à partir de là il reprendrait ses filles, ce qui restait compréhensible et tout à fait normal. Maintenant, delà à savoir si Joy et Alice accepteraient de repartir avec lui… Là-dessus, Lily ne pouvait se prononcer.

Lily : « Pas cette fois. Ça fait trop mal. »

La brunette aurait préféré ne pas dire cela. Elle ne désirait en rien la compassion voire la pitié des autres. Elle s’en sortirait, encore une fois. C’était finalement un peu comme si Lily revivait la fin de son mariage avec Thomas, son premier époux d’avec lequel elle avait divorcé plus d’un an auparavant. Sauf que là, la différence c’est qu’il n’y avait pas eu de mariage à rompre, ni de femmes avec qui tromper Lily. Non. Anton avait juste fait son choix entre sa propre personne et sa famille. Delà, les choses étaient tout à fait claires dans l’esprit de la brunette. C’était terminé.

Lily : « Ce n’est pas fait pour moi, c’est tout. Je suis très bien avec mes enfants. »

Le célibat lui tendait les bras. Elle n’avait qu’à y rester, de toute façon…au point où elle en était… Mais arriverait-elle à dormir le soir sans la chaleur d’un corps près du sien près à l’accueillir si elle ne parvenait à trouver le sommeil ? Ca…Lily elle-même ne le savait pas.

Lily : « Je m’y ferai. »

Murmura-t-elle sans vraiment le vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Sam 3 Sep 2011 - 10:08

L'expression de son ancienne psychologue ne laissait rien présager de bon. Elle semblait être emplie d'un mélange d'émotions intenses. Comme si, elle avait été blessée, vexée, honteuse, dégoûtée, et dépassée en même temps. Et sans que cela paraisse, ressentir autant de sentiments dans un si petit bout de femme -oui, oui, Freddy est macho- donnait envie d'exploser. Et là, ce soir, devant son verre d'alcool, c'était probablement ce qu'elle était en train de faire. A peine avait-il répondu qu'il y avait toujours une solution, Lily répondit « Pas cette fois. Ça fait trop mal. »
Et pourtant, pour Freddy, il y avait presque toujours une solution. Il suffisait de chercher, de se creuser la tête, et là, on trouvait. Mais ses solutions à lui n'étaient pas toujours les meilleurs, il le savait, mais il ne cessait de se convaincre que si, que ses solutions étaient les meilleurs.
Jetant un regard tout en avalant une gorgée de sa bière, Freddy ne put s'empêcher d'avoir de la compassion pour cette femme. Elle se retrouvait seule, à la maison, avec des enfants. Et j'ai bien écrit « des ». Il n'y en avait pas un, mais plusieurs. Et Freddy savait comment se retrouver seul avec un enfant était dur. Alors, imaginez ce qu'une femme, se retrouvant seule, avec ses enfants, pouvait ressentir. Et encore, Freddy était loin de s'imaginer qu'il y en avait quatre, des enfants! Maugréant toujours dans un murmure, elle ajouta « Ce n’est pas fait pour moi, c’est tout. Je suis très bien avec mes enfants. » Freddy ne put s'empêcher de sourire. Qu'est-ce qui n'était pas fait pour elle? La vie de couple? Ce n'était pas grave! Elle pouvait très bien ne pas vivre en couple, et passer du bon temps avec la gente masculine. Ce n'était pas difficile, il suffisait juste d'être le plus discret possible.
Freddy n'était pas pour une vie de couple. Oh, il y avait déjà été, mais la preuve, ça se terminait toujours. Il se trouvait trop instable, trop fort pour vivre avec une femme. Il ne supportait pas entendre une femme lui demander de ranger ses affaires. Il n'aimait pas entendre une femme se plaindre de tout ces avions militaires qui ornaient sa maison. Il détestait entendre une femme lui demander ce qu'il voulait manger. Il préférait passer du bon temps avec, et leur dire au revoir le lendemain matin, ou leur dire à une prochaine fois. Il n'était pas un Dom Juan. Il ne couchait pas avec toutes les filles du quartier. Il aimait juste sortir avec une fille le soir, passer la nuit avec, retrouver sa vie de garçon célibataire la journée, et la retrouver le soir venu. Franchement, si Freddy n'était pas un amoureux du sport de chambre et de la beauté des femmes, il serait sans doute un célibataire endurci depuis de nombreuses années..
Dans un murmure, Lily ajouta un « Je m’y ferai. » que Freddy eu du mal à entendre, tellement, elle le prononça bas.
Ne pouvant s'en empêcher, il eut un sourire moqueur, et après une gorgée dans sa bière, prit la parole, tout en posant son regard moqueur sur elle. « vous vous y ferez? A quoi? Au célibat? » Il eut un léger petit rire. « vous avez vraiment besoin d'un homme fort et costaud à vos côtés? Vous ne pouvez pas vous en passer? Vous voulez que je vous dise? La vie de célibataire, c'est la meilleure vie. Vous passez votre journée, tranquille, sans que personne ne vous embête. Le soir, vous couchez les enfants, vous appelez une nounou, et vous sortez. Vous rencontrez du monde, vous vous amusez toute la nuit, et au petit matin, vous les laissez pour reprendre votre vie de célibataire. » Les relations libres, il n'y avait que ça de vrai !! Avec un petit air malicieux, il reprit sa bière, et finit par dire, philosophiquement. «Et puis, parfois, il vaut mieux être seul que mal accompagné. » C'était Freddy dans son grand jour; fatigué, un peu alcoolisé, et surtout très honnête. Parce que tout ce qu'il disait là, il le pensait très fort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Sam 3 Sep 2011 - 12:22


« Don't wanna go home tonight. »

Ce soir, son cocktail à base de Tequila avait comme un goût amer. Pourtant, ça ne l’était pas en temps normal. Peut-être était-ce cette sensation d’amertume qui l’avait envahi plusieurs jours auparavant qui prenait le dessus sur tout ce qu’elle entreprenait, buvait, mangeait… Qu’importe. De toute façon, au point où elle en était Lily n’était plus vraiment à cela près. Voilà pourquoi lorsqu’elle entendit Freddy lui faire un plaidoyer en faveur du célibat et des avantages que cela apportait, Lily ne put s’empêcher de rire, amèrement, une nouvelle fois. A croire que tout était facile comme un jeu d’enfant de bas âge. A l’entendre, l’attache n’apportait finalement plus rien d’assez conséquent, ainsi il valait mieux confier ses enfants à quelqu’un et aller « profiter du célibat » en abordant des hommes, en passant la nuit avec et passer à autre chose dès le lendemain matin.

Lily : « On peut dire que vous avez une drôle d’approche en ce qui concerne l’Amour. »

Cela avait beau la faire rire, Lily devait bien avouer en son for intérieur qu’elle y avait songé. Pourquoi, elle ne le savait pas vraiment, mais l’idée lui avait effleuré violemment l’esprit quelques jours auparavant. Après tout, elle était plutôt jolie pour une femme passée la quarantaine et elle avait de la discussion. Pourquoi alors ne pas tenter le Diable et aller tout droit au fond du gouffre. Et puis, Lily avait vu ses enfants. Et elle avait culpabilisé.

Lily : « Je ne peux pas faire ça à mes enfants. »

En bonne maman qu’elle était, Lily les faisait passer avant elle et son propre bonheur – contrairement à ce qu’avait fait indéniablement Anton. Elle ne voulait pas devenir ce genre de femme qui, au-delà de parvenir à gérer vie de famille et travail avec élégance, deviendrait celle qui arriverait en plus à se faire plaisir au détriment de ses propres enfants.

Lily : « Même si j’en avais envie, je ne peux pas les laisser comme ça pour aller prendre du bon temps. Dans ces cas-là, autant ne pas faire d’enfants et rester célibataire à vie. Moi ce que je voulais au fond c’était juste un homme qui saurait m’accompagner à travers les épreuves, qui saurait me faire rire dans les dures épreuves et qui serait là pour m’accueillir le soir dans ses bras chauds alors que j’aurai passé une journée misérable au travail… J’y ai eu le droit, bien-sûr… Mais voyez le résultat. Le premier m’a trompé pendant des années et le deuxième m’a abandonné avec quatre enfants sur les bras. Bravo Lily ! »

Oui, elle ne pouvait malheureusement pas s’empêcher de culpabiliser quant à la situation qui était la sienne. D’ailleurs, Freddy devait la trouver déplorable présentement.

Lily : « Vous devez me trouver stupide. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Lun 5 Sep 2011 - 19:25

Une drôle d'approche en ce qui concerne l'amour. Cette parole du docteur Bowen l'amusa. Non, il n'avait pas un drôle d'approche pour l'amour, il avait juste une approche différente. Un peu moins personnelle, un peu plus sexuelle. C'était tout. Il ne voulait pas rentrer chaque soir chez lui et trouver le repas fait, une femme dans les lessives, un tablier autour de la hanche, et un sourire grand jusqu'aux oreilles. Il y avait une raison à cette approche si diffférente. Et cette raison n'était pas pour le moins anodine.
Freddy Loe McCawley était un trouillard. C'était un trouillard de première. Il avait beau être un grand et costaud soldat, c'était un froussard. Un froussard un peu décalé. La guerre? Ca ne lui faisait pas peur! S'il pouvait conduire son avion les yeux fermés, il le ferait sans doute. Descendre des avions ennemis, tout en pensant que lui-même pouvait être touché ne l'effrayait pas. Il était différent des autres hommes.
Lui, il avait peur du mal qui l'entourait. Il était paranoiaque, et voyait le mal dessiné tout autour de lui. Ce type de l'autre côté, c'était peut-être un dealer. Ce barman là, si ça se trouve, il avait du sang sur les mains. Et il était pareil avec les filles. Il ne croyait pas que derrière un visage angélique se trouvait peut-être la pire des femmes. Il n'en était pas si parano. Et puis, une femme diablesse ce n'était pas si difficile à contrôler. C'était un homme, un vrai, plus costaud que 97% des femmes (il y avait d'après ses statistiques, 3% de femmes plus lourdes et ayant plus de muscles que lui).

Lui, il avait juste peur de tomber amoureux, et peur de perdre son âme soeur. Il était romantique, peut-être un peu trop même. Mais il avait trop d'hommes perdre leurs femmes. Son père avait pleuré sa mère pendant des années, et même quand il était remarié, Freddy savait qu'il pleurait encore sa mère sur sa tombe. Et puis, un de ses amis avait perdu sa femme le jour de son mariage, d'un cancer pareil. Ils n'avaient pas eu le bonheur de faire la fête ce soir-là. Ils n'avaient pas eu le bonheur de se dire « oui » dans la joie et la bonne humeur. Il s'était juste assis au bord de son lit, le curé à côté, et les yeux dans les yeux, ils se sont dit « oui ». parce que c'était le rêve de sa femme; se marier. Quelques heures seulement après, elle avait fermé les yeux à jamais.

Alors oui, Freddy ne voulait pas de femmes dans sa vie. Il ne voulait pas souffrir.

Les oreilles grandes ouvertes, Freddy écoutait ce que la psychologue disait. Son approche de l'amour ne convenait pas à ses enfants. Peut-être. Et elle se mit à parler de ses hommes. L'un l'avait trompé, l'autre l'avait laissé. "vous pouvez quand même trouvé un homme qui fasse tout ça, je veux dire qui vous prend dans ses bras, ou qui vous réconforte la nuit.." Il n'en démorderait pas. La suite a tellement choqué Freddy que la gorgée de bière qu'il était en train de boire descendit dans le faux trou, brulant sa gorge. Il toussa, et du faire un effort incroyable pour ne pas s'étouffer. Reposant sa boisson, il mit sa main sur son torse, et toussa encore, et encore. Quand enfin, après un effort indéniable, il réussit à récupérer sa respiration, il se retourna vers la dénommée Lily -puisqu'il venait d'apprendre qu'elle s'appelait ainsi-, et demanda, les yeux grands écarquillés. « quatre enfants?? »

Un enfant oui. Deux enfants, ça passe. Trois enfants, ça casse. Quatre enfants, ça... Il n'avait aucun mot pour définir ce qu'il ressentait. Il comprenait mieux maintenant, où elle voulait en venir. Ne pouvant s'empêcher de s'amuser, il ajouta « vous êtes une vraie poule pondeuse, dites-moi! »
Et voilà, ce qu'avait retenu Freddy de tout ce que Lily avait dit..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Lun 5 Sep 2011 - 20:26


« Don't wanna go home tonight. »

La quinte de toux de l’homme qui suivit fut sans pareille. Mon dieu. Jamais Lily n’aurait cru faire un tel effet à qui que ce soit en évoquant le fait qu’elle avait – pour le moment – quatre enfants sous son toit. En effet, la brunette trouvait cela tout à fait logique. Ce qu’elle oubliait, c’est que cela ne l’était pas vraiment pour tout le monde. Elle sourit en observant l’homme essayant de respirer de nouveau convenablement.

Lily : « Je suis désolée, c’est tellement habituel pour moi que je ne ménage jamais personne avec cette information. »

Soudain, la remarque qu’il lui fit sur le fait qu’elle était une vraie poule pondeuse lui fit perdre tout sourire. Non pas parce qu’elle se sentait bafouée, vexée ou je ne sais trop quoi d’autre, non. C’était tout simplement parce qu’elle savait pertinemment que les quatre n’étaient officiellement à elle.

Lily : « En vérité, deux sont mes enfants. Les deux autres de mon ex-compagnon. Il a eu deux filles de deux précédentes relations. »

Et elle voulut ajouter : il m’a mis enceinte pour continuer sa collection de « je lui fais un enfant et on arrête là » mais ne le fit finalement pas car cela n’aurait pas été juste dans le sens où elle savait que les deux premières relations n’en étaient en vérité pas puisque Joy était en réalité la nièce d’Anton qu’il avait volontairement adopté lorsque celle-ci était encore tout bébé et que sa mère – donc la sœur de l’homme – venait de mourir. Alice elle, était bel et bien issue d’une première union ayant violemment échoué.

Lily : « J’ai un fils de bientôt onze ans, Nathan. Et une fille de moins d’un an, Savannah. »

Voilà. Avec ces informations, il connaissait déjà la partie la plus prenante de toute l’existence de la brunette qu’était Lily Bowen. Elle soupira, prenant alors conscience que ce qu’elle disait n’intéressait sans doute en rien l’homme assit à ses côtés, et d’ailleurs, elle se doutait que cela le ferait fuir.

Lily : « Je comprends votre réaction. Et je sais aussi que tous les hommes réagiront de la même manière. Vous comprenez sans doute mieux pourquoi je parle d’échec au sein de ma vie sentimentale dorénavant… »

Elle-même était désespérée et exaspérée de sa situation, comment un homme alors ne pourrait-il pas l’être franchement ?

Lily : « Ne vous en faites pas, je finirai par me faire à cette idée. »

L’idée que plus jamais aucun homme ne la toucherait, ne lui ferait l’amour, n’éprouverait ne serait-ce qu’un minimum de sentiments envers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Mer 7 Sep 2011 - 12:15

Elle ne ménageait jamais personne en disant cette information -capitale- sur ces gosses, car pour elle, cela était tout naturel. Naturel. Quatre enfants, ce n'était pas naturel. Elle ne connaissait donc pas les préservatifs ou les pilules?? Mais pour ne pas vexer la jeune femme, Freddy préféra se taire sur ce point. Il avait déjà remarqué qu'à sa remarque sur la poule pondeuse, elle avait tiqué. Bien que rien ne soit méchant dans cette qualification.

Sa main droite apporta sa canette à sa bouche, et il but une gorgée, espérant sincèrement ne pas s'étouffer de nouveau avec cette bière. Là, Lily -puisqu'elle s'appelait ainsi- lui avoua qu'en vérité deux de ses enfants étaient les siens, et les deux autres étaient de son mari. Ah! C'était donc cela! C'était en réalité une famille recomposée!

« Vous formiez une famille recomposée alors.. » murmura-t-il. Au moins, maintenant, il comprenait qu'avoir quatre enfants, c'était fort possible. Du moins, c'était plus possible d'avoir quatre enfants d'une famille recomposée, plutôt que quatre enfants sortant d'une seule et même famille.

Et Lily lui raconta alors tout. Que son ex-compagnon avait eu deux filles avec deux relations précédentes. Freddy ne put s'empêcher que dit comme cela, ça lui faisait penser que c'était un chaud lapin. Juste penser, hein! Il sourit à cette idée, mais évidemment se tut. Il l'avait vexé une fois, il l'avait bien vu, et il n'avait pas envie de recommencer.
Et elle lui raconta qu'elle-même avait eu deux enfants; un garçon et une fille. La fille, vu son âge, devait probablement être de son ancien compagnon, le père des deux autres gamines.

Il sourit à la jeune femme lorsque celle-ci se mit à parler d'échecs dans sa vie sentimentale. Non, il ne dirait pas cela comme ça. Elle n'avait pas eu de chance, c'était tout. Ce type les avait abandonné, elle et ses enfants. Et pire que tout, il avait abandonné ses deux filles dans les bras de leur belle-mère. Quoiqu'elle pouvait dire, freddy avait une idée bien précise de cet homme : c'était un salaud. On ne laissa pas ses enfants dans les bras d'inconnus.

« Vous dites juste ça parce que vous êtes fâchée contre lui, c'est tout. » Il tentait comme il pouvait d'essayer de la calmer, de lui faire voir que non, elle n'avait pas raté sa vie. Elle avait eu deux enfants, non? Et ça, c'était -d'après ce qu'il savait d'elle- une belle preuve d'amour. « tout les hommes ne réagiront pas de cette façon. J'ai réagi comme ça, parce que je ne savais pas que ces quatre enfants n'étaient pas de vous. » Il se tut quelques secondes, secondes durant lesquelles, il hésita à poser une question. « Je peux vous poser une question? Pourquoi il a laissé ses deux filles? »

Freddy comprenait qu'on puisse laisser sa femme. Il pouvait le comprendre. Mais laisser ses deux enfants? C'était incohérent. Il se voyait mal laisser Mily à Evie, ou à quelqu'un d'autre. C'était inconcevable. Du moins, pas tant qu'il était vivant. Il pourrait laisser Mily s'il devait partir en guerre. Il pourrait la laisser s'il était morte -de toute façon, il n'aurait pas le choix. Mais si il était vivant et s'il n'avait aucune obligation militaire, pourquoi avait-il laissé ses deux enfants? Là, à cet instant, Freddy eut mal au coeur pour ces gamines qu'ils ne connaissaient pas.
Jetant un regard vers Lily, il ajouta « Ne répondez pas si vous ne voulez pas.. » Il ne voulait pas la forcer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Mer 7 Sep 2011 - 16:00


« Don't wanna go home tonight. »

Lily se contenta d’acquiescer d’un rapide signe de tête lorsqu’il comprit que la « famille » ou plutôt ce qu’il en restait – soyons clair – était une famille recomposée maintenant anéantie par la connerie d’un seul homme. Non, elle n’avait pas eu quatre enfants. A vrai dire, Lily n’avait jamais pensé se retrouver un jour avec une marmaille aussi importante que celle qu’elle avait aujourd’hui. En effet, un enfant lui suffisait amplement à la base, évidemment maintenant qu’il y avait également Savannah, sa mère était on ne peut plus heureuse de sa naissance, de son existence. Quatre enfants… Non, ça n’avait jamais été dans les « plans » de la brunette ça. Et dans un sens, ça ne l’était toujours pas aujourd’hui. Et mieux valait-il que Lily se remette rapidement dans l’idée qu’elle allait avoir deux et non plus quatre enfants avec elle car elle savait pertinemment qu’Anton allait récupérer ses deux filles sous peu. D’ailleurs, cela était depuis quelques jours un sujet de tension dans la maison. Personne n’était ravi de la situation, cependant tout le monde s’en contentait faute d’autre chose envisageable.

Lily : « Non, je ne dis pas cela parce que je suis en colère. La colère est passée en vérité. Maintenant, je sais juste qu’il y a des gens qui doivent se contenter de ce qu’ils ont et ce, même si ce qu’ils ont est peu. Je vais donc faire de même. »

Freddy : « Tous les hommes ne réagiront pas de cette façon. J'ai réagi comme ça, parce que je ne savais pas que ces quatre enfants n'étaient pas de vous. »

Elle ne put s’empêcher de sourire en l’écoutant. Il était gentil à vouloir essayer de ne pas lui faire perdre espoir, mais au fond, l’opinion de la brunette était déjà faite depuis un moment. Et puis…qu’est-ce que ça voulait dire ce « j’ai réagi comme ça… » alors qu’il venait de dire que tous les hommes ne réagiraient pas comme il l’avait tout d’abord fait ? Lily ne savait quoi penser de ses propos qu’elle ne remit cependant pas sur le tapis faute de force pour cela.

Freddy : « Je peux vous poser une question? Pourquoi il a laissé ses deux filles? »

Cette fois-ci, ce fut un rictus que Lily lâcha totalement involontairement, et ce sous le coup de la question posée soudainement. Elle le savait curieux… Il l’était vraiment, mais c’était aussi compréhensible au vu de la situation et de ce qu’elle lui avait jusqu’ici laissé entendre. Ainsi, autant qu’elle aille au bout des choses…de toute façon, au point où elle se trouvait, Lily n’était plus à cela près. Pourquoi Anton avait-il abandonné ses enfants ? Donc il le demandait ? Evidemment qu’il le demandait ! N’importe qui d’un tantinet logique aurait posé la question ! A vrai dire, si Lily s’était retrouvée à la place de cet homme, elle aurait également posé la question, c’était finalement assez naturel et normal de se demander – au-delà du comment – pourquoi un père de famille aurait-il pu abandonner ses enfants – en imaginant que le rôle de sa femme eût ici moins d’importance.

Lily : « Vous en contenteriez-vous si je vous disais que c’est parce que c’est un con ? Non, évidemment pas. » Elle se passa une main presque tremblante dans les cheveux témoignant bien du fait qu’elle n’en avait pas fini avec cette sombre histoire de sa vie encore suffisamment récente pour la blesser. « Il a eu un accident de moto il y a plusieurs mois. Il est devenu paraplégique pour une durée inconnue mais que le médecin savait déterminée malgré tout. Au bout de quatre mois, il n’a pas supporté son handicap et nous a lâchement abandonné pour aller je ne sais trop où dans le but de faire de la rééducation plus rapide et retrouver ses jambes au plus vite. »

En soi, ça paraissait presque être une bonne idée. Mais il avait évidemment abandonné les autres pour ne penser qu’à lui.

Lily : « Il pensait qu’on allait lui interdire de partir. Sombre idiot… »

Jamais Lily n’aurait pu faire une chose pareille.

Lily : « Alors il est parti sans rien nous dire, du jour au lendemain. Je suis rentrée un soir et ses affaires n’étaient plus là. Même pas un mot, rien. Il avait disparu. »

Et il était réapparu.

Lily : « Je suis désolée, je dois vous ennuyer plutôt qu’autre chose. »

Elle se tut et bu à la paille un peu de son cocktail qu’elle aurait soudainement bien aimé être un peu plus alcoolisé. Lily n’avait aucune envie de rentrer, tout comme elle n’avait d’ailleurs aucune envie de devoir vérifier les devoirs de ses enfants. Et pourtant, Lily les aimait énormément. Mais là non, elle avait simplement besoin de lâcher du lest, de relâcher la pression, de se faire plaisir, de se laisser aller. Elle se contenta de soupirer…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Jeu 8 Sep 2011 - 18:13

A peine lui eut-il posé cette question que Lily lui répondit. D'abord, sa réponse fut vague. Elle lui demanda si ça lui convenait si elle disait simplement qu'il était con. Non, évidemment, ça ne lui convenait pas. Freddy hocha alors la tête négativement, avec un petit sourire. Il voulait en savoir plus. Il n'était pas de nature curieuse, mais quand quelqu'un cassait une autre personne, il aimait bien entendre les véritable raisons de cet acharnement.

L'histoire qu'elle raconta fut courte. Son mari s'était grièvement blessé dans un accident, et était parti faire de la rééducation sans prévenir, sans même laisser un mot.

A l'entendre, Freddy comprenait bien que ce qui l'ennuyait le plus dans toute cette histoire, c'était le fait qu'il soit parti du jour au lendemain, sans piper mot, sans laisser un message. Il s'était juste volatilisé. Un peu comme si il espérait ne jamais revenir, un peu comme si il la quittait, elle et ses enfants.
« Je suis désolée, je dois vous ennuyer plutôt qu’autre chose. » Plongé dans ses pensées, Freddy hocha la tête encore une fois, et lui répondit simplement. « Vous ne m'embêtez pas. »

A vrai dire, il ne savait plus quoi lui répondre. Cette femme en voulait à son connard de mari. Et ce mari n'était pas si con que cela. Il souffrait, il avait voulu sortir de sa souffrance. Il avait peut-être été malhabile, mais Freddy ne pouvait pas le condamner pour ça. Une personne qui souffre peut avoir des réactions inhabituelles. Par son métier, Freddy le savait. Combien de personnes souffrantes face au régime de leur pays trahissaient leurs voisins, leurs amis, juste parce qu'ils ont peur? Cette souffrance, c'était pareil. On ne réagissait pas pareil face à une douleur. Freddy se sentait incapable de laisser Mily, mais si il se retrouvait dans cette situation lui aussi, que ferait-il?

Buvant encore une gorgée de bière, Freddy finit par ouvrir sa bouche en regardant droit devant lui, vers les dizaines et dizaines de bouteilles d'alcool. « Vous savez, il souffrait peut-être trop. Il avait peut-être du mal à assurer son rôle de mari, ou son rôle de père. 'Faut pas lui en vouloir. » Il s'arrêta quelques secondes. Ses pensées se bousculaient dans son cerveau. Il savait où il allait en venir. Mais en général, cette partie de son histoire, il ne le disait jamais. Jamais. Freddy était du genre à garder secret son passé. Son passé était son petit jardin secret, ou l'enfer, tout dépendait de ce à quoi on repensait, mais à chaque fois, c'était pareil, il préférait se taire. Et garder ça, juste pour lui.
La bière aidant peut-être, ce soir là, il s'ouvrit. Peut-être que le lendemain matin, il s'en voudrait d'avoir parlé d'elle comme ça, mais tant pis. Le mal était fait. Il avait ouvert la bouche, il ne pouvait revenir en arrière. « Je suis étonné que vous ne m'ayez pas demandé, la dernière fois, où était la mère de Mily. » Son regard se posa sur sa cannette de bière, vide maintenant. De ses deux mains, il l'encercla, et commença à s'amuser avec. « Elle n'était pas faite du tout pour être mère. Elle ne s'occupait pas de Mily quand elle pleurait dans son lit. Elle hurlait quand Mily pleurait, ou ne voulait pas manger. » Il s'arrêta là. Rien que ces deux choses montraient à quel point cette femme n'était pas faite pour être mère. « Elle n'était peut-être pas une mère idéale pour Mily, mais elle l'aimait » Comme il l'aimait, et comme elle l'aimait, lui; il en était sûr. « Elle m'a laissé avoir la garde de Mily »

Il appela le barman, et lui rendit la cannette de bière. Il n'en commanda pas une autre. Il préférait s'arrêter là. « C'est peut-être la même chose pour votre compagnon. Il a peut-être préféré fuir un moment, et régler ses problèmes pour revenir en plus grande forme. »

Freddy ne voulait pas prendre parti, il préférait être objectif, et laisser Lily penser ce qu'elle voulait.

Parce que cet homme, l'ex-compagnon de Lily, souffrait sans doute de ne pas pouvoir jouer son rôle de père. Il a préféré les quitter pour mettre un terme à cette souffrance.

Cette femme, la mère de Mily, souffrait elle de son nouveau statut de mère. Elle a préféré laisser sa fille s'en aller.

Et pour autant, ce n'était pas une garce. Cette femme, Freddy l'avait aimé depuis le premier jour où il avait croisé son regard, et il en était sûr, il l'aimerait toujours. Et jamais, il ne lui en voudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight. Sam 10 Sep 2011 - 12:09


« Don't wanna go home tonight. »

Freddy : « Vous ne m’embêtez pas. »

Cet aveu fit sourire Lily, celle-ci ne s’attendait pas vraiment à ce que l’homme lui réponde cela, mais en même temps, elle savait qu’il devait malgré tout ne pas se préoccuper plus que cela de sa situation et elle le comprenait tout à fait. Cet alors que Freddy McCawley envisagea la situation sous un angle que la brunette avait elle-même déjà examiné et qu’elle trouvait tout à fait absurde.

Freddy : « Vous savez, il souffrait peut-être trop. Il avait peut-être du mal à assurer son rôle de mari, ou son rôle de père. 'Faut pas lui en vouloir. »

Lily : « Je sais qu’il souffrait, d’accord ? Et s’il m’avait dit qu’il voulait se retirer quelques temps dans un centre de rééducation, jamais je n’aurai été l’empêcher de faire cela ! Mais je n’accepte pas qu’il ait pu abandonner ses enfants comme il l’a fait ! »

Il était hors de question qu’elle ne lui en veuille pas, pas après ce qu’il avait osé faire aux enfants. Encore, si cela n’avait été qu’envers elle, Lily aurait peut-être (certainement) su passer l’éponge, mais là…non. C’était au-dessus de ses capacités. Il avait trois enfants – tout en considérant Nathan comme son beau-fils et non son fils réel –, donc à partir de là, il n’avait pas eu le droit d’agir comme il l’avait fait. La discussion avait toujours très importante dans leur couple, dans leur famille – aussi courte aura-t-elle duré finalement – et Anton s’était permis de tout fiche en l’air du jour au lendemain parce qu’il « croyait ». Et bien qu’il croie seul dans ces cas-là. Lily ne voulait pas d’un homme capable de faire passer sa vie avant celle de ses enfants à ses côtés.

Freddy : « Je suis étonné que vous ne m'ayez pas demandé, la dernière fois, où était la mère de Mily. Elle n'était pas faite du tout pour être mère. Elle ne s'occupait pas de Mily quand elle pleurait dans son lit. Elle hurlait quand Mily pleurait, ou ne voulait pas manger. Elle n'était peut-être pas une mère idéale pour Mily, mais elle l'aimait. Elle m'a laissé avoir la garde de Mily. »

A vrai dire, si Lily ne s’était pas permis de demander c’était pour deux raisons. La première, s’il n’avait pas mentionné cette femme, c’est que cela était encore trop douloureux pour lui et donc que ce n’était pas à Lily de le faire. La deuxième, c’est qu’elle n’avait pas à poser la question dans le sens où leur premier entretien avait été concluant quant aux capacités que l’homme pouvait avoir quant à faire son travail, en aucun cas il n’avait s’agit de sa vie privée.

Freddy : « C'est peut-être la même chose pour votre compagnon. Il a peut-être préféré fuir un moment, et régler ses problèmes pour revenir en plus grande forme. »

Pourquoi avait-il besoin de revenir sur le cas d’Anton ? Lily n’était pas venue ici pour en entendre parler justement, si elle était là c’était pour se calmer, se détendre, oublier aussi un peu. Mais non… Comment pourrait-elle oublier de toute façon ?

Lily : « Je préfèrerai qu’on cesse de parler de lui. Je n’étais pas vraiment venue ici pour cela à la base vous savez. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Don't wanna go home tonight.

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't wanna go home tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-