AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des retrouvailles inespérées | LUKE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Des retrouvailles inespérées | LUKE Mar 6 Sep 2011 - 20:33



Cléo & Luke




Le bonheur sans faille n'existe pas.






Une semaine et trois jours c'étaient écoulés depuis l'accident après le mariage. Mais ça ne faisait que trois heures que Cléo était sortie de son coma. Le choc avait été violent pour elle, elle s'était brisée deux côtes, un bras, traumatisme crânien, hémorragie interne et plusieurs lésions au visage. Elle était passé au bloc une dizaine de fois pour réparer tout ça, mais elle ne s'était pas réveillée. Depuis deux jours, toutes les interventions étaient terminées. Les médecins continuaient de veiller sur elle, s'assurant que son état restait stable et que rien ne pouvait lui nuire. Cléo n'avait pas eu conscience de ce qui l'entourait durant son coma. Elle n'avait rien entendu, rien ressentit. C'était le trou noir, le néant, le vide. Lorsqu'elle s'était réveillée, elle était seule dans sa chambre. Elle n'avait pas la moindre idée de ce si quelqu'un était venu la voir. Pas la moindre idée d'où elle étaient d'ailleurs, ni depuis combien de temps. La dernière chose dont elle se souvenait, c'était d'être allé à un mariage, mais elle ne savait même plus avec qui, ni même ce qu'il s'était passé. Tout était embrouillé dans son esprit, et de violentes douleurs lui parcouraient le corps. La tête lourde et la bouche pâteuse, Cléo avait mit près d'une heure pour émerger totalement. Aussitôt, l'équipe médicale était venue s'occuper d'elle, la débrancher, changer ses tuyaux. Bref, s'adapter à son réveil. Après ça, Cléo n'avait toujours pas desserré les lèvres, les regardant sans vraiment les voir, se laissant faire mollement. Les seuls moments où elle réagissait, c'était lorsqu'elle ressentait une trop forte douleur. Ses yeux se plissaient et sa mâchoire se crispait et elle échappait un souffle rauque avant de laisser retomber sa tête en arrière sur son oreiller. Les médecins tentèrent de lui parler, mais Cléo restait parfaitement silencieuse. Ils la laissèrent alors, décidant de lui laisser le temps de se remettre. Elle se reposa pendant près d'une heure avant de retrouver un peu ses esprits. Ses souvenirs revenaient par morceaux, la laissant malgré tout assez confuse. Elle ne se souvenait toujours pas de l'accident néanmoins. A chacune de ses respirations, ses côtes lui faisaient mal, mais elle essayait de passer outre. Encore trop amorphe pour réagir, elle commençait néanmoins à ressentir une certaine appréhension dans cette chambre vide. Qu'est-ce qu'elle foutait là bon sang ? C'est là qu'une infirmière repassa la voir, histoire de s'assurer qu'elle réagissait bien et que le coma n'avait pas eu de conséquences sur son cerveau, ni son traumatisme crânien. C'est là qu'elle lui expliqua pourquoi elle était là. Le mariage, l'accident, le carambolage, le désastre... GOLDIE ! Aussitôt, Cléo sembla sortir de sa torpeur. Elle était avec Goldie dans cette voiture. Est-ce qu'elle s'en était sortie ? Bon dieu pitié, faites que oui ! Faites que oui... Elle demanda aussitôt à l'infirmière de regarder dans le registre voir si une certaine Goldie Stewart était dans l'hôpital aussi. L'infirmière n'était pas trop pour au départ, mais devant la persévérance de la jeune malade, elle finit par céder, lui expliquant qu'elle allait voir ce qu'elle pouvait faire. Cléo leva les yeux vers le plafond et reprit son souffle, priant pour qu'elle aille bien.

Le temps s'écoula encore, et Cléo ne cessait de penser. Elle se sentait fatiguée, mais incapable de dormir. Elle attendait que l'infirmière revienne lui donner des nouvelles de Goldie -si elle était dans l'hôpital, évidemment. Et elle était bien trop inquiète pour s'endormir. Patientant comme elle pouvait, elle commençait à trouver cette putain d'infirmière bien longue ! Malheureusement, dans l'état dans lequel elle était... elle ne pouvait pas faire grand chose. Et elle n'avait pas la force de faire un scandale et encore moins de se lever. Le médecin avait donné un prognostique et pensait la garder encore une semaine à deux, tout dépendait de comment elle s'en remettait et guérissait. A l'époque, ça ne l'aurait pas trop arrangée puisque son travail c'était ce qui lui permettait de vivre ! Mais depuis qu'elle vivait chez Goldie, elle n'avait plus trop à se faire de soucis de ce côté-là. Et au moins ici, elle était à l'abri de Luke. En tout cas, c'était ce qu'elle avait pensé oui... Mais elle allait bien vite se rendre compte qu'elle s'était trompée. Dix minutes plus tard, elle entendait quelqu'un actionner la poignée de sa chambre. Cléo tourna aussitôt la tête vers la porte, persuadée que c'était cette fichue infirmière qui revenait enfin lui dire ce qu'elle voulait savoir. Enfin ! Mais pas du tout. La porte s'ouvrit lentement, laissant progressivement apparaitre une grande silhouette masculine et imposante. Cléo déglutit, reconnaissant sans mal le propriétaire de cette apparence. Luke. C'était Luke... Son cœur bondit dans sa poitrine alors que sa gorge se nouait. Qu'est-ce qu'il faisait là bon sang ?? Pourquoi ne la laissait-il pas en paix ? Elle n'avait pas pu lui donner son argent, elle était dans le coma... ce n'était pas de sa faute !! Pas de sa faute.. Soit il venait lui rafraichir la mémoire sur ce point là... soit il venait lui faire payer son retard. Elle blêmit aussitôt et s'enfonça dans son oreiller, comme si ses couvertures allaient pouvoir la protéger de sa fureur. Mais la jeune femme fut interpellée alors que Luke se retournait pour dire quelque chose à quelqu'un derrière lui. Quelqu'un de petit visiblement. Cléo se redressa lentement, craintive et méfiante. Avec qui était-il venue ? Inquiète, Cléo redoutait que cela soit un de ses hommes de main... est-ce qu'il était venu pour lui faire la peau ? La brunette se fit alors tout un tas de scénario plus terrible les uns que les autres. Elle ne voulait pas mourir bon sang, pas mourir...

Mais la troisième personne qui allait peupler cette pièce n'était pas du tout l'un des hommes de main de Pat... Une petite tignasse brune bouclée fit son apparition derrière les jambes de Pat, marchant d'un pas un peu bancale signe de son manque d'équilibre évident. Oubliant subitement la douleur, Cléo se redressa totalement dans son lit alors que son cœur venait littéralement d'exploser dans sa poitrine ! D'une voix étranglée -signe de sa fatigue et faiblesse- elle s'écria en étirant les bras vers l'avant comme pour prendre quelqu'un dans ses bras : « ENZOO !!! OH MON BÉBÉ !!! » Aussitôt une vague de larmes incontrôlable s'échappa de ses yeux noisettes, venant inonder ses joues. Son bébé, son ange, son amour, sa raison de vivre... il était là, devant elle, dans cette pièce ! Cléo n'en revenait pas, elle avait tout à coup l'impression d'oublier tous ses malheurs, comme si la cage dans laquelle elle avait eu l'impression de vivre depuis un an venait d'éclater pour la libérer. Enfin. L'enfant s'écria à son tour : « MAMAAN ! » Sa petite voix fluette était le bonheur même. Mais cet instant fut brusquement écourté. Luke attrapa Enzo par le bras, l'empêchant de courir jusqu'au lit de sa mère. Il referma la porte derrière eux et resta planté là, à fixer Cléo. Quoi ? Qu'est-ce qu'il faisait ? Pourquoi est-ce qu'il ne le laissait pas venir ? Le petit garçon se mit à gémir doucement, tendant sa main libre vers sa mère et se mit à piétiner le sol en la réclamant. Cléo mourrait d'envie de serrer son fils dans ses bras, de sentir son odeur, sa peau si douce, son souffle dans son cou, de pouvoir le recouvrir de baiser, de pouvoir pleurer de joie contre lui. Elle releva les yeux vers Luke, perdue. Les larmes se calmèrent aussitôt et elle déclara, sans comprendre ce qu'il faisait : « Mais... Pat ? Lâche-le ! Laisse-le venir, qu'est-ce que tu fais ? » Puis, le cœur de Cléo s'emballa à nouveau, mais pas pour la même raison. Luke avait mit la main sur Enzo... il pouvait faire de lui ce qu'il voulait. Non... Non, non, NON !
Revenir en haut Aller en bas
 

Des retrouvailles inespérées | LUKE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-