AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Dim 7 Juin 2009 - 17:45

La soirée avait été des plus mouvementées. Les flots d’alcool jaillissaient de toutes parts et la foule était éperdue devant ces bouteilles entassées sur les tables. Tyler, afin d’oublier les jours difficiles qu’il avait eu à traverser dernièrement, était venu pour faire la fête. Il était vrai que l’annonce du couple que formaient singulièrement Scott et Maât l’avait troublé. Il en était toujours jaloux. Jaloux de cette ambiance insupportable qui pesait sur ses épaules, celle de leur amour. Même à travers les murs il ressentait encore leur horrible désir. Voilà comment il avait réussi à étrangler sa tristesse : en ingurgitant un peu plus de scotch qu’à son habitude. Et il fallait avouer que cela lui réussissait plutôt bien ; tous ces hommes autour de lui semblaient même le regarder. Sa dignité ayant été légèrement entravée, il essayait maintenant de la reconquérir en attirant des hommes dans son lit. Aucun ne remplaçait Scott, et il le savait bien. Mais il y avait un début à tout et son rétablissement devait faire son apparition.

Cela tombait bien, un jeune homme près de lui semblait un peu ivre. Non qu’il aimât profiter des âmes corrompues, mais il était vrai qu’il était plutôt plaisant, et il était son genre d’hommes. En ce moment, bien qu’attiré par les deux sexes, il préférait s’adonner aux hommes. Plus rassurants, plus virils, ils comblaient mieux sa part d’animosité. Les femmes en revanches étaient un peu délaissées, parce qu’il était encore trop en colère pour essayer d’être plus doux. Cet homme était donc la cible idéale. Ils parlèrent, en buvant quelques verres, jusqu’à ce que Jovan – l’homme en question – veuille repartir. Tenant à peine debout, il était hors de question que Tyler le laisse prendre sa voiture. Et il avait bien vu qu’il ne semblait pas du tout enclin aux aventures homosexuelles. C’était une occasion rêvée pour s’amuser un peu !

Il prit donc sa voiture et le fit monter dedans, non sans le soutenir de ses épaules, Jovan étant bien trop engourdi pour réussir à marcher seul. Celui-ci s’endormit sur la banquette tandis que Tyler, hilare, le ramenait chez lui. Scott était visiblement de sortie puisque la porte était fermée à clef. « Encore chez Maât, putain ! » se dit-il. Et pour éviter d’y penser, il fit allonger dans son lit le beau brun. Si ce n’avait pas été un temps de guerre froide, il se serait endormi dans le lit de Scott et aurait laissé la place à Jovan. Mais outre ce détail, il avait envie de dormir avec quelqu’un. Il se déshabilla, et s’endormit aux côté de l’homme vêtu d’un simple boxer. Il déposa un baiser tendre sur ses lèvres qui ne réveilla pas son compagnon de nuit, et éteignit la lumière.

Le lendemain, Tyler se réveilla. Il alla dans la cuisine se préparer un thé, pas même habillé. L’homme se réveillait doucement. De jour, il était encore plus beau. Tyler était très satisfait de lui-même. Ce n’était pas tous les jours que l’on avait la chance d’amener chez lui quelqu’un comme lui. Après qu’il eut ouvert les yeux, Tyler s’approcha de lui et lui fit un clin d’œil coquin en lui susurrant :

«  C’était une belle nuit, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Lun 8 Juin 2009 - 18:41

Quelle mouche avait piqué Jovan pour qu'il boive autant d'alcool en une soirée? Certaines espèces de moustiques ne devaient sans doute pas être encore connus. En tout cas, Jovan avait forcé sur l'alcool ce soir-là, et pour tout vous dire, il était quasiment impossible pour lui de faire un pas devant l'autre. Et heureusement pour lui, une âme charitable vint l'aider, et l'amena dans sa voiture. A partir de ce moment-là, Jovan s'endormit comme un bébé sur la banquette arrière. Pour tout vous dire, il ne sait pas comment il avait attérit dans son lit, et d'ailleurs, il ne se souvenait pas non plus comment s'était passé la soirée. Il avait peut-être fait la danse du ventre sur le bar...

Dans tout les cas, quand ce matin il se réveilla enfin, il mit un certain temps avant d'ouvrir les yeux. Il faisait tellement bon dans son lit. Et il avait aussi tellement mal la tête -ah gueule de bois quand tu nous tiens.. Il essaya deux secondes de se remémorer ce qui s'était passé, mais conclut assez rapidement qu'il n'y arriverait sans doute pas. Il avait du dire à une fille où il habitait, et celle-ci avait dû le raccompagner. Elle avait d'ailleurs dû dormir à côté de lui. Il bougea alors son bras et sentit de la chaleur à côté mais aucune présence. Elle avait dû se lever et aller faire un tour.

Han sa grand-mère!! Il ouvrit alors difficilement les yeux: il devait absolument faire en sorte que cette fille ne croise pas sa grand-mère. En posant son regard sur la fenêtre, Jovan vit qu'il faisait beau: c'était déjà ça, une belle journée s'annonçait. Tu m'étonnes, il avait ramené une fille...
Mais en tournant légèrement la tête (avec un mal horrible d'ailleurs), Jo' vit un truc d'un groupe de musique qu'il ne connaissait pas. Depuis quand il avait accroché ça? Et c'était quoi cette lampe sur le bureau? Et d'ailleurs, depuis quand, son bureau était de cette couleur? Et sa chambre n'était pas un peu plus grande que celà d'habitude? Houlà Jojo...

Il réussit tant bien que mal à se mettre assis sur le lit, et regarda autour de lui. Il venait enfin de comprendre qu'il n'était pas chez lui. Bon sang, la fille l'avait ramené chez lui? Ca se passait encore mieux que prévu. Il avait juste à rentrer chez lui retrouver sa mamie, et faire en sorte qu'elle ne remarque pas qu'il avait découché, ni qu'il avait trop bu.
C'est alors qu'un type entra dans la chambre, et Jovan brusquement remonta le drap sur lui. Hé merd* Jo', t'as sans doute le frère de la fille devant toi, tu vas passer un mauvais moment...

Pourtant, il était loin de se douter de ce qui l'attendait. Le type souriait, et lui fit un clin d'oeil, lui disant que la nuit était très bonne. Jovan qui s'était préparé à devoir se justifier avait jusque là un petit sourire désolé. Mais quand le type ouvrit la bouche, il perdit aussitôt son sourire, et regarda le gars.

" Heu... Ouais sans doute.. Mais vous savez, ce n'est pas ce que vous pensez.. Je n'ai sans doute pas coucher avec votre soeur. J'ai dû.. Enfin, elle a du juste m'héberger, et je.."


Ouais, Jovan était loin de se douter qu'il n'avait pas en face de lui le frère de sa victime. Il pensait plutôt que ce lin d'oeil était un geste pour que le type en sache plus. C'est en regardant derrière le type qu'il y vit des vêtements, des vêtements qui n'étaient ni les siennes, et qui n'appartenaient sans doute pas à une fille..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Mar 9 Juin 2009 - 18:14

Tyler ne sourit pas mais ses lèvres frissonnèrent sous l’euphorie. Le pauvre… Il contemplait l’homme avec compassion, bien qu’il ne se trouvât pas si étrange pour qu’on le regardât ainsi. Jovan avait une mine décomposée, comme pâlie par le choc, qui ne résolvait pas à comprendre ce qui lui arrivait. Et cette façon d’observer rigoureusement l’endroit traduisait son incompréhension. Il avait certainement été très ivre la veille. Tyler le plaignait d’ailleurs pour ces maux de tête insupportables qu’il devait ressentir. Cette impression qu’un homme se plaît à enfoncer toujours plus profondément une faux dans votre crâne. Jovan perdit son sourire comme il s’était réveillé : si vite et avec stupeur. Peut-être comprenait-il enfin ce qu’il faisait dans ce lit, qu’il avait partagé inclusivement avec un homme. Sa dignité voulait qu’il ne croie pas encore que Tyler avait partagé son lit. D’ailleurs, ce dernier lui faisait croire avec passion qu’ils avaient couché ensemble. Si Jovan ne se rappelait pas de sa soirée, se rappellerait-il de sa nuit ? Sûrement pas.

Tyler hocha la tête comme s’il comprenait ce que Jovan racontait, pour lui laisser un peu de répit. Dés lors qu’il entamerait avec charme sa plaisanterie infâme, il était convaincu que l’homme serait désorienté, presque dégoûté de lui-même. Il était heureux de pouvoir jouer. A cet instant, il ne pensait plus à Scott. Quel soulagement ! Toutes ses pensées étaient vaquées à son jeu, dans lequel il s’était jeté avec plaisir. Cette façon qu’il avait de le vouvoyer le faisait fondre. Un timide, comme il les aimait. Il ne devait tout de même pas être si malade pour songer à la théorie de la sœur. Cela confortait Tyler dans l’idée qu’il était un pur hétérosexuel, son seulement épris des femmes mais aussi complètement renfermé à l’idée d’aimer le deuxième sexe. Il s’approcha de lui doucement, tenant son café à la main, avec un regard de séducteur hors pair, et il fallait avouer qu’il se plaisait à lui-même ! Il monta sur le lit et s’assit à califourchon sur l’entrejambe de Jovan, et s’approcha de son oreille pour lui murmurer :

« Et…Il ne te viendrait pas à l’idée que je sois cette sœur en question ? »

Il se redressa juste assez pour pouvoir le regarder dans les yeux et peut-être guetter quel était celui qui baisserait son regard en premier. Il était certain de gagner, il était très fort à ce petit jeu. Surtout qu’en étant dans cette position, c’était lui le dominateur. Il ne s’arrêta pas de le fixer mais roula de sorte à finir sur le côté du lit, allongé près de lui. Il le fixa et répliqua, sans gêne ni désarroi :

« Han…C’était une merveilleuse nuit. Et c’est pas les voisins qui nous diront le contraire ! J’ai eu peur qu’ils débarquent, à ce moment où j’étais dos à toi. Fallait pas crier si fort ! Tapage nocturne, même quand on s’amuse bien, c’est quand même une amende ! »

Outre bon amant, il était aussi bon menteur, et il voyait dans les yeux de Jovan qu’il était mi-terrifié mi-dégoûté, vacillant dangereusement entre ces deux termes. En revanche, Tyler hésitait plutôt en hystérie et charisme, puisque ses doux yeux bleus laissaient très bien comprendre ses intentions. On ne laisse pas un si beau jeune homme repartir sans en avoir profité. C’est comme la cuisine, disait-il. On la savoure, on s’imprègne de ses odeurs et de ses couleurs, sinon elle n’est que décorative. Et bien que cet aspect doive se suffire à lui-même, il n’en était pas moins question de prendre Jovan dans ses filets.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Mer 10 Juin 2009 - 11:03

Il se tapait un de ces mal de tête. Jovan aurait presque eu envie de se taper la tête contre le mur, pour au moins, avoir mal pour une bonne raison. Mais en fait, dès qu'il bougeait de trop, il avait mal. Il se demanda d'ailleurs un quart de secondes ce qu'il avait pu ingurgité pour qu'il ait autant mal la tête, et combien de gramme il avait dans le sang hier soir. Il avait du aller à une fête.
Le type -le frère donc- le regardait avec une tête que Jovan avait du mal à capter. Il ne souriait pas -Ca c'était mauvais signe. Il aurait peut-être dû se dépêcher, et s'en aller en courant non? Mais non,il n'aurait jamais la force. Le type en question donc, avait un regard étrange. Pas si étrange que celà en fait, mais en général, on ne peut masquer son regard, et là, ce regard était plutôt assez joueur, ce que Jovan ne comprit pas vraiment.

Il s'avança alors vers le lit, et Jovan en un quart de seconde se demanda ce qu'il se passait. Là, le type vint se mettre à califourchon sur Jovan. Cette fois c'était sûr ce type était cinglé. Il s'approcha de l'oreille de Jovan -qui le regardait sans nulle doute avec des yeux écarquillés, et qui en avait perdu sa voix, et lui susurra quelques mots. Qu'il était cette soeur en question???? Là franchement, il ne comprennait vraiment pas. Qu'est-ce que faisait ce type dans cette chambre? C'était SA chambre? Les yeux de Jovan trahissaient sans doute la peur. La peur d'avoir fait un truc pas net cette nuit. Mais ils trahissaient aussi son incompréhension. Comment avait-il pu dormir avec un mec? Enfin s'il n'avait fait que dormir, ça allait.

Le gars laissa alors Jovan tranquille, il se releva (au plus grand bonheur de Jojo); et regarda autour de lui. Le type se mit juste à côté de lui, et là, lui annonça qu'ils avaient passé une excellente nuit, qu'il avait eu peur de prendre une amende pour tapage nocturne, etc..
Jovan regardait le type avec dégout. Pas parce qu'il était homo, ça c'est son problème. Mais parce qu'il était en train de lui dire qu'ils avaient couché ensemble cette nuit. Mi-inquiet, mi-incompréhensif, mi-tout ce que je vous voulez, Jovan l'était.

" Heu.. Tu es en train de dire que toi et moi, on a couché ensemble?? "


Il essaya de se relever alors. Mais pour tout vous dire, il eut tellement mal à la tête qu'il n'échappa qu'un "aie", et dû se résoudre à abandonner l'idée de bouger. Il regarda alors le type toujours avec dégout. Ce n'était pas possible. Il était bourré, ça, il l'avait remarqué, mais jamais il n'aurait été voir un autre gars et aurait couché avec lui. non? Il se mit à douter. A douter de lui, et de ce type en face.

" C'est pas possible. Tu racontes des conneries."


Mais d'ailleurs où étaient ces vêtements? Il ne portait que son caleçon là. Il jeta un regard à travers la chambre. Comment avait-il pu faire ça? Il aurait pu coucher avec un thon, ça lui aurait posé moins de problèmes. Après tout ça n'aurait été qu'une histoire sans lendemain. Mais là... Il avait peur, oui. Peur d'avoir fait une connerie hier soir. Il se souvenait qu'à un moment de la soirée, il était encore 1h00 du mat'. Il s'en souvenait. Après qu'avait-il fait?

" Heu.. Tu peux m'expliquer comment je suis arrivé là, dans la chambre de ta soeur? "


Sa soeur. Il n'en démordait pas xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Mer 10 Juin 2009 - 18:52

Tyler, fou ? Juste orgueilleux. Et il était vrai que pour un homme à peine levé, ayant des maux de tête, et de surcroît étant hétérosexuel, ce devait être une sacrée recette propice à l’incompréhension. Mais Tyler jouissait de son rôle comme si cela eut été une affaire de survie. Il voyait la façon dont Jovan l’observait, avec son air dégoûté, et il se retenait de rire, bien que ce fût très délicat. En effet, ses nerfs, très agités, étaient sous l’effet anesthésient de l’euphorie et il n’y avait rien de meilleur. Tyler fit un sourire en levant les yeux d’un air innocent et malicieux. Il répondit, sur un ton détaché, comme s’il se fichait éperdument de la surprise de Jovan :

«  Mmh…Ça se pourrait bien, ouais. »

Jovan semblait avoir vraiment mal à la tête. Tyler eut simplement à se retourner pour saisir les médicaments et lui en lança un gentiment. Il lui indiqua d’un geste la bouteille d’eau sur le côté. Ce serait certainement plus amusant de discuter avec lui s’il était en pleine forme. Jovan pourrait se concentrer sur la situation plutôt qu’être accaparé par son crâne qui se plaisait à le tambouriner. Les médicaments n’ayant pas encore agi, sa tête commençait à tourner encore et il retourna s’asseoir sur le lit, près de Jovan, pour ne pas s’évanouir. Il ignorait le métier de Jovan, mais il y avait peu de chances pour qu’il connaisse ce qu’il fallait faire dans un cas comme celui-là. Et puis, à voir son agacement, il était peu certain qu’il ne le laisse pas gésir sur le sol comme un cadavre et parte en courant. Tyler sourit à cette idée. Il ne répondit pas à la question de Jovan. Ce devait être de la rhétorique. Bien sûr que non, pourquoi mentirait-il ? En apparence, tout était clair, ou du moins tout le devenait. Jamais personne ne put penser que Tyler imaginait l’un des mensonges les plus drôles de sa vie. Quand la situation se serait améliorée avec Scott, il irait tout lui raconter.

Il rit encore gravement, comme pour faire comprendre à Jovan qu’il avait bien couché avec lui. Il fallait tout de même passer à la phase suivante ou : comment réagit un hétérosexuel digne lorsqu’il apprend qu’il a couché avec une personne de même sexe ? La phase préparatoire s’éternisait. Le jeu était bien entamé déjà, les joueurs avaient, même sans le voir, choisi un pion. Et celui du Jovan semblait ne pas lui convenir. Quel dommage ! En revanche, Tyler était très content du sien et le faisait avancer à merveille. Jovan prononça encore le mot « sœur ». Pourquoi y en aurait-il une ? Tyler se releva malgré son état et se dirigea vers l’armoire qu’il ouvrit en grand.

«  Ha. Etrange. Ni robe, ni jupe, mais des jeans, des costumes, un uniforme – de flic, toujours pas de jupe, désolé –, et des tee-shirts. Attends un peu. »

Il se dirigea vers la chambre de Scott, prit dans son armoire un jean, l’amena dans sa chambre et le déplia face à Jovan qui semblait terrorisé.

« Oups…Toujours pas de jupe. Tu peux donc en déduire que soit, cette sœur dont tu parles est un vrai garçon manqué qui chausse du 46 et s’habille en taille 44, soit, finalement il n’y a pas… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Jeu 11 Juin 2009 - 17:11

Le type en face de lui crut bien comprendre que Jovan avait affreusement mal la tête. Il lui balança des médicaments, et lui montra une bouteille d'eau sur le côté. Jovan regarda les comprimés, et se dit que de toute façon, il ne risquait rien: au pire ce serait des amphet', et rien ne s'arrangerait. Mais après tout, ce n'était sûrement pas de la drogue. Il récupéra alors les comprimés, et attrapa -avec difficulté parce qu'il avait encore mal- la bouteille à côté. Il réussit alors à avaler d'un coup ces médicaments, et regarda le type lui parler.
Ca se pourrait bien? Ca se pourrait bien que quoi? Qu'ils aient couché ensemble? Arrête, c'était impossible. Je ne ferai jamais ça, jamais je me connais. A la limite il y aurait pu avoir un baiser pour le fun, pour délirer, mais jamais je n'irais plus loin que celà.
pourtant, quelque chose gênait Jovan. Il n'arrivait pas à sortir le son de sa voix. Il pensait tout ce qui est marqué en haut, mais il lui était quasiment impossible de le dire. Le peu de chose qu'il réussit à dire fut un mini-miaulement qu'il était sûrement le seul à avoir entendu tellement c'était à peine audible.

Le type se mit même à rire, ce qui eut le don d'énerver un peu Jovan. Il n'y avait rien de drôle dans tout ça. Rien du tout. Le mec se leva alors, et alla directement vers une armoire. Là il commença à déballer tout ce qu'il y avait, en récitant sa leçon. Des jeans énormes. Des chemises dont aucune fille ne voudrait porter. Des chaussettes. Des chaussures bien trop grosses. Un uniforme de flic. Là, Jovan regarda le mec, toujours sans rien dire.
Et ce n'était pas terminé. Le type se remit en marche, alla dans un autre endroit -une autre chambre sans doute- et y revint avec des même vêtements, vêtements qui n'étaient bons que pour les hommes. Jovan avala difficilement sa salive, et regarda les vêtements. Il releva alors doucement la tête vers le type, et demanda -ayant enfin retrouvé sa voix-.

" T'es flic? "


Apparemment, il avait couché avec un gars, et pire encore, il avait couché avec un flic. Non ce n'était vraiment pas possible. Comment avait-il pu coucher avec un type, alors que ce n'était pas ce qui l'interessait? Si encore il s'était surprit une fois à penser en voyant un mec "oh il est pas mal lui". Mais non, même pas. Rien du tout. Il serra légèrement sa mâchoire, regarda encore une fois les vêtements, et murmura alors.

" Nan parce que coucher avec un mec, je ne peux déjà pas comprendre, alors si en plus j'ai couché avec un flic.."


il laissa sa voix en suspens. Et si il avait été drogué? Après tout, il existait une drogue du violeur. Peut-être qu'on l'avait utilisé sur lui. Peut-être que du coup, il a fait ce qu'on lui avait dit de faire. Peut-être que de ce fait, il avait couché avec un mec. Sans le vouloir.

" A moins d'avoir été drogué, j'y crois pas..aie ma tête.."


Il avait parlé tout en bougeant la tête. Et maintenant, il posa sa main sur son crâne, en regardant le mec. pourvu qu'il reste le plus longtemps possible loin de lui. Si il s'approchait, il s'éloignerait. Il n'en revenait toujours pas. Qu'est-ce qu'il s'était donc passé? Avait-il réellement couché avec lui? Maintenant, il se posait de plus en plus de question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Dim 14 Juin 2009 - 18:51

« Ouais, je suis flic. Ça t’excite, hein ? » dit Tyler en souriant.

L’autre côté de son métier l’avait toujours séduit. La peur, l’indignation ou l’attirance des gens envers ce qu’il exerçait le rendait fou. Il aimait avoir le contrôle, et c’est ainsi qu’il pouvait le mieux le posséder. L’uniforme qu’il portait attisait la foudre ou attisait le feu, mais l’un comme l’autre c’était plaisant de s’y chatouiller. Les femmes pour la plupart adoraient être séduites par un agent. Et ce n’était pas n’importe quel agent. Tyler, dans sa perfection, y ajoutait aussi un peu de piquant. Les attentats à la pudeur de certaines jeunes filles ne le laissaient pas indifférent. Pourquoi ne pas profiter de ce qu’il faisait la majeure partie de son temps ? Ou bien les hommes un peu ivres qu’il récupérait en riant à la sortie des nuits, ne pouvait-il pas les embrasser et jouer un peu avec eux ? Les ficelles du métier reposaient sur la cordialité et la motivation qui se devait d’être omniprésente. Les autres policiers qui ne savaient pas s’amuser restaient moroses et ennuyés. Tyler pétillait de vie et de joie toute la journée et savait satisfaire son patron. L’important résidait dans la cachotterie. Personne ne devait jamais savoir ce qui se passait dans les voitures aux gyrophares. Il ne comprit pas que Jovan fût choqué d’avoir couché avec un policier. Qu’y avait-il de mal à cela ? Le métier n’était pas un statut, au même titre qu’ingénieur ou professeur, hormis pour les amateurs d’uniformes.

« Oh, ne t’inquiète pas. Je me suis abstenu de sortir les menottes. » dit-il avec un clin d’œil. « Mes bras ont suffi à retenir les tiens » reprit-il, toujours plus espiègle.

Droguer ? Non, ce n’était pas le genre de la maison. Tyler n’en n’avait pas besoin. Il se serait senti dévalorisé d’avoir besoin de droguer un homme pour passer une nuit avec lui. Mais il concevait que de croire qu’il avait pris des médicaments sans le savoir devait être plus facile que de croire qu’il avait couché avec un homme. Tout du moins lorsqu’on est hétérosexuel. Jovan…Il le regardait toujours avec un air pervers, pour l’enfoncer plus bas dans ce qu’il croyait être jusqu’ici un mensonge. Il mettait trop de temps à comprendre, beaucoup trop. Qu’avait-il faire après avoir enregistré l’information capitale ? Ce serait bien plus croustillant. Peut-être s’énerverait-il tandis que Tyler resterait impassible et séducteur. Ou bien serait-il finalement content d’avoir eu cette expérience ? Après tout, il faut toujours une première fois. Il avait l’air de souffrir réellement. Ce n’était qu’une question de minutes, bientôt la douleur passerait. Il se servit de ce sujet comme d’un tremplin pour rebondir sur les maux :

« Mais…T’as mal qu’à la tête ? Enfin, si c’était une première fois, estime-toi heureux de pas avoir eu mal, eum, tu sais où. Parce que j’ai quand même attendu que l’excitation soit au max’ entre nous deux, tu vois, mais je suis conscient que ça doit pas être agréable quand même le lendemain. »

Pauvre Jovan, se disait Tyler dans un coin minuscule de sa tête. Dans l’autre partie de son crâne demeurait en effet toute l’adrénaline qu’il appréciait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Mar 16 Juin 2009 - 15:39

Lorsque le gars en face de lui lui annonça qu'il était flic, Jovan se dit alors qu'il ne devait être qu'en plus cauchemar. Comment pouvait-il coucher avec un flic? Ce n'était pas possible. Bon sang, un flic, ça se droguait alors? Non, décidément, il devait faire un mauvais rêve. Comment avait-il pu coucher avec un gars? Il n'y croyait pas du tout. Pourtant, lorsque le gars lui dit que ça l'excitait, Jovan répondit alors.

" Pour tout te dire, j'aurais préféré une flicquette."


Il ne s'imagineait pas du tout au lit avec lui, et lorsqu'il lui parla alors des menottes, et des liens, Jovan imagina le pire. Il imagina sur le lit, les mains prises dans les liens, et non vous ne saurez pas a suite. Y a des enfants qui lisent ça *BAF. Non, mais pour tout vous dire, il ne s'imagineait pas du tout. Comment avait-il pu? Ce n'était pas possible.
D'un part, le doute s'installait en lui. Après tout, il avait la tête qui tournait, et qui tambourinait, et il ne se souvenait de rien. Alors peut-être avait-il pu faire un écart dans ses relations? Peut-être que quelqu'un l'avait vraiment drogué, et peut-être que c'était même ce type en face de lui, et que de ce fait, il avait fait ça.
Mais d'autre part, il n'y croyait pas. Il n'y avait rien d'autre à ajouter. Il regarda alors le type devant lui, lorsque celui-ci lui dit que c'était un miracle qu'il n'avait pas mal ailleurs.

" Ne parle pas de ça, ou tu vas devoir changer tes draps"


Sous-entendu "ou je vais vomir". Oui, Jovan était assez pudique. Enfin disons que parler de ce qu'il a fait ne lui déplaisait jamais, mais encore fallait-il s'en souvenir, or là, ce n'était pas le cas. Il regarda alors le gars, et pour être des plus sérieux demanda.

" Tu racontes pas de conneries j'espère. Parce que là, outre le fait que je m'énerve, je sens aussi que mon repas d'hier soir n'est pas passé, surtout quand je pense à..."

Là, il se tut. Il avait sans doute très bien comprit qu'il parlait de la soit-disant "excitation" et de ce qui s'en était suivit après.
Si ça n'en tenait qu'à lui, il aurait essayé de le faire chanter, essayer de foutre le bordel chez lui pour qu'il lui dise enfin la vérité. Parce que là, ce n'était pas drôle du tout. Il se mit alors debout, regarda autour de lui, et se demanda où étaient ses clefs, sa veste et tout. Parce que là, il n'avait qu'une envie: prendre ses clics et ses clacs, et s'en aller, s'en aller loin d'ici pour oublier tout ça.

" t'as mis où mes affaires? "

Aie sa tête. Ca allait un peu mieux, mais ça tambourinait encore et encore. Il regarda tout autour de lui, essayant d'oublier ce gars qui souriait comme un singe sourit quand il voit une banane. Il n'avait pas envie de rester une minute de plus avec lui.

[désolé c'est court je me rattraperai au prochain :P Mais bon sang ce que j'ai aimé ta réponse <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Ven 19 Juin 2009 - 17:59

Nombreux sont les hommes qui auraient abandonné face à l’orientation très marquée de Jovan. Pas Tyler. Malheureusement pour l‘homme, le jeune policier aimait qu’on lui résiste. Comme un poisson qui bouge frénétiquement avant d’expirer. Ce n’est pas drôle s’il est mort sous l’eau. C’était pareil : c’était une chasse. Tyler s’engageait en amour comme avec des proies vers lesquelles il lancerait une flèche. Elles lui appartenaient. Si Jovan ne lui appartenait pas, il était en tout cas en train de l’être. Les hommes difficiles à avoir se faisaient étouffer lentement par le boa qu’était Tyler. Doucement, pour qu’on ne le remarque pas. Il suffisait d’une petite morsure et le venin empoisonné parcourait le sang et les muscles et se dissolvait dangereusement. Tyler profitait de son statut de dominateur. Il l’avait souvent : il détestait être en infériorité. Et dans son caractère, cela se remarquait très bien : sa franchise était destinée à ne pas se laisser avoir et à s’élever d’office au dessus de son interlocuteur. Sa bisexualité le laissait donc enclin aux deux plaisirs, et l’on ne pouvait pas l’effrayer comme il effrayait Jovan avec de genre de plaisanteries. Son orgueil faisait de lui un homme qui ose tout. Tyler reprit, sur le ton plaisantin :

« Eh bah t’avais qu’à me le dire hier ! J’aurais pu sortir les porte-jarretelles. Mais bon, mon caleçon avait l’air de te plaire, j’ai pas cherché à voir plus loin. M’enfin, on a encore le temps. On n’est pas pressés. »

Tyler en revanche n’entendit pas du tout la même chose que ce que Jovan voulait lui dire. Il fallait préciser. Chacun de ses mots le faisait rire car il pouvait s’en servir pour le mettre davantage mal à l’aise. Il lui répondit donc naturellement :

« M’en parle pas ! Heureusement que j’avais une p’tite réserve de capotes hier, sinon j’aurais passé ma matinée à changer les draps ! Pffiou. Déjà que j’ai horreur de faire le ménage… »

Il lui sourit avec un air langoureux. Tyler était si arrogant qu’il ne craignait pas même sa colère. Il n’y pensait pas. Il était embarqué dans son jeu et rien d’autre ne comptait. Et Jovan avait l’air gentil, mignon, sage…Comme s’il allait le frapper ! C’était impossible. Mais il fallait bien un jour ou l’autre que Tyler comprenne que le monde ne tournait pas autour de son seul nombril. Ses parents l’avaient toujours élevé ainsi, en tant que fils unique. Il avait eu ce qu’il désirait, avait toute l’attention portée sur sa petite personne. Et il avait grandi en étant adulé de toute sa famille. Le petit prodige qui choisit un métier pour aider les autres…Quelle amabilité. Même lorsqu’il leur avait annoncé sa bisexualité, ils l’avaient considérée comme une grande ouverture d’esprit et une incroyable aisance à s’adapter de tout. Et il était autant franc avec les inconnus qu’il était hypocrite avec sa famille : toujours dans une pseudo écoute alors qu’il se fichait éperdument de leurs discours soporifiques, toujours en train de les complimenter alors qu’il les trouvait idiots.

« Tes affaires ? Bah…Ptéte sous le lit ? Fin je sais pas, moi. C’était dans le feu de l’action, j’ai dû te les arracher et les jeter je sais pas où. Enfin, juste le haut. Pour le bas, tu l’as enlevé comme un grand. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Sam 20 Juin 2009 - 21:08

Malheureusement pour Jovan, il avait en face de lui un mec aussi têtu qu'une mule. Qui a d'ailleurs dit que c'était toujours les filles les plus têtues? Parce que là, vous avez la preuve vivante que non, il n'y a pas que les filles qui sont comme ça. Les mecs peuvent l'être. Surtout ce satané flic qui était devant Jo', et qui se bidonnait en regardant Jovan avec ce petit sourire narquois, ses yeux de chat. Il avait ces yeux qui en disaient long sur ces pensées, vous savez, ces yeux que l'on a quand on pense à un moment heureux. Et bien ce sont ces yeux que ce type avait, et ce sont ces yeux qui faisaient flipper Jovan. En les regardant, Jo' avait l'impression que c'était vrai mais en même temps, il se disait que peut-être pensait-il à une soirée de jambes en l'air qui lui avait énormément plut. Toujours est-il que le doute commençait sérieusement à s'insinuer dans l'esprit de Lennon.

" Il va falloir que tu te débrouilles avec les moyens du bord la prochaine fois, parce que ce sera sans moi."


Et ce type qui en rajoutait une couche. Jovan finissait vraiment par douter. Mais en même temps, comment aurait-il pu coucher avec ce mec? Ce n'était pas possible. Il n'y croyait pas du moins. Après peut-être avait-il été drogué, peut-être l'avait-on forcé, et que, comme il était saoul, il n'avait pas pu réussir à résister, et n'avait pas réussit à se battre.
Le gars avait en plus un sourire collé à ses lèvres. Le même sourire qu'un chimpanzé a quand il aperçoit une banane (ahah que c'est nul de dire ça dans ce topic xD). Il le regardait en s'amusant. C'était clair qu'il prenait un malin plaisir pour lui dire ça, petit vicieux. Et Jovan le regardait dans les yeux un instant pour essayer de savoir. Lorsqu'il parlait maintenant, on voyait presque ses nerfs, et lorsqu'il déglutinait, il avait du mal. Il enleva une couette et vit en dessous ses vêtements. Il attrapa le pantalon, l'enfila. Si ça se trouve, il l'avait juste mis au lit, et l'avait déshabillé. Rien de méchant quoi. Oui, Jo' c'était sûrement ce qui s'était passé. Il attrapa alors le T-shirt, et malgré qu'il puait la cigarette et l'alcool, il l'enfila à son tour.

" Au moins, maintenant, tu n'as plus rien à mater."


Puis, il jeta un oeil autour d'eux.Il ne lui semblait pas qu'il avait oublié quelque chose. Non. Ce truc là, ce n'était pas à lui. D'ailleurs c'était quoi ce truc? Avec l'esprit embumé, Jovan se posait certaines questions.. Il se retourna alors vers le type, et lui dit avec un joyeux sourire qui cachait son horrible mal de tête.

" Et bien, bonne nuit maintenant. J'espère que tes soirées seront aussi passionnantes que celle-ci."


Non, il n'y croyait toujours pas. Il allait maintenant partir, parce qu'il était sûr que ces nerfs lâcheraient tôt ou tard. Alors, il vallait mieux éviter ça, et se diriger vers la sortie. Soyez sans crainte, pas d'autre bagarres en vue. Il préférait éviter. C'était mieux ainsi. Sinon, il serait capable de cogner, et d'oublier tout le reste. Et il n'était vraiment pas en état de se battre. L'alcool qu'il avait ingurgité la nuit dernière ne semblait pas avoir totalement été évaporé de son corps, et sa tête en payait les frais. Malgré que le comprimé faisait peu à peu effet, c'était encore dur, et ça faisait encore bien mal. C'était la raison pour laquelle Jovan préférait ne pas rester une minute de plus ici. Il fallait qu'il aille dans un endroit calme où il pourrait penser. Et surtout où il pourrait savoir si c'était vrai ou pas. Qu'avait-il fait cette nuit? Nan allez Jo', ne croit pas cet idiot. Tu vois bien non? Il se paye ta tête! Enfin j'crois..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan Lun 20 Juil 2009 - 11:21

Tyler sentait la colère de Jovan poindre sous sa peau. Son ascension indiquait avec certitude l’effort presque surhumain que Jovan tentait d’exercer pour ne pas frapper Tyler. Ce dernier, caché derrière ses muscles, ne redoutait pas le moins du monde l’homme qui avait partagé son lit. Il attribua cette nervosité à la prise de conscience soudaine de l’homme et en fut d’autant plus ravi. Ce qui l’amusait aussi, et le confortait dans l’idée qu’il fallait poursuivre ce jeu, c’était qu’il s’imaginait très bien à la place de Jovan. Dupé par un homme, agacé, en proie à sa colère fulminante, il n’aurait pas su se contrôler comme Jovan le faisait, blottissant sa colère, fermant ses yeux pour ne pas regarder en face ce que Tyler assurait d’être la vérité. Lui aurait ouvert grand les yeux vers le monde, et aurait regardé d’un air profondément dangereux la personne qui lui faisait face. Ce qu’il avait envie de faire, personne ne pouvait l’en empêcher, et il ne contrôlait pas plus ses poings qu’il ne contenait sa hargne. Autrement dit, son impulsivité jaillissait très souvent et il lui fallait parfois toute une nuit pour redevenir calme. On lui en avait d’ailleurs beaucoup voulu pour ses excès de mépris qui ravageaient tout par leur puissance. A la manière de l’océan, il se faisait parfois lui-même aspirer par une vague de colère, et emporter par le courant de ses sentiments, jusqu’à ce que l’océan s’apaise enfin et qu’il puisse être déposé sur le sable avec la légèreté d’une plume.

« La prochaine fois ? Alors tu admets donc qu’il y en aura une. Et puis, tu sais, c’est ce qu’on dit. Tout le monde a dit un jour : « quand je serai grand, je serai père Noël », et puis finalement on se retrouve prof. Y’a que les cons qui changent pas d’avis hein. Et puis je le sais que t’as kiffé, les cris étouffés dans l’oreiller, je suis pas dupe, c’était du plaisir. »

Tyler continuait de regarder Jovan enfiler son tee-shirt, ses yeux divergeant tantôt sur son visage agacé tantôt sur son torse qui se pliait sous l’effort. L’odeur nauséabonde de ce tissu froissé lui revint et infesta ses narines. Il fronça les sourcils. Puis une fois que l’odeur eut laissé place à son arrière-goût, il lui trouva un certain charme. Le tabac froid, l’amertume de l’alcool et toutes ces senteurs abjectes mélangées lui rappelaient soudain la soirée qu’ils avaient passée ensemble. Sur quelqu’un d’autre, c’eût été répugnant et profondément ignoble. Mais c’était comme si les beaux yeux de Jovan enivraient Tyler. Il se mordit les lèvres et baissa les yeux ; c’était ce qu’il faisait lorsqu’il se retenait d’embrasser quelqu’un qui lui plaisait vraiment. Il fallait mieux éviter de tenter ce geste envers Jovan alors que ce dernier retenait difficilement son poing. Mais il dit la phrase de trop. Celle qu’il ne fallait pas dire. Comme si Tyler n’avait plus rien à regarder. Il écrasa la paume de sa main contre le sol pour se contenir, essayer de retarder le moment où il ne contrôlerait plus ses envies. Puis il dit d’une voix presque folle de désir :

« Bien sûr que si… »

Et il passa sa langue sur ses lèvres, les humectant avec des yeux aguicheurs. Jovan essaya de se relever, ce que Tyler devait empêcher. Peut-être pouvait-il essayer de l’initier à l’art d’aimer les hommes, du moins de s’étreindre dans leurs bras.



(..........)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: ♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan

Revenir en haut Aller en bas
 

♦ Gourmandise et Contrevérité ♦ Jovan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road & Lemon Street-