AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 there's a fire starting in my heart (rosenberg)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: there's a fire starting in my heart (rosenberg) Mer 16 Nov 2011 - 0:31

Le rire de Ned perça le silence frais de la nuit et Elie sentit un frisson de contentement lui caresser l’échine. C’était le genre de sensation que l’on ressentait uniquement au premier rendez-vous, délicieuse et nouvelle. Suivant sagement Ned à l’intérieur de la petite boutique, il haussa les épaules quand il lui présenta les packs de bière. « Mais plus important : chez toi ou chez moi ? » « Chez toi. » décida Elie sans aucune hésitation. Dévoiler quelques-uns de ses secrets, d’accord, mais ouvrir sa maison à Ned … C’était trop lui demander, sans compter que la maison avait plutôt l’air d’une tranchée de guerre ces temps-ci, en raison de travaux plutôt encombrants. Et Elie voulait surtout éviter les questions gênantes qui surviendraient, il en était certain, à propos de la photo parfaitement visible de Nathan et lui sur l’une des étagères et qu’un œil avisé comme celui de Ned ne manquerait pas de repérer dans son analyse de l’antre de la proie. Pour éviter à son voisin de se poser trop de questions, et pour préserver l’aura de mystère insufflée par cette décision expéditive, il pointa dédaigneusement du menton les deux packs de bière. « On ne va pas se saouler qu’à la bière, quand même ? Allez, on est grands, on achète de l’alcool de grands ! » Grands et consentants ... Joignant le geste à la parole, il saisit deux bouteilles de vodkas qui auraient pu tout aussi bien se trouver au rayon ‘détergents’ et entraîna son voisin à la caisse, ignorant les conséquences qu’un alcool aussi fort pourrait avoir sur sa lucidité. Elie sourit d’un air malicieux à Ned, l’air de dire ‘ah, tu fais moins le malin, là, hein ?’ et sortit de la petite boutique après que son voisin paie ses propres provisions. Ned n’avait pas tord, ils avaient l’air de deux véritables gosses en goguette, avec leurs bouteilles qui s’entrechoquaient dans leurs sacs en papier à chaque pas qu’ils faisaient. Prenant la direction d’Ocean Grove, ils s’éloignèrent peu à peu des lueurs électriques de la ville pour se retrouver dans le calme endormi du quartier résidentiel. Leurs pas et leur conversation résonnait dans le silence cotonneux blotti entre les maisons huppées, et bientôt, ils parvinrent jusqu’au 7195, Lemon Street.

Devant la fraîcheur humide de la nuit qui s’insinuait sournoisement partout où elle pouvait, ils entrèrent rapidement dans la maison au grand bonheur d’Elie. Maintenant qu’il était tout proche du but, il était curieux de voir à quoi ressemblait l’intérieur du webdesigner, lui qui se fichait paisiblement de ce à quoi pouvait ressembler les maisons de ses voisins tant que ces derniers le laissaient vivre en paix. Ce qu’il découvrit en franchissant le seuil de la maison le surprit un peu. Il s’attendait à quelque chose de plus … désordonné. Au lieu de ça, il découvrit un ensemble net et bien rangé. Son parfait contraire, en somme. « Tu viendrais chez moi, tu aurais une crise cardiaque tellement c’est bordélique par rapport à ici … » releva-t-il en souriant. En revanche, il nota les nombreuses esquisses accrochées au mur et certaines d’entre elles attirèrent son attention. Il se promit d’en toucher deux mots à Ned et de lui demander s’il en était l’auteur, mais l’heure n’était pas aux grandes discussions eurythmiques. Plutôt au flou artistique à vrai dire. Il se tourna vers Ned. « Où est-ce qu’on joue, monsieur ? » fit-il, l'air mutin. Il n’était pas sûr que le salon soit une bonne idée si jamais l’alcool venait à leur monter trop à la tête, mais on ne pouvait pas dire que faire ça dans une cuisine convie aux confidences et aux mystères … Néanmoins, c’était chez Ned, et donc c’était Ned qui décidait où ils joueraient. Elie bannit cependant l'option 'chambre à coucher' de son esprit, trop conscient que l'équation vodka, plus promiscuité affolante, plus lit à proximité, plus sa libido débridée quand il était vraiment trop éméché conduirait son imagination à se libérer du carcan dans lequel elle était barricadée depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: there's a fire starting in my heart (rosenberg) Sam 19 Nov 2011 - 21:25

Chez toi. La question était sortie sans l’ombre d’une hésitation et Ned s’inquiéta cinq secondes de l’état dans lequel était sa demeure. Cinq secondes, seulement, car il se connaissait. Il était ordonné. Il aimait que chaque chose soit à sa place. La vaisselle accumulée dans l’évier était très rare chez lui. Enfant, il avait été allergique à tellement de choses qu’il avait développé un instinct de survie qui n’était plus vraiment nécessaire mais qui était bel et bien resté dans ses habitude. De plus, il avait bien compris qu’il était plus rapide de ranger un objet après l’avoir utilisé plutôt que d’attendre une accumulation qui ne laissait aucune marge de manœuvre et forçait à un rangement intensif. La preuve, ce soir, que cette manie lui sauvait la vie : un invité surprise tel que son voisin n’était pas prévisible et il aurait été bien embêté de lui faire découvrir un intérieur chaotique qui aurait forcément entrainé une saleté apparente. « Chez moi ce sera, dans ce cas » approuva-t-il d’un sourire enfantin. « On ne vas pas se saouler qu’à la bière, quand même ? Allez, on est grands, on achète de l’alcool de grands ! » Un gloussement ponctua cette réplique alors qu’il rehaussait sa prise, le poids des bouteilles attirant invariablement le pack vers le sol. Il n’avait pas voulu pousser le bouchon trop loin, de peur d’exagérer mais n’était pas mécontent de la prise d’initiative de son rendez-vous surprise. Il suivit Eliezer vers la sortie et lâcha un billet sur le comptoir avant de retrouver la fraicheur nocturne. Comme il était inutile de préciser où il habitait, il se contenta de suivre le pas de son voisin en alimentant la conversation, évitant de penser à ce que l’alcool pourrait lui faire faire une fois qu’ils seraient parvenus au numéro 7195 de Lemon Street.


(***)
Revenir en haut Aller en bas
 

there's a fire starting in my heart (rosenberg)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-