AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Sam 5 Nov 2011 - 22:58


« T'inquiètes pas, j'ai bien compris que tu préférais éviter les endroits fréquentés. » rétorqua-t-elle en affichant un sourire. Non, ils ne finiraient pas dans une chaine de restauration rapide, sous les regards interrogatifs de la moitié des étudiants du campus. Famke veillerait à ne pas le brusquer, elle avait parfaitement saisi cette notion. « Si tu n'as pas cours, je peux passer nous chercher quelque chose ou tu veux, ensuite je te récupère, puis on revient ici ? » La meilleure des solutions à ses yeux puisque tout comme elle, son emploi du temps le permettait. La danoise ne s'attarda pas plus sur ce détail, ravie de pouvoir passer du temps en sa compagnie dès le lendemain. Pour être honnête, elle ne se voyait plus un seul jour sans le voir. Ne serait-ce qu'une heure. Le reste du temps ils pouvaient bien continuer de discuter via internet, bien que ça lui semble assez dérisoire désormais. Lui dire bonne nuit alors qu'il vivait à deux pas d'elle, qu'elle pouvait sortir, marcher jusqu'à sa demeure, lui coller un baiser et repartir. « Aucune idée pour la suite mais je t'écoute ? » Elle n'avait pas l'habitude de prévoir autant d'activité en si peu de temps, au pire, ces deux là pouvaient bien aviser une fois le moment arrivé. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, elle ne chercha pas plus loin. Être avec lui, lui suffisait amplement à l'instant présent pour se satisfaire d'une après-midi entière. Elle percuta à cet instant, que le mot célibataire devait être banni de son vocabulaire. Un immense sourire s'afficha sur son visage, alors qu'il plaisantait. Elle ne l'avait jamais vu aussi à l'aise depuis le début de leur rencontre. « Tu peux dormir ici quand tu veux. » lança-t-elle tout à fait sérieuse. L'espace ne manquait pas, il serait sa seul compagnie. « Je préfèrerai que ta mère soit d'accord quand même.. histoire qu'elle ne débarque pas à l'improviste pour me tuer. » Famke plaisantait et se mit à rire légèrement avant de retrouver son calme habituel. « .. ça va, c'est une bonne marge de temps. » Alors qu'elle saisit aussitôt sa main, Famke se releva subitement, tirant Neo derrière elle, l'obligeant à la suivre à l'étage - non elle n'allait pas le séquestrer dans l'une des chambres. Elle poussa délicatement une porte et s'engouffra dans une pièce suivi de son (nouveau) petit ami. Ravie. « C'est ma chambre, si tu veux voir mon antre. » précisa-t-elle. La pièce était spacieuse, lumineuse mais rongée par un bordel évident. Des papiers trainaient sur un bureau, des boites de biscuits sur la table de nuit, le lit n'était pas fait, des fringues gisaient tranquillement sur le sol, les portes de son armoire était grande ouverte, laissant voir une pile de vêtements qui menaçait de tomber. Non, il n'avait pas choisi une fée du logis. Ceci dit, le reste de sa maison était relativement propre, seule sa chambre était dans cet état lamentable. La danoise afficha d'ailleurs un léger sourire gêné en se grattant derrière la tête. « Promis, pour ton prochain passage je range. » avoua-t-elle en camouflant une tasse usée avec un t-shirt tout en poussant sa chaise de bureau pour qu'elle soit droite. Ce qui ne servait strictement à rien vu l'état actuel des choses. Au mieux, il état comme elle, peu intéressé par le rangement, au pire, il tomberait des nu.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Lun 7 Nov 2011 - 0:32

Famke savait à présent ce qui était gênant pour Neo, et elle souhaitait ne pas le brusquer, et ainsi elle lui assurait ne pas l’emmener dans des endroits qui le perturberaient. Mais il se sentait tellement coupable, parce qu’il la séquestrait indirectement, qu’il lui fit savoir, penaud, timide. « En fait tu sais si tu veux vraiment manger à l’extérieur on peut y aller aussi hein, c’est juste que je veux pas te faire honte… » C’était bien vrai, maintenant qu’il s’imaginait la vie avec elle, il craignait une chose : qu’on se moque d’elle à cause de lui. Car pour lui c’était évident, elle allait en prendre plein la figure car le monde des jeunes est comme une jungle. Si vous ne voulez pas vous faire marcher dessus, vous devez attaquer en premier. Neo ne savait pas faire ça, et il ne voulait pas entrainer Famke dans sa chute. Elle ne l’avait jamais vu à l’œuvre et il espérait que ce jour ne vienne jamais, où il fuirait pour éviter de lui infliger une honte en plus. Famke était tellement adorable qu’elle lui proposait de faire le livreur, le chauffeur de taxi et l’hôte. Si ça ce n’était pas une fille parfaite. Il lui sourit sincèrement et il proposa : « Je suis d’accord si c’est toi qui choisis le repas. Je ne suis pas difficile, alors prends ce que tu veux. » Elle pouvait prendre tout ce qu’elle désirait à une condition. « Mais je paye la moitié. » Il n’y avait pas de problème d’argent entre eux, donc à ce niveau, elle devrait être d’accord. En ce qui concernait la suite, il n’avait pas franchement d’idée, mais il devait y songer. Qu’est ce que deux adolescents pouvaient bien faire ? Ca y est il détenait une idée. « On pourrait aller au cinéma ? Je sais pas si y a quelque chose de bien, mais j’imagine qu’il n’y aura pas beaucoup de monde donc…c’est une idée comme ça ! » Sinon ? Eh bien, il chercherait autre chose. Faire le ménage chez elle ? Non, c’était relativement propre. « Ou on regarde un film chez toi, comme tu veux. » Ils pouvaient également faire comme aujourd’hui, c’est-à-dire rien d’autre que de rester avachi sur son canapé en train de profiter l’un de l’autre. Le temps passait moins vite ainsi. Quoiqu’il était sur que chaque minute passée avec elle, s’écoulait comme des dixièmes de seconde, ça passait bien trop vite. La proposition de Neo, même sous l’impulsion d’une plaisanterie, avait fait mouche. Il pouvait dormir ici quand il le souhaitait, et il rit avant de répondre : « Tu devrais pas être si généreuse, parce que je vais en abuser, et je vais finir par rester ici indéfiniment. » Il plaisantait, mais peut-être pas entièrement quand on regardait ses yeux qui s’illuminaient à la vision de ce visage angélique. Famke le rendait tout chose. Mais sa mère devait être au courant de ses moindres faits et gestes, il l’avait oublié. Soucieux, il aborda le sujet. « En fait, avec ma mère un problème se posera : elle me laissera jamais dormir ici, parce que tu es une fille et donc un garçon et une fille ça fait des choses pas très catholiques à peine rencontrés selon elle. Deuxièmement, tu vis seule, sans tes parents, donc elle aura pas confiance parce que tu n’es pas majeure, et troisièmement elle te connait pas. » En clair, s’il voulait dormir ici, il devait inventer une histoire à dormir debout, dans laquelle il inclurait un de ses pseudo-amis – en fait c’était un type qu’il détestait – que sa mère avait rencontré une fois, et selon ses dires, elle l’avait trouvé tout à fait charmant, alors que c’était un connard dans son genre. « Mais j’ai une solution de rechange quand même… » Il allait passer pour le pire des menteurs à ses yeux. Il avait l’impression de mentir sur tout à présent. Puis soudainement, Famke se leva et entraina Neo avec elle jusqu’à une porte qu’elle ouvrit, et elle lui présenta ainsi, sa chambre. Sa chambre, c’était une caverne digne des hommes de Cro-Magnon. C’était chaotique. Pire que son grenier qui lui servait de chambre. Un vrai capharnaüm, qui pourtant, n’effraya pas Neo qui sourit amusé par la réplique de la jeune danoise. « Y a pas besoin de ranger tu sais…ma chambre c’est pareil. » Les biscuits en moins. Mais il était intrigué. Pourquoi lui montrait-elle sa chambre, sans faire un tour du propriétaire de toute la maison ? Il ne savait pas vraiment comment le prendre, mais il suggéra ensuite : « Si tu veux vraiment la ranger, on peut le faire demain s’il n’y a rien au cinéma. » Finalement, il y avait bien un peu de rangement à faire et à deux c’était plus drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Mer 9 Nov 2011 - 0:24


Restaurant, cinéma, simple canapé moelleux ou viré en voiture, le choix était vaste, ses envies aussi, peu lui important, tant que la présence de Neo se faisait. Elle tiqua sur la suite : honte ? Comment pouvait-elle éprouver ce sentiment ? Certes les étudiants étaient cruels entre eux et les apparences passaient avant tout. Cependant, Famke se fichait éperdument de leur capacité à faire leur langue de vipère. Pire, elle pouvait à merveille les remette en place à coups de menace. L'argent faisait tout, elle leur montrerait bien rapidement son habileté à avoir le dessus. Qu'ils s'attaquent à elle ne l'ennuyait pas, concernant ses proches c'était une toute autre chose. « T'es bête de croire ça. » lança-t-elle en affichant un léger sourire. Si une honte la prenait, elle n'avait rien à faire avec lui. Ce n'était pas le cas. « Parfait, je prendrais au hasard alors. » Elle ne tenterait pas de faire un repas elle même ceci dit, ne souhaitant pas l'intoxiquer dès leur première fois. « Et si tu veux veux payer la moitié.. » L'argent n'était pas important, ni pour elle, ni pour lui. Là ou la plupart des adolescents galéraient, eux, vivaient sur une jolie montagne dorée. Une vision amusante mais surtout intéressante qui leur permettrait de faire absolument tout ce qu'ils souhaitaient. « D'accord, on verra s'il y a quelque chose de bien, sinon on ira chez moi. » Le cinéma, elle n'y avait pas pensé, était une bonne idée. Restez à savoir s'ils aimaient le même type de film. Autant éviter les histoires gnan-gnan ? A moins qu'il n'apprécie ça ? De son côté, plus il y avait de l'action, plus elle aimait, ainsi que le genre fantastique, horreur. Une raison de plus pour se coller à lui si elle prenait peur ? Elle n'oublierait jamais cette idée désormais. « Tu peux rester ici autant que tu veux et si tu finis par me taper sur les nerfs, je te fiche à la porte ? » plaisanta-t-elle en posant une main sur son bras. L'avoir à dormir ne lui déplaisait pas, au contraire, une nuit de rêve dans ses bras était surement le nirvana. Le problème de sa mère était pourtant bien présent. Et la jeune femme n'avait aucune emprise sur celui-ci, elle ne pouvait pas le régler. Et pourtant, elle rit légèrement à sa longue remarque, ne pouvant s'en empêcher. Les parents étaient tous les même, à croire que les adolescents étaient débauchés en toute occasion. Neo et elle n'en était pas à ce stade. Une nuit dans le même lit n'y changerait rien. « D'accord, alors premièrement, je ne suis pas une fille aussi facile et il me faudra plus qu'un jour pour me débaucher. Ensuite, si elle veut que je lui amène mon père, aucun problème. Mais il est très différent.. ce serait plus le genre à parler protection et à encourager tout le monde à se débaucher, donc mauvaise idée. Et enfin.. elle peut toujours apprendre à me connaître. » Ce ne devait pas être si compliqué de plaire à une mère. Des cheveux bien coiffés, une tenue adaptée, un attitude irréprochable et polie, rien de plus non ? Quoi que.. elle sentait qu'elle allait presque lui demander un bilant de santé et ses bulletins de notes. « Tu vas lui mentir ? » questionna-t-elle, étonnée, heureuse si ça marchait mais inquiète à l'idée que sa mère le comprenne. Toute la politesse du monde ne suffirait plus à faire passer Famke pour une gentille fille. Et une fille propre qui plus est, vu l'état pire que lamentable de sa chambre. Son père lui ferait amèrement la morale à cette vue désastreuse. « Tant mieux alors, ça nous fait un autre point commun. » répondit-elle en souriant. « Non surement pas, tu vas pas ranger mes cochonneries avec moi. » lança-t-elle ensuite, ne voulant pas le faire travailler à cause d'elle. Il était plus sage d'éviter. D'ailleurs, dans un mouvement rapide, elle rejeta sa couette sur tout le lit, afin que l'image d'ensemble paraisse plus propre. Ce fut le cas, en oubliant tout le reste. « Si tu veux voir le reste de la maison tu peux. » Elle était immense, des pièces de tous les côtés, la visite serait longue, il n'avait qu'à découvrir au fur et à mesure.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Mer 9 Nov 2011 - 23:44

Neo avait toujours eu du mal avec les relations sociales parce qu’il vivait dans son monde, parce qu’il avait souvent l’air ahuri, ou absent, et ses petits camarades se moquaient souvent de lui parce qu’il était préservé par les professeurs, et parce qu’il avait l’air si fragile. Il y avait cependant une personne qui en avait peur depuis le primaire. La raison ? Juste parce que le garçon avait saccagé son déjeuner en version sa briquette de lait dans son sandwich. Neo était devenu fou ce jour-là et s’était jeté sur l’autre garçon qui sans l’aide de ses camarades aurait fini en chair à pâtée, et ce dernier s’était plein de Neo qui avait frôlé l’exclusion. Après ça, le médecin déclara que Neo devait éviter de déjeuner à l’école, et pendant de longues années il rentrait chez lui le midi. Ainsi, il avait toujours eu ce sentiment de punition qui l’habitait, et il trouvait qu’il faisait honte au monde qui l’entourait. Famke n’échappait pas à ce monde-là pour lui, mais elle pensait tout l’inverse. Ce n’était pas surprenant venant d’elle, elle était tellement intelligente qu’elle dépassait tous les clichés. « C’est pas que je pense ça de toi, c’est que j’ai des réactions qui peuvent surprendre le monde autour, et je voudrais pas qu’ils s’attaquent à toi à cause de ça. » Mais elle avait l’air bien plus forte mentalement qu’il n’y paraissait, et il n’y avait pas de souci à se faire pour elle, il valait mieux se soucier de lui. Par ailleurs, ils avaient l’air de s’entendre sur tout. Sa mère, histoire de le contredire, lui dirait probablement que c’était pareil avec son père avant qu’il ne foute le camp. Au début tout est rose, après ça se complique. En attendant, ils profitaient du moment précis, et il était hors de question pour le jeune garçon de penser aux points négatifs. Sa mère n’était pas là avec lui, alors il fallait qu’il arrête de penser à ce qu’elle pourrait dire ou penser. Elle allait lui faire la surprise quant au repas de midi du lendemain, et il était déjà excité à l’idée de passer un nouveau moment avec elle, alors qu’il ne l’avait toujours pas quittée. Neo aimait tous genres de films, il se surprenait à pleurer à la fin d’histoires vraies, mais il y avait également des films qui étaient bien trop durs pour lui, c’était généralement ceux qui jouaient sur l’état psychologique des personnages, et pourtant ça restait des films qu’il appréciait. « Au fait, t’as des consoles ici ? » Simple question qu’il se posait, car lui en avait des tas, et ils pouvaient s’amuser avec un tas de jeux. Il pourrait porter sa console, si elle n’en avait pas. Il pouvait donc rester ce soir selon les dires de Famke ? Du moins s’il les interprétait. Elle était tactile, et pour l’instant le jeune homme n’avait toujours pas mal réagi. A croire que sa présence lui était bénéfique en tous points. Il lui sourit, et il devint soudainement excité à l’idée de découcher ce soir et de passer la soirée en sa compagnie. « Donc c’est d’accord pour ce soir ?! Je préviens ma mère dans un petit moment alors ! » Mais finalement trop excité, il commença à s’embrouiller : « Par contre j’ai pas de pyjama, pas de rechanges, pas de brosse à dents, en clair j’ai rien. Donc peut-être que je dois repasser chez moi avant ? Tu veux que je porte quelque chose ? …Enfin je sais pas… » Il s’était même calmé de lui-même. Ensuite, ils parlèrent du sujet à problèmes : sa mère. Il savait très bien que Famke n’était pas du genre débauchée, et s’ils venaient à coucher ensemble, c’est parce qu’ils en auraient eu envie tous les deux sur le moment. Mais la question ne se poserait pas aujourd’hui. « Peut-être que si tu la rencontrais, il faudrait y aller en douceur, car elle est capable de s’évanouir si tu lui dis : ‘bonjour je suis la petite-amie de Neo !’ » Il rit. Il s’imaginait bien sa mère réagir de cette façon. Il haussa ensuite les épaules : « Je sais pas t’en penses quoi ? Je devrais ? J’ai peur qu’elle m’interdise de sortir ensuite, parce qu’elle fait vite des plans sur la comète… » Pour lui il n’y avait pas de doute, il devait mentir. Mais il ferait ce qu’elle lui dirait de faire. Des points communs ils en avaient tellement. D’ailleurs Neo, toujours en observant la chambre de la danoise ne put s’empêcher de dire : « On s’est bien trouvés. » En fait il avait plus de chance qu’elle de l’avoir trouvée. Même si elle était apparemment très bordélique. Ca avait son charme. « Ca pourrait être marrant, mais c’est comme tu veux, c’est toi la maitresse de maison. » Il lui tira la langue avant de rire. Vraiment Neo n’apparaissait pas comme la même personne. Elle lui proposait de le laisser visiter, et il secoua la tête : « Pas sans un guide. » Il croisa les bras, tel un enfant mécontent, sur son torse, et attendit sagement qu’elle lui fasse la visite ou non. En fait, du moment qu’il passait du temps avec elle, tout lui convenait.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Ven 11 Nov 2011 - 23:49


Famke était une femme forte, réservée, ne se mêlant pas à la foule mais forte. Assez pour être capable de s'en prendre à quelqu'un pour une raison x. Neo pouvait bien être différent, étrange pour certains, carrément space pour d'autre, la danoise se fichait éperdument de leurs sentiments. Qu'ils s'attaquent à elle ne lui semblait pas être un problème. Du moins, elle l'avait choisi sans avoir besoin de consulter l'avis de parfaits petits cons. Mais elle se souciait de lui avant tout. Neo avait, apparemment, vécu des moments difficiles et la jeune femme ne pourrait supporter qu'on s'en prenne à lui en sa présence. « Ne t'inquiètes pas pour moi, je sais me défendre. » précisa-t-elle alors en affichant un léger sourire réconfortant. « Et je pourrais te défendre toi, aussi, par la même occasion. » proposa-t-elle bien qu'une fille défendant un garçon soit un aspect assez spécial des choses. Plaisanterie à part, elle se voyait parfaitement remettre quelqu'un en place pour lui. Sa question suivante la surprit quelques peu. Des consoles ? Une mine réfléchie se dessina sur son visage, réfléchissant activement. « .. j'ai une playstation juste pour jouer à Guitar Hero le vendredi soir en mangeant de la pizza.. » avoua-t-elle comme la légère geek qu'elle était. GH était un instituion pour tout le monde, depuis le temps. Elle possédait aussi un tapis de danse, cependant elle évita cette partie. Se doutant bien que ce ne devait pas être son truc. Peu importait. Il devait trainer dans un coin sous une épaisse montagne de poussière, comme le reste des affaires qu'elle n'utilisait plus. La présence de Neo serait peut être bénéfique pour ressortir le tout ? Soit, il voulait déjà rester ce soir. Famke en fut étonnée, persuadée qu'il ne pourrait pas vu que sa mère n'était pas prévenue. C'est la raison pour laquelle elle ne répondit pas de suite, encore une fois, cherchant une solution à son problème. « Ben oui. » répondit-elle, toujours aussi étonnée. « J'ai pas de rechange pour toi.. ceci dit je dois avoir des vieux t-shirts gigantesques et des brosses à dent de secours en cas de problème. Mais si tu veux je te déposerai.. sans qu'elle ne me voit. » précisa-t-elle en arquant un sourcil, imaginant déjà cette dernière tomber des nues en voyant une jeune fille dans une voiture en compagnie de son fils. Elle crierait au scandale et appellerait les flics. « D'accord j'éviterai de la choquer à ce moment là. » lança-t-elle en plaisantant. « Tu devrais lui dire. Ça finira mal si elle sait que tu as menti.. elle va encore être plus sur ton dos après. » répondit-elle en souriant, essayant de la rassurer. Famke ne connaissait pas sa mère et ne pouvait donc être sûr de rien. Ceci dit, elle avait pu constater avec le temps que les mensonges ne débouchaient jamais sur rien de bon. Encore plus dans sa situation apparemment. Peut être mettrait-elle une barrière entre ces deux là, cependant la danoise ne comptait pas lâcher de si tôt, quitte à l'attendre à la sortie de ces cours. Ou à braver les interdits en se pointant chez lui. Elle ne pourrait pas le surveiller indéfiniment. Pas avec une tête de mule comme elle à ses basques. « Bon, quittons ce joyeux bordel. Tu tiens vraiment à visiter toute la maison ? Y a pas grand chose d'intéressant.. Tu pourrais découvrir au fur et à mesure. » proposa-t-elle en affichant un énorme sourire, ce qui signifiait donc qu'il devrait revenir à plusieurs reprises. « Vaudrait mieux affronter ta mère directement. » Oui, même elle craignait une réaction de sa part, donc mieux valait-il régler ce problème rapidement.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Sam 12 Nov 2011 - 1:07

Bien qu’ils n’aient qu’une courte différence d’âge, elle avait son importance. En effet, Neo était plus jeune de deux ans, il n’avait que dix-sept ans, et allait au lycée. Il était sûr que si on le voyait trainer avec une jeune femme qui allait à l’université, et qui était en plus aussi canon que Famke l’était, il en prendrait pour son grade. La raison était simple : qu’est ce qu’elle fichait avec un gamin, alors qu’elle avait à ses pieds bon nombre des plus beaux mecs de l’université ? Les gens ne pouvaient pas comprendre ce qui les unissait. Ca restait effrayant d’ailleurs, car il se demandait si pour Famke c’était juste parce qu’elle voulait essayer quelque chose avec lui ou parce qu’elle voyait bien plus loin. Il redoutait le moment d’une séparation, rupture douloureuse, il ne voulait pas vivre ça. Alors le jeune homme se protégeait tant bien que mal, mais jusqu’à présent, il s’était laissé happé par le tourbillon de l’amour ambiant, et était plus collé à elle, que méfiant à l’égard de quiconque. Ce qui les différenciait aussi en dehors de l’âge, c’était bien leurs forces de caractère. Elle lui disait qu’elle savait se défendre, elle était certainement capable de remettre les gens à leur place, tandis que lui était uniquement capable de prendre ses jambes à son cou. Peut-être était-ce juste le résultat de deux éducations différentes, et pas seulement celui de sa maladie. Elle voulait même le défendre en cas de problème, et il l’arrêta tout de suite : « Te fatigue pas à vouloir me défendre, ça sert à rien. Les gens s’arrêtent pas. Mais j’ai l’habitude, donc t’en fais pas. » Il était sincère, il n’avait qu’à ignorer et ça se passait bien, ou presque. Il haussa d’ailleurs les épaules. En fait, il ne voulait surtout pas que ça attise de nouvelles moqueries, du genre qu’elle était sa baby-sitter et qu’elle le défendait comme on défend un enfant. Sur un autre plan bien plus réjouissant elle lui avouait avoir la playstation pour pouvoir jouer à Guitar Hero. C’était bien intéressant. Le gamin adorait Guitar Hero et y jouait souvent. Il battait toute sa famille en plus. La dextérité des doigts, il l’avait. Alors ce n’était pas comme ça qu’il allait se moquer de ses habitudes du vendredi. Il trouvait ça mignon d’ailleurs, car les petites habitudes c’est pour les petits vieux. « Je suis sûr que je te bats à Guitar Hero. Je les ai tous. » Oui, lui l’enfant pourri gâté, à qui on offrait tout en pensant que ça allait le consoler sur le fait d’être autiste. Il n’était pas tant à plaindre que ça. Il devait prévenir sa mère car il sentait que ça gênait Famke qu’il ne le fasse pas ou qu’il mente à sa très chère mère. Quelque part, ça le gênait un peu aussi, sa mère n’avait jamais été odieuse avec lui. Elle s’inquiétait c’est tout. Famke avait tout le nécessaire pour qu’il puisse dormir ici dans de bonnes conditions. Certes elle n’avait pas de caleçon de rechange, mais s’il le levait une fois enroulé dans une couette et qu’ils le mettaient à la machine à laver, ça serait bon non ? Non c’était bien trop compliqué. Dormir avec un caleçon qui date de la journée ? C’était pas très propre, mais il cherchait à tout prix d’éviter de rentrer chez lui. Il secoua la tête. « Je crois que je me contenterais de ce que tu as chez toi. J’ai peur que si je rentre, elle m’espionne et qu’elle me voit avec toi. Je veux pas t’attirer de problèmes. » Ainsi il était décidé à mentir à sa mère. Il savait qu’elle refuserait de le laisser aller chez Famke dans tous les cas, alors autant avoir sa permission par le biais d’un mensonge. Une nouvelle fois, il secoua la tête, histoire de lui prouver que son mensonge valait mieux que la vérité. « Non, elle en saura rien, t’en fais pas. J’ai juste à appeler un crétin pour qu’il me rende un service et je lui donnerais quelque chose en échange et voilà. Et elle est déjà sur mon dos de toute façon ! » Il lui sourit histoire de la rassurer. Famke proposait qu’il visite la maison une autre fois. Elle voulait régler le problème de sa mère, et il entreprit de la satisfaire sur ce point. « Ok, je m’en occupe. » Il sortit son téléphone de sa poche, et il composa rapidement le numéro de sa mère et mit un doigt sur la bouche de Famke pour qu’elle se taise. « Allo Maman ? Oui…ça va très bien. Je suis chez Glenn. Oui on se reparle. On joue à la console. Il m’invite à dormir chez lui. Je peux ?.... T’en fais pas, il me prête des affaires. Oui on fera nos devoirs aussi. D’accord je lui passe le bonjour. Merci maman. A demain ! » Et il raccrocha, et il leva les bras en signe de victoire. « Voilà, on est tranquilles jusqu’à demain. » Et pour fêter cette victoire, il s’approcha d’elle et l’embrassa. Dernier petit détail. Il envoya un message au dénommé Glenn, et il lui promit qu’en échange de sa couverture, il lui achèterait le nouveau magazine porno du mois. Marché conclu. Parfait. Il demanderait à Josh de le lui acheter. « Et maintenant, on fait quoi ? » Impatient de faire quoi que ce soit en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Mar 15 Nov 2011 - 0:13


« Te fatigue pas à vouloir me défendre, ça sert à rien. Les gens s’arrêtent pas. Mais j’ai l’habitude, donc t’en fais pas. » Elle sourit mais n'était pas prête à renoncer pour autant. Bien qu'il n'ait peut être pas besoin d'elle, elle en avait envie. C'était peut être stupide, comme attitude. Après ça ne ferait qu'attiser les braises déjà brulantes. Mais voilà, attachée, la danoise avait du mal à imaginer tant de cruauté venant des autres. Il suffisait de connaître Neo pour savoir qu'il était adorable et normal. Il était bien trop simple de s'en prendre à lui pour si peu. Une attitude qu'elle ne comprenait pas, il ne la méritait pas. De ce fait, la surprotection de sa mère était légitime. Peut être deviendrait-elle comme elle avec le temps. Elle espérait du moins savoir faire preuve de retenue et non pas lui donner envie de la fuir. Ils verraient bien ça en temps voulu. Pour le moment, aucune mauvaise aventure n'était à déplorer. Elle ne répondit rien, prévisant aviser si un jour cela se produisait. « Je suis sûr que je te bats à Guitar Hero. Je les ai tous. » Affichant une moue, la jeune femme lui donna une tappe légère sur l'épaule, signe qu'il mettait bien la charrue avant les boeufs. « Rêve McKenna ! » lança-t-elle sur un ton de défi, bien prête à lui prouver son grand talent une guitare à la main. A force de solitude, on devenait réellement douée. Pour une fois qu'elle avait un talent qu'elle pouvait mettre à profit pour lui botter le derrière. Non pas qu'elle soit compétitive au point d'être une mauvaise perdante, du tout, mais elle croyait en son incroyable potentiel. Leur soirée allait donc se dérouler ainsi, devant une console à se battre pour la victoire. « D'accord, t'inquiètes pas, on se débrouillera c'est qu'une nuit ! » Un mensonge pour sa mère, Famke en complice. Mauvaise idée mais ça lui importait peu. Du moment que Neo restait avec elle, c'était une excellente chose. Ravie, ça se lisait simplement sur son visage. « Tu vas appeler qui ? C'est pas.. mauvais d'ajouter une troisième personne dans tout ça ? » demanda-t-elle, indiscrète mais peu assurée à cette idée. Paranoïaque, Famke n'avait pas confiance en beaucoup de monde et redoutait la personne qu'il avait au bout du fil. Après tout elle ne lui connaissait aucune personne proche, pas assez pour être sûr de coup là. Mais ne voulant pas être négative, elle chasse cette attitude néfaste bien vite. En fait, il avait sa mère au téléphone. Amusée, elle l'observa lui sortir une excuse bancale. Glenn, qui était Glenn ? Ne cherchant pas à comprendre, elle ne demanda rien, préférant rester en dehors de ça. Contente que ça ait marché elle sourit, tandis qu'il s'approcha pour l'embrasser et qu'elle passa une main rapide sur son visage, caressant sa joue avant de se détacher de lui, pleine de malice. « Eh bien, il est temps que je bote le cul. » lança-t-elle en saisissant sa main pour l'attirer à nouveau à l'étage du dessous, dans le salon. Là, elle fouilla dans une armoire à la recherche de sa console, qu'elle sortit bien rapidement. Branchant le tout, elle se tourna vers Neo, lui tendant l'objet de leur défi. « Je préfère te laisser commencer, tu es mon invité après tout. » s'enquit-elle en se rapprochant légèrement. « Ceci dit, il faut qu'on trouve un prix. Si tu gagnes, tu veux quoi ? » demanda-t-elle ensuite, espérant ne pas obtenir une demande trop complexe à exécuter. « Enfin, encore faut-il que tu gagnes et ça, faut pas rêver. » Trop sûr d'elle ? Apparemment.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Mar 15 Nov 2011 - 18:20

Le jeune Neo était du genre trop sensible et avait tendance à être paranoïaque et à voir le mal partout. Ainsi, il pouvait également mal interpréter l’attitude des autres, mais ça plaisait tellement aux gens d’écraser les autres s’ils étaient plus faibles que vous. Mais il n’y avait pas seulement les gens. Les psychologues et psychiatres étaient pas mal dans leurs genres aussi. Il se sentait inférieur à tout le monde, en gros complexe d’infériorité. Il aurait voulu être comme tout le monde, mais c’était impossible. Tout ce qu’il avait à faire, c’était à s’accepter tel quel. Il n’y avait que Famke qui jusqu’à présent avait réussi à se sentir normal, apprécié, et aimé. Sa mère l’aimait, mais elle ne savait aller dans son sens, elle ne pensait qu’à sa sécurité, et il était bien trop protégé. Ce n’est pas comme ça qu’on avance dans la vie. Et lui il voulait avancer aux côtés de Famke.
Sur un autre point, ils étaient en train de défendre leurs intérêts au sujet de Guitar Hero. Neo pensait être imbattable, et la jeune femme trouvait qu’il avait soudainement un excès de confiance. Elle entreprit même de le frapper gentiment pour le calmer. Mais il était sérieux. Et le lui fit comprendre. « Mon prénom c’est Neo. Et non je ne rêve pas, je suis réaliste c’est tout, et je te laisserais pas gagner parce que t’es une fille ! » Il ne lui manquait plus que l’auréole sur la tête. Mais il ne voulait pas que sa victoire écrasante se termine en pugilat, alors il atténua tout de même ses propos. « T’es vraiment forte ? » Après tout elle pouvait l’être, il n’écartait pas cette possibilité. Oui, il ne restait qu’une nuit. Mais Famke ne pouvait pas savoir à quel point il était ravi de passer une nuit en dehors de chez lui, une nuit avec elle, une nuit sans sa mère pour lui dire ce qui est bien ou pas, une nuit sans couvre-feu, une nuit où il ne serait pas effrayé d’être lui-même. « Oui et puis façon, c’est pas grave, c’est comme du camping ! » Il n’avait aucune idée de ce que le camping était véritablement, il n’en avait jamais fait. A chaque fois qu’il partait en vacances avec sa famille ils partaient dans des Sheraton ou Hilton, pas même des mobile-homes. Famke paraissait inquiète en revanche au sujet du plan de Neo. Inclure Glenn dans cette histoire était surement une très mauvaise idée, mais elle dépannait. Il espérait que ce crétin le couvrirait sans cafter ou il serait évidemment dans de beaux draps. Mais, il ne valait mieux pas penser au pire et profiter. Ainsi, il se voulait positif et ne cessait de sourire. Il tenta de rassurer la jeune femme et ses inquiétudes. « T’en fais pas, on s’aime pas beaucoup, mais je sais comment le tenir ! » Ils pouvaient maintenant passer une soirée tranquille sans qu’ils ne soient pris par le temps, ils pouvaient profiter et comme elle le disait se mettre des taules à Guitar Hero. Une fois qu’elle l’eut guidé en bas, elle installa la console, et il la regarda gentiment faire. Ce n’est que lorsqu’elle lui tendit la guitare, qu’il esquissa un large sourire et qu’il lui assura : « Prépares-toi à perdre. » La jeune femme se rapprocha de lui, et lui fit savoir qu’elle voulait fixer un deal, sinon ce n’était pas drôle, mais il avait aucune idée de ce qu’il pouvait lui faire faire s’il gagnait. Il réfléchissait, mais il lui demanda avant : « Et toi si tu gagnes tu veux quoi ? » Si, il avait une idée finalement. « Je sais ! Si je gagne, ce qui est quasiment sur…tu fais le tour de la maison en sous-vêtements en disant que tu m’aimes ! » C’était débile comme deal, mais il n’avait rien en tête. Il était impatient de savoir ce qu’elle lui réservait si elle gagnait.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Mar 15 Nov 2011 - 22:49


« Moi qui croyais que tu étais un gentleman et que tu me laisserais la victoire, je suis déçue. » Elle afficha une mine triste mais surjouée - ça se voyait - puis reprit bien vite, plus sérieuse cette fois ci. « Non, bien sûr, je vais te battre sans que tu aies besoin de baisser ton niveau. » Bien qu'en fait, elle ne soit pas certaine. Après tout, elle avait joué plutôt rarement ces derniers temps et ignorait si Neo était réellement un pro ou non. Déglutissant légèrement, Famke restait pourtant confiante, avec son sourire légendaire et sa tête bien haute. « Bien sûr. » Ou pas mais intimider l'ennemi était plutôt préférable à l'heure actuelle. Du camping ? Intéressante comme idée. Amusée, elle haussa bien vite les épaules. Il pouvait dormir nu qu'elle ne s'en soucierait même pas. Quoi que, ça allait un peu trop vite du coup. Et pourtant, elle avait l'impression d'être avec lui depuis des mois, voir des années, comme si tout coulait de source entre eux : les mots, les gestes, rien n'était réfléchi, tout venait automatiquement et avec affection. Neo était parfait. Bien qu'elle redoute ce petit mensonge. Il lui assura que non. Sans y penser plus, elle secoua la tête, se persuadant que tout irait bien. Elle avait la plus grande des confiances en lui. Étant dans la salon, la danoise saisit son verre pour se désaltérer, se préparant à battre son petit ami à un jeu aussi futile que Guitar Hero. Amusant mais inutile. Un deal pour pimenter le tout était son idée. Sauf qu'aucune ne pointa le bout de son nez pour le coup, contrairement à lui. Étonnée, voir même choquée, elle ouvrir la bouche puis la referma aussitôt, consciente d'avoir surement l'air stupide. « Tu veux que je fasse le tour de la maison en sous vêtements, en disant que je t'aime ? » répéta-t-elle pour être bien sûr. Oui, Famke, tu avais bien entendu cette proposition. « Bien, si c'est ce que tu veux. » lâcha-t-elle en croisant les bras, bien prête à relever ce défi. Quoi que ce serait inutile, vu qu'elle gagnerait obligatoirement. Réfléchissant un instant de son côté, la jeune femme ne savait pas vraiment quoi proposer. Alors elle s'inspira de lui. « Si JE gagne, ce qui franchement serait tout à fait normal sache le, tu fais le tour de la maison, nu, avec un simple coussin et le tout, mouillé car tu seras passé sous une douche froide. » D'accord, elle exagérait peut être un peu. Mais s'il était aussi doué qu'il le prétendait, ou était le problème ? « T'as la pression maintenant. » lança-t-elle pour le déstabiliser avant de le laisser commencer le jeu, bien décidé à mettre toutes les chances de son côté. C'est la raison pour laquelle, elle n'avait pas précisé les règles du jeu. Postée juste derrière lui, sans le quitter du regard, elle déposa délicatement ses mains de part et d'autre de sa taille, approchant sa bouche de son oreille, resserrant doucement son étreinte sur lui. « J'ai le droit de faire ça quand même. » assura-t-elle non sans une pointe de malice, se collant doucement à lui pour l'enlacer et donc le déconcentrer. Bien qu'elle soit effectivement douée, elle ne l'était pas au point de ne pas assurer ses arrières. Quitte à user de techniques aussi douteuses que celle-ci. Famke serait une redoutable adversaire, à tous les niveaux. Elle se plut même à lui offrir un léger baiser qu'elle déposa dans son cou. Le faire flancher, voilà l'idée. Gagner c'était bien, gagner de cette façon était encore meilleur.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Mar 15 Nov 2011 - 23:53

Lui laisser la victoire parce qu’il était un gentleman ? Hors de question. La réponse était tellement évidente qu’il n’avait même pas besoin de la prononcer. C’est pourtant ce qu’il fit après avoir secoué la tête à la négative. « Non parce qu’après tu vas me faire chier avec ta victoire pendant des lustres, alors je préfère te mettre la pâtée ! » Et il afficha un énième sourire. Neo n’avait décidemment pas besoin de médicaments, la seule présence de Famke le guérissait. Famke était quant à elle toujours aussi sûre de gagner, et il la corrigea tout de suite : « Les rêves c’est dans ton lit, pas maintenant. » Et il lui tira la langue le jeune enfant. Il n’avait jamais perdu une seule partie. Ou du moins depuis qu’il savait jouer correctement, et il avait testé tous les instruments, préférant tout de même la guitare puisqu’il atteignait des records incroyables. Il avait déjà joué contre toute sa famille, tous battus. Il avait joué en ligne chez son cousin : tous battus. Mais Famke était peut-être plus forte encore puisqu’elle le lui assurait. Pour lui elle ne pouvait faire un complexe de supériorité. Si elle le disait, il la croyait. « Je vais me méfier de toi alors… » Il avait l’air presque sérieux, ça en devenait une drôle de compétition d’un coup. Il n’y avait aucune dispute qui se profilait car même si le jeune homme perdait, il n’était pas mauvais perdant, et il s’en remettrait très vite car il pourrait profiter de la soirée avec Famke, et il n’y avait pas meilleur remontant. Tout était secondaire avec elle. Il n’y avait qu’elle. Il n’avait d’yeux que pour elle, son cœur battait au rythme de ce qu’elle lui faisait ressentir, il adorait le parfum qu’elle dégageait, il se plaisait à la toucher, tous ses sens étaient en éveil grâce à elle. Quant à sa part du deal, elle semblait étonner Famke, et conscient qu’elle avait pu mal comprendre, il s’empressa de préciser : « Bien sûr je te dis de faire le tour de la maison dehors, pas dedans hein, on est d’accord ! » Il acquiesça ensuite avant de dire : « Je te plains déjà. Le monde entier va savoir que tu m’aimes. » Mais le monde entier la verrait donc en sous-vêtements ? Il n’avait pas pensé à ça. Subitement son idée était bien moins bonne. Peu importe, le deal était fait, il attendait l’autre partie qui vint tout de suite, et visiblement il aurait mieux fait d’attendre qu’elle ait une idée, car elle avait tourné sa propre idée en mieux. Il devait courir nu autour de la maison après avoir pris une douche froide, nu avec un coussin sur l’entre-jambe. Autant dire que si sa mère le voyait, elle allait probablement le faire interner. « D’accord. T’en fais pas ça n’arrivera pas, je vais gagner. » Comme elle le disait il avait la pression, mais il ne semblait presque pas s’en soucier, car une fois focalisé sur la console, il serait imbattable et ne serait plus dérangé par le monde extérieur. Ca avait du bon d’être dans son monde parfois. Le jeu lancé, il ne s’attendait pas à ce qu’il se produisit ensuite. Famke se posta derrière lui, elle vint l’enlacer et le déstabiliser en le séduisant alors qu’il était en train de jouer. Il ne semblait pas s’en importuner puisqu’il ne bronchait d’abord pas. Mais le contact le rendait tout chose, et il sentait ses poils se hérisser. Chair de poule. Elle l’embrassa ensuite dans le cou et ça le mit plus que mal à l’aise, il semblait appuyer d’avantage sur les touches comme s’il passait sa frustration ainsi. « Tu triches ! Ca veut dire que tu reconnais ma supériorité ! » Continuant, il ne s’arrêtait pas à ce qu’elle pouvait lui faire car ses mains semblaient comme détachées de son corps, le reste tremblait, ses mains restaient bien en place sur le jeu. « Je perdrais pas. » dit-il très sérieux. Pourtant il savait que la partie était loin d’être gagnée.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Mer 16 Nov 2011 - 15:46


« Quoi !? Bien sûr que non je suis pas comme ça ! Peut être pendant une ou deux semaines mais c'est tout.. » Oh, il avait raison, elle s'en vanterait dès qu'elle le pourrait mais sur un ton malicieux, bien entendu. « On peut faire une partie amicale sinon.. » proposa-t-elle, pleine d'innocence, peu rassurée désormais à l'idée de se faire battre aussi simplement. Une mauvaise idée, il verrait en elle une faille. Peu importe. L'important n'était pas le jeu mais le temps qu'il passait ensemble à faire n'importe quoi. C'était ça, la vraie victoire aux yeux de Famke. « Les rêves c'est dans mon lit, ah oui ? Eh bien, dans ce cas, je peux toujours te priver de mon lit cher Neo ? » Elle tira la langue à son tour, consciente du pouvoir qu'elle avait et qu'elle utilisait à tort et à travers. Ceci dit elle ne connaissait pas ces capacités, alors elle verrait bien en fonction. Mais assurer ses arrières étaient la meilleures des solutions. Même s'il prétendait se méfier. A l'avenir, elle jouerait pendant deux semaines à un jeu avant de le proposer, histoire d'être bien au point sans avoir à le menacer ou à prétendre n'importe quoi. Mieux, elle se renseignerait. Comme le cinéma ou ce qu'il aimait faire dans la vie. Ça simplifierait les choses. Son idée de défi allait la faire passer pour une folle au prés de ses voisins. Car oui, elle se voyait peut être perdre cette partie. Elle le sentait venir. Déjà que la danoise passait pour une petite bourge sans intérêt, si en plus elle courrait en sous vêtement, tout en hurlant son amour, nul doute qu'elle serait désormais une bourgeoise totalement folle, à interner peut être. Pourtant, elle n'avait pas besoin de se justifier, ce n'était qu'un amusement entre jeunes. Tout le monde devait être passé par là d'une façon ou d'une autre un jour. Et même si elle craignait le regard des autres, elle était amusée à cette idée. « Je crois que le monde entier va plus se soucier de moi en sous vêtements que du reste. » avoua-t-elle en hochant légèrement la tête. Le quartier était peuplé d'hommes, mariés ou non, intéressés ou non. Un homme reste un homme, ils auraient les yeux rivés sur elle. Tiens, Neo n'avait pas pensé à ce détail ou il alors il n'était pas du genre jaloux. Ceci dit son idée à elle était presque pire. Le quartier verrait son postérieur.. Des fois ses idées n'étaient franchement pas brillantes. « Non, tu vas perdre. » assura-t-elle en souriant. Et son idée pour ça était la meilleure qu'elle n'ai jamais eu : le troubler. Apparemment, vu son acharnement sur les touches de la guitare, ça fonctionnait extrêmement bien. Donc la danoise continua son petit rituel en restant collé à lui, resserrant son étreinte, essayant de le faire perdre son équilibre. « Je ne triche pas, je te fais un calin. » lança-t-elle, innocente comme tout. « Tu sais, si tu gagnes, tout le monde va me voir à moitié nue.. c'est pas cool.. vraiment.. » Toutes les méthodes étaient bonnes pour arriver à ses fins. « Je peux toujours te laisser dormir dehors si tu gagnes. Après tout c'est ma maison. » C'était une plaisanterie, Famke n'était pas une mauvaise perdante, elle préférait juste la victoire à choisir, surtout dans des circonstances là. Au moins, si elle perdait, elle ferait enfin un sprint digne de ce nom. « Si tu perds je t'embrasse.. » susurra-t-elle en riant tout à coup, consciente de sa stupidité.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Mer 16 Nov 2011 - 22:36

« C’est humain. Tout le monde le fait. Mon beau-père quand il m’a battu à Halo, il en a parlé pendant des semaines et des semaines. Comme si c’était la chose la plus importante de sa vie. Je sais que tout le monde rêve de me battre ! » Fanfaronna-t-il en affichant une moue victorieuse. Il ne le pensait pas évidemment. Neo n’était pas ce genre de personne aussi sûre d’elle. Finalement, Famke envisageait une partie amicale. Donc, elle n’était pas sûre de gagner, ce qui prouvait donc qu’elle et Neo étaient encore une fois bien identiques. Sur un autre point, elle lui faisait du chantage en lui disant qu’il ne verrait pas son lit s’il continuait, et il haussa les épaules en disant : « Tu sais je peux très bien dormir par terre, mais je ronfle quand je dors par terre. » C’était vrai, et il ne l’expliquait pas. Il n’y avait aucune raison à cela, juste qu’il était moins à l’aise au sol comme toute personne normalement constituée. Et il fit mine de bouder lui tournant le dos, pour lui montrer son désaccord. De toute façon, même si elle ne le voulait pas dans son lit, il la rejoindrait. Non pas pour faire quoi que ce soit, mais juste pour dormir à ses côtés, blotti contre elle. A l’heure actuelle, Neo ne voyait qu’elle, ne pensait qu’à elle, et était à milles lieues du monde dans lequel il vivait. Il était sur un petit nuage, il s’imaginait la vie en rose, et ce genre de défi lui plaisait, même s’il ne se voyait pas perdre, il pouvait rire et s’amuser sans penser aux conséquences que ça pouvait avoir. S’il venait à perdre, il tiendrait le pari et se mettrait à courir dans le jardin de Famke sous les regards des autres, mais il s’en foutrait du moment que sa mère ne l’épiait pas. Façon, il faisait nuit, il était peu probable qu’on le remarque malgré les éclairages extérieurs. Toutefois, il semblait que Famke envisage de perdre, et pointait bien du doigt ce qu’il avait pensé un peu plus tôt. Les gens allaient épier sa petite-amie, et il n’était vraiment pas d’accord. Les hommes ne se cachaient pas pour mater, mais il était hors de question qu’ils le fassent avec elle. Or, s’il suivait son premier raisonnement, il n’avait pas de raison de s’inquiéter, vu qu’il faisait assez sombre pour ne pas qu’on la voit distinctement. « Il fait trop sombre pour que les gens te voient. Ils t’entendront, mais c’est tout. » Il se rassurait comme il pouvait en fin de compte. De plus il ajouta : « Ceci dit, je trouve que tu as bien confiance en ta plastique, pour oser dire que les gens vont te regarder ! » Et il lui tira la langue une nouvelle fois. Ces deux-là étaient juste adorables. D’ailleurs, ils l’étaient encore plus quand la jeune femme se plaisait à le déconcentrer pour qu’il perde. Il ne voulait pas perdre, mais elle savait y faire, pas de doute. Il était à deux doigts de craquer, même si ça ne transparaissait pas. La séduction à l’état pur. Elle était forte de son statut. En plus Neo n’était pas de ceux qui aimaient le contact. Elle pouvait s’estimer heureuse de ne pas provoquer chez lui de trop fortes réactions, seulement ça lui faisait perdre deux fois plus les pédales. Cherchant à se reconcentrer sur le solo qui s’offrait à lui, il gérait. Un câlin. Elle lui faisait un câlin à ce moment là. « Excuse bidon, t’avais tout le temps de m’en faire avant. Je perdrais pas. » répéta-t-il, de moins en moins sur cependant. « Et moi on me verra nu si je perds, alors c’est pas mieux. » Mais voilà, Famke avait trouvé la faille. Il était tellement content de dormir ici, que quand elle lui dit que s’il ne perdait pas elle le mettait à la porte, il la crut naïvement et fit volte-face se désintéressant complètement de la fin de partie. « T’es sérieuse là ? J’explique ça à ma mère comment ? » Il n’avait même pas fait attention à la dernière réplique de Famke, qui n’aurait pas fait mouche, mais celle-ci oui, et il le comprit. « Oh putain la partie ! » Elle était terminée, et il l’avait mal finie. « T’as triché. » Il lui tendit la guitare et se laissa tomber dans le canapé, grimaçant, déçu, conscient qu’il serait bientôt nu et dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Jeu 17 Nov 2011 - 11:11


« Tu te surestimes pas un peu là ? » lança-t-elle, se moquant ouvertement de lui qui se vanter sans même ciller. Dans un élan elle lui tapota doucement l'épaule, accentuant le sourire en coin qu'elle avait. Elle l'imaginait tout à fait en vainqueur, gagnant chaque combat. Elle afficha ensuite une moue sceptique. Il ronflait ? Point intéressant. Ceci dit, elle n'avait pas précisé ou il dormirait, au sol oui, mais quelle pièces précisément ? « Le par terre du salon te conviendra très bien. » lança-t-elle en plaisantant, amusée rien qu'à l'imaginer dormir ici et seul. Ce ne serait pas le cas. La danoise était déjà ravie à l'idée de dormir en sa compagnie. Ainsi ses nuits seraient enfin comblés et non plus solitaire. C'était bien là, la base d'un couple. Le couple qu'il formait désormais. Cette idée la faisait frissonner à chaque fois, tant elle était heureuse. Cette nuit, elle s'endormirait heureuse et vérifierait demain matin si elle n'avais pas rêvé toute cette histoire. Ça semblait presque irrél d'être comblée aussi rapidement, si peu de temps après l'avoir rencontré. Mais que demander de plus ? Courir nue dans le jardin était une bonne idée. Cependant elle n'avait pas pensé à la suite. Après tout il était mal à l'aise en public, lui proposer ça était peut être un peu trop ? Il ne semblait pas y rechigner, ceci dit Famke hésita à lui en parler mais n'en fit rien. Il gagnerait, de toute façon. Elle s'inquièterait peu des conséquences sur elle il n'y en avait presque pas. « C'est vrai t'as pas tort.. » avoua-t-elle en souriant. Alors qu'il pointa le fait qu'elle se vanter un peu. Étonnée, sur le coup, elle mit quelques secondes à répondre. « Oui mais.. » commença-t-elle en cherchant difficilement ses mots. « Dans le sens ou les voisins peuvent pas s'empêcher de regarder chez les autres ! On s'en fiche de ma plastique, mais une fille en sous vêtements.. quand même.. » A son tour, elle lui tira la langue, prouvant bien qu'elle ne voulait pas devenir l'attraction du quartier. Elle l'était déjà bien assez comme ça, vis à vis de son jeune âge, de sa grande maison et de sa jolie voiture. En outre, elle ne ferait pas pire niveau réputation : une jeune snob fêtarde délurée, ça sonnait assez bien même si ça ne correspondait pas au personnage. Le statut de grande séductrice non plus et pourtant elle s'amusait réellement avec celui-ci. Neo devait subir. « Je voulais t'en faire un maintenant ! » s'excusa-t-elle avec une petite voix, tentant de l'amadouer encore un peu. « C'est vrai c'est pas mieux.. » avoua-t-elle tout de même. Quelle idée tordue, elle devait trouver une autre issue pour lui. Finalement il fit volte-face tandis que sa partie continuait. Le score ne fut pas fameux et la danoise réprima un rire moqueur en mettant une main devant sa bouche. Désolée mais ravie à la fois. Alors qu'elle saisit la guitare et qu'il se laissa tomber dans le canapé; elle l'observa un temps, réfléchissant. Puis, après quelques instants, déposa la dite guitare et haussa les épaules. « D'accord, je veux bien me sacrifier pour toi, je le mérite. » Elle retira ses chaussures, son pantalon ainsi que son t-shirt pour se retrouver en sous vêtements dans le salon, hésitante à l'idée de sortir ainsi. Mais le deal était le deal et elle avait triché. Donc, courageusement, elle partie dehors en courant, faisant le tour de la maison telle une flèche en hurlant à tue tête qu'elle l'aimait. A l'avant, elle vit juste l'ombre d'un voisin et rien de plus avant de revenir dans la maison, honteuse mais ravie d'avoir fait ça. Ravie, mais boudeuse.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Ven 18 Nov 2011 - 14:22

Neo secoua la tête. Non il était loin de se faire mousser. D’ailleurs il en profita pour accentuer la chose : « Mais non, je suis même très humble là ! Toi aussi tu rêves de me battre. » Le frapper peut-être aussi. Il éclata de rire, tout de même, pour lui prouver qu’il surjouait à bloc. « Ca me va pas du tout l’excès de confiance. » Avoua-t-il conscient qu’il ne saurait jamais se comporter de la sorte. Alors qu’il lui avait spécifié ronfler quand il dormait au sol, la jeune femme se fit un plaisir de lui faire savoir qu’il dormirait par conséquent sur le sol du salon, et il pouffa de rire. « Sauf que tu seras pas là pour vérifier si je dors sur le sol ou sur le canapé. » Et toc. Le Neo effrayé du monde semblait bien loin à présent. Avec elle, il était tellement différent. Mais ils n’étaient que tous les deux, ce qui expliquait probablement pourquoi il était si à l’aise. Au milieu d’autres personnes ça serait une autre paire de manches. C’était tellement bizarre d’intégrer qu’ils étaient à présent un couple. Neo avait surtout l’impression qu’ils étaient restés au stade d’amis, qu’ils se parlaient encore sur internet, et qu’il avait fabulé tout ça. Tout était pourtant bien réel, et il allait devoir adapter légèrement son mode de vie. Ca allait être autre chose. Mais il avait hâte que ce nouveau mode de vie commence. Il n’avait que dix-sept ans, mais il prenait ça très au sérieux. Hors de question de se foutre d’elle. Elle comptait à ses yeux, et s’il devait souffrir à sa place il le ferait. Il ne se protégeait que très peu en sa présence, il avait une confiance aveugle en elle, à tel point qu’il pouvait la regarder dans les yeux sans ciller. En revanche, il se trouvait un nouveau passe-temps : la taquiner. Ainsi, si elle perdait, alors qu’il lui assurait que personne ne verrait rien, il allumerait la lumière de l’extérieur, s’il trouvait l’interrupteur évidemment. « J’ai toujours raison. Non…En fait j’ai rarement raison. » se tourna-t-il en dérision. Famke cherchait à se justifier, et il trouvait ça adorable. Evidemment que les voisins épiaient tout ce qui bougeait encore plus si c’était une fille comme Famke, aussi belle qu’elle l’était. Il demanda intrigué : « C’est qui ton voisin ? Un gros porc qui attend que tu prennes ta douche ? » Ca arrivait évidemment. C’est pour ça que la salle de bains chez Neo était une pièce centrale et n’avait aucune fenêtre. Il ne parvenait pas à s’imaginer Famke nue. Il ne fallait pas brûler les étapes, tout ceci viendrait avec le temps, pour l’instant il était plus fasciné par son visage que par autre chose. Il s’était laissé prendre au piège naïvement par la jeune femme qui avait usé de ses atouts pour le charmer, et il avait perdu. Il était du genre boudeur, et il s’était installé sur le canapé pour cette raison. Elle s’était même moquée de lui, et il n’avait pas réagi. Il n’était pas mauvais perdant, mais ça ne lui plaisait pas qu’elle puisse profiter de sa faiblesse mentale pour l’emporter. Contre toute attente, Famke ne commença pas la partie, au contraire, elle déposa la guitare et commença à se dévêtir, ce qui surprit le jeune homme. Elle comptait honorer sa part du deal parce qu’elle avait triché. Alors qu’elle s’élançait dehors, il se releva et aller se placer près de la baie vitrée qu’il ouvrit, juste pour l’entendre hurler et un sourire se nicha sur les lèvres du jeune garçon. Quand elle revint, il s’approcha d’elle, et il lui dit timidement : « Je suis impressionné. Vraiment. » Puis il ajouta : « Si tu veux moi aussi je peux me sacrifier. » Même si l’idée de se mettre nu dehors le terrorisait. Il se demandait ensuite ce qu’ils pouvaient bien faire, et il posa rapidement la question. « Et maintenant on fait quoi ? » Il n’en avait aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo). Sam 19 Nov 2011 - 13:29


« Disons que l'excés de confiance avec les autres, si tu veux, avec moi, non. » lança-t-elle, marquant bien la différence, affichant un léger sourire avant d'hausser simplement les épaules. Il plaisantait, sans plus. Le même garçon avec ce trait de caractère et Famke l'aurait fui comme la peste ou remit à sa place, selon son humeur. La confiance, c'est bien, l’excès sonnait de trop. « Ceci dit ça te va bien, sauf que tu deviens une tête à claque. » avoua-t-elle en se moquant ouvertement de lui, après tout sa petite tape sur son épaule le traduisait très bien. Leurs chamailleries étaient plaisantes et spontanées. Lui qui disait être bizarre ne l'était guère en sa compagnie. Ce qui l'étonnait un peu plus chaque instant. Était-ce grâce à elle ou à l'environnement sécurisé dans lequel ils étaient ? Aucune idée, mais la danoise était ravie de le voir ainsi. Bien plus à l'aise et ouvert que devant l'université. « Mais je pourrais toujours me lever pour vérifier. » renchérit-elle, comme si elle souhaitait avoir le dessus sur lui. Une taquinerie de plus, elle n'en avait pas besoin. Mais ça lui plaisait terriblement de le contredire. « .. c'est un vieil homme, ce serait quand même assez glauque qu'il me regarde me doucher. » Rien qu'à cette idée obscure, elle afficha une légère grimace, imaginant déjà cette scène horrible. Délicatement, elle secoua la tête pour oublier ça. Désormais elle vérifierait à deux fois que ses rideaux soient bien tirés et que ses volets soient fermés. Et nul doute que si elle tombait sur lui un de ces jours, elle ne l'observerait plus de la même manière. Que son charme marche sur lui était.. bizarre. En revanche sur Neo c'était bien plus intéressant. Sa capacité à le troubler était étonnante, même pour elle, comme quoi il y avait un réel attachement. Son anti jeu est la raison pour laquelle elle effectua ce tour rapide de sa maison. Lui était satisfait, ça se voyait quant à son sourire. « Merci de reconnaître mon talent pour me ridiculiser. » lança-t-elle en récupérant ses habits pour les enfiler à nouveau, ne voulant pas rester dénudée plus longtemps. « Non ne te sacrifies pas va. J'ai un peu abusé sur mon défi quand même. » avoua-t-elle en souriant, déposant un rapide baiser sur ses lèvres pour finalement s'installer dans le canapé, confortablement. Le jeu ne l'intéressait plus assez pour qu'elle se lève afin de récupérer la guitare. Triturant son tee-shirt, elle continuait d'observer Neo, ne sachant pas quoi lui répondre. Que faire ? La question revenait si souvent depuis quelques heures. Aucune idée, Famke haussa les épaules. « Je n'ai vraiment aucune idée. Je n'ai même pas envie de bouger du canapé. » Ce qui n'aidait pas certes. Mais la danoise n'avait pas l'habitude de trouver des occupations pour plusieurs, étant donné que peu de monde venait chez elle. Rarement. Voir jamais, très bien. Seule c'était plus simple : elle faisait ses devoirs, regardait la télé et surfait sur le net surtout.. Bref, c'était automatique sans besoin de réflexion pour que ça plaise à l'un ou l’autre. Ne sachant vraiment pas, elle remonta ses jambes sur le canapé pour les croiser, réfléchissant sans trouver.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: ❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo).

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ when you're too in love to let it go ❞ (neo).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: University of Miami-