AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 hurt and alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: hurt and alone Dim 30 Oct 2011 - 15:18


    Il y avait plusieurs actes qu’elle avait osé faire afin d’obtenir de l’argent. En fait, il n’y avait rien qu’elle n’était prête à faire pour survivre. Car pour elle, ce besoin incontrôlable d’un capital monétaire toujours plus grand était sa façon de se savoir en vie. Dalia était née dans une famille incroyablement pauvre, jusqu’à l’âge de dix ans, elle avait vécu une vie de chien. Entassés dans une maison non-isolée, couchée sur de la paille, elle n’avait même pas reçu un repas tous les jours. Sa vie avait basculée lorsqu’un événement inconnu l’éloigna de sa famille, quelqu’un avait tué ses parents et la seule personne encore là pour elle était sa grand-mère. Après seulement un an aux États-Unis, elle mourut à son tour et la jeune fille se retrouva en famille d’accueil. Aucune d’elles n’était réellement fortunées, il n’en demeure pas moins que malgré tout ce qu’elle dût subir durant son adolescence, elle pouvait manger à sa faim. C’est à cette époque que se forma en elle cette idée que l’argent pouvait régler tous les problèmes, c’est durant cette période qu’elle se promit être riche lorsqu’elle serait vieille. Dalia était loin du résultat escompté. Elle avait possédé le nécessaire pour vivre convenablement durant quelques années, avant et pendant son voyage en Russie. Aujourd’hui, elle se retrouvait à la case départ, ou presque. La jolie rousse avait fréquenté des mannequins célèbres, des gens vivant comme des rois et elle y avait pris goût. Alors, même si elle avait les moyens de se payer un appartement à Miami, un endroit qui serait très certainement minuscule, même si elle avait un petit montant en banque, elle avait toujours cette même manie; elle ne dépensait pas, voulait toujours plus. Lorsqu’elle était enfant et qu’elle volait les touristes en marchant dans les rues de Parà, elle ne parvenait pas à dépenser ses gains, elle préférait voler sa nourriture. C’était plus fort qu’elle, la jeune femme avait tellement peur de tout perdre de nouveau qu’elle faisait tout pour accumuler, pour dépenser le moins possible et ce, même si ses activités étaient très souvent illégales. La belle achetait rarement ses vêtements, elle les dérobait dans les magasins ou chez les jeunes femmes chez qui elle passait la nuit. Sa voiture était volée, elle avait triché, elle s’était prostituée. La brésilienne avait cessé la prostitution, principalement parce que le fait de se donner à n’importe qui avait fini par la dégoûter du sexe. Et cela la rendait folle de ne plus jamais avoir envie des hommes qu’elle rencontrait dans les clubs, comme si cette impression de travail ne disparaissait jamais. Elle baisait par devoir et non par plaisir et elle ne le supportait plus. Elle avait besoin de contacts désirés, elle voulait pouvoir s’abandonner entièrement, elle voulait choisir ses mecs. Il lui avait donc fallu trouver autre chose. Son petit business avec Faith n’avait pas encore repris et son boulot de serveuse n’était pas suffisant. Ils ne pouvaient lui donner que deux quart de travail par semaine et même avec le pourboire, ce n’était pas assez. Et puis, personne ne la rappelait pour faire des photos. Dalia avait donc commencé à faire des combats un soir ou deux par semaine. Ce n’était pas complètement illégal, il ne fallait seulement pas se faire prendre. C’était un cercle très privé qui observait, qui pariait. Jusqu’à maintenant, la belle avait gagné tous ses affrontements, ce qui lui donnait plus ou moins six mille dollars par victoire. Il fallait pourtant que le vent tourne, car en ce moment, elle était en train de se faire donner une raclée.

    Un troisième coup sur les côtes la fit se plier en deux. Elle recula d’un pas, un râlement imperceptible pour la foule assemblée s’échappa de ses lèvres. Sa respiration était difficile. La jeune femme protégeait toujours son visage, inquiète de ce qui se produirait si elle négligeait cette zone. Elle ne pouvait pas se permettre un nez cassée, elle était beaucoup trop fière. Et puis, si jamais on lui téléphonait pour un contrat de mannequinat, comment pourrait-elle l’expliquer? Ses nombreuses ecchymoses étaient déjà difficiles à cacher. Elle tenta d’administrer un coup à son adversaire, mais cela n’eut pas grand effet. La douleur à ses côtes était si intense qu’elle lui enlevait toute sa force. La jolie rousse ne pouvait toutefois pas se rendre, c’était un concept qu’elle ne parvenait pas à comprendre. Elle allait se battre jusqu’à la perte de ses sens, jusqu’à la mort. Dalia tentait de trouver une solution, tous les coups étaient permis après tout, alors si son bras droit n’était plus disponible, il lui restait ses jambes. Habituellement, les combats étaient semblables à de la boxe, c’est-à-dire que les poings faisaient le travail. Il n’était pas rare que les passes de lutte soit mise en exécution alors pourquoi pas quelques coups de pieds? Lorsqu’elle frappa de toutes ses forces sur le genou de la blonde devant elle, les exclamations furent partagées. Plusieurs montrèrent du mécontentement, ils criaient des injures à Dalia, comme si ce qu’elle venait de faire n’était pas juste. Et certains hurlaient de joie, parce que celle pour qui ils avaient parié était toujours dans la course. Cette petite victoire fût de courte durée, car Louise s’élança et serra la brésilienne à la gorge. La foule était en délire, les gens frappaient contre la cage en hurlant. Et comme il n’y avait aucune réglementation, si ce n’est de ne pas tuer l’adversaire, personne ne les sépara. Dalia osa un coup de genou, mais avec son autre main, Louise appuya sur les côtes déjà brisées de la rousse. Elle cria, attrapa la couette de cheveux blonds de son opposante et tira de toute ses forces. Elle posa ses pouces sur les yeux de Louise, mais celle-ci se recula, lâchant la gorge de la jeune Kuerten. Cette dernière était incroyablement faible. Tellement faible qu’elle ne sentit même pas le dernier coup porté à son sternum. Elle perdit conscience bien avant, s’effondrant sur le sol. Elle ne saurait pas dire combien de temps s’étaient écoulée depuis sa défaite, mais lorsqu’elle ouvrit les yeux, tout le monde était parti. Il ne restait que le concierge qui avait comme instructions d’attendre le départ de tous avant de laver la zone de combat et d’éteindre derrière lui. Avec peine, Dalia s’assied et regarda autour d’elle. Sa respiration se faisait extrêmement difficile, elle avait un mal de crâne incroyable et était tâchée de rouge. Elle passa sa langue sur ses lèvres sèches et goûta la saveur métallique de son sang. Elle poussa un soupir et remarqua une enveloppe. Un message dépassait : « 10 000$ pour ton échec. Bien joué, tout le monde n’y a vu que du feu. P. » Dalia se leva, un sourire de triomphe sur le visage, sourire qui contrastait de manière dérangeante avec son allure générale. Elle passa prendre son sac à main dans son casier et sortit de la bâtisse de pierre. Elle marchait d’un pas lent, ne parvenant même pas à lever ses pieds en les mettant l’un devant l’autre. Sa voiture était garée quelques rues plus loin, dans la prévision d’une descente. Elle n’y parvint pas, cependant. Son corps l’abandonna et la fît tomber contre l’asphalte, éraflant ses coudes nus. Des larmes jaillirent de ses yeux, elle était tellement épuisée. Son plan avait été de perdre au départ, mais elle était difficilement parvenue à accepter l’idée, Dalia s’était donc battu au maximum et maintenant, elle n’en pouvait plus.

    Lorsque des pas se firent entendre, Dalia ne bougea pas. Elle garda sa tête baissée, ses bras appuyés sur ses genoux. Elle espérait que son état serait camouflé par la noirceur de la nuit, qu’on la laisserait tranquille…
Revenir en haut Aller en bas
 

hurt and alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Bayside Street & Ruelles-