AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm your biggest fan I'll follow you until you love me (r.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm your biggest fan I'll follow you until you love me (r.) Dim 20 Nov 2011 - 20:17


Sierra ne parlait d'elle que très rarement, de façon superficielle ou bien relatant de son quotidien, ce qui n'était pas très intéressant et encore moins varié. Les sujets famille, amis et vie sentimentale étaient quasi bannis de ses conversations. Tandis que les points faibles des autres ainsi que le cabaret étaient en première place. Difficile donc d'obtenir quoi que ce soit venant d'elle. Marlon pouvait déjà être heureux de connaître une partie infime de sa vie. Mais il n'y avait aucun doute possible, Sierra était une jeune femme complexe. Cinq mariages, cinq divorces, quelque chose clochait forcément. De là à s'en soucier ou à l'exprimer. Elle pensait simplement être assez bien placé pour dire à son ami que le sien était clos depuis longtemps. Et tant bien même que l'autre (comprenez Megan) lui pardonne, rien ne serait jamais comme avant, du moins à son avis. Ceci dit, si ces deux-là réussissaient tout de même à remettre à flot leur couple (ne parlons pas de malheur), Sierra se sentirait bien obligé de s'éloigner de lui, sachant que sa femme croyait qu'elle voulait le séduire. Ce qui était vrai. Il y aurait donc un perdant sur chaque tableau, à choisir lequel. « Je n'ai aucune envie de discuter à l'heure actuelle donc non. » ferme, elle ne changerait pas d'avis. L'idée même de se plaindre ne lui effleurait même pas l'esprit. Elle avait des moments de flottement de temps à autres ou elle partait dans tous les sens mais ça s'arrêtait là. Il n'obtiendrait rien de plus d'elle. Pas dans ces conditions. « Je n'ai pas envie d'aller au restaurant non plus. » reprit-elle en affichant une grimace. Elle voulait qu'on lui fiche la paix et non pas se retrouver dans un endroit bondé de monde à discuter météo avec son ami. D'ailleurs, la jeune danseuse ne savait absolument pas quoi lui dire. « Laisse tomber je vais faire des courses et rentrer chez moi. » précisa-t-elle ensuite, ne lui proposant même pas de venir avec elle. Le pauvre, ce n'était que pure tentation que de la suivre chez elle Qui savait ce qu'il pouvait arriver. Et même, elle n'en avait aucune envie. Pour qu'il passe sa soirée à la bassiner en lui demandant ce qui allait ou n'allait pas, qu'il continue de parler de sa précieuse princesse. Très peu pour elle, autant avaler toute cette nourriture seule et en paix. « Et non, tu n'as pas envie de me suivre, je pourrais abuser de toi en te droguant. » sarcastique, elle afficha un immense sourire, se moquant mais cherchant aussi à le dissuader, car le connaissait il ne s'en tiendrait pas à ça et pointerait automatiquement. Ce qui aurait le don de l’agacer et donc de pourrir la soirée. Décidément, il n'y avait que des hauts et des bas entre eux, pas de stabilité. Ça lui permettrait également de retrouver sa tendre moitié - l'infâme moitié - que Sierra s'évertuait à détester depuis longtemps. L'adage on est mieux seul que mal accompagné, sonnait vraiment bien dans leur vie. Tandis qu'il serrait lui aussi son étreinte, elle répondit aussitôt : « On s'engueulera toujours. Ce serait comme demander à Elie d'être gracieux quand il danse, c'est utopique. » lança-t-elle. Heureusement que ce cher Eliezer n'était pas dans les parages. Se détachant de lui, elle se décala légèrement afin de s'éloigner. Une attitude qui ne lui correspondait pas. Cependant il lui avait clairement fait comprendre qu'ils n'étaient pas sur la même longueur d'onde. Elle s'évertuerait donc à mettre une barrière entre eux, jusqu'à la prochaine ouverture qu'elle verrait. « Rentre chez toi. » lança-t-elle, presque comme un ordre. L'espace de deux minutes, elle resta ainsi, stoïque puis se ravisa subitement : « Non, viens avec moi. » et puis, ça ne lui convenait toujours pas. « Non, en fait, je ne veux pas rentrer chez moi. » décidément, elle ne savait pas ce qu'elle voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm your biggest fan I'll follow you until you love me (r.) Jeu 24 Nov 2011 - 20:46

Elle n’avait pas envie de discuter. Marlon ne prenait pas ça personnellement, mais parfois il se disait qu’à mettre des barrières entre les gens et elle, ce n’était pas étonnant que ses mariages ou ses relations sociales ne fonctionnent pas plus que ça. Il n’y avait rien de mal à se découvrir et laisser les autres apprendre à vous connaitre. Sans ça, il manquait toujours un degré dans la confiance mutuelle, et rien ne fonctionnait. Du moins Marlon voyait ça ainsi. Alors certes, il s’exposait aux blessures sociales et aux sales coups de la part de personnes mal intentionnées, mais ça lui permettait également de rencontrer des personnes qui en valaient la peine. Il était d’ailleurs persuadé que Sierra en valait la peine, il n’y avait pas de doute là-dessus pour lui. Il la connaissait depuis deux ans, il ne connaissait pas tous ses faits et gestes, mais il avait l’impression de la comprendre parfois, d’arriver à lire en elle. Ce n’était évidemment pas toujours le cas, sinon il ne lui demanderait pas ce qu’il lui arrivait en ce moment. Elle ne voulait pas parler, donc il se doutait bien que la jeune femme ne s’éterniserait pas ici non plus. Le refus de céder à la tentation, qui n’était pas le premier, était peut-être de trop. Elle boudait comme une petite fille à qui on n’achète pas le jouet qu’elle désire. Marlon comprenait qu’elle ne désire pas parler, et il n’insista plus haussant les épaules. Ca finirait bien par sortir. « Comme tu veux. » Lâcha-t-il sans véritable intérêt. En revanche, elle lui faisait savoir qu’elle ne voulait pas non plus aller au restaurant, et donc il se retrouvait dans un flou un peu spécial. Elle était paradoxale. Il y a quelques instants, elle lui demandait un tas de choses qu’il était prêt à lui offrir, mais on ne trouvait pas ça ailleurs que dans un restaurant, malgré tout ce qu’il lui proposait, elle était encore pleine de refus. Une vengeance ? Possible. Avec Megan il avait bien l’habitude de toute manière. « Je peux pas convenir à tes attentes alors, je vois pas comment je pourrais me procurer ça pour manger ici. » Ainsi il lui convenait de faire des courses et de repartir chez elle. Ce n’était vraiment pas la soirée qu’il s’était imaginé. Quelque chose n’allait pas, et qu’elle le veuille ou non, il finirait par savoir ce qui se passait, bien qu’il se doutait que ce soit de sa faute. Il ne savait plus quoi lui dire, il la regardait péniblement, impuissant, conscient qu’il n’aurait peut-être pas dû l’appeler, qu’elle avait ses propres soucis… L’ironie dans tout ça, c’était qu’il n’avait pas abordé le sujet en premier, mais c’était bien elle. Il la regarda un moment encore, et il lui dit : « Pourquoi on en est là ? » Finalement il cherchait à comprendre ce qu’il se passait. Elle lui trouverait encore une réponse toute faite, c’était évident pour lui. S’il n’avait pas envie de la suivre ? Pour une fois elle avait raison. Il ne voulait pas aller chez elle, car il savait très bien comment ça allait finir, elle allait boire beaucoup, et il allait la voir dans un piteux état, et il ne voulait pas que ça arrive, il voulait maintenir le bateau à flots tant qu’il était encore temps. « Tu as raison, je ne compte pas te suivre, parce que tu n’iras pas chez toi. Si je t’ai fait venir, ce n’est pas pour que tu partes aussi vite. » Il restait évasif, il était hors de question de céder aux caprices de la jeune star du cabaret. Elle cherchait à se moquer de lui, mais pour une fois, Marlon restait de marbre, tel une armoire à glace qu’on voudrait qu’il soit en bon rugbyman. Et encore…Il ne faisait pas partie des plus carrés. En revanche, il ne voyait pas Sierra abuser de lui. Elle l’aurait déjà fait depuis belle lurette si elle en avait eu envie. Rien qu’à cette idée, il souriait. Elle n’était pas aussi tyrannique qu’elle voulait le laisser paraitre. Elle était loin d’être un cœur de pierre. « J’ai jamais compris pourquoi tu te donnais ce genre là. Moi je sais comment tu es. » Encore une fois, de simples mots qui n’avaient pas un but bien précis, mais qui poussaient Sierra à se dévoiler un peu plus. Pourtant, leur moment de tendresse durait, et montrait bien qu’ils ne se tenaient rigueur de rien. Marlon avait besoin d’elle, et la réciproque était également vraie. Il rit à la petite blague de Sierra. Pauvre Elie, il en prenait toujours pour son grade, mais c’était un chouette type, toujours présent pour Marlon. « Laisse le pauvre Elie où il est, je voudrais pas qu’il ait les oreilles qui sifflent ! » Après s’être détachée de lui et de son étreinte, Sierra lui fit comprendre qu’il était temps de rentrer chez lui. Peut-être. Mais peut-être pas. Il n’avait pas fini ses dossiers, il était au travail, et personne ne l’attendait chez lui, même si sa famille était bien présente. Sierra se contredit une nouvelle fois pour en venir à cette conclusion : elle était mieux ici. Souriant légèrement Marlon lui demanda : « Je commande quelque chose ? » Non il ne pensait pas qu’à son ventre, mais ça permettrait de passer à autre chose au lieu de se disputer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm your biggest fan I'll follow you until you love me (r.) Sam 26 Nov 2011 - 0:00

Enfin, il capitulait, pour peu de temps certes, mais l'espace de cette rencontre, elle n'aurait pas à expliquer ses états d'âme. Sierra n'en voyait guère l'intérêt. Parler n'était pas un remède pour elle, au contraire. Il était si simple de se plaindre de points futiles au prés des autres. La danseuse menait son propre combat d'une manière totalement différente. Peut être pas la meilleure, certes, et peut être Marlon lui trouverait-il des arguments. Elle ne dirait mots, n'en ressentant pas le besoin, son esprit n'était pas soulagé ensuite, elle ne se sentait pas bien mieux, autant éviter donc de parler pour ne rien dire. Tout le contraire de son ami qui, lui, devait s'exprimer et se changer les idées pour se sentir mieux. Les opposés s'attirent, c'était là tout le paradoxe de leur relation. « Eh bien ne te procures rien. » La brune ne lui avait rien demandé. Elle voulait. Assez grande pour se chercher toutes ces cochonneries toute seule. Insolente, elle n'avait besoin de personne pour satisfaire ses envies gustatives. « Pourquoi on en est là ? » Faussement intéressée, elle haussa les épaules, ne sachant vraisemblablement pas quoi rétorquer. Une remarque acerbe, confectionnée par ses soins, aurait été utile. Ceci dit la jeune danseuse n'en avait aucune en stock. Se laissant aller à quelques réflexions sur le sujet, Sierra mit de nombreuses secondes avant d'enfin émerger pour ouvrir la bouche. « Je ne sais pas. » avoua-t-elle, ne cherchant même pas à comprendre. Si Marlon souhaitait des réponses, il devrait y songer seul. Lasse, Sierra n'était pas d'humeur. Lui, cependant, semblait vouloir s'enquiquiner à aider sa jeune amie. Une aide dont la vedette n'avait pas besoin : elle allait bien. Et que pouvait-il réellement faire ? Une nuit de plaisir en sa compagnie serait une offrande intéressante, mais jamais il n'y consentirait. Si un instant il pouvait gaiement oublier son mariage pour s'adonner à d'autre activité, la jeune femme lui en serait réellement reconnaissante. Une utopie que de croire qu'il y parviendrait. « Tu sais comment je suis ? » reprit-elle, étonnée, moqueuse presque. « Il faut croire qu'être sympathique et avoir de la raison n'est pas un genre qui ait plus de succès. » Amer référence à sa vie personnelle. Si Sierra se donnait un genre et n'était pas heureuse, Marlon restait lui-même mais son précieux bonheur lui faisait un agréable coucou de la main avant de prendre le large. Leur situation, comportement, aussi différents soient-ils revenait exactement au même. De quoi surprendre. Chacun d'eux s'entêtaient dans une direction tandis que l'autre voulait le voir sortir de là. On ne pouvait pas nier que, dès lors, un lien spécial les liait. « Il faut bien le titiller un peu ce cher Elie. » prétexta-t-elle. Après tout, l'embêter était l'une des passions principales de la demoiselle, bien décidée à faire de lui l'hétéro qu'il devait être (non, elle n'était pas homophobe, mais regardez un peu Elie, ne pas pouvoir en profiter, en tant que femme, était du pur gâchis). « Si tu as faim vas-y, moi je ne veux rien finalement. » Lunatique, Sierra était bien trop changeante ces temps-ci, au point de devenir un réel point d'interrogation pour ses proches. Et elle n'en avait que faire de son attitude déplaisante. Ne voyant plus l'utilité de rester ici, vu les conditions, la complexité de la situation et le peu de foi qu'elle mettait à faire des efforts, il était surement temps pour elle de mettre les voiles. Ainsi il pourrait déguster sa commande tranquillement, sans une enquiquinante amie dans les pattes. « Je vais te laisser. » avoua-t-elle enfin, consciente qu'il allait mal le prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm your biggest fan I'll follow you until you love me (r.) Dim 27 Nov 2011 - 16:06

Il voyait clairement sur le visage de Sierra qu’elle en avait marre de devoir discuter avec lui à ce moment-même. Ce qu’elle voulait, elle lui en avait fait part une fois arrivée dans le bureau. Et pour lui, il en était hors de question. Il avait été clair, et il avait l’impression d’être un adulte face à une gamine capricieuse. C’était peut-être la première fois que Sierra et lui en arrivaient là, mais il ne voyait pas franchement d’issue à cette conversation, qu’il avait pourtant essayé de réalimenter. Elle n’en faisait qu’à sa tête, à présent elle boudait et elle refuserait tout ce qu’il avait beau proposer. Marlon en avait plus qu’assez. Il avait déjà ça à la maison, et maintenant sa meilleure amie s’y mettait aussi. Parfois il comprenait les coureurs de jupons égoïstes. Pourquoi se préoccuper des femmes si celles-ci ne vous le rendaient pas bien ? Il fallait dire qu’il avait tout compliqué aussi. Marlon se leva. Il repartit s’installer sur sa chaise, et fixa son bureau où trônaient toujours ses dossiers et la photo de son fils. Il soupira bruyamment. « Je sais pas franchement ce que j’ai fait à part agir en ami, Sierra, mais j’en ai assez de devoir me faire pardonner de tous les côtés. Quand tu es arrivée tu as dit être heureuse d’avoir fait la rencontre d’un homme au cabaret, je le suis également pour toi et je peux pas faire mieux. Tu me fais la tête parce que je peux pas t’offrir ce que tu veux. Soit. Je ferais pas marche arrière, et je trouve ça dommage que tu en viennes à me reprocher ça. Je m’excuserais pas une énième fois. Tu veux pas surmonter ce refus, tant pis pour toi. » Il était surtout convaincu que c’était tant pis pour lui, mais il ne fit aucune référence à lui-même. Après tout que pouvait-il faire de plus ? C’était elle qui avait une attitude déplorable. Elle continuait d’ailleurs de se moquer de lui, lui faisant comprendre que peu importe ce qu’elle était, ça valait toujours mieux que lui, qui ne jouait pas de rôle et qui n’était pas forcément heureux. Nouveau soupir. « Rien est acquis dans la vie. Si on fait des erreurs on en paye le prix. Mais je regretterais jamais d’avoir été moi dans toutes les situations, alors que toi, si tu laisses personne te découvrir, tu finiras un jour seule, et c’est pas ce que je te souhaite. Pourquoi jouer un rôle sans arrêt ? Ca t’apporte rien de plus ! » Il y avait surement une raison à cela, mais il ne la déterminerait pas sans révélations de sa part. Révélations qu’elle n’était pas prête à faire. Titiller Elie. Valait mieux le faire à un autre moment non ? « Y a mieux pour titiller Elie. Lui rappeler qu’il a des progrès à faire en natation, et au combien il est ridicule dès qu’il s’agit des gamins. » Il se remémorait les fois où il avait eu l’impression qu’Elie venait d’un autre monde tant il s’exprimait bizarrement en présence de Jessey. Il sourit à ce souvenir. Sierra ne voulait rien manger. Il ne mangerait pas ici ce soir de ce fait. Il haussa les épaules, las de devoir la convaincre. Elle voulait s’en aller. Qu’il en soit ainsi. Le jeune homme rassembla ses dossiers sur le bureau et sortit sa mallette également. « J’ai rien à faire ici si tu comptes partir. » Tout n’avait été que perte de temps. Il apparaissait désintéressé, mais ce n’était pas le cas, au contraire, il s’en voulait et se trouver dans une situation pareille ne l’enchantait guère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm your biggest fan I'll follow you until you love me (r.) Lun 28 Nov 2011 - 10:42


Un discours. Soit, elle l'écouta attentivement, affichant moue sur moue, se demandant ou il voulait en venir sans réellement s'en soucier. Ailleurs, l'insolente jeune femme fuyait son regard pour un point imaginaire. Mais, elle tiqua sur plusieurs points de sa plaidoirie, qu'elle se sentit obligé de remettre en place. « Heureuse d'avoir rencontrer un homme ? » reprit-elle, pour être certaine. « Mon dieu Marlon, m'écoutes-tu vraiment ? Le bonheur d'avoir rencontrer un homme.. tu devrais pourtant savoir mieux que quiconque que bonheur ne rime pas avec homme, surtout dans ma situation. » Une logique imparable. Des hommes, elle en croisait à chaque coin de rue, avait l'habileté de les manipuler et de les choisir selon son bon gré. Une rencontre comme celle-ci ne pouvait pas être qualifiée d'heureuse, mais bien de luxurieuse. Rien de plus. « Et si tu étais attentif, tu aurais remarqué que le ton employé avait pour objectif de te rendre jaloux. Ce qui ne fonctionne pas, à mon grand regret. Mais je pense que je réussirai à surmonter ton refus. » Une annonce qui n'avait rien d'étonnante, Sierra ne reculerait jamais afin d'obtenir ce qu'elle souhaitait. Il pouvait allègrement la détester, l'adorer, peu importe, elle resterait coincée dans cette optique de folle soirée en sa compagnie. Ce n'était pas sain en tant qu'amis de ressentir du désir mais la brune elle-même restait un point noir dans la vie des autres. Et voilà qu'il continuait son étonnant discours. Ce fut au tour de la danseuse de soupirer, exaspérée par cette morale qu'il tentait de lui faire. « Tu as été toi même quand tu as trompé ta femme alors ? » L'art de retourner une situation lui était propre. « Je te rassure, ma solitude me convient tout à fait. Je ne vais pas m'enquiquiner d'une vie à deux merdique pour te faire plaisir. Les jolies couples mariés, je sais ou ils finissent, j'en ai fais l'expérience. Tu suivras très prochainement. Même si honnêtement, je ne te le souhaite pas forcément. » Haussant les épaules, Sierra ne dit mot de plus, scrutant son ami - ou ex ami - afin d'y découvrir une seule émotion - point qu'elle s'évertuait à cacher depuis quelques instants déjà. Se relevant doucement, elle saisit vivement son sac, afin de revenir à sa première idée : celle de fuir ces lieux afin de le laisser baigner dans ses ennuies. « Je crois qu'à l'heure actuelle, le plus seul de nous deux c'est bien toi. » cracha-t-elle, à peine intéressée. « Et maintenant, qui a la plus mauvaise méthode ? » termina-t-elle, arquant légèrement un sourcil. « Prend soin de toi Elliot. » Ce fut la dernière phrase que la jeune danseuse prononça avant de prendre la porte. Non elle n'avait aucune envie de faire des efforts, de paraitre gentille et généreuse. L'idée même d'arranger la situation ne lui vint pas à l'esprit, tant ses pensées étaient obscures ces dernier temps. Peut être viendrait-elle s'excuser - une utopie - dans les prochains jours. Ceci dit, ses idées étaient ailleurs, le fait de perdre un ami ne semblait pas la gêner. Oui, Sierra était étrangement déroutante.

- topic terminé -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: I'm your biggest fan I'll follow you until you love me (r.)

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm your biggest fan I'll follow you until you love me (r.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Bayside Street & Ruelles-