AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i'm very focused on the world ~ TATUM.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: i'm very focused on the world ~ TATUM. Dim 20 Nov 2011 - 12:34


i'm very focused on the world and my career
and my porsche turbo.



parfois, elle avait le sentiment désagréable d’être traitée comme une enfant, comme quelqu’un qu’il fallait absolument tenir à l’écart des conversations importantes, des objets précieux et à qui les tâches les plus minimes étaient accordées par dépit. Comme si elle n’était pas suffisamment âgée pour faire face aux petits tracas de la vie quotidienne. Comme si, malgré sa vie d’autonomie, elle ne savait pas se gérer seule et que des petits rappels à l’ordre était les bienvenus. Verity savait qu’elle était très maladroite et qu’elle faisait beaucoup de gaffe. Elle comprenait pourquoi les gens évitaient de lui confier quoi que ce soit, de peur de la voir briser quelque chose, ou même de se rompre le cou sous leurs yeux. Mais elle essayait toujours de se racheter, sans provoquer plus de dégâts. Elle se montrait à l’écoute des demandes, évaluait les choses et si elle estimait en être capable, alors elle le faisait. Mais personne ne lui accordait suffisamment de confiance pour qu’elle puisse mettre ses plans en action comme elle l’aurait souhaité. Ce n’était pas sa faute, après tout, si on lui avait fourni deux pieds gauches et une distraction hors du commun. Elle n’avait jamais demandé à naître comme cela, pour elle aussi c’était un fardeau. Bien plus que les gens ne pouvaient l’imaginer. Et le peu de fois où elle avait tenté de s’expliquer, de faire comprendre combien cela ne l’amusait pas, on l’avait rabroué avant de se défiler, la laissant seule face à ses explications abracadabrantes et toujours plus longues que prévu. Verity n’était pas quelqu’un de méchant, pourtant, elle était persuadé qu’un nombre incalculable de gens la fuyait. Comme si elle était atteinte d’une maladie horriblement contagieuse. Mais jusqu’à preuve du contraire, la maladresse ne s’attrape pas, inutile de vous enfuir, bande de lâches ! Ce jour là encore, alors qu’elle passait la porte de la boutique où elle travaillait, elle sentait que les choses allaient lui échapper. Aujourd’hui, de nouveaux meubles et bibelots en tout genre allaient être livrés. Et comme le disait si souvent Graham : tout ce que l’on vend ici est précieux, il faut faire très attention. Aussi avait-il pris l’habitude de l’envoyer balader les jours de réception. Parfois, il prétendait lui offrir un jour de congé, d’autrefois, il l’envoyait au centre commercial pour ‘acheter des fournitures de bureau’ selon lui. Non pas qu’ils s’en servent vraiment, mais tout était bon pour la tenir à distance. Et ce jour-là n’avait pas échappé à la règle. Il l’avait regardé avec douceur, avait sortit son sourire embarrassé, et avait soupiré avec lassitude. Elle avait compris. À peine avait-il ouvert la bouche pour faire mine de vouloir lui expliquer quelque chose, elle l’arrêta d’un geste de la main. Et tout en agitant la tête de droite à gauche elle répéta solennellement : « Tout ce que nous vendons est précieux et fragile. C’est notre gagne pain, le mien comme le tien. Si tu brises, abîmes, érafles quoi que ce soit, c’est de l’argent de perdu. Et tu ne veux pas voir ton maigre salaire diminuer de moitié, n’est-ce pas Verity ? C’est bien ce que je me disais. Donc, je te propose d’aller gentiment au centre commercial. On a plus de… Qu’est-ce qu’il manque aujourd’hui, bosse ? Du PQ ? Non parce que j’ai pas trop envie de me taper la honte avec 60 rouleaux de papier pour crottes, les gens te dévisagent comme si t’avais chié dans ton pantalon, je t’assure, ça fait pas plaisir… DONC : je veux bien aller t’acheter euh… Et si j’allais seulement faire un tour au centre commercial et je te foutais la paix avec mes soliloques ? Compris chef ! » Graham n’avait rien dit, se contentant de la regarder en souriant. Il aimait beaucoup cette petite, même si elle parlait décidément trop et qu’il craignait parfois qu’elle fasse fuir les clients. Mais ce n’était qu’une enfant égarée, il l’avait compris de le début. C’était pour cette raison qu’il l’avait aidée.

Voilà comment Verity Gearhart se retrouvait à flâner dans les galeries du centre commercial. Son regard glissait sur les choses et les gens avec une indifférence plus qu’évidente. Elle entrait dans les premières boutiques venues, observant les rayons sans les voir. Elle ne cherchait rien de particulier à vrai dire, seulement à passer le temps. Et ce fut lorsqu’elle était sur le point de partir, pour ronchonner avec un peu de glace devant un film démodé qu’elle adorait pourtant, que son regard se posa sur Lui. Un léger sourire vint alors étirer ses lèvres alors qu’elle essaya d’abord de se faire discrète, sinon, il serait partit avant même qu’elle n’arrive à sa hauteur. Elle en était persuadée. Aussi, silencieusement, elle contourna les obstacles (ne manquant pas de faire chuter des tas d’objets sur son passage, écrasant quelques pieds et faisant volter ses cheveux dans quelques visages, à la volée) et se plaça derrière le jeune homme qu’elle avait reconnu. Se raclant la gorge, elle tapota son épaule du bout de l’index, avec peut-être un peu trop de force. « Salut toi ! Ca fait longtemps que je t’avais pas revu dis-donc. » Pour Verity, c’était un plaisir de le revoir. Un plaisir gêné, mais là n’était pas la question. Pour lui, ça devait être tout autre. Mais ne se départant pas de sa joie de le revoir, elle offrit un grand sourire avant de lancer son speech habituel. « AAAAAAAH ! Il faut que je te dise, tu sais, pour la dernière fois… Je suis désolée, hein. Je ne voulais pas, je te promets. C’est arrivé tout seul ! Et puis, de toute façon, elle n’était pas tellement jolie, je trouve. Elle avait des dents de cheval et je ne suis pas sûre que galocher un poney était dans tes intentions, si ? Je t’assure, t’es pas trop mal dans ton genre, tu vaux au moins… Une Porsche de nana ! Elle c’était genre une Twingo, tu vois ? Enfin, je suis pas sûre que tu vois parce que même moi je vois pas mais… » Elle s’interrompit, posa un doigt sur son menton et commença à réfléchir sur ladite Twingo.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: i'm very focused on the world ~ TATUM. Dim 11 Déc 2011 - 11:44

Tatum n’était entré là que parce qu’il avait repéré un lot d’anges décoratifs dans la vitrine. Dorés ou argentés, ils étaient suspendus à un petit cadre qui les faisait paisiblement tourner, comme s’ils dansaient autour d’un feu invisible, diffusant leur bonne humeur tout autour d’eux. Il ne fallait pas se méprendre : Tatum n’aimait pas les anges. Pas particulièrement, en tout cas. Il n’avait jamais trouvé cela mignon. La plupart de ces petites figurines ressemblaient à des gosses joufflus en tenue d’Adam. Rien de bien emballant pour un caractère comme celui de Tatum. Mais voilà, sa cadette en raffolait et comme il n’avait jamais été très doué pour offrir des cadeaux aux autres, il n’avait pas eu d’idée plus lumineuse. Il était plus calé en ce qui concernait les farces de mauvais goûts, les remarques désobligeantes et les railleries déplacées. Offrir n’était pas sa tasse de thé, tout comme recevoir, d’ailleurs, mais comme il ne recevait jamais rien, le problème ne se posait pas. Qui aurait eu envie d’offrir quoi que ce soit à un homme qui prenait un malin plaisir à propager le malheur et le mensonge autour de lui ? Il aurait fallu être fou pour vouloir s’approcher de lui. Généralement, c’était lui qui imposait sa présence aux autres et non l’inverse. Enfin, comme pour toute généralité, il y avait une exception. Exception qui n’allait pas tarder à pointer le bout de son nez et confirmer sa présence. Pour l’heure, Tatum était simplement entré dans la boutique et s’était mis en quête des anges destinés à son petit démon de sœur cadette. Il ne savait pas encore comment il prenait la présence d’Hero à Miami. Il n’avait plus vraiment pensé à elle depuis qu’il avait quitté le Texas. Pas très difficile quand on était un égoïste de pareil acabit. Mais quand il avait revu sa sœur, il avait eu un choc. Il en avait presque oublié qu’elle aussi avait grandi. Dans sa mémoire, elle était restée la gamine d’antan et il ne s’attendait certainement pas à la retrouver métamorphosée en jeune femme. Une chose, au moins, n’avait pas changée : elle aimait toujours les anges. Il passa dans un rayon et subtilisa un objet qu’il manipula avec adresse, se débarrassant de l’antivol avant de le glisser dans l’une des poches de sa veste. Il tourna au bout de l’allée et tomba nez-à-nez avec l’étalage d’anges. En plastique, en pierre, en verre, en terre cuite. Ils étaient tous là, rangés par couleur et par style, en plus d’être regroupés par taille. Il contempla les étages de l’armoire et soupira. Et maintenant ? Qu’était-il supposé faire ? Comment choisir quelque chose qu’on ne trouvait pas attrayant ? A ses yeux, les figurines étaient toutes aussi moches les unes que les autres. Des bébés, des enfants tous nus avec des ailes. Une grimace lui retroussa le nez et il les passa en revue, les mains dans les poches. Il était tellement concentré sur son choix cornélien qu’il n’entendit pas l’approche de la demoiselle. Il observait les prix, pesait le pour et le contre, cherchait le moins cher, sans devoir aller jusqu’à acheter le plus petit – c’aurait été un peu chiche de sa part, depuis le temps qu’il n’avait pas vu Hero. Un raclement de gorge dans son dos et il crut d’abord qu’une caméra avait surpris sa manœuvre et qu’un gérant venait l’accoster pour réclamer le bien volé mais quand il se retourna, après qu’on lui eut tapoté sur l’épaule – il avait fait mine de ne pas remarquer qu’on s’adressait à lui, pour avoir l’air dépourvu de toute culpabilité -, sa mine changea du tout au tout. Haute comme trois pommes, les cheveux en broussailles, le visage mutin, voilà comment s’était matérialisé son pire cauchemar. « Salut, toi ! Ça fait longtemps que je t’avais pas revu, dis donc. » Et il aurait été ravi que ce longtemps signifie jamais. Un grognement conclut la mauvaise surprise de Tatum qui fit mine de se reporter sur les anges qui présentaient plus d’intérêt que la jeune fille. Mais pas de bol – et il aurait dû s’en douter – ce n’était pas ça qui allait la faire déguerpir. « AAAAAAH ! Il faut que je te dise, tu sais, pour la dernière fois… » Et voilà, il fallait qu’elle revienne sur leur première rencontre, événement qu’il avait envoyé à la corbeille, préférant oublier cette soirée désastreuse où elle avait ruiné en quelques remarques seulement la promesse d’une nuit agitée entre les cuisses d’une jeune femme exquise. « Je suis désolée, hein. Je ne voulais pas, je te promets. C’est arrivé tout seul ! Et puis, de toute façon, elle n’était pas tellement jolie, je trouve. Elle avait des dents de cheval et (…) » Tatum inspira lentement et profondément, espérant ainsi faire disparaitre l’envie folle qu’il avait de la secouer – fuir n’étant pas une option, il était là le premier et il devait acheter ce fichu petit ange ! « Je t’assure, t’es pas trop mal dans ton genre, tu vaux au moins… » Un regard dédaigneux, une moue méprisante, c’est tout ce qu’il lui offrit alors qu’elle se lançait dans son monologue, ne faisant qu’aggraver son cas auprès de l’ouvrier. « Ah ! Je comprends mieux, toute ta mascarade, c’était parce que t’étais jalouse ? » grinça-t-il le sourire mauvais. « Mais il fallait le dire tout de suite, je t’aurais fait sauter la petite culotte en un rien de temps. C’est ce qu’il faut pour que je me débarrasse de toi ? » Que son langage puisse alerter les clients qui les entouraient n’intéressait pas Tatum. La gamine avait eu le malheur de faire foirer un coup magistral. La fille qu’il draguait depuis deux heures et qui finissait enfin à s’ouvrir et à laisser entrevoir un dénouement avantageux pour Tatum s’était rapidement volatilisée dès lors que la maladroite était entrée dans le tableau. La frustration de Tatum avait été à son comble et comme si cela ne suffisait pas, la demoiselle s’était évertuée à s’excuser. Tatum n’étant pas du genre à pardonner, c’était peine perdue que d’espérer de lui qu’il accepterait ses excuses. « Mais t’as quoi ? Douze ans ? J’fais pas dans les bébés, désolé. Va voir ailleurs si j’y suis pas. » Et comme pour accélérer le processus, il l’attrapa par les épaules, la fit tourner sur elle-même, et l’envoya dans un rayon voisin pour ne plus avoir à la supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: i'm very focused on the world ~ TATUM. Mer 14 Déc 2011 - 14:56

Elle n’est ni dupe, ni stupide. Elle voit clairement dans son regard qu’elle le dérange. Elle voit dans ses prunelles la lueur d’agacement qu’elle fait naître en lui. A chaque fois. Il n’y a pas une seule fois où elle se loupe. Le problème, c’est qu’elle ne le fait pas exprès. Verity aime bien cet étranger. Elle ne sait pas pourquoi, mais il y a quelque chose chez lui qui l’intrigue. Elle a l’impression qu’il cache plein de choses et elle rêve de découvrir de quoi il s’agit. Parce qu’elle est curieuse et que c’est de cette façon qu’on se noue avec les gens. Au plus profond d’elle-même, elle espère qu’ils pourront s’entendre un jour. Elle espère qu’il lui pardonne ses faux pas. Elle espère devenir sourde fasse à ses soupirs irrité et aveugle devant ses regards dédaigneux. Bien sûr, comme à chaque fois, elle sait que tout cela n’est qu’une jolie facétie de son esprit. Ce type aux allures de dur ne lui pardonnera pas ses maladresses et encore moins son envahissante présence. Elle ne partir pas pour autant, bien au contraire, elle s’accroche. Un large sourire inonde son visage alors qu’elle accueille avec distraction les quelques paroles qu’il daigne lui adresser. « Ah ! Je comprends mieux, toute ta mascarade, c’était parce que t’étais jalouse ? » Verity ignore le sourire étrange qu’il lui offre et hausse des épaules en retroussant le nez. La jalousie ? Certainement pas. Bien sûr, elle a toujours été un brin possessive mais avec le plus parfait des inconnus. Ce qu’elle a dit, elle le pense. Il est mignon, vraiment mignon, mais ça s’arrête là. Et puis combien même elle aurait été intéressé par lui, son comportement froid et mauvais ne lui inspirait guère plus que l’envie de se faire pardonner. Par inattention, elle laisse courir ses doigts sur les étagères d’angelots et se demande pourquoi il s’est arrêté là. Plutôt démon qu’ange, elle se demande s’il est là pour un cadeau. Sans doute, se dit-elle alors qu’elle s’imprègne des différentes matières qui l’entourent. « Mais il fallait le dire tout de suite, je t’aurais fait sauter la petite culotte en un rien de temps. C’est ce qu’il faut pour que je me débarrasse de toi ? » Le coin de ses lèvres se soulèvent alors qu’elle roule des yeux. Elle n’a jamais été très fan de la vulgarité et parler de sa petite culotte de cette façon ne l’atteint que très peu. Elle trouve ça limite rabaissant pour la personne qui s’y emploie. Par amusement, elle hausse les épaules et déclare avec malice : « Pt ‘être bien. » Le ton de sa voix suinte l’ironie, alors que sa main s’accroche à un petit chérubin de verre. Elle s’en empare le tourne entre ses doigts alors que l’adorable inconnu continu de se moquer d’elle. « Mais t’as quoi ? Douze ans ? J’fais pas dans les bébés, désolé. Va voir ailleurs si j’y suis pas. » Par inadvertance, ou par maladresse, Verity manque de lâcher le précieux bout de verre et se dernier glisse de ses mains. Ses lèvres se tordent dans une grimace alors qu’elle se presse pour rattraper l’objet. C’est à quelques mètres du sol qu’elle parvint à le sauver. Fière de son coup, elle se dresse, pose l’objet et alors qu’elle ouvre la bouche pour répondre à la question, elle sent ses mains s’abattre sur ses épaules. Par obligation, elle se voit envoyé dans le rayon voisin. Grincheuse, elle reste un moment à observer les nains de jardin. S’imaginant qu’ils la guettent dans l’attente de lui sauter dessus. L’angoisse monte peu à peu en elle et elle se décide de retourner à la charge. D’un pas précipité, elle retourne dans le rayon des babioles à figurine d’ange, bousculant une vieille dame au passage. Et se replaçant devant l’inconnu, elle déclara d’une traite sans reprendre sa respiration : « Je n’ai pas douze ans, j’ai vingt-et-un ans. Mais merci pour le compliment. On m’a rarement de choses aussi… j’hésite entre bizarres, gentilles et absurdes. Mais je vais le prendre pour un compliment, donc merci. Par contre, il faut vraiment que t’arrête de me repousser comme ça, mon Canard. J’aime pas beaucoup que tu me prennes de haut comme ça, d’accord ? Je veux pas que tu baisses ma culotte – parce que j’ai des doutes sur tes qualités à ce niveau, soit dit en passant – je veux que tu acceptes mes excuses ou que tu me dises comment obtenir un pardon. C’est pas compliqué, quand même ? Dis-moi, mon petit Canard, tu crois au bon Dieu ? Non parce que tu sais, les anges, c’est aussi que des foutaises… Enfin, j’ai rien dit ! Je veux pas briser tes rêves. Parce que quand on m’a dit que le père Noël n’existait pas et bien, j’étais genre trop méga effondrée. Je me demande si j’ai pas pleurer tiens… » Verity trouve finalement l’occasion de s’arrêter pour reprendre son souffle et réfléchir quelques instants à ce souvenir délicat. Le père Noël avait été un peu comme un dernier espoir pour s’en sortir. Pour une raison ridicule, elle avait espéré qu’il lui apporterait des parents. Faux, archifaux. D’un mouvement absurde et inutile de la main, elle chasse ses pensées et pose ses deux mains de maladroite insupportable sur les épaules du blondinet. Elle pose son regard qu’elle veut intense dans les prunelles du l’horrible personnage agacé et déclare solennellement : « Okay, je te l’achète ton ange ! Tu peux choisir celui que tu veux. Enfin, déconne pas sur le prix hein, je compte pas me prostituer pour rembourser mes crédits ! » Satisfaite de sa petite déclaration, elle s’écarte et dans le mouvement de détachement qu’elle effectue, elle accroche un gros (et très lourd) ange en pierre qui – cette fois, pas de miracle – s’écrase sur le sol. Cela provoque un bruit d’enfer et des tas de visages se tournent vers eux. Verity se mord la lèvre inférieure et souffle un léger : « Oh oh… » Avant de cacher ses yeux sous ses mains, morte de honte, les joues empourprées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: i'm very focused on the world ~ TATUM. Mer 28 Déc 2011 - 21:00

Tatum avait l’habitude d’empoisonner la vie de ceux qui l’entouraient, l’inverse, il ne le vivait pas, tout simplement parce qu’il pouvait être abjecte quand il le voulait. Or, il était malheureusement tombé sur la seule personne à confirmer la règle. Collante au possible, irritante comme pas deux, la demoiselle s’était octroyé une place de choix sur la liste noire du jeune Texan. Rien qu’entendre sa voix lui hérissait le poil alors il ne valait mieux pas préciser le flot de pensées qui lui traversaient l’esprit dès qu’elle entrait dans son champ de vision. Il avait cru à une rencontre inopinée qui aurait l’avantage de ne pas se reproduire. Visiblement, il s’était trompé.
Il l’avait cependant gentiment – si l’on pouvait dire – envoyée sur les roses – ou plus précisément dans un rayon voisin – et espérait que le message serait clair. Il reporta donc son attention sur la raison de sa venue et l’intérêt tout particulier qu’il portait aux petits démons soigneusement exposés. Il roula des épaules et de la tête comme pour se défaire d’une désagréable sensation. Il n’était ni suivi ni épié, il n’y avait pas d’autre raison pour expliquer son agacement que de savoir la petite demoiselle non loin de là. Les dents serrées, les sourcils froncés, il s’évertua d’ignorer ce détail. Plus vite il aurait fait son choix, plus rapide serait sa sortie. Sa main se porta vers un angelot nacré qui semblait jouer aux billes. Il le souleva pour en apprécier le prix et le déposa presque aussitôt. Trop cher pour sa poche vide et trop encombrant pour être subtilisé. Il leva le nez vers le haut de l’étagère et se demanda ce que des gens pouvaient faire de statues de chérubins de la taille d’un chien – et grand, le chien. Ils semblaient cependant plus légers, peut-être étaient-ils en une matière moins onéreuse. Il n’eut toutefois pas l’opportunité d’en savoir davantage car la voix stridente – c’est comme ça que la percevait l’oreille de l’ouvrier, en tout cas – s’éleva une nouvelle fois. Une lueur dangereuse embrasa son regard courroucé alors qu’il le baissait sur la nénette. Douze ou vingt-et-un, elle avait toujours l’air d’une gamine. À la première mention du ‘canard’, Tate poussa un grognement en fermant les yeux. Il n’avait qu’une envie : plaquer sa paume sur la bouche de la demoiselle pour la faire taire. L’envoyer bouler était une autre option qui ne lui déplaisait pas mais elle semblait aussi récalcitrante qu’un chewing-gum collé à sa semelle et avait donc déjà compris qu’il serait inutile d’employer la force. Il ricana en l’entendant se plaindre, vouloir obtenir son pardon. Il ne chercha même pas à savoir pourquoi. Elle était bizarre, pas besoin de l’observer bien longtemps pour s’en rendre compte. Il n’y avait qu’à se rappeler la façon dont elle avait ruiné sa soirée, quelques temps plus tôt, et le talent avec lequel elle s’était depuis enfoncée. Il la toisa lorsqu’elle se tut et secoua la tête d’un air ahuri. Folle. Elle était folle. Ou complètement conne. Ou les deux, que ça ne l’étonnerait pas. Une moue méprisante lui tordit la bouche alors qu’il tâchait d’ignorer sa présence en se concentrant à nouveau sur l’étalage de bambins à demi-nus ou complètement à poil.
Et elle posa les mains sur ses épaules. L’envie de la secouer comme un prunier tiraillait irrésistiblement Tatum alors qu’il la fixait dangereusement. Elle allait bien piger, cette fois, qu’elle n’avait pas affaire à un enfant de cœur, qu’il ne feignait pas la violence de son regard, qu’il n’était pas un jeune homme brisé et en mal d’amour. Bien au contraire. « Okay, je te l’achète ton ange ! Tu peux choisir celui que tu veux. Enfin, déconne pas sur le prix, hein, je compte pas me prostituer pour rembourser mes crédits ! » Il n’avait aucune intention de lui faire payer un ange, il n’avait aucune envie qu’elle se sente connectée à lui d’aucune manière. Ni un ange, ni une boisson, ni rien du tout ! Il voulait la paix. Imperturbable, il regarda la petite gourde heurter un ange qui alla rejoindre le carrelage pour un baiser meurtrier. Des éclats furent propulsés dans un rayon de trois mètres mais Tatum ne bougea pas d’un millimètre, loin d’être ému par la maladresse de ce pot de colle de fillette. « Oh oh… » Un brouhaha dans leur dos indiqua qu’un gérant ou un employé avait été prévenu du carnage et Tatum jeta un coup d’œil par-dessus son épaule, distingua un uniforme qui se frayait un chemin parmi les quelques clients. Sans un instant de réflexion supplémentaire, Tatum s’arrangea pour qu’une série d’angelots rejoignent leur grand frère. Il avait suffit d’une petite pression sur le premier de la bande pour qu’il s’effondre contre son voisin et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’un carillon de verre avertisse l’employé de l’ampleur du carnage. « Mais quelle maladresse, mademoiselle ! » s’exclama-t-il d’une voix forte mais dépourvue du scandale qu’il aurait dû laisser percevoir. « Cela va vous coûter cher ! » Il se retourna vers l’homme qui n’était plus qu’à deux mètres d’eux. « C’est elle la responsable » déclara-t-il sans la moindre honte d’être un délateur. « Et en plus, elle l’a fait exprès ! Il faudrait interdire l’accès à des rayons si fragiles à des gens pareils ! » Loin d’être un secours quelconque, il s’écarta pour la laisser seule face à son destin. Sa main rafla au préalable un ange empêtré dans une guirlande colorée, juste assez petit pour être glissé dans sa poche. « Il ne faut pas lui en vouloir » ajouta-t-il au lieu de prendre immédiatement la poudre d’escampette. « Je pense qu’elle est légèrement attardée. » Il lança un sourire à l’employé qui s’était tourné vers lui, rouge pivoine, ne sachant pas vers qui se tourner, la demoiselle étant rouge de confusion alors que Tatum arborait une mine trop franche pour être honnête.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: i'm very focused on the world ~ TATUM.

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm very focused on the world ~ TATUM.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: CocoWalk-