AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BORN THIS WAY (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: BORN THIS WAY (pv) Lun 19 Déc 2011 - 16:49

Les courses de Noël ou une activité que Reagan n’a jamais réellement pratiquée auparavant. Ce qu’elle pouvait détester toute la période des fêtes et cela depuis toute petite. Reagan, enfant, n’avait jamais cru au Père Noël et à toutes les conneries que pouvait bien raconter les parents à leurs enfants pour les faire rêver et apprécier ce moment de l’année. Tout cela pour une seule et unique raison : alors qu’elle avait l’âge de six ans ou presque, le soi-disant père noël était venu rendre visite dans la demeure des Williams pour la soirée de Noël. Reagan et sa petite sœur Ashly se battait alors pour se voir porter par ce dernier qui finit par prendre les deux petites filles dans ses bras, une dans chaque bras. Cela n’était pas suffisant aux deux filles qui désiraient le gros bonhomme rouge que pour elle. C’est ainsi que le père Noël se vit déshabillé de sa barbe blanche et de son bonnet pour faire place à un autre homme qui n’était autre que leur grand-père. Dès lors, Reagan n’a plus réussi à apprécier la période de Noël qu’elle ne voit alors comme une période de mensonge et de désillusions. Elle était la petite fille détestée qui allait crier aux enfants de son école que le Père Noël n’existait pas, celle que tous les parents haïssaient au plus haut point pour détruire les rêves de leurs enfants. A présent, elle se retrouvait contrainte de faire quelques courses de Noël pour les enfants de sa classe. Là encore, sa seule envie était de leur dire d’arrêter de se faire prendre pour des idiots. Cependant, elle devait contrôler ses pulsions et rentrer dans le jeu pour ne pas se voir renvoyer de son métier, même si cela ne la dérangerait pas trop au final. Le simple fait de se trouver dans un centre commercial à cette période de l’année l’énervait. Les guirlandes multicolores, les faux-pères noëls postés dans chaque allée avec un gosse sur les genoux, les parents se donnant des coups pour avoir le dernier cadeau que tout le monde voulait offrir cette année et les paroles de tout les employés lui faisait haïr cette fête encore plus et chercher un cadeau pour ses élèves était une réelle corvée. Pire encore : un enfer. Après une demi-heure de recherche dans le centre commercial, la jeune femme finit par en sortir, de très mauvaise humeur, avec des peluches qu’elle trouvait absolument laides. Mais, comme la plupart du temps, tout ce qu’elle trouvait laid, les autres le trouvait mignon, cela ferait sûrement l’affaire. Une fois toutes les peluches mises dans le coffre de sa voiture, l’institutrice partit pour ranger le caddie à son emplacement initial. Une fois revenue vers son bolide, Reagan remarqua un jeune garçon qu’elle connaissait plus ou moins. Il était le fils d’une personne avec qui elle travaillait occasionnellement et Reagan le trouvait totalement débile. Alors qu’il sortait de sa voiture, Reagan se dirigea vers lui d’un pas décidé. « T’es pas bien de te garer à coté de moi ? T’as de la chance de ne pas avoir abimé ma voiture. C’est hallucinant comme les gens sont inconscients. Donner le permis de conduire à quelqu’un comme toi, ils ne réfléchissent pas ! » Reagan hocha la tête négativement d’un air exaspéré. Elle l’avait surpris plusieurs fois entrain de faire des choses étranges et elle était persuadée que ce garçon n’avait rien à faire dans la vie publique. C’était le genre de personne qu’elle supportait seulement enfermée dans un hôpital psychiatrique et elle pensait qu’il n’avait pas le moins du monde sa place parmi eux. « Tu viens voir le Père Noël gamin ? Désolée de te décevoir mais il est MORT ! Crevé ! Kaput ! »


Dernière édition par Reagan Williams le Mar 20 Déc 2011 - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Lun 19 Déc 2011 - 21:35

La période de Noël était plaisante. Et pourtant, celle-ci n’avait jamais eu de saveur particulière pour le jeune McKenna. A quoi bon être couvert de cadeaux qui ne vous plaisent pas ? A chaque fois qu’il demandait à sa mère quelque chose, celle-ci était réticente à le lui offrir. Elle ne le faisait certes pas par plaisir, mais il en avait marre qu’elle le surprotège. Passé un moment, il avait eu la possibilité de lui désobéir, de n’en faire qu’à sa tête, et c’était ce qu’il avait fait. Il avait séché les cours, il avait menti, et ainsi de suite. Un tas de choses que sa mère n’aurait pas apprécié si elle avait su la vérité. Et tout ça grâce à une seule personne. Famke. Ils étaient sortis ensemble, il passait les trois quarts de son temps avec elle, tout était rose, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et pourtant… Il y avait bien quelque chose qui n’avait pas marché puisque le jeune garçon se retrouvait sans nouvelles d’elle depuis quelques temps. Il avait beau chercher de partout, elle ne lui avait rien mentionné. Il était passé chez elle, à l’université, au café où elle avait l’habitude d’aller, partout. Et elle n’y était pas. Il avait pris sur lui, il n’en avait pas parlé, mais soudainement, son petit monde dans lequel il était enfin heureux s’ébréchait et menaçait de s’effondrer. Où diable se trouvait-elle ? Lui était-il arrivé quelque chose ? Il n’avait aucune indication, et il prévoyait le pire. Elle n’avait pas de famille ici, et il était donc impossible de lancer des recherches. Peut-être l’avait-elle tout simplement quitté, parce qu’elle avait été effrayée comme les trois quarts des gens qui l’avaient un jour côtoyé ? Toutes les possibilités le rendaient triste, alors mieux valait ne pas y penser. Noël aurait pu être féérique avec elle, toute la magie aurait enfin existé pour l’adolescent, à ses côtés il se sentait bien. Noël n’avait maintenant plus aucun intérêt et il passerait la fin de l’année morose, comme chaque année, peut-être même pire que les précédentes années. Il venait de reconstruire la pyramide de Geomag qui trônait fièrement dans sa chambre. Chaque pièce était importante, et il les avait placé avec une main experte et minutieuse. Comme à son habitude, il était enfermé là-haut, dans le grenier, à l’écart du monde. Soudainement, il fronça les sourcils, et attrapa un Geomag qu’il balança à travers la pièce avant de faire de même avec tous les morceaux de la pyramide, avant de mettre un coup dans une caisse qui se trouvait devant lui, tapant de toute ses forces sur son lit, donnant un coup dans son mur avant qu’il n’entende son beau-père crier : « NEO ! C’est pas bientôt fini ce vacarme ? » Passant la tête à travers la trappe il le rassura : « C’est rien, je déplaçai des trucs. » Mais son beau-père voulait qu’il descende, il voulait lui parler. Il descendit alors en soupirant. Une fois à la hauteur de son beau-père, celui-ci lui posa des questions sur Noël, et lui fit savoir que sa présence était exigée. Il en vint ensuite à la vraie raison. Il voulait savoir si Neo s’était occupé d’acheter le cadeau pour sa mère, avec l’argent qu’il lui avait donné. En réalité, il s’était servi de l’argent pour profiter un peu avec Famke. Il acquiesça. Quand ce dernier lui demanda ce que c’était, il ne répondit pas. Le toisant du regard il finit par lâcher : « C’est une surprise. » Son beau-père en fut ravi. Il lui expliqua qu’il se rendait chez le voisin pour l’aider à monter un meuble. Il haussa les épaules à cette nouvelle et remonta dans sa chambre en attendant de voir Chris déguerpir. Une fois que ce dernier eut quitté la maison, Neo sortit à toute vitesse et se dépêcha de monter dans la voiture en direction du Cocowalk, là-bas il trouverait forcément un cadeau pour sa mère. Il n’avait pas le droit de conduite. Bien qu’ayant le permis, sa mère le lui avait toujours interdit, de peur qu’il pique une crise au volant. A peine garé, à peine sorti, quelqu’un l’aborda en lui aboyant dessus. Ce quelqu’un, c’était une amie de sa mère, ou plutôt une collègue de travail. Reagan. Il ne manquait plus que ça. Soupirant, il pensait qu’elle aurait pu lui foutre la paix, mais non ce n’était pas son genre. « Je me gare où je veux. Elle a rien votre voiture, alors c’est pas la peine de crier. » Elle l’exaspérait. Il savait bien qu’elle le détestait, il le sentait. Sa mère en revanche, ne voulait rien entendre et pensait son fils impoli de croire une chose pareille. Il pensait qu’elle allait s’en aller après avoir fait tout son cirque, mais non elle continua à l’enquiquiner. Des que sa mère n’était pas là, la vraie nature de Reagan était révélée au grand jour. Lui voir le Père Noël ?! Apparemment elle ignorait son âge. « Ca vous regarde pas ce que je fais. Laissez-moi tranquille. » Il battait en retraite, comme à son habitude. Il ne supportait pas qu’on lui crie dessus, mais il préférait éviter de se mettre dans tous ses états. De plus il ne comptait pas lui dire ce qu’il comptait faire, ou elle allait balancer à sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mar 20 Déc 2011 - 22:18

Sans-gêne, le garçon souffla bruyamment, apparemment dérangé par l’institutrice qui n’avait eu aucun remord à lui crier dessus sans réelle raison. « Je me gare où je veux. Elle a rien votre voiture, alors c’est pas la peine de crier. » Le pire dans tout cela était probablement le fait qu’il soit insolent. Il en rajoutait une couche, ce qui n’était pas pour plaire à Reagan. S’il y avait bien une chose qu’elle ne supportait pas était que certaines personnes se croient tout permis. Certes, elle, avait tous les droits selon son propre avis mais quant au reste du monde, c’était totalement autre chose. Reagan leva les yeux au ciel, déposant sa main droite sur sa hanche comme pour montrer au jeune garçon qu’elle n’avait pas l’intention de le lâcher tant qu’elle n’aurait pas eu ce qu’elle voulait. Même si ce qu’elle voulait n’était pas clairement défini, cela consistait en gros à emmerder son monde, comme d’habitude. En effet, même s’il n’avait pas effleuré d’un millimètre la voiture de Reagan, elle ne pouvait s’empêcher de penser qu’un gosse attardé comme lui ne pouvait pas bénéficier du droit de conduire. Pire encore, il osait la défier en se garant juste à côté d'elle. Bornée, elle était persuadée que cela était une sorte de menace à son encontre et surtout, n’allez pas la contredire puisqu’elle n’envisage pas le moins du monde le fait de pouvoir avoir tord, un jour. « Non, tu te gares pas où tu veux. Il existe des places handicapées de 2 mètres de large pour les débiles comme toi. » En réalité, Reagan ignorait totalement s’il avait réellement un problème mental ou quoi. Vu qu’elle, elle le trouvait complètement trop lent, il l’était obligatoirement, c’était certain. Peut-être que sa mère avait déjà eu l’occasion de lui parler de quelque chose dans ce genre concernant son fils mais même si c’était le cas, cela était peu probable que Reagan s’en souvienne ou même qu’elle y ait fait attention. La relation entre les deux collègues était essentiellement basée sur l’hypocrisie. Du moins, probablement pas du côté de la mère McKenna mais pour Reagan, oui. Cependant, la plupart des relations de Reagan Williams était basée sur l’hypocrisie. Celui qui avait le plus grand sourire et qui arrivait à faire le plus de compliments à l’autre gagnait le combat. « Encore heureux pour toi qu’elle n’a rien ma voiture. D’ailleurs, depuis quand ta mère te laisse conduire ? » Si elle ne se souvenait pas bien de ce que pouvait lui raconter sa mère lors de leurs conversations durant la pausé café, elle se rappelait assez bien n’avoir jamais vu Neo prendre un volant auparavant. Elle savait que souvent sa mère devait quitter son travail plus tôt pour aller le chercher ici et là ou le ramener à un tel endroit et que les autres fois où elle l’avait perçu, il se déplaçait à pied voir en vélo. Pas certaine qu’il ait le permis, elle n’hésiterait pas à le balancer aux autorités s’il le fallait. Les jeunes de nos jours étaient décidément de plus en plus dangereux et il n’était pas rare qu’ils se mettent à conduire en voiture sans même avoir eu l’obtention du permis de conduire. « Ca vous regarde pas ce que je fais. Laissez-moi tranquille. » Un sourire sadique s’afficha sur les lèvres de la blonde alors qu’avec cette simple réponse, elle était persuadée que Neo avait quelque chose à cacher. Son esprit pervers lui poussait à croire qu’il allait faire quelque chose de malsain dans le coin. Comme par exemple se payer une prostituée. Ou acheter de la drogue, pourquoi pas. En tout cas, elle savait qu’il avait quelque chose à cacher de par son caractère suspect. « Tu sais, en général quand un garçon dit ça, c’est qu’il a de mauvaises intentions. Je vais venir avec toi, crois-moi. » Légérement casse-pied ? Et encore, il n’avait pas tout vu. Reagan pouvait être une réelle plaie quand elle le voulait et là, elle n’en était encore qu’à l’échauffement. Le pauvre garçon avait eu la malchance de tomber sur elle alors qu’elle était d’une humeur particulièrement massacrante, et le fait qu’elle ne l’apprécie pas du tout n’était pas là pour arranger les choses.


Dernière édition par Reagan Williams le Mar 27 Déc 2011 - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 21 Déc 2011 - 18:05

Neo n’avait jamais compris ce qu’elle avait après lui. Il ne lui avait jamais causé de tort, il était toujours resté poli avec l’institutrice, même si ça le démangeait de lui dire ses quatre vérités. Il était bien éduqué pour se garder de le lui dire. A ses yeux elle n’était qu’une hypocrite égoïste qui n’était là que pour faire chier son monde, et abuser des honnêtes gens. Elle était aussi détestable que ce qu’elle était ridiculement sexy. Si l’institutrice avait été un peu plus sympathique, elle aurait été tout à fait à son gout, mais elle préférait évidemment le persécuter. Il ne savait pas vraiment quelle mouche l’avait piquée, mais tant qu’il parvenait à rester dans la limite de l’acceptable, il ne voyait pas en elle une menace pour lui. En revanche, si elle parvenait à lui faire péter un cable, il y avait danger, car elle ferait tout pour le voir dans un hôpital psychiatrique. Pour elle, il n’était qu’un malade mental. L’institutrice n’avait pas l’air bien renseignée sur son cas, et il laissa échapper un léger rire. Il ne pouvait s’en empêcher. « Vous semblez pas vraiment renseignée pour une institutrice qui est sensée inculquer son savoir à des enfants. » Il n’était pas handicapé physique, il était autiste. Certes il n’était pas autorisé à conduire, mais il avait son permis. Son handicap n’était pas sévère, il avait juste des troubles du comportement occasionnels, bien qu’ils soient plus fréquents à certaines périodes, et il était loin d’être attardé, même si parfois ses faits et gestes prouvaient le contraire. Il n’avait pas besoin de Reagan pour que sa mère s’aperçoive de sa désobéissance : quand il rentrerait, il passerait un sale quart d’heure, mais il ne pouvait pas faire autrement, il devait trouver ce fichu cadeau de Noël. Ouvrant sa veste, il extirpa son portefeuille de la poche intérieure pour prouver à Reagan qu’il avait le permis, et que par conséquent il avait le droit de conduire, même si sa mère le lui avait défendu. Il évitait la question par ce biais. « Vous voyez. J’ai le droit de conduire. J’ai mon permis depuis l’année dernière. » Il pensa intérieurement : ‘Mais si j’avais su que c’était votre voiture, j’aurais fait exprès de l’abimer.’ Il ne dit mot. Reagan était plus enquiquinante qu’il le pensait, alors mieux valait ne pas la contrarier, ou elle deviendrait démoniaque. Peut-être n’aurait-il pas du mentir à Chris, ainsi ils seraient allés acheter un cadeau tous les deux, et il n’aurait pas été confronté à Reagan qui ne l’aurait certainement pas abordé s’il n’avait pas été seul. Il regarda l’institutrice, puis la fusilla du regard. Elle commençait vraiment à l’ennuyer avec ses hypothèses foireuses. Ca allait bien cinq minutes, mais à présent il voulait qu’elle lui lâche la grappe. Il n’aimait pas le sourire qu’elle affichait. Il se tourna légèrement pour voir s’il ne connaissait pas quelqu’un, histoire de trouver un échappatoire, mais il n’y avait que des gens inconnus au bataillon. « Je suis pas votre élève, alors laissez-moi tranquille ! J’ai pas de compte à vous rendre, je suis assez grand pour m’occuper tout seul ! » s’énerva-t-il en serrant les poings. Il ferait mieux de se calmer, s’il ne voulait pas disjoncter. Il se savait dangereux lorsqu’il était en colère. Il continua : « C’est quoi votre problème avec moi ? Je vous ai fait quoi ? » Il voulut achever sa phrase en lui disant d’aller apaiser sa frustration d’être une mal-baisée ailleurs, mais il se retint une nouvelle fois. Il soupira une nouvelle fois de façon bruyante. « Je vais acheter un cadeau de Noël à ma mère, je ne vois pas ce qui a de mal à ça ! Et puis je ne sais même pas pourquoi je me justifie. » Il haussa les épaules et ajouta : « Si vous avez du temps à perdre, vous pouvez me suivre, vous verrez à quel point vous vous êtes trompée. »Et il commença à partir en direction du Cocowalk, la laissant en plan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mar 27 Déc 2011 - 20:31

« Vous semblez pas vraiment renseignée pour une institutrice qui est sensée inculquer son savoir à des enfants. » Là, il avait réellement dépassé les bornes selon la jeune femme et l’insultait directement. Dire à Reagan qu’elle était incompétente était probablement la plus grosse erreur que le jeune garçon ait fait jusqu’à maintenant. Pour la jeune femme qui prétendait tout connaître, cette accusation était lourde et les conséquences le seraient probablement aussi. Même si Reagan réfléchissait encore aux meilleurs moyens pour se débarrasser du garçon et ne plus avoir à supporter sa vue, il était très probable que cela arrive assez rapidement. Elle n’était pas du genre à se laisser faire de telle manière et même si elle avait été la première à attaquer, ce n’est pas ce que les autres croiraient. Après tout, que valait la simple parole d’un jeune autiste de dix-sept ans face à celle d’une institutrice diplômée de vingt-neuf ans ? Probablement pas grand-chose. Reagan se tenait donc en situation de force et même si à l’habitude, elle préférait s’attaquer à bien plus fort que soi, elle se voyait à présent obligée de faire de la vie du jeune homme, un réel enfer. Cela lui apprendra à être impoli. Affichant un sourire narquois et ne voulant pas montrer qu’elle avait été touchée par les paroles du jeune garçon, il s’en rendrait bien assez compte plus tard, elle se contenta de répondre sur un air sarcastique : « Je suppose qu’un sal môme de dix-sept ans comme toi en connait bien plus, c’est vrai. » Ouvertement, elle se moquait de lui et utilisait l’ironie pour démanteler ses propos. Il ne valait rien à côté d’elle. Reagan fronça les sourcils alors qu’elle observait le jeune homme sortir son porte-monnaie. Allait-il lui proposer de l’argent pour qu’elle ne dise rien à sa mère en ce qui concernait sa présence ici ? C’est une idée qui lui traversa l’esprit alors qu’il finit par sortir son permis de conduire. « Vous voyez. J’ai le droit de conduire. J’ai mon permis depuis l’année dernière. » Reagan arqua légèrement un sourcil, étonnée. Il avait peut-être son permis de conduire mais cela ne signifiait pas obligatoirement qu’il avait le droit de conduire seul ou qu’il savait conduire correctement. Bon nombre de personnes était titulaire du permis de conduire alors qu’ils roulent comme des pieds. Mais, il fallait croire qu’il donnait vraiment ce droit à tout le monde et à n’importe qui. Elle ne trouva rien de particulier à redire, préférant mener sa petite enquête en solitaire par la suite. « Je suis pas votre élève, alors laissez-moi tranquille ! J’ai pas de compte à vous rendre, je suis assez grand pour m’occuper tout seul ! » Neo commençait à s’énerver, lançant des regards noir à Reagan et serrant les poings avec violence. Cela était à l’avantage de Reagan qui notait bien tout cela dans un coin de son esprit. Jeune homme violent. Qui perd rapidement le contrôle de lui-même. Pleins de choses intéressantes et qui pourrait peut-être servir contre lui, un jour. Neo s’enfonçait tout seul sans qu’elle n’ait besoin de rien faire, il lui mâchait presque le travail, au final. « C’est quoi votre problème avec moi ? Je vous ai fait quoi ? » De son simple et habituel sourire hypocrite : l’institutrice se contenta de répondre : « Pourquoi te sentir persécuté ? J’essaye juste de t’aider, il n’y a aucun mal à cela. » L’aider ? Elle en avait que faire de l’aider. Mais cela bien sûr, personne ne s’en rendrait jamais compte. C’était là tout son art de la manipulation et du paraître. Suite à un nouveau soupir, le jeune garçon avoua : « Je vais acheter un cadeau de Noël à ma mère, je ne vois pas ce qui a de mal à ça ! Et puis je ne sais même pas pourquoi je me justifie. » Un sourire malin s’afficha sur les lèvres de la blonde alors qu’elle avait encore une fois, fini par obtenir ce qu’elle voulait : la vérité. « Si vous avez du temps à perdre, vous pouvez me suivre, vous verrez à quel point vous vous êtes trompée. » Ne cherchant pas à l’attendre, Neo partit en direction du centre commercial et il n’en fallut pas plus à Reagan pour se décider à le suivre. Quelques foulées plus loin, elle était de nouveau à ses côtés, marchant vers le CocoWalk. Alors qu’il semblait peu satisfait qu’elle le suive, elle se contenta de préciser : « Ca tombe bien, puisque j’adore les achats de Noël. Je vais pouvoir t’aider à choisir, pour être avec elle, je pense savoir ce qui pourrait lui faire plaisir ou pas. » Haussant les épaules, elle jouait à merveille son rôle de fausse amie et mentait sur toute la ligne. Premièrement, elle détestait faire des cadeaux aux autres ou leur faire plaisir tout simplement. Ensuite, elle n’avait aucune idée de ce qui pouvait plaire à sa mère mais espérait plutôt lui faire acheter quelque chose qui ne lui plairait pas. C’est dans ces moments-là qu’elle regrettait alors de ne pas écouter plus souvent lorsque ses collègues lui racontait leurs vies.


Dernière édition par Reagan Williams le Mer 4 Jan 2012 - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 28 Déc 2011 - 18:26

Dans son malheur, Neo avait eu beaucoup de chance. Avec les années il avait appris à gérer son handicap, et agissait presque comme une personne normale. En fait c’était surtout sa mère qui le privait de la vie qu’il pouvait avoir. Elle le surprotégeait, et il n’était, par conséquent, que peu dégourdi. Et s’il arrivait malheur à sa mère ? Que ferait-il ? Ainsi, il essayait tant bien que mal de se détacher d’elle, puisque son handicap n’était pas aussi développé que dans certains cas, mais il le savait, elle le prendrait mal. Grâce à Famke, il avait pu entrapercevoir ce qu’était la vie, la vraie. Elle n’était maintenant plus à ses côtés, et il devait apprendre à composer sans elle. Il se rendait compte que quoi qu’il fasse, il se reposait toujours sur quelqu’un et il en avait plus qu’assez. Il voulait apprendre à se gérer tout seul. Il voulait que les gens apprennent à lui faire confiance sans qu’ils ne présagent le pire, comme n’importe qui. Il n’était pas n’importe qui. Sinon, Reagan ne serait pas là à l’enquiquiner et à lui aboyer dessus pour une histoire de voiture, bien que Neo la soupçonne d’avoir utilisé ceci comme prétexte. Elle l’avait dans le nez, il ne savait pas pourquoi. A ce qu’on racontait, elle n’aimait pas beaucoup de monde, mais de là à le détester lui, il ne comprenait pas. Rien ne semblait atteindre la jeune femme. Elle semblait détachée de toute situation et il l’admirait pour se comporter de la sorte, il aimerait bien en faire de même, mais peut-être pas en étant si désagréable. Il la détaillait, il essayait de voir en elle une once de bienveillance, mais il n’y parvenait pas. Cette fille, femme, avait l’âme pourrie jusqu’à la moelle. Il serait intéressant de connaitre l’histoire derrière tout ça. Pas le temps cette fois, puisqu’elle lui faisait comprendre qu’il n’était pas mieux placé. Il aurait bien fanfaronné sur un certain point, mais ça ne le mènerait à rien. Elle devait être calée en mathématiques tout autant que lui, si elle était institutrice. Mieux valait ne pas s’embarquer dans ces eaux-là, il pouvait le payer cher. Il ne savait pas quoi répondre. Il haussa les épaules. « Je n’ai pas cette prétention, mais je n’avance pas des hypothèses douteuses sur quelque chose que je ne connais pas. » Moi au moins. Dans ce cas, il parlait de son autisme. Elle avait l’air d’avoir peur de lui en fin de compte. Le rejet venait peut-être de là. Il ne souhaitait pas lui donner raison, alors il chercherait à se contrôler coute que coute. Après avoir rangé son permis de conduire, les choses s’étaient corsées. Elle arrivait à le faire sortir de ses gonds trop facilement, ça allait finir par tourner au vinaigre cette histoire. Il avait finalement décidé de comprendre ce qu’elle avait contre lui, et elle continuait de l’accabler en l’accusant d’être paranoïaque. Apparemment être autiste ne suffisait pas. Elle disait vouloir l’aider. Et il en fut bien étonné. Naïf comme tout, il s’étonna : « M’aider ? Je vois pas là… Tout ce que vous faites c’est remuer le couteau dans la plaie et me faire passer pour un malade mental ! Vous avez un souci avec ça ? » Il se passa une main sur le visage, tentant de se calmer en prenant une bonne inspiration. Mieux valait rester loin d’elle, mais c’était peine perdue, car tout juste en direction du Cocowalk, elle était déjà sur ses talons, ne mettant que très peu de temps à le rattraper, et il leva les yeux au ciel, saisissant qu’elle ne lui lâcherait pas la grappe de sitôt. A présent elle voulait se faire passer pour la sainte qui l’aide à choisir un cadeau à sa mère, et il répondit sur un ton sec : « Merci, mais je crois savoir ce qui ferait plaisir à ma mère. » Il était parti pour un coffret beauté ou le dernier livre de tel auteur, mais avec Reagan à ses côtés, il allait probablement changer d’avis, puisqu’il était incapable de se concentrer et perdait vite le contrôle. D’ailleurs, il n’était pas encore dans le centre commercial qu’il s’arrêta et lui fit face : « Bon ! Je peux savoir ce que vous voulez vraiment ? Je saisis pas votre petit jeu et ça commence vraiment à me les briser ! » Si elle ne lui répondait pas, il finirait par essayer de lui faire peur, mais il risquait gros à révéler certaines choses. Même si au final c’était sa parole contre la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 4 Jan 2012 - 15:23

« Je n’ai pas cette prétention, mais je n’avance pas des hypothèses douteuses sur quelque chose que je ne connais pas. » Reagan haussa un sourcil devant cette remarque qui avait tout pour l’étonner. Premièrement, elle ne voyait pas du tout de quoi le jeune homme voulait parler. Deuxièmement, le ton utilisé par l’adolescent lui déplaisait de plus en plus. L’institutrice pouvait prétendre qu’elle avait de nombreuses connaissances sur tout un tas de sujet, dont les maladies mentales. Cependant, elle ne s’intéressait pas assez aux autres pour chercher à comprendre quel était le problème. Pourquoi vouloir savoir ce qui tournait pas rond chez ce jeune Neo McKenna, alors qu’elle pouvait se contenter de le persécuter. Elle exécrait beaucoup de personnes et cela souvent sans raison particulière. Dans l’entourage de Reagan, il y avait trois types de personnes : ceux qu’elles apprécient réellement, ceux qui croient qu’elles les apprécient alors qu’elle se joue d’eux et ceux qu’elles n’apprécient pas et à qui elle ne se gène pas pour le montrer. Personne n’avait le choix en ce qui concernait la catégorie à laquelle il allait appartenir. Tout ce faisait selon la première rencontre que Reagan avait avec cette personne et se jouait sur son humeur et son degré de sympathie quotidien. Le fait qu’elle déteste beaucoup de personne ne lui donnait pas une bonne réputation dans le quartier où elle vivait mais elle s’en fichait peu. Elle n’était pas là pour se faire des amis. De plus, ce comportement si hautain et froid suffisait justement à attirer plusieurs personnes vers elle. Certains avaient peur d’elle et préférait devenir amis avec elle avant qu’elle ne se mette à les haïr. D’autres étaient simplement attirés par ce coté diabolique que présentait Reagan et cherchaient réellement à la connaître. Au fond, elle n’était pas si mauvaise. Suffisait juste de creuser très profond. Trop, au point que beaucoup abandonnaient rapidement. « M’aider ? Je vois pas là… Tout ce que vous faites c’est remuer le couteau dans la plaie et me faire passer pour un malade mental ! Vous avez un souci avec ça ? » N’était-ce pas ce qu’il était, un malade mental ? Là encore, elle se rappelait les fois où elle l’avait vu faire des choses étranges alors qu’il traînait dans les bureaux de l’école. Affichant un petit sourire sadique, elle n’eut pas l’envie de répondre quelque chose qui aurait pu la faire passer pour une mauvaise femme encore plus puisque oui, elle avait quelque chose contre cela.

« Merci, mais je crois savoir ce qui ferait plaisir à ma mère. » Marchant toujours aux cotés de l’adolescent, la blonde se demandait quel pouvait bien être ce présent qu’il comptait lui acheter. Elle n’avait jamais été doué pour trouver des idées de cadeaux en réalité et souvent, ceux qu’elle offrait avait une connotation moqueuse. Pour exemple, elle avait offert à l’un de ses amis à Chicago, une brosse à dent. Lorsqu’il lui avait demandé pourquoi un tel cadeau, elle s’était contentée de répondre qu’elle pensait qu’il n’en avait pas, vu qu’il ne semblait pas en utiliser une très souvent. Certes, l’haleine de cet ami laissait à désirer mais elle avait transformé ce cadeau en véritable objet de honte. Haussant les épaules comme pour montrer qu’elle voulait tout de même être présente pour l’achat, elle se contenta de demander : « Ah oui ? Quelle est l’idée ? » Alors qu’il s’approchait du centre commercial, l’adolescent fit alors volte-face, présentant un air énervé. Il semblait fou. Il changeait d’humeur toutes les trente secondes et Reagan commençait réellement à penser qu’il avait un souci. « Bon ! Je peux savoir ce que vous voulez vraiment ? Je saisis pas votre petit jeu et ça commence vraiment à me les briser ! » Affichant un air surprise même si elle ne l’était pas totalement, Reagan observa le jeune homme durant quelques secondes. Quelques longues secondes. Elle voulait s’assurer qu’il avait bien fini de parler et comme il semblait attendre une quelconque réponse de la jeune femme, elle conclut par la positive. « Je ne vois pas de quel jeu tu parles. » Reagan lâcha un soupir, secouant la tête négativement d’un air exaspéré. « Et comme je te l’ai déjà dit, je n’attends absolument rien de toi. C’est toujours bon d’avoir quelqu’un pour nous conseiller dans nos achats. » Reagan fit une petite moue, décidant alors de tourner la situation en sa faveur. « Mais tu es sûr que ça va ? J'ai l'impression que tu es un peu en sueur, c'est étrange. Bref, je vais te laisser vaquer à tes activités alors vu que ma compagnie n'est pas désirée. Je ferais bien d’appeler ta mère aussi, histoire qu’elle soit au courant de ton comportement. » Sans rien dire de plus, Reagan tourna les talons et sortit son téléphone de son sac à main, cherchant le numéro de sa mère dans son répertoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 18 Jan 2012 - 13:40

Parfois Neo s’imaginait un tas de trucs au sujet de l’institutrice. Elle était tellement désagréable avec tout le monde qu’elle était probablement mal baisée, à moins que son ex-petit-ami lui ait fait du mal et qu’elle ait décidé d’être désagréable avec les gens pour se venger. Il pensait aussi à un trouble de l’enfance, car généralement ça expliquait beaucoup de choses, mais il ne s’était pas aventuré à poser la question, que ce soit à sa mère ou à elle. Il avait peur de toucher un point sensible et qu’on lui dise que ça ne le regardait en rien. Il avait surtout crainte qu’elle le lui fasse payer. Alors il ne disait rien, il continuait de faire des suppositions dans sa tête, en silence. Il était tout de même nerveux qu’elle soit là à ses côtés, et il ne cessait de tripoter les clés de la voiture de son beau-père dans sa poche. Il ne fallait pas que ce mouvement frénétique soit trop voyant, ou elle aurait encore une opportunité de se moquer de lui. Mais malgré toute la volonté du monde, il ne parvenait pas à cesser de jouer avec les clés dans sa poches, de plus en plus vite, il se perdait, il savait où ça le mènerait. Si Reagan avait le malheur de remarquer quelque chose, sa mère finirait par comprendre qu’il ne prenait plus ses médicaments depuis bien longtemps. Il refusait de les prendre, il ne voulait pas être un zombie, il voulait pouvoir être libre de faire un tas de choses, comme tout le monde. Il espérait une fois majeur, quitter le domicile familial pour pouvoir prouver au monde qu’il était capable de se gérer tout seul, un peu comme Famke l’avait fait à l’époque où elle était ici, mais on ne lui donnerait certainement pas le droit de le faire étant reconnu comme autiste. La vie était sacrément injuste. Reagan venait de lui demander ce qu’il comptait acheter, comme si elle était potentiellement intéressée par le cadeau pour sa mère. En vérité, elle cherchait juste un nouveau moyen de le persécuter, il le savait. « Vous devriez le savoir, après tout vous êtes son amie, vous connaissez ses goûts, non ? » Hors de question de lui dire quel genre de cadeau, car elle chercherait probablement à l’en dissuader. Il était à la limite de l’insolence avec elle, mais il n’avait pas le choix, elle se mêlait beaucoup trop de ce qui ne la regardait pas. D’ailleurs, il ne le supportait plus et avant de rentrer dans le centre commercial, il avait presque pété les plombs. Reagan commença par lui répondre comme s’il était paranoïaque, cherchant à appuyer où ça faisait mal comme si de rien n’était. Puis, comme il perdait son self-control, elle lui rappela qu’elle avait un moyen de le mettre dans de beaux draps, comme le balancer à sa mère. Elle était ignoble cette femme, elle était aussi belle que détestable. Alors qu’elle sortait son téléphone de son sac, il lui attrapa le bras et soupira bruyamment. « C’est bon vous pouvez venir, si vous y tenez tant. Vous allez pas non plus foutre la surprise de ma mère en l’air. » Pourquoi voulait-elle tant venir avec lui ? Qu’est ce que ça avait d’intéressant pour elle ? Il n’avait pas retiré sa main du poignet de la jeune femme, et son regard fixe s’était posé sur le visage de la jeune femme, dans ses yeux, sans ciller. Ca pouvait d’ailleurs paraitre un peu angoissant. Il était nerveux, stressé, il ressentait le besoin de souffler, il avait même besoin de se défouler, mais il fallait encore tenir bon, le temps qu’elle reste en sa compagnie. Une fois qu’elle serait partie, il pourrait se laisser aller, mais surtout pas devant elle, ou il pouvait mettre une croix sur sa liberté.

[Désolé pour le retard et pour le post moisi du slip! :cache: ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 1 Fév 2012 - 11:54

Les raisons qui poussaient l’institutrice à être aussi désagréable et mesquine avec tout et tout le monde ? Peu de personnes s’amusaient encore à chercher à les connaître. Même si à Ocean Grove, personne ne la connaissait ou plutôt n’était censée la connaître, tous savaient que chercher à connaître le passé de la blonde n’était pas une réelle bonne idée. Dés lors que les conversations touchaient sur des événements passés, Reagan prenait la poudre d’escampette ou trouvait un bon moyen pour dévier la conversation. De plus, elle savait manipuler l’art du mensonge et n’était que très rarement découverte lorsqu’elle inventait quelque chose pour se justifier quant à son passé, à ses racines. Tout le monde avait bien compris cependant qu’elle cherchait à rester mystérieuse. Mais, si elle prétendait n’avoir rien à cacher, cela était incompatible avec le quartier où elle vivait et où indubitablement, tout le monde avait ses petits secrets. Lorsqu’on la questionnait sur ses origines, la version de Reagan quant à son enfance était différente à tous les coups. Un jour, elle prétendait être née à Cuba, l’autre à Paris et parfois même à Oslo. Elle ne voulait tout simplement pas révéler la vérité. Prendre un nouveau départ en venant à Ocean Grove n’impliquait pas qu’elle se mette à penser aux actes passés, aux actes manqués. D’un coup de gomme géante, elle avait rayé son passé de sa propre vie. Ou plutôt, elle tentait en vain de le maintenir caché. Reagan avait toujours eu ce comportement froid et hautain, ou presque. Cela était la conséquence d’un acte qu’elle n’avait toujours pas réussi à pardonner. Qu’elle ne pardonnerait probablement jamais. Il l’avait rendu mauvaise et les personnes qui croisaient son chemin depuis ce jour, en payaient les conséquences. « Vous devriez le savoir, après tout vous êtes son amie, vous connaissez ses goûts, non ? » Reagan leva les yeux aux ciels devant la réponse assez insolente du jeune autiste. Certes, elle prétendait peut-être connaître les goûts de sa mère, bien que tel n’était pas le cas, mais elle n’avait jamais prétendu savoir ce qui se tramait dans son esprit, à lui. « Je sais peut-être ce qui ferait plaisir à ta mère, mais ça ne me dit pas ce que toi, tu as prévu de lui acheter. » Et cela l’intéressait vraiment. Curieuse de connaître ce qu’un garçon dans son genre pouvait avoir comme idée de cadeaux, elle finirait par le savoir vu qu’elle avait bien l’intention de l’accompagner jusqu’à la caisse. Sinon, elle pourrait toujours se venger en racontant toutes sortes de conneries sur lui à sa chère et tendre génitrice. Après tout, la bonne femme avait toute confiance en elle. Et Reagan ignorait qu’il avait bien plus à cacher qu’il ne le laissait croire. Comme le fait qu’il ne prenait plus ses médicaments, ou que sa mère piquerait une crise si elle apprenait qu’il avait conduit seul. Mais, Neo semblait tout de même un minimum raisonnable puisqu’il ne voulait pas se mettre en danger plus encore qu’il ne l’était déjà. « C’est bon vous pouvez venir, si vous y tenez tant. Vous allez pas non plus foutre la surprise de ma mère en l’air. » Reagan fronça un sourcil, ne comprenant pas réellement le rapport dans tout cela. Mais soit. « Loin de moi cette idée. De toute façon, je ne sais toujours pas ce que tu veux lui acheter alors je ne risque pas de gâcher l'effet de surprise. » Cependant, Reagan était satisfaite d’avoir une nouvelle fois réussi à obtenir ce qu’elle voulait. Ce qu’elle voulait ? Elle n’en savait trop rien à vrai dire. A part emmerder le monde, elle ne savait pas faire grand-chose ces derniers temps. D’un air ravi, elle afficha un grand sourire sympathique à l’intention du jeune garçon avant de demander : « Alors, où va-t-on ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Lun 6 Fév 2012 - 16:28

Neo devait subir la situation malgré lui. Une nouvelle fois. Le jeune garçon se sentait dépendant des autres quoi qu’il arrive. Et pourtant, ce n’était pas comme s’il avait fait quelque chose de mal. La nature avait été dure avec lui, et il tentait de vivre malgré cet handicap de la façon la plus normale possible. En fait, ce qui était étonnant, c’est que ce n’était pas tant son handicap qui le gênait, c’était en réalité les réactions des gens face à lui. Un peu comme Reagan, certains le dénigraient radicalement sans lui laisser une chance. D’autres, comme Famke, lui avait lancé des belles paroles, lui répétant qu’elle n’en avait que faire de son handicap, pour finalement s’éloigner de lui quand même. Ca revenait au même dans tous les cas. Il ne pouvait leur en vouloir véritablement, parce qu’ils étaient incapables de comprendre sans l’avoir vécu. Et ils ne le vivraient jamais parce qu’ils n’étaient pas autistes et ne pouvaient le devenir à moins d’un choc cérébral, mais il ne leur souhaitait pas. Alors il se contentait de continuer son petit bonhomme de chemin, même si Reagan avait décidé de lui mettre des bâtons dans les roues, et qu’il refusait de lui parler correctement tant qu’elle ne changerait pas son attitude à son égard. Autant dire qu’il pouvait toujours compter là-dessus elle ne changerait pas. Elle passerait donc la journée avec lui, persuadée surement, qu’il n’était pas là pour le cadeau de sa mère, et pourtant…C’était bien pour ça qu’il était là. Elle avait peut-être une bonne idée de cadeau en tête ? Ca ne coutait rien de le lui demander, mais évidemment, il devait d’abord lui dire ce qu’il comptait acheter. « Je vais probablement lui acheter le dernier livre de Douglas Kennedy. Elle aime bien cet auteur. Mais vous avez peut-être une meilleure idée ? » Il était tout ouïe. Il n’y connaissait rien en bouquins pour être honnête. Les seuls qui l’intéressaient, c’était sur l’astronomie et le sport. Le reste il s’en fichait. Il espérait juste ne pas avoir mélangé deux auteurs, mais s’il se souvenait bien, c’était bien Douglas Kennedy dont il s’agissait. Il avait abdiqué, et s’était laissé convaincre de crainte qu’elle n’appelle sa mère et qu’elle ne lui révèle quoi que ce soit. Elle savait se faire entendre Mademoiselle Williams. Il l’imaginait bien faire du chantage à ses élèves. Il était à peu près sûr que tous ses élèves la craignaient, et que bon nombre d’eux devait la détester. Il la mit cependant en garde. « Elle ne doit pas savoir que je suis ici, sinon elle va me poser des questions, et ma surprise sera gâchée par votre faute. » Mais curieux, il lui demanda : « Vous le fêtez pas vous ? » Ca l’intriguait de la voir là toute seule, c’était comme si elle n’avait personne avec qui passer Noël. Cette pensée l’attrista. Etait-ce la raison pour laquelle elle était tyrannique avec tout le monde ? Il se le demandait bien, et regardant autour de lui, il y repensait. Il ne l’avait jamais vue accompagnée, pas même à l’école. C’était étrange. Tout à coup, il ressentait presque de la pitié à son égard. Mais il ne dit rien. Elle était peut-être juive ou musulmane aussi. Ce qui expliquerait cela, même si elle n’avait rien d’une musulmane avec sa chevelure blonde. Peut-être était-elle albanaise, ou bosniaque, dans ce cas c’était tout à fait possible d’être musulmane. Mais il déraillait. Calmement, il répondit à sa question : « A la librairie, j’imagine. » Et si son livre n’y était pas, il chercherait autre chose. Et il s’engouffra finalement dans le centre commercial. Un peu paniqué à l’idée de voir tous ces gens, en bon agoraphobe qu’il était, il se retourna vers elle, hésitant, et il finit par lui demander : « Vous connaissez pas le chemin le plus rapide pour y aller ? Je…je me perds toujours ici… » Et ce n’était pas parce que le centre commercial était grand, mais bien parce qu’il avait trop de monde. Il savait qu’il s’exposait et qu’elle risquait de se foutre de lui, mais il n’avait pas le choix. Il pensait être tranquille, puisque Noël était imminent, mais non, tous les gens faisaient leurs courses dans l’urgence. A son grand dam. Il s’était immobilisé et attendait que le flux de personnes se ralentisse un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 15 Fév 2012 - 18:17

« Je vais probablement lui acheter le dernier livre de Douglas Kennedy. Elle aime bien cet auteur. Mais vous avez peut-être une meilleure idée ? » Reagan fit mine de réfléchir, essayant en vain de se rappeler d’informations qu’elle aurait pu obtenir sur ce livre. En réalité, cela ne lui disait rien. Depuis qu’elle était sortie de l’université, c’est-à-dire il y a fort longtemps, où elle était obligée de lire des tonnes de livres sur la psychologie en tout genre, Reagan ne s’était jamais réellement intéressée à la lecture. Cela lui remémorait les mauvais souvenirs des bancs de l’école et elle n’avait aucune envie de se rappeler de ses années. Terminant pourtant dans les premières de sa promotion, elle avait toujours détesté les études mais avait continué jusqu’au bout pour prouver au monde entier qu’elle était capable de réussir quelque chose, d’aller jusqu’au bout. Reagan était une battante et elle n’appréciait pas le fait de ne pas terminer quelque chose qu’elle avait commencé. C’est de cette manière qu’elle fût diplômée de psychologie alors qu’elle rêvait dès la deuxième année de se lancer dans une vie sans soucis, sans diplômes et sans contraintes. Ce qu’elle n’avait jamais fait bien entendu. Et, depuis lors, elle n’avait pas eu l’occasion de tenir un livre en mains. Du moins, mis à part les livres pour enfants qu’elle devait lire aux élèves de l’école lorsqu’elle ne confiait pas cette tâche à Mazoe histoire de s’en débarrasser. Reagan n’avait aucun avis sur le cadeau qu’il souhaitait acheter à sa mère, tout comme elle n’avait aucune idée du cadeau qu’elle pourrait lui proposer. Soudainement, elle séchait. Elle tenait là une occasion de gâcher son cadeau en lui faisant acheter quelque chose qui risquait fortement de déplaire à sa mère et elle n’avait aucune idée. Cependant, même si elle ignorait entièrement de quel livre Neo voulait bien parler, elle reprit la parole d’un air évasif : « Mhm.. Je ne sais pas. Il me semble que j’ai entendu de très mauvaises critiques sur ce livre. Mais libre à toi de le prendre. » Elle essayait de le faire douter sans réellement savoir si cela allait servir à quelque chose. Et puis, si cela se trouvait, sa mère n’appréciait pas du tout les livres de Douglas Kennedy. Mais là encore, Reagan n’en savait pertinemment rien. « J’aurais peut-être pensé à… un castor. Ca fait toujours un peu plus de compagnie à la maison. Et c’est fun. » Reagan se surprenait à parler de manière un peu simplette mais elle essayait de rentrer dans le style du jeune homme et il lui semblait que les adolescents utilisaient souvent ce genre de mots tels que fun, cool, et autres. Reagan avait vu cela dans un reportage sur les adolescents, passés il y a quelques semaines sur une chaine plutôt inconnue. Pour une fois que cela pouvait lui servir, elle l’utilisait, puisque les jeunes auxquels elle avait affaire dans son métier n’en était pas encore là. La plupart avait encore du mal à articuler dix mots sans faire de fautes, alors ils étaient encore loin du langage usé par les adolescents. Une nouvelle fois, Neo cru bon de la mettre en garde. « Elle ne doit pas savoir que je suis ici, sinon elle va me poser des questions, et ma surprise sera gâchée par votre faute. » Affichant un air exaspéré, elle soupira de manière bruyante avant de répliquer : « Hé, c’est bon, j’ai compris. Tu vas me le dire combien de fois encore que je dois garder le secret ? » Sérieusement, il commençai à devenir lourd. Même si elle aussi l’était. Mais, elle, ce n’était pas grave. « Vous le fêtez pas vous ? » Reagan détourna les yeux du jeune homme devant cette question qui la gênait réellement. Elle n’appréciait pas que l’on se mêle de sa vie privée et cette question avait réussi à la déstabiliser quelque peu. Comment réagir ? A vrai dire, elle avait à nouveau l’envie de se renfermer et d’attaquer Neo avec des critiques en tout genre. Mais cela ne serait-il pas comme avouer qu’il avait réussi à toucher un point sensible ? Finalement, elle baissa la tête puis après s’être éclairci la voix une ou deux fois, lui donna une réponse. « Mhm, non. » Reagan préférait ne pas s’étaler sur ce sujet c’est pourquoi elle avait préféré donner une réponse courte et nette. « A la librairie, j’imagine. » Direction la librairie, dans ce cas. « Vous connaissez pas le chemin le plus rapide pour y aller ? Je…je me perds toujours ici… » Reagan ne perçu pas l’anxiété monter chez le jeune homme alors qu’elle tentait sincèrement –pour une fois- de réfléchir au chemin à utiliser pour se rendre dans une librairie. Elle dût se rendre à l’évidence : elle n’en savait rien. « Hum, il y a une librairie ici ? T’es sûr ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 15 Fév 2012 - 23:55

Reagan ne semblait pas en mesure de l’aider à acheter un cadeau plus intéressant. Il achèterait donc un livre. Il se méfiait toujours de l’institutrice, il avait peur qu’elle lui fasse un sale coup, alors il resterait sur son idée première. Et qui sait, peut-être serait-il plus inspiré en arpentant les nombreuses allées du centre commercial. Reagan lui assurait pourtant que le livre n’avait pas reçu une bonne critique, et que par conséquent, il s’agissait d’un cadeau empoisonné, sans pour autant l’en dissuader complètement. « Ah bon ?! Vous vous souvenez du titre ? Je ne sais même pas de quoi ça parle pour être honnête. On m’a juste dit qu’il était sorti. » Il était presque capable d’acheter l’ancien, tant il était mal renseigné. Enfin, ce n’était pas la fin du monde, il demanderait à une libraire de l’aider dans sa recherche, et elle le lui trouverait surement. Il haussa les épaules, et avoua : « De toute façon, elle pourra l’échanger si il ne lui plait pas, ou si on le lui a déjà offert. Et je sais pas quoi lui offrir d’autres. Avant j’avais de bonnes idées, mais maintenant… Ma mère et moi on s’entend plus autant qu’avant. » Il ne savait pas pourquoi il lui racontait tout ceci. Surement pour faire la conversation, cachant ses doutes et son anxiété, afin qu’elle ne commence pas à paniquer à cause de son autisme. Il ne comprenait d’ailleurs toujours pas pourquoi elle l’accompagnait, mais soit. Neo arqua un sourcil. La proposition de Reagan était plus que douteuse. Un castor c’était…fun ? C’était quoi ce mot ? Il ne l’employait pas, ça faisait ringard. Cherchait-elle à gagner sa sympathie ? En tout cas c’était raté. « Dites, vous avez bu avant de venir ? Un castor, c’est un drôle de cadeau… Ma mère n’en aurait que faire. A la limite des chaussures…mais bon elle en a déjà beaucoup. » Il ne pensait pas ça si compliqué de choisir un cadeau de Noël à sa mère. C’était maintenant une expérience dont il se souviendrait. Il se répétait évidemment, il avait tellement peur qu’elle balance tout à sa mère, qu’il était presque prêt à l’implorer de ne pas le faire. Et puis, par ce biais, il lui prouvait également à elle qu’il n’était pas si atteint que ça, et qu’il pouvait se débrouiller tout seul. Malheureusement pour lui, il avait bien du mal à gérer ses émotions aujourd’hui. Il fit profil bas et s’excusa : « Hmm…Pardon. Juste que j’ai du mal à me dire que vous ne le ferez pas… » Il ne savait pas quoi dire d’autre. Il était un peu désorienté par sa façon d’agir avec lui. Il aimerait bien savoir si elle avait déjà tyrannisé un de ses élèves. Il demanderait à l’un d’eux quand il se rendrait au travail de sa mère. Il avait surement du toucher un point très sensible pour elle, car elle détourna le regard un moment. Il aurait même pu prendre la fuite. Même si ça ne servait à rien dans ce cas, ce n’était pas comme si elle allait l’achever à coups de batte devant tout le monde. Elle finit par répondre : elle ne le fêtait pas. Etait-ce une occasion d’inverser les rôles ? Possible. Il cherchait à se focaliser sur elle, plutôt que sur son état catastrophique, qu’il dissimulait pourtant bien, même si ses mains s’agitaient dans ses poches. « Vous pourriez le passer chez nous. Ma mère aime bien les invités de dernière minute, elle dit que c’est un don du ciel ou un truc dans le genre. Façon y a de la place… » Ils n’avaient pas une famille si nombreuse que ça. Tout le monde leur avait tourné le dos parce qu’il était autiste. Et ils avaient peut-être raison, tant il était tétanisé à l’idée d’affronter la foule. En total choc, il les fixait, incapable de bouger, et il ne se tourna même pas vers l’institutrice Williams quand elle lui demanda s’il était sûr qu’il y avait une librairie. Ca il en était sûr. Il y était déjà allé avec sa mère. « Je sais qu’il y en a une…Mais je sais plus où. » Observant les endroits où il y avait moins de monde, il finit par dire en montrant vers la droite: « Ca doit être par là-bas. » Juste parce qu’il y avait moins de monde. Il déglutit. « Peut-être que je trouverais un truc mieux qu’un livre de toute façon… » En fait, il n’était plus sûr d’y aller. Il n’arrivait pas à bouger. Il n’était pas à l’aise, encore moins avec elle. On le bouscula. Il paniqua totalement, et poussa rapidement les gens en courant pour se sortir d’ici et se mettre dans le coin où il n’y avait quasiment personne, se jetant au sol pour se recroqueviller, complètement effrayé par le monde. C’était sûr, il n’arriverait pas à lui démontrer qu’il pouvait se débrouiller seul. Elle allait se moquer pour sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mar 21 Fév 2012 - 21:21

« Ah bon ?! Vous vous souvenez du titre ? Je ne sais même pas de quoi ça parle pour être honnête. On m’a juste dit qu’il était sorti. » Question à laquelle elle ne pouvait tout simplement pas répondre puisqu’elle ignorait complètement de quel livre il pouvait bien lui parler. Elle n’avait pas d’autre choix que de répondre par la négative puisqu’inventer un titre n’aurait pas été très judicieux de sa part. Alors qu’elle hochait négativement la tête, Neo reprenait à nouveau la parole. « De toute façon, elle pourra l’échanger si il ne lui plait pas, ou si on le lui a déjà offert. Et je sais pas quoi lui offrir d’autres. Avant j’avais de bonnes idées, mais maintenant… Ma mère et moi on s’entend plus autant qu’avant. » C’est une information qui intéressa l’institutrice qui posa rapidement son regard sur le jeune adolescent. Les relations entre Neo et sa mère étaient quelque peu tendues ? C’était probablement une bonne chose à savoir pour la jeune femme, même si elle ne savait pas réellement si ce renseignement allait lui servir un jour. « Dites, vous avez bu avant de venir ? Un castor, c’est un drôle de cadeau… Ma mère n’en aurait que faire. A la limite des chaussures…mais bon elle en a déjà beaucoup. » Et voilà, Reagan avait à son tour réussi à se faire passer pour une folle. La proposition d’offrir un castor était la seule idée qui lui était venue à l’idée sur le moment et elle était bien consciente que celle-ci pouvait paraître assez étrange mais pas déplaisante pour autant. Du moins, recevoir un animal de compagnie ne lui déplairait pas tant que ça si on mettait de côté le fait qu’elle ne supportait pas une grande majorité des rongeurs. Mais, l’animal de compagnie ne semblait pas être une brillante idée aux yeux de l’adolescent qui allait jusqu’à lui demander si elle avait consommé de l’alcool. Reagan affichait un air légèrement stupéfait alors qu’elle ne comprenait pas réellement les motivations de Neo. « Quoi ? Mais non, bien sûr que non. Je veux dire, c’est original. Plus original que toutes ces personnes qui choisissent les lapins ou hamsters comme animal de compagnie. Au moins, personne n’a de castor chez soi. » Elle s’enfonçait, mais peu lui importait. Lorsqu’elle était lancée dans une idée, difficile de l’en sortir. Cependant, elle essaya de ne plus trop se la ramener sur ce sujet, ne voulant pas particulièrement que l’adolescent ou sa mère lui fasse la bonne surprise de lui offrir un castor ou autre animal, un jour. « Vous pourriez le passer chez nous. Ma mère aime bien les invités de dernière minute, elle dit que c’est un don du ciel ou un truc dans le genre. Façon y a de la place… » Cette invitation quelque peu incongrue eut le don de surprendre la blonde qui ne s’y attendait pas le moins du monde. Elle ne savait pas vraiment quoi penser de cela, ni comment réagir. Mais, une chose était certaine, cela lui faisait chaud au cœur et elle ne pu retenir un sourire enthousiaste avant de se reprendre. « Oh… Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. C’est une fête à célébrer en famille. Mais je te remercie. » Reagan se plongea dans ses pensées, s’imaginant passer la soirée en compagnie de la famille de Neo. Même si cet adolescent était finalement plus sympathique qu’elle ne l’avait imaginé et qu’il avait un talent pour lui faire plaisir en touchant des points sensibles, elle lui en voulait légèrement pour cela. Elle n’aimait pas cette proximité soudaine qu’elle ressentait alors avec le jeune adolescent. Elle se confiait trop. Elle le laissait trop entrer dans sa tête, dans son monde, et cela l’effrayait. Alors que Reagan réfléchissait au moyen d’imposer de nouvelles barrières entre eux, tout se bouscula. Elle le suivait sans trop l’écouter à présent. De toute manière, il n’avait pas l’air de savoir plus qu’elle où se trouvait la librairie alors elle se contenta de rester derrière lui. Mais, sans qu’elle n’eut le temps de se rendre compte de quoique ce soit, Neo partit en courant vers un coin isolé du lieu. Pour sûr, Reagan n’y comprenait plus rien. D’un pas précipité, elle le rejoignit alors qu’il était recroquevillé par terre. Et, étrangement, elle n’eut même pas pitié de lui. L’envie de se moquer de lui, de le mépriser ou de le faire se sentir misérable ne parvint même pas à l’institutrice qui usuellement ressemblait plus à un tyran. Chose qu’elle faisait rarement, Reagan posa sa main sur l’épaule de l’adolescent, avant de reprendre la parole d’un air interloqué. « Qu’est-ce qui t’arrives ? Ca va pas ? Hé bonhomme relève-toi, personne ne va te manger ici ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Jeu 23 Fév 2012 - 17:50

Neo devrait éviter de se confier à l’institutrice. Après tout, les relations avec sa mère ne regardaient qu’elle et lui et personne d’autre. Il avait eu une relation fusionnelle avec sa mère depuis le jour de sa naissance. Et ça avait continué sur les années malgré l’entrée de son beau-père Chris dans sa vie également. Il lui avait servi de père également. Mais avec les années, la protection dont il bénéficiait de la part de sa mère devint vite étouffante. Il avait besoin qu’on le traite de la même manière que n’importe quel enfant, mais il ne bénéficiait pas de cette chance-là, car selon elle, il ne serait jamais comme les autres. Et c’est ce qu’il lui reprochait. Il avait fait beaucoup d’efforts pour combler son handicap, mais parfois, il ne pouvait juste rien y faire, il y avait des moments de criss, des moments où il était dans son monde, où il ne vous écoutait même pas. Il y avait des moments où il avait peur, et il savait que c’était un moyen pour Mademoiselle Williams de se foutre encore un peu plus de lui, ainsi, il se jurait de ne pas craquer devant elle. Cela dit, elle devait avoir un grain de folie quelque part en elle, car elle avait parfois des réponses amusantes. Un castor. Où était-elle allée chercher ça ? En tout cas, ça le fit rire, et il ne put retenir plus longtemps son rire sonore qui fendit l’air. « Ah ça pour être original... Ca l’est ! Je vous en trouverai un pour vous tenir compagnie. » Elle avait l’air de les apprécier les castors. Peut-être qu’elle en avait rêvé petite. Il n’en savait rien, mieux valait ne pas faire de plans sur la comète, mais il trouvait l’idée amusante en tout cas. Sa mère n’était pas une grande fan des animaux de compagnie cela dit. Elle était plus tournée vers le plan humain que le plan animal. En tout cas, le jeune homme avait bel et bien proposé à l’institutrice de passer Noël avec eux, et il se demandait bien quelle mouche l’avait piquée, lui qui savait pourtant qu’elle ne pouvait pas se le voir en peinture pour une raison qui lui échappait. Comme il s’y attendait, la jeune femme refusa, trouvant l’excuse de la fête en famille. Ca faisait longtemps qu’ils faisaient ça en comité réduit, ça faisait bien longtemps que chaque année, un invité surprise apparaissait à table. L’an dernier, ça avait été un clochard. Cette année serait-elle l’année de Reagan Williams ? Il avait d’un côté envie d’insister, mais de l’autre, il avait peur qu’elle le prenne mal. Alors il dit simplement : « En tout cas si vous changez d’avis c’est toujours possible. Vous n’avez qu’à venir. » Il lui sourit sincèrement, mais il ferma cette parenthèse, ne souhaitant pas non plus qu’elle croit qu’il avait pitié d’elle. Neo n’était pas du genre à s’intéresser aux gens. Il était plutôt du genre à se renfermer sur lui, mais il devait l’avouer, la jeune femme l’intriguait. Il ne comprenait pas pourquoi elle en voulait au monde entier et il souhaitait percer ce mystère. Mais c’était surement pas maintenant qu’il allait le faire, tant sa crise de panique fut violente. Il se détestait. Pourquoi réagissait-il ainsi, il ne le savait pas lui-même. Recroquevillé sur lui-même il cherchait son souffle, attendant que ça passe. Contre toute attente, Reagan le rejoignit et posa une main sur son épaule qui eut le mérite de le faire sursauter tant il ne s’y attendait pas. Il s’attendait encore moins à la voix réconfortante de la jeune femme. Après un long moment à trembloter, sans relever la tête d’entre ses bras, il lui signifia : « Ils sont trop nombreux. Ils m’étouffent. » Aucune autre indication, il était agoraphobe et la foule le tétanisait. Il n’avait qu’une envie, sortir vite d’ici. Au diable le cadeau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Ven 24 Fév 2012 - 13:36

« Ah ça pour être original... Ca l’est ! Je vous en trouverai un pour vous tenir compagnie. » Des yeux ronds s’affichèrent alors sur le visage de la blonde alors que ce qu’elle craignait était arrivé : il voulait lui trouver un castor. Reagan jeta des regards effarés dans tous les sens, cherchant un moyen de se sortir de là. Elle finit par répondre, tout en tentant de garder un ton aussi calme qu’elle le pouvait. Elle ne voulait pas paraître ridicule mais l’idée d’avoir un rongeur chez elle la tétanisait. Reagan se rappelait pertinemment de ce jour où une souris avait fait une subite apparition dans sa cuisine alors qu’elle était entrain de prendre son repas. La peur l’avait fait grimpé sur la table et elle s’était vue obligée d’appeler le voisin au secours pour pouvoir redescendre, une fois que la souris était partie loin, bien entendu. « Oh non. Non, merci. Tous sauf un rongeur… » Alors que le regard que lui portait Neo semblait signifier qu’il n’avait toujours pas compris sa réaction, elle poussa un soupir avant de capituler. « Leurs dents me font peur. Vraiment… très peur. » Neo commençait à en savoir bien trop sur elle et elle n’appréciait pas réellement cela. Elle avait l’impression de se mettre à nue devant lui. De lui révéler toutes ses faiblesses. En général, Reagan préférait laisser croire aux autres qu’elle n’avait pas vraiment de faiblesses. Qu’elle était fabriquée entièrement de points forts et douée pour découvrir les points faibles des autres pour ensuite les détruire. Là, elle avait l’impression de donner à Neo un pouvoir sur elle. De lui donner une force supplémentaire. Cela l’effrayait, également. Bien plus encore que les rongeurs et compagnie. « En tout cas si vous changez d’avis c’est toujours possible. Vous n’avez qu’à venir. » Face à cette nouvelle proposition, Reagan se contenta d’hocher la tête positivement pour lui faire comprendre qu’elle avait bien compris. Il pourrait probablement lui dire tout ce qu’il voulait, mais cela était une chose sûre : elle n’irait pas. Si Reagan aimait s’incruster dans l’intimité des gens et fouiller là où elle n’avait rien à faire, elle ne voulait pas non plus se sentir de trop au milieu d’une famille comme celle-ci. Pire encore, elle ne voulait pas que les autres aient de la peine pour elle. Reagan passerait le réveillon de Noël toute seule dans sa demeure, à manger un bon repas concocté de ses mains, tout cela devant un film d’action sur la télévision. Ainsi soit-il. C’est une chose que personne ne saurait et de cette manière, elle n’aurait pas à subir les regards pleins de pitié des habitants du quartier. Comme dit, cela serait une soirée comme une autre, pour elle. « Ils sont trop nombreux. Ils m’étouffent. » Reagan arqua légèrement un sourcil avant de comprendre : il était agoraphobe. C’était probablement un détail dont sa mère avait déjà du lui parler, mais Reagan ne s’intéressait pas réellement à ce qu’on pouvait lui raconter. Un sourire compatissant s’afficha sur ses lèvres alors que prise d’une bonté exceptionnelle pour elle, elle lui assura : « Ne t’inquiètes pas. Tout va bien se passer. » Elle ne savait pas réellement pourquoi, mais elle avait soudainement l’impression d’avoir comme devoir d’aider ce garçon. Elle ne pouvait faire autrement. Ce n’était ni par pitié, ni par moquerie, mais elle voulait réellement le sortir de là. L’aider à surmonter ses peurs. « Je peux y aller pour toi si tu veux, et tu n’auras qu’à m’attendre là. Ou autre part. » Elle marqua une petite pause avant de poursuivre sur une lancée totalement différente. « Ou si tu veux, on peut y aller ensemble. On peut essayer de surmonter cette peur ensemble. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv)

Revenir en haut Aller en bas
 

BORN THIS WAY (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: CocoWalk-