AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BORN THIS WAY (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Ven 24 Fév 2012 - 23:42

Neo avait balancé cette idée sans penser vraiment à ce qu’il disait. Il lui serait difficile de dégoter un castor ici. A moins de passer des jours et des jours dans des forêts, et encore il n’était même pas sûr d’en trouver. C’était bel et bien une idée en l’air et une fausse bonne idée puisque Reagan lui signifiait détester les rongeurs. En réalité, elle était effrayée par les rongeurs, et il trouva cette peur assez incroyable. Comment de petites bêtes comme les rongeurs pouvaient effrayer des gens ? Il avait toujours rêvé en avoir une collection et leur créer un terrain de jeux géant. Mais sa mère avait toujours refusé, il pouvait donc s’asseoir dessus. Affichant une mine surprise, il ne souhaitait pas non plus se moquer d’elle, ce n’était pas son genre. « Ah bon ?! Et les dents des chiens ne vous font pas peur ? » Il pensait que les crocs acérés et aiguisés des chiens étaient bien plus effrayants, mais peut-être qu’un rongeur l’avait déjà mordue. Le seul rongeur qui effrayait Neo était le rat à cause de tout ce qu’on lui avait dit au sujet des maladies qu’un rat pouvait transporter. Quelque part, cette révélation de la part de l’institutrice la rendait humaine. Du moins aux yeux du jeune homme qui découvrait une toute autre personne depuis quelques minutes maintenant. C’était plaisant de constater que ce n’était qu’une façade et qu’elle était donc bien plus que cette jeune femme aigrie qui passait son temps à détruire les autres. Mais ça le confortait également dans son idée qu’elle devait avoir un passé difficile. Il n’était pourtant pas en position de lui poser des questions sur sa vie privée, ils n’avaient rien d’intime, et il ne dépasserait pas cette limite, respectant une part de vie privée bien qu’elle lui ait confié une des choses qu’il ne crierait pas sur tous les toits. Il ne trouvait pas ça utile, même comme objet de vengeance. Pas la peine de chercher à se venger. Après tout elle avait juste été désagréable avec lui, mais rien de grave. Le jeune homme cherchait à faire preuve de pardon à son égard, comme sa mère le lui avait toujours recommandé. En revanche, il était persuadé qu’elle ne viendrait pas se pointer chez lui pour Noël. Surement parce qu’elle n’appréciait pas sa mère autant qu’elle voulait le faire croire. Il n’en parlerait pas à sa mère, et il l’expliquerait à ses parents que si elle daignait se montrer. Autant dire qu’il n’aurait rien à expliquer. Mais la proposition tenait. Le jeune garçon aurait cependant préféré qu’elle n’ait aucun moyen de se foutre encore plus de lui. Il aurait préféré tout savoir de sa vie et se taire que ce qu’elle puisse en apprendre plus sur lui. Il sortit finalement la tête de ses bras, le visage pourtant en état de choc, tremblotant encore. Il avait passablement honte qu’elle assiste à un tel spectacle. Et pourtant, elle ne s’était pas encore moquée une seule fois. Elle avait changé entre temps. Il ne comprenait pas pourquoi, mais c’était appréciable. Elle lui proposait d’y aller pour lui, ou alors de l’aider à surmonter sa peur et d’y aller avec lui. S’il choisissait la deuxième option il finirait par se pendre à son bras et le lui broyer. A ses risques et périls. Il se releva, hochant la tête doucement. Et il balbutia : « Je veux bien essayer… » Il cherchait sa respiration, tout était devenu une épreuve à présent. Il regarda de loin les gens aller et venir dans tous les sens. Il avait peur de les affronter, mais plus que ça, il avait peur qu’elle ne décide de lui faire faux bond une fois au milieu des gens. « Ca vous dérange que je vous tienne le bras ? » Surtout qu’ils ne savaient pas où se diriger, l’un comme l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Lun 27 Fév 2012 - 16:41

« Ah bon ?! Et les dents des chiens ne vous font pas peur ? » Un sourire sincère se dessina sur les lèvres de l’institutrice alors que le souvenir de son chien lui revenait en mémoire. Lorsqu’elle était enfant, le grand labrador beige de la famille avait été son principal compagnon. Sa mère avait beaucoup de travail et elle n’avait donc pas énormément de temps pour s’occuper de sa fille qui passait alors le plus clair de son temps à jouer avec Téo, le chien. A présent, avoir à nouveau un chien ne la dérangerait pas. Bien au contraire, cela lui ferait probablement un peu de compagnie puisqu’elle était seule dans sa grande maison. La solitude, c’était une chose à laquelle elle était habituée depuis toute petite. Mais, la compagnie d’un animal était toujours appréciable et elle réfléchissait alors à cette idée qui étrangement, ne lui serait jamais venue d’elle-même auparavant. Sortant de ses rêveries, elle adressa un sourire rêveur à l’adolescent. « Non, j’aime beaucoup les chiens. » Simple mais précis. Il n’avait pas réellement besoin d’en savoir plus. Leur conversation restait à parler de choses telles que des goûts, des envies. Cela revenait finalement un peu comme à parler de la pluie et du beau temps et cela était plus satisfaisant pour la jeune femme, plus général. Alors que l’adolescent se relevait avec douceur, l’air toujours tétanisé, elle le fixait, cherchant réellement ce qui était le mieux pour lui. D’une certaine manière, ce Neo avait réussi à l’attendrir, à la rendre moins tyrannique qu’elle l’était habituellement. Malgré sa maladie, il n’était peut-être pas si désagréable comme garçon, finalement. Reagan allait donc être obligée de revoir son jugement quant à lui, et cela même si elle n’était pas du genre à avouer qu’elle pouvait avoir tord, parfois. Probablement qu’elle se contenterait de dire qu’il n’avait jamais cherché à être aimable avec lui jusqu’à présent. Ou qu’il avait changé. Jamais elle n’assumerait le fait que si cette relation était partie sur de mauvaises bases, c’était uniquement sa faute. Elle voulait bien faire preuve d’empathie et de soutien à l’égard du jeune homme, il ne fallait pas trop lui en demander pour autant. « Je veux bien essayer… » Reagan afficha un air légèrement étonnée, ne s’attendant pas vraiment à ce qu’il accepte sa proposition au vu de l’état dans lequel il se trouvait. Cependant, elle était prête à l’accompagner jusqu’au bout s’il s’en sentait réellement le courage. « Ca vous dérange que je vous tienne le bras ? » Acquiesçant de la tête, Reagan tendit son bras vers l’adolescent pour l’inviter à la rejoindre. Alors qu’il s’exécutait, elle lui adressa un sourire qui se voulait amical. Il l’était, réellement. Après un bref regard entendu à Neo pour s’assurer qu’il était prêt, la blonde reprit sa marche, l’adolescent à son crochet. Leur pas était cette fois plus lent et moins assuré, mais elle espérait qu’il réussisse finalement à passer outre cette peur. Reagan n’avait pas réellement de phobies pareilles, qui puissent la terroriser à ce point, mais pour avoir longuement étudié ce phénomène, elle semblait prête à aider l’adolescent. Histoire de détendre l’atmosphère et d’aider Neo à penser à autre chose que ce qu’il était entrain de faire, elle reprit la parole, changeant totalement de sujet de conversation. « Sinon, tu sais déjà ce que tu vas faire après le lycée ? Même quelque chose d’absurde et qui te semble irréalisable ? » S’il y avait bien une chose que la jeune femme avait envie de lui dire, c’était bien de ne pas écouter les autres pour faire son choix d’avenir. Au lycée, elle se rappelait pertinemment que sa mère et les conseillers d’orientations ne cessaient de la tirailler pour lui dire quoi faire de sa vie. Comme si ceux-là pouvaient le savoir mieux qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 29 Fév 2012 - 14:30

Neo n’avait jamais eu de chien et il n’en aurait jamais. D’une part, il n’en ressentait pas le besoin, d’une autre, sa mère était contre ayant peur des réactions que son fils pourrait avoir face à l’animal. Un animal a parfois des réactions violentes et inattendues, même face à son maitre, alors elle ne préférait pas courir le risque. Reagan elle, les aimait. Du coup, un tas de questions lui venaient en tête : « Est-ce que vous en avez un ? Vous préférez les gros chiens ou les petits ? » A choisir il préférerait un chien de petite taille qui reste dans la maison et va se promener de temps à autres. Un gros chien, c’était encombrant et ça demandait beaucoup plus d’entretien. Il évita de s’attarder trop sur le sujet, elle n’avait peut-être pas envie de discuter, et il ne voulait pas paraitre collant non plus. Et puis la situation ne s’y prêtait pas, il gardait toujours en tête qu’elle était tout de même l’amie de sa mère qui ne le supportait pas. Et même s’il ne saisissait pas pourquoi la situation avait vu un changement soudain, il faisait tout de même attention au revers de la médaille. Et pourtant, la jeune institutrice semblait de plus en plus touchée par le jeune homme ; tellement qu’elle était prête à l’aider dans cette situation incongrue qu’il avait en horreur. Etre dépendant de quelqu’un le rendait faible, et ce n’était pas ce qu’il souhaitait. Sortir de sa torpeur, c’était son objectif numéro un, même s’il était conscient que jamais il ne serait normal et qu’il garderait toujours cette maladie en lui. Il était autiste et il se devait de l’accepter s’il voulait avancer. Il ne reniait pas sa maladie même s’il en avait honte, il ne l’avait jamais vraiment cachée aux yeux de tous. D’ailleurs, ce n’était que parce que Reagan le rejetait à cause de sa maladie qu’il la méprisait. Pourquoi devait-on le tenir pour responsable ? Il avait développé ça tout petit, il n’avait pu rien y faire, il en était ainsi. Les rapports avec l’institutrice étaient en train de s’améliorer, il y avait une évolution telle qu’on pouvait détecter de la reconnaissance dans les yeux du jeune garçon, qui s’émerveillait presque devant la prise de conscience de mademoiselle Williams. Il n’était pas méchant. Il était content qu’elle l’ait enfin compris. Ainsi, pour lui montrer qu’il était capable de toujours mieux, il accepta sa proposition et affronterait sa peur à l’aide de l’institutrice. Ainsi, elle lui tendit son bras, et ils étaient partis. Les yeux de Neo n’arrêtaient pas de valser dans tous les sens, il regardait tout le monde, sa main se serrant toujours plus sur le bras de la jeune femme. Il était reconnaissant qu’elle daigne faire tout ça. Elle cherchait même à le détendre. Finalement c’était une chic fille, l’institutrice. Il la remercia d’ailleurs dans un souffle, tandis qu’ils avançaient un peu plus au milieu de la foule. « Merci. » C’était peut-être simple, mais ce remerciement valait beaucoup. Il fallait qu’il cesse de se focaliser sur les gens, sur les uns et les autres, et qu’il cherche à en faire abstraction. Il avait besoin de regarder où il allait, oubliant le monde qui l’entourait. Mais il fallait également répondre aux questions de Reagan. A vrai dire, il n’en avait aucune idée de ce qu’il voulait faire. Il secoua la tête. « Non, je sais vraiment pas. Je suis bon qu’en matières scientifiques, mais personne voudra de moi. » Parce qu’il était autiste. C’était toujours pareil. Il haussa les épaules. « C’est pas grave, c’est la vie. » Il aurait aimé pouvoir apercevoir une lueur d’espoir, mais il ne se voyait pas franchement triompher. Il ne parlait jamais d’avenir avec ses parents, ils n’y pensaient pas. Avec lui, ils vivaient au jour le jour de peur de le froisser. Ils ne prévoyaient rien. Mais il est vrai qu’il fallait envisager son futur, que ce soit avec l’équipe médicale ou avec ses parents. « Vous avez toujours voulu faire institutrice ? » Simple question tandis qu’il se rapprochait toujours plus d’elle. Les gens lui apparaissaient effrayant et on sentait une peur profonde dans sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Sam 3 Mar 2012 - 11:38

« Est-ce que vous en avez un ? Vous préférez les gros chiens ou les petits ? » Reagan laissa échapper un petit gloussement devant les questions brutales du jeune homme. Parler d’animaux semblait lui plaire, au point qu’elle finissait presque par avoir l’impression de passer un interrogatoire. Cette conversation l’amusait. Aussi, elle la rendait nostalgique. Mais, étant donné que les souvenirs auxquels il arrivait à lui faire penser étaient de bons moments, il n’y avait pas de quoi la mettre dans une mauvaise humeur. « Je n’en ai pas. Mais je pense que c’est une bonne idée, je vais probablement y réfléchir. Je préfère les gros chiens. On se sent plus protégés avec eux et je n’ai pas envie d’un petit chien à la Paris Hilton. » Depuis toutes ces années, elle n’avait jamais envisagé cette idée de prendre un animal de compagnie tel qu’un chien pour combler sa solitude, et là, en l’espace de quelques instants en compagnie du jeune adolescent, cette solution lui paraissait évidente. Comment n’avait-elle pas pu y penser avant ? Il fallait réellement croire que la compagnie d’autres personnes avait un effet bénéfique sur l’institutrice. Peut-être devrait-elle tenter de s’ouvrir un peu plus aux autres ? D’être meilleure ? Mais elle ne pouvait tout simplement pas se le permettre. Reagan était venue à Ocean Grove pour vivre une vie un tant soit peu normal, à l’égard des soupçons et des problèmes. Elle devait éviter d’attirer trop l’attention sur elle pour se protéger. Ainsi, se faire détester de la plupart des habitants était une façon plus rapide d’arriver à son but. Reagan passerait alors pour une institutrice en crise de la trentaine qui ne supporte plus personne (bien que ce fût légèrement le cas) et tout semblerait normal. Cependant, elle n’avait pas fait attention à certaines choses : devenir l’ennemi des autres attirait tout de même l’attention sur sa personne. Pire encore, cela leur donnait des raisons pour chercher à l’atteindre, pour chercher à la détruire. Chose qu’elle n’avait jamais réellement imaginé. Auquel cas, son comportement dans le quartier aurait été bien différent. Reagan serait sûrement perçue comme une sympathique voisine discrète, mais il était bien trop tard pour cela désormais.

« Merci. » Un fin sourire se dessina sur les lèvres de la blonde alors que d’une certaine manière, elle était fière d’elle. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait plus cherché à aider quelqu’un, préférant s’en prendre aux autres et ne penser qu’à sa petite personne. Le sentiment reçu lorsqu’on donne de soi à autrui était plutôt plaisant, tout compte fait. Il faudrait qu’elle pense à refaire cela plus souvent, peut-être. « Non, je sais vraiment pas. Je suis bon qu’en matières scientifiques, mais personne voudra de moi. » - « C’est pas grave, c’est la vie. » Reagan préféra ne rien répondre à cela. Elle essayait de le faire changer de sujet pour qu’il se sente mieux et ne pense plus à ce qu’il était entrain de faire, mais elle ne voulait pas non plus tomber sur un sujet qui finirait par le démoraliser. L’institutrice savait que plusieurs entreprises et autres étaient obligés d’engager un certain pourcentage d’handicapés et au vu de la loi, Neo était considéré comme tel. Mais, dans le fond des choses, elle ignorait totalement comment cela se déroulait et elle ne voulait pas dire à Neo de se battre pour obtenir ce qu’il voulait, ou qu’il ne devait pas perdre espoir, si elle ignorait totalement s’il y avait une chance pour lui qu’il fasse quelque chose de bien de sa vie. Reagan ne voulait pas se lancer dans quelque chose qu’elle ne connaissait pas, et le fait que l’adolescent reprenne la parole la sauva un peu. « Vous avez toujours voulu faire institutrice ? » - « Non… Et je ne l’ai pas toujours été, en fait. Mais, quand j’étais jeune, je rêvais de faire le tour du monde. » Tout en prononçant ces paroles, elle observait au alentour jusqu'à ce que son regard se pose sur une librairie. « On y est. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Dim 4 Mar 2012 - 13:18

L’institutrice aimait les chiens. C’était peut-être le moment de faire un geste, de lui montrer que malgré tout, il n’était pas rancunier ni mauvais garçon et qu’il pouvait la trouver sympathique comme il l’avait trouvée détestable auparavant. Si elle passait Noël toute seule, il serait peut-être bien de venir lui rendre une visite surprise et de lui offrir un chien ? Il ne savait pas pourquoi il pensait à cela, mais si elle ne comptait pas célébrer Noël avec quelqu’un au moins qu’elle le passe avec un chien. C’était tout à fait honorable de sa part, mais il fallait maintenant trouver le moyen d’échapper à sa mère et pouvoir partir assez longtemps pour trouver un chien et lui offrir le soir de Noël. Il ne savait même pas où elle habitait. Sa mère devait le savoir, mais là encore il se heurtait à un problème : comment faire tout ça sans qu’elle ne se doute de rien ? Il acquiesça et continua son interrogatoire : « Poils longs ou poils courts ? » Il n’était pas discret du tout, mais autant lui faire plaisir plutôt que de lui ramener un chien qu’elle détesterait. Surtout qu’elle lui apparaissait difficile d’habitude, alors mieux valait faire les choses dans les règles de l’art. Le chihuahua était donc à bannir, puisque c’était le chien de Paris Hilton. Il n’avait jamais compris pourquoi elle le foutait dans son sac, ni comment le chien avait appris à ne pas faire ses besoins dans le sac de la demoiselle, mais ça ne le regardait pas. Le jeune homme releva le regard vers mademoiselle Williams, se demandant avec quel chien il la voyait. Un Saint-bernard c’était bien trop gros. Un berger allemand ? Elle disait vouloir se sentir en sécurité, donc un tel chien serait une bonne idée. Mais il avait peur de faire une bêtise, et surtout il ne parvenait pas à comprendre pourquoi il souhaitait lui faire un cadeau et ça le perturbait. Elle pourrait le prendre mal, et ce n’était pas vraiment ce qu’il souhaitait. Il avait peur de sa réaction et il ne pouvait plus poser de questions sans quoi, elle le soupçonnerait, et pour lui, c’était mieux si la surprise était réussie, car elle ne pourrait dire non en voyant un chien devant elle. Ne sachant pas si elle avait le temps pour s’occuper d’un chiot, un chien déjà adulte serait un meilleur choix selon lui.

Chacun d’eux se venait en aide. Il était loin le moment où elle lui balançait des insultes sur le parking, à le faire passer pour un fou incapable de conduire, alors que les sourcils du jeune homme se fronçaient à la moindre parole de l’institutrice. A présent, tout ce qu’on pouvait lire dans ses yeux, c’était de la reconnaissance. Heureux que pour une fois, on cherche à l’aider sans médicaments, sans le forcer. Neo connaissait sa condition et de la façon dont les gens le percevaient dans la vie quotidienne, et il ne pouvait pas prétendre à un de ces métiers dont il rêvait. Il aimait les avions, il trouvait que c’était incroyable de pouvoir voler, et il aurait voulu être pilote d’avion de chasse. Seulement, il ne pensait pas qu’on l’autoriserait, alors il ne mentionna même pas son rêve, de crainte qu’on le remette en place, qu’on s’apitoie sur son sort. Il appréciait que la jeune femme n’ait rien répondu. Il comprenait qu’elle voyait ça comme un sujet sensible chez lui, et elle n’en avait pas abusé. Elle était loin du tyran qu’il avait connu autrefois. Qu’est ce qui avait changé subitement ? Il aurait aimé le savoir. A se focaliser sur cette question, il en oubliait les gens autour, et la jeune femme lui confiait même avoir eu envie de faire le tour du monde. Interloqué, il la regarda, grandement surpris : « Et pourquoi vous n’avez pas poursuivi votre rêve ? Je trouve ça génial le tour du monde ! » En avion, en montgolfière, en bateau, à la nage, à pied, à vélo. Il y avait tant de moyens de le faire. Il était véritablement intrigué par son histoire subitement. Et ils arrivèrent enfin à la librairie, et il eut une idée qui lui trotta dans la tête. Rentrant dans la librairie, il regarda rapidement les livres saisissant en tête de gondole un livre de Douglas Kennedy. Ca devait être celui-ci pour sa mère. Il s’en empara rapidement, mais pénétra dans un autre rayon : celui des voyages. Il lui fit part de ce qu’il avait en tête. « Choisissez un livre n’importe lequel…Je vous l’offre. Comme ça vous ferez le tour du monde d’une autre manière ! » Il lui sourit sincèrement. Il avait trouvé un cadeau, et ça serait peut-être moins compliqué que de dénicher un chien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Lun 19 Mar 2012 - 21:08

« Poils longs ou poils courts ? » Haussant un sourcil, Reagan commençait réellement à trouver toutes ces questions étranges. Les questions de l’adolescent étaient de plus en plus détaillées et elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi il lui posait à présent tant de questions sur les chiens. Soit, le jeune lycée adorait réellement les animaux et ce sujet de conversation l’émerveillait au point qu’il finissait par poser toutes sortes de questions sur l’animal, même des questions inutiles. Soit, il avait quelque chose en tête. Bien trop perturbée pour envisager cette possibilité, l’institutrice fixait Neo d’un air troublé. Comme si en le regardant simplement, elle arriverait à comprendre ce qui se tramait alors en lui. Finalement, elle se contenta de répondre, prudente : « Je ne sais pas. Mais pourquoi tu me poses toutes ces questions ? » Peut-être cela faisait-il simplement parti de son caractère. Il y avait des personnes qui lorsqu’elles sont lancées sur un sujet de conversation particulier, ne s’arrêtent plus. Reagan ne s’imaginait pas parler de chiens pendant des heures durant, surtout pas si elle devait commencer à énumérer ses goûts précis en matière d’animaux. Après tout, qui s’intéressent à de pareils détails ? Pas elle, en tout cas.

« Et pourquoi vous n’avez pas poursuivi votre rêve ? Je trouve ça génial le tour du monde ! » Un petit sourire s’afficha sur les lèvres de la blonde. Il était certain que c’était génial. Reagan n’avait finalement jamais trouvé cette occasion de faire le tour du monde comme elle l’avait rêvé. Mais cela pouvait toujours arriver dans le futur. Agée de presque 29 ans, il lui restait un peu plus d’un an avant d’arriver dans la trentaine. Elle était certes loin de la jeunesse de ses vingt ans mais n’était pas encore une vieille harpie qui n’arrive plus à marcher. Au fond, elle espérait encore avoir cette occasion, un jour. Visiter tous les pays et se faire plaisir aux quatre coins du monde. Elle avait au moins eu l’occasion de se rendre dans plusieurs coins des Etats-Unis, c’était déjà fait. Restait quelques endroits qu’elle souhaitait visiter comme San Francisco et le Texas et elle pourrait être satisfaite d’elle-même. « Je suppose que j’ai trop écouté mes parents qui voulaient que je termine mes études. Voyager n’était pas dans leurs plans, j’ai fait ce qu’il voulait que je fasse. Du moins, au départ. » Parler de tout cela avec l’adolescent était de plus en plus étrange pour la jeune femme. Plus particulièrement car elle parlait alors de ses géniteurs. Reagan n’avait plus eu aucun contact avec ceux qui l’avaient mise au monde depuis bien longtemps à présent. Elle n’avait pas particulièrement cherché à en avoir et ne cherchait pas à savoir s’il la recherchait, eux.

« Choisissez un livre n’importe lequel…Je vous l’offre. Comme ça vous ferez le tour du monde d’une autre manière ! » Reagan n’avait plus lu depuis tellement longtemps, l’idée de prendre un livre sur le thème du voyage lui plaisait énormément. Cependant, elle n’imaginait pas laisser le jeune homme payer pour elle. Il n’était qu’un adolescent et elle savait pertinemment qu’à cet âge là, trouver de l’argent n’était pas toujours chose aisée. Elle n’allait donc pas le laisser dépenser de l’argent pour lui. Surtout au vu du comportement qu’elle avait pu avoir avec lui auparavant. « Je prendrais un livre mais je refuse que tu me le payes. Tu n’as pas besoin de faire cela, alors garde ton argent. Tu t’achèteras quelque chose pour toi. » Lui adressant un vif clin d’œil, Reagan reposa son regard sur les livres présentés devant elle pour finalement en prendre un qui portait le titre « Voyages au bout du monde. » Tournant les talons, elle se dirigea alors vers la caisse pour payer le livre, sans laisser au jeune homme la possibilité d’insister. De toute manière, elle était bornée et ne se laisserait pas avoir aussi facilement. Une fois les encaissements faits, elle se tourna à nouveau vers Neo et lui adressa un regard entendu. « Prêt pour le retour, champion ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Jeu 22 Mar 2012 - 11:42

Comme il s’y attendait, le nombre de questions qu’il posait à l’institutrice semblait la déranger. Neo était tellement pointilleux que ça en devenait presque effrayant. S’il n’était pas si adorable, il aurait pu passer pour un psychopathe. Le garçon avait des attitudes qu’on jugeait déplacées, et il n’était pas rare qu’il harcèle sans s’en rendre compte pour avoir une réponse à ses questions. Il essayait parfois de se contenir, mais parfois, il se laissait juste aller. La vie d’un autiste est plus compliquée qu’il n’y parait, surtout pour ceux qui ont conscience de leur handicap comme Neo. Comme il n’aimait pas attendre lui-même qu’on lui donne des réponses, il répondit très vite à la jeune Williams d’un haussement d’épaules : « Je m’intéresse c’est tout. » Mais puisqu’elle ne souhaitait pas poursuivre cette conversation il ferait l’effort de rester sur cette idée avec le peu d’information qu’il avait. Au moins, ça lui laissait plus de choix pour le chien. Il ne lui en parlerait pas. Il ne souhaitait pas qu’elle découvre ce qu’il mijotait parce qu’il voulait lui faire une surprise pour Noël. Malgré ce qu’elle lui avait fait subir, Neo n’était pas rancunier, il baissait sa garde et voyait là un moyen de lui faire comprendre qu’il n’était pas un monstre mais bien un garçon comme les autres qui tentait de se faire une place dans ce monde, tout comme elle, car il le sentait, elle s’était isolée pour une raison qui lui échappait par le biais de sa mauvaise humeur ambiante.
Il songeait parfois à quitter sa famille, sa mère, et à parcourir le monde pour se créer sa propre identité dans chaque pays qu’il visiterait. Neo voyait le voyage comme un moyen d’exploration, mais également comme un renouveau. S’il n’était pas heureux ainsi, pourquoi ne pas partir dans des endroits où personne ne le connaissait et ne saurait rien sur sa condition ? Parce qu’il pensait toujours au moment où sa mère remuerait ciel et terre pour le retrouver. Il savait au combien elle était attachée à lui, même si elle l’empêchait parfois de vivre, elle était une mère et ne voulait que le bien pour son fils. Alors il restait. Il y avait également une autre raison, et elle était plus récente : après l’échec cuisant avec Famke, qui avait fini par fuir du jour au lendemain, il voyait presque le mal partout et avait peur qu’on le détruise, lui qui était si naïf. C’était également pour cette raison qu’il gardait dans un coin de sa tête, tout le mal que Reagan lui avait fait, car il était possible qu’elle recommence. Cette gentillesse soudaine ne disait rien qui vaille, et pourtant, il se laissait tenter à baisser sa garde, comme il l’avait fait avec Famke. Mais Reagan contredisait sa vision des choses. Elle n’avait fait qu’écouter ses parents, ce qui faisait qu’elle avait renoncé à ses rêves et il trouvait ça triste. Elle devait regretter de les avoir écoutés au final. Il était encore temps d’y remédier, voyager n’était pas un rêve inaccessible. Mais elle avait l’air d’avoir de la rancœur envers ses parents. « Et vous comptez poursuivre votre rêve tout de même, n’est-ce pas ? » Il semblait presque enjoué pour elle. Un gamin adorable qui avait la vie devant lui mais qui préférait penser à la vie des autres. Son idée de cadeau tombant à plat puisque la jeune femme avait souhaité payer sans même qu’il puisse dire quoi que ce soit, il la contredit malgré tout. « Mais c’est Noël donc je fais des cadeaux à qui je veux. » Mais à son grand regret, elle ne l’écouta pas plus et il s’avança timidement vers la caisse à son tour et tendit le livre pour sa mère balbutiant : « Je pourrais avoir une pochette cadeau s’il vous plait ? » La jeune femme à la caisse fut attendrie par le jeune homme et lui empaqueta son paquet bien rapidement avec un large sourire. C’était Noël. D’habitude, on avait peur de lui. Quant à Reagan, elle lui demandait s’il était prêt pour le retour, et il l’était, mais il voulait insister : « Vous êtes sûre que vous voulez pas venir chez nous pour Noël ? Mon beau-père adore les voyages. » Un bon moyen de la convaincre ? Mais il n’en restait pas là. « En tout cas… » commença-t-il péniblement. « Merci beaucoup de m’avoir aidé aujourd’hui…C’est.. gentil. »Même plus que ça. Sans elle, il n’aurait pas acheté le livre, et il lui était redevable. Le bouquin de voyages étant déjà en possession de l’institutrice, il se rabattait sur le chien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv) Mer 4 Avr 2012 - 18:45

« Et vous comptez poursuivre votre rêve tout de même, n’est-ce pas ? » A vrai dire, elle n’en savait rien. Cette époque où elle ne pensait qu’à fuir et à découvrir le monde était bien loin d’elle désormais. Au point qu’elle ne savait même pas si c’était quelque chose dont elle avait encore réellement envie à présent. Après tout, sa vie à Ocean Grove était plutôt paisible. Trop, à vrai dire, comparé à ce qu’elle avait pu connaître auparavant. Avant son arrivée dans le quartier, Reagan n’avait jamais été le genre de femme calme et qui reste chez elle. C’était une femme dynamique et très fêtarde, qui passait son temps à s’amuser et à répandre sa bonne humeur autour d’elle. Tout avait tellement changé. Mais n’était-ce pas là ce qu’elle avait cherché en Ocean Grove ? Le calme et la tranquillité ? Une vie paisible où elle pourrait se cacher et se reposer. Reagan avait réellement du mal à savoir ce qu’elle voulait à présent. Avait-elle fait les bons choix ? Elle n’en savait rien. Elle laissait sa vie suivre son cours sans trop chercher à prévoir quelque chose pour la suite. D’une certaine manière, elle avait fini par vivre au jour le jour. Reagan ne savait pas combien de temps elle resterait à Ocean Grove, mais elle n’avait pas l’intention de partir pour le moment. Pour aller où, de toute manière ? Haussant alors vaguement les épaules, elle se contenta de répondre sur un ton bas au jeune homme, avec un bref sourire. « Je ne sais pas. Je ne sais pas si c’est toujours ce que je veux. Après tout, c’était des rêves d’adolescents. » Non pas qu’elle veuille dire que les rêves de l’adolescence soient stupides. Juste qu’elle se sentait bien différente de cette adolescente qu’elle était alors autrefois. Comme si elles étaient deux personnes totalement différentes. Mais pas si différentes que cela. « Vous êtes sûre que vous voulez pas venir chez nous pour Noël ? Mon beau-père adore les voyages. » Et voilà qu’il revenait sur le sujet. C’était adorable. Mais cela était inconcevable pour l’institutrice. Noël était une fête à passer en famille. Cela la gênerait énormément de se retrouver parmi eux, elle savait pertinemment qu’elle n’y trouverait pas sa place. Aussi, elle ne voulait pas qu’il la prenne en pitié. Et pourtant, il lui semblait que c’était exactement ce qu’il faisait. Neo avait de la peine qu’elle soit seule un jour pareil. Enfin, Reagan ne voulait pas être démoralisée par une telle soirée. Être au milieu d’une famille épanouie et unie n’aurait que pour conséquence de l’attrister, de la renforcer sur sa propre solitude. « Oui, j’en suis sûre. Mais c’est vraiment gentil de ta part Neo de proposer. » Lui adressant alors un petit signe de tête, ils prirent la direction de la sortie. Alors qu’ils marchaient, l’adolescent reprit la parole. « Merci beaucoup de m’avoir aidé aujourd’hui…C’est.. gentil. » Un petit sourire se dessinait alors sur les lèvres de la blonde. Elle-même n’aurait jamais cru que cette journée se terminerait de cette manière. Jamais, au grand jamais, elle aurait imaginé avoir un meilleur comportement avec Neo McKenna, s’imaginant déjà le mépriser pour le reste de sa vie. Et pourtant, les choses étaient arrivées. Le trajet du retour fût assez rapide, à vrai dire, ils eurent la chance de ne pas croiser grand monde dans leur parcours. Une fois arrivée à la voiture, Reagan releva la tête vers l’adolescent. « Je suis désolée d’avoir été mauvaise avec toi auparavant. Je m’étais trompée à ton compte. » Lui adressant un petit sourire gênée, elle baissa la tête. Reagan n’avait pas pour habitude de s’excuser, pourtant là, elle s’y était sentie obligée. « Passes de bonnes fêtes. »

- SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: BORN THIS WAY (pv)

Revenir en haut Aller en bas
 

BORN THIS WAY (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: CocoWalk-