AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RUNNING UP THAT HILL (pv).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: RUNNING UP THAT HILL (pv). Mar 27 Déc 2011 - 20:41

Le bal de Noël. Si Pryce en avait beaucoup entendu parler dans le passé, c’était là la première année où elle avait l’occasion d’y participer. Cette année, l’organisatrice Lilianne Auber avait décidé de convier à la fête tous les habitants du quartier d’Ocean Grove sans exception, qui étaient tous -ou presque- énormément ravis de pouvoir participer à cet événement dont tout le monde parlait chaque année avec grand enthousiaste et envie. Pour l’occasion qu’elle ne souhaitait évidemment pas rater, Pryce avait engagé une nounou pour s’occuper de sa fille durant la soirée. Une étudiante à qui elle faisait souvent appel pour des occasions de ce genre, puisque son père n’était pas toujours là pour s’occuper de la petite. Venir en compagnie de sa petite fille n’aurait pas déplu à la jeune brune qui trouvait cela bien dommage de ne pas pouvoir l’emmener. En effet, elle n’appréciait pas particulièrement le fait de laisser sa fille seule un soir à proximité du soir de Noël mais elle savait également qu’Ailena était encore trop petite, du haut de ses six ans, pour participer à une telle soirée. Après une longue heure de préparation pour être en meilleure forme qui soit, Pryce avait emprunté un taxi pour se rendre à l’hôtel luxueux du centre de Miami, laissant la baby-sitter avec sa fille à la maison. 19 heures tapantes. Pryce entrait dans la salle de réception vêtue d’une somptueuse robe rose tombante. Il était prévu qu’elle passe la vente aux enchères et donc le dîner en compagnie d’une amie, Goldie, puis qu’elle rejoigne son petit-ami officiel mais non officieux pour le bal. Elle se plaisait à s’afficher au bras du beau jeune homme que représentait Reese et se voyait presque regretter que leur couple ne soit que faux-semblant. Cependant, elle faisait cela essentiellement pour se protéger et pour rendre Lee jaloux. Reese avait immédiatement accepté de se prendre au jeu, toujours présent pour rendre un service et aider une vieille amie telle qu’elle l’était. En effet, les deux faux-amants se connaissaient depuis des lustres contrairement à ce que tout le monde pensait, puisque le père de Nohe connaissait depuis grand nombre années ceux de Reese. Et comme ce dernier habitait à Miami depuis toujours en compagnie de ses parents, ils n’étaient pas rares qu’ils aient eu à se croiser assez fréquemment par le passé. 22 heures. Après un bon repas satisfaisant, direction la grande salle pour se déchainer sur les pistes de danse et perdre toute la graisse accumulée par le repas. Pryce avait toujours adoré ce genre de soirée où l’on peut danser, boire et grignoter à sa guise. Bien sûr, en compagnie de Reese et de tous les médias qui le suivaient, elle se devait de rester convenable et ne pourra probablement pas se permettre de déhancher avec frénésie son derrière sur la piste de danse. Mais, connaissant ce genre de soirée, cela n’aurait de toute manière pas été possible puisque les musiques diffusées était plus du style à danser des slows en compagnie de son prince charmant puisque telle était le thème de la soirée plutôt que la zumba avec un parfait inconnu. Apercevant Reese au loin, discutant avec deux personnes qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam, elle se dirigea vers lui tout en arborant un sourire séduisant, rentrant alors dans son rôle de fausse petite-amie. Pryce se glissa alors à coté de lui et déposa un rapide baisé au coin de ses lèvres. « Avec tout ce monde, j’ai cru que je n’allais jamais te trouver. » Puis, elle adressa un petit signe de tête au couple avec qui il discutait alors, en guise de salutations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv). Dim 8 Jan 2012 - 19:28

Les soirées importantes qui se déroulaient dans Miami n'étaient jamais, ou presque, faites sans la présence de Reese. Personnage médiatique, on lui avait souvent répété qu'il était nécessaire de se montrer dans ce genre de réception afin de se faire connaître un peu plus. Qui sait sur qui il pouvait tomber, et même si le but était de passer un bon moment, de se détendre, les affaires prenaient toujours très facilement le dessus. C'est pourquoi Reese refusait rarement de se rendre à ce genre de festivité comme un bal de Noël. On ne pouvait pas vraiment dire qu'il soit un fan inconditionnel de ce genre de rendez-vous mais il savait qu'il y avait pire moment à passer dans sa vie, et si cela pouvait servir son business, il n'y voyait là aucun problème. Habitué aux belles tenues depuis son ascension fulgurante dans les personnalités riches de la ville, il ne trouva guère de difficulté à se dégoter un costume pour les circonstances. Il aimait bien s'habiller, c'était d'ailleurs une des choses qu'il avait découvert en voyant son compte en banque autant rempli. Avant de gagner aux courses qui avaient changé sa vie, il s'habillait toujours très simplement, à présent il faisait un peu plus d'effort pour paraître élégant. Il était entré dans la cours des grands, comme dirait sa mère. Elle l'avait souvent critiqué dans ses choix vestimentaires et elle accueillait toujours avec beaucoup de joie sa nouvelle garde robe. Limite, elle trouvait bonne l'idée de lui envoyer des catalogues de vêtements pour homme en prenant le temps d'entourer ou de marquer d'une croix les ensemble qu'elle voudrait bien qu'il porte. Cette nouvelle manie venant de sa mère pouvait agacer le jeune homme mais connaissant parfaitement sa mère, il préférait s'en amuser.

Il se rendit au Four Seasons Hotel par lui-même, contrairement à ce que les gens pouvaient penser, il ne possédait pas un chauffeur personnel. Il trouvait toujours dommage de confier le volant à une autre personne alors qu'il était parfaitement capable de conduire lui-même. Et surtout, ces voitures étaient pour qu'il en profite lui, et non pas pour un employé. Au volant d'une Audi, il laissa malgré tout le soin à un employé de l’hôtel de garer sa voiture. Reese passa une main d'une façon négligente sur son costume et pénétra dans l'établissement où se trouvait déjà beaucoup de monde. Il avait pour programme de faire un tour à la vente aux enchères qui étaient organisées avant de retrouver sa bien aimée, dont une vieille amie tenait le rôle. Depuis quand Reese avait enlevé l'étiquette de célibataire qu'il portait depuis un moment ? Telle était la question, mais la réalité était bien plus compliquée qu'elle n'y paraissait. Pryce était en effet une très vieille amie, qu'il connaissait donc depuis des années et pour qui il avait accepté de jouer son faux petit-ami. Un rôle qui était loin d'être contraignant, il ne pouvait dire le contraire. La jeune femme était très belle en plus d'être de bonne compagnie, mais il était surtout ravi de lui rendre service.

La soirée avait déjà bien débuté lorsque Reese pénétra dans la salle de bal où plusieurs couples s'enlaçaient pour danser. Le thème étant les contes de fée, il n'était donc pas étonnant de voir beaucoup de jeunes femmes dans leur tenue de princesse et une foule importante de princes. Tenue que lui-même arborait d'une certaine manière. Il se trouvait en compagnie de deux connaissances lorsqu'il sentit une pression au niveau de l'un de ses bras et une chevelure brune se rapprocher. Il cacha immédiatement sa surprise et sourit en posant les yeux sur Pryce. « Excusez-nous. » dit-il à l'adresse des deux personnes avec lesquelles il discutait. Il entraina la demoiselle un peu plus loin. « Tu es resplendissante Pryce. » un demi-sourire étira ses lèvres. « Ta soirée se déroule comme tu le souhaites pour le moment ? » S'il était parfaitement normal pour un soit disant petit-ami de se soucier du bien être de sa compagne sans nier un sous-entendu concernant leur 'plan', il posa davantage cette question en tant qu'ami car après tout, c'était de l'amitié qui reliait réellement les deux jeunes gens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv). Mar 31 Jan 2012 - 16:11

« Excusez-nous. » Rapidement, les deux amis s’éloignèrent vers un coin un peu plus isolé. Sans réellement le montrer, elle le remerciait pour cette délicate attention car même si elle adorait le fait d’être vue à son bras et d’être reconnue comme la petite-amie d’une personne assez célèbre, elle s’ennuyait trop rapidement lorsqu’elle avait à supporter les conversations de Reese avec d’autres personnages médiatiques. Pour tout vous dire, elle n’y comprenait pas grand-chose la plupart du temps puisqu’il arrivait fréquemment que les conversations de Reese tournent autour d’autres personnes ou d’émissions dont elle n’avait jamais entendu parler. « Tu es resplendissante Pryce. » Un petit sourire ravi s’afficha sur les lèvres de la brune, touchée par ce compliment. Depuis plusieurs années, Pryce ne doutait plus de sa beauté certaine. Cependant, cela n’était pas le cas lors de son adolescence où elle avait connu quelques périodes garçon manqué en compagnie de son ex-meilleure amie. Cela n’empêchait pas d’apprécier qu’on la complimente et c’était bien plus appréciable lorsque le compliment venait d’un aussi beau garçon que Reese. La brune prit un temps certain à le scruter des pieds à la tête avant de déclarer avec un petit sourire en coin : « Merci, mais tu n’es pas mal non plus ! » Reese avait un potentiel évident pour plaire aux femmes et il était très probable que son charme aidait à faire grimper son quota de popularité. De plus, depuis que la jeune maman avait le plaisir de s’afficher auprès du jeune homme, elle avait remarqué que beaucoup d’adolescentes ou femmes s’en prenait à elle par pure jalousie. Oui, Reese avait lui-aussi quelques groupies. Cela suscitait toujours un peu plus d’amusement chez Pryce, qui se plaisait réellement à jouer à ce jeu de mensonges. Elle se devait de s’occuper comme elle pouvait puisque mise à part son métier de tueuses à gages qu’elle n’exerçait que lorsqu’elle avait des demandes et sa fille qui passait la moitié de ses journées à l’école, elle n’avait pas beaucoup de choses à faire durant ses après-midi. Elle occupait donc son temps libre par des sorties dans la ville de Miami et il lui arrivait alors de tomber sur des groupies ou autres personnes qui finissaient par la reconnaître. Cela ne la dérangeait pas réellement, d’être reconnue. Cependant, elle savait que sur le long-terme, cela finirait probablement par l’ennuyer voir par l’énerver. « Ta soirée se déroule comme tu le souhaites pour le moment ? » A vrai dire, elle ne savait pas réellement ce qu’elle attendait de cette soirée mais pour l’instant, elle en était satisfaite. Il y avait une bonne ambiance, le repas était succulent et elle s’était bien amusée lors de la vente aux enchères. Elle ne pouvait rien demander de plus. « Oh oui, c’est parfait. C’est vraiment grandiose, je ne crois pas avoir assisté à une telle soirée auparavant. » Nohe n’avait jamais été du genre soirée mondaine sauf si c’était pour promouvoir ses services en tant que croque-mort, ce qui n’était pas très joyeux il fallait l’avouer et cela leur avait déjà valu de se faire virer au moyen de coup de pieds dans le derrière d’une soirée organisée par des personnes chics du quartier. Pryce était adolescente encore à ce moment-là et c’est une scène qui l’avait beaucoup amusé. Nohe n’avait jamais compris ce qui s’était passé et ils avaient fini par en rire, de retour à la maison. C’était impossible de s’ennuyer avec un père comme le sien. « Peut-être un peu trop grandiose, même. » Pour expliciter sa pensée, Pryce prit une voix grave et qui ressemblait à celle des majordomes et serveurs. « Pour mademoiselle, un canapé au gingembre sur lit de crustacés et délice échalote. » Pryce échappa un petit rire. Elle n’avait jamais compris pourquoi les restaurateurs se compliquaient tant la vie pour trouver des noms à leurs préparations. Au final, on ne comprenait plus rien de ce qu’on avait dans l’assiette, c’en était désespérant. « N’empêche, c’était bon. » Elle se devait de l’avouer. « Tu étais à la vente aux enchères ? J’ai poussé Goldie à acheter une vieille poupée en porcelaine. Il faut que je me prépare à sa future vengeance, après ça. Lorsqu’ils ont annoncés le prix, elle était occupée à se battre avec une cerise de sa salade de fruits. Elle a failli s’étouffer avec lorsque je lui ai annoncé pour combien de billets elle venait de l’acheter. » A la pensée de ce souvenir bien récent, Pryce afficha un petit sourire amusé. Elle savait que Goldie allait sûrement lui faire payer une autre fois en la poussant à son tour à acheter un objet aussi laid que l’était la poupée, mais elle s’en amusait. Avec Goldie, elles aimaient se faire des petites farces telles que celles-ci et il était rare qu’elles s’ennuient toutes les deux. Cela depuis toujours et malgré le fait qu’elles avaient connu une période de tension récemment achevée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv). Dim 4 Mar 2012 - 14:34

Il connaissait que trop bien sa jeune amie pour savoir qu'elle n'était pas une grande habituée de ce genre de réception mais il était ravi qu'elle y prenne goût et qu'aucun drame ne soit à déplorer. La soirée était agréable, Reese pouvait en témoigner et il aurait été dommage qu'elle soit gâchée. Il esquissa un sourire en écoutant Pryce s'émerveiller, il y avait quelque chose de presque enfantin dans le son de sa voix, il n'y avait aucun doute possible qu'elle appréciait les festivités de ce soir et en profitait comme il se devait. Il ne leur était pas donné souvent de partager ce genre de moment, dans de si belles tenues en compagnie de ce genre de personnes, Reese non plus ne pouvait espérer plus. Il n'avait pas besoin de beaucoup pour savourer et se délecter d'un moment comme celui-ci. Il restait simple malgré son compte en banque bien rempli. Il avait connu le plaisir de se satisfaire du strict minimum alors qu'aujourd'hui, pratiquement tout lui était possible. Il avait failli en perdre la raison mais il pouvait compter sur ses parents et sur ses amis pour retrouver le chemin de la réalité. Il avait eu la chance de devenir un privilégier du jour au lendemain, à présent il devait y travailler pour le rester. Et si demain il retournait à la petite vie d'un homme ordinaire ? Comment le prendrait-t-il ? C'était une bonne question. Mais si l'ordinaire pour lui se contenter de passer seulement quelques heures en compagnie d'une femme aussi charmante que Pryce, il ne se plaindrait pas.

L'imitation de Pryce eut pour résultat d'arracher un rire à Reese. « Tu t'y habitueras. » Si seulement elle désirait remettre ça car ce n'était pas tout le monde qui aimait l'ambiance bon chic bon genre des soirées mondaines. C'était une des choses qu'il appréciait chez son amie, parmi d'autres. Elle ne se prenait pas la tête et le fait qu'elle soit plutôt éloignée des mondanités ne pouvait que lui plaire. Ce n'était pas pour rien qu'ils s'entendaient bien et que d'une certaine manière, leur faux couple semblait vrai. « J'y suis passé rapidement, je n'ai pas vraiment eu le temps de faire des emplettes. » répondit Reese en haussant les épaules. Il avait jeté un œil à la vente aux enchères organisée pour l'occasion mais il n'avait rien acheté. Il savait qu'il y en aurait encore beaucoup d'autres à Miami et que son porte monnaie y prendrait un coup un jour ou l'autre. « Tu as plutôt de la chance qu'elle n'ait pas décidé de t'étrangler sur le champs... Ce qui m'aurait poussé à te venger à mon tour aussi d'ailleurs. » s'amusa-t-il de la situation. L'amitié qui lui portait était assez importante pour qu'il se sente parfaitement capable de botter les fesses de quiconque oserait lui chercher des histoires mais il était tout aussi conscient qu'elle était une femme de poigne et ne se laisserait pas faire. Sa fille avait de quoi être fière d'avoir une maman comme elle. « Comment va la petite ? » En acceptant de jouer le petit ami de Pryce, il était – aux yeux des autres – devenu aussi une sorte de beau père. Ce qui ne le gênait pas puisque rien de tout cela n'était vrai. Malgré toute l'affection qu'il portait pour Pryce et sa fille, Reese n'était pourtant pas encore prêt à fonder une famille et à avoir des enfants, ce qui ne l'empêchait pas d'apprécier leur compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv). Lun 19 Mar 2012 - 19:23

« Tu t'y habitueras. » Un petit sourire se dessina sur les lèvres rosées de la jeune maman alors qu’elle était satisfaite d’avoir pu arracher un rire à son compagnon. « Oui, probablement. » Elle ne savait pas réellement si elle aurait l’occasion de s’y habituer, ni même si elle en avait le désir, en fait. Lors de son adolescence, Pryce enviait les étudiantes de son lycée qui faisait partie de la haute société et participait à toutes les soirées mondaines organisées. Elle les jalousait au plus haut point et regrettait de ne pas être comme elle. Elle en voulait parfois à son père. Elle regrettait qu’il n’ait pas une meilleure réputation dans le quartier et qu’il soit si peu apprécié par les autres habitants. A présent, son avis sur ce genre de soirées était plutôt neutre. Certes, elle se sentait comme une enfant qui découvre des choses splendide, des choses qu’elle n’avait jamais vues auparavant jusqu’à ne pas soupçonner qu’elles puissent exister, mais ce n’est pas des soirées auxquelles elle aurait apprécié participer tous les week-ends. D’un côté, elle appréciait sa vie et sa petite routine et ne souhaitait pas réellement la changer. De toute manière, elle ne savait pas réellement si elle aurait toujours l’occasion de participer à ce genre d’événements. Là, l’organisatrice avait eu dans l’idée de convier tous les habitants du quartier mais cela était plutôt rare. Tant qu’elle s’afficherait avec Reese, elle serait toujours conviée partout, c’était certain. Mais là n’était pas son objectif. Pryce se rendait bien compte que cela ne pouvait pas durer éternellement et elle ne voulait pas être celle qui le ferait louper des occasions pour tomber amoureux. Elle lui souhaitait réellement, de trouver celle avec qui il voudrait faire sa vie. Tout comme elle espérait trouver elle-aussi cette personne et malgré le fait que cet homme qu’elle cherchait tant se trouvait peut-être sous ses yeux sans qu’elle s’en rende encore compte. Ou alors qu’elle cherchait à se le cacher, malgré tout. « J'y suis passé rapidement, je n'ai pas vraiment eu le temps de faire des emplettes. » Pryce acquiesça d’un air intéressée. La plupart des objets vendus à ce genre de ventes étaient tous très étranges pour elle. Pas le genre d’objets qu’elle achèterait pour les mettre en décoration dans son séjour. Mais, probablement que ses goûts étaient bien trop éloignés des habitants du quartier. La jeune maman avait toujours apprécié la modernité et la luminosité et sa maison en était un exemple parfait. Cela différait bien de la maison de son paternel, mais qu’elle appréciait aussi pour le sentiment de sécurité qu’elle ressentait lorsqu’elle s’y rendait. Ici, la plupart des objets vendus s’accordaient avec des maisons chics mais à la décoration un peu trop vieillotte selon l’avis de Pryce. « Tu as plutôt de la chance qu'elle n'ait pas décidé de t'étrangler sur le champs... Ce qui m'aurait poussé à te venger à mon tour aussi d'ailleurs. » Un petit sourire amusé gagna les lèvres de la brune alors qu’elle était réellement touchée par ses paroles. C’était toujours bon de savoir qu’on a de bons amis sur qui compter. « Vraiment, tu aurais fait cela ? » Donnant alors une petite tape taquine sur le torse du jeune homme, elle lui adressa un sourire malicieux avant d’annoncer : « Tu vas presque me faire regretter de ne pas être ta véritable petite-amie» Pryce eut un petit gloussement, montrant à son ami qu’elle plaisantait totalement. Il représentait beaucoup pour elle et qu’elle puisse tomber amoureuse de lui paraissait presque improbable. Elle connaissait le brun depuis toujours plus ou moins et le considérait presque comme un frère qu’elle n’avait jamais eu, à vrai dire. Sans conteste, il était le meilleur ami qu’elle pouvait avoir. « Comment va la petite ? » Un large sourire apparaissait alors sur les lèvres de la brunette alors qu’on parlait là de la personne à laquelle elle tenait le plus au monde : sa fille. Ailie était tout pour elle, clairement. « Ca m’embête un peu de passer une soirée sans elle un soir proche de Noël, mais j’espère qu’elle m’en voudra pas trop. » Pryce afficha une légère grimace montrant son désarroi. « Sinon, elle m’a demandé quand est-ce que tu revenais la voir, il y a quelques temps. Elle t’aime bien tu sais. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv). Mer 2 Mai 2012 - 16:55

« Bien sûr, pour qui tu me prends ? » dit-il en prenant un air faussement offusqué puis sourit. S'il n'était pas capable de se montrer un temps soit peu protecteur avec Pryce, alors il ne le serait pour personne. Après tout, c'était évident que même s'ils ne faisaient que semblant, la belle avait une place particulière dans la vie de Reese. Il ne le dirait jamais assez qu'il était heureux de l'avoir parmi ses amis les plus proches, surtout de ceux qui sont restés les mêmes avant et après le changement financier qu'avait connu le jeune homme. Il avait malheureusement vu des regards différents, entre Sara, son ex petite amie qui n'avait pas supporté tout ce bouleversement et les autres, qui devenaient un peu trop proches... Reese avait dû rapidement apprendre à faire la part des choses et à se méfier des vautours. Heureusement, il pouvait compter sur ses parents, sa bande de potes et des personnes comme Pryce tout simplement pour ne pas passer dans la case 'pigeon' de service. Ils lui permettaient aussi de garder les pieds sur terre, cela allait de soit. « Ah ça oui, tu ne sais pas ce que tu perds. » continua-t-il sur le ton de la plaisanterie. Ce qui avait de bien et d'agréable surtout, était qu'il n'y avait pas d’ambiguïté entre eux. Ils étaient comme meilleurs amis et c'était bien suffisant, ils pouvaient compter l'un sur l'autre sans aucun problème. Ils avaient tout deux une vie bien chargée, personnelle ou professionnelle, ce petit jeu entre eux n'était qu'un service d'ami. Il ne se demandait pas pendant combien de temps encore cela allait durer, il pouvait tout aussi bien commencer à se lasser de faire semblant et pouvoir continuer de flirter sans avoir peur qu'on le traite d'infidèle mais étrangement, il laissait couler le temps sans difficulté. Au moins, les affaires l'occupaient assez pour ne pas trop s'en inquiéter. « Ecoute, je ne m'y connais pas du tout mais je suis sûr que ça ne peut pas vous faire de mal d'être un peu séparées. Il faut que tu penses à toi aussi parfois. » Il attrapa une main de Pryce et la serra amicalement tout en souriant, il voulait la rassurer et c'était le mieux qu'il pouvait faire. « Vraiment ? Elle non plus ne peut pas me résister ? » Il rit puis redevint sérieux. « Je passerai dans la semaine, et je ne viendrai pas les mains vides. » Reese lui adressa un clin d'oeil complice, il lui semblait naturel de venir avec un petit cadeau en cette période de noël. Lui aussi appréciait l'enfant. « Elle ne peut que être fière d'avoir une super maman comme Pryce Crowley. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv). Mer 16 Mai 2012 - 18:13

« Bien sûr, pour qui tu me prends ? » Gloussant légèrement, Pryce s’amusait à l’idée qu’il puisse venir la secourir ou la venger tel un vrai heros. Il l’était, pour elle, d’une certaine façon. Pryce admirait son ami et toutes les épreuves qu’il avait traversées depuis qu’elle le connaissait. Reese avait su gravir les échelons pour se faire une place dans la société, dans la vie des célébrités pouvait-on même dire. Sans l’aide de personne, il avait réussi sa vie et réalisé ses rêves. Pryce était réellement fière de lui et elle espérait qu’il était fier de lui-même, également. Il avait de quoi. Pryce aurait aimé être aussi ambitieuse que lui. Elle l’était, à l’époque. Lors de ses études à NY, Pryce était le genre d’étudiante studieuse qui s’imaginait déjà PDG d’une grande entreprise ou à un poste très important dans le milieu de la gestion et du relationnel. Mais, cela ne s’était pas déroulé comme elle l’avait prévu et elle ne le regrettait pas pour autant. « Ah ça oui, tu ne sais pas ce que tu perds. » Avec un petit sourire, Pryce accueillit cette affirmation. Tous deux plaisantaient et Pryce s’amusait beaucoup de cette relation. Au départ, elle n’avait pas trop osé demander à son ami ce service et avait réellement peur que cette fausse relation le gène. C’est pourquoi, elle avait hésité des semaines avant de finalement se lancer, réalisant alors qu’elle n’avait pas vraiment le choix si elle voulait sauver sa peau. Mais, à présent, elle n’était que plus satisfaite de cette relation factice qui n’avait eu que pour conséquence de les rapprocher encore un peu plus. Rien de bien mauvais, en somme. Pryce ne savait pas combien de temps cela durerait encore mais elle était bien consciente qui fallait qu’elle trouve une solution pour éloigner voir pour mettre son chasseur hors-service. Elle ne pouvait pas se contenter de l’assassiner, lui-aussi. Cela ne ferait qu’accentuer les soupçons sur elle. Puis, malgré tout, quelque chose l’empêchait d’en vouloir réellement à Noah. Quelque chose de fort et d’encore bien incompréhensible pour la jeune femme. Peut-être qu’après tout, elle ne voulait pas savoir. Peut-être qu’elle préférait ne pas y penser. C’était bien plus facile comme cela. « Ecoute, je ne m'y connais pas du tout mais je suis sûr que ça ne peut pas vous faire de mal d'être un peu séparées. Il faut que tu penses à toi aussi parfois. » Pourtant, c’était dur pour Pryce d’être séparée de sa fille. Ailena, sa chair et son sang. Dès qu’elle vaquait à des occupations ayant pour but de la détendre, elle avait l’impression, quelque part, de l’abandonner. Peut-être un peu trop maman gâteau, elle savait qu’elle devait se calmer. Mais après tout, ne reproduit-on pas l’éducation qu’on a reçue de nos propres parents ? Prendre exemple sur sa mère n’était sûrement pas une bonne idée, mais l’éducation que Pryce avait reçue de son père était bonne. Peut-être pas assez stricte par moment, mais Pryce n’avait rien de grave à reprocher à son cher père. « Vraiment ? Elle non plus ne peut pas me résister ? » Avec un sourire mielleux, Pryce répondit immédiatement : « Qui le peut ? Un homme si charmant, si tendre et si drôle que toi ? Te résister ? Impossible. » Selon elle, Reese ferait un père parfait et elle espérait sincèrement qu’un jour, il finisse sa perle rare. Celle avec qui il fonderait une famille et vivrait heureux pour toujours. N’est-ce pas ce que l’on cherche tous ? « Je passerai dans la semaine, et je ne viendrai pas les mains vides. » Acquiesçant avec joie, Pryce réfléchissait déjà à toute sorte de gâteaux de Noël qu’elle allait pouvoir confectionner pour accueillir son ami. C’est qu’elle appréciait gâter ses invités. « Super, elle sera ravie ! » - « Elle ne peut que être fière d'avoir une super maman comme Pryce Crowley. » Baissant la tête, Pryce rougit légèrement à ce compliment qui ne peut que lui faire plaisir. « T’es trop gentil. » Relevant alors la tête pour adresser un léger sourire gêné au jeune homme, elle portait alors son regard sur le reste de la salle où tout le monde semblait bien s’amuser. Dans leurs robes de princesse et de prince, chacun s’afférait à ce que cette soirée ressemble à un vrai conte de fées. « Bon, et si on profitait un peu de la soirée ? Normalement, les princes charmants font danser leurs princesses, non ? » Avec un petit gloussement, elle attrapa le bras du brun, pour le guider jusqu’à la piste où personne ne dansait encore. Ils seraient les premiers à ouvrir la danse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv). Dim 27 Mai 2012 - 10:49

Parmi tout ses proches, Pryce occupait une place particulière et importante aux yeux de Reese qui n'hésiterait pas une seconde pour lui venir en aide. Il fallait bien se l'avouer, une réelle amitié, pouvant traverser n'importe quelle épreuve, ça ne courait pas les rues et surtout ça s'entretenait. La jeune PDG ne pouvait se permettre de perdre ceux en qui il avait une entière confiance et qui faisaient en sorte de lui rappeler d'où il venait. Parce que ce n'était pas une honte. A une époque peut-être, après avoir soudainement pris conscience que sa vie allait changer avec le jackpot qu'il avait amassé. Tout lui semblait alors accessible et il ne désirait qu'une chose : l'obtenir. La peur de tout perdre l'avait paralysé pendant un temps mais heureusement il avait repris ses esprits. Plusieurs personnes s'en étaient chargés du moins. Reese ne serait pas l'homme qu'il est sans ces mêmes personnes, il leur devait tout. L'argent ne devait pas dicter sa conduite, ni sa façon d'être. Il savait, à présent, faire la différence. Qui avait dit qu'il n'était pas possible d'être un véritable requin en affaire tout en gardant toute sa simplicité dans le privé ? C'était ainsi que Reese se voyait. Une fois plongé dans son travail et la petite entreprise qu'il devait faire tourner, il faisait en sorte que les choses fonctionnent et puisqu'il s'en sortait bien alors c'était parfait. Mais une fois loin de toute médiatisation, loin des rendez-vous et dîners mondains... Il redevenait quelqu'un de parfaitement normal. « Fais attention, je vais peut-être finir par prendre la grosse tête avec tous ces compliments. » C'était aussi une façon de dire merci, il ne pouvait qu'apprécier d'entendre Pryce dresser un tel tableau le concernant. N'importe quel homme en serait ravi. Il lui sourit avant de poser un regard intrigué en direction de la piste de danse. Il reporta ensuite vivement son attention sur son amie. « Tu as raison ! Je manque à tous mes devoirs. » Il lui présenta son bras sans tarder et les deux faux amants se dirigèrent vers la piste encore déserte. Alors quoi ? Personne ne désirait montrer son petit déhancher ? Puisqu'ils ne jouaient que de la musique de bal, Reese posa l'une de ses mains dans le bas du dos de Pryce tandis que l'autre attrapa la main de son amie. Ainsi, il la guida en rythme. Heureusement pour lui comme pour elle, Reese avait quelques notions de danse. Ce n'était pas tout à fait un professionnel non plus mais Pryce n'avait pas à craindre qu'il lui marche sur les pieds. « Vous attirez tous les regards miss Crowley » dit-il d'une voix charmeuse alors que son visage se fendit d'un grand sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv). Mar 26 Juin 2012 - 19:52

« Fais attention, je vais peut-être finir par prendre la grosse tête avec tous ces compliments. » Un petit sourire se dessina sur les lèvres de la brune alors qu’elle profitait réellement de cette soirée. Pryce s’amusait vraiment et la compagnie de Reese lui était plus que bénéfique. Elle secoua la tête d’un air faussement exaspéré alors qu’elle savait pertinemment qu’il était l’une des rares personnes à ne pas prendre la grosse tête, malgré sa situation. Reese savait rester modeste et n’était imbus de sa personne pour rien au monde. C’était là une chose parmi tant d’autres qu’elle appréciait chez lui. « Tu as raison ! Je manque à tous mes devoirs. » Gloussant légèrement suite à sa remarque, Pryce l’entraîna alors jusqu’à la piste de danse sans qu’il se fasse prier et les deux amants commencèrent à danser sur une musique douce, tous les regards se dirigeant vers eux étant donné qu’ils étaient les seuls à avoir franchis le pas. Reese dansait plutôt bien, pour un homme et Pryce appréciait de le suivre, de se faire guider. C’était un réel plaisir de danser avec lui et elle n’avait probablement jamais dansé avec quelqu’un d’aussi adroit, du moins, dans ses souvenirs. La plupart des slows qu’elle avait eus l’occasion de danser, Pryce se faisait marcher sur les pieds toutes les trente secondes ou alors ses cavaliers prenaient la mauvaise habitude de lui rentrer dedans. Rien de bien agréable, en somme. Là, elle pouvait s’adonner au plaisir de tournoyer et virevolter dans tous les sens, en accord avec son cavalier. « Vous attirez tous les regards miss Crowley » Jetant un petit coup d’œil aux alentours, Pryce put, en effet, constater que beaucoup de couples les regardaient alors dans leurs danses et bientôt, la piste commença à se remplir d’autres couples. « Oh non, il ne me regarde pas que moi. » Adressant un petit clin d’œil malicieux au jeune homme, elle ajouta : « C’est nous ensemble, qu’ils admirent. Nous sommes si merveilleux, n’est-ce pas mon cher ? » Pryce émit un petit rire alors que la musique laissait alors place à une toute autre mélodie. Quelque chose d’un peu plus rythmée. Pryce s’adapta alors à la nouvelle musique, prête à danser jusqu’au bout de la nuit avec son cavalier.
~ sujet terminé ~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: RUNNING UP THAT HILL (pv).

Revenir en haut Aller en bas
 

RUNNING UP THAT HILL (pv).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Four Seasons Hotel Miami-