AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Jeu 29 Déc 2011 - 16:46


Cuz when we leave for the night, we ain't coming backTATUM TURNER & HERO TURNER

    Qui aurait cru qu'aux abords d'un si bel hôtel se trouvait une ruelle si sombre et si douteuse? La nuit était tombée depuis de nombreuses heures et la petite silhouette de Hero se tenait là, dans l'ombre ; perchée sur des talons qui lui donnaient quelques centimètres de plus, le regard de la petite brune n'avait de cesse de passer de sa montre à la rue vivante, au bout de l'allée, il faisait frais et si elle restait ici plus longtemps, elle n'échapperait pas à la bronchite ou autre rhume et angine sèche. Petite fille apeurée, délaissée, à qui on aurait donné un rendez-vous dans un endroit qu'elle avait pensé bien plus accueillant? Bien au contraire, si la jeune Texane se trouvait là et dans cette tenue, c'est qu'elle l'avait bien évidemment décidé. Elle jeta un nouveau coup d'oeil à sa montre et laissa échapper un petit râle d'énervement, on lui avait dit 22h, il était déjà 22h10 et à part elle il n'y avait l'ombre de personne; pas même son frère, qui aurait du être là depuis trente minutes, n'était à ses côtés. Mais ça, ca ne l'étonnait pas, Tatum était la réincarnation même du gros lapin blanc d'Alice. Il était la définition même d'en retard, tout simplement parce qu'il s'en foutait pas mal. Mais comment aurait-elle pu lui en vouloir, l'idée venait bien d'elle à la base. Jamais il ne serait venu la voir en lui proposant d'aller au Bal de Noël; Tatum Turner à un Bal de Noël bon chic bon genre, et puis quoi encore? Elle avait su utiliser les bons arguments et les bonnes moues pour le convaincre de venir et même si l'idée ne l'enchantait guère, elle savait qu'au fond il n'aurait manqué une occasion comme celle-là pour rien au monde. Elle avait entendu parlé de ce Bal de Noël tout à fait par hasard, alors qu'elle vagabondait à travers les rayons d'un énième supermarché, à la recherche de son prochain casse-croûte. Tout d'abord peu intéressée, il avait suffit qu'elle entende les mots "buffet", "champagne" et "musiciens" pour que son intérêt ne soit piqué à vif. Elle avait tendu l'oreille et avait récolté toutes les informations nécessaires dont elle avait besoin. Le seul petit hic était bien qu'elle n'avait pas reçu d'invitation, comment aurait-elle pu recevoir quoique ce soit puisqu'elle n'avait aucune adresse et qu'elle n'habitait pas vraiment à Ocean Grove, là où tout le gratin de Miami vivait -tout le gratin et tous les fêlés aurait-elle voulu ajouté aux jeunes femmes lorsqu'elle les avaient entendu glousser comme deux oies-. Ce quartier était bien plus malfamé que la ruelle dans laquelle elle se tenait en ce moment mais elle avait tout de même remit les pieds sur Lemon Street un matin, très tôt, alors que seuls quelques joggeurs faisaient leur petit tour. Personne ne lui avait prêté attention et elle s'était assurée qu'il n'y avait aucun mouvement au n°1500, derrière les rideaux résolument tirés, pour se diriger vers la boîte aux lettres. Tous les habitants du quartier avaient reçu une invitation avait-elle entendu dire et si elle était convaincue d'une chose, c'est que ce grand malade au 1500 n'irait sûrement pas jouer les Princes à un Bal de ce type. Elle avait bataillé quelques instants avec la serrure mais avait finalement réussit à mettre la main sur la précieuse invitation et avait déguerpit avant d'alerter le voisinage, ne laissant aucune trace de son passage derrière elle. Le reste, elle s'en était chargé comme une pro et avait fait appel à deux types dont elle avait trouvé les coordonnées dans une cabine téléphonique. Certes, le numéro menait à une équipe qui fabriquait des fausses cartes d'identité, mais la petite Texane ne s'était pas laissée démonter et les avait appelé en leur demandant de lui créer une invitation à ce Bal. Son frère en possédait une, c'était déjà ça de moins à gérer. Les types lui avaient annoncé un prix, un lieu de rendez-vous et une heure fixe. Voilà pourquoi la jeune fille était frustrée de se retrouver seule ici. elle n'avait aucune garantie qu'ils viendraient et s'apprêtait même à rebrousser chemin lorsqu'une silhouette s'avança finalement dans la petite ruelle. La lumière dans le dos elle ne distingua pas l'identité de son visiteur mais vu la démarche et la dégaine du type, elle sut tout de suite qu'il s'agissait -enfin- de son aîné. « Hey mais qu'est-ce que tu foutais bordel? Tu t'es perdu en chemin? » lui lança t-elle alors que ses bras retombaient sur ses hanches dans un geste las. Il arriva enfin à sa hauteur et la jeune fille le dévisagea de la tête aux pieds « Mouais... T'as rien trouvé de mieux? C'est quoi ces chaussures? J'te préviens Tate, t'as pas intérêt à faire tout foirer; moi je rentre que tu sois là ou pas!! » lui dit-elle en le menaçant de son index. Ils avaient beau avoir été séparé l'un de l'autre durant de longues années, Hero n'avait pas l'impression de se retrouver face à un étranger; et même si elle n'avait aucune idée de ce qu'il avait fabriqué durant tout ce temps, ce type aux cheveux constamment en bataille restait son frère, son sang, sa famille; c'était tout ce qui importait. « T'as un peu de fric sur toi? » lui demanda t-elle innocemment. Elle n'avait pas suffisamment sur elle pour payer la fausse invitation et espérait que son aîné comblerait le reste mais il n'eut pas le temps de lui répondre que deux phares de voiture les aveuglaient déjà. Une voiture noire avança doucement dans l'allée, le moteur ronronnant aussi doucement qu'un chat dormant auprès du feu. Un sourire s'afficha enfin sur le visage de la jeune Texane qui attrapa la main de son frère dans un geste d'excitation mal contenue. Si elle n'avait pas été propre sur elle, suffisamment maquillée et bien habillée, on aurait pu croire qu'elle était déjà sous l'influence de quelconque substances illicites; mais il n'y avait rien de tout cela; Hero était simplement surexcitée à l'idée de découvrir ce qui se passait à l'intérieur des murs de l'hôtel le plus prestigieux de Miami. C'était une occasion qui ne se représenterait plus à elle de si tôt, raison pour laquelle elle comptait faire de cette soirée, une soirée inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Sam 7 Jan 2012 - 17:56

Voilà qui ferait l’affaire, se dit Tatum en dénichant un pantalon noir. Au moins ne se pointerait-il pas en jean, chose qui, il le savait serait très mal perçue. Non pas qu’il se souciait vraiment de ce que les gens pouvaient penser mais il ferait un effort, rien qu’une fois, rien que pour faire plaisir à sa cadette. Après tout, ils venaient à peine de se retrouver, il pouvait bien changer d’attitude, ne fût-ce que pour une soirée. Surtout qu’elle semblait particulièrement excitée à l’idée d’aller à ce fameux bal dont tout le monde semblait parler en ville. Il avait reçu une invitation, lui aussi, mais à peine l’avait-il regardée. Il avait vu les couleurs, le texte et il avait balancé le carton par-dessus son épaule et avait continué à éplucher son courrier. Le reste n’avait été qu’un tas de factures à payer, rien de bien plaisant, donc. Il enfila le pantalon et se plongea dans sa garde robe pour trouver une paire de chaussures un tant soit peu habillées. Il dénicha des chaussures noires vernies usées. Il aurait peut-être dû y penser un peu avant, afin de les faire rajeunir un peu mais il était trop tard. Il était 21h30 et il aurait déjà dû être en route pour le rendez-vous avec sa frangine. Tant pis, elle l’attendrait bien un quart d’heure. Il s’assit à même le parquet et enfila les chaussures. Tant pis, aussi, pour les chaussettes dépareillées. Son look n’avait jamais été l’une de ses préoccupations, ce qui expliquait qu’il avait l’air si souvent chiffonné ou peu soigné. Il compléta le tout d’une chemise foncée – un miracle qu’il en ait une, lui qui détestait les boutons – et la camoufla sous une veste en cuir. Paré pour une soirée infernale, il dut aller fouiller dans sa poubelle pour retrouver l’invitation froissée et il se contenta d’un coup de brosse dans sa chevelure en bataille. Il tenta bien de l’aplatir du bout des doigts mais sans succès. Il haussa les épaules. Hero lui pardonnerait bien, elle le connaissait, elle ne s’attendrait d’ailleurs pas à mieux, qu’elle s’estime heureuse qu’il avait fait un minimum d’effort. Déjà qu’il n’avait aucune intention de ce rendre là-bas en premier lieu.
Il quitta sa maison vers 22h et emprunta les rues d’un pas nonchalant. Il connaissait à présent le coin par cœur et il userait donc d’un raccourci ou deux pour diminuer le temps qu’il mettrait à arriver. Étant déjà bien en retard, il savait que ça ne revenait pas à cinq minutes mais il ne voulait pas non plus faire preuve de mauvaise volonté. Il bifurqua enfin dans une petite ruelle, les mains enfoncées dans les poches de son pantalon sombre et il distingua la silhouette de sa cadette, à l’autre bout de l’étroit passage. « Hey mais qu’est-ce que tu foutais bordel ? Tu t’es perdu en chemin ? » Il n’accéléra pas la cadence, haussant les épaules en répliquant : « Relax, j’suis là, c’est le principal, non ? » Elle le détailla de la tête au pied et il leva les yeux au ciel. « Mouais… T’as rien trouvé de mieux ? C’est quoi ces chaussures ? J’te préviens, Tate, t’as pas intérêt à faire tout foirer ; moi je rentre que tu sois là ou pas !! » Il observa ses chaussures. D’accord, elles étaient loin d’avoir l’allure de ce qu’elles étaient au départ mais il n’en avait pris aucun soin, pas étonnant qu’elles se soient abimées mais c’était des chaussures en cuir, c’était pas déjà assez pour mademoiselle ? « T’avais qu’à m’offrir les pompes si tu voulais que je sois déguisé comme tu le rêvais » marmonna-t-il avant de sortir une cigarette qu’il glissa entre ses lèvres et alluma nonchalamment. « T’as un peu de fric sur toi ? » Il darda sur elle un regard méfiant, se demandant ce qu’elle allait encore bien pouvoir lui demander. S’il n’avait pas l’argent pour se payer une paire de chaussures décentes, c’était un indice, non ? Il ne roulait pas sur l’or et n’avait jamais eu grand-chose sur son compte en banque. Ce n’était pas le fait qu’il résidait à Miami qui allait le changer de ses bonnes vieilles habitudes. Il ouvrit la bouche pour répondre mais des phares vinrent les aveugler et il plissa les paupières en expirant la fumée de sa cigarette par ses narines. « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? » ronchonna-t-il en cherchant du regard les silhouettes des occupants du véhicule. « Qu’est-ce que t’as encore traficoté ? » Il était hors de question qu’il paie quoi que ce soit à des inconnus. Ça n’avait jamais été son truc, il n’avait pas envie de commencer ce soir. Il s’arrangea cependant pour se placer entre les phares et sa sœur, attendant qu’on vienne leur réclamer ce qu’Hero leur avait demandé. « J’peux vous aider, messieurs ? » lança-t-il avant de porter la cigarette à ses lèvres pour tirer une nouvelle bouffée. Sa main libre s’était glissée dans sa poche et effleurait le couteau rétractable qu’il emmenait partout avec lui. Il n’avait jamais eu peur de s’en servir, cela l’avait d’ailleurs sorti de bien des situations ennuyeuses par le passé. Après tout, depuis qu’il avait quitté son Texas natal, Tatum avait vécu un peu partout sur le continent nord américain et à aucun moment il ne se rappelait avoir dormi dans un château. Les boui-bouis où il avait résidé, ils s’en rappelait, il n’y avait rien de comparable avec le confort et le luxe modéré de son train de vie actuel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Dim 15 Jan 2012 - 0:08

    Les sales remarques désobligeantes que pouvaient lui sortir son aîné ne l'atteignaient pas le moins du monde, au contraire, Hero s'amusait généralement de voir les piques et petites remarques qu'ils pouvaient se lancer. Ca avait plus ou moins toujours été comme ça, même si, dans le passé, Tatum parvenait toujours à lui rabaisser le caquet. Pas assez affirmée, trop peureuse, l'âiné Turner était bien plus aguerrit qu'elle lorsqu'il s'agissait d'avoir du répondant; elle avait petit à petit prit exemple sur lui, s'était imprégnée de son arrogance et de son bagou. Elle avait du s'affirmer lorsqu'elle avait quitté le domicile familial pour enfin voler de ses propres ailes et survivre alors qu'elle était à peine majeure, et désormais, Tatum se trouvait face à quelqu'un d'aussi piquant et explosif que lui; sauf qu'il n'en avait visiblement pas encore conscience. Lorsque les phares de la voiture sombre les aveugla et que deux types sortirent du véhicule, le jeune homme se plaça automatiquement devant elle, lui bouchant la vue et la mettant ainsi volontairement de côté. Elle fronça les sourcils, offusquée, et fit un pas en avant pour se retrouver à côté de son frère. « T'occupes de rien surtout, laisse-moi parler » dit-elle calmement alors que son regard ne distinguait que les silhouettes des deux types. Elle porta une de ses mains en visière pour tenter de lever le jour sur les visages des deux hommes « J’peux vous aider, messieurs ? ». La voix de son aîné était affirmée et pleine d'assurance mais ca n'empêcha pas la petite Texane de rouler des yeux et taper doucement du pied. Elle lui donna un léger coup de coude pour le faire taire; pourquoi fallait-il qu'il ne l'écoute jamais? Enfants, elle comprenait qu'il prenne ainsi sa défense mais elle n'avait dorénavant plus besoin que quelqu'un d'autre livre ses batailles. Il souffla la fumée de sa cigarette avec une classe et une prestance qui lui donna envie de hurler; elle voulait lui montrer de quoi elle était capable et lui ne lui laissait même pas l'opportunité de lui montrer ce qu'elle avait dans le ventre; et pourtant, il serait drôlement surpris de voir ce qu'elle était capable de faire lorsqu'elle avait toutes les cartes en main. « C'est vous Candice? » demanda le plus grand de sa voix grave; une ambiance sérieuse et tendue s'étant tout de suite installée entre les trois hommes. Trois coqs prêts à se livrer bataille pour qui, pour quoi? C'était une excellente question. Hero secoua doucement la tête avant de faire de nouveau un pas en avant, de façon à passer devant son frère « Est-ce qu'il a une tronche à s'appeler Candice? Non. C'est moi Candice alors tu t'adresses à moi, t'as pigé? C'est moi qui ai appelé l'autre jour et j'espère que vous avez ce que j'vous ai demandé » dit-elle avec tout le sérieux du monde. Les visages des deux hommes s'ajustèrent à la taille de la demoiselle avant qu'ils n'échangent un regard surpris mais entendu « Et puis vous voulez pas éteindre vos phares bordel, on est pas en garde à vue là ca va. Vous allez m'coller une migraine bande d'abrutis! ». Elle remarqua le changement d'attitude avant même qu'il n'opère; les deux types qui étaient totalement attentifs jusque là se raidirent lorsqu'elle les insulta ouvertement. Son coeur se serra l'espace d'un instant, alors qu'elle regrettait déjà d'avoir sortit ça; c'était juste pour la frime, elle était lancée dans son personnage et n'avait pas réalisé ce qu'elle disait; elle se racla donc la gorge, prête à s'excuser, et fit un pas en arrière, heurtant son frère de plein fouet lorsque le grand type leva lentement le bras. Il resta suspendu en l'air bien trop longtemps au goût de la jeune fille mais il ne fit que faire un petit geste de la main et les phares s'éteignirent subitement; plongeant les jeunes gens dans une ambiance plus feutrée. La pression autour de son coeur s'évapora aussitôt et elle reprit toute sa contenance tandis que les deux types restaient là, silencieux. C'était moins une. Un signe de la tête de la part du grand boloss et le deuxième type porta la main à la poche arrière de son pantalon; il en sortit une petite enveloppe, de la taille de l'invitation qu'il remit à son acolyte. « Tout est là » se contenta t-il de dire en lui tendant l'enveloppe. Hero lui arracha presque des mains tant elle était excitée à l'idée d'enfin posséder sa propre invitation et l'ouvrit à la volée, sentant le regard de son frère par dessus son épaule; elle lui jeta un petit coup d'oeil et sortit enfin ladite invitation avant d'y jeter un regard plus attentif. Ils avaient inclus l'originale (qu'elle irait remettre dans la boîte aux lettres du fêle demain) pour qu'elle puisse se rendre compte de leur travail. Elle était parfaite et Hero se força à ne pas laisser transparaître son excitation alors qu'à l'intérieur, elle sautait littéralement de joie. Elle se racla la gorge et haussa brièvement les sourcils en remettant les invitations dans l'enveloppe, son regard se fit plus dur alors qu'elle leur tendait à nouveau le bien « Vous vous foutez de ma gueule c'est ça ? » lança t-elle avec un calme olympien qui ne présageait rien de bon « Vous vous dites des pros de la contrefaçon et vous m'donner ça? Mais les gars, si j'avais voulu un rendu comme ça, j'aurais été imprimer ça moi-même dans un café, ca m'aurait coûté $1 et c'était réglé. C'est du travail de merde, j'suis désolée moi j'paye pas le prix que vous m'avez annoncé pour cette pale copie ». Elle sentit que le vent allait tourner alors, lorsque le type s'apprêta à reprendre son enveloppe, Hero chercha la main de son frère et agrippa avant de l'entraîner soudainement à sa suite « COURS!! » s'écria t-elle alors que ses jambes étaient déjà parties à vive allure. Courir vite, ca elle savait faire. Elle avait tellement eu à courir toutes ces années pour échapper à la police ou aux problèmes en tout genre qu'il était littéralement impossible de l'arrêter lorsqu'elle était lancée. Les jeunes Turner passèrent en trombe à côté de la voiture sombre alors que les deux types les poursuivaient finalement, après quelques secondes durant lesquels ils avaient percuté ce qu'il se passait. « Cours cours cours cours! Allez! » s'exclama t-elle à l'intention de son aîné; ils remontèrent la petite ruelle, deux types aux trousses et lorsqu'ils arrivèrent aux abords de l'hôtel; Hero changea à nouveau de comportement « Au secours!! Aidez nous!! J'vous en prie! » s'écria t-elle, le visage faussement déformé par la peur. Elle repéra un vigil à l'entrée du Four Seasons et agita les bras pour capter son attention « Monsieur! Monsieur! Deux voyous nous poursuivent; faites quelque chose j'vous en supplie! ». En bon vigile, l'homme la rassura rapidement et la pria de rentrer à l'intérieur, lui affirmant qu'il s'occupait du reste. Hero lui offrit un sourire reconnaissant et lorsqu'elle le vit faire bloc devant la porte; elle se détendit et se tourna vers son frère, arborant un sourire ravi. « Alors? Ca t'en bouche un coin, hein?! ». Pour être fière d'elle, elle l'était. Elle avait réussit à les faire rentrer au Four Season Hotel et ils n'avaient même pas eu à payer quoique ce soit. Voilà une soirée qui s'annonçait réellement prometteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Dim 15 Jan 2012 - 15:33

Il n’aimait pas ça, non pas que la peur soit la cause de cette grimace qui lui fronçait le nez. La peur, il ne connaissait pas, que ce soit une bonne chose ou non. On pouvait appeler cela de l’inconscience ou de la témérité si on le voulait, Tatum ne craignait pas d’aller au bout des choses, ce qui lui avait valu quelques ennuis mémorables. Mais généralement, il était l’instigateur du problème, pas sa sœur et il voyait d’un mauvais œil la venue de ces inconnus, avec leurs phares qui les aveuglaient. Il détaillait le véhicule, la corpulence des silhouettes, le moindre détail qui puisse être utile et ne prêtait aucune attention à Hero, qui venait d’émerger pour se mettre à côté de lui. « T’occupes de rien surtout, laisse-moi parler » Ça non plus, il n’appréciait pas. Depuis quand elle lui disait ce qu’il devait ou ne devait pas faire ? Il ne baissa les yeux que lorsqu’elle lui asséna un coup de coude dans les côtes. Il ne moufta pas, même si l’envie de la ramener à l’ordre était forte. Il constatait qu’il n’avait plus une gamine en face de lui et qu’elle avait son propre caractère. Bien, puisqu’elle voulait jouer à ça, il ne dirait rien, la laisserait gérer comme elle l’entendait mais au moindre signe de danger, contente ou pas contente, il reprendrait les rênes. Merde ! Il avait bien voulu l’accompagner à ce bal donc il se contrefoutait totalement, ce n’était pas pour s’entendre donner des ordres par sa cadette. « C’est vous Candice ? » Le regard de Tatum était transparent. L’agacement brûlait au fond de ses prunelles vertes tandis qu’il jetait un regard courroucé à Hero. Il n’aimait pas se retrouver en retrait, au second plan, comme un vulgaire poteau. Mais puisqu’elle tenait tant à manœuvrer, il garda son commentaire pour lui-même et fuma en silence, observant l’échange d’un œil méfiant. Il devait avouer qu’elle avait du cran, mais sa méthode était risquée. Qu’est-ce qu’elle s’imaginait qu’elle allait faire si ces deux balourds la prenaient en grippe ? À moins qu’elle ait elle aussi son arme fétiche et secrète. Un revolver, peut-être ? Bizarrement, il voyait bien Hero brandir un revolver minuscule mais mortel, les bras tendus vers leurs assaillants, la voix stridente mais déterminée. Cette image le fit sourire alors qu’il expirait une fois de plus la fumée par ses narines, toisant l’un des molosses, évaluant le danger qu’il représentait pour son petit brin de femme de sœur. Elle parvint toutefois à leur faire éteindre les phares, ce qui n’était pas une mauvaise chose mais l’obscurité soudaine les aveugla une seconde fois, le temps que leur vue s’ajuste au manque de lumière conséquent. Ils échangèrent quelque chose que Tatum ne parvint pas à identifier et Hero attaqua une nouvelle fois ses dealers d’il-ne-savait-trop-quoi. « COURS !! » Il lâcha sa cigarette à moitié entamée, emporté par Hero. Il ne tarda cependant pas à reprendre ses esprits et à suivre, les deux couillons sur leurs talons. Il fallait vraiment être deux imbéciles finis pour se laisser surprendre comme ça. Il n’eut pas vraiment le temps d’évaluer la distance qui les séparait de leurs poursuivants, déjà, Hero criait à l’adresse de quelqu’un d’autre. Tatum ne vit pas l’ombre des hommes que Hero venait de couillonner. Ils avaient dû entendre son appel au secours et rebrousser chemin plutôt que de se frotter à un homme en uniforme. Il suivit Hero à l’intérieur et rajusta sa veste avant de tenter vainement d’aplatir ses cheveux que leur course folle avait ébouriffés. « Alors ? Ça t’en bouche un coin, hein ?! » À vrai dire, Tatum était furieux. Que venait-il de se passer, exactement ? Il jeta un coup d’œil à la masse qui encombrait l’entrée et reporta son attention sur sa sœur. « Ça, pour m’en boucher un coin ! C’était quoi cette mascarade ? Qu’est-ce qu’il t’a filé ? » Il lui arracha des mains le fameux colis et observa un moment l’invitation. Elle avait risqué sa sécurité pour ça ?! Il lui rendit son carton d’invitation et laissa sa fureur parler. « Tout ça pour un bout de papier ? T’as vraiment pas le sens des priorités, ma fille ! Si tu voulais tant entrer, on aurait trouvé un autre moyen, je voyais pas l’intérêt d’aller chercher ces connards. Tu cherchais quoi ? À m’impressionner ? Bah, t’as réussi ! J’suis impressionné que tu t’en sois sortie toute seule jusqu’ici ! » Elle ne méritait pas ça mais il n’avait jamais mâché ses mots, il n’allait pas commencer aujourd’hui. Encore moins avec elle. Et puis, au fond de lui, il savait pourquoi il était furieux comme ça : il avait eu un instant peur pour elle. C’était exactement la raison pour laquelle il adorait sa liberté : il n’avait à soucier de personne. Il prit une profonde inspiration pour se calmer puis conclut : « Si tu veux vraiment t’amuser, trouve un autre moyen. Ces gars-là n’en valaient pas la peine. Ceux qui occupent cette salle, par contre… » Il décelait un flonflon, provenant d’une salle. Offrant son bras, un geste galant qui ne lui ressemblait pas, il invita sa sœur à s’approcher. « Tu t’en es quand même pas mal sortie avec ces malabars » dit-il plus calmement. « Leurs tronches quand tu leur as gueulé dessus… » Il ricana et lui attrapa le menton pour lever son visage et pouvoir la regarder droit dans les yeux : « T’as un grain, Turner, ça m’avait manqué » S’il avait été un être normalement constitué, il aurait déposé un baiser sur son front mais il s’en abstint, n’ayant jamais été câlin, même avec elle. D’ailleurs, il était étonné qu’elle ait tenté de le retrouver, on ne pouvait pas dire qu’il ait été tendre avec elle durant leur enfance. « Bon, je te suis, princesse » conclut-il puisqu’ils étaient à l’intérieur et que plus rien ne les empêchait de se mêler à la foule des invités.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Lun 16 Jan 2012 - 2:09

    Si elle savait pertinemment que Tatum n'était pas du genre à éclater de rire suite à un incident comme cela -ou a éclater de rire tout simplement-, Hero s'était imaginée qu'il aurait au moins un minimum de sens de l'humour et qu'il n'aurait pas ainsi prit la mouche pour si peu. Or, au vu des éclairs que ses yeux glacials lui lançaient, elle était bien contrainte d'accepter la vérité en face: son frère aîné n'était rien d'autre qu'un vieux rabat-joie. Elle le laissa donc lui vociférer au visage combien elle était inconsciente et débile, ne se laissant démonter ni par son ton pourtant aggressif ni par ses paroles dures à entendre pour une jeune fille normale. Elle roula des yeux lorsqu'il lui dit de revoir ses priorités et porta ses poings sur ses hanches alors qu'il était toujours lancé, instoppable, enflammé, comme il l'avait toujours été, comme elle l'avait toujours connu « Si tu voulais tant entrer, on aurait trouvé un autre moyen, je voyais pas l’intérêt d’aller chercher ces connards. Tu cherchais quoi ? À m’impressionner ? Bah, t’as réussi ! J’suis impressionné que tu t’en sois sortie toute seule jusqu’ici !». Son discours était bien joli mais il ne touchait pas le moins du monde la petite texane, qui, bien trop habituée à se faire enguirlander par tout le monde, ne compris pas le sens caché du discours de son frère. Si elle voulait l'impressionner? Ca n'était même pas ça le fond du problème; elle voulait simplement lui montrer qu'elle n'avait plus besoin de lui pour des broutilles; car oui, pour elle, ce qui venait de se passer n'était qu'une bagatelle, elle s'était sortie de bien pire dans le passé. Elle poussa un petit râle avant d'enfin pouvoir en placer une; et c'est avec tout le bon sens du monde qu'elle rétorqua, la voix claire « Ah ouais? Et c'était quoi ton idée, p'tit génie?! T'es bien mignon mais toi t'as un toit sur Ocean Grove... » commença t-elle en baissant légèrement d'un ton à l'évoque du fameux quartier, ne voulant pas éveiller les soupçons sur leur étrange dialogue ni ne voulant alerter la sécurité de leur présence ici. Elle jeta un petit coup d'oeil alentour pour s'assurer que personne ne les avaient entendu, puis reprit, toujours sur le ton de la confidence « ... toi t'as une maison là-bas donc fatalement t'as reçu ton invit', moi j'ai que dalle et au cas où tu saurais pas lire, ca reste un Bal de Noël, ca marche que si on a été convié! » conclut-elle en lui reprenant l'invitation des mains et en l'agitant doucement dans les airs comme une preuve implacable de ce qu'elle avançait. Elle vit le jeune homme prendre une profonde inspiration, tentant sûrement difficilement de calmer ses nerfs, puis lorsqu'il ré-ouvrit la bouche, son ton s'était fait un peu moins aggressif, comme si il avait enfin finit par concevoir l'idée qu'appeler des traficants de cartes en tout genre n'était pas si pire que ça. Hero en fut ravie. Son sourire légendaire reprit place sur son visage poupon et c'est avec une excitation non dissimulée qu'elle passa son bras sous celui de son aîné, les yeux pétillants. Pas pour un sous rancunière, la jeune fille suivit le conseil de son frère et réfléchit aussitôt à ce qu'elle pourrait bien faire pour profiter un maximum de cette soirée et des personnes à l'intérieur. Y mettre le souk n'était pourtant pas son intention primaire; aussi bizarre que cela puisse paraître, l'ingérable et indomptable femme-enfant n'avait pas fait des pieds et des mains pour rentrer pour finir par mettre le feu aux nappes et renverser les pyramides de coupes de champagne qui ornaient chaque extrémité de la salle, non, elle voulait goûter aux joies de 'la Haute' comme on l'appelait. Certes, si elle pouvait par la même occasion se goinfrer de canapés, se saouler au punch et au champagne en écoutant un groupe de musique gratuitement, elle ne s'en priverait pas; mais c'est bien sans arrière pensée machiavélique que Hero s'avança vers la porte principale qui marquait l'entrée de la salle de bal. Elle sortit de son petit sac -volé- l'invitation qu'on lui avait remis et la présenta poliment au deuxième homme de la sécurité qui s'occupait de les collecter. Ils entrèrent sans aucun autre soucis, passant sûrement pour un petit couple bien sous tout rapport, et Hero resserra son étreinte autour du coude de son frère. « Tu t’en es quand même pas mal sortie avec ces malabars. Leurs tronches quand tu leur as gueulé dessus… ». La jeune texane leva le regard lorsque Tatum la prit par le menton et lui offrit un petit sourire emprunt de malice en haussant une épaule « Boh, tu sais, c'était pas grand chose, un petit tour de passe-passe qu'on m'a apprit. J't'expliquerai comment ca marche un jour si tu veux » lui répondit-elle en un clin d'oeil complice. Elle s'attendait à ce qu'il ne la rembarre en ricanant sournoisement alors qu'à l'inverse, il lui fit la remarque la plus touchante qu'elle aurait espéré entendre venant de sa part. Elle baissa le regard un instant alors qu'un petit rictus venait étirer ses lèvres, sincèrement touchée par ce qu'il venait de dire, la jeune fille passa son autre main autour du coude de son frère et posa sa tête contre son bras, lui communiquant ainsi combien elle appréciait ces quelques mots qui pouvaient paraître anodins. Pourtant d'ordinaire caline, Hero jaugea qu'il était encore beaucoup trop tôt pour serrer son frère tout juste retrouvé dans ses bras. Si elle lui avait littéralement sauté dans les bras le soir d'Halloween, les circonstances aujourd'hui étaient bien différentes et peu enclines à ce genre de démonstration affective. « Bon, je te suis, princesse ». L'entendit-elle dire alors qu'elle était toujours collée à son bras. Elle se redressa d'un bond, revigorée, et frappa dans ses mains avant de les frotter l'une dans l'autre « Qu'est-ce qui te tente? Ya quelqu'un que tu veux chopper? Si t'as besoin d'aide, j'suis polyvalente et extrêmement crédible quand il y a besoin de mettre l'embrouille quelque part. Tu m'dis quelle nana tu veux et j'te parie une nuit au chaud que tu rentres avec ce soir! » s'exclama t-elle vigoureusement en attrapant la main de son frère une nouvelle fois et en l'attirant à travers la foule. « Ou alors, on va voir ce dont toi tu es capable, et tu m'fais part de ce qui va suivre, si t'as une meilleure idée » proposa t-elle comme alternative, alors qu'ils avançaient tranquilement vers les étales où trônaient des vases entiers de punch. Elle ne perdait toutefois pas de vue que ce soir, une fois le Bal terminé, elle retournerait dormir Dieu sait où, et c'est donc avec une subtilité déconcertante que la jeune fille jouait non pas une partie de jambes en l'air pour son aîné, mais bien une soirée et une nuit au chaud, avec en prime une bonne douche à la clé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Dim 22 Jan 2012 - 21:01

Heureusement qu’il pouvait se targuer d’être malin. Vu son passé et vu d’où il venait, il avait galéré. Il n’était pas allé à l’école jusqu’au bout alors, l’université, on n’en parlait même pas. Il avait erré de ville en ville, vaquant à ses petites magouilles qui lui permettaient de vivre sans mourir de faim. Il avait mûri mais on ne pouvait pas vraiment dire qu’il s’était endurci. Dur, il l’était déjà quand il était enfant. Sa personnalité ne s’était qu’affirmée en grandissant. Hero n’était donc pas surprise de le trouver agressif, à vociférer après elle et le fait qu’elle le prenne par-dessous la jambe prouvait bien qu’en fin de compte, ils en étaient restés au même point. À l’époque, il ne la considérait que comme un poids, un fardeau qu’il trimballait avec lui quand elle se bornait à le suivre mais l’instinct fraternel ne faisant pas partie de son ADN, il était parti sans se retourner et sans se soucier une seule fois de ce qu’il pourrait advenir de sa sœur cadette. Quant à savoir ce qu’elle avait fait jusqu’à présent, il n’avait même pas demandé. Cela ne l’intéressait pas. Seul le présent comptait et il ne fallait pas y voir une vision épicurienne de la vie. Il était comme ça, il ne faisait pas de plan, il ne fonctionnait pas comme ça. Il n’avait jamais l’air de jouir de la vie, de profiter de celle-ci, à croire qu’il était voué à être mauvais et menteur sur toute la ligne. « Il ne tient qu’à toi d’en avoir un » grogna-t-il quand elle lui rappela la raison pour laquelle il avait une invitation et pas elle. Elle pouvait bien comprendre ce qu’elle voulait, que ce soit une invitation ou une incitation à changer sa situation au plus vite. Finalement, cela ne lui déplaisait pas, cette idée d’avoir sa frangine dans les pattes, mais il ne le lui proposerait pas ouvertement ni clairement. Encore une fois, cela ne faisait pas partie de son code génétique. Si elle voulait tant venir, il la lui aurait refilé, son invitation, mais puisqu’elle avait tenu à ce qu’ils y aillent à deux, elle avait dû se débrouiller, il ne pouvait donc pas la blâmer pour son entourloupe, même s’il persistait à se dire que c’était une prise de risques insensée, surtout pour un objectif aussi risible. Ce n’était pas un meeting international où ils seraient fouillés au corps, à ce qu’il sache ! Quant à savoir ce qu’elle pouvait y trouver de si intéressant, Tatum ne voyait pas. Il ne s’agissait que d’un rassemblement de gens aussi paumés qu’eux, à la différence qu’ils avaient les moyens de le cacher. Qu’ils soient bourges ou de classe moyenne, ils ne valaient pas plus que Tatum ou Hero, malgré ce qu’on avait pu lui faire croire quand il était enfant. Avec sa mère occupée à aduler les femmes bien vêtues, il avait vu ce que la soumission pouvait avoir comme pire effet et avait été bien résolu à ne jamais se laisser marcher dessus. Se mêler à ces gens n’était donc pas sa première idée quand il avait accepté l’invitation de sa sœur. Il ne savait pas trop ce qu’il cherchait en venant – faire plaisir à sa cadette n’étant pas sa première préoccupation non plus – mais il verrait bien quand il serait confronté à ces gens trop bien habillés, au sourire faux et à l’attitude trop polie. Rien que l’idée d’être cerné par ce type de personne lui donna envie de quitter ces lieux. La seule chose qui le retenait de prendre la porte était bel et bien l’excitation palpable d’Hero. Un autre aurait sûrement été amusé de voir tant de candeur dans ce petit bout de femme mais Tatum se contenta de jeter un coup d’œil circulaire quand elle lui demanda ce qui le tentait. Quand il comprit à quoi elle faisait référence, il ramena sur elle un regard légèrement méprisant. « Parce que tu crois que j’ai besoin que tu joues les entremetteuses, fillette ? » demanda-t-il, sur un ton qui ne cherchait pas à dissimuler l’ironie que cette idée lui inspirait. « Si j’ai besoin que tu me laisses seul, j’espère que tu comprendras toute seule que tu dois disparaitre. Et je ne veux pas de commentaire. Elle ma parie une nuit chaude, j’aurai tout entendu » Il se parlait plus à lui-même qu’il ne s’adressait vraiment à Hero. « Ou alors, on va voir ce dont toi tu es capable, et tu m’fais part de ce qui va suivre, si t’as une meilleure idée » Un rictus vint étirer les lèvres de Tatum alors que plusieurs idées toutes plus alléchantes les unes que les autres lui traversaient l’esprit. « Pas sûr que ce que j’ai en tête te plaise, Princesse » déclara-t-il en attrapant un verre qu’il emplit d’une louche généreuse de punch avant de le tendre à sa sœur et de se servir à son tour. « Je propose qu’on fasse les poches de ces bonnes gens. C’est nettement plus intéressant qu’ouvrir les cuisses d’une seule nana et puis, j’suis pas venu pour repartir avec une autre, si c’était mon but, j’serais venu tout seul, sans ma frangine collée à mes basques » Il absorba une gorgée et grimaça. « C’est même pas du bon punch » commenta-t-il tout en ingurgitant une nouvelle gorgée. « Mais si tu trouves un mec à ton goût, te soucie pas de moi, hein ? » conclut-il avec un sourire carnassier. Il n’arrivait pas à imaginer sa sœur avec un garçon mais hé ! il y avait bien des choses qu’il n’imaginait pas à son sujet et il était bien forcé de constater qu’elle n’était plus la gamine d’antan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Ven 27 Jan 2012 - 20:02

    Légèrement amusée de voir son frère monter sur ses grands chevaux aussi rapidement, Hero laissa échapper un petit rire mesquin à sa première remarque puis l'écouta attentivement alors qu'il lui expliquait qu'il n'avait en aucun cas besoin de son aide s'il voulait serrer une des filles de l'assemblée. Elle ricana doucement et haussa les épaules; puisqu'il le disait. Vu les jeunes filles présentent ici ce soir, la benjamine des Turner n'aurait pas été jusqu'à parier que son aîné puisse avoir n'importe laquelle d'entre elles. Elle ne remettait pas en doute son éventuel sex-appeal; même si pour elle, le jeune homme était tout ce qu'il y a de plus banal, mais émettait plutôt des doutes sur le standard de ces jeunes femmes. Elle cacha son sourire espiègle derrière sa main libre et lui demanda donc de prendre les devants et de lui montrer de quoi il était capable. Sa réaction ne se fit pas attendre que déjà, un rictus emprunt de malice fendit le visage de son aîné. Un rictus typiquement digne d'un Turner et il n'eut pas à ouvrir la bouche que la jeune femme comprit oùil voulait en venir. Sans broncher, elle l'écouta néanmoins et secoua doucement la tête lorsqu'il lui exposa son plan. Parfait, les choses allaient exactement dans son sens et bien vite, la soirée prendrait des allures bien plus festives qu'à l'arrivée. Elle accepta le verre de punch que son frère lui tendit et trinqua rapidement avec lui avant de porter le verre à ses lèvres, se fichant bien de laisser une marque rosée sur le rebord du verre. Ca ne faisait pas classe? C'était bien le cadet de ses soucis « Quel vieux ronchon dis-moi. J'te parlais pas de jouer à la frangine pour chopper une nana neuneu; ce soir t'es pas mon frère, t'es plus un genre de collègue, d'acolyte si tu préfères. Même si je préfère largement opérer seule; je fais pas vraiment confiance aux capacités des autres. Yen a toujours un pour mettre l'autre dans le pétrin. » répondit-elle naturellement alors qu'à son tour, Tatum buvait une longue gorgée du breuvage pas assez alcoolisé au goût de la Texane. Une nouvelle remarque s'échappa des fines lèvres de son aîné et Hero secoua de nouveau la tête. Rien ne semblait à la hauteur des standards bourgeois de son frère. En plus du punch immonde, la soirée n'était pas assez bien pour lui, les personnes ici n'étaient que des sous-hommes ou des guignols bien en dessous du génie Turner. Totalement imbus de sa personne, le jeune homme exaspéra rapidement l'espiègle jeune femme qui laissa échapper un petit râle qui traduisait tout son ennui. « Mais si tu trouves un mec à ton goût, te soucie pas de moi, hein ? » reprit-il de manière inattendue. Les sourcils de la jeune femme se haussèrent légèrement avant qu'elle n'esquisse une petite moue. Message reçu. Elle fit d'ailleurs un demi-tour sur elle-même pour jeter un coup d'oeil aux hommes présents ici ce soir. Elle en cherchait un en particulier, cet Adriel Lamontagne qu'elle avait rencontré quelques mois plus tôt, bien qu'il ne soit à l'opposé même d'elle son tempérament avait su susciter l'attention de la petite brunette. Elle ne cherchait pas le moins du monde à construire quelque chose avec lui mais si elle venait à l'apercevoir ce soir, elle ne se gênerait pas pour aller l'enquiquiner et lui foutre la pression. Elle avait prit un malin plaisir à voir ses réactions lors de leur première rencontre et la gêne et la retenue dont il avait fait preuve avaient hautement amusée la jeune femme. Mais après un petit tour d'horizon, il ne semblait pas être là ce soir; elle haussa les épaules de manière désinvolte et refit face à son frère « Pour le moment, il n'y a personne qui m'intéresse » répondit-elle simplement.

    Après avoir reposé sa coupe vide sur le long buffet; Hero se pencha et, attrapant le tissu blanc de la nappe, s'essuya discrètement les lèvres dessus, laissant avec un délice non dissimulé une trace de rouge à lèvre que les organisateurs de la soirée auraient un mal de chien à faire disparaître. Elle sourit, satisfaite et reporta son attention sur son grincheux de frère. « Bien! Voyons voir ce que t'as dans le ventre, Abu. J'espère que t'es pas trop rouillé. Je fais ça tous les jours depuis que j'ai quitté la baraque donc ne prends pas mal le fait que j'sois meilleure que toi à ce p'tit jeu » lui dit-elle avec un petit clin d'oeil purement provocateur. Elle le provoquait ouvertement, certes, mais vu les années d'expérience qu'elle avait derrière elle, la jeune femme ne rigolait guère qu'à moitié. Etant de petite taille et ayant un visage de poupée inoffensive, c'était souvent elle que l'on envoyait lors de ce genre de mission; ses amis préférant faire les guets et l'avertir en cas de pépins. Elle dérobait avec une subtilité sans égal les porte-feuilles et autres billets verts que ses victimes laissaient traîner dans leur poche, ses petits doigts de velours opérant avec une rapidité et une efficacité casi féline. « Opération 'A nous le magot' activée! » s'exclama t-elle avec engouement. Comment refuser à ce petit bout de femme quoique ce soit? Dieu que cette soirée commençait bien!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Lun 6 Fév 2012 - 22:32

Ce n’est qu’au moment où il jetait un regard circulaire qu’il réalisa qu’il n’avait porté aucune attention aux invités jusque-là. Un coup d’œil plus attentif lui démontra qu’il aurait mieux fait de poursuivre sur cette voie et de s’abstenir d’entrer dans les détails. La plupart des visages lui étaient familiers, sans qu’il puisse dire qu’il les côtoyait pour autant. Des visages croisés au détour des rues ou des gens chez qui il avait été faire des travaux divers. Tous habillés comme de vrais petits aristos coincés du derrière, comme si leur costume leur avait fait oublier qui ils étaient au quotidien. À côté de certains, Tatum faisait vraiment peur à voir. Même avec son plus bel attirail, il ressemblait encore à un pouilleux et cette constatation ne fit qu’accroitre son irritation. Qu’est-ce qui lui avait pris d’accepter d’accompagner Hero, vraiment ? Que faisait-il parmi tous ces pingouins ? Une question qu’il ne cesserait de se poser toute la soirée, il en était sûr. À moins qu’il n’écourte sa visite d’une manière ou d’une autre, chose qui n’était pas pour lui déplaire. Il observa l’assemblée avec un regard sérieux et attentif, comme pour repérer les pigeons qu’ils allaient pouvoir plumer ce soir. Quelques visages retinrent son attention et il tenta de repérer ceux qui devaient posséder le plus argent dans leur portefeuille. Mais se fier à un accoutrement était tout ce qu’il y a de plus subjectif et trompeur, il le savait. Il n’y avait qu’à jeter un œil sur les Turner : ils ne faisaient pas forcément une bonne première impression. La racaille, comme il avait déjà cru entendre. Pourtant, Tatum comme Hero étaient loin d’être de la racaille. Ils n’étaient vulgaires que si cela leur chantait, c’était une attitude qu’ils prenaient, non un trait de leur personnalité. D’ailleurs, Tatum aimait jouer avec toutes ces facettes comme si elles faisaient partie de sa nature alors que ce n’était pas forcément le cas. Il aimait faire peur, il aimait choquer. Quant à ne pas se soucier des autres, il avait vite appris que c’était le meilleur moyen de foncer tête baissée et de ne pas être freiné. Le retour d’Hero dans son quotidien le laissait encore perplexe. Il ne savait comment prendre sa présence ni le fait qu’elle avait si soudainement grandi alors que dans son esprit, elle avait toujours quatorze ans et ne ressemblait pas à grand-chose. Il but distraitement le punch, oubliant que celui-ci avait un goût exécrable – ou en tout cas, loin des standards Turner. Mais il n’allait pas s’en plaindre. Passer une soirée avec sa frangine avait au moins l’avantage de le laisser être complètement lui-même, chose qui effrayait la plupart des gens qui l’entouraient. Il n’y avait guère que cette rabat-joie de Randa pour voir ce qu’il cachait si bien aux autres. Il ignorait comment faisait la flamboyante jeune femme mais elle l’avait percé à jour dès leur première rencontre et n’avait eu de cesse, depuis, de se montrer rigide et mauvaise. Et bien sûr, il n’en fallait pas plus pour amuser Tatum. Il avala le fond de son verre et se resservit pendant qu’Hero observait la foule à son tour. Qu’est-ce qu’elle guettait exactement, Tatum n’en savait rien et s’en contrefichait. Il s’ennuyait déjà et il n’y aurait guère que l’alcool pour le sortir de cette sale ambiance. « Dommage » répliqua-t-il simplement lorsqu’elle lui annonça que personne ne l’intéressait. Si une personne avait pu attirer son attention, il aurait pu focaliser son besoin de provocation mais puisqu’il n’y avait personne, il n’allait pas insister. Il avala le punch comme il aurait ingurgité un verre de Coca et c’est avec un sourire en coin, mi-dédaigneux, mi-fier qu’il regarda Hero s’essuyer les lèvres sur le tissu blanc. Voilà qui ferait tache, c’était le cas de le dire. Il se détourna du buffet pour ne pas être tenté d’avaler un troisième verre à la vitesse de la lumière et reporta son attention sur ces gens sans intérêts. « Meilleure que moi ? Tu manques pas d’air, fillette ! » fit-il, railleur, calant l’une de ses mains dans la poche de son pantalon. « Je suis sur les routes depuis plus longtemps. L’expérience, je l’ai acquise alors que tu tétais encore à ton biberon » Il rota sans grande discrétion et décocha une œillade méprisante à une femme qui s’était tournée, les yeux gros comme des soucoupes. Oh, il ne doutait pas qu’elle soit douée. Avec son visage mutin et son sourire angélique, elle devait faire tomber les gens dans le panneau comme pas deux. Mais justement, c’était trop facile, quel mérite y avait-il à jouer les innocents pour dérober en cachette ? Il préférait nettement la difficulté qu’était la sienne : à savoir que les gens se méfiaient d’emblée de lui, puisqu’il ne cachait pas son jeu, mais qu’il parvenait toujours à obtenir ce qu’il voulait, en fin de compte. Le ton d’Hero lui donna une furieuse envie de fumer mais il ne vit aucun cendrier en vue. Qu’à cela ne tienne, il n’allait pas s’en priver pour autant. Il sortit un paquet de tabac de sa poche et se roula une cigarette d’un geste expert. « Bon, puisque tu te crois si maligne, je vais te laisser commencer. J’ai hâte de te voir en action. Que je rigole un peu en voyant la gueule de tous ces cons quand tu leur feras les poches. En admettant que tu y arrives, évidemment, parce que je doute qu’ils transportent énormément sur eux… » Il lui décocha un sourire qui sonnait faux. Ils avaient probablement plus de chance de dégoter un beau paquet de billets en allant glisser leurs doigts dans les vestiaires mais ce serait évidemment trop simple que de commencer par là. Et puis, Hero se l’était jouée petite fouine, il voulait voir comment elle se débrouillerait, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Mer 8 Fév 2012 - 23:57

    Son frère était un curieux personnage mais c'est en secouant la tête d'un air amusé que la jeune femme accueillit le rot qu'il ne put réprimer. Ses mauvaises habitudes ne l'avaient pas quitté et rien que cela eut le don de ravir la petite Texane; au moins, Tatum n'avait pas totalement changé malgré toutes ces années. Il restait cet abruti de grand frère qui se croyait au dessus des autres et plus fort que tout le monde en toute circonstances et la façon qu'il eut de lui répondre confirma d'ailleurs le fil de sa pensée. L'air hautain qu'il avait d'ailleurs pour habitude d'arborer dans le passé avait comme prit possession entière de son visage et c'est désormais avec une lueur arrogante dans le regard qu'il se levait les matins. Mais ça n'était certainement pas ça qui rebuterait la jeune Hero; c'était même cette facette là de la personnalité complexe du jeune homme qu'elle préférait. C'était avec celle-là qu'il lui était si facile de jouer pleinement. Elle avait remarqué que son aîné partait au quart de tour lorsque quelque chose lui déplaisait et en moins de temps qu'il ne le fallait pour le dire, il assénait des réflexions désobligeantes pour rabaisser les caquets de ses ennemis, ou bien peut-être était-ce uniquement un châtiment qu'il lui réservait, pour asseoir sa domination sur elle? Peut-être... sûrement. De toute façon, ca n'était pas comme si ca marchait, alors Hero s'en fichait pas mal; plus il s'énervait, plus elle rigolait. Plus il s'offusquait, plus elle jubilait. Alors qu'il pavanait à nouveau en lui disant combien il était doué dans l'art de voler les gens et qu'il avait bien plus d'expérience qu'elle dans la matière, Hero roula des yeux de manière exagérée et replongea sa coupe vide dans le bol de punch coloré, essuyant les rebords du verre avec le tissu de la nappe pour ne pas tâcher le sol resplendissant de la pièce de cérémonie. Quelle belle ironie. Elle attrapa le verre que son frère venait de poser sur la table et le plongea à son tour dans la grande coupelle avant de le fourrer, encore tout dégoulinant, entre les mains de son aîné « Bois donc et observe l'artiste au lieu de faire ton coq » se contenta t-elle de lui dire avant de trinquer de manière provocante dans le verre de sa coupe. Elle but une gorgée en soutenant le regard vert de Tatum et fit quelques pas en arrière, ne lâchant pas le jeune homme des yeux. Lorsqu'elle se retourna enfin, elle percuta une invitée de plein fouet et ouvrit de grands yeux horrifiés « Oh mon dieu, je suis affreusement désolée!! Vous allez bien? Je ne vous ai pas tâché j'espère! » lui dit-elle, réellement confuse de l'avoir percuté de la sorte. La femme, un peu plus âgée qu'elle, la trentaine visiblement - malgré les nombreuses retouches plastiques qui déformaient déjà ses traits -, la rassura gentiment en lui répondant qu'elle allait bien et que ca n'était rien. Posant une main sur son poignet pour lui témoigner son soulagement, la jeune Texane lui offrit un sourire et s'excusa à nouveau, laissant la femme continuer sa route. Hero, quant à elle reprit son chemin et fit un petit tour sur elle-même pour voir si son frère s'était délecté du spectacle. Elle aperçut l'ombre d'un sourire en coin étirer ses traits et pencha doucement la tête sur le côté, répondant à son air provocateur par un sourire aimable et sincère - peut-être un peu trop pour qu'il ne le soit réellement. Elle ouvrit discrètement la paume de sa main droite et un bracelet serti de pierres précieuses pendouilla un bref instant entre son pouce et son index. En un clin d'oeil canaille, elle referma la main et glissa l'objet tout juste dérobé dans la pochette qu'elle avait prit avec elle ce soir.

    Le reste de ses petits vols se passa également sans anicroches. Si elle n'avait trouvé aucun billets verts dans les poches de ses victimes - et pour cause, ils auraient été stupides de se trimballer avec une liasse de billets dans une cérémonie telle que celle-ci -, Hero avait réussit à dérober un bon nombre de bijoux et objets précieux sans qu'on ne la prenne la main dans le sac. Lorsqu'elle jugea s'être suffisamment amusée sans pour autant attirer l'attention sur elle; la jeune femme se dirigea de nouveau vers l'endroit où elle avait laissé son frère une bonne vingtaine de minutes plus tôt, espérant tout simplement qu'il n'aurait pas bougé... Mais c'était bien évidemment sans compter sur lui qui, elle le pensait sincèrement, avait profité du fait qu'elle agisse en douce pour échapper à sa compagnie et peut-être même quitter le bal. Ca ne l'aurait pas étonné, surtout vu la réticence dont le jeune homme avait fait preuve depuis le début de la soirée. Légèrement agacée, la jeune femme secoua doucement la tête et parcourut la salle du regard, à la recherche de la touffe de cheveux indomptable de son frère. « Bonsoir, excusez-moi je peux vous inviter à danser? ». La voix était venue de derrière aussi ne put-elle réprimer un léger sursaut lorsqu'elle comprit qu'on s'adressait à elle. Elle se retourna et fit face à un grand bonhomme qui n'était pas sans lui rappeler son petit inspecteur de police favori. Un large sourire faussement niais étira d'emblée son visage alors qu'elle secouait doucement la tête, préférant éconduire gentiment et sans remous son prince charmant éphémère. « Oh non c'est trop mignon... C'est gentil mais j'ai un peu forcé sur le punch donc je ne serais sûrement pas capable d'aligner deux pas de danse » lui mentit-elle en arborant un air légèrement ennuyé qui soutiendrait ses propos. Si en d'autres circonstances, elle n'aurait pas hésité à deux fois pour accepter de danser avec un bel inconnu, ce soir, la jeune Texane s'était laissée prendre par l'ivresse de ses petits vols et n'avait, par conséquent, d'yeux que pour cette activité plutôt insolite pour une jeune femme comme elle... ou plutôt, pour le genre de jeune femme bien sous tout rapport et élégamment habillée qu'elle voulait faire paraître. Et visiblement ca marchait puisque le jeune homme s'était laissé berner par sa robe de soirée; à cette réflexion, elle esquissa un petit sourire charmeur et minauda toutefois un instant devant le jeune homme; oubliant l'espace d'un instant de garder un oeil sur les petites affaires de son frère; raison pour laquelle elle était là de prime abord.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Sam 18 Fév 2012 - 20:55

Il n’allait pas se faire prier. Bien content qu’elle morde à l’hameçon et accepte de se lancer la première, il afficha un sourire suffisant et posa les fesses sur la table, se contrefichant bien qu’il risquait de faire basculer toutes ces préparations – c’était un peu le but, en même temps. Un petit scandale en ferait pas de mal à cette soirée où les invités, tirés à quatre épingles, respiraient l’ennui. Pas un seul de ces personnages ne semblait sortir du lot. Ils se ressemblaient tous, avec leurs robes de cocktails et leurs beaux costumes, les sourires concupiscents de ses dames et la fausse modestie de ses messieurs. Ils lui donnaient envie de vomir – ou de cracher dans leurs verres, tiens. Que pensaient-ils tous avoir de plus que les autres ? A part l’argent, évidemment, et aux dernières nouvelles l’argent achetait peut-être le bonheur mais la classe n’avait aucun prix. Or, rares étaient les personnes qui pouvaient se targuer d’avoir une réelle classe parmi tous ces gens. D’ailleurs, Tatum le savait, ceux qui avaient la classe, la vraie, l’étalaient rarement. Dans cette foule, nulle classe à signaler, aucun intérêt, rien qui ne vaille la peine d’être notée. « Bonne chance » répliqua-t-il simplement avec un haussement de sourcil peu impressionné. Il trinqua, non sans grimacer en sentant le liquide couler le long de ses doigts et but une longue gorgée avant de verser le reste dans la coupe d’où il provenait initialement. Il s’essuya ensuite les mains avec une serviette et se les cala dans les poches, observant la silhouette de sa cadette reculer, une lueur malicieuse dans le regard. Classique. Il vit le coup venir, contrairement à la femme qu’Hero percuta sans prévenir. Il dut admettre qu’elle était plutôt convaincante avec sa moue horrifiée. Au moins avait-elle appris à mentir et à jouer la comédie à la perfection. Croisant les bras, le sourire en coin, il haussa les sourcils, comme pour dire ‘c’est tout ?’. Le regard alerte et expert de l’ouvrier observa le geste d’apparence innocent de sa cadette. Il dut dissimuler son amusement derrière une toux fictive pour que le compagnon de la femme ne remarque pas son regard évident. Quand le couple passa, il reporta son attention sur Hero qui frima sans vergogne, dévoilant l’objet volé. Tatum, bien qu’admiratif, se contenta d’un geste de la main qui signifiait qu’il était encore sceptique et attendait d’en avoir plus pour applaudir. Elle disparut bientôt et il finit par la perdre de vue dans cette foule trop dense. Comme il ne la voyait pas revenir pour se pavaner, il décida qu’il avait bien le temps d’aller fumer un coup. Prenant la direction des vestiaires pour hommes, il se trouva un coin tranquille où il alluma un joint. Calé entre une colonne et un mur, il s’intoxiqua les poumons dans un calme relatif et bientôt, les effets de l’herbe agirent sur ses nerfs et ses muscles, détendant ceux-ci. Peut-être qu’avec ça, il parviendrait à apprécier un minimum cette soirée.
Il ne pensait pas être parti bien longtemps. Mais visiblement, Hero n’avait pas perdu son temps pour se trouver une proie masculine à son goût. Lorsqu’il reparut dans la salle, il observa le manège de sa sœur et leva les yeux au ciel. Quand elle minaudait comme ça, elle ressemblait un peu trop à leur mère à son goût. Il vit le cavalier potentiel s’éloigner et en profita pour combler la distance qui le séparait d’Hero. « T’as rien de mieux à faire ? » demanda-t-il en venant l’enlacer, ne manquant pas de lancer un sourire provocateur au jeune homme éconduit. « Il avait pas l’air d’être le genre à avoir grand-chose dans les poches… ou dans le pantalon, pour tout dire. » Un commentaire inutile qu’il oublia rapidement quand il attira Hero contre lui. « Mais avec ton frère, tu vas bien danser, n’est-ce pas ? » Il devait sentir l’herbe à deux kilomètres mais son esprit était bien trop embrumé pour s’en soucier. « Si t’es sage, t’auras peut-être un cadeau » lui souffla-t-il à l’oreille, le ton rugueux et légèrement malsain. La musique se prêtant particulièrement à l’exercice, il la fit tourbillonner avant de la ramener à lui. La pirouette avait suffi pour qu’il tire un sachet transparent de la poche de sa veste. Celui-ci contenait deux pilules colorées qui n’avaient rien d’innocent, même en apparence. « Alors, Turner, t’en dis quoi ? » glissa-t-il, reprenant l’une des répliques paternelles qu’il exécrait tant. « Tu te sens d’attaque pour t’envoler ou tu préfères retourner auprès de ton prince charmant pété de thunes ? » Son ton s’était fait plus menaçant. N’étant plus vraiment dans son état normal, il oscillait entre deux tempéraments complètement opposés, ayant presque oublié qu’il s’agissait d’Hero et non d’une vulgaire imbécile qu’il enverrait sur les roses dès qu’il en aurait terminé avec elle. Mais si elle ne pouvait pas le gérer avec un petit joint et quelques verres dans le nez, elle ne pouvait pas espérer le suivre bien longtemps. Ce constat le ramena d’ailleurs à une question qu’elle avait toujours savamment éludé jusqu’ici et dont il attendait une réponse, qu’elle le veuille ou non. « Et après tu pourras me dire ce que tu es venue faire à Miami quand il y a des milliers d’autres villes bien plus intéressantes » Il déposa un baiser sur le bout du nez de la jeune femme. Un geste déconcertant, surtout chez lui.

(légèrement partie en couilles, sorry Rire)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Lun 5 Mar 2012 - 20:42

    La petite Texane émit un petit hoquet de surprise lorsque son aîné reparut derrière elle. Elle tourna la tête lorsqu'il prit la parole et remarqua immédiatement l'état quasi second dans lequel il était. Son regard était légèrement plus vaseux qu'au début de la soirée et la forte odeur d'herbe qui sortait de ses lèvres la conforta dans son idée. Elle secoua la tête et haussa les épaules, histoire de lui faire bien comprendre qu'elle se fichait bien de se qu'il pensait. Ce grand type avec qui elle avait brièvement discuté semblait être parfaitement fréquentable et à la seconde remarque que Tatum fit sur lui; Hero le stoppa net, posant une main sur son torse pour le repousser légèrement « Je t'arrête là!! .... Il a certainement encore moins sur lui maintenant » se contenta t-elle de lui dire en lui offrant un petit sourire taquin. Elle ouvrit sa main droite et une chevalière en or apparut dans le creux de celle-ci. Elle fit rouler le petit bijou entre ses doigts d'un air fier puis le glissa discrètement dans sa sacoche, avec le reste de son butin de la soirée. Elle eut à peine le temps de refermer le petit sac que son aîné l'attirait déjà à nouveau vers lui, l'incitant (bien plus que l'invitant) à venir danser avec lui; remarque à laquelle elle répondit d'un haussement de sourcils exagéré. « Excuse moi de te dire ça mais t'as jamais été franchement doué pour remuer ton popotin; j'parle pas de ton bassin, j'doute pas que tu saches t'en servir mais j'ai pas vraiment de souvenirs de toi dansant dans le salon... Ya bien eu cette fois où tu t'es cru pour Billy Elliot mais c'était juste plus drôle qu'autre chose... Maaiiiiis-- » dit-elle en faisant un virage à 90°, lorsque son frère sortit de sa poche un petit sachet contenant deux pilules colorées. Aussitôt, un sourire béat s'empara du visage poupon de la jeune femme et son regard s'intensifia; elle plongea ses yeux noisettes dans ceux de son frère et lui sourit de toutes ses dents, de façon à ce qu'il comprenne bien qu'elle était intéressée par ce qu'il avait à lui proposer. Elle papillonna des paupières pour en rajouter une couche et reporta son attention sur ledit sachet, lorgnant dessus comme un chien devant un os.
    Depuis ses 18 ans, Hero avait l'habitude de fréquenter des dealers, des gens malhonnêtes ou des petites crapules de quartiers. Elle avait tout testé, n'en était pas forcément fière, et n'en parlait d'ailleurs jamais autour d'elle comme d'un exploit; mais elle ne cachait pas non plus l'expérience qu'elle en avait retenu. Au contraire, ca lui avait beaucoup apprit sur elle-même, se disait-elle. De nombreuses fois, elle avait faillit y passer; se réveillant parfois sous les ponts sans savoir où elle était ni comment elle y était arrivée; mais elle savait dorénavant quelles étaient ses limites et quoi que Tatum ait à lui proposer avec ces petites pilules, la jeune Texane savait pertinemment qu'elle ne craindrait rien de pire en en prenant une. « Arrête de te la raconter Tate, t'es insupportable. Tu connais rien de moi, alors file-moi donc ta came et allons danser! » lui dit-elle en levant les yeux au ciel, chapardant le petit sachet des mains de son aîné. Elle l'ouvrit à la volée et envoya une pilule dans le fond de sa gorge, alors que de sa main libre, elle plongeait un verre déjà utilisé dans le reste de punch. Elle vida son verre en penchant la tête en arrière et esquissa un sourire avant de laisser échapper un petit cri déchaîné et satisfait. « Montre moi donc ce que t'as dans le bide, Abu. Parce que pour le moment, tu sers vraiment à rien! » s'exclama t-elle en faisant référence à leur petit pari du début de soirée. Elle attrapa la main de son frère et s'apprêta à rejoindre le centre de la piste mais fut stoppée net lorsque le jeune homme tira d'un coup relativement sec (mais pas pour autant rustre) sur son poignet pour la ramener vers lui. « Et après tu pourras me dire ce que tu es venue faire à Miami quand il y a des milliers d’autres villes bien plus intéressantes » lui dit-il avant que, sortit de nul part, il ne dépose un baiser sur le bout de son nez. Hero resta interdite par ce pseudo geste de tendresse et fronça les sourcils, regardant son aîné de biais, pas certaine d'avoir compris d'où sortait cet élan de fraternité. Elle haussa néanmoins les épaules et sourit à nouveau d'un air mystérieux; se dandinant soudainement au rythme de la musique, comme si elle était tout à coup habitée par le tempo. Elle hocha toutefois la tête pour faire comprendre à Tatum qu'elle lui expliquerait plus tard la raison de sa venue ici. Pour le moment, elle n'avait juste qu'une envie, aller danser et s'amuser au milieu des gens qu'elle venait gentiment de voler. Se croyant dans la plus grande boîte de nuit de Miami, la jeune femme laissa l'effet de la petite pilule qu'elle venait d'ingurgiter s'emparer d'elle et sautilla en rythme, criant à tue-tête au milieu des autres danseurs qui, eux aussi, semblaient dépourvus de quelconque bonne manière. Finalement, même les plus pétés de thunes savaient s'amuser... A un tout autre degré bien évidemment, elle doutait fort qu'ils aient tous pris une substance illicite autre que le rhum qu'il y avait dans le punch. Ca lui était égal, la soirée se déroulait exactement comme elle l'avait imaginé, mis à part le fait que Tatum ne lui ai pas vraiment montré de quoi il était capable, ce cher Monsieur Arrogant ne valait pas un sous pour l'instant... Et à part grogner et râler, il ne savait visiblement même pas s'amuser... Quel prétentieux!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Mer 28 Mar 2012 - 20:02

Secouant la tête, il éluda sa remarque, ne doutant pas un instant que ses petits doigts chapardeurs soient parvenus à subtiliser ce qu’elle désirait. En même temps, aucun de ces crétins ne devaient s’attendre à ce que deux Texans viennent leur chaparder leurs effets personnels de valeur. Ils étaient trop sûrs d’eux et c’est probablement ce qui les ferait courir droit à leur perte. Trop riches, trop confiants, ils se sentaient intouchables, loin au-dessus du commun des mortels. Après ce soir, ils pousseraient des cris horrifiés, des exclamations incrédules, des insultes inaudibles. Et eux, ils seraient loin – enfin, pas tant que ça – jouissant de leur nouvelle richesse éphémère. Tatum, en tout cas, ne s’amuserait pas à placer cet argent volé. Il le dépenserait comme il l’entendait jusqu’à ce qu’il n’en ait plus un centime et se remettrait à la besogne quand cela serait nécessaire. Il lorgna donc la bague qui reposait au creux de sa paume et fit mine de la lui prendre mais elle la fit habilement tourner entre ses doigts et il abandonna tout idée de lui ravir sa fraiche acquisition. De toute façon, il n’était plus en état de se soucier de quoi que ce soit, encore moins des invités prestigieux de cette soirée. « Tu sais pas de quoi tu parles, fillette » rétorqua-t-il. « J’en ai fait danser, des nanas… » Le sourire qu’il arborait était plus angoissant que séduisant. Elle pouvait comprendre cela comme elle le voulait, il n’avait aucune intention d’épiloguer et il était à peu près certain qu’elle ne chercherait pas à investiguer. Il n’était jamais bon d’enquêter sur les moindres faits et gestes de l’ouvrier, ceux-ci étant la plupart du temps mal interprétés ou inquiétants. L’arc de ses lèvres était quant à lui clair et limpide quand elle accepta l’invitation. Voilà qui était mieux ! Se shooter seul, c’était bien, à deux, c’était encore mieux et ils n’étaient pas des Turner pour rien. Ravi d’avoir enfin trouvé un acolyte en cette jeune femme qu’il voyait toujours comme la gamine d’antan, il émit un ricanement. La lueur de surprise qu’il décela dans le regard de sa cadette était exactement ce qu’il désirait, estimant qu’elle avait décidément pris trop d’assurance en quelques années seulement. Il aimait avoir le dessus, être craint, qu’on se méfie de ses actes, non qu’on se joue de lui. Or, s’il était partagé entre le contentement de voir qu’elle n’avait pas mal évoluer, pour une gamine qui s’était pratiquement élevée toute seule, il gardait le sentiment que ces retrouvailles ne lui apporteraient pas que des bonnes choses. Si elle espérait obtenir quelque chose de lui, elle pouvait toujours courir. Elle avait beau être sa sœur, Tatum n’était pas altruiste et avait toujours vécu pour sa propre pomme et ce n’était donc pas pour avoir quelqu’un sur les bras aujourd’hui. S’arrêtant de danser pour laisser à sa sœur tout le loisir de s’égosiller, il sortit une cigarette de sa poche et l’alluma, malgré l’angle anormal de celle-ci. Il tira une longue bouffée et leva le nez au plafond, drôle de silhouette immobile au milieu de tous ces gens ondulant et tournoyant, comme s’ils étaient tous sous l’effet de stupéfiants. Lentement, comme si l’idée s’insinuait en lui, irrigant ses veines, enveloppant ses muscles, il recula d’un pas, fumant toujours pour souffler la fumée dans le visage des plus proches danseurs. Un sourire se dessina alors qu’il gardait le regard rivé sur sa sœur, attendant le moment où elle réaliserait qu’il n’était plus à ses côtés. Ce n’est qu’après s’être assuré qu’elle s’était rendu compte de son éloignement qu’il tourna les talons et se fraya un passage parmi les invités. Sa main glissa dans une poche, en extirpa un portefeuille dont il ne délesta que les billets… avant de le faire tomber dans une autre poche. Il joua le même tour à trois hommes en costumes sombres avant que l’un d’eux ne remarque son manège mais le temps qu’il comprenne ce qu’il passait, Tatum avait fait mine de ramasser le portefeuille, le brandissant en s’exclamant : « Je pense que vous avez fait tomber ça » L’homme fouilla ses poches, réalisa qu’elles étaient vides et le remercia, s’emparant du portefeuille d’un air suspicieux avant de l’ouvrir. « Mais ce n’est pas le mien ! » Il était vrai qu’ils semblaient s’être donné le mot en ce qui concernait le modèle. Tatum ne prit pas la peine de rester plus longtemps, il louvoya pour retrouver la sortie et vit sa cadette apparaitre. Moment qu’il choisit pour annoncer : « La fête est finie, ma belle ! J’espère que tu t’es bien rempli les poches » Il lui décocha un sourire carnassier et abattit son point sur l’alarme incendie qu’il enclencha comme si c’était tout naturel avant de faire signe à sa sœur de le suivre. Dans le couloir, des hommes de la sécurité accouraient déjà et il leur lança : « C’est par-là ! Y a un timbré qui fout le feu aux nappes ! » Il était à peu près certain qu’on ne l’écoutait pas mais il s’en contrefichait. Tirant une belle liasse de sa poche, il déclara : « Bonne chance pour écouler des bracelets et des bagues, sœurette. J’ai toujours préféré la facilité » Il agita les billets verts puis fit semblant de les humer avant de conclure : « Mmmh ! Ça sent l’arnaque à plein nez ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum Dim 13 Mai 2012 - 22:03

    La piste était bondée mais ca ne dérangeait pas la jeune Texane qui , bien que petite et svelte, avait réussit à se créer un espace de danse relativement grand. Sautillant en rythme, elle ferma un instant les yeux et laissa son cerveau s'embrumer doucement, sûrement. Elle esquissa un sourire alors qu'elle sentait rapidement les effets de l'alcool mélangé à la pilule jouer sur sa tête. Elle ne contrôlerait plus vraiment rien d'ici peu mais ca lui était totalement égal; l'état dans lequel elle était à cet instant là valait tout les maux de tête du monde. Lorsqu'elle ouvrit les yeux; elle remarqua que son aîné était planté face à elle, une cigarette au bec mais toujours raide comme un piquet. Elle secoua la tête, comprenant bien qu'il ne lâcherait pas un mouvement de danse ce soir. Tant pis pour lui. Il recula de quelques pas et Hero le suivit du regard, sans pour autant décoller de l'endroit où elle dansait. S'il y avait bien quelque chose qu'elle ne pouvait pas enlever à Tatum, c'était bien la capacité qu'il avait de berner les gens et de leur raconter des salades pour les embrouiller; une vraie langue de vipères. Dansant toujours sans retenue; Hero garda un oeil intéressé sur le petit manège de son aîné et esquissa un petit sourire lorsqu'elle le vit dérober quelques porte feuilles sur son passage. Le regard fixé sur les mains de son frère; Hero s'arrêta de danser un instant et repoussa clairement un type qui était venu danser contre elle. Elle ne lui adressa toutefois pas un regard et le type comprit rapidement qu'il ne la ramènerait pas chez lui ce soir. La jeune fille fit quelques pas vers l'endroit où opérait Tatum mais, vacillant légèrement sur ses hauts talons; elle décida de les enlever; perdant ainsi les dix précieux centimètres qui lui avait donné l'impression de dominer la soirée. Toujours plus petite, elle se fondit dans la masse encore plus facilement et zigzagua dangereusement entre les danseurs et clubbers; s'accrochant à eux de temps à autres, lorsqu'elle se sentait tomber. La musique résonna dans sa tête tellement fort qu'elle dut s'arrêter un instant et poser une main sur son front pour tenter d'arrêter la tornade qui ravageait son cerveau et qui l'empêchait d'avancer droit. Lorsqu'elle rejoint enfin son aîné, celui-ci arborait un sourire toujours plus fier et il ne prêta pas la moindre attention à l'état dans lequel sa cadette était. Elle le regarda et vit ses lèvres bouger mais la phrase qu'il prononça n'eut aucun sens; elle fronça donc les sourcils afin d'essayer de comprendre quelque chose et voulut lui demander de répéter mais il la devança et brisa le boîtier rouge de l'alarme à incendie sous ses yeux. La sonnerie stridente de l'alarme lui vrilla le cerveau et elle posa ses mains contre ses oreilles; grimaçant de douleur. Elle suivit malgré tout son aîné lorsqu'il lui fit signe de venir avec lui et lorsqu'ils croisèrent les types de la sécurité dans le couloir; Hero les regarda d'un air hagard, désormais entièrement sous l'emprise de ce que son frère lui avait fait ingurgiter. Fort heureusement pour elle; ils ne s'arrêtèrent pas une seule seconde sur son état et continuèrent leur chemin vers la pièce principale, visiblement prêt à passer à l'action. Action qui se passa tellement au ralenti que Hero secoua doucement sa tête afin de remettre ses idées en place. « ...bracelets et des bagues, sœurette. J’ai toujours préféré la facilité ». Quoi? Ses yeux ronds se posèrent sur son frère et elle fronça les sourcils un instant avant de soudainement tourner la tête vers la grande porte qui menait à la salle de danse; sentant comme un nouveau pic de lucidité traverser son cerveau. « Mon sac... » prononça t-elle lorsqu'elle réalisa avoir oublié le fameux sac remplit de bijoux précieux sur la longue table, à côté du bol de punch. Un flash de panique la saisit et elle balança ses chaussures à son frère avant de partir en quête du sac; ignorant sa dernière remarque. La distance entre là où elle était et la prote de la salle n'était pas bien grande et pourtant, Hero mit un temps fou à rejoindre la porte. Arrivant à peine à mettre un pied devant l'autre; la jeune femme longea le mur dans l'espoir de ne pas tomber. Tout, autour d'elle, c'était mis à tanguer depuis déjà dix bonnes minutes et elle se douta bien que les effets de la pilule ne s'arrêteraient pas tout de suite. Sa vision devint floue et elle ferma les yeux avant de s'arrêter pour reprendre ses esprits. Elle se retourna, espérant faire comprendre à son aîné qu'elle avait besoin d'aide; mais elle ne vit personne à l'autre bout du couloir. Là où se tenait Tatum quelque secondes auparavant ne restait que sa paire de chaussures, au sol. Son coeur ne se serra pas de déception ou de d'appréhension -elle ne savait que trop bien ce qui allait suivre-. C'était le signe du dernier avertissement que son corps lui donnerait avant le blackout et tout à coup elle ne vit plus rien et n'entendit plus rien. Elle perdit connaissance et son corps chuta lentement le long du mur; au milieu du couloir qui serait bondé d'ici quelques secondes.... Fin d'une soirée mémorable dont elle ne se souviendrait probablement plus.... Début des embrouilles...


THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum

Revenir en haut Aller en bas
 

Cuz when we leave for the night, we ain't coming back | feat Tatum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Four Seasons Hotel Miami-