AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Been so long since I seen your face (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Been so long since I seen your face (pv) Sam 14 Jan 2012 - 22:12


Been so long since I seen your faceJAIME GINZBURG & DAVE EWART

    « Salut Dave, à demain! ». Le jeune homme hocha la tête et éleva son bras dans les airs pour saluer de façon générale l'ensemble des coach sportifs et standardistes de sa salle de gym. Il poussa la porte vitrée et se dirigea immédiatement vers le coin du parking où les deux roues étaient garés, ses écouteurs résolument enfoncés dans ses oreilles et ne prêtant aucune attention aux gens qui venaient faire leur séance de gym; lui l'avait fini et avait bien des choses de prévues pour le reste de la journée. C'était ainsi que, pour lui, démarrait une bonne journée. Ne dormant que très peu, le jeune homme était généralement debout sur les coups de 8h et roulait paisiblement vers sa salle de gym pour décompresser, tandis que d'autres roupillaient profondément. C'était son petit rituel à lui, il passait le plus clair de son temps dans cette salle, avait ses habitudes, parlait aux gens qu'il voulait, sans se préoccuper des autres, ca lui suffisait et il ne comptait pas en changer de si tôt. Solitaire, il l'était de plus en plus, se complaisant à vivre seul avec sa connerie plutôt qu'encaisser celle des autres. Ré-haussant son sac de sport sur son dos, le jeune homme décadenassa son vélo avant de monter dessus et de déguerpir, faisant s'envoler un mélange de poussière et de sable sur son chemin. Ce vélo était son petit bijou, il l'avait acquit quelques années plus tôt lorsqu'il avait quitté son job minable de livreur de pizza. Les voitures n'étaient pas pour lui, il préférait et de loin se déplacer à vélo, sentir le vent sur son visage et les pédales sous ses pieds. Bien sûr il avait eu quelques accrochages de temps à autre mais en règle générale, lorsqu'il enfourchait son vélo, il était impossible de l'en déloger; précis et maître de son deux roues, le jeune homme allait partout avec; côtes, pentes, ronds points et autres virages en épingle ne l'effrayaient guère et la seule chose qui l'énervait était bien de ne pas avoir accès aux périphériques. Longeant une des nombreuses grandes artères de la ville, Davey pédala sec pour arriver à hauteur d'un camion; lorsqu'il fut suffisamment près, il tendit le bras et s'accrocha à une lanière qui voletait doucement; solidement accrochée à la porte arrière du véhicule. Davey n'avait désormais plus qu'à se laisser tracter sur quelques mètres sans même se fatiguer; pourquoi avoir une voiture et payer des sommes faramineuses pour la faire rouler lorsqu'il était possible d'utiliser celles des autres gratuitement? Le jeune homme secoua doucement la tête alors que certains passants surpris et amusés, sûrement des touristes d'ailleurs, le pointait du doigt. Il se laissa tirer ainsi le long de l'avenue puis lâcha la petite lanière lorsqu'il fut arriver là où il le désirait. Il lui restait encore du chemin à faire mais il avait gagné un temps précieux de cette façon. Reprenant son guidon des deux mains, le jeune homme bifurqua sur une petite rue moins fréquentée et donc plus facile à remonter à pleine turbine. Il slaloma entre les rares passants et quelques véhicules stationnés en double file, regarda par dessus son épaule pour s'assurer qu'aucune voiture ne le collait de trop puis il prit la prochaine à gauche; lorsqu'il regarda à nouveau devant lui, un éclair roux lui passa devant les yeux et un bruit strident de frein le ramena à la réalité; il esquiva de justesse le vélo qui arrivait en sens inverse, cognant néanmoins dans sa roue avant avant de déraper dangereusement et de poser pied à terre avant que son vélo ne se couche, éreinté par cette course effrénée et par cet impact sortit de nul part. Davey se redressa bien vite, totalement indemne, alors que la roue de son bolide tournait encore. Et merde. Une nouvelle fois, ses réflexes l'avaient sauvé d'une belle chute. « J'suis désolé, vous allez bien? » lança t-il à l'intention de la chevelure rousse qui était encore au sol ; il se dirigea vers elle d'un bond et l'attrapa par le coude pour l'aider à se relever. Lorsqu'elle fut debout, le jeune homme se pencha à nouveau pour ramasser le vélo qu'il venait de percuter; il haussa les sourcils et ferma un instant les yeux en voyant que l'impact avait légèrement cabossé la roue avant. Bien joué Davey, bien joué. Combien allait-il devoir payer pour réparer cette connerie. « J'suis vraiment désolé, c'est ma faute j'aurais du faire attention où j'allais; vous n'avez rien, c'est sûr? » redemanda t-il avant de prêter finalement attention à la jeune fille. Il resta coi devant le visage oublié qui venait de se matérialiser sous ses yeux. Il lui fallut une bonne minute pour enfin sortir de cette boîte à souvenirs les nombreux moments qu'il avait passé en compagnie de la jolie rousse. Parce qu'il n'y avait aucun doute possible, il connaissait bel et bien cette jeune fille, il aurait reconnu ses lèvres parmi des milliers ... « J-Jaime? ».


Dernière édition par David Ewart le Dim 15 Jan 2012 - 23:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Dim 15 Jan 2012 - 14:33


Dans un énième élan de sympathie, Jaime avait proposé à l'une de ses voisines, de récupérer sa commande chez le fleuriste. A vrai dire, la dite voisine, lui avait largement forcé la main en insistant sur le sujet. Bien trop sympathique pour dire non, la rousse s'était vue obligé de se dégager une petite heure afin de contenter la dame. Délaissant au passage son travail qui devrait patienter jusqu’à son retour. Elle n'était déjà pas bien à l'avance dans ses commandes, mais la jeune femme ne pouvait s'empêcher de dire oui. Oui à tout et n'importe quoi. Une attitude faussement adorable dont tout le monde profitait, ses voisins proches avant tout. Résignée à lui faire plaisir, Jaime enfourcha son vélo, seul moyen de transport à sa disposition. Bien que détentrice de son permis depuis des années, elle était tout à fait incapable de conduire sans écraser un passant, voir provoquer un carambolage. Déposant ses affaires dans le panier qui trônait fièrement à l'avant, elle détala bien vite afin de prendre le moins de temps possible pour régler cette histoire. Elle n'avait certes pas pensé à la taille de la commande. Elle se voyait déjà parcourir la ville avec un palmier sous le bras. Aucune réflexion, comme à son habitude. Bifurquant sur la droite elle quitta bien rapidement le quartier d'Ocean Grove pour se diriger vers le centre de Miami et Bayside Street plus précisément. Manquant de prêt une voiture, elle en égratigna une autre, puis slalomant dangereusement dans une file, sifflotante. Ne voulant s'arrêter, elle s'élança sur le trottoir, effrayant une vieille dame qui lança une flopée d'insultes à destination de la rousse, qui s'excusa au moins trois fois en hurlant, l'observant par dessus son épaule. Une très mauvaise idée à première vue. Se déportant d'un côté afin d'éviter un autre passant sur le trottoir, Jaime se retrouva subitement sur la route, lorsqu'une silhouette sortie de nul part. Un crissement de pneu l'effraya, elle sentit quelqu'un la percuter et vacilla sur le côté. Cependant, le temps qu'elle comprenne ce qu'il venait de se produire, l'adorable rousse gisait déjà sur le sol, totalement amorphe, à moitié coincée sous son bolide. Sa première réaction fut de n'en avoir aucune, fixant un point imaginaire au loin. Intérieurement, elle se maudissait déjà de ne pas faire attention à sa conduite. Elle pouvait simplement se féliciter de ne rouler qu'en deux roues. Jaime au volant d'une voiture serait la pire calamité du quartier. Reprenant ses esprits, ce fut une voix masculine qui la sortit de ses rêveries. « J'suis désolé, vous allez bien? » Affalée sur le sol, légèrement déboussolée, elle ne porta presque aucune attention à cette remarque, se demandant ce qui avait encore pu se passer. Les accidents à vélo étaient certes devenus son quotidien. Deux en un mois, elle venait de gagner le pactole. A première vue, Jaime était entière, hormis une large égratignure qui balayait son genou - mais après tout elle avait l'habitude des cicatrices. Soufflant, quant à son incapacité à rouler correctement, elle se releva doucement aidé par l'inconnu qui semblait désolé, tout comme elle. « Oh.. non.. c'est ma faute, vraiment navrée. J'ai jamais eu la notion de priorité. » lança-t-elle en haussant les épaules, défroissant au passage ses vêtements. « J'ai jamais eu la notion de conduite prudente non plus en fait.. » reprit-elle en se stoppant net, se demandant désormais s'il s'agissait vraiment d'une bonne chose à dire. Surtout si elle était fautive dans cette histoire. Affichant un large sourire presque niais mais totalement sincère, elle détourna enfin son attention sur lui, qui prononça subitement son prénom. Un instant elle hésita, puis se surprit à oublier totalement l'état lamentable de son vélo. « Daveeee ! » souffla-t-elle, guillerette, en le serrant automatiquement dans ses bras de manière totalement étouffante. Déposant au passage un furtif baiser sur sa joue. Ravie de le revoir après toutes ces années, elle fut submergée par une tonne de souvenirs, certains plus affolants que d'autres. « T'as pas changé t'es toujours aussi trognon. » Consciente de sa non réflexion, elle fixa un long moment sa tignasse décoiffée, laissant un large blanc gêné entre eux. A vrai dire, elle balbutia vainement quelques mots afin de reprendre sa maladresse légendaire mais dût uniquement réussir à passer pour une espèce d'illuminée handicapée. Comme à chaque fois, avec tout le monde. Habituée par ses bourdes verbales, la rousse afficha une moue remplit de naïveté puis reprit subitement : « Ohh.. j'ai encore abimé un vélo, c'est désespérant.. » Il n'y avait aucun objet qui réussissait à survivre bien longtemps dans la vie de Jaime Ginzburg. Surtout pas un vélo. Il était déjà bien étonnant qu'elle arrive à combler ses fins de mois via sa profession, elle qui avait tendance à abimer ce qu'elle avait mis tant de temps à souffler. Il était également amusant de constater que sa main n'avait pas quitté son avant bras depuis son accolade. Jaime trouvait toujours le moyen de coller les gens, même ceux qu'elle avait dût quitter subitement par le passé.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Lun 16 Jan 2012 - 1:52

    Le choc de la surprise passé, Dave cligna des yeux pour reprendre ses esprits et ingurgiter la nouvelle. S'il y avait bien quelqu'un à qui il n'avait plus pensé depuis des lustres, c'était bien la jolie rousse qui s'était soudainement matérialisée devant ses yeux et qui le regardait, un air absent brillant au fond de ses prunelles. Elle ne le reconnaissait pas... ou peut-être le reconnaissait-il mais était-elle tout aussi surprise de le revoir après deux années durant lesquelles ni l'un ni l'autre ne s'étaient croisés... Ne la voyant plus au guidon de son vélo à travers Ocean Grove, le jeune homme s'était imaginé qu'elle avait quitté le quartier et qu'elle avait enfin accomplit son rêve de partir en roadtrip à travers le pays, ne réalisant pas qu'il avait lui même déserté le quartier résidentiel, n'y trainant plus que très rarement, évitant solennellement de croiser ses voisins, anciens colocataires et autres connaissances en tout genre; c'était étrange, car durant tout ce temps, durant plus ou moins 24 mois, elle ne lui avait pas manqué, et maintenant qu'elle se trouvait devant lui, il se sentait gêné par son manque évident de réaction -peut-être que la chute l'avait réellement sonné?- mais surtout par le fait qu'il l'ai reconnu avant même qu'elle ne le reconnaisse. Cependant, elle souffla bien vite son prénom sur un ton qu'il n'était plus habitué à entendre et avant qu'il ne réalise ce qu'il se passait, voilà qu'elle le serrait dans ses bras pour une étreinte solide tandis que le parfum sucré de ses cheveux lui emplissait les narines. Interdit, le jeune homme ne répondit pas, ne lui rendit ni son étreinte ni même ne réagit au baiser qu'il reçut sur la joue. Peu habitué aux élans d'affections de ce genre, Davey avait beaucoup de mal à adopter une attitude dite normale; à l'inverse, il resta planté là comme un piquet, ne sachant pas vraiment où mettre ses mains ni même comment s'éclipser doucement de cette situation totalement abracadabrante. Car invraisemblable, elle l'était totalement, gênante, encore plus. « T'as pas changé t'es toujours aussi trognon. ». Il haussa les sourcils, réellement surpris du revirement de situation qui s'était opéré sous ses yeux, mais ne réagit toujours pas, préférant laisser la jeune femme se rattraper en balbutiant des paroles inaudibles et totalement incompréhensibles pour le cerveau hermétique du jeune homme. Quelle langue parlait-elle exactement? Parce que la langue des sentiments, il n'y connaissait absolument rien, il fronça d'ailleurs les sourcils, incrédule, depuis quand était-il 'trognon' exactement? Depuis qu'il l'avait renversé, bousillé son vélo, cabossé sa roue avant et pratiquement arraché le panier en osier qui ne tenait désormais plus qu'à une anse? Ou bien était-il trognon parce qu'il tentait subtilement de s'extraire de son emprise, un sourire crispé collé au visage? Un réel sourire étira néanmoins les traits nets de son visage, devant sa dernière remarque et devant le ton fatigué qu'elle avait utilisé « Écoutes, puisque je suis partiellement en tort, j'veux bien faire quelque chose pour réparer ton vélo, annonce la couleur... » lui répondit-il en attrapant le guidon dudit vélo et en réussissant enfin à se défaire de son toucher, se sentant immédiatement plus à l'aise ainsi. S'il était certes du genre tactile, Dave préférait et de loin toucher de lui-même plutôt que d'être en contact avec quelqu'un sans en avoir été au préalable prévenu, son attitude fuyante ne datant pas d'hier, la jolie rousse devrait s'en accommoder, ou plutôt s'y ré-habituer; il aimait avoir les choses en main et détestait par dessus tout lorsqu'une situation lui échappait, chose qui ne lui arrivait heureusement que rarement tant il était habile pour détourner l'attention sur autre chose. « Ton genou te fait pas mal? Tu t'es quand même bien éplucher pour le coup » reprit-il d'ailleurs, en voyant quelques gouttes de sang colorer la peau claire de la belle rousse. Une petite sonnette d'alarme retentit dans un coin de son cerveau pour le rappeler à l'ordre; il ferma donc un instant les yeux et pinça les lèvres avant de reporter son attention sur la demoiselle « Excuse-moi, j'en oublie les bonnes manières... » dit-il sur un ton ironique. Jaime savait tout aussi bien que lui qu'il était sous-doué lorsqu'il s'agissait de nouer des liens -ou en l’occurrence de renouer des liens- « Comment vas-tu? Quoi de neuf? Qu'est-ce que tu deviens? » récita t-il comme un automate tout juste réglé. Le coeur n'y était pas franchement parce qu'il s'en fichait pas mal, voulait passer au vif du sujet en évitant tous les bavardages insignifiants de gonzesses, mais la coutume voulait qu'en retrouvant des anciennes connaissances, un minimum de courtoisie soit de vigueur, alors, pour faire honneur à ce qu'ils avaient pu partager avant de se perdre de vue, Dave fit un effort surhumain pour paraître sociable.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Mar 17 Jan 2012 - 22:42


Jaime n'était pas la fille la plus subtile du monde. Ni la plus parfaite, intelligente ou encore réfléchie. Elle n'en restait pas moins l'une des plus adorables qui soit, avec un penchant trop appuyé pour la franchise. Franchise qui, en temps normal, se voulait plutôt mignonne et tout à fait innocente. Pas avec David. La rousse avait toujours eu l'impression de l'avoir lâchement abandonné, lui pour qui elle avait eu des sentiments. Ils avaient partagé une romance d'adolescent, il y avait environ deux ans. En fait non, elle avait partagé une romance d'adolescent avec David, dans sa tête, en se faisait trois tonnes de film sur leur possible future histoire, imaginant déjà le tralala habituel des couples : mariage, enfant, on mange quoi ce soir ? Oui, Jaime avait salement merdé sur ce coup là. C'était la raison première de son éloignement passager. La maladie subite de sa défunte mère avait permis le reste et les voilà désormais aujourd'hui, nez à nez à devoir se raconter les évènements des derniers temps. Quelle curiosité que le destin. Léthargique, Jaime n'en était pas moins totalement consciente, se faisant à l'idée d'être tombé sur lui. La rousse était perdue dans des réflexions lointaines. Son côté niais avait toujours imaginé David marié, avec deux enfants, vivant dans une superbe maison et - enfin - fixé sur un emploi. Et donc accessoirement capable de faire preuve d'un minimum de contact physique en présence d'une fille, soit. Son côté réaliste, celui qu'elle refoulait depuis dix ans, savait pertinemment que le grand châtain à l'allure débraillé n'aurait pas évolué d'un fil avec le temps. Tout comme elle. Paradoxalement, ces deux-là se ressemblaient tellement mais étaient piquetés de différences bien marquées. Le niveau étreinte en était une première. Ce qui n'empêcha pas Jaime de se faire plaisir. « Écoutes, puisque je suis partiellement en tort, j'veux bien faire quelque chose pour réparer ton vélo, annonce la couleur... » Étonnée, elle ne put répondre de suite. Le tort venait de deux côtés, cependant elle se voyait mal demander quoi que ce soit à un ami. Car oui, il était son ami, malgré le temps et la séparation. Elle s'y refusait catégoriquement. Hochant irrémédiablement la tête de droite à gauche, elle se saisit de son vélo, asseyant là le fait qu'il était sa propriété et qu'elle en faisait ce qu'elle souhaitait. « Non, non, non. C'est pas important, je vais me débrouiller, j'ai l'habitude maintenant. » lança-t-elle en haussant les épaules. Ce n'était ni le premier, ni le dernier vélo qu'elle abimait. Un sympathique voisin - toujours le même - l'aiderait. Elle investirait ailleurs, sinon. La rousse était surtout peu intéressée par ce tas de ferraille et reporta son attention sur lui. « Mon genou ? Ohh.. » souffla-t-elle en baissant la tête. Elle avait totalement oublié ce petit impact qui n'avait aucune incidence sur elle. « Non tout va bien. » déclara-t-elle enfin, sûre. Elle nettoierait cette plaie une fois rentrée chez elle, bien habituée à finir dans cet état lamentable. David l'intéressait bien plus, lui qui se voulait toujours aussi détaché et incapable de paraître.. normal ? Mais qu'est-ce qu'était la normalité entre ces deux là ? La rousse était une illuminée à ce que David était un robot. « Tu sais, t'es pas obligé de jouer le type aux bonnes manières avec moi. Je sais parfaitement que c'est pas ton genre. Ni ça, ni les câlins. Ça te donne un côté adorable d'ailleurs. C'est surement pour ça que j'étais amoureuse de toi.. » avoua-t-elle en se stoppant net, subitement envahi par la gêne. Jaime déglutit, quittant expressément le regard de David, évitant tout contact avec lui. La voilà dans l'embarra le plus total, ayant pour seule envie de se frapper le front. Au lieu de ça, elle reprit bien vite : « Qu'est-ce que je viens de dire ? » Il était fort inutile de le répéter. « Écoutes, ça va je vais bien, il fait beau, superbe année en prévision, j'adore toujours mon travail, et toi côté travail ? Sinon pas grand chose de neuf, je vis toujours au même endroit, et toi aussi ? La vie est belle, c'est fou, hm ? Qu'est-ce que tu racontes Ewart ? » débina-t-elle sans respirer, affichant soudainement un sourire totalement niais qui était traduisible par : pitié, oublie ce que j'ai dis précédemment. Du Jaime tout craché, à peine retrouvés là voilà à nouveau dans de beaux draps. On ne pouvait pas nier qu'une certaine sincérité émanait toujours d'elle. C'était bien là, le seul point positif. « Pardon.. je viens de merder à nouveau.. tu vas pas partir en courant, hein ? » Sa moue attendrissante suffirait-elle à l'en convaincre ?

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Mar 24 Jan 2012 - 18:32

    Se retrouver nez à nez avec Jaime fut bien le choc de sa journée. Pourtant solide et imperturbable, Dave était totalement déboussolé, à ne même plus savoir sur quel pied danser. Il ne réagit pas vraiment lorsque la jeune fille reprit son vélo en main, lui assurant qu'elle s'en occuperait elle-même. Soit. Tant mieux pour lui, il n'était pas des plus friqués de la ville et débourser de l'argent pour réparer un vélo qui n'était pas le sien n'aurait pas aidé son compte en banque à récupérer du début de mois et début d'année douloureux. Et quelle entrée en 2013 d'ailleurs! Il avait encore du mal à se faire à l'idée qu'il venait de rentrer de plein fouet dans le vélo de ce petit brin roux de Jaime Ginzburg. Reprenant vite de sa contenance pour ne pas paraître plus étrange qu'il ne l'était déjà, le grand brun laissa échapper un petit rire lorsque la jeune femme lui assura qu'il n'avait pas à prétendre être quelqu'un d'autre devant elle. Elle lui assurait qu'elle savait comment elle fonctionnait; mais comment aurait-elle pu savoir lorsque lui-même ne comprenait pas bien comment il réfléchissait? Il était vrai que les deux jeunes gens avaient passé suffisamment de temps ensemble pour savoir plus ou moins comment fonctionnait l'autre mais Davey était convaincu que la jeune femme ne connaissait pas son nouveau lui. De son côté, il fut d'ailleurs surpris de se retrouver devant une Jaime aussi calme que ça. Certes en l'espace de 5 minutes à peine, elle avait réussit à lui sauter dans les bras et à lui dire qu'elle était amoureuse de lui mais-- pardon, quoi?? Ses yeux s'arrondirent de surprise alors que ses muscles se contractaient d'eux-même, comme si cette information pesait plus lourd que les poids qu'il avait l'habitude de soulever à la salle de sport. Alors qu'il blêmissait à vue d'oeil, il vit le teint de la jolie rousse virer au rosé et son regard se faire fuyant ; le sien pourtant bien planté sur elle, abasourdit. Elle reprit bien vite le file de la conversation en répondant aux questions que le jeune homme lui avait posé mais le cerveau de Dave n'absorbait plus vraiment ce qui se disait. Lorsqu'elle eut fini de parler, le jeune homme cligna des yeux, toujours hagard, puis se râcla la gorge avant de répondre; ne sachant pas trop quoi dire ni quelles étaient les questions qu'elle lui avait posé « Euh, b'en... C'est-à-dire que de mon côté, tu sais... rien n'a vraiment changé.. J'ai déménagé récemment, j'travaille dans le cinéma et--qu'est-ce que tu viens de dire?? » ne put-il s'empêcher de demander en secouant rapidement la tête pour se remettre les idées en place. Il était réellement surpris de son aveu, surpris que quelqu'un ai pu l'aimer en cachette, sans que lui, grand détective d'une lucidité à toute épreuve, ne s'en rende compte. Mais avant tout, il était surtout surpris que quelqu'un comme Jaime ai pu avoir des sentiments à son égard. Rien qu'en y repensant, il eut une petite moue dégoûtée, non pas que la jeune fille soit repoussante, bien au contraire, elle avait tout ce qu'il fallait où il fallait et était plutôt agréable à vivre, tout du moins, c'est ce qu'il pensait, par le passé mais non, c'était bel et bien que quelqu'un ressente quelque chose de positif envers lui qui le gênait, à l'en dégouter presque. Il n'avait rien de plus qu'un autre type sinon un penchant farouche pour les remarques salaces et pour les discussions pseudo-philosophiques sans queue ni tête. Il était froid, ne souriait que lorsqu'il avait une image coquine en tête et prenait vite la mouche lorsque quelque chose lui déplaisait ou n'allait pas dans son sens. Secret, distant, fuyant, mécanique. Rien d'intéressant. « Pardon.. je viens de merder à nouveau.. tu vas pas partir en courant, hein ? » obtint-il d'elle comme seule et unique réponse. Et peut-être était-ce d'ailleurs mieux qu'elle ne répète pas ce qu'elle venait de dire. A sa réponse, il ne put s'empêcher de laisser échapper un petit rire, peut-être le connaissait-elle suffisamment bien après tout... bien sûr qu'il avait envie de prendre ses jambes à son cou, il fuyait les sentiments comme la peste et voilà que la belle rousse à peine retrouvée, venait de lui dérégler le cerveau. Il avait besoin de temps pour repasser en revue les instants qu'ils avaient passés ensemble, deux années plus tôt; il avait besoin de les analyser, pour savoir comment rebondir face à cet aveu si soudain. Il n'avait plus les idées claires, et c'est pour cette raison que sa réponse se fit si tardive. Son regard était plongé dans celui de la jeune femme et pourtant, il n'était plus là. Comme monté sur ressors, le cerveau du jeune homme jugea bon de reléguer cet aveu au rang d'information anodine, et c'est en clignant une nouvelle fois des yeux qu'il reprit un pied ferme dans la réalité, affichant un tout autre visage « Partir en courant? T'en as d'autres comme celle-là? Pourquoi j'partirais en courant alors que j'ai une nana comme toi sous les yeux? » lança t-il d'une voix claire, un petit sourire coquin prenant soudainement forme au coin de ses lèvres. « Nan mais sérieux, t'avais vraiment le béguin pour moi?? » redemanda t-il en haussant les sourcils, une intonation cette fois-ci détachée venant tinter sa voix grave. Il changea volontairement le terme "amoureuse", créant ainsi une toute autre dimension à la chose, dé-dramatisant le tout pour pouvoir y faire référence sans que ca ne les mette dans l'embarras ni l'un ni l'autre; car à en juger par la réaction de la jeune fille, elle était tout aussi mal à l'aise que lui. Il laissa échapper un petit rire franc avant de croiser ses bras sur son torse.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Mer 25 Jan 2012 - 18:33


Débiner ce qui lui traversait l'esprit était un art pour elle. C'est ainsi qu'elle avait lâché avoir eu des sentiments pour lui un jour. Si la rousse était mal à l'aise, David venait de blêmir subitement. Mauvais présage, pensa-t-elle subitement en ne le quittant pas du regard, s'attendant presque à le voir s'effondrer au sol. Jaime ne lui avait connu aucunes petites amies et elle ne pouvait pas discuter de son orientation sexuelle, ce type était bien trop porté sur les magazines pornos pour être autre chose qu'hétérosexuel. La peur de l'amour devait être le problème. Puisqu'il y a deux ans, Jaime ne lui avait rien dit, elle avait juste cru comprendre qu'il ne partagerait jamais ses sentiments. Soit, elle n'avait obtenu aucune confirmation et se tendance à se faire des films avait pris le dessus, certes. De ce fait elle avait tiré un trait sur lui toute seule, sans demander son reste. Le fait qu'il blêmisse était soit signe qu'il avait partagé ses sentiments - et là elle finirait par se poser des questions sur sa propre santé mentale - soit qu'il la prenait pour une folle furieuse qui avait fait une obsession sur sa personne. Dans les deux cas, la rousse avait envie de se jeter dans un trou de souris et y finir ses jours. Il était grand temps qu'elle s'active et qu'elle apprenne à fermer sa grande bouche. « Quoi qu'est-ce que j'ai dit !? » reprit-elle le plus innocemment du monde, alors qu'il secouait la tête et qu'elle regardait de tous les côtés. Jaime ou l'art de noyer le poisson, plutôt d'essayer. « Partir en courant? T'en as d'autres comme celle-là? Pourquoi j'partirais en courant alors que j'ai une nana comme toi sous les yeux? » Nana comme toi. Jaime, étonnée, porta un regard interrogateur sur lui. Que signifiait très exactement, une nana comme elle ? Plusieurs idées semblaient plausibles, certaines plus salaces que d'autres et sa tendance à aimer Playboy la confirmait peut être. Souriant à peine - légèrement apeurée parce qu'il pouvait sous entendre, elle haussa furtivement les épaules. « Une nana comme moi ? » reprit-elle, sentant qu'il n'allait pas préciser le fond de sa pensée. De ce fait, elle poursuivit sur cette voie présumée glissante. « C'est quoi une nana comme moi ? » Qu'il n'essaie même pas de changer de sujet, la rousse se voyait totalement obnubilée par cette idée, au point de le harceler pour comprendre ce qui se déroulait dans sa tête. Tête qu'elle ne comprenait pas toujours. David semblait aussi.. intrigant qu'elle ? Et là ou la plupart des gens se posaient des questions sur son comportement, Jaime l'adorait sans chercher à comprendre. Une attitude qui lui était propre. « Nan mais sérieux, t'avais vraiment le béguin pour moi?? » Fronçant les sourcils, elle porta son regard à droite puis à gauche, puis répondit aussitôt : « Non. » Une remarque dès plus débile à ce stade, alors qu'elle venait de lui assurer le contraire. Et là était tout le problème de l'adorable petite Jaime : assumer ses paroles. Soufflante, elle porta une main sur son visage, toujours aussi mal à l'aise. Un petit sourire niais se dessina au bout de ses lèvres. « Enfin.. si.. mais.. » furent les seuls mots qu'elle réussit à articuler alors qu'elle déposa son vélo contre une voiture en stationnement. Jaime se rapprocha légèrement de David, sans pour autant le regarder dans les yeux. Elle tritura longuement ses vêtements, tout en reprenant un débit de parole élevé : « J'aimais bien tes cheveux. » avoua-t-elle en tripotant sa manche, tordant le tissus dans tous les sens, les yeux rivés dessus. « Et ton petit air obsédé quand tu souriais. » reprit-elle en portant désormais son attention sur son avant-bras, sur lequel elle tapotait de ses ongles, peu gênée à l'idée de le mettre mal à l'aise. « Tes magazines Playboy, ton incapacité à être tactile et tout le reste. Je trouvais ça adorable. J’avais juste envie de te faire des câlins pornos. » termina-t-elle en s'attaquant désormais à l'un de ses boutons, l'ouvrant et le refermant machinalement, comme si David était une simple poupée qu'elle tripotait telle une enfant amusée. Voilà. Elle venait de se rendre qu'elle le touchait encore. Cette fois, elle posa bel et bien son regard sur lui, se demandant s'il souhaitait fuir ou la tuer avant. Gênée - encore une fois - elle opta pour un léger pas en arrière, accompagné avant tout d'une légère tape sur l'épaule qui se voulait dès plus amicale. Comment en vouloir à cette adorable petite chose rousse et ses yeux de chien battu ? Impossible. « Enfin, c'est le passé, heein ! » lança-t-elle, guillerette, cherchant à passer de ce sujet délicat à un autre - Jaime était toujours mal à l'aise face à ses anciens amours, même si elle débinait ce qu'elle ressentait pour eux en moins de trois minutes. Paradoxale, comme à son habitude. « Alors comme ça, t'as déménagé ? C'est cool, je viendrais te voir. » Jaime avait une sale manie, celle de s’incruster chez ses voisins et proches en toutes circonstances, quoi qu'ils en pensent. Certains étaient plutôt tolérants quant à la présence de la rousse, d'autres beaucoup moins. Aucun d'eux n'osaient dire non à proprement parlé. David, des souvenirs qu'il lui restait, n'appréciait pas tant que ça la compagnie. Il y avait donc peu de chances qu'il lui ouvre sa porte. Point qui n'arrêterait pas la jeune femme, bien trop ravie d'avoir retrouver son ancien.. béguin, puisque ce mot était bien moins effrayant.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Ven 27 Jan 2012 - 0:39

    S'il y avait bien une chose au monde que Dave ne comprenait pas, c'était bien comment fonctionnaient les femmes. Certains riaient de lui lorsqu'il s'aventurait sur cette pente et lui disaient qu'elles étaient aussi faciles à comprendre que des bandes dessinées pour gosses mais pour le jeune homme, elles s'approchaient plus d'une thèse en physique quantique qu'à un livre sur les déboires d'une Martine ou autre Caroline à la plage. Le soir lorsqu'il rentrait chez lui, il passait un temps fou à analyser les diverses interactions qu'il avait eu avec la gente féminine durant ses journées; il s'épuisait le cerveau à essayer de comprendre le fond de leur pensée mais c'est lorsqu'il tentait de déchiffrer leurs silences et non-dits que ses méninges surchauffaient le plus. Jaime ne faisait bien évidemment pas exception à la règle et s'il avait passé deux années à ne plus penser à elle; il se rendit compte par la simple discussion qu'ils avaient, que la jeune femme lui était totalement étrangère, et ce malgré l'évidence même de ses propos. Un paradoxe étonnant et qui pourtant s'opérait systématiquement dans la tête du jeune homme qui fronça subitement les sourcils lorsqu'elle le coupa net. Que n'avait-elle pas compris par "une nana comme toi" et pourquoi semblait-elle prendre soudainement peur? Il s'amusa toutefois de lui avoir fait prendre ainsi la mouche avec une seule remarque et se redressa même, fier comme un paon de l'avoir déstabilisé à son tour. « C'est quoi une nana comme toi? B'en je sais pas, regarde toi Jaime, t'es franchement pas dégueulasse à regarder » répondit-il tout naturellement en penchant doucement la tête sur le côté tandis que son regard intéressé parcourait les jolies courbes de la rousse. « T'as ce qu'il faut où il faut et moi quand j'me retrouve devant quelque chose de joli, j'me barre pas en courant. C'est pas très gentleman » ajouta t-il d'un air blagueur. Lorsqu'il fallait faire des compliments, Davey n'était pas un timide. Bien loin d'en offrir à tout va et à tout le monde, il était réputé pour avoir un esprit honnête et juste. Mais tout ça les éloignaient de l'élément clé de la conversation et, sachant Jaime maline et très futé, Dave savait bien qu'elle essayait elle aussi de détourner le sujet de conversation pour à son tour noyer le poisson. Mais maintenant qu'il avait l'avantage sur la situation, il revint directement à la charge et termina enfin sa phrase. Quitte à mettre la jeune femme mal à l'aise, autant y mettre du sien se dit-il. Il y avait quelque chose d'amusant dans le fait de regarder son ancienne voisine patauger pour trouver une réponse adéquate. Voilà une expérience qui l'enchantait au plus haut point et qui le confortait dans l'idée que les femmes étaient décidément des êtres bien à part et qu'il n'était pas fou lorsqu'il disait ne pas les comprendre. Certes, toutes ses petites minauderies et attentions semblaient aussi limpides que de l'eau de roche pour quiconque pouvait bien assister à la scène d'un point de vue extérieur, mais pour Dave, elles ne collaient pas avec le discours qu'elle lui tenait puisqu'elle venait clairement de lui répondre que non; elle n'avait jamais eu de béguin pour lui. Il nota cependant la façon qu'elle eut de froncer légèrement les sourcils, comme si ce qu'il venait de lui dire était absurde et à cet instant; il fut encore plus perdu. Pourquoi donc annoncer quelque chose si ca n'est pas la vérité? Un air sceptique se dessina sur ses traits, du comportement à la parole, qu'était-il censé croire exactement? Surtout qu'elle venait une nouvelle fois de changer de discours, décidément! S'il y avait une chose qui n'avait pas changé chez la jeune Ginzburg ses deux dernières années, c'était bien son côté girouette, constata le jeune homme, subjugué par le combat qui semblait se livrer sous ses yeux. Jaime contre elle-même; le choc de deux personnalités distinctes. Puis de nouveau, la situation s'inversa et avant qu'il ne puisse faire un pas en arrière, pour bien délimiter les distances qu'elle devait respecter; voilà que les ongles visiblement fraîchement limés de la jeune femme tapotaient doucement contre son avant-bras. Facilement distrait, le jeune homme dut se forcer à écouter ce qu'elle lui répondait mais voulant à la fois analyser l'ensemble de la scène, il perdit le fil de sa réflexion et fut à nouveau déboussolé par ce qu'il se passait. Il attrapa doucement les poignets de la rousse et les écarta de lui alors qu'elle triturait rêveusement les manches de sa chemise; recréant ainsi un semblant de distance de sécurité entre eux il se sentit bien mieux. Cependant, la fin de sa phrase résonna comme un coup de fouet à ses oreilles et vint percer la bulle qu'il s'était crée. Ce petit air obsédé dont elle parlait un peu plus tôt se manifesta à la simple entente du fameux terme et il hocha doucement la tête alors que des images toutes plus coquines les unes que les autres s'étaient manifestées d'elles-mêmes dans son cerveau « Hiiiin... T'avais envie d'faire du jiggy-jiggy avec moi? » lui demanda t-il en haussant un sourcil d'un air équivoque. De nouveau, son regard s'aventura sur le corps de la jeune femme « Ca aurait pu s'arranger ça! N'importe quand, n'importe où, dans n'importe quelle position même » lança t-il avant de hocher doucement la tête d'un air entendu. Mais il n'eut pas plus de temps pour rêvasser puisque la jeune femme le ramena bien vite à l'ordre en lui disant bien que c'était du passé tout ça. Dommage... « Alors comme ça, t'as déménagé ? C'est cool, je viendrais te voir. » Si l'idée qu'elle débarque dans son petit appartement lui déplut fortement, le jeune homme ne le montra pas, au lieu de quoi, c'est d'un « Hm? Hein? Ouais, comme ça tu te faufileras dans ma chambre le soir et on fera du jiggy-jiggy jusqu'au bout de la nuit, ca me va... T'es une sacré coquine. » qu'il répondit en assénant un léger coup d'index sur le nez de la demoiselle. Son intonation ainsi que le sourire franc qui étirait désormais ses lèvres prouvaient bien qu'il plaisantait... Même si; maintenant qu'elle lui avait clairement mit l'idée en tête, il aurait été fou de ne pas rebondir ainsi dessus. D'eux deux, il n'était plus sûr de qui était en train d'allumer l'autre. Obsédé, il l'était et ne s'en cachait pas vraiment; mais pour autant, le jeune homme n'en n'était pas un détraqué sexuel ni même un vrai lourdaud, il aimait certes mettre les gens mal à l'aise en abordant librement le sujet; il savait toutefois y mettre les formes pour que ca ne vire pas au malsain ni même à la perversion pure et dure. « Ou on pourra faire ça chez toi aussi, à moins que toi aussi tu n'ai quitté cette bonne vieille Apple Road? ». S'il était certes habilement dissimulé derrière une énième remarque déplacée, l'intérêt du jeune homme d'en savoir plus sur la nouvelle Jaime était bien présent et traduisait bien l'engouement qu'il ressentait de l'avoir recroisé après tant d'années.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Ven 27 Jan 2012 - 20:13


Si Jaime semblait cruche, ce n'était qu'une apparence, elle avait juste besoin qu'on lui précise clairement les choses, afin de ne pas se lancer dans plusieurs hypothèses. Car l'imagination de la rousse pouvait se balader très loin. Un peu trop peut être et elle avait tendance à ne pas garder ses idées pour elle. Autant lui éviter de passer pour une illuminée. Bien 'qu'une fille comme elle' soit plutôt claire, ça ne lui suffisait pas. A croire qu'elle le faisait peut être un peu exprès. Il était bien difficile de la comprendre après tout. Il était une fille, certes, mais une fille plus compliquée que la normale, comme si deux personnes bataillaient en elle pour avoir le dessus : la gentille, celle qu'on connaissait bien et une autre. L'autre justement était son plus grand problème. Jaime n'était ni bipolaire, ni folle, juste un peu ravagée de temps en temps. D'accord, peut être tout le temps, surtout en compagnie de David, puisqu'elle avait eu des sentiments pour lui. Elle avait l'impression que son côté je fais des bourdes se décuplait littéralement en sa compagnie. Elle ne lui donnait que peu de temps avant de prendre ses jambes à son cou. Ou peut être pas, finalement. « C'est quoi une nana comme toi? B'en je sais pas, regarde toi Jaime, t'es franchement pas dégueulasse à regarder. » L'information mit un temps considérable à arriver à son cerveau, tandis que David se penchant déjà pour la reluquer et la rousse ne manqua pas de le noter. Ouvrant à peine la bouche, elle colla une petite tape sur l'épaule de son ami perdu afin qu'il se stoppe, accompagné d'un : « eh oh ! » bien distinct. « C'est vrai je suis jolie ? » reprit-elle, tout sourire, presque en minaudant. « Enfin, je veux dire.. merci. » conclua-t-elle, en prenant cette réflexion pour un compliment, évitant au mieux de poursuivre sur cette pente glissante. Si intérieurement elle se voyait flattée, extérieurement, elle se sentait plus comme un charmant lampadaire qui plaisait à un chien ayant une envie de faire pipi. Plaire n'était pas la plus grande de ses qualités, elle le savait. Quoi que, se trompait-elle ? Eh bien, si elle s'attendait à une telle réaction.. Ces yeux se firent ronds, étonnés, voir totalement effrayés parce ce qu'il venait de débiner. Il n'y avait aucun effet escompté dans ses paroles, juste une once de sincérité quant à ses pensées d'antan. Et le voilà parti dans un délire qui lui était propre, en parfait petit obsédé qu'il était. Son haussement de sourcil évocateur, acheva la rousse qui fit un léger pas en arrière. Une sacré coquine ? Elle ne pensait pas en être une. En réalité, elle n'en avait aucune idée et tentait tant bien que mal de se remettre de son petit discours trop porté sur la chose. Qu'il soit fan de Playboy était une chose, qu'il la prenne pour une Crystal Harris en était une autre. Pourtant, la douce Ginzburg se força à sourire, niaisement, sans aucun sous entendu. Elle ne se pensait pas attirante au point qu'un type comme lui ait des envies de ce genre en sa compagnie. Elle ne pensait pas beaucoup de manière générale qui plus est et s'en voulait terriblement à l'heure actuelle. Lui qui semblait déboussolé se voyait reprendre le dessus de la conversation, appuyant un peu plus sa gêne à chaque moment. Bravo Jaime, te voilà dans une jolie situation cocasse, appuyée par ton côté tactile. Heureusement qu'il avait saisit ses poignées afin de l'éloigner, elle serait encore à la tripoter à l'instant, toujours gênée, mais toujours les mains sur lui. Une attitude qu'elle avait du mal à contrer. A croire qu'un côté pervers existait chez elle pour qu'elle ait toujours envie de toucher les autres. « Je suis pas bonne. » avait-elle dit sans réfléchir une seconde. Seule excuse potable qui était passé par son esprit étroit et accessoirement, qui pourrait dissuader David de repartir dans ses travers pervers. Si l'idée ne la gênait pas - elle n'en restait pas moins humaine.. non, elle n'en restait pas moins sexuellement frustrée plutôt - le fait qu'il la veuille chez lui pour cette unique raison, beaucoup plus. Effrayée de passer pour un bout de viande, la rousse resta coite, croisant les bras sur sa poitrine afin d'éviter de le tripoter à nouveau - il prendrait surement ça pour une énième ouverture. Son regard n'était pas fuyant, pour une fois, alors qu'il venait de toucher le bout de son nez avec son index. Fébrile, Jaime semblait totalement perdue dans un autre monde, bercée sur un nuage de coton innocent et pur. Oui, innocent et pur, tout le contraire de la scène qui se déroulait sous les yeux des passants. « Ne me regardes pas comme ça Ewart ! Tu.. tu.. petit pervers ! » lança-t-elle subitement en le pointant du doigt, toujours troublée par ce petit discours qui avait eu le don de faire virer ses joues au rouge écarlate. Elle tentait d'ailleurs, avec du mal, de cacher cela, en respirant doucement, déposant une main de ça et là. « Tu.. tu.. tu as deux ans de retard ! » baragouina-t-elle, d'une voix à peine audible, recherchant activement une autre excuse plausible. Un non distinct n'était pas possible pour elle, dans le sens ou elle n'avait aucune envie de le blesser dans son égo - et parce qu'elle n'avait jamais su dire non, à n'importe quoi. La fuite était donc une solution, de facilité certes, mais une solution tout de même pour une Jaime qui ne savait plus ou se mettre. Si cette information avait été révélé il y a deux ans, elle se serait effectivement jeté sur lui en pleine rue. Là n'était plus la question, elle avait l'impression d'être un plan cochon retrouvé sans vraiment savoir pourquoi. Peut être sous cet air adorablement niais se cachait un esprit légèrement frustré. Et le sourire amusé de David ne suffit pas à convaincre la jeune femme d'une possible plaisanterie de sa part. Trop obnubilée par cette curieuse scène. « Ou on pourra faire ça chez toi aussi, à moins que toi aussi tu n'ai quitté cette bonne vieille Apple Road? » Elle secoua aussitôt la tête, de manière un peu hystérique. « J'ai déménagé ! Oui, oui oui ! J'habite par là ! .. ou par là .. enfin j'habite quelque part par là quoi.. » avoua-t-elle en pointant plusieurs directions, l'air totalement perdue, ne sachant foutrement pas ce qu'elle racontait et le mensonge gros comme une maison qu'elle venait d'inventer. Elle n'était pas douée pour mentir. La voilà déjà en train de souffler, sans le lui laisser de temps de réagir, elle reprit : « Non, bon, d'accord, j'habite toujours au même endroit. J'ai juste peur que tu viennes la nuit chez moi maintenant.. » Elle secoua doucement la tête pour appuyer sa réponse puis prit conscience de ce qu'elle venait de dire. Le pauvre, pensa-t-elle - oui, Jaime était paradoxale. « Mais.. enfin.. c'est pas toi le problème hein ! Tu es adorable Davey.. je suis sûr que.. tu es très doué pour ça, oui oui. Un artiste, vraiment.. le mozart de la chose.. le.. jagger, le.. le.. c'est juste que.. enfin tu.. oui, oui, parfait pour ça.. et.. d'accord. » marmonna-t-elle comme une sublime petite cruche. Décidément, Jaime n'était vraiment pas douée pour faire comprendre le fond de sa pensée, trop confuse surement.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Dim 29 Jan 2012 - 15:10

    Devant la réaction outrée de la jolie rousse, Davey ne put s'empêcher d'éclater franchement de rire, laissant par la même occasion tomber son masque de petit pervers et arborant à nouveau un visage de gamin ravi de l'effet de sa petite blague. Il tapa dans ses mains pour montrer combien la situation l'amusait, ca marchait à tous les coups. Il adorait voir les réactions parfois explosives des nanas à qui il faisait des sous-entendus à peine cachés et la réaction de Jaime avait bien évidemment collé comme deux gouttes d'eau à ce qu'il attendait d'elle. Plus elle lui balbutiait qu'il n'était qu'un petit pervers, plus le grand châtain avait du mal à réprimer ses fous rires. « J'ai jamais été doué pour prendre les choses au bon moment de toute façon » lui répondit-il, amusé, alors qu'un petit haussement d'épaule fataliste venait ponctuer sa réflexion. Pour ça, il était tout à fait honnête, Dave avait toujours deux trains de retard lorsqu'une éventuelle ouverture s'offrait à lui. Bien trop habitué à se prendre des râteaux ou des belles gifles, il était rare qu'il ne prenne véritablement les choses en main lorsqu'il en avait l'occasion; et visiblement, il avait une fois de plus rater le coche avec Jaime, deux ans plus tôt. Ca ne le chagrina pour autant pas le moins du monde, où auraient-ils pu aller ensemble? Il ne cherchait pas à se caser, était bien trop incapable d'offrir quoique ce soit à une autre personne que lui et était de toute évidence bien trop porté sur le sexe pour qu'une éventuelle relation ne porte ses fruits.

    Alors que Jaime s'évertuait à lui expliquer qu'elle avait déménagé, qu'elle habitait à droite à gauche, dans les beaux quartiers ou les cités chaudes de Miami, Dave s'éloigna d'elle, préférant aller ramasser l'épave de son vélo qui était resté couchée sur le pavé, depuis le début de leur conversation. Une petite voiturette approchait d'ailleurs et ne tarderait pas à klaxonner pour qu'il libère le passage s'il ne le faisait pas immédiatement. Son vélo en main, il reprit la direction de la jeune femme qui était désormais soucieuse de lui faire savoir qu'elle redoutait qu'il ne s'introduise désormais chez elle la nuit pour la violer -elle n'avait pas formuler ça ainsi mais c'est de la sorte que le jeune homme interpréta son discours-. Il secoua faiblement la tête alors qu'un petit rire surpris s'échappait à nouveau de ses fines lèvres « Est-ce que je me suis déjà introduit chez toi sans ta permission Jaime? Non, alors t'inquiètes pas, j'ai pas l'intention de venir te violer en pleine nuit. Et puis, maintenant qu'on s'est retrouvés, si je venais à m'incruster dans ta piaule, on saurait bien vite que c'est moi et là j'me ferais lynché par tout le monde. Nope, j'vise la brune canon qui habite sur Lemon Street; tu sais, celle au p'tit cul inratable et aux pare-choc de rêve? T'as rien à craindre » dit-il en lui donnant à son tour un p'tit coup amical dans l'épaule, comme elle venait de le faire un peu plus tôt. S'il avait bien évidemment en tête la splendide Gemma Wylstan, Dave oubliait de préciser que jamais encore il ne lui avait adressé la parole tant il restait hypnotisé à chaque fois qu'il l'apercevait dans le quartier. Mais ca, ca n'était qu'un maigre détail dont Jaime n'était pas censée être mise au courant. De nouveau, la jeune femme se lança dans une explication foireuse, probablement choquée d'avoir entendu Dave dire à voix haute ce qu'elle avait essayé de dire tout bas; il fronça légèrement les sourcils et pencha la tête sur le côté d'un air perplexe; pourquoi était-elle si nerveuse tout à coup? « Attends, arrêtes-toi deux minutes Jaime... » la coupa t-il lorsqu'il jugea bon d'intervenir avant qu'elle ne s'enfonce encore plus. Il prit volontairement un air plus sérieux et reprit « Arrêtes-moi si j'me trompe mais... Qu'est-ce que t'essayes de me dire au juste? J'préfère te le rappeler, j'ai jamais été doué pour décrypter les nanas et là j'suis juste un peu paumé, j'comprends pas bien ce qu'il se passe. Tu m'traites de violeur ou psychopathe et après tu m'dis que j'suis adorable? » il fronça les sourcils en laissant sa phrase en suspend, espérant avoir réussis à faire comprendre à la jolie rousse que ce qu'elle tentait difficilement de lui faire comprendre ne faisait que l'embrouiller encore plus sur ce qu'il se passait. Etait-elle en train d'essayer de préserver ses sentiments en n'assumant qu'à moitié ce qu'elle venait de lui dire? Parce que si c'était le cas, elle n'avait pas à le faire, en aucun cas il ne se sentait touché par ses propos. Il en avait tellement entendu qu'il avait fini par accepter tout ce qu'on pouvait dire de lui, chacun était libre d'interpréter ses parolse. Elle mit un temps pour répondre, probablement occupée à essayer de comprendre ce qu'elle disait elle-même; et avant qu'elle n'ouvre une nouvelle fois la bouche, le jeune homme reprit la parole « Tu sais quoi, j'pense que c'est mieux si on oublie ce qu'il vient d'se passer hein?! On a qu'à dire que j't'ai renversé et qu'on s'est reconnus, on oublie tous les petits détails style j'suis trognon, pervers, adorable, psychopathe et de mon côté j'retire c'que j'ai dit sur toi aussi qui aurait pu te blesser. D'ailleurs si c'est le cas, sache que je m'en excuse. » lui dit-il le plus sérieusement du monde. Il ne pensait pas tant la déboussoler avec ces quelques paroles mais à en voir sa réaction qui n'en finissait pas, la jolie rousse était visiblement outrée qu'il lui ai sortit cet étrange discours « Comme ça, on repart à zéro sur des bases plus saines d'adultes responsables » conclut-il en hochant la tête, fier d'avoir su redresser la barre. En deux ans, il avait fait d'énorme progrès et avait même appris à s'excuser lorsqu'il dépassait les limites; chose qui lui était inconcevable quelques années plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Lun 30 Jan 2012 - 0:20


Jaime l'écouta attentivement, ne le coupant pas une seconde, buvant chaque parole sans ciller. De temps à autre, son visage affichait une émotion : un haussement de sourcil, qui traduisait son incompréhension, un sourire un coin pour sa gêne, un pincement de lèvres pour son envie de fuir en courant et enfin, son regard inquiet qui avait envie de lui bondir dessus pour le faire taire. Il n'en fut rien. La rousse resta plantée droite comme un poteau, perdue dans un monde imaginaire, peuplée de bons petits hommes qui la traitaient en jeune demoiselle normale. Il mentionna une brune, ce fut dans un haussement d'épaules qu'elle répondit, traduisant ça par : une fille de joie. Honnêtement, ce côté de sa vie ne l'intéressait pas, elle préférait qu'il garde ses expériences sexuelles avec les femelles du quartier pour lui, ses rêves érotiques et sa douche du matin. Effectivement, il n'était pas doué pour décrypter les femmes. Mais Jaime n'était pas non plus très douée pour se faire comprendre, marmonnant des bouts de phrase la plupart du temps. En réalité, son discours d'obsédé l'avait juste mise mal à l'aise, littéralement. Jaime n'était ni choquée, ni malmenée, ni même en train de mourir d'une syncope, loin de là. David et Jaime étaient très différents l'un de l'autre. Un rien la mettait à coté de la plaque, tandis qu'il semblait toujours s'en sortir haut la main mais pas foutu de comprendre ce qu'elle racontait. Et que faire de ces deux énergumènes dans ce cas ? Absolument rien. Alors elle due se rendre à une seule évidence, celle qui lui traversa l'esprit : « T'es trop bizarre des fois.. » fut la seule réponse qu'elle réussit subtilement à balancer en penchant légèrement la tête sur le côté. Elle était sincère, mal à l'aise, mais sincère. Visiblement cette information ne l'émoustilla pas plus que ça, puisque la jeune femme se contenta de hausser légèrement les épaules, adoptant désormais une attitude presque détachée. Rassurez-vous, elle jouait simplement l'autruche afin d'oublier en toute simplicité cette histoire. Ou peut être pas. « Je sais pas ce que les hommes ont en ce moment.. vous avez vos ragnagna ou quelque chose comme ça ? Parce qu'Adam me fait une crise parce que j'ai cramé sa voiture il y a des années, je veux dire, j'avais pas fait exprès je t'assure.. C'était un accident, enfin presque. Puis Franklin qui m'a prise pour une poupée gonflable qu'il a refourgué pour avoir un sapin de noël le 23 décembre. Ça me gêne pas, mais il aurait pu m'offrir une bûche en récompense, non ? Et maintenant il y a toi, qui croit que je le traite de psychopathe obsédé. Et apparemment tu lorgnes sur une prostituée brune qui fait le trottoir à Ocean Grove... !?.... Je veux dire, si vous souhaitez ressembler aux femmes fallait juste mettre une perruque et manger de la salade. » dit-elle sans ciller le moins du monde, toujours aussi perdue dans ses propres réflexions - une habitude dans sa vie. Non, décidément, Jaime ne suivait plus rien en ce moment. Qu'avait-elle fait au juste ? Réagir à une mini attaque sexuelle perpétré par son ami David ? Quelque chose dans le genre. Le prenait-il mal ? Pire, la prenait-il pour une illuminée des bas fonds ? Avec la rousse, tout était possible. D'ailleurs, à bien y réfléchir, chaque habitant d'Ocean Grove pensait ça d'elle. « Et puis.. et puis.. arrêtes de penser ça de moi ! Que je suis le genre de fille qui traite les autres de violeurs ! Surtout toi ! » dit-elle, de façon plus brusque, apparemment déstabilisée par l'image qu'on avait d'elle - surtout lui. Rares étaient les fois ou Jaime osait monter le ton - à vrai dire si ça arrivait une fois dans l'année, il s'agissait d'un miracle. Et comme pour bien commencer 2013, voilà qu'elle se le permettait avec David, qu'elle n’avait pas vu depuis des lustres. « Il y a dix ans je t'aurai cramé ton vélo et fait manger tes cheveux ! » balança-t-elle à nouveau, agitant les mains, dans un moment de folie qui lui était propre. Là, une partie de son ancienne personnalité instable refaisait légèrement surface. Elle qui la combattait au quotidien. « Et puis tu m'as pas blessé ! Arrêtez de me traiter comme si j'avais cinq ans, non mais c'est fou. Alors c'est ça hein.. Jaime est toute gentille, toute adorable, ne la froissons surtout pas. EH BEN tu sais quoi, quand j'aurai envie de me faire une prostituée aussi, je m'en ferais une, tu m'entends ? Je m'en ferai une. Et le jour ou j'aurai envie de me faire sauter, je t’appellerai, ça nous fera moins de blabla inutile. » avait-elle lancé, telle une hystérique, s'égosillant à moitié sous le regard effaré des passants qui devaient accessoirement se poser de multiplies questions sur sa santé mentale. Jaime aurait largement eu sa place dans un centre spécialisé pour trouble de la personnalité chronique. Soit. Là n'était plus la question, elle savait parfaitement que Davey allait se sentir totalement dépassé par son attitude ingérable et.. qui montait crescendo. « Pousse toi, je dois aller acheter un palmier. » dit-elle enfin, reprenant fermement son vélo qui était dans un état lamentable. Peu importe, elle reviendrait avec son.. et puis non. « Tu sais quoi, elle a qu'à se foutre son palmier dans le derrière cette greluche ! » Déchainée, la rousse ne semblait plus pouvoir s'arrêter. Le déclic se fit à ce moment, elle se rendit légèrement compte de son erreur depuis cinq minutes et se tourna là peine vers David, penaude, gênée et totalement à côté de ses pompes. Elle avait légèrement pétée une pile. Très légèrement.. « Pardon. » dit-elle en se calmant enfin. « Toi qui comprend rien aux nanas tu dois être total à côté de la plaque là, hm ? » Une question qui n'avait pas besoin de réponse puisqu'elle le savait pertinemment. « J'ai tout lâché sur toi, je voulais pas. J'en suis désolée.. mais ne cherche pas à comprendre ce serait trop.. difficile. Dis toi juste que je suis une fille, donc techniquement je suis faite pour être incompréhensible et illuminée.. Et chiante, d'accord. » fit-elle en haussant les épaules, de toute manière il la prenait déjà pour une sacré cruche, un peu plus n'y changerait foutrement rien. « On va dire ce que t'as dis, hein ? On s'est rencontré par hasard, voilà tout. Je ferais peut être mieux d'y aller parce que là, tu dois te dire que deux ans loin de moi c'est finalement le paradis. Je sais, je sais, t'inquiète pas va ! »

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Mer 1 Fév 2012 - 15:22

    S'excuser pour remettre les pendules à l'heure lui avait semblé être la plus sage décision et c'est bien parce qu'elle sortie de nul part que la réaction de Jaime le choqua. Il l'écouta sans piper mot lorsqu'elle commença à lui parler de deux de ses connaissances -amis, amants, ca n'avait aucune importance à ses yeux- mais c'est lorsqu'elle commença à l'inclure dans son monologue qu'il haussa franchement les sourcils, médusé et abasourdit par ce qu'elle lui débinait. Qu'on lui dise qu'il était bizarre, ça, il en avait plus que l'habitude et s'efforçait même de le faire penser aux autres lorsqu'ils lui juraient mordicus qu'il n'était pas bizarre, juste un peu perdu. Quelle belle connerie! ' Tu viens d'me dire que t'avais peur que j'rentre dans ta piaule la nuit oui ou non? ' eut-il envie de lui dire pour essayer de comprendre pourquoi elle était si troublée par son aveu. Mais il préféra ne rien dire, ou plutôt, il était tellement scié sur place qu'il n'eut pas le déclic d'ouvrir la bouche. Il resta au contraire planté face à la jolie rousse à attendre que l'orage ne passe. Mais il semblait bien partit pour rester car la jeune femme semblait lancée sur une tirade qui n'avait visiblement pas de fin. Il fronça les sourcils quant elle parla de prostituée et se demanda où elle avait été pêcher cette histoire, avait-il mentionné une prostituée? Il aurait pourtant juré que non... lorsqu'il le faisait, il employait des mots justes, précis, bien trop peu soucieux de choquer ses interlocuteurs et il était sûr et certain de n'avoir jamais prononcé ce mot; alors il se demanda quelle genre de flamme animait réellement la jeune femme? La colère, l'incompréhension ou autre chose de totalement abstrait aux yeux du grand châtain? « Et puis.. et puis.. arrêtes de penser ça de moi ! Que je suis le genre de fille qui traite les autres de violeurs ! Surtout toi ! ». De nouveau il eut un mouvement de recul, mais cette fois-ci, pas parce qu'il était mal à l'aise mais bien parce que la remarque de Jaime l'interpella encore plus. Il n'y comprenait plus rien, vraiment plus rien et jeta un coup d'oeil autour de lui pour tenter de trouver une réponse tombée du ciel. Tout ce qu'il vit, ce fut une mère et son nourrisson en train de remonter la rue et un vieux couple occupé à pousser un vieu caddie. Il reporta donc son attention sur la jeune femme qui en était venue à s'agiter dans tous les sens, mettant le jeune homme dans une situation quelque peu inconfortable, tellement peu habitué à ce que ce genre de scène ne lui arrive à lui. S'il aurait depuis longtemps prit la fuite dans de telles circonstances, il se voyait clouer au sol par les attaques de la jeune femme, cloué et aussi réellement curieux. C'était comme se retrouver face à une énigme de jeu vidéo, face à un boss niveau 36 ou sur une plateforme infranchissable, c'était intéressant, ca demandait réflexion et c'était à la fois excitant et enrageant. « Il y a dix ans je t'aurai cramé ton vélo et fait manger tes cheveux ! » lui lança t-elle au visage, visiblement peu encline à s'arrêter là. Ca, il n'en doutait pas. Il ne doutait pas que le tempérament de la rousse soit à la hauteur de sa couleur de cheveux; flamboyant. Alors pourquoi tenait-elle tant à réfréner cet aspect de sa personnalité? Soudainement piqué par la curiosité, Davey pencha la tête sur le côté et arbora un air on ne peut plus sérieux devant l'hystérie naissante de son ancienne voisine. « Dis donc, t'es du genre fougueux ou j'me trompe? Pourquoi tu te caches derrière cette façade de petite fille gentille et fragile si tu pètes des câbles aussi vite et pour si peu? » lui demanda t-il lorsqu'elle ferma enfin la bouche. « Tu sais, les gens te traiteront de gamine si tu t'évertues à leur montrer cette facette-là. Si tu veux être prise au sérieux, tu sais c'qu'il te reste à faire... » S'il n'avait aucune envie de s'épancher sur les remarques qu'elle lui avait lancé à la figure, Davey était nettement plus captivé par le personnage que la jeune femme représentait et c'est justement avec tout le sérieux du monde qu'il lui répondit. Certes, il manquait toujours un peu de tact mais l'idée était bien là. « Pousse toi, je dois aller acheter un palmier. » n'obtient-il pour seule réponse, il s'écarta légèrement sans ajouter quoique ce soit pour la laisser filer, n'étant pas du genre à retenir quelqu'un lors de ce genre de conversation, ou pour quoique ce soit d'autre d'ailleurs. Et fort heureusement pour lui, la jeune femme revint sur sa décision et insulta même la personne pour qui elle était visiblement sortit faire une course. Un sourire en coin étira les lèvres du jeune homme; même si la jeune fille avait volontairement décidé de ne pas répondre à sa remarque, il était ravi de son changement d'humeur. S'il n'avait compris qu'un quart de ce qui s'était passé, quelques minutes auparavant, Davey était néanmoins content d'avoir de quoi réfléchir pour le restant de la journée, car oui, toute cette conversation passerait certainement en boucle durant les heures à venir et chaque parole chaque intonation serait analysée et décortiquée par le cerveau tordu du jeune homme. Puisqu'après s'être excusée de son comportement et avoir remit en place son masque calme et adorable, la jeune femme lui annonça préférer partir, Davey hocha la tête sans rien dire ni même commenter sur sa dernière remarque. Qu'elle ne cherche pas à obtenir un mot gentil de plus de sa part, il lui semblait avoir déjà beaucoup donné en si peu de temps. « J'ai jamais rien dit de tel. Mais maintenant que je sais que t'es toujours vivante et en ville, j'te recroiserai peut-être à l'occasion » lui répondit-il toutefois pour ne pas paraître plus rustre qu'il ne l'était déjà. Il reprit le guidon de son vélo en main et grimpa dessus avant de jeter un dernier coup d'oeil à la jeune femme « Tu veux que j'te dépose quelque part? » lui offrit-il en réalisant qu'avec un vélo comme le sien, la jolie rousse ne pourrait pas aller bien loin. Qu'elle prenne cette question pour ce qu'elle voulait; de la gentillesse, de la politesse ou même de la compassion ou autre sentiment de culpabilité ridicule; pour Davey c'était surtout un moyen caché de lui faire comprendre qu'il n'avait pas été choqué par ses frasques verbales et qu'il la reverrait bien assez tôt... et ce qu'elle le veuille ou non
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Ven 3 Fév 2012 - 13:07


Trop réagir n'était pas dans les habitudes de Jaime. Elle était plus le genre pacifiste, calmer le jeu, passer sans écouter, répondre à côté de la plaque.. Les techniques étaient diverses mais la rousse gardait - généralement - un calme très olympien. Ça ne l'empêchait jamais de bouillir à l'intérieur, elle était juste parfaitement capable de se contrôler. Malheureusement pour elle, cette donne changeait légèrement aujourd'hui. Et voilà des souvenirs de son passé qui refaisaient subitement surface, lui rappelant avec délice ce dont elle était capable pour une parole mal placée. Lorsque son petit ami de l'époque l'avait trompé, Jaime avait adorablement mis le feu à sa voiture, devant chez lui, sous les yeux médusés de ses voisins. Et pas question de fuir ce spectacle, jamais, trop absorbée par la danse des flammes et l'idée qu'il comprenne bien QUI avait fait ça. Ce flic, un peu trop à même de la surveiller, à qui elle avait saboté les freins par pure envie de le voir se planter dans un poteau électrique. Cette mère de famille pour qui elle avait fait du baby sitting, perdant au passage son fils dans le parc de la ville.. sans le signaler. Sans oublier Pryce qui avait osé lui tirer dessus - accident ou non, le pire moment de sa vie. Ah, celle-là méritait une bonne correction, qui n'était plus au goût du jour. Oui, Jaime avait un passé houleux que peu de gens connaissaient, à leur grand dam. Et en écoutant attentivement David parler, de nombreuses idées s'insinuèrent dans son esprit, toutes plus tordues les unes que les autres et ce sourire inquiétant qui trônait sur son visage, traduisait à merveille les pensées folles qui traversaient son esprit. Elle respira doucement, calmant ses ardeurs, parce qu'elle appréciait sincèrement ce petit et qui plus est parce qu'elle avait changé. Enfin, essayée. « Dis donc, t'es du genre fougueux ou j'me trompe? Pourquoi tu te caches derrière cette façade de petite fille gentille et fragile si tu pètes des câbles aussi vite et pour si peu? » - « Va te faire ... » fut sa réponse, nette, claire, précise (mais peu complète quant à une possible insulte) et pas question de s'excuser cette fois-ci. Elle croisa même les bras pour asseoir son mécontentement - décidément elle était incapable de se contrôler aujourd'hui. La Jaime adolescente ne se serait plus contenter de brûler son vélo, à ce stade là, elle lui aurait également collé la raclée de sa vie. Et par raclée, elle n'entendait pas une baffe et un pied bien placé sur sa salle de jeu, du tout, mais bel et bel un coup de roue à vélo dans la face. Suivi de plusieurs autres. Il voulait de la fougue ? Elle ne lui en offrirait pas. Après tout, le poste de police avait bien trop connu le minois de la jeune femme. David avait réussi là ou tout le monde échouait : la sortir de ses gonds. Son air crispé le traduisait très bien, bataillant pour ne pas lui faire ravaler ses paroles amers. Petit insolent, pensa-t-elle en fixant un point imaginaire, au loin. « Est-ce que moi je te demande pourquoi t'es pas foutu de comprendre une femme ? Non ? Parfait. » pesta-t-elle, assez légèrement, sans hausser le ton. Remettre en question sa personne ne lui était pas supportable. Davey était le premier a avoir osé (bien qu'Adam n'en soit foutrement pas loin) et voilà une Jaime touchée en pleine poitrine, ne sachant ni quoi faire, ni quoi dire et encore moins comment réagir. Au point qu'elle écoutait son ami sans même faire attention, réfléchissant à l'attitude qu'elle devait adopter. La voilà dans de beaux draps. Ou peut être pas. Elle observa la manège de Dave : monter sur son vélo, puis afficha subitement un autre sourire, tout à fait sincère et non crispé - et c'était là toute l'intelligence de cette gamine de 26 ans, passer d'un état à un autre sans se poser de questions. Assez troublant à première vue, mais elle fit son possible pour oublier toutes ces paroles négatives et se concentrer sur la suite puisque désormais elle était coincée là. « Tu veux que j'te dépose quelque part? » Une question qu'elle attendait depuis quelques instants déjà, le fixant pour qu'il comprenne - et c'était un miracle que ce soit le cas car elle se voyait déjà devoir lui imposer elle-même, toujours gentiment bien sûr. David avait beau être un type parfois bizarre et incompréhensible, rien ne semblait pouvoir défaire ce côté adorable de lui, du moins à son humble avis. Puisque, au contraire de son ami, la rousse n'analysait jamais rien, ni une parole ni un haussement de sourcil, se contentant de continuer son chemin sans se compliquer la vie. Oui, ce bout de femme avait un sacré problème dans sa tête mais certainement pas autant que lui. « Oui, chez moi. Tu te souviens de l'adresse ? » dit-elle, alors qu'elle s'empara de son vélo qu'elle déposa contre un poteau, attachant un antivol au passage. Elle viendrait le récupérer plus tard en compagnie d'un voisin qui possédait une voiture, ce serait bien plus simple. De plus, elle n'avait aucune envie de rentrer à pieds en se trimballant ce déchet. Une fois l'opération accomplie, elle se posta à côté de David, déjà installé sur son bolide, lorgnant sur lui avec une moue sceptique. « Toi et moi sur un vélo ça augmente pas les chances d'un autre accident ? » demanda-t-elle subitement, pesant le pour et le contre de cette idée. Apparemment ces deux-là n'étaient foutrement pas doués pour la conduite - ou bien le problème venait juste de Jaime et David avait été présent au mauvais endroit au mauvais moment. Soit, son envie de rentrer avec un chauffeur était bien plus présente que celle d'une possible séance d'auto tamponneuse avec lui. Au pire, ils finiraient à l’hôpital avec un autre chauffeur, voilà tout. « C'est pas grave, j'ai mon brevet de secourisme si tu te fais mal. Je peux monter sur ton guidon ? » demanda-t-elle, guillerette à cette idée - qui lui rappelait terriblement son enfance. Ce n'était peut être pas la meilleure des propositions à ce stade.

(ps: c'est de la grosse merte ce rp).

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Ven 3 Fév 2012 - 23:14

    Comment aurait-il pu prévoir qu'après la scène qu'elle venait de lui faire, la jeune femme accepte son offre? Dans sa tête, ca avait été clair et net, Jaime n'attendait qu'une chose, qu'il se taille et arrête de l'enquiquiner avec ses phrases obscènes ou déplacées, et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il avait proposé de la déposer quelque part; parce qu'il avait compris que de toute façon, la réponse aurait été du même acabit que son ' va te faire foutre ' ... Au contraire, Davey venait à nouveau de faire preuve d'une bêtise monumentale. Les erreurs de jugements, il en faisait de temps en temps, mais la plupart du temps c'était du domaine du virtuel, lorsqu'il décidait d'emmener son soldat derrière un bâtiment en ruines ou derrière une voiture prise en embuscade... de là, il galérait grave, il appelait des hélicoptères en renforts à grand coup de touches directionnelles et après, il planquait son tireur dans un coin sûr et avisait... Là, hormis lui, il n'avait pas vraiment de back-up et c'est bien embêté et contraint qu'il sourit à la jolie rousse. « Malheureusement oui » dit-il tout bas, profitant du fait que la rousse soit allé attacher son vélo pour souffler, dépité. Il jeta un coup d'oeil à sa montre et pinça les lèvres, il devait être sur le lieu de son travail dans 20 minutes et vu le détour monstre que Jaime lui demandait de faire, il lui faudra pédaler dur pour espérer ne pas être trop en retard. Il fut sortit de son intense réflexion lorsque Jaime le rejoint « Toi et moi sur un vélo ça augmente pas les chances d'un autre accident ? ». Il ricana doucement en secouant la tête « Normalement non... On verra bien. Si ca marche pas, tu finiras sur le trottoir donc il vaut mieux qu'on fasse en sorte que ca roule... » lui répondit-il d'un haussement d'épaule désintéressé. Mais que lui avait-il pris de jouer ainsi au super héros? Et pourquoi diable la jeune femme avait-elle accepté son offre ridicule? N'avait-elle pas été offusquée par ses propos, quelques minutes auparavant au point de l'insulter et de l'envoyer bouler? Il lui avait semblé que si pourtant... Il l'écouta sans broncher et lui offrit un nouveau sourire pincé en lui présentant le guidon, puisque c'est là que la jeune femme voulait monter. Alors qu'elle s'installait, le jeune homme se jura de ne plus jamais jouer ainsi les bon samaritains « Tiens toi bien surtout et s'il te plaît, lâche donc ce guidon, c'est moi qui conduit » lui dit-il alors qu'elle avait posé ses mains sur les poignées...

    Les premiers mètres furent laborieux, au point même que Davey dut poser un pied à terre à plusieurs répétitions pour espérer stabiliser son vélo, c'était un vrai calvaire, une véritable épreuve, pire même, il avait l'impression d'avoir commis l'irréparable et d'être en train de remonter son chemin de croix, punit par sa propre bêtise qui riait bien de lui, d'en haut. En plus de devoir tendre le cou sur la droite pour espérer voir ce qu'il se passait devant lui, la vision de Davey était obstruée par la masse de cheveux de Jaime qui n'avait de cesse de voler dans son visage. Inspirant une nouvelle fois pour calmer ses nerfs, le jeune homme essaya de se concentrer sur le fait de pédaler et non sur les cheveux de Jaime qui venaient lui fouetter les joues; mais après avoir une nouvelle fois happer une mèche de cheveux, le jeune homme lâcha le guidon et d'un air dégoûté, balaya les cheveux de la jeune femme d'un revers de la main « Tu sais c'qu'on va faire? » commença t-il en posant un pied à terre et en faisant descendre la jeune femme de son siège de fortune. Il enleva le sac de sport qu'il portait sur son dos et fit signe à Jaime d'approcher, la faisant effectuer un demi-tour, il passa les lanières de son sac sur les épaules de la jeune femme, se souciant peu de savoir si c'était lourd ou non. « Je bosse dans 16 minutes... » dit-il en regardant le cadran de sa montre d'un air pressé et tendu « A l'allure où on va, faut pas avoir fait Math Sup pour savoir que dans 10 minutes, avec un peu de chance, on sera en bas de la rue, or, tu m'excuses mais j'ai pas ce temps donc... tu vois les deux espèces de poignées là? » lui dit-il en désignant sa roue arrière d'un coup de menton « Et b'en tu grimpes dessus, tu t'accroches à mes épaules et avec ça, dans 5 minutes tu es chez toi et dans 25 je suis en face de mon boss et on est tous contents ». Le sourire était là mais sonnait faux, l'empressement dans la voix par contre, était bien réel et si elle refusait sa proposition, le grand châtain se verrait contraint de passer à l'étape supérieure et de l'abandonner là. A l'instant présent, le pire était qu'il n'aurait absolument aucun remords à le faire, tant elle l'avait mis dans une situation plus qu'embarrassante à accepter ainsi sa requête... C'était de la pure courtoisie bon sang!
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3446
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Mar 7 Fév 2012 - 16:43


Jaime était une curiosité de la nature, tantôt adorable, tantôt furie, totalement détraquée soit dit en passant. Elle avait parfaitement conscience que son attitude était complexe à décrypter, surtout pour lui qui se devait de tout analyser. S'en était presque charmant comme attitude, bien que totalement prise de tête à ses yeux. Ainsi son mini pétage de plomb avait eu lieu. Léger, il fallait le dire, contrairement à ce qu'elle était capable de faire. Désormais gênée et désireuse de rentrer chez elle, l'adorable rousse se contentait de le fixer, espérant arriver rapidement à destination - puisqu'il lui avait si gentiment proposé de la ramener (elle le soupçonnait cependant de regretter vu son air). Parfois elle avait l'impression d'être un petit chien : toutes canines dehors prête à mordre, la queue entre les jambes l'instant d'après. David avait eu droit aux deux facettes, évitant de peu les crocs acérés de la petite Jaime. Elle en oublia même son devoir quant à la plante qu'elle devait récupérer. Peu importe, assez d'émotions pour aujourd'hui, elle y repenserait en temps voulu. Toute son attention était désormais porté sur David. « Normalement non... On verra bien. Si ca marche pas, tu finiras sur le trottoir donc il vaut mieux qu'on fasse en sorte que ca roule.. » Il ne lui faisait à peine pas peur. A peine.. Fronçant les sourcils, la voilà peu rassurée, fixant son interlocuteur avec l'espoir qu'il lâche un 'je plaisante' rassurant. Eh bien non.
Bien installée sur son guidon - en apparence, puisque s'il avait la possibilité de voir son visage, elle tirait une énorme grimace (allez vous prendre un guidon dans le derrière vous). Ah, elle se souvenait désormais de sa folle jeunesse ou elle passait son temps installé là dessus. Comment avait-elle pu endurer pareil douleur ? Rentrer à pied lui était une sentence bien plus douce désormais. Bien accrochée, Jaime fermait de temps à autres les yeux, de peur de finir dans une voiture ou encore une fois, au sol. Sa chevelure flamboyante virevoltait au vent, fouettant le visage de Davey. Un mince sourire se dessina sur son visage, moqueuse : il devait amèrement regretter sa proposition et Jaime se sentait encore plus fière de l'avoir accepté. Lorsque subitement il se stoppa. La rousse descendit du vélo, se retournant automatiquement vers lui, hochant la tête frénétiquement à chacune de ses paroles. Déposant un regard sceptique sur les fameuses 'barres', elle se contenta de hausser les épaules, lançant un léger « d'accord. » en sautant dessus. Bien plus à l'aise, elle s'accrocha aux épaules de son ami. N'allait pas croire qu'elle se sentait si bien perchée là, au contraire. Douée comme elle était, un virage trop rapide et elle finissait sur le trottoir. Voilà pourquoi le pauvre David devait diablement sentir ses ongles plantés dans ses épaules frêles. Elle était tout bonnement incapable de se contrôler. Bien heureusement la petite balade ne dura qu'un court temps. Sa maison se dessina sous ses yeux et un ouf de soulagement traversa son esprit. Satisfaite, elle n'attendit pas qu'il se stoppe totalement pour sauter du vélo. « On est en vie.. » souffla-t-elle, un large sourire collé au coin des lèvres. « Voilà, tu seras pas en retard donc. » reprit-elle, lui signifiant qu'il pouvait désormais la fuir puisqu'il avait une bonne excuse. Pourtant, l'adorable rousse déposa une main sur son avant bras, retenant un instant de plus son ami déjà bien en retard pour son travail. S'approchant légèrement - à bonne distance tout de même. Une pensée s'insinua en elle, pensée qu'elle s'obligea à partager sur le champs. « .. J'ai une colocataire, Randa. Elle est mannequin et elle a des pratiques sexuelles un peu.. curieuses. Enfin, bref, la prochaine fois que tu viens je te la présenterais, je suis sûr que vous êtes fait pour vous entendre. » souffla-t-elle, non sans une pointe de fierté. Elle venait presque de lui vendre son amie pour son bon plaisir. Mais puisque Davey semblait porté sur la chose (et uniquement sourire à des idées lubriques) et que Randa n'était pas loin de lui, autant que les grands esprits se rencontrent. En réalité, Jaime souhaitait avant tout lui donner une bonne raison de revenir et non de la fuir pendant deux années de plus, oubliant son pétage de plomb monumental d'il y a cinq minutes. Randa allait lui foutre la raclée de sa vie pour ce qu'elle venait de faire, mais qu'à cela ne tienne.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv) Mar 14 Fév 2012 - 11:38

    Une fois que la jolie rousse eut prit place à l'arrière du vélo, Davey se sentit bien plus à l'aise. Si la jeune femme ne semblait tout du moins pas sereine à l'idée de prendre des virages - il sentait son appréhension à la façon qu'elle avait de planter ses griffes dans ses épaules -, Davey s'efforçait de ne pas la faire dégringoler de son perchoir de fortune. Le but n'était pas d'abîmer une fois de plus sa jolie voisine, mais bien de la ramener à bon port sans autres anicroches. Il y avait quelque chose d'amusant à la situation que le jeune homme était en train de vivre et alors qu'il jetait un coup d'oeil par dessus son épaule pour vérifier le trafic et s'assurer que Jaime était encore en un seul morceau, Davey se surprit à esquisser un petit sourire. « On arrive bientôt, t'inquiètes. » lui fit-il savoir. Il ne savait pas bien pourquoi il avait jugé bon de préciser telle chose; après tout, Jaime savait parfaitement où elle se trouvait puisqu'elle connaissait la ville aussi bien que Davey; mais c'était en quelque sorte une façon de faire comprendre à Jaime que malgré l'air bougon qu'il avait put arborer lorsqu'elle avait accepté sa proposition, il était passé au dessus de ça et trouvait la situation plutôt cocasse dorénavant.

    Il voulut freiner en douceur lorsqu'ils arrivèrent enfin devant la maison de Jaime, afin que la rousse descende sans mal; mais elle sauta à terre avant même qu'il n'ai immobilisé l'appareil; surpris, il jeta un coup d'oeil rapide par dessus son épaule, croyant un instant qu'elle ne soit tombée si près du but. Mais c'est bien une Jaime souriante qu'il aperçut et alors qu'elle lui lançait qu'il pouvait désormais déguerpir afin de ne pas être en retard, un petit sourire étira les lèvres fines du jeune homme. Cette nana était réellement étrange, peut-être même autant que lui et c'était sûrement pour cette raison que le jeune homme gardait un bon souvenir d'elle de manière générale. Il préférait oublier les petites entourloupes auxquels ils avaient été mêlés tous les deux par le passé, ou encore les quelques fois où la jeune femme avait littéralement péter un câble devant lui -comme il y avait à peine 15 minutes. Posant un pied à terre et se penchant pour enlever son sac des épaules de la jeune femme, il préféra répondre à sa remarque d'un clin d'oeil amical. « Je dirais la vérité à mon patron... J'lui dirais qu'une folle furieuse m'est rentrée dedans et que mon vélo en a prit un coup » ajouta t-il de manière nonchalante en d'un haussement d'épaule. Son attitude trahissait tout du moins toute la sympathie qu'il avait pour la jeune femme et sa façon de la taquiner ainsi n'avait rien de méchant, enfin il espérait tout du moins que la jeune femme l'interprète de la bonne façon, on ne savait jamais, et même lui se demanda si sa phrase était sortie comme il l'avait voulu. Il fronça d'ailleurs un instant les sourcils en y repensant et fut sortie de ses pensées lorsque la jeune femme posa à nouveau sa main sur son avant bras. Une nouvelle fois, il voulut rompre le contact en enlevant sa main mais dut se résoudre à uniquement resserrer sa poigne sur son guidon. Repousser la jeune femme deux fois en si peu de temps semblait peut-être démesuré, pensa t-il. Et c'est donc en un effort surhumain qu'il fit abstraction de ce contact et qu'il écouta ce qu'elle avait à lui dire. « .. J'ai une colocataire, Randa. Elle est mannequin et elle a des pratiques sexuelles un peu.. curieuses. Enfin, bref, la prochaine fois que tu viens je te la présenterais, je suis sûre que vous êtes fait pour vous entendre. » Haussant les sourcils devant un tel aveu, le jeune homme éclata d'un rire honnête -et en profita pour dégager son avant bras de manière subtile, n'arrivant vraiment pas à se sentir à l'aise avec ce contact. Elle l'avait bien cerné. La proposition était intéressante, effectivement mais le jeune homme préféra ne pas commenter. A l'inverse, posant un pied sur une pédale afin de reprendre sa route, il réajusta son sac de sport avant de plonger son regard dans celui de la jeune femme « Ca m'a fait plaisir de te revoir Jaime. » lui dit-il sincèrement « T'es toujours aussi allumée qu'il y a deux ans, c'est bien que tu n'aie pas changé... A plus tard » conclut-il en pinçant les lèvres. Il la salua d'un hochement de la tête et reprit sa route sans regarder de nouveau derrière lui, secouant doucement la tête d'incrédulité alors qu'il repensait à la matinée qu'il venait de passer et à ses retrouvailles avec la jeune femme. Si la belle rousse n'avait pas occupé ses pensées durant ces deux dernières années, elle pouvait être sûre d'avoir sa place dans un coin de son cerveau pour le restant de la journée et que leur prochaine rencontre se ferait rapidement. Jaime Ginzburg. Il secoua de nouveau la tête.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Been so long since I seen your face (pv)

Revenir en haut Aller en bas
 

Been so long since I seen your face (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Bayside Street & Ruelles-