AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Face à de vieux démons ; Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Face à de vieux démons ; Adrian Ven 12 Juin 2009 - 17:58

    En apparence, c’était une nuit comme les autres qui s’annonçait pour la jeune Armanie. Elle se trouvait dans sa chambre, une cigarette à la main bien que fumer était dans une chambre avait le don d‘énerver son frère, assise sur son grand lit. Seule. Bien trop seule même. Armanie détestait rester sans rien faire comme à cet instant. Depuis qu’elle avait quitter son monde enfantin pour jouer dans la cour des grands, Armanie était habituée à vivre le soir. Agacée d’être à ne rien faire dans sa chambre, Armanie décida de sortir, pour vaincre à ses occupations habituelles: la drogue, l’alcool et les mauvaises fréquentations. Et oui, une jeune femme qui a l’air si douce en apparence peut en réalité cacher une véritable diablesse. Armanie s’avança devant la chose qui lui servait de penderie, et choisit une tenue on ne peut plus aguicheuse, mettant en valeur quelques parties de son corps. Armanie descendit les marches de sa maison, lorsque son cher frère l‘arrêta. « On peut savoir où tu vas habillé comme ça? » lui dit-il de son air aimable. « Quelque part. » répondit-elle, comme à son habitude. Armanie ne voulait pas que son frère se mêle de sa vie, bien qu’il savait ce qu’elle était devenue à cause de son ex petite amie. Son sac en main, ses escarpins aux pieds, Armanie marchait le long d’une avenue principale de Miami, à la recherche de l’endroit dans lequel elle passerait la soirée. Chaque soirs où elle sortait, elle essayait de changer d’endroit, pour ne pas attirer tout soupçons sur elle, voir même certaines rumeurs. La jeune étudiante était une habituée du monde de la nuit désormais, et ne voulait pas tomber sur de anciens amis qui l‘ont poussé là dedans. Elle s’arrêta devant un bar où elle n’avait pas mit les pieds depuis un moment. La jeune femme entra et scruta légèrement les lieux avant de commencer toutes activités. Elle se dirigea ensuite vers le bar, où un homme lui offrit un verre. Armanie le remercia d’un simple sourire, et commença à boire sa tequila, tranquillement, assise au comptoir. La jeune femme alluma une cigarette, et regarda aux alentours de la salle. Le barman lui dit ensuite quelques mots, mais la jeune femme n’écouta pas vraiment ce qu’il lui disait. Quand un homme vint l’aguicher, Armanie reprit ses esprits et regretta une fois de plus d’être venue ici. Surtout qu’elle connaissait cet homme, puisse que c’était un ami d’une « amie » à elle, qui l’avait vu dans de piteux états. Armanie lui demanda gentiment de partir, mais celui-ci ne daigna pas bouger. Armanie, qui était si douce avant, le regarda et tenta de lui montrer qu’il était bien trop collant avec elle. « Fous moi la paix! » lui cria-t-elle. Mais Armanie semblait prise au piège face au présent, et ne pouvait pas se débarrasser de cet homme collant…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Face à de vieux démons ; Adrian Lun 15 Juin 2009 - 17:04

Adrian avait passé une journée ennuyeuse. Comme les autres journées du moment. Heureusement, son bureau n’était pas orienté vers le soleil et il avait pu s’y reposer tranquillement dans une température agréable. Mais alors qu’il faisait des paniers avec une boule de papiers en regardant le mur, le bruit de la libération se fit entendre. C’était comme une sonnerie dans la cour de récréation, celle qui ramène à la réalité. Cependant, cette sonnerie-là était beaucoup plus amusante et elle amenait de bonnes choses : enfin des cas importants ! Il était vingt heures passées, et à cette heure-là Adrian devait finir son service, mais il était rare qu’il sorte à l’heure. Il ne pouvait pas, en pleine opération, décider de sortir et de rentrer chez lui en prenant pour prétexte ses horaires fixes. Médecin impliquait beaucoup de générosité. Et Adrian en était, heureusement, très pourvu. Et n’ayant jamais eu de femme ou d’enfants à aller voir le soir, une soirée passée à l’hôpital à sauver des vies valait mieux qu’une soirée télévision de célibataire endurci. Il préférait bouger, courir, être occupé et ne penser à rien plutôt que d’être avachi sur son canapé à regarder passivement des séries idiotes en pensant à Rachel, qui n’était pas avec lui. Évidemment, il aurait préféré quitter l’hôpital et pouvoir la rejoindre, mais il savait cela impossible.

Il quitta donc son service aux alentours de vingt-deux heures après avoir aidé le patient arrivé tardivement. Il passa par une petite route et par un bar. Instinctivement, il y jeta un œil. Par curiosité mais également, et sans le savoir, dans l’attente d’y voir Armanie. Il lui était arrivé tant de fois de la voir dans un bar qu’il avait pris l’habitude de regarder chaque fois qu’il passait devant l’un des nombreux de la ville. Il vit une chevelure blonde devant lui mais la jeune femme se retourna et il vit que ce n’était pas la jeune fille qu’il cherchait. Alors qu’il partait, une autre femme se retourna et il put constater que c’était Armanie. Pour ne pas la déranger, il regarda s’il n’y avait personne d’autre et il remarqua un homme assez âgé qui paraissait l’ennuyer. Il fronça les sourcils et rentra dans le bar. Il humecta ses fines lèvres et essaya, par une inspiration, de prendre un air énervé. Il l’était, bien sûr, mais il cherchait souvent à cacher sa colère, alors l’exalter était assez compliqué. Il s’approcha de l’homme :

▬ Euh…On peut savoir ce que tu fais, là ?

Il fit un clin d’œil à Armanie pour la rassurer. Elle tombait toujours sur de mauvais hommes, ceux-là mêmes qu’il abhorrait. L’homme étant près d’elle, il tira le siège voisin sous son corps pour s’y asseoir et l’homme près de lui n’avait qu’à s’en aller. Adrian le regarda avec un air ennuyé et lui répliqua simplement :

▬ T’as pas remarqué que tu me déranges ? Donc soit tu pars, soit je tape là où il faut, si tu vois ce que je veux dire. Un des avantages d’être médecin, c’est de connaître parfaitement l’anatomie humaine. Et crois-moi, ça te fera pas du bien mon grand.

Il lui fit un grand sourire ironique et regarda Armanie, éternelle protégée, en l’embrassant sur la joue tendrement. Cela ne ressemblait pas en apparence à Adrian de s’emporter ainsi, mais face aux essais infructueux des hommes de conquérir Armanie, il se devait de réagir. Il ne supportait pas qu’on l’approche. Si on devait la séduire, il fallait que ce fût un homme jeune, beau, et certainement pas manipulateur. Il en avait bien trop vu à son chevet, tentant de l’amadouer fielleusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Face à de vieux démons ; Adrian Dim 21 Juin 2009 - 12:08

    Il était vraiment tard, et Armanie savait qu’elle n’aurait vraiment pas du sortir de chez elle. Mais comme à son habitude, elle faisait les choses avant de réfléchir, afin de regretter après. Et le fait de tomber sur cette homme collant lui faisait encore plus prendre conscience de ce qu’elle était devenue: une fille d’une vingtaines d’années, qui traîne dans les bars le soir au lieu de faire comme les gens de son âge, à savoir réviser ou s’amuser normalement. La jeune femme s’amusait, mais pas comme il le faudrait. La drogue était devenue son échappatoire, une manière d’être dans « le mouv’ » mais elle aurait bien fait de rester la jeune fille qu’elle était, que les gens appréciaient pour sa douceur. Aujourd’hui, elle tentait de s’en sortir, mais le simple fait de croiser des gens mauvais lui donner envie de replonger pour échapper à ça. En tentant de se débarrasser de cet homme collant, Armanie était surtout énervée de voir que personne dans ce bar ne bougerait son derrière pour l’aider à se débarrasser de cet homme qui empestait le whisky à trois kilomètres. Alors qu’elle avait perdue tout espoir, et qu’elle sentait les larmes venir en elle, Armanie entendit la voix d’un être cher, de son ange gardien. Adrian était là, allez savoir comment il l’avait trouvé, et venait de remettre en place le vieil homme. Le fait de voir son clin d’œil lui redonna le sourire, et la voila qui était prête à toute dévaster. La remarque suivant fit rire légèrement Armanie, car entendre Adrian le menaçait en jouant sur son statue de médecin était quand même très drôle. Le vieil homme comprit qu’il n’avait aucunes chances avec la jeune femme et se leva. Armanie le regarda et ne pu s’empêcher de jouer les sale caractère. « Et bah, il t’en aura fallut du temps pour comprendre! Allez, tires toi! » lui dit elle sèchement. Armanie détestait les hommes comme ça, même si elle en avait rencontré un nombre incalculable. Adrian déposa un baiser sur sa joue, ce qui la fit sourire. Le sentir près d’elle était comme rassurant, il était le grand frère qu’elle n’avait jamais eut… « Merci beaucoup… Encore une fois tu m’as sortit d’un beau pétrin là… Heureusement que tu étais là, sinon je ne sais pas ce que ce vieux porc m’aurait fait! » lui dit-elle. La jeune femme n’osait même pas imaginé ce qu’il se serait passé si Adrian n’était pas arrivé. Elle regarda autour d’elle, beaucoup de gens la regardait d’un air qu’elle n’aimait pas, et Armanie se sentait pas très à l’aise. Elle regarda Adrian, et tenta d’oublier les autres. « Alors mon sauveur… Je peux t’offrir un truc à boire? » proposa-t-elle gentiment. Elle lui devait bien ça…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Face à de vieux démons ; Adrian Mar 30 Juin 2009 - 19:59

« Naïve… » pensa-t-il. Lui savait très bien ce que cet homme lui aurait fait. Comme tous les autres, il aurait tenté de la séduire, croyant que ses rougis par les déboires lui plairaient, ou qu’ils l’arracheraient à sa solitude. Ou bien serait-ce l’un de ces hommes manipulateurs qui prendraient plaisir à la faire attendre, insouciante, à l’ivresse de l’amour. Il ne comptait plus les hommes ingrats qu’il avait dû rejeter, par nécessité devant la fébrilité d’Armanie à le faire elle-même. Il savait bien les repérer à présent. Comme de vieux baroudeurs, ils écumaient les bars à la recherche d’une proie, tournaient autour puis fonçaient tête baissée comme un vautour sur sa souris pour se jouer d’elle avant de l’achever. Le monde, ce n’est qu’une jungle où les obstacles ne sont qu’un infime danger comparés aux bêtes féroces. Il n’y avait que Rachel pour le lui faire oublier. Avec elle, les hautes herbes cachaient de grands frissons et d’espérances inouïes, et il courait avec ingénuité à travers la savane chaque jour. Chaque fois qu’il était avec Armanie, il était comme paranoïaque, les hommes, tous pervertis, ne cherchaient qu’à soutirer d’elle un peu d’argent ou de plaisir. Partout, on semblait la regarder, pareil au fruit défendu convoité par Ève. Et Adrian tentait de la protéger, jouant Adam, tentant malgré tout de résister.

Adrian tourna de nouveau la tête vers elle et lui répondit gentiment :

▬ Eum…Ouais, je veux bien un pastis. 

Il tendit l’oreille au passage pour écouter ce qu’elle allait dire. Sans vouloir lui faire la morale – ils n’en avaient plus l’âge – il veillait tout de même au grain concernant ses fréquentations, la drogue et l’alcool. Il ne voulait pas qu’elle sombre dans ces « paradis superficiels » comme l’appellent timidement les accros. Il savait bien qu’elle n’était pas complètement naïve ; ses poumons étaient grisés par la fumée nocive du tabac, ses narines agressées par la cocaïne et ses veines brûlées par les injections d’héroïnes qu’elle avait faites plus jeune. Mais il aimait à croire que ce n’était pas de sa faute. Les gens qu’il aimait n’étaient jamais responsables du mal qu’ils se causaient, ou qu’ils infligeaient aux autres. Il ne cherchait pas à savoir pourquoi, mais il savait au fond de lui qu’il y avait toujours une raison qui induisait au Mal. Le Mal, cela n’existe que dans l’inconscient, ce n’est finalement que la pâle copie du Bien avec le tort qu’on y ajoute simplement pour se détacher des autres. Instinctivement, Adrian regarda les ongles de la jeune femme. Ils n’étaient encore pas trop jaunis. Il releva la tête et lui demanda :

▬ Alors, comment va ta vie en ce moment ?

Il ne s’attendait pas à ce qu’elle répondît qu’elle n’avait pas de problèmes, il était bien trop persuadé du contraire. Mais il aimait essuyer ses petites larmes infantiles, et être le seul confident qu’elle pouvait avoir, c’était un rôle important, presque nécessaire à Armanie. Il avait la chance de se dire qu’il était utile à la vie de quelqu’un. S’il ne partageait pas le même sang qu‘elle, il avait au moins le plus important : il partageait sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Face à de vieux démons ; Adrian

Revenir en haut Aller en bas
 

Face à de vieux démons ; Adrian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: The Blue Lagoon Bar-