hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 season finale, la saison 2 touche à sa fin.
Il est maintenant temps de commencer à clôturer ses sujets
pour démarrer sur de nouvelles bases pour la saison 3. Prenez le
temps de lire ce sujet pour tous les détails.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 call me by your name (t/s)

Aller en bas 
god lies between your fingertips.

Sami Winters

messages : 4458
name : faustine.
face + © : zayn ⋅ ©self, tom walker.
multinicks : resen ⋅ scott ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 4383
age : twenty six ⋅ [15|03]
♡ status : married to tommy since august 11th 2018, completely in love with him.
work : projectionist @ arc light.
activities : helping at the harsha's stables, video games, superheroes movies, complaining and overthinking, being his bf's fanboy.
home : a small cosy house on pioneer oak (8).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | emerson, james, tommy, shiloh / next: mila.

call me by your name (t/s) Empty
Message· · Sujet: call me by your name (t/s) call me by your name (t/s) EmptySam 26 Oct - 10:03

@tommy winters.
(october 26th)
This is a formal thank you
to the universe for allowing
your birth to be the biggest
miracle of my life.
For letting you and I
walk this earth at the same time.

« Laissez-moi le voir ! » La voix de Sami résonna dans les couloirs de l'hôpital. « Vous ne comprenez pas. Il y a déjà des visiteurs auprès de lui, et seule la famille peut accéder à la chambre pour l'instant. » Les sourcils froncés, il détailla avec un air ahuri le médecin qui l'empêchait d'accéder au lit d'hôpital dans lequel se trouvait Tommy. Réalisait-il l'erreur qu'il faisait ? S'il y avait bien une chose pour laquelle Sami se montrait persévérant, c'était tout ce qui concernait Tommy. L'idée de se re trouver bloqué de l'autre côté de la porte le secouait bien trop, alors que sa seule requête était de pouvoir se trouver aux côtés de l'homme qu'il aimait, s'assurer qu'il irait bien, et pouvoir être là à son réveil. Il secoua la tête. « S'il vous plaît – » « Je suis désolé mais ça n'est vraiment pas possible. Il faudra attendre. » La voix de l'homme le coupa dans sa requête et ce fut suffisant pour qu'il n'en puisse plus. Ses nerfs allaient lâcher. Depuis l'appel reçu, où on lui annonçait que Tommy était transféré à l'hôpital suite à un accident au travail, Sami tentait de garder la tête hors de l'eau et de réunir le plus de force possible pour ne pas craquer, garder au maximum son calme. Ses mains avaient tremblé, autour du volant de sa voiture, et à quelques reprises il eut l'impression de dévier de la route alors que son pied appuyait avec force sur la pédale d'accélération. Les tremblements n'avaient pas cessé une fois arrivé. Les Winters avaient été prévenus sur la route ; encore une fois, il avait fait son possible pour garder son calme, expliquant à Lydia, à l'autre bout du fil, ce que la caserne venait de lui dire, tentant de couvrir la voix de l'adolescente pour lui indiquer vers où se diriger, avec les autres membres de la petite (grande) tribu, alors que de mauvais souvenirs se rappelaient à lui. Accident, hôpital... C'était suffisant pour que son corps fasse un amalgame, se crispe et que ses nerfs jouent sous sa peau, continuant à trembler alors qu'il fermait les paupières pour ne pas craquer. Il ne demandait rien de mal. Pas grand-chose non plus. Simplement de pouvoir être auprès de lui, plutôt que de devoir attendre dans les couloirs, sans possibilités de le voir, qu'on vienne lui dire comment son état avançait. Le médecin ouvrit à nouveau la bouche, mais cette fois ce fut à Harsha de lui couper la parole, le poing serré et les dents enfoncées dans l'intérieur de ses joues. Il posa le regard sur lui, déglutit en sentant déjà sa voix prête à se laisser prendre par des trémolos. « C'est mon mari. Je fais partie de sa famille. Vous n'avez pas le droit de m'empêcher de le voir. » C'était la première fois qu'il le disait à voix haute, devant quelqu'un d'autre que Mila, ou Tommy lui-même. Il savait qu'il n'aurait pas dû le faire sans l'accord de sa moitié, mais Sami ne pouvait supporter l'idée d'être séparé de lui par une cloison alors que l'inquiétude l'assaillait. Glissant la main autour de la chaîne qu'il ne quittait plus depuis que Tommy la lui avait offerte à Noël, Sami dévoila, après des mois à la cacher contre sa poitrine, l'alliance qui pendait au bout. « Laissez-moi le rejoindre, je vais devenir dingue si je dois rester dans ce couloir. » Sa voix laissait entendre un mélange de colère et de demande désespérée, et son regard était tellement fixé sur l'homme face à lui qu'il ne parvint même pas à remarquer du coin de l'œil la silhouette qui s'était échappée quelques instants de la chambre, et avait probablement tout entendu. Lydia ? Oliver ? Chase ? Beth ? Aucune idée. Et, la poitrine serrée, Sami n'aurait probablement pas été en état de s'en inquiéter pour l'instant, l'esprit focalisé sur l'idée de retrouver Tommy, et de faire disparaître l'air surpris et idiot qui s'affichait sur le visage de son vis-à-vis. Le médecin soupira. « Pourquoi ne pas l'avoir dit avant ? Allez-y. » Il ne prit même pas la peine de répondre à la question, tourna les talons et s'approcha de la porte, l'ouvrant avec précaution pour ne surprendre personne à l'intérieur. Des visages se tournèrent vers lui, mais son regard ne se porta que sur celui, endormi, de son mari. Ses nerfs continuaient de frémir, empêchant ses mains de retrouver une immobilité totale, alors que ses doigts s'enroulèrent autour du dossier d'une chaise pour la rapprocher du lit, avant qu'il ne se laisse tomber dessus. Tendant les doigts pour attraper ceux de Tommy entre, il les serra doucement, laissa son pouce caresser le dos de sa main avec une tendresse inquiète. Au regard qu'il sentait peser dans son dos, Sami comprit qu'il n'avait pas été d'une discrétion totale dans sa révélation, mais n'eut pas le courage de lancer le débat ou de s'en inquiéter pour l'instant. Ça n'était pas la façon dont ils avaient envisagé l'annoncer à leur famille. Et sans Tommy conscient à ses côtés, il n'avait pas envie de se lancer dans les explications. Comment ils avaient eu cette idée, l'esprit embrumé et alcoolisé pendant leur week-end d'évasion à Las Vegas. Comment leur relation avait officiellement débuté avec un échange de vœux et des promesses d'éternité soufflées par un Elvis du pauvre. Comment une idée saugrenue avait pris une importance immense dans leur relation, était passée du statut de quelque chose sans valeur à une symbolique aussi forte. En entrant dans la chambre, Sami n'avait même pas pensé à replacer sa chaîne sous son t-shirt. Au lieu de reposer contre sa peau, l'alliance pendait contre le tissu foncé, contrastant avec le reste. Sans lâcher la main de Tommy, Sami ferma un bref instant les yeux, sa main libre contre son visage. Bercé par les bips des machines, il tenta d'inspirer, d'expirer lentement, alors que les minutes commençaient à s'égrainer, que les autres corps se mirent à faire des allers-retours entre la chambre et la cafétéria, et que lui se retrouvait à refuser de quitter sa place, jusqu'à ce que Tommy se réveille.

_________________

- we don't need to spend our l i v e s chasing gold, anywhere with you, I'll call my home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✽ if firefighting was easy, cops would do it.

Tommy Winters

messages : 2312
name : mrs.brightside (marine)
face + © : c.wood + wcstedrose, bj, rostovarps
multinicks : mila ⋅ avery ⋅ owen.
points : 3000
age : thirty y.o
♡ status : married to sami since the 11th of august 2018 and deeply in love with him.
work : firefighter since 2014. (currently suspended)
activities : windmont bay fire watch, video games, drawing.
home : a crappy old house on pioneer oak (26).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●●● ollie, scott, sami.

call me by your name (t/s) Empty
Message· · Sujet: Re: call me by your name (t/s) call me by your name (t/s) EmptySam 9 Nov - 19:33

Tommy sort de là. Il pouvait encore entendre la voix de Collins résonner/hurler dans la radio, alors qu'il s'était avancé plus profondément dans le building, Prentis sur ses pas. Ensuite, c'était le trou noir. Il cligna une première fois des yeux, eut l'impression d'entendre les sirènes alarmantes au loin. C'était l'ambulance, pas le camion. Un deuxième fois, la voix de Finn. Une troisième, celle d'Ollie. Tommy abandonna l'idée de comprendre l'enchainement illogique, s'ordonnant de se redresser et continuer les recherches alors que son corps rendait les armes et le plongeait dans un sommeil profond, malgré lui.
Il mit plusieurs minutes à ouvrir les paupières, trop lourdes, sa main se portant machinalement au masque qui entourait son visage pour le retirer. Le visage flou de Sami apparu dans son champs de vision, alors que les mains du projectionniste stoppaient son mouvement pour replacer ce dernier correctement. Sans se débattre, le pompier observa les lieux plusieurs minutes, s'arrêtant sur le plafond, le lit, la machine à ses côtés, ainsi que la perfusion plantée dans son avant bras. Le lieu dans lequel il se trouvait ne laissait aucun doute, quand bien même il ne parvenait toujours pas à reconstituer le puzzle. Il en manquait trop de pièces. Fermant à nouveau les yeux quelques secondes à la recherches de plus d'informations, et pour enregistrer celles qu'il possédait déjà, Tommy les ré-ouvrit finalement, retirant d'un geste plus calme le masque à oxygène qui se trouvait toujours sur son nez et sa bouche et l'empêchait de communiquer. Il devait avoir été laissé là par sécurité, hors il se sentait tout-à-fait en état de respirer sans aucune aide.
Pendant un court instant, il s'autorisa à observer Sami et presser légèrement la main liée à la sienne, cherchant à le rassurer sur son état. Tommy n'avait pas l'impression de souffrir ou d'être blessé, où que ce soit, et ne souhaitait pas voir son petit-ami/mari se faire du sang d'encre inutilement. Le trentenaire balaya rapidement la pièce du regard à la recherche d'un autre membre de la famille, son coeur se faisant un peu plus lourd en constatant l'absence des siens. La question était de savoir depuis combien de temps était-il là. Si les Winters étaient partis, peut-être pas encore arrivés ? Avaient-ils seulement été mis au courant ? Trop de questions pour son cerveau qui fonctionnait encore au ralenti et le redirigeait immanquablement sur l'accident qui l'avait mis dans cette position et qui, sur le moment, avait bien plus d'importance à ses yeux que la liste de ses visiteurs.
Les événements lui revenaient pièce par pièce, sans qu'il ne sache réellement mettre le doigt sur le moment ou il avait perdu le fil. Le gamin. Finn. « Finn ? Comment elle va ? » Sa voix était rauque, sa gorge douloureuse. Il devait avoir été entubé, pensa-t-il. Ce n'était pas la première fois, le pompier connaissait donc la sensation mais on ne se faisait pas réellement à cette gêne. Prentis l'avait suivi, mais jusqu'à quel point? « Le gamin ? » Il se redressa un peu plus dans son lit, observant Sami dans l'attente d'une réponse que son petit-ami ne possédait peut-être même pas. Le noeud qui se formait dans son estomac lui donna la nausée. Tommy avait eut l'ordre d'évacuer, avait désobéit, se refusant de sortir du bâtiment sans lui - il l'avait promis, à sa mère -, or Winters ne se souvenait pas être arrivé à lui. Il ne parvenait pas à visualiser le gosse dans ses souvenirs encore en vracs. Fermant les yeux à nouveau quelques secondes, le brun inspira profondément ; il se revoyait sortir du building mais ses bras étaient vides. Sa respiration se fit plus saccadée à l'idée qu'ils aient pu échouer, accrochant le regard de Sami en attendant que ce dernier le rassure. Si ce n'était lui, un collègue avait forcément dû parvenir jusqu'au gamin. Ce n'était pas leur genre d'abandonner. « Je dois les appeler. » Il implora, ses yeux quittant ceux du brun pour balayer la pièce, à la recherche de son téléphone portable.

_________________
-- these four walls have a got a story to tell. the door is off the hinges, there's no wish in the well. outside the sky is coal black and the streets are on fire, the picture windows cracked and there's no where to run. i know, this house is not for sale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
god lies between your fingertips.

Sami Winters

messages : 4458
name : faustine.
face + © : zayn ⋅ ©self, tom walker.
multinicks : resen ⋅ scott ⋅ kelley ⋅ billie ⋅ jimmy ⋅ jesse.
points : 4383
age : twenty six ⋅ [15|03]
♡ status : married to tommy since august 11th 2018, completely in love with him.
work : projectionist @ arc light.
activities : helping at the harsha's stables, video games, superheroes movies, complaining and overthinking, being his bf's fanboy.
home : a small cosy house on pioneer oak (8).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open | emerson, james, tommy, shiloh / next: mila.

call me by your name (t/s) Empty
Message· · Sujet: Re: call me by your name (t/s) call me by your name (t/s) EmptyLun 20 Jan - 12:29

L'idée même de notion du temps avait rapidement pris ses jambes à son cou, une fois l'accord d'aller le voir avait été donné par le médecin. Sami ne savait pas depuis combien de temps avait-il réussi à rentrer dans la chambre d'hôpital, ou n'avait-il pas voulu lâcher la main de son mari. Vissé à sa chaise, il avait refusé d'un simple mouvement de tête d'accompagner les Winters à la cafétéria lorsqu'ils lui avaient proposé, justifiant le mouvement par une envie de prendre l'air aussi forte que la nécessité de manger un morceau, gardant les yeux posés sur le visage endormi de Tommy. Et le temps avait continué de s'égrainer, le laissant dans l'incapacité de se fixer au moindre indice sur sa vitesse, encore moins maintenant qu'il était la seule présence éveillée dans la pièce. En réalité, Sami s'en foutait. Ça n'avait aucune importance, dans les circonstances actuelles. Le médecin était passé vérifier l'état du pompier, assurant au projectionniste qu'il allait bien, n'avait besoin que de repos et d'un temps d'arrêt quant à son boulot, qu'il serait bientôt réveillé, sans séquelles physiques. Ils avaient pris les précautions nécessaires quant à ce qu'ils pouvaient faire pour lui. Il n'allait pas le perdre, et cette certitude avait réussi à dénouer un peu son estomac, malgré ce qui allait venir par la suite. Par instants, le nouveau membre de la famille Winters s'était autorisé à se perdre dans ses pensées, le regard ne lâchant pour autant pas la silhouette de son époux, ses traits endormis partiellement cachés sous le masque qu'il portait encore par précaution. Les choses allaient changer à partir d'aujourd'hui. Non seulement par rapport à la révélation qu'il avait dû faire – à bien y réfléchir, il était persuadé désormais que quelqu'un avait été témoin de son aveu au médecin –, mais aussi ce qu'il y avait pu se passer sur le terrain, ce matin. Sami ne savait pas vraiment comment se préparer à tout ça ; n'en avait pas non plus réellement l'envie, tant que Tommy ne serait pas réveillé et ne prouverait pas que, au moins physiquement, il allait bien. Le mental, c'était la question qui revenait lui tordre les entrailles d'une inquiétude sans pareil à son égard. Quand la main du brun s'agita pour retirer le masque respiratoire, Sami sentit son cœur tressauter dans sa poitrine, alors que son corps, lui, réagit plus rapidement pour venir le replacer doucement, coupant court au mouvement trop rapide de Tommy. Plongeant son regard dans le sien, il glissa ses doigts sur la joue de son mari, le détailla un instant. « Tommy... » il murmura doucement, abandonnant sa chaise pour venir s'asseoir sur le rebord du lit, déposant un baiser sur son front, toujours sans lâcher la main qu'il serrait dans la sienne, engourdissant un peu ses doigts. Sentir les siens se resserrer autour accentua légèrement le soulagement qu'il ressentait à l'avoir vu rouvrir les yeux et, caressant le dos de sa main de son pouce, Sami continua de l'observer alors que Tommy prenait connaissance – et conscience – des lieux, après avoir retiré plus lentement le masque. « Ils sont descendus à la cafétéria, et prendre l'air. » L'expression sur le visage qu'il observait trahissait sans mal ce qui pouvait traverser l'esprit de Tommy et, ayant la possibilité de le faire, Sami voulut balayer les questions qu'il avait sans doute à ce sujet ; au moins savait-il le faire avec cette partie des interrogations. Sami entrouvrit la bouche pour répondre, un peu pris au dépourvu, sans vraiment comprendre pourquoi. « Elle va... bien, je crois ? Je lui ai parlé rapidement tout à l'heure. Elle est venue te voir. » L'échange avait été bref, pendant le court instant où il s'était autorisé à sortir de la chambre, sentant que tout était un peu « trop » pour pouvoir le garder en lui sans broncher, ni ne rien montrer. Elle ne semblait pas s'en sortir trop mal. Quelques égratignures, le contrecoup des événements qu'ils avaient traversé, mais ça semblait... aller, s'était-il dit, quand bien même il ne la connaissait pas. À la question suivante, Sami pinça des lèvres. C'était donc à lui de lui dire ? D'essayer de trouver les bons mots, tout en sachant qu'il n'y en avait pas ? Doucement, il resserra ses doigts autour de sa main, posa celle libre sur l'épaule de Tommy pour tenter de le garder en place et de lui éviter trop d'agitation d'un coup. « Tommy, reste en place. » Un soupir discret lui échappa, alors qu'il vint masser un instant sa tempe, cherchant comment tourner la triste nouvelle, ne trouvant pas de solution pour tenter de minimiser le choc auprès du pompier. Doucement, il inspira, ouvrit puis referma la bouche à défaut de trouver les mots, avant de se contenter d'un : « je suis désolé. » Sentant le regard de Tommy se reposer sur lui, Sami fit pour le croiser et se glissa une main dans les cheveux, pressant un peu plus la sienne de l'autre. « D'après ce que je sais, personne n'a réussi à aller aussi loin que toi dans la maison. L'incendie avançait trop vite. » Sa gorge se noua un peu alors qu'il ne détachait pas les yeux de l'homme face à lui, ressentant toute l'impuissance dont il faisait preuve par rapport à la situation, incapable de trouver quelconques paroles réconfortantes à lui souffler, qui pourraient avoir l'effet escompté sur lui. Alors il se contenta de resserrer doucement l'étreinte de leurs doigts, attrapant sa main libre de la sienne. « Ce n'est pas de ta faute, » il finit simplement par dire, sachant que ça ne serait pas suffisant.

_________________

- we don't need to spend our l i v e s chasing gold, anywhere with you, I'll call my home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




call me by your name (t/s) Empty
Message· · Sujet: Re: call me by your name (t/s) call me by your name (t/s) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
call me by your name (t/s)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way :: windmont bay clinic-
Sauter vers: