hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 season finale, la saison 2 touche à sa fin.
Il est maintenant temps de commencer à clôturer ses sujets
pour démarrer sur de nouvelles bases pour la saison 3. Prenez le
temps de lire ce sujet pour tous les détails.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 where the wild things are

Aller en bas 
I am made of memories.

Robbie Ripley

messages : 117
face + © : barrueco, sweet disaster
multinicks : trent, tomas, norrie
points : 626
age : twenty-six (9/15)
♡ status : single.
work : drifter.
activities : discovering emerson all over again / planning his trip to alaska
home : here and there, crashing at emerson's for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

where the wild things are Empty
Message· · Sujet: where the wild things are where the wild things are EmptyMar 12 Nov - 20:52

leo & robbie

Robbie se frotta le visage et se tapota les joues, espérant vainement chasser la fatigue, baillant bruyamment alors que ses doigts s’aventuraient dans ses cheveux et s’enfonçaient dans son scalp. Bailey était sortie de la tente depuis plusieurs minutes, déjà ; il l’avait sentie se frayer un chemin hors de l’abri, se servant de sa truffe pour relever la fermeture éclair, puis se faufilant par l’ouverture dès qu’elle pouvait y faire passer son museau. Elle avait pris l’habitude de sortir par elle-même, et sans emporter la tente dans sa tentative, comme le premier jour, à sa mauvaise surprise. Il se redressa, le corps emmitouflé dans son sac de couchage. Il pensait encore à Emerson, comme toute cette nuit où le sommeil s’était dérobé à lui. Il n’avait pas cessé de penser à Em, de sourire sans réelle raison, puis de sentir des larmes perler aux coins de ses yeux. Il essuya ses yeux, par réflexe ; ils étaient encore humides. Il soupira, longuement. Les retrouvailles avaient eu l’effet qu’il avait escompté.
Il avait été incapable de s’endormir plus que quelques minutes. Une fois ses paupières closes, Emerson était là. Les paupières ouvertes, Emerson était également là. Et il n’était pas le seul à avoir peuplé sa nuit. Emerson avait fait ressurgir des myriades de souvenirs, des souvenirs qui avaient commencé à s’animer dès qu’il avait vu le garçon, des souvenirs qu’il pensait perdus, oubliés à jamais, et qui s’étaient imposés soudainement à lui, le surprenant et le faisant sombrer dans une nostalgie aussi douce que douloureuse. Robbie avait repensé à ses parents, à qui il n’avait plus parlé depuis son aventure au-delà de la frontière mexicaine – il avait dessiné du bout des doigts la cicatrice qui zigzaguait le haut de sa jambe en repensant à cet épisode. Il avait repensé au Wyoming, à sa ferme, à la poussière qui s’incrustait partout, aux virées improvisées à Cheyenne pour y dépenser les quelques dollars qu’il avait en poche. Il avait repensé à Bailey, ridiculement petite. Il avait repensé à ses amis. Il avait repensé à Cameron.
Cette nuit, il avait également pris une décision : il ne resterait pas plus d’une semaine à Windmont Bay.
Il ne pouvait pas rester plus, même s’il aurait aimé rattraper le temps perdu avec Emerson, lui parler des forêts de Californie, de ses bêtises à Reno, de son périple mexicain. Mais il savait, qu’à un moment ou un autre, des sujets de conversation s’imposeraient à eux. Le Wyoming. Le rodéo. Cameron. Il ne voulait pas aborder ces sujets avec Emerson. Tout cela appartenait à un autre monde. À un autre temps. Emerson lui-même appartenait à ce monde, même s’il l’avait fui, comme il l’avait fait il y a des années.
Il soupira, encore une fois, longuement, avant de se lever et de s’extraire du sac de couchage. Il jeta un œil hors de la tente : il n’y avait personne sur la plage. Le soleil était encore bas dans le ciel, personne ne s’aventurerait ici à cette saison. Bailey le remarqua au loin et se mit à aboyer, filant comme un étoile dans sa direction. Robbie ne put s’empêcher de sourire : c’était ça, sa vie. Lui et Bailey, n’importe où. Avant qu’elle ne puisse sauter sur lui, il se mit à courir en direction de l’océan, criant jusqu’à ne plus avoir d’air dans ses poumons pour s’encourager et plonger dans les vagues qui déferlaient. C’était ça, sa nouvelle vie.

Bailey trottinait à côté de son maître, alors que Robbie cherchait le garage dont il n’avait que l’adresse. Ce garçon lui avait dit de passer, qu’il y aurait peut-être du travail pour lui. Il avait besoin d’argent, s’il comptait rejoindre l’Alaska le plus rapidement possible. Il avait déjà pris assez de retard. Peut-être allait-il prendre le train depuis Portland et aller aussi loin qu’il le pouvait sur les voies ferrées, idéalement jusqu’à Anchorage. Bailey ne savait pas encore qu’il comptait demander à Emerson de la garder quelque temps. Elle connaissait le garçon, sa nouvelle apparence ne l’ayant absolument pas trompé ; elle serait bien avec lui, le temps de passer quelques mois en mer et de revenir à Windmont Bay. C’était là également une opportunité de revoir Emerson, peut-être pour la dernière fois, avant de repartir avec son compagnon à quatre pattes vers d’autres aventures.
– Here it is, dit-il, et Bailey leva ses yeux noirs vers Robbie alors qu’il pointait du menton le garage qui se dessinait devant eux. Leo. C’était le gars qu’il avait croisé, bien avant qu’il ne tombe sur Emerson, et à qui il avait demandé s’il y avait du travail pour lui, le temps de quelques jours. Robbie s’y connaissait en voiture. Dans une autre vie, il avait plongé quotidiennement dans les entrailles des tracteurs et machines de son père pour les réparer.
– Go for a stroll, dit-il à Bailey, faisant claquer sa langue. Elle s’arrêta, regarda Robbie quelques secondes, puis disparut rapidement derrière une haie au-dessus de laquelle elle sauta sans difficulté.
Il arriva au garage, frotta ses mains contre son pantalon, enleva son bonnet et se laissa guider par les bruits qu’il entendait, jusqu’à se retrouver à quelques mètres derrière celui qu’il reconnut d’un coup d’œil.
Il regarda autour de lui. Il n’y avait pas d’autre signe de vie. Robbie s’approcha de la voiture sur laquelle Leo travaillait et posa la main sur le capot relevé.
– I can see you really need me around here, dit-il doucement, un sourire aux lèvres. Leo se rappellerait de lui. La façon dont il l’avait regardé, il y a quelques jours, ne permettrait pas le contraire.

_________________

In good time, you'll come to know, When you release, when you let go, You can find yourself where you belong


Dernière édition par Robbie Ripley le Mar 12 Nov - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maybe swearing will help

Leo Watts

messages : 1567
name : raph (smooke)
face + © : jeremy allen white - ava@all souls + gifs@tumblr
multinicks : mikkel, clive, keats, jamie, hopper, lyle
points : 1688
age : 23 yo [1|08]
♡ status : in a relationship with ashes hendrickx, madly in love with his ass.
work : car mechanic @coral gables
activities : smoking, repairing cars, being an asshole, trying to stay out of trouble, making out with his perfect model and falling deeply for him.
home : @trailer park with ashes.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | madd, ashes, robbie, jules

where the wild things are Empty
Message· · Sujet: Re: where the wild things are where the wild things are EmptyMar 12 Nov - 21:36



-----
(@robbie ripley - November '19)

Main dans le cambouis, clope au bec, fredonnant la chanson qui passait sur le vieux poste du garage. Le jeune Watts passait son temps la tête penchée sous le capot des voitures, vérifiant, réparant, touchant, dévissant. C'était un geste mécanique qui le canalisait. Watts n'aurait jamais pu s'asseoir face à un bureau. Il n'en avait pas le profil. On le lui avait bien fait comprendre à l'école. Il ne rentrait pas dans le moule. Trop effronté, trop têtu, trop insolent, trop charmeur, trop ... tout. L'excès faisait parti de Leo, son vieil ami complice. L'excès dans la multiplication de relations intimes. Dans son langage souvent vulgaire et charretier. Dans son mode de vie où l'adrénaline lui permettait de vérifier qu'il était toujours vivant. Le besoin constant de repousser ses limites, de jouer de ses poings pour sentir la douleur. Toujours avec ce micro sourire en coin, comme pour se moquer des événements qui lui arrivaient alors qu'il naviguait, à sa propre manière, à travers le flot incohérent de ses pensées les plus intimes.
Un flot interrompu par une voix qui lui paraissait vaguement familière. L'effronté sursauta. " Shit! You scared the hell outta me, man!" s'exclama-t-il, évitant de peu la collision entre sa tête et le vieux capot rouillé du tas de boue qu'il tentait de sauver. Tenter était la bonne expression. Voilà deux heures qu'il tripatouillait le moteur, en vain. " Dirty as hell, man, not gonna shake your hand." déclara-t-il, montrant patte blanche - ou plutôt noire, au vu de l'état de ses mains noircies par le cambouis mais le sourire en coin. Peut-être que le jeune homme face à lui ne comprendrait pas le sous-entendu, mais lui en était presque fier. Il frotta d'ailleurs celles-ci sur son vieil uniforme délavé, essayant tant bien que mal de se débarrasser de la saleté qui collait sur ses mains, pour finalement le saluer d'un sourire, la clope entre les dents et d'un signe de la tête. " How have you been?" s'enquit-il, se remémorant la conversation qu'ils avaient partagés il y a quelques jours. Robbie. Le nom de famille n'était pas resté. Un visage  prenant. Des pommettes à s'en damner. " I see you haven't lost the address." dit-il le sourcil instigateur, chopant habilement un torchon qui traînait sur l'établi et absorbant ses quelques bouffées de nicotine essentielles à sa survie. " We do need you." appuya-t-il fortement sur le dernier mot. Leo avait besoin d'un coup de main. Al, son compère habituel, était en arrêt maladie. Une pneumonie qu'il disait. Bullshit que disait Watts. Un mec avec un pneumonie n'allait pas faire ses courses à Walmart. Mais peu importe. Il préférait largement mater le Robbie que son vieux collègue crado. C'était certainement une vision bien plus agréable. Surtout avec le physique du dit brun qui se trouvait face à lui. " Talked to the boss. We've got a free spot for a few weeks if you're interested." continua-t-il, détaillant de son regard inquisiteur le visage de Robbie. Il écrasa la cigarette sous sa chaussure, prenant ensuite soin de jeter le mégot éteint dans une poubelle. " I don't remember you talking about your credentials, last time." affirma-t-il, s'avançant vers Robbie. Liar, pensa-t-il tout fort, le sourire hardi. Bien sûr que Robbie avait parlé de son expérience - mais Leo voulait le faire mariner un peu, lui faire comprendre que son ancienneté de ce garage lui permettait de jouer avec ses nerfs. Et s'il pouvait flirter avec lui au passage, il ne disait pas non.

_________________


Oh my, my, my, I die every night with you  ❥❥  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am made of memories.

Robbie Ripley

messages : 117
face + © : barrueco, sweet disaster
multinicks : trent, tomas, norrie
points : 626
age : twenty-six (9/15)
♡ status : single.
work : drifter.
activities : discovering emerson all over again / planning his trip to alaska
home : here and there, crashing at emerson's for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

where the wild things are Empty
Message· · Sujet: Re: where the wild things are where the wild things are EmptyMer 20 Nov - 17:17

Si Robbie n’était pas ici pour Emerson, si Windmont Bay n’avait été qu’une ville quelconque sur une carte, qu’une étape de plus, sans intérêt, sans signification, dans son aventure vers l’Alaska, il aurait certainement cherché à y gagner beaucoup d’argent, en très peu de temps, en faisant tout et n’importe quoi, même s’il avait dû prendre des risques, sans pour autant perdre ce qui lui restait d’amour-propre et de dignité. C’était ce qu’il avait fait à Reno – Reno n’avait été qu’un coup de tête, qu’un « et pourquoi pas ». Les voitures qu’il y avait volées pour le compte du chief lui avaient apportées pas mal d’argent, jusqu’à une descente de police dans le garage qui n’était qu’une couverture, jusqu’à ce qu’il se glisse dans le wagon d’un train de marchandises, Bailey dans les bras, pour fuir incognito le Nevada. Il avait remarqué des gens louches, ici, à Windmont Bay – ses années d’errance dans la moitié ouest des États-Unis lui avaient appris qu’il y en avait partout, même dans les villes qui semblaient les plus calmes et sans histoire (surtout dans ces villes-là, en réalité). Il était certain qu’il y avait plus d’un moyen de se faire rapidement beaucoup d’argent. Il en avait besoin. Mais Windmont Bay n’était pas qu’une vulgaire étape ; il ne pouvait pas se créer des ennuis ici, surtout s’ils risquaient d’éclabousser Em. Robbie ne resterait qu’une semaine à Windmont Bay. Il avait pris cette décision à contrecœur, mais sans la regretter : il aurait aimé passer plus de temps avec Emerson, mais il en connaissait les risques. Une semaine. Sept jours, pendant lesquels il n’avait d’autre choix que de travailler s’il comptait reprendre la route vers le nord.
Robbie avait besoin d’argent. C’était pour cette raison qu’il était ici, dans le garage où travaillait Leo, qu’il avait rencontré par hasard, le premier soir de son arrivée à Windmont Bay, après avoir attendu de longues heures devant la salle de spectacle, dans le centre-ville, dans l’espoir d’apercevoir Emerson. Quelques mots échangés, des regards chargés de messages subliminaux, une adresse, une invitation. Come around, anytime !. Une dernière bière …Leo lui avait plu dès la première réplique. Robbie s’était laissé charmé par le naturel et le franc-parler du mécanicien. Il ne serait probablement jamais venu de lui-même toquer à la porte du garage. Il serait certainement allé s’enquérir du côté du ranch qu’il avait croisé en arrivant à Windmont Bay. Il y avait toujours du travail dans ce genre d’endroit.
Robbie se contenta de sourire et de plonger les mains dans les poches de sa veste en cuir, une légère satisfaction se lisant sur ses traits : il n’aurait pas pu imaginer une meilleure entrée en matière que de surprendre le garçon – Leo n’était pas le genre de personne à aimer les choses conventionnelles. Robbie ne s’excusa pas, il se contenta de continuer à sourire. Le mécanicien se redressa, laissant le temps à Robbie de jeter un œil dans les entrailles de la voiture desquelles son compère venait de sortir. You lost the battle even before you started, man, pensa-t-il.
– Yeah you can keep your dirty hands where they are, dit-il en regardant Leo frotter ses mains sur son uniforme, sans savoir ce qu’il espérait y gagner : ses doigts noirs nécessiteraient une bonne dose de savon et une ou deux éponges en inox pour arriver à bout du cambouis et des huiles.
– I’ve been great, commença-t-il. Il se rappela qu’il avait abordé Emerson avec lui. « Someone from the past, not even sure she’s really here, I’m just gonna try my luck and wait if she shows up. » Emerson avait encore été un « she », et pas un « he ».
– I’ve found Emerson. You remember ? The … person I was waiting for. Turns out I was lucky. Il hausse les épaules. Il était plus que chanceux, en effet.
– Even more lucky, then, dit-il lorsque Leo lui indiqua qu’ils avaient besoin de lui – Robbie ne releva pas l’intonation finale du mécanicien, se contentant de sourire en guise de réponse, But it’ll only be for a few days. I don’t plan on staying in Windmont Bay.
Il l’observa jeter sa cigarette et l’écraser avec la semelle de sa chaussure. L’envie d’en fumer une afflua soudainement en lui, comme par contagion.
– I don’t remember you asking about my credentials either, dit-il, haussant les sourcils, malicieusement, afin de répondre à Leo. Don’t worry, I know my way around a car, I can change a tyre. Only one per day though. I can change wipers. And I can do a change oil ! I’m highly competent.
Le flirt était évident. Leo n’essayait pas de le cacher. Robbie en jouait à son avantage, et il ne se privait pas d’y répondre.
– Mind if I take a look ?
Sans attendre la réponse de Leo, il contourna le mécanicien, dégainant un sourire au passage, avant de poser la main sur le capot relevé de la voiture et de se pencher légèrement vers le moteur. Il se pencha davantage, avant de se tourner vers le garçon.
– I meant, at the car. Take a loot at the car, continua-t-il, avant de se concentrer sur les arcanes de l’engin pendant quelques minutes, avant de se redresser et de jeter un regard vers Leo.
– Not looking very good. You really do need me.

_________________

In good time, you'll come to know, When you release, when you let go, You can find yourself where you belong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maybe swearing will help

Leo Watts

messages : 1567
name : raph (smooke)
face + © : jeremy allen white - ava@all souls + gifs@tumblr
multinicks : mikkel, clive, keats, jamie, hopper, lyle
points : 1688
age : 23 yo [1|08]
♡ status : in a relationship with ashes hendrickx, madly in love with his ass.
work : car mechanic @coral gables
activities : smoking, repairing cars, being an asshole, trying to stay out of trouble, making out with his perfect model and falling deeply for him.
home : @trailer park with ashes.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | madd, ashes, robbie, jules

where the wild things are Empty
Message· · Sujet: Re: where the wild things are where the wild things are EmptyMar 26 Nov - 21:02

Fucking glad Al's got pneumonia. Can Robbie stay forever, please? se souffla-t-il intérieurement alors qu'il admirait les traits forts agréables et souriants du jeune garçon face à lui. Robbie lui avait fait son petit effet lorsqu'il avait croisé son chemin, il y a quelques jours. Une facilité à engager la conversation, quelques rires échangés, un sourire à croquer et ces yeux pétillants qui lui donnaient des envies plus qu'impures. Leo avait sauté sur l'occasion quand il avait mentionné avoir besoin d'un boulot pour quelques jours, juste le temps de se faire un peu d'argent.  " Lucky you, then." répondit-il à l'annonce qu'il avait trouvé la personne qu'il recherchait. Emerson? Il ne connaissait personne de ce nom. Mais tant mieux pour lui - il n'en était que plus radieux et charmant. Peu importe le lien qu'il entretenait d'ailleurs avec cet Emerson. Il retint son intention de ne pas rester en ville trop longtemps - too bad for me, pensa-t-il bien fort, détaillant d'un œil avide l'homme qui ne manquait pas de prendre des initiatives. " Where are you headed, next?" s'enquit-il, faisant la conversation mais s'intéressant aussi à son compagnon. La mémoire du mécanicien ne lui faisait pas faux semblant, il ne se rappelait pas que le beau brun ait mentionné un endroit particulier lors de leur dernière conversation. " Our loss, really." ajouta-t-il, le regard badin qui finit par se transformer en sourire séduisant, l'agrémentant d'un clin d’œil presque imperceptible.
" I'm sure you'll be a great assistant. Can you handle coffee too? That'd be great. " plaisanta Watts, sachant pertinemment qu'il ne devait pas s'inquiéter quant à ses capacités. Rien qu'en regardant ses mains, il se doutait que l'homme était doué. If you know what I mean. Les mains toujours empêtrées dans le torchon, Leo se retrouva un peu perdu dans la contemplation de son physique, Robbie décidant de venir observer ce qui se passait sous la carrosserie du vieux bolide. " Please, take a look at everything you want." soupira-t-il, un peu rêveur et les yeux glissant sur sa carrure qui se penchait sous le capot. What a fucking good looking fine specimen. Might need him to do things to me. Got my mind racing. What is he? A model or some shit? Oh and that leather jacket. I'd do things to that leather jacket. Like right now. Quelques minutes de total attention sur sa personne, il fut arraché de ses belles rêveries lorsque Robbie se releva pour lui confirmer ce qu'il pensait bien. " Oh, really? " pouffa-t-il, le sourire délicieux. " Spent two hours on that piece of shit, but please, show me what you can do." soupira Leo, le contournant et lui jetant le torchon sur les mains, insolent et taquin. Surtout qu'il était presque persuadé de ne pas être loin de la réussite - quelques minutes avant son arrivée, le moteur avait démarré. Ce vieux tacot n'avait qu'une valeur affective pour son vieux propriétaire qui avait promis un beau billet vert à Watts s'il réussissait à le remettre en forme. " Might need to take off that leather jacket to work, though." observa-t-il, le sourcil inquisiteur. " What? I'd be offended if you didn't want to help me. I wanna see those talents of yours in action." lui susurra-t-il tout bas, se faisant une place près de lui sous le capot. Sa façon de flirter était si grossière mais tellement naturelle. On ne pouvait pas lui en vouloir, lui et ses perles bleues. " I need proof that you're gifted before saying yes to anything." Watts était terriblement amusé par la situation et il se pencha vers le moteur pour toucher d'une main distraite la partie qu'il avait visualisé avant l'arrivée de Robbie.

_________________


Oh my, my, my, I die every night with you  ❥❥  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am made of memories.

Robbie Ripley

messages : 117
face + © : barrueco, sweet disaster
multinicks : trent, tomas, norrie
points : 626
age : twenty-six (9/15)
♡ status : single.
work : drifter.
activities : discovering emerson all over again / planning his trip to alaska
home : here and there, crashing at emerson's for now.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

where the wild things are Empty
Message· · Sujet: Re: where the wild things are where the wild things are EmptyJeu 19 Déc - 17:53

Robbie avait adopté les règles du jeu dès ses premiers échanges avec Léo. La séduction était évidente. Chez l’un comme chez l’autre. Elle était palpable. Impossible à nier. Elle se voulait subtile, quelquefois, sans se montrer pudique. Ils ne cherchaient pas à se cacher derrière des regards gênés ou des mots déguisés. Ils n’avaient pas le temps. Léo plaisait à Robbie. Robbie plaisait à Léo. Ils en avaient conscience et tous deux avaient décidé, sans avoir à le mentionner, sans avoir à l’expliquer, sans chercher à le cacher, d’en jouer et d’en profiter.
– Alaska. Wanted to do some fishing. I’m gonna try to get a job on a fishing boat and if it doesn’t work out, maybe I’ll go to Canada. I don’t know. That’s the best part. Not knowing, répondit-il, observant Léo du coin de l’œil, tout en restant penché sous le capot de la voiture. Il sentait le regard du mécanicien sur lui, il pouvait ressentir Léo l’observer avec intensité ; il était convaincu que s’il se concentrait, il pourrait même l’entendre penser des choses peu orthodoxes, qui auraient probablement pu le faire rougir. Il ne savait pas dans quoi il s’embarquait, mais cela importait peu pour Robbie. That’s the best part. Not knowing. Et dans ce cas, ne pas vouloir savoir.
– Oh, I can handle pretty much anything, dit-il en se redressant légèrement et en lançant un regard à Léo. Seems like you can’t, continua-t-il en pointant l’index vers les entrailles du véhicule, avant de lui décocher à son tour un clin d’œil et de se replonger dans le ventre de la voiture. Il inspectait l’ampleur des dégâts. Si le propriétaire tenait vraiment à cette épave, le travail de Léo – et Robbie – serait justifié. Dans le cas contraire, elle était bonne pour la casse, et lui comme le mécanicien en avaient conscience. Mais Robbie aimait les défis. Et Léo semblait être fait du même bois.
– Well, each hour you spent on that piece of junk was an hour too many, dit-il en se redressant et en attrapant le torchon que lui lança Léo. Il se frotta les mains, essayant d’enlever, sans réellement réfléchir ou chercher à être efficace, le cambouis qui avait déjà tâché ses doigts. Il se tourna vers Léo et posa le chiffon sur l’épaule du mécanicien, y laissant sa main pendant quelques secondes, exerçant une légère pression.
– Haven’t sign anything yet. I’m not gonna do your job for nothing, dit-il, l’air amusé, tout en ôtant sa veste en la laissant glisser le long de ses bras et en l’attrapant avant qu’elle ne puisse tomber par terre. Il la tendit à Léo, ne lui laissant pas le choix que de s’emparer du vêtement. Take that, will you ?, souffla-t-il, avant de remonter les manches de son pull noir et de se pencher à nouveau sous le capot.
– Don’t worry, boss. I’m gifted. Repairing cars, précisa-t-il, se tournant vers Léo, qui s’était glissé à côté de lui. Il soutint son regard, pendant quelques secondes, avant de sourire et de se concentrer à nouveau sur la voiture.
– You checked the battery, right ?, murmura-t-il. Il n’y avait pas besoin de parler bien plus fort. Léo était à quelques centimètres de lui et regardait avec attention les mains de Robbie qui inspectaient le véhicule. You know that’s the most common cause of a breakdown, right ? It’s so obvious, even the best can miss it. Even I could, continua-t-il en haussant un sourcil interrogateur vers Léo.
– I’m serious. You checked the battery, right ?, dit-il en s’intéressant davantage à l’engin. Should I make sure you’re gifted ? Are you even a mechanic ?, continua-t-il, toujours en murmurant, jetant un regard vers Léo, avant de soupirer et de secouer la tête.
– Man … I know why you wanted me to come now. I’m really gonna do everything around here, dit-il, tout en souriant, alors qu’il était en train d’inspecter plus en détails les entrailles de l’épave.

_________________

In good time, you'll come to know, When you release, when you let go, You can find yourself where you belong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maybe swearing will help

Leo Watts

messages : 1567
name : raph (smooke)
face + © : jeremy allen white - ava@all souls + gifs@tumblr
multinicks : mikkel, clive, keats, jamie, hopper, lyle
points : 1688
age : 23 yo [1|08]
♡ status : in a relationship with ashes hendrickx, madly in love with his ass.
work : car mechanic @coral gables
activities : smoking, repairing cars, being an asshole, trying to stay out of trouble, making out with his perfect model and falling deeply for him.
home : @trailer park with ashes.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | madd, ashes, robbie, jules

where the wild things are Empty
Message· · Sujet: Re: where the wild things are where the wild things are EmptyLun 6 Jan - 20:41

" Fishing?" s'exclama à demi mots le jeune Watts. " Didn't peg you as some kind of fisherman." lâcha-t-il, le ton très légèrement moqueur, pinçant ses lèvres et hochant les épaules brièvement, amusé de l'imaginer sur un bateau, en mer houleuse - entouré de poissons, la mer et ses embruns venant l'arroser. " And Canada?" s'exclama-t-il un peu plus fort. " Are you kidding? These softies? UGH " affirma Leo, coincé dans ses clichés éternels sur les Canadiens. Leo avait beau être malin, même incroyablement intelligent dans certains domaines, il ne l'était pas dans celui des préjugés. Il s'imprégnait généralement de ce qu'il entendait - amplifiait le fait, l'exagérait - puis il s'en faisait sa propre idée. Les Canadiens n'étaient pas ses amis pour des raisons stupides, des rumeurs qu'il avait entendu et qu'il n'avait pas pris le temps de vérifier. Il voulait dire par là que ces gens ne méritaient pas d'accueillir un si beau spécimen.
Leo Watts se marra ouvertement du culot qui abritait son partenaire - ce jeu l'amusait grandement et il ferait certainement de son mieux pour accentuer la situation grotesque et le flirt évident. Ses yeux se portèrent sur le moteur du vieux bolide - ou ce qu'il en restait - et il leva les yeux au ciel, l'écoutant verser sa litanie sur les capacités apparemment inexistantes du mécanicien. A l'écouter, Leo n'était qu'un bon à rien et il ne méritait pas de toucher à une voiture. Ses critiques - qu'il savait dites sur le ton de la plaisanterie - aurait pu l'atteindre mais Leo savait ce qu'il valait, que ce soit en mécanique ou dans d'autres domaines plus spécifiques. Il agrippa sa veste qu'il jeta sans vraiment faire attention sur une des chaises, puis s'appuya sur la voiture, un bras sur le capot pour se pencher. " Oh fucking please, if you're better than my sweet ass, why don't you stop criticizing then and start working?" lui glissa-t-il à l'oreille, plus qu'enchanté de le voir à la tâche. Si on lui avait qu'il s'amuserait autant avec un assistant, il en aurait pris un plus tôt. Surtout un comme Robbie, au physique avantageux et au sourire ravageur. Le moment était plus que divertissant. " Of course I've checked the fucking battery, who do you think I am?" dit-il, le faux air outré, prenant le torchon, lui balançant à la figure en signe de vague mécontentement et se marrant en voyant l'homme se débattre avec, le sourire aux lèvres. Intrigué d'entendre ce qu'il avait à dire, il ajouta:" Do you know that I can hear what you're fucking saying even when you whisper, pretty boy?" tout en se penchant vers lui et appuyant ses avants-bras sur la voiture, l'air joueur. Il tourna la tête vers lui et se mit à rire. " So yeah, I'd like for you to show me how gifted you are." affirma l'insolent, ses intentions on ne peut plus claires. Pourquoi prendre des gants quand il voyait que Robbie répondait à ses avances? Leur jeu de séduction égayait sa journée - mais il commençait à s'impatienter, n'entendant que des mots taquins et ne voyant pas beaucoup d'actions. Doucement, pourtant, le feu dans le creux de ses reins se réveillait et il mordilla sa lèvre, se relevant pour se diriger vers l'établi où se trouvait les différents outils. Il soupira bruyamment et s'y appuya, alluma une énième cigarette, inspirant profondément la fumée et le dardant d'un regard plus qu'équivoque. Il gratta du bout du doigt sa joue mal rasée et s'esclaffa à sa dernière réflexion. " Yeah, pretty sure you know why I wanted you to come here." dit-il, bien fort pour que l'homme l'entende, le sourcil inquisiteur de voir ce qu'il allait faire, s'il allait faire le premier pas ou si lui-même allait devoir passer à l'attaque.

_________________


Oh my, my, my, I die every night with you  ❥❥  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




where the wild things are Empty
Message· · Sujet: Re: where the wild things are where the wild things are Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
where the wild things are
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row :: coral gables-
Sauter vers: