hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 season finale, la saison 2 touche à sa fin.
Il est maintenant temps de commencer à clôturer ses sujets
pour démarrer sur de nouvelles bases pour la saison 3. Prenez le
temps de lire ce sujet pour tous les détails.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 Jealous of the way she's happy without me. (T/W)

Aller en bas 

Winifred Limon

messages : 264
name : Fai
face + © : AArjona - @Sheepirl
multinicks : Robin Cotton
points : 693
age : 30 ans.
♡ status : Célibataire.
work : Artiste maquilleuse.
home : A investi la maison de ses parents à Harbor Row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty
Message· · Sujet: Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Jealous of the way she's happy without me. (T/W) EmptyJeu 19 Déc 2019 - 14:54

Jealous of the way she's happy without me.
w/ @Tony Burton


Winifred n’était pas du genre radine mais elle pouvait se montrer très possessive envers les êtres qui lui sont chers. Après tout, c’était plutôt légitime : elle apportait à ses proches tellement qu’elle estimait important que la réciprocité soit totale. Ainsi, lorsqu’elle s’aperçut quelques semaines auparavant qu’Estrella prenait plaisir à côtoyer un résident du quartier (qu’elle ne connaissait pas, par ailleurs), la jeune femme ne put s’empêcher de se sentir très rapidement agacée. Elle avait tenté de réprimander sa chienne mais c’était clairement peine perdue. Essayez donc de faire comprendre à un animal qu’il ne doit pas parler aux inconnus… Winifred avait donc opté pour la solution qu’elle pensait la plus logique qui était de s’adresser à l’homme en question pour lui demander poliment de cesser d’encourager l’animal lorsqu’il se présentait à lui. Naïvement, l’artiste avait pensé que cette solution fonctionnerait mais ce jour-là, lorsqu’elle s’aperçut qu’Estrella avait une fois de plus désertée la maison, elle conclut rapidement que ses efforts avaient été vains. « Mais quel hypocrite… » se dit-elle les dents serrées avant d’attraper avec colère son manteau d’hiver, son écharpe et ses gants et de sortir de chez elle.

Le froid intense faillit la décourager mais elle se revigora en pensant à sa chienne en train de se faire cajoler par un autre qu’elle. Le pas précipité, Winifred aperçut assez rapidement l’homme qui avait fait chavirer le coeur de sa belle bête. La jalousie piquant la jeune femme, celle-ci s’interposa entre Estrella et Tony Burton qui étaient en train de s’amuser sous ses yeux. Comme une épouse cocue, elle s’exclama, les yeux assassins. « Ça va, je ne vous dérange pas ? Apparemment être polie ça ne suffit pas, peut-être faut-il que j’appelle la police pour vous faire comprendre de laisser Estrella tranquille ? » Elle attrapa Estrella par le col et tenta de la tirer vers elle. Une tâche assez compliquée, voire risible car l’animal, pesant plus qu’elle, manquait de la faire tomber à chaque fois qu’elle essayait de rejoindre l’agent de terrain. « Estrella ma belle, arrête, tu perds la tête ! »

_________________
❝ Do you live by the book do you play by the rules? Do you care what is thought by others about you? If there is one thing I know I know I will die. If anyone cares some stranger might critique my life, I may be revered or defamed and decried, But I tried to live right. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

messages : 1854
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & nalle.
multinicks : beckett, isaac, marnie, oliver, peter.
points : 1029
age : 37 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
home : a "borrowed" house w/ Naaji.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free. (1/3) inej (fb), wini.

Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty
Message· · Sujet: Re: Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Jealous of the way she's happy without me. (T/W) EmptyJeu 19 Déc 2019 - 16:03

Il n’y avait pas de saisons pour les braves. Tony en tirait, cet hiver encore, l’amère conclusion tandis qu’il était vissé sur le haut de son escabeau, les jambes chancelant à cause du froid et de la fine couche de neige qui s’était compactée sous ses chaussures. Malgré son bonnet, son écharpe, et les efforts déployés pour terminer son installation le plus rapidement possible, la brise hivernale perçait sous sa couche de vêtements et lui mordait la peau. « Putain d’état du nord de mes deux, » marmonnait-il dans sa barbe, fraîchement revêtue dans une tentative non volontaire de prendre la place du Père Noël, le blanc en moins. Il en oubliait presque le froid new-yorkais de son enfance, avec la neige qui envahissait les rues dès décembre venu. Un grondement vint se joindre à ses propos de râleurs et il tourna la tête, prêt à en découdre avec le premier qui osait se foutre de sa gueule. Sauf qu’il manqua de glisser et de se retrouver les quatre fers en l’air quand son regard tomba sur la silhouette à quatre pattes qui l’avait rejoint. « Qu’est-ce que tu fous là, toi ?! » Son état d’esprit fut tiraillé entre l’agréable surprise de reconnaître un familier et la crainte de se faire remonter les bretelles par sa maîtresse, qui ne le portait pour le moins pas dans son cœur. Il descendit de son échelle miniature et s’accroupit – alors que la différence de taille entre les deux animaux n’était pas si importante – pour saluer le mastiff dans une étreinte chaleureuse. Il ne se souvenait pas avoir un jour posséder son propre animal de compagnie, mais il leur portait beaucoup d’affection, n’ayant jamais croisé une bête à poils, à plumes ou à écailles, à l’égard de qui il avait voulu du mal. « Tu vas m’attirer des ennuis, tu le sais, ça ? » rigola-t-il en se redressant et en cherchant autour une branche pour lui lancer. Son client pouvait passer sa tête dehors d’une seconde à l’autre, et l’accuser de ne pas faire son job correctement, et il décocha des coups d’œil teintés de paranoïa derrière lui en récupérant le morceau de bois rapporté par la chienne. Il avait baissé sa garde l’espace d’un instant, et ce fut ce moment dont profita une voix énergique pour aboyer contre lui, le faisant sursauter. « Putain ! » Effrayer Tony Burton n’était jamais un bon plan, mais Winifred ne pouvait pas le savoir, car elle ne connaissait de lui que l’affection malvenue que sa chienne lui avait offerte. « Vous voulez appeler la police pour leur dire quoi ? Qu’un fou furieux a kidnappé votre chien de son plein gré ? » Il répondait avec un ton moqueur, mais il n’en menait pas large, au fond. La menace policière était la plus efficace contre lui. Il tendit une main pour tapoter la tête de l’animal, se rapprochant du même coup de la brunette. « Qu’est-ce qu’elle fait de mal ? Je ne suis pas un danger pour elle, je ne sais pas où vous habiter et je n’en ai honnêtement rien à foutre… Alors pourquoi tant de haine à mon égard ? » Sa  voix s’était posée à mesure qu’il parlait, et il croisa les bras devant lui, pour tenir tête à la jeune femme, qui devait faire à peine quelques centimètres de moins que lui. « C’est moi qui devrais porter plainte pour harcèlement, en plus… » Comme si.

_________________

on the Outside, looking In
this pain I stuffed down is back again & I lie here in bed all alone. I can't mend but I feel tomorrow will be okay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Winifred Limon

messages : 264
name : Fai
face + © : AArjona - @Sheepirl
multinicks : Robin Cotton
points : 693
age : 30 ans.
♡ status : Célibataire.
work : Artiste maquilleuse.
home : A investi la maison de ses parents à Harbor Row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty
Message· · Sujet: Re: Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Jealous of the way she's happy without me. (T/W) EmptyJeu 19 Déc 2019 - 16:55

Winifred faillit s’étrangler avec sa propre salive en entendant l’homme lui répondre sur sa menace d’appeler la police. D’ordinaire, une telle menace suffisait à adoucir une personne en tord mais de toute évidence, il en fallait plus pour dissuader cet individu. « Que… Vous voulez me voir à l’oeuvre ? Je trouverai quoi leur dire, ne vous en faites pas ! » Dit-elle en plissant les yeux. Un tic qu’elle avait dès lors qu’elle mentait. En effet, la jeune femme n’avait aucune intention d’appeler la police, et ce pour un millier de bonnes raisons mais ça, le jeune homme n’avait pas besoin de le savoir. Bataillant toujours pour tenir Estrella tranquille, la jeune femme ne décolérait pas tandis que l’incriminé continuait à se défendre d’avoir fait quoique ce soit de mal. « C’est vous qui le dites ! Rien que de la voir prendre la mauvaise habitude de s’enfuir de la maison devrait suffire à vous accuser de détournement d’animal ! » Elle avait dit ça le plus simplement du monde, comme si cette accusation pouvait réellement exister. A vrai dire, elle n’en savait rien mais elle avait appris par le passé que paraître absolument convaincue d’un fait pouvait notablement influencer un interlocuteur à croire en sa véracité. Après, rien ne lui garantissait qu’il serait crédule mais elle espérait au fond d’elle qu’il n’était pas ce genre de citoyens américains incollables sur leurs droits et le juridique. Enfin, lorsque l’homme eut le toupet de sous-entendre qu’il pourrait porter plainte à son égard pour harcèlement, Winifred lâcha subitement le col de l’animal, choquée. Ce genre d’accusation lui paraissait tellement grave. Elle tapa alors du pied dans la neige, d’une façon très théâtrale. « Je vous demande pardon ? Mais quelle audace ! Moi, vous harceler ? J’aimerai au contraire que vous sortiez de nos vies, voyez-vous ! » Dans son escalade vocale, la jeune femme ne se rendait pas compte qu’elle commençait à attirer l’attention de passants, ni même que l’employeur de son interlocuteur risquait de s’inquiéter de cette dispute. Estrella quant à elle, libérée de sa maîtresse, avait trouvé bon de revenir auprès de Tony Burton, visiblement en quête de la reprise de leur jeu, au grand désarroi de Winifred.

_________________
❝ Do you live by the book do you play by the rules? Do you care what is thought by others about you? If there is one thing I know I know I will die. If anyone cares some stranger might critique my life, I may be revered or defamed and decried, But I tried to live right. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

messages : 1854
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & nalle.
multinicks : beckett, isaac, marnie, oliver, peter.
points : 1029
age : 37 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
home : a "borrowed" house w/ Naaji.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free. (1/3) inej (fb), wini.

Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty
Message· · Sujet: Re: Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Jealous of the way she's happy without me. (T/W) EmptyLun 6 Jan 2020 - 16:00

Des regards sombres et réprobateurs, Burton en avait connu mille et un au cours de son existence, mais c'était bien la première fois qu'il en récoltait pour une raison aussi futile. La jeune femme était menaçante, sérieuse dans ses propos, et pourtant Tony ne se sentait pas réellement en danger. Peut-être que c'était l'aura de la chienne qui le rassurait, ou peut-être que ses médicaments étaient parvenus à calmer sa paranoïa. « Attention de ne pas tomber dans la diffamation, » marmonna-t-il, la bouche à moitié masquée par son écharpe, ce qui rendit ses propos inaudibles, même pour lui-même. Déchiré entre l'amusement et la consternation, il leva les yeux au ciel avant de jeter un regard derrière lui. Il fit un pas de côté, puis un second, pour s'éloigner de la fenêtre de son client du jour, afin de ne pas risquer d'attirer son attention. Il venait de faire dévier son visage aux alentours et la vue de passants curieux qui avaient ralenti l'allure exprès pour suivre l'échange commençait à l'inquiéter. L'attention d'autrui n'allait pas à Monsieur Burton, qui courait après la discrétion et l'anonymat. « Je serai pour le moins ravi de déguerpir de votre vie, croyez-moi. » Il grimaça en sentant la truffe chaude d'Estrella contre le dos de sa main ; par réflexe, il la grattouilla derrière l'oreille. « Et si on commençait là tout de suite maintenant, avec vous qui partez dans ce sens, et moi qui reste ici ? » Il désigna du revers de sa main livre un endroit plus loin, dans le dos de la brunette, et esquissa un sourire poli, quoiqu'un poil crispé. « Je m'engage à utiliser tous les répulsifs à chien existants sur ma personne, pour la dissuader de venir me voir même si elle me trouve plus gentil et joueur que vous ! » Tony faisait décidément preuve d'une assurance qu'il ne se connaissait guère, comme si le froid avait gelé les connexions neuronales de son cerveau qui, jusqu'à présent, le paralyser totalement lorsqu'une femme lui hurler dessus. C'était un sentiment étrange, mais bienvenu, car ses réactions n'étaient jamais agréables à vivre pour les demoiselles concernées lorsqu'une autre zone de son cortex cérébral était par la suite sollicitée.

_________________

on the Outside, looking In
this pain I stuffed down is back again & I lie here in bed all alone. I can't mend but I feel tomorrow will be okay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Winifred Limon

messages : 264
name : Fai
face + © : AArjona - @Sheepirl
multinicks : Robin Cotton
points : 693
age : 30 ans.
♡ status : Célibataire.
work : Artiste maquilleuse.
home : A investi la maison de ses parents à Harbor Row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty
Message· · Sujet: Re: Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Jealous of the way she's happy without me. (T/W) EmptyMer 8 Jan 2020 - 12:48

La patience de Winifred était à bout. Chaque prise de parole de son interlocuteur avait le don de nourrir son énervement et même sa gueule commençait à ne plus lui revenir. Il marmonna quelque chose au fond de son écharpe mais elle n’entendit que le mot « diffamation », ce qui était suffisant pour comprendre le reste de la phrase. De toute évidence, il n’était pas tombé dans le panneau et la jeune femme ne put que s’en désoler. D’embarras, elle rougit mais ne sût quoi répondre. Il était malheureusement dans son droit. Son accusation de détournement d’animal était tiré par les cheveux. « Vous saisissez l’idée. » répondit-elle d’un air hautain. Elle perdait pied, il prenait l’avantage sur elle, elle le sentait bien et cette sensation la fit paniquer. Il lui conseilla alors de déguerpir et se savoir congédier de la sorte avait quelque chose d’assez désagréable mais elle savait au fond d’elle que c’était la seule sortie possible de cette altercation. Elle croisa alors les bras sous sa poitrine et releva le menton, prête à s’en aller comme une Royale mais se figea soudain en entendant l’ultime provocation qu’il venait de prononcer. « Pardon? » Eut-elle à peine le courage de dire d’une voix brisée. C’était bas, vile et douloureux. La jeune artiste n’avait que sa chienne dans sa vie et s’entendre dire qu’elle n’était pas suffisante pour elle créa quelque chose de pénible au fond d’elle. Des larmes se créèrent alors au bord de ses yeux noisette et sa lèvre inférieure commença à trembler. Son regard n’arrivait pas à se décrocher du visage sombre de l’homme, tandis qu’Estrella aboyait gaiement auprès de cet insolent. Submergée par ses émotions, Winifred profitait peut-être un peu de son état bouleversé pour rendre mal à l’aise à son tour son interlocuteur. Après tout, chacun se battait avec ses armes. Ainsi, une lourde larme commença à couler sur sa joue et un premier sanglot s’empara de son corps, la faisant trembler comme une enfant de cinq ans. « Es…Est…Estrella est…t-t-toute ma vie ! Elle…elle…Elle m’aime ! »

_________________
❝ Do you live by the book do you play by the rules? Do you care what is thought by others about you? If there is one thing I know I know I will die. If anyone cares some stranger might critique my life, I may be revered or defamed and decried, But I tried to live right. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

messages : 1854
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & nalle.
multinicks : beckett, isaac, marnie, oliver, peter.
points : 1029
age : 37 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
home : a "borrowed" house w/ Naaji.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free. (1/3) inej (fb), wini.

Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty
Message· · Sujet: Re: Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Jealous of the way she's happy without me. (T/W) EmptyMar 14 Jan 2020 - 10:35

Les situations embarrassantes faisaient partie du quotidien de Tony depuis des lustres ; il était même possible de dire que sa vie était un interminable embarras. Toutefois, c’était bien la première fois qu’il lui était reproché d’être trop gentil avec une autre créature. Voilà qui avait le don de le changer. Il aurait presque pu s’en amuser, ses pilules l’aidant à ne plus voir le verre à moitié vide, mais il était constamment rappelé que son travail était en jeu, qu’un seul haussement de voix pouvait attirer l’attention de la mauvaise personne et lui coûtait sa place. Même s’il était le seul en activité à Windmont Bay et capable de se déplacer dans les alentours, qu’il se fichait d’être payé une misère et d’être appelé à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, il restait suffisamment paranoïaque pour s’imaginer que le moindre écart l’enverrait pointer au chômage. Il était à deux doigts de réussir à faire partir la chienne et sa maîtresse de malheur, quand cette dernière se métamorphosa d’une harpie colérique en une petite poupée de porcelaine friable. L’expression de Burton changea elle aussi du tout au tout, car il n’était pas homme à supporter la détresse féminine – pas quand il était en pleine possession de ses capacités mentales, tout du moins – et il s’autorisa même à faire un pas dans sa direction afin de poser sa main sur son bras. Il amorça un mouvement de réchauffement pour tenter de la calmer, et jeta un nouveau regard autour. « Mais… bien sûr qu’elle vous aime… Cela ne fait aucun doute. » Qu’en savait-il ? Il n’était ni vétérinaire, ni comportementaliste animalier. « C’est un chien, c’est inscrit dans son code génétique qu’elle doit aimer les humains… Je n’ai rien de spécial à ses yeux, je suis juste dans les parages quand elle a envie de jouer, c’est un concours de circonstances, pas de popularité… » Il glissa un doigt timide sous le menton de la jeune femme pour lui faire lever la tête. « Je suis désolé, ok ? Vous êtes une grande fille, il ne faut pas pleurer pour ça… » Il avait fréquenté assez de fous dans sa vie pour réaliser qu’il pouvait se dissimuler derrière cette réaction disproportionnée un malaise plus profond, et il en fut touché. Peut-être était-ce un appel à l’aide de la part de la trentenaire ? Elle n’avait personne à qui se raccrocher donc elle en faisait des tonnes parce qu’il s’avérait que Tony revenait souvent dans son périmètre ? « Si vous me laissez terminer mon installation, je vous paie un café pour nous réchauffer et tenter de me faire pardonner, ça vous va ? »

_________________

on the Outside, looking In
this pain I stuffed down is back again & I lie here in bed all alone. I can't mend but I feel tomorrow will be okay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Winifred Limon

messages : 264
name : Fai
face + © : AArjona - @Sheepirl
multinicks : Robin Cotton
points : 693
age : 30 ans.
♡ status : Célibataire.
work : Artiste maquilleuse.
home : A investi la maison de ses parents à Harbor Row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty
Message· · Sujet: Re: Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Jealous of the way she's happy without me. (T/W) EmptyJeu 16 Jan 2020 - 20:38

Winifred n’arrivait plus à contenir ses larmes face à l’individu aux mots tranchants. Il avait atteint un point tellement sensible qu’elle ne trouva pas la force en elle de se reprendre. Alors, lorsqu’il fit un pas vers elle pour la consoler, la jeune femme ne broncha pas. Elle sentit sa main qu’il se voulait rassurante sur son épaule et malgré elle, elle sentit son corps se crisper. C’était très étrange de le laisser la toucher, alors que quelques minutes auparavant c’était plutôt le contact de sa main contre sa joue qu’elle aurait souhaité. Les larmes continuaient à couler sur ses joues lorsqu’elle l’entendit lui confirmer que sa chienne l’aimait très certainement et qu’il n’avait rien fait de particulier pour l’attirer à lui. Il lui fit alors un geste réconfortant en relevant son menton vers lui. Le visage bouffi, les yeux larmoyants, le mascara sur les joues, elle lui fit face, tremblant encore d’émotions. Il s’excusait, et c’était tout à son honneur mais quelque chose la tracassait. Elle renifla difficilement et écarquilla les yeux, soudain méfiante, quand il s’aventura à l’inviter à boire un verre. Elle ne saurait l’expliquer, peut-être qu’un coup de vent particulier joua en sa faveur mais un déjà-vu puissant la saisit lorsqu’il fut si proche d’elle. Dans sa barbe, elle prononça quelques mots, à peine audible tandis que ses frissons s’étaient interrompus. « Ce parfum. » Sans en dire plus, elle termina de combler la distance entre eux pour venir tout bonnement renifler le creux de son cou après l’avoir dégagé de sa couche de vêtements. Un parfum virile, déroutant et atrocement familier. « Vous avez le même que mon ex ! » S’exclama-t-elle, passant en une fraction de seconde des larmes au rire. « Elle ne vous aime pas particulièrement, elle aime votre parfum ! » Sautillant de joie sur place comme si elle venait de découvrir la formule d’une équation inédite, elle se tourna vers Estrella pour lui faire une large accolade au niveau de son collier. « Ma belle, ce n’est pas Eddie ! C’est son parfum, rien de plus ! » L'animal avait grandit et avait été élevé par l'ex-couple depuis ses premières années, il était donc naturel qu'elle soit très sensible à ce parfum qui lui rappelait son maître de l'époque. L’instant d’après, Winifred revint vers son interlocuteur et de joie, vint le prendre dans ses bras, profitant elle aussi finalement de ce parfum qui lui rappelait de si bons souvenirs. « Merci, et excuses acceptées… Si vous voulez bien changer de parfum pour éviter que cette situation ne se reproduise. » Elle dessera son étreinte pour lui faire face et battre des cils comme une gamine en train de demander une sucrerie à ses parents. Ce qu’elle n’avait pas relevé, c’était que son visage noircit de maquillage la rendait plus effroyable qu’adorable.

_________________
❝ Do you live by the book do you play by the rules? Do you care what is thought by others about you? If there is one thing I know I know I will die. If anyone cares some stranger might critique my life, I may be revered or defamed and decried, But I tried to live right. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty
Message· · Sujet: Re: Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Jealous of the way she's happy without me. (T/W) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jealous of the way she's happy without me. (T/W)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row-
Sauter vers: