hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 season finale, la saison 2 touche à sa fin.
Il est maintenant temps de commencer à clôturer ses sujets
pour démarrer sur de nouvelles bases pour la saison 3. Prenez le
temps de lire ce sujet pour tous les détails.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 midnight, crime time ft. elena scott

Aller en bas 

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 13:35

MIDNIGHT, CRIME TIME @Elena Scott

La tension dans ses épaules était lourde, en ce vendredi soir. La semaine au lycée avait été chargée, entre les réunions avec les parents, les professeurs, la gestion des différents soucis que pouvait rencontrer un directeur d'établissement : Joe avait eu pas mal d'imprévus depuis lundi. Sa main venait frotter son front, alors qu'il était assis à son bureau. Un bureau qu'il partageait avec sa femme, dès que l'un d'eux avait besoin de travailler à la maison. La pièce était au rez-de-chaussée de leur maison à Pionner Oak. Les murs étaient peints d'un vert très sombre, foudroyés de grandes bibliothèques en bois qui touchaient le plafond, d'un bois très sombre également. Le bureau était de taille moyenne, rempli de dossiers, d'un ordinateur dernier cri, de crayons chers que Joa avait reçu de la part de ses enfants lors des différentes fêtes des pères. Il y avait aussi des photos de famille, sous la fenêtre, posées sur un petit meuble sombre, derrière sa chaise de bureau. Cette pièce était sans nul doute la plus calme de toutes les pièces de la maison. Les chambres étant situées à l'étages, d'ici, il n'entendait pas les enfants se crier dessus, ni claquer les portes en furie, alors parfois, lui et sa femme se battaient même pour savoir qui aurait le droit de s'y planquer. Ce soir, Joe avait plusieurs petites choses à faire en ce début de week-end, notamment les différents plans de routes et d'organisation des différents voyages scolaires que son lycée proposaient à ses élèves pour la fin d'année. Il fallait qu'il voit avec les différents professeurs si les réservations correspondaient, si l'itinéraire était bien le bon et si les premiers versements des famille avaient bien été reçu dans les caisses de l'établissement. Il allait aussi organiser avec les élèves et certains professeurs, différentes ventes (libres pour les élèves sur le thème et l'organisation) pour récolter des fonds afin de remplir les caisses des autres clubs du lycée. Il aimait faire tout cela le vendredi, afin que dès le lundi suivant, il puisse avancer correctement et surtout, sans avoir à s'y remettre durant le week-end. C'est la voix de sa femme qui vint le tirer de son travail. Comme à son habitude, il n'avait pas vu le temps passer et c'est donc Elena qui l'appela pour le prévenir que le repas était prêt. Il sourit, tout en fermant son ordinateur. Voilà, là, il était en week-end. Ses mains passèrent sur son visage, alors qu'il déboutonna ses boutons de manchette pour dévoiler ses bras tatoués en repliant ses manches de chemise. Quittant le bureau, situé derrière l'escalier menant au premier, Joe arrivant dans le hall, là, il y croisa son fils Jacob qui dévalait les marches pour rejoindre la cuisine en courant. « Attention » lança son père en voyant son fils détaler n'importe comment, pieds nus, sur le sol en bois. Il grogna légèrement, mais suivi son fils vers la cuisine, à gauche de la porte d'entrée, face à un grand salon. Dans la cuisine, il retrouva sa femme. « Ca va ? » demanda t-il alors à Elena, tout en s'approchant d'elle pour voir ce qu'elle avait préparé. « Ca sent bon » lança t-il en passant sa main dans le creux des reins de son épouse. « J'ai faim » annonça alors Jacob, ce qui fit froncer les sourcils à son père. « Si tu avais faim, tu aurai pu aider ta mère à préparer le dîner, tu ne penses pas qu'il serait temps que tu l'aides un peu plus et que tu prennes moins certains services offerts par la maison, comme gratuits ? » lança son père en s'approchant du frigo pour en prendre une bière. « Tu veux boire un truc mon amour ? » demanda t-il a sa femme. Ouvrant sa bière à l'aide du décapsuleur qu'il trouva dans le premier tiroir, il jeta le bouchon à la poubelle et commença par boire une longue gorgée de sa boisson fraîche. « Oh ça va papa, j'fais déjà plein de trucs... Demande à Ellie » lança le gamin. Le père de famille s'approcha de la table pour venir s'y installer à son tour et lança d'un ton interrogateur « elle n'a pas entendu qu'on mangeait ta sœur ? » avant de crier de sa grosse voix le prénom de sa fille pour la faire quitter sa chambre. Elle avait l'habitude de mettre sa musique à fond, ou de toujours venir une fois l'entrée presque terminée, ce qui avait le don de le rendre fou. « Mais elle n'est pas là papa » lança alors Jacob, tout en commençant à se servir à manger. Joe regarda sa femme et demanda « elle est où ? » avant que cette dernière ne lui explique que leur fille avait demandé l'autorisation d'aller chez une amie pour travailler sur un exposé en science. Un exposé ? Il la connaissait la chanson. Pour lui, sa fille était trop jeune pour sortir le soir, alors bien évidemment, il fallait qu'elle trouve des excuses. « Ok, j'aurai aimé qu'on m'en parle quand même » lança t-il presque boudeur, avant de poser sa bière et commencer à son tour à se servir à manger. « Tu lui as dis de rentrer à quelle heure ? » demanda t-il alors, afin de savoir si sa fille allait être sérieuse, ou si elle allait clairement se moquer d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 16:02



Midnight, crime time Elena & Joe Vendredi. La semaine se terminait enfin laissant Elena avec de nombreuses copies à corriger et quelques cours à améliorer. L’épouse Scott adorait son métier. Elle avait toujours voulu enseigner et l’histoire étant certainement le domaine qui l’intéressait le plus depuis qu’elle était enfant, elle se trouvait très chanceuse de pouvoir allier les deux et vivre de cela. Elle était rentrée chez elle aux alentours de seize heures trente, le temps de voir quelques élèves. Étant un peu comme son mari sur ce sujet-là, elle avait attaqué la correction de ses copies dès l’instant où elle était rentrée chez elle. Elle s’était versé un café au lait accompagné d’un petit pain au chocolat qu’elle avait été chercher en boulangerie pour ses enfants lorsqu’ils rentreraient de l’école, et s’était installée au bureau qu’elle partageait avec Joe. Elle prit bien deux heures à corriger, annoter, commenter et écrire quelques conseils sur les examens qui avaient été fait la plupart la veille et d’autres le jour même. Elena était une de ces profs qui n’aimait pas rendre les travaux des semaines après. Déjà une, c’était trop à ses yeux. Les élèves étaient souvent bien plus soucieux et curieux de ce qui était écrit sur leur copie lorsqu’ils ne la récupéraient pas trop longtemps après l’avoir rédigée.
Puis, la maison silencieuse et vide laissa entrer deux tornades : Ellie et Jacob. « Salut maman ! » s’exclama la première en plaquant ses lèvres sur les joues d’Elena qui venait de sortir du bureau. Jacob l’imita bien rapidement et les deux se dirigèrent dans la cuisine après les avoir informés qu’elle avait acheté des viennoiseries pour eux. Le bureau, ils n’y entraient pas. C’était une règle d’or et pour l’instant, elle n’avait été transgressée. Il contenait des feuilles de cours, des dossiers de l’école appartenant à Joe, des contrôles… Bref, s’ils posaient un pied dans ce bureau, ils savaient bien qu’une punition ne tarderait à suivre alors, gentiment et presque docilement, ils obéissaient.« C’est toujours bon pour ce soir mam’ ? » demanda Ellie. Elena enleva les lunettes de son nez et les cala sur son crâne, fronçant les sourcils. Voyant qu’elle ne comprenait pas, Ellie soupira et reprit : « Je vais chez Jess pour un exposé. Je t’en ai parlé tout à l’heure. » Elle avait raison, elle avait apparu dans sa salle de classe entre deux cours pour cette faveur. Elena acquiesça, lui confirmant qu’elle avait le droit et pensa au fait qu’elle allait devoir le dire à Joe.
C’était indispensable de communiquer entre eux. Les autorisations étaient à discuter ensemble mais là, il n’était pas là et c’était pour travailler alors Elena ne voyait pas bien où était le mal. Elle faisait confiance à sa fille, peut-être parfois trop aveuglement aux vues de son âge et de son entrée dans l’adolescence mais cela n’empêchait qu’elle ne l’imaginait pas lui mentir yeux dans les yeux.

La fin d’après-midi reprit son cours et Joe rentra. Elena le laissa aller travailler à son tour dans le bureau et oublia de lui parler d’Ellie, étant trop occupée à commencer la cuisine. Jacob était monté et l’ainée était partie aux alentours de dix-huit heures. C’est vers vingt heures qu’Elena appela tout le monde pour manger. Aux bruits dans les escaliers, Elena reconnut son fils et sourit à la vue de ce dernier avec son mari. Elle ne pouvait se lasser de cette vision. L’homme qu’elle aime le plus avec les fruits de leur amour, bien qu’Ellie ne soit pas là. « Ça va et toi ? » répondit-elle, lui offrant un sourire lorsqu’il l’informa que cela sentait bon. Tant mieux. Elena aimait beaucoup cuisiner pour sa famille et aimait cuisiner tout court. Des plats, des desserts… Quand elle avait le temps, elle ravissait toute la petite famille. Amenant les derniers plats à table, elle ne put s’empêcher de rigoler un peu en entendant Joe faire la morale à leur fils. C’est vrai qu’il n’était pas du genre à prêter main forte pour quoi que ce soit. À part lorsque son père demandait de l’aide pour travailler dehors… Et encore, il fallait le motiver. « Je vais prendre de l’eau ne t’en fais pas. » lui répondit Elena en prenant place également à table, face à Jacob et quasiment à côté de Joe. Et c’est seulement lorsqu’il demanda où était Ellie qu’elle se rappela qu’elle avait omis d’informer son mari de sa sortie. « Elle avait un exposé à faire avec Jessica, la fille Martins. » puis, remarquant son air presque boudeur, elle reprit dans la foulée : « Elle me l’a demandé cet après-midi, entre deux cours. J’ai complètement oublié de te prévenir… Puis après tu es rentré et on ne s’est pas trop vu. » Elena n’aimait pas cacher des choses à Joe, même pour si peu. Enfin, tout était subjectif. Elle connaissait son mari et savait à quel point il pouvait être protecteur et encore plus vis-à-vis de sa petite fille qui grandissait et commençait doucement à se rebeller. À sa question, elle entreprit de se servir lorsque Jacob eut terminé et réfléchit un instant. « Je lui ai dit vingt et une heure trente, grand maximum. » C’était une bonne heure, elle mangerait là-bas semble-t-il, et dès qu’elle rentrera, pourra aller dans sa chambre pour dormir. Enfin, la Scott n’était pas dupe et savait bien que sa fille était loin de dormir à vingt-deux heures.
Elena reposa toute son attention sur Joe lorsque son assiette fut pleine et l’observa un instant, tandis qu’il buvait sa bière. Il était tracassé par cette sortie, cela se voyait. Elle le voyait. « Les Martins habitent à quelques maisons d’ici. Elle a son téléphone et sait très bien que si elle ne rentre pas à l’heure, elle va être punie. Puis, elle grandit, il faut lui faire confiance. » ajouta-t-elle, d’une voix douce. Elle était du genre à essayer de tempérer. Puis elle n’aimait pas voir Joe à se triturer l’esprit. « Ouais, fin Jessica a un frère hein ! » s’exclama Jacob avant d’avaler sa bouchée, ce qui lui valut un regard noir de la part de sa mère. On ne parle pas en mangeant. Il s’excusa alors et reprit la parole : « C’est un gars d’un ou deux ans plus vieux je crois. Je les ai déjà vu ensemble dans les couloirs et… » soudainement, il s’arrêta. Comme s’il remarquait qu’il venait de faire une boulette. Jacob était très observateur et avait tendance à fouiner un peu trop dans les affaires de sa sœur ce qui expliquait les nombreuses disputes entre les deux. Elena posa alors sa fourchette près de l’assiette et arrapa son verre d’eau. « Tu as commencé, termine Jacob. » Sa voix était plus autoritaire que lorsqu’elle avait parlé à son mari. Alors, leur fils les regarda un instant, semblant hésiter. « Lui dites pas que je vous l’ai dit mais… Je sais qu’ils se parlent souvent par message. Je pense qu’ils s’aiment bien. » puis, il haussa les épaules, comme si de rien était. Ellie aurait-elle menti pour aller voir ce jeune homme ? Non, elle était sérieuse, elle… Enfin, c’était une adolescente maintenant. Elena posa son regard sur Joe, sachant pertinemment que ce que Jacob venait de dire n’allait clairement pas lui plaire. « Je suis sûre qu’elle saura nous expliquer tout ça, quand elle rentrera. » lança Elena, même si elle espérait sincèrement qu’elle soit juste partie faire un exposé bidon.
:copyright:️ Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 16:26

Elena expliqua à son mari qu'elle avait donné une heure pour Ellie. Un couvre-feu qu'elle avait intérêt de respecter étant donné qu'elle n'avait que treize ans quand même. Ok. Ca lui allait. Elena n'avait pas du tout à se justifier, même s'ils se disaient tout et prenaient les décisions à deux, parfois, l'un ou l'autre n'était pas présent et il fallait agir. Il n'y avait pas de problème à cela, simplement l'ego de Joe qui était un peu remué. Surtout que bon, il voyait bien que sa fille devenait plus grande de jour en jour, qu'elle avait une nouvelle façon de se comporter, d'agir, de s'habiller, de parler, qu'elle traînait avec des gens un peu douteux au lycée et qu'il s'inquiétait pour elle. C'était bien normal, non ? La femme de Joe senti probablement le mal-être de son mari, parce qu'elle chercha à le rassurer. Oui, il fallait lui faire confiance. Après tout, c'était leur fille, et non une étrangère. Il sourit à sa femme et hocha la tête en lança tout bas « tu as raison ». Il pensa à ses frasques, à l'âge de sa fille et ne pu s'empêcher de sourire malicieusement. Lui aussi, il avait menti à ses parents, fait le mur, traîné avec des gens que ses parents n'appréciaient pas et finalement, il avait très bien réussi dans la vie, non ? Mais voilà, c'était aussi ça, d'être père. Vivre avec cette peur constante pour ses enfants. Son regard se posa sur Jacob, qui dévorait son assiette comme s'il n'avait pas mangé depuis une semaine. Il soupira un instant et lança en rigolant, cynique « tu devrais manger encore plus vite, au cas où on voudrait te piquer un truc dans ton assiette » rigola alors Joe en regardant sa femme. Jacob avait ce petit truc, encore innocent, qui le faisait parfois vraiment rire. Joe saisi le saladier où se trouvait la salade et commença à s'en servir, alors que la voix de son fils résonna autour de la table. Les baguettes en l'air, les feuilles de salades coincées entre, au dessus du saladier, le regard dur du chef de famille se posa sur son fils, dont la langue se déliait. La mère de famille incita son fils à poursuivre ses accusations, tandis que Jacob faisait dès lors, un pacte avec le diable. Enfin... aux yeux de sa sœur, et uniquement si elle venait à l'apprendre. Mais pour l'heure, Joe sentit un profond coup donné à son cœur. Sans doute ce que l'on appelle le coup de vieux. Un garçon ? C'était qui ? Le fils Martins ? Il ressemblait à quoi ce trou du cul ? Mille questions s'entrechoquaient dans sa tête, tandis qu'il déposa enfin la salade dans son assiette. Il se demanda comment il avait fait pour ne s'apercevoir de rien au lycée, il se demandait à quoi il ressemblait, ce qu'il voulait à une gamine de treize ans, et surtout, ce que sa fille faisait à ce moment précis. Un mélange de peur, de jalousie, de possessivité s'empara de son être et... cette douleur, autour de son cœur. Oh putain ça faisait mal de voir sa petite fille grandir, qu'on parle d'elle de la sorte. Il la revoyait, à peine née, quand il l'avait prise dans les bras la première fois, en pleurs, n'ayant jamais ressenti quelque chose d'aussi fort de sa vie. Il la revoyait, quand elle se mettait debout dans son lit, au réveil, pour qu'il vienne la sortir de là. Il la revoyait en train de faire du vélo, de rire, avec ses joues toutes rondes d'enfant. C'était dur. C'était tellement dur de voir que ses enfants grandissaient, le temps semblait passer si vite. Et ça faisait tellement mal. Est-ce qu'Elena ressentait ça elle aussi, ou bien il était vraiment trop possessif envers ses enfants ? La vois de son épouse résonna et mit un peu de baume sur la blessure de Joe. Il posa les baguettes dans le saladier, versa de la sauce dans sa salade et lança, en prenant sa fourchette « tant qu'on a aucune preuve, il n'y a aucun coupable Jacob » lança t-il comme une leçon pour son fils. « Rien ne vaut un aveux, et tant qu'on ne peut rien prouver, on laisse le bénéfice du doute » dit-il avant de commencer à manger son repas. Au fur et à mesure, il essayait de faire fuir les mauvaises idées dans sa tête, tandis que son fils avait demandé exactement ce qu'était le bénéfice du doute à sa mère. Jacob commença ensuite à parler de sa journée, de son prof de maths, qui était vraiment insupportable à ses yeux. Joe ne lui avait jamais dit, mais il ne l'aimait pas beaucoup non plus celui-là, seulement voilà, il ne pouvait clairement pas descendre un prof devant ses enfants. Ca ne serait pas professionnel. Mais il écouta son fils parler, avant de lancer à sa femme « au fait chérie, est-ce que tu as pu voir avec les élèves de ta classe ceux qui veulent organiser un événement pour les clubs ? » Elena savait très bien de quoi il parlait en disant ça. Dans le lycée, il existait différents clubs (de sport, de logique, de maths, de musique, de danse ou autre) et tous ces clubs devaient trouver un moyen de remplir leurs caisses en créant un événement : car-wash, vente aux enchères, brocantes, cookies et autre. Elena avait à sa charge, comme n'importe quel prof du lycée, au moins un club, même si elle n'en faisait pas partie. Ainsi, elle pouvait conseiller les élèves, les aider dans leur organisation etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 17:15



Midnight, crime time Elena & Joe Elle savait bien qu'elle n'avait pas à se justifier mais elle préférait bien expliquer. Après tout, c'était sa fille aussi, il avait le droit de tout savoir... Il avait le droit... Avant de sombrer dans ses pensées les plus profondes, elle se reprit et rigola également à la remarque de Joe. C'est vrai qu'un inconnu pourrait croire que Jacob n'était pas nourri en le voyant manger aussi vite. Elena lui rappelait souvent qu'il fallait manger doucement, bien mâcher pour la digestion... Mais il n'en avait que faire. S'il avait faim, il engloutissait l'assiette en cinq minutes et se plaignait de maux de ventre dans la foulée. Du Jacob tout craché. C'était, pour autant, un enfant adorable. Il était gentil, intelligent, parfois serviable selon son humeur et presque poli (presque à cause de ses manies de toujours parler la bouche pleine.) Puis surtout, il était curieux et avait du mal à garder la langue dans sa poche, au plus grand désespoir de sa grande sœur. Elena ne pouvait s'empêcher de jeter des petits regards vers Joe. Elle ne savait pas tout ce qu'il se passait à l'intérieur de lui mais connaissait quelques-unes de ses craintes vis à vis d'Ellie et de ses fréquentations. Mais il l'étonna lorsqu'il répondit à Jacob, si calmement.
Savoir que sa fille fricotait peut-être avec un garçon ne lui faisait pas mal et ne la dérangeait pas plus que cela. Elle avait treize ans après tout, c'est le début de tout. Bien sûr, fricoter et rien de plus sinon, là ça poserait un problème. Ce qui était susceptible de la déranger c'était surtout le type de garçon, le type de famille, le type d'éducation. Les enfants sont souvent le reflet des parents alors elle pouvait toujours s'arranger pour voir à quoi ils ressemblaient lors de réunions parents professeurs. Après tout, elle n'a qu'à demander à certains collègues et ça irait. « Bénéfice du doute... Moi je mets ma main à couper qu'elle rentre sans exposé ! » Il rigolait, simplement, sans vraiment se soucier de rien. C'était innocent, lui s'en fichait pas mal que sa sœur soit avec un garçon mais elle se doutait qu'en grandissant il soit si amusé par la situation de savoir Ellie avec un garçon plus vieux qu'elle pour faire je-ne-sais-quoi.
En soit, elle espérait qu'elle rentre à l'heure et qu'elle puisse leur présenter un exposé de A à Z sans bavure car elle se doutait bien que dans le cas contraire, elle n'allait pas passer une très bonne soirée.

Elena continuait à manger, sans répondre à Jacob. Cela ne servait et n'avançait à rien. Elle ajouta de la sauce sur sa viande et prit un morceau de pain lorsque Joe lui posa la question concernant les clubs. Elle supervisait le club de logique et privilégiait beaucoup les jeux d'échecs. C'était un jeu divertissant qui demandait de la réflexion, de la stratégie et qui développait les sens de chacun. Étonnement, beaucoup d'élèves s'y étaient inscrits et cela la ravissait. La Scott termina sa bouchée, but quelques gorgées d'eau et acquiesça : « Oui, beaucoup veulent faire un tournoi d'échecs accessibles à tous. L'inscription serait de deux euros et même ceux ne sachant jouer pourront essayer. Certains se portent volontaires pour donner des petits cours pendant les heures d'études. » Un sourire étira ses lèvres, appréciant l'implication des élèves dans le projet. Certains se disaient juste que papa et maman paieraient le voyage entièrement, sans se rendre compte qu'il y avait beaucoup de dépenses à côté de ce voyage et que parfois ce n'était pas facile pour toutes les familles. Le but de ce projet était d'abaisser les coûts du voyage pour que tous les élèves puissent y accéder. Il ne fallait laisser personne de côté. « J'ai entendu dire que le club de musique voulait organiser un petit concert pour attirer de nouveaux élèves en même temps de récolter de l'argent.»
En tant que directeur, Joe avait beaucoup de responsabilités au sein de l'établissement et Elena savait à quel point il se donnait du mal pour satisfaire au maximum tout le monde. C'était un homme soucieux de bien faire les choses et elle avait pu le remarquer dans les précédents postes qu'il avait occupé. La place de directeur, il la méritait amplement. Elle ne lui disait pas souvent mais n'en pensait pas moins : elle était extrêmement fière de lui. «Maintenant on va voir pour mettre tout ça en place.» finit-elle par dire, terminant son assiette qu'elle n'avait pas beaucoup remplie. Elle était loin d'être un estomac sur pattes et bien souvent, une petite assiette lui suffisait comme il le fallait. Elle déposa ses couverts à l'intérieur de l'assiette et regarda Jacob se resservir un petit peu, un petit sourire aux lèvres. Il entretenait ses grosses joues qu'elle aimait tant. « Tu avais une idée particulière ? Les élèves sont très impliqués, c'est agréable.»
Finalement elle se servit un énième verre d'eau et attendit que les deux hommes de sa vie terminent leur assiette. « Après tu vas prendre ta douche? » demanda-t-elle à son fils.
:copyright:️ Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 17:39

Lorsque sa femme lui parla de l'idée du club d'échec, Joe hocha la tête en terminant sa bouchée. « C'est super ça, je pourrai leur proposer d'utiliser le gymnase, on aura qu'à mettre des tables et tout ce qu'il faut » répondit-il alors. Il bu un peu de sa bière, puis reprit après sa femme « ouais c'est ça, ils veulent faire un concert, mais ils m'ont aussi demandé d'animer le bal des finissants, alors je vais voir » parce que le prix d'un orchestre n'était pas donné, donc ça serait quand même assez rentable pour l'établissement, mais bon, il s'agissait d'un gros événement et il faudrait qu'ils soient à la hauteur. Il fallait qu'ils fassent leur preuve. Quand sa femme lui demanda s'il avait une idée déjà en tête, il fit non de la tête, continuant à manger son repas. Une fois la bouche vide, il lui répondit « à vrai dire non, pas encore » lança t-il à sa femme en observant leur fils se resservir. Joe continua de dîner, tandis qu'Elena avait fini de manger. Jacob venait de terminer à son tour son assiette, la deuxième ; et Joe lui, terminait à son tour son repas. « Ouais m'man » lança t-il en se levant de la table, prenant son assiette avec lui pour la déposer dans l'évier. Aussitôt fait, il quitta la pièce. Jacob était le roi pour partir en temps et en heure afin de ne pas avoir à débarrasser la table. Joe se leva de table en s'essuyant les lèvres et en regardant son fils détaler comme un lapin « Jacob, la table ! » lança t-il avant que la voix de son fils ne résonne « j'ai pas fini mes d'voirs, j'ai pas le temps » tandis que ses pieds sur l'escalier de la maison résonnèrent dans la pièce. Joe regarda sa femme, leva les yeux au ciel et s'approcha du lave-vaisselle avec son assiette et ses couverts « il me fatigue » lança t-il alors en ouvrant la machine pour y placer la vaisselle sale. Joe regarda l'horloge accroché au mur, il était à présent vingt heures trente passées. « J'te jure que si elle ne revient pas avec son exposé... » lança t-il alors à l'intention de sa femme. Maintenant que le petit était monté, ils pouvaient enfin se dire les choses. Joe continua de débarrasser la table, terminant le tout par un coup d'éponge sur le bois vernis. Une fois que tout était rangé, installé au frigo et nettoyé, il prit sa bière et quitta la cuisine en éteignant derrière eux, pour rejoindre le salon. La pièce était la plus grande de la maison, composée en deux espaces distincts. D'abord, le salon à proprement parlé, avec un canapé bien confortable qui pouvait accueillir toute la famille. Face à eux, une cheminée, avec au dessus, un écran plat. Autour, des plantes, des meubles, des étagères bordées de livres d'Histoire, d'Art, de Géographie et de politique. Il y avait des photos, des souvenirs de leur vie commune et familiale. « Tu le connais ce Martins toi ? » demanda t-il curieux. A côté de l'espace salon, se trouvait la salle à manger, où une énorme table en bois foncé prônait, ainsi que huit chaises semblables. Au mur se trouvaient des dizaines de photos de famille. Joe contourna le grand canapé pour venir s'y laisser tomber lourdement. « Je te jure que si elle nous la fait à l'envers, j'ai déjà en tête la punition que je vais lui donner » lança t-il alors, un léger sourire sadique (et angoissé quand même) sur les lèvres. Il regarda sa femme et lança « j'pensais à un restau demain soir, ça nous fera économiser une gardienne » rigola t-il, pragmatique. L'eau de la douche se fit entendre, indiquant que le plus jeune de la famille était à présent sous l'eau. Joe ouvrit l'un de ses bras, afin que sa femme vienne contre lui. Ce moment-là, sans les enfants, était un vrai bonheur. Il les aimait ses gosses, ça n'avait rien à voir. Mais ce silence, ce calme et être juste avec Elena était aussi un vrai instant de pur bonheur à ses yeux. Joe ferma les yeux une seconde, embrassant le cuir chevelu de son épouse, serrant son étreinte contre elle. « Tu veux qu'on fasse quoi, on s'regarde un film ? » lança t-il alors à son épouse « oh attend, je crois qu'un nouvel épisode est sorti, tu veux qu'on le mate ? » demanda t-il alors. Ouais, leurs enfants les avaient initié à Netflix et en réalité, ceux qui l'utilisaient le plus c'était eux. Le soir, ils adoraient se retrouver devant l'écran pour un moment juste entre eux. Parfois, l'un des enfants venait les rejoindre, mais parfois, ils restaient dans leurs chambres toute la soirée. « Il avait quoi à faire comme devoir ? » demanda Joe à sa femme, toujours assis dans le canapé, sa bière à la main. Il était tellement content d'être enfin en week-end. Il écouta sa femme, terminant sa bière et retenant un léger rot dans sa gorge. Il embrassa à nouveau sa femme avant de murmurer « j'vais jeter ma bière, j'reviens, tu n'as qu'à installer l'épisode » lança t-il alors. L'homme se leva, traversa le hall pour rejoindre la cuisine afin d'y jeter sa bière dans la poubelle adéquate, chose qu'Ellie avait imposé au reste de la famille, se prenant de passion pour sauver les ours polaires et les coraux australiens. Il était assez fier de voir que sa fille avait des convictions et qu'elle se battait pour quelque chose, alors il avait été acheté des poubelles différentes avec grand plaisir. Une fois chose faîte, il regagna le salon, las et se laissa à nouveau tomber dans le canapé, observant le corps de sa femme face à lui, non sans malice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 18:37



Midnight, crime time Elena & Joe
Elena écouta Joe, attentivement. Elle était d’accord pour l’idée du gymnase, alors, elle hocha doucement la tête avant de sourire à la suite de ses propos. Si le club de musique pouvait assurer le bal de fin d’année, ce serait super. Cela représenterait de sacrées économies pour le lycée et en plus de cela, permettrait de faire les premiers pas sur une scène, ce qui ne peut être que bénéfique. « C’est une bonne idée. Ils ont encore plusieurs mois pour se perfectionner, ça devrait le faire. Puis après, une playlist et le tour est joué, les musiciens pourront profiter de la soirée. »
La brune les observa enfin terminer leurs assiettes et sourit à Jacob lorsqu’il lui confirma qu’il prendrait sa douche puis elle imita son mari et leva les yeux au ciel. Il ne fallait vraiment pas trop le brusquer dans sa petite vie tranquille lui. Désespérant de temps en temps. Lorsqu’il eut disparu, Elena lâcha un petit rire : « On est vendredi soir. Comme s’il allait bosser. » Joe et elle étaient du genre à travailler dès l’instant où ils rentraient chez eux pour être tranquilles et afin de pouvoir profiter l’un de l’autre et de leur soirée. Les enfants, eux, non. Ils rentraient, jetaient leur sac et ne posaient les yeux dessus que le dimanche après-midi. Bien qu’Ellie, ce soir, avait décidé de faire son exposé. Étrange. Très étrange même. Elle sourit à son mari, elle le trouvait aussi fatiguant à de nombreux moments. Elle se leva enfin et aida Joe à débarrasser ce qui restait sur la table et s’approcha de lui avant qu’il ne reprenne sa bière et caressa son dos. « On verra bien… Ne soyons pas de suite accusateurs, soyons stratégiques. » En quelques minutes, elle se retrouva seule dans la cuisine. Elle prépara alors un petit thé vert et, une fois que l’eau fut assez chaude, plongea le sachet dans la tasse et rejoignit son mari. À peine entra-t-elle que Joe lui posa la question. Le connaissait-elle ? Non. Elle avait eu sa fille une année en cours mais n’avait jamais eu ce grand frère. Elle ne savait même pas qu’elle avait un d’ailleurs. Elle secoua donc négativement la tête en prenant un dessous de verre dans un tiroir du meuble près de la grande table de la salle à manger et répondit en même temps : « Non. Je pensais que Jessica était fille unique. » Elle posa le dessous sur la table basse du salon et posa par-dessus sa tasse bouillante, riant aux dires de son mari. « Je n’en doute pas de ça ! » Joe était le côté plus autoritaire de la maison. Le « chef » comme il aimait dire. Elena ne le contredisait pas, après tout, elle était clairement plus douce que lui et moins autoritaire. Ils se complétaient simplement dans leur rôle de parents. « Mais s’il était turbulent, on en aurait tous les deux déjà entendu parler au lycée. C’est un bon début. » Elle haussa les épaules et s’installa auprès de Joe avant de sourire et de se blottir contre lui. C’était le moment qu’elle attendait le plus dans la journée, dès l’instant où elle se levait de son lit : se retrouver dans les bras de Joe. C’était calme, apaisant, lui faisant oublier tous les problèmes possibles de la journée… Vraiment, très thérapeutique. « Oh, oui ! On peut aller à ce restaurant dans le centre-ville où on avait l’habitude d’aller avant la naissance de Jacob ? Qu’est-ce qu’on mangeait bien… » Il était indispensable de prévoir des petites soirées en amoureux, tous les deux. Ils avaient besoin de se retrouver, le temps d’une soirée, ensemble. Comme avant. Comme s’ils n’avait pas d’enfants et qu’ils étaient au tout début de leur relation. Ils arrivaient à toujours maintenir la flamme allumée et c’était rare ces derniers temps, de voir une relation de plus de vingt années avec deux personnes s’aimant comme au premier jour. Elena attrapa la télécommande posée sur l’accoudoir du canapé et alluma la télé lorsque Joe proposa de regarder leur série. Oui, ils étaient tombés en plein dedans dans cette application nommée Netflix. Maintenant, ils payaient plus l’abonnement pour eux que pour les enfants. Mais au moins, cela leur garantissait des soirées ensembles, toujours plus. Elle se mit à caresser son torse, la tête posée sur son épaule, souriant amusée. « Je n’en ai aucune idée, mais je doute qu’il les fasse ce soir… Il va vraiment falloir lui faire comprendre qu’il doit aider et qu’il n’est pas dans un hôtel. » soupira la brune. Ellie, elle, aidait déjà beaucoup plus que son jeune frère. Bon, il ne fallait pas compter sur elle pour beaucoup mais au moins, elle donnait des coups de mains fréquemment à sa mère.
Ses yeux se fermèrent un instant lorsqu’il embrassa puis elle se redressa, le laissant se lever. « Ça marche. » Alors, après avoir appuyé sur quelques touches de la télécommande, le logo de Netflix en rouge apparut sur l’écran et bien rapidement, l’épisode était lancé mais en pause. Elle se mit finalement en tailleur sur le canapé et prit sa tasse, la portant à ses lèvres pour goûter. Constatant que c’était trop chaud mais que le sachet était resté suffisamment longtemps dans l’eau, elle le sortit et le posa dans une petite coupelle prévue à cet effet sur la table basse. Elena buvait toujours un petit thé le soir dans le salon. Elle irait le jeter et laver la coupelle avant d’aller dormir. Joe revint et elle ne put retenir son sourire en voyant son regard sur elle. Ils se désiraient toujours autant. Peut-être même plus qu’avant. Il était là, son regard bleu posé sur elle, son sourire la faisant fondre depuis le premier jour où elle avait réellement changé de regard sur lui. Puis, ses petites améliorations de la vie : ses tatouages, sa barbe, ses traits naturellement tirés avec l’âge. Il était charismatique et elle le trouvait toujours aussi attirant. S’approchant alors de lui, un sourire joueur aux lèvres, elle déposa ses mains sur son torse et vint embrasser ses lèvres, délicatement et amoureusement. Entre deux petits baisers, elle chuchota un : « Tu sais que tu es plutôt irrésistible dans ton genre. » et se redressa doucement, amusée, l’informant que l’épisode était prêt. Elena but quelques gorgées de son thé et le reposa avant de se caler contre son mari, caressant son torse, attendant qu’il soit bien installé pour lancer l’épisode. « L’avantage d’être ici c’est qu’on remarquera directement si Ellie est en retard ou non. »
:copyright:️ Justayne

_________________


Elena ScottProud mother of two kids, in love with the most wonderful husband
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 19:15

Ce que Joe aimait chez sa femme, c'était sa capacité bien à elle de calmer ses nerfs, d'éteindre le feu avant même que l'étincelle ne fasse réduire à néant l'environnement autour de son mari. Par ses paroles, sages, douces et calmes, elle parvenait toujours à l'apaiser. S'il était reconnu par ses pairs comme un homme juste, c'était surtout grâce à sa femme qui lui avait apprit à voir autrement, pendant vingt ans. Vingt années passées à ses côtés et pourtant, parfois, il avait l'impression qu'ils étaient à nouveau ces deux étudiants enfermés dans cette coloc de Portland. En même temps, étaient-ils devenu autre que ces deux jeunes là ? Non. Ils étaient les mêmes, avec de l'expérience en plus, des contraintes différentes, mais ils étaient toujours ensemble et de ce fait, pouvaient facilement se souvenir du couple qu'ils avaient été à cette époque. Elena avait les cheveux longs, une frange, elle portait des tenues à la fois décontractées et en même temps... modernes. Elle avait un truc dans son attitude, dans ses gestes de gracieux, de doux encore une fois. Et c'était peut-être ça qui lui avait autant plu. Cette douceur qu'elle incarnait physiquement dans ses gestes, sa postures, ses paroles, le ton de sa voix ; qui semblait alors répondre à cette force qui émanait de lui-même. Quand il la regardait, il voyait les années qui avaient passées. Bien sûr que oui, ils n'étaient plus tout à fait les mêmes qu'il y a vingt ans. Mais putain, il n'imaginait pas un seul jour ne pas se réveiller à ses côtés jusqu'à la fin de leur vie. Parfois, il s'était questionné. Il s'était demandé pourquoi ils n'avaient pas divorcé, comme beaucoup de leurs couples d'amis, comme beaucoup de gens finalement. Pourquoi est-ce que pour eux, ça fonctionnait ? Il s'était senti coupable, il s'était demandé si elle n'avait pas un amant, qui ferait que ça fonctionnerait mieux entre eux ? Il s'était demandé s'il était à la hauteur, si elle le trouvait toujours aussi beau qu'il y a vingt ans ? Parce qu'il fallait être honnête, il avait vieilli. Sa peau était moins tendue, son corps moins tonique, son visage davantage marqué, les cheveux gris commençaient à apparaître, parfois, il sentait que son cœur ne suivait plus, ou bien même ses poumons. Il vieillissait, c'était comme ça. Mais Elena elle, s'embellissait avec le temps. Il la trouvait rayonnante, épanouie, heureuse, gardant cet écrin qui avait fait qu'il tombe fou amoureux d'elle, tout en conservant une partie d'elle qui continuait de le surprendre au fil du temps. Il aimait les paroles de sa femme, à propos de leurs enfants. Elle était la voix de la raison, face à cette impulsivité naturelle -même si elle s'était grandement atténuée avec les vingt dernières années- qu'il avait. Oui, il fallait être stratégiques et non accusateurs. Sans sa femme, Joe se serait retrouvé dans des situations parfois bien différentes de celles qu'ils avaient traversé ensemble. Elle avait le don de lui calmer l'esprit et aussi de l'éveiller à d'autres choses, et avec elle, il atteignait au fil des années, la meilleure version de lui-même. C'était peut-être ça qui faisait que ça fonctionnait toujours ? A nouveau, ce qu'elle avoua sur le frère de Jessica, l'amie de leur fille, était très juste. A nouveau, elle avait le don de trouver les mots parfaits pour apaiser son mari. Il l'observa, alors qu'elle était en train de sortir son sachet de thé, de le serrer au maximum au dessus de sa tasse pour en extraire les saveurs, se brûlant les doigts, comme chaque soirs. Tous les soirs, il la voyait faire, et chaque soir, il ne pouvait s'empêcher de sourire en la voyant faire, sans que jamais elle ne le voit. Finalement, son épouse vint se caler contre lui, pour son plus grand plaisir. « Sur Crescent Lane ? » demanda t-il en tournant légèrement son visage pour croiser le regard de sa femme « sinon, on aurait pu aller à Portland pour se faire une soirée en amoureux ? » proposa t-il. C'était sa femme qui choisirait ce qu'elle préférait. Pour lui, l'essentiel était contre son corps, alors peu lui importait bien l'endroit. Quand ils abordèrent le sujet de Jacob, les deux parents se mirent rapidement d'accord sur une prochaine discussion à avoir « je lui en toucherai un mot dans le week-end » lança t-il à sa femme, tout en embrassant à nouveau son crâne. Finalement, le couple se sépara pour que Joe retourne à la cuisine, et lorsqu'il revint au salon, il s'installa près de sa femme, ouvrant les premiers boutons de sa chemise. Il ne supportait pas porter une chemise entre les murs de cette maison, mais à quoi bon aller se changer à cette heure, tout en sachant qu'il ne portait pas de pyjama pour dormir ? Quand sa femme le grilla, lui et son regard qui devait sûrement trahir toutes ses pensées, il sourit. Il aimait la voir sourire de cette façon, et il aimait voir ce qu'ils étaient devenu, même après vingt ans. Il fit un sourire charmeur à son épouse, avant qu'elle ne vienne vers lui, approchant ses lèvres des siennes. Il sourit à ce qu'elle lui avoua, dans un souffle amusé. Sa main tatouée vint se perdre le long de la mâchoire de sa femme et un instant, il se perdit dans l'immensité de ses yeux. Lorsqu'ils étaient jeunes, tout s'était joué dans le regard. Chacun à un bout de la table du bar dans lequel les colocataires ou les étudiants se retrouvaient pour sortir le soir, ils s'épiaient, au nez et à la barbe de tous. Amusés, un sourire malicieux aux lèvres, le but était de s'observer, se faire griller de l'autre, mais jamais des autres. Joe se souvient du regard d'Elena. Un regard pétillant, à la fois timide et en même temps, totalement chavirant. Comme s'il était rempli d'envie, de retenu, de passion et de cette douceur qui la caractérisait autant. Puis, ils s'étaient embrassé pour la première fois, dans ce bar à Portland. Et finalement, après ce baiser, tout s'était très vite enchaîné, mais tout avait du sens. Leurs amis les mettaient en garde sur l'intensité peut-être trompeuse de leur union, mais non. Car dans l'obscurité de leur chambre étudiante, au sein de cette coloc, quand tout le monde dormait, que la musique recouvrait tout ; ils s'observaient. Parfois durant des heures, entre deux conversations sans fin. Ils auraient pu faire l'amour tout de suite, mais ce truc, magique, intense, ancestrale dans le regard, c'était unique. Ils se perdaient dans le regard de l'autre, ce regard brillant dans la nuit, rempli de tous les sentiments les plus forts et intenses qu'une personne pouvait ressentir. Comme si à cette époque, il l'avait vu directement comme ce soir. Qu'il avait su voir à travers le temps, l'espace, l'infini, que c'était elle et aucune autre. Et ce jeu de regard l'avait rendu fou, et l'avait lié à elle pour toujours. Alors là, ce soir, après qu'elle lui ai dit ça, ils s'étaient regardé, longuement. Et tout bas, mais d'une voix assurée et de tout son amour, il lui avait dit droit dans les yeux « je t'aime mon amour » parce que oui, même vingt ans après, ils continuaient de se le dire, de se complimenter, de s'estimer et de se respecter. Ses doigts glissèrent sur la joue de son épouse, avant qu'il ne finisse par sentir le désir envahir son corps. Avec l'âge, il fallait être réaliste, les occasions de faire l'amour étaient moins nombreuses une fois que l'on travaille et que l'on a deux enfants adolescents sous le même toit. Quand sa femme évoqua Ellie, il rigola et lança « ouais » il regarda l'heure à sa montre, entourant son poignet et lança « il lui reste... trente minutes » il regarda sa femme en souriant et lança « ça serait assez pour une levrette mon amour, mais j'prends pas le risque que Jacob nous surprenne sur ce canapé » plaisanta t-il alors en serrant sa femme contre lui, comme deux enfants. Leurs rires se lièrent l'un à l'autre et très vite, l'épisode commença, captivant leurs regards. Au fur et à mesure, Joe faisait abstraction du temps qui passait, et son corps se laissait de plus en plus tomber dans ce canapé bien trop moelleux. La fatigue de la semaine se faisait ressentir, et il savait très bien qu'il aurait pu s'endormir là, avec sa femme contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 21:30



Midnight, crime time Elena & Joe

Entre eux, c'était simple. Après tout, ils étaient comme tous les couples. Il y avait des hauts, des bas, des moments où le couple se fragilisait et des moments où ils remettaient tout en doute. Mais des moments étaient rares, très rares. Ils avaient réussi à puiser dans ces problèmes naturels de couple pour s'en sortir plus fort. Finalement, leur mariage avait tenu, dans leurs amis ils étaient quasiment les seuls encore ensemble et cela avait le don d'attisait la curiosité de ces derniers. Comment faisaient-ils ? Pourquoi étaient-ils encore ensemble ? Elena était persuadée que leur amour, leur confiance, leur complicité et leur communication étaient les clés d'une bonne relation.
Elena aimait Joe comme la première fois. Elle avait ses sentiments d'étudiante qui s'étaient multipliés, encore et encore, chaque année. Le temps passait et les deux changeaient. Autant mentalement que physiquement. Pour autant, ils étaient toujours les mêmes personnes, avec les mêmes valeurs. Ils étaient juste devenus de meilleures versions d'eux et ne cessaient d'évoluer, tous les deux se tirant vers le haut et se gardant sur le droit chemin.
Elle savait qu'elle avait aidé Joe dans bon nombre de situations. Que sans elle, il se serait certainement beaucoup plus battu, il aurait peut-être perdu beaucoup plus d'amis, il aurait sûrement dit des choses qu'il aurait regretté par la suite. Il n'y avait aucun doute que sa douceur naturelle et son calme l'avaient souvent aidé. Mais lui aussi avait été d'un grand soutien pour elle. Elle qui, plus jeune était naïve, elle qui voyait le bon en tout le monde sans vraiment se méfier de quiconque, elle qui aurait tout donné pour des gens qui n'auraient même pas bougé le petit doigt pour Elena. Joe l'avait fait grandir, d'une manière ou une autre, il l'avait aidé à ouvrir les yeux et à ne pas se laisser marcher sur les pieds. Quelque part, il avait forgé la femme qu'elle était maintenant. Et c'est pour ça qu'ils se complétaient, indéniablement. Elle ne savait pas s'ils seraient tous deux arrivés là où ils étaient aujourd'hui sans l'autre. C'était un duo, un binôme. Pas l'un sans l'autre. Il était son âme sœur, elle ne le savait que trop bien. Elle ne s'imaginait même pas être avec un autre homme que lui. À vrai dire, elle n'aurait pu être avec quelqu'un d'autre. Il était la seule source de son bonheur. Lui et leurs enfants.

Elle hocha la tête. Le fameux restaurant était bien à Crescent Lane. C'était un bel endroit, simple et chic. Les deux tourtereaux avaient pris l'habitude d'y aller, après la naissance d'Ellie mais avant celle de Jacob. Ils confiaient Ellie et gardaient une soirée à eux, se retrouver. Elena était attachée aux habitudes et aux traditions. Elle pouvait rapidement être nostalgique, même si elle ne voulait pas retourner en arrière, bien trop fière de la vie qu'elle avait en ce jour. Mais l'énonciation de Portland suffit à lui faire changer d'avis. Bien sûr qu'elle voulait aller à Portland le temps d'une soirée ! « Oh, oui, va pour Portland, directement ! » son sourire s’étira alors qu’elle jouait avec ses doigts. Portland était une ville magnifique, surtout le soir. Puis… Tout avait commencé là-bas alors il était évident qu’elle se ferait un plaisir de passer une soirée en amoureux là-bas. Ils en avaient vécu des choses dans cette ville. De leur rencontre jusqu’à leur déménagement. Deux étudiants, rien de plus banal. Un même cursus, quelques amis en commun et ils avaient commencé à traîner ensemble. Au début, elle ne faisait pas réellement attention à lui. C’était Joe, il était apprécié de tout le monde mais elle était un an plus jeune que plusieurs d’entre eux et n’était pas du genre à s’immiscer dans les discussions et les délires alors au début, elle se faisait discrète. C’était une femme discrète. Puis, un soir, les regards avaient changé. Ces regards, auparavant simplets et innocents possédaient désormais une lueur inconnue. Quelque chose qui ne se traduisait pas par de la simple amitié. Tout s’était joué sur un regard. Un regard, un sourire et elle avait été charmée. C’est sûrement à partir de ce moment là que le regard de Joe était si important pour elle. Elle pouvait s’y perdre des heures sans sourciller. C’était un océan bleu qui la troublait, lui faisait ressentir tout un tas d’émotions. Un océan dans lequel elle plonger sans vouloir en sortir. Après ce soir en particulier, ils avaient continué ces jeux de regards, à l’abri de ceux de leurs amis. Un baiser et tout se lança. Passionnément, fougueusement, rapidement. Sans que personne ne comprit ce qu’il s’était passé, n’ayant rien remarqué, eux s’étaient déjà lancés corps et âmes dans cette relation qui laissait tout le monde sceptique. Tout le monde sauf eux. Ils étaient apparus comme une évidence à l’autre et Elena ne regrettait aucunement toutes les épreuves qu’ils avaient passé ensemble.
Et comme au premier jour, ces quelques mots de sa part lui procurèrent un million de papillons dans le ventre. Comme une adolescente avec son premier copain, alors qu’il était tellement plus que cela. « Et moi je t’aime encore plus. » souffla-t-elle contre ses lèvres. Elle l’aimait toujours plus alors oui, il était évident qu’ils ne cessaient de se le dire.

Trente minutes… Dans trente minutes, soit Ellie allait avoir la vie sauve, soit elle allait s’en prendre plein la gueule pour son mensonge. Et après tout, c’était mérité. Les parents Scott étaient très sympas et faisaient confiance à leurs enfants mais s’ils avaient le malheur de détruire cette confiance, alors, la relation allait changer. Les « non » tomberaient beaucoup plus. Elena ne put retenir son rire en entendant son homme et sa remarque et elle se laissa tomber doucement contre lui, embrassant doucement sa mâchoire. « Réservons-nous ça pour notre soirée en amoureux. » elle sourit, le visage contre son épaule, avant de reprendre : « On essaiera de ne pas les réveiller… un petit peu d’adrénaline n’a jamais tué personne. » et puis, c’était toujours excitant de devoir rester discret. Elle entremêla leurs doigts ensemble, caressant de son pouce son index et le dos de sa main, tandis que l’épisode se lançait. Elle sentit le cœur de Joe se ralentir et sa respiration se poser, doucement, calmement. Elle comprit qu’il n’allait pas tarder à s’endormir et ne fit aucun geste brusque de peur de le faire sursauter. Elle était si apaisée lorsqu’elle était avec lui. Le simple son de sa respiration et son bras autour d’elle et elle avait le sentiment que rien ne pouvait lui arriver, qu’il la protégerait coûte que coûte. Elle savait que c’était le cas. Tant qu’ils étaient ensembles, rien ne pourrait arriver.

Puis, alors que l’heure tournait et que le deuxième épisode se lançait, Elena allait s’endormir également mais un bruit de clé dans la serrure la fit ouvrir les yeux. Elle plissa les yeux pour discerner l’heure sur sa montre : vingt-deux heures quarante-cinq. Oh. Elle avait certainement mal lu. Elle attrapa alors son téléphone posé à côté et l’alluma, sans trop bouger pour ne pas déranger Joe, remarquant alors qu’elle avait bien vu. Elle secoua doucement son mari. « Mon amour, réveille-toi… Ellie est rentrée. » Se détachant de lui, elle le laissa se réveiller et se leva, contournant le canapé pour arriver dans le hall d’entrée. Alors qu’Ellie s’apprêtait à monter les marches de l’escalier, Elena appuya sur l’interrupteur, allumant ainsi la lumière. « Pas si vite jeune fille. » lança-t-elle, d’un ton dur. Enfin, dur à son sens. « Salut maman… » dit-elle doucement, tout en se retournant. Elle avait un petit sourire qu’elle perdit bien vite en voyant Joe arriver. « Oh… Papa. Salut… » Elle savait bien qu’elle était dans de beaux draps et que son père laisserait sûrement moins passer que sa mère.



:copyright:️ Justayne

_________________


Elena ScottProud mother of two kids, in love with the most wonderful husband
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyDim 12 Jan - 21:55

Joe avait doucement cédé à la fatigue. Au départ, sa nuque continua d'être statique, de se tenir droite, mais très vite, elle commença à flancher. Sa tête finie de se reposer contre le dossier du canapé, tandis que son corps se détendait au maximum. Il du ronfler, probablement, mais ça ne l'empêcha pas de dormir. Finalement, c'est la voix de sa femme qui le tira de son sommeil. Pour lui, il venait à peine de fermer les yeux et il ressentait encore la lourde fatigue s'emparer de lui. Il ouvrit les yeux doucement, alors que sa femme le quittait déjà pour se lever. Il entendit des pas, comprit que sa fille venait sans doute d'arriver. Il regarda sa montre et jura à la vision de l'heure qu'il était. Elle se foutait de la gueule de qui ? Il se leva alors, frottant ses yeux en profitant de la pénombre de la pièce, pour regagner l'entrée. En bas de l'escalier se trouvait sa femme, sur les premières marches, sa fille. Elle avait un sourire niais sur les lèvres et semblait tout à fait à l'opposé de l'inquiétude qu'ils se seraient fait s'ils ne s'étaient pas endormis. En tous cas, s'il ne s'était pas endormi comme une merde. « Tu te moque de moi Ellie ? » commença t-il alors, en prenant une grosse voix. « Oh papa ça va, j'ai juste un peu de retard... » « un peu de retard ? » il regarda sa montre et lança « il est pratiquement vingt-trois heures Ellie ! Ta mère t'avait dit vingt et une heures trente il me semble, non ? » La gamine soupira et ses épaules se relachèrent. Elle roula des yeux et fini par dire « ouais mais on n'a pas vu le temps passer avec Jess » s'expliqua t-elle d'un air totalement détaché. Joe n'en démordrait pas. Il sentait que sa fille mentait, il la connaissait par cœur. Il avait le regard dur, les sourcils froncés et bien vite, il lança « et alors ? Tu as un téléphone non ? On le paye assez cher ton abonnement, tu pouvais pas nous prévenir ? » lança t-il énervé. En fait, ça le rendait dingue de voir que sa fille n'avait aucune conscience de ce qui se jouait là ce soir. Non seulement ses parents avaient à présent un doute sur la confiance accordée à leur fille, mais en plus de ça, il était tout à fait normal de s'inquiéter pour elle. Elle n'avait que treize ans, et à cet âge là, on ne traîne pas dans les rues toute seule. L'attitude d'Ellie était insupportable, elle donnait clairement l'impression à son père de s'en foutre royalement de ce qu'il disait. « Ouais, j'suis désolé, c'est bon ? » lança t-elle alors à nouveau avec un profond dédain. Elle commença à vouloir monter les marches et Joe fit un pas vers elle « non c'est pas bon, descends de l'escalier tu vas réveiller ton frère » ordonna t-il pour la faire venir au salon. Il alluma la lumière et le regard d'Ellie passa outre les corps de ses parents pour observer la télévision d'allumée, ainsi que la tasse de thé de sa mère, qu'elle s'était préparée un peu plus tôt. « Ah ouais, j'vois qu'vous étiez vraiment inquiets... » lança la jeune adolescente en croisant ses bras et en osant clairement affronter son père. Joe regarda sa femme, n'en revenant pas d'entendre de telles phrases sortir de la bouche de sa fille. « Ah parce qu'on doit te rendre des comptes ? Mais tu te prends pour qui Ellie Scott ? » commença à gueuler Joe, à bout de nerfs. Il allait réveiller Jacob, c'était évident. « Alors écoutes moi bien, donne moi ton téléphone » demanda t-il en serrant la machoire et en tendant son bras vers sa gamine. « Hein ? Maman ! » essaya d'amadouer la jeune lycéenne. « Non j'te donnerai pas mon téléphone ! » commença à s'énerver également Ellie. « Ellie ne discute pas et donne moi ton téléphone tout de suite » continua Joe. « Maman ! » lança la gamine. Joe allait perdre patience. « Ecoutes moi bien Ellie, puisque tu ne sais pas te servir de ton téléphone correctement, tu en seras privée jusqu'à nouvel ordre et interdiction de sortir aussi jusqu'à ce qu'on décide que tu le mérites avec maman, c'est clair ? » gronda t-il. « Papa ? Maman ? Pourquoi vous criez ? » demanda la petite voix endormie de Jacob, du haut de l'escalier. Joe regarda sa fille avec un regard incriminateur, attendant toujours qu'elle lui donne son portable. « On ne peut pas te faire confiance, on essaye et toi, tu rentes à pas d'heures, tu ne préviens pas de ton retard, tu nous manque de respect, tu t'es prises pour qui au juste Ellie ? Tu n'es pas la reine dans cette maison, et tu vas apprendre à respecter chacun des membres de cette famille » lança alors Joe de sa grosse voix. « Tu vas participer aux tâches ménagères et ça vaut pour toi aussi Jacob ! » lança t-il en jetant un coup d'oeil vers son fils. « Vous n'êtes pas les rois du monde dans cette maison, maman c'est pas votre bonne et moi j'suis pas le roi des cons, est-ce que c'est clair ? » s'emporta t-il alors, excédé du comportement de ses enfants et surtout, épuisé par la fatigue et la déception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyLun 13 Jan - 10:59



Midnight, crime time Elena & Joe

Ellie était là, sur les premières marches de l’escalier. Son regard faisait la navette entre son père et sa mère puis sa mère et son père. Son petit sourire n’en était que plus agaçant vu l’heure à laquelle elle rentrait. Une heure quarante-cinq de retard. C’était énorme pour une ado de treize an. Joe l’avait rejoint dans la foulée, bien qu’il était plus éteint à cause de sa petite sieste mais Elena n’avait aucun doute sur le fait qu’il allait bien vite se réveiller. Il commença à parler et la grosse voix suivit directement.

Elle se défendit. Bien entendu, elle n’avait rien fait de mal, elle. Elle ne se doutait pas que les deux l’attendaient et qu’ils s’inquiétaient. Surtout son père. Elle ne cherchait pas à comprendre ça, non. Elena croisa les bras sur sa poitrine, remarquant bien l’attitude de sa fille. Elle le savait, Ellie allait leur donner du fil à retordre dans les années à suivre et elle espérait sincèrement qu’ils réussissent à suivre et à la remettre sur le droit chemin.

C’était une attitude désinvolte. Comme si... comme si elle n’avait pas le temps d’être avec eux, comme si elle avait mieux à faire. Elena observait la scène, les sourcils froncés et les yeux plissés et bien rapidement, ils se retrouvèrent tous les trois dans le salon et à la remarque de l’adolescente, Elena haussa les sourcils. « Change de ton avec nous, Ellie! Nous ne sommes pas tes potes, compris? » lança la mère de famille, froidement. La tension montait clairement. Bien qu’Elena gérait cela un peu mieux que Joe, elle savait que si elle continuait sur ce chemin, elle-même allait s’énerver et perdre son sang froid, ce qu’elle préférait dans tous les cas éviter.

Elle baissa la tête. Oui, ils ne lui devaient aucun compte. Mais elle si. Ce fut bien la seule preuve de culpabilité qu’elle montra parce que dès lors que son père mentionna une confiscation du téléphone, elle releva sa tête, ahurie. « Hein ? Maman ! » s’écria-t-elle soudainement. Jacob et Ellie savaient bien qu’Elena était la plus susceptible de succomber entre les deux et essayaient souvent de jouer sur ça. Enfin, surtout la petite. Le regard dur de l’épouse Scott détailla l’adolescente qui refusait et se référait une nouvelle fois à sa mère. « Ellie, écoute ton père et donne ce téléphone. » finit par intervenir Elena, la voix posée. Posée mais autoritaire. Elle n’allait pas le faire, cela se voyait. Elle avait les mains dans les poches et tenait certainement son cellulaire, comme si ses parents allaient venir le lui arracher des mains. C’était mal les connaître. Puis, ses yeux s’ouvrirent un peu plus gros, écoutant son père. Il était énervé, épuisé. « Quoi ? Privée de sortie ? Pour ça ? Mais maman dis quelque chose là! » sa voix commençait à vriller. Allait-elle pleurer ? Il y avait de grandes chances. Après tout, ce n’était encore qu’une enfant mais une enfant qui devait comprendre que chaque acte a une conséquence. « Ellie, si on te dit une heure c’est qu’il faut la respecter ! Tu aurais pu prévenir que tu aurais du retard mais tu ne l’as pas fait. Et ton attitude... Il va vraiment falloir que tu changes de ton avec nous et que tu restes à ta place jeune fille. Donc maintenant, tu écoutes ton père, tu donnes ce fichu téléphone et tu pourras dire à Jess et tes copines de l’école que tu ne risques pas de les revoir hors lycée de sitôt, c’est bien compris? » Elena n’avait pas bougé mais avait montré du doigt Joe, pour qu’elle lui donne ce téléphone. Puis, la voix de Jacob résonna dans les escaliers. Sa petite voix endormie et toute mignonne. Elena le regarda et lui sourit, tout en s’adressant à lui : « Rien mon chéri, rendors-toi. » Il la regardait et s’avança un peu pour ainsi voir son père et sa sœur face à face. Elena pensa même qu’il devait certainement voir la veine de Joe qui ressortait sur son front lorsqu’il était vraiment énervé.

D’ailleurs ce dernier reprit la parole et la brune avait l’impression que plus ça avançait et plus il était énervé et cinglant. Elle écouta, approuvant totalement ses dires. Il avait on ne peut plus raison. Elle eut tout de même un petit pincement au coeur quand Jacob se fit inclure dans la dispute alors que le pauvre venait de se réveiller bien qu’il était bien concerné aussi. Peut-être même plus qu’Ellie pour certains moments.

Ellie avait perdu son air hautain et insupportable. Elle était redevenue la petite Ellie adorable, avec les yeux brillants. Elena discerna ses larmes qui menaçaient à tout moment de dévaler ses joues et c’est ce qu’elles firent lorsqu’elle sortit son cellulaire de sa poche. Elle s’approcha de Joe, timidement et lui tendit le téléphone. « Très bien. » grogna-t-elle, partagée entre l’énervement et la tristesse. Elena observa la scène, au moins, elle ne se rebellait que partiellement. Jacob descendit doucement les marches de l’escalier et vint se blottir contre Elena, lui demandant -presque- discrètement s’ils lui avaient parlé du garçon, le grand frère. Elena secoua négativement la tête, caressant des cheveux, avant qu’Ellie ne fasse les gros yeux. « Jacob ! T’es sérieux ou quoi? » Vraiment, Jacob était adorable mais bien trop maladroit. Ellie souffla bruyamment, murmurant un « Crétin. » alors qu’elle baissait la tête, pendant certainement qu’ils ne l’avaient pas entendu. Personne n’avait répondu à Joe mais tout le monde l’avait imprimé. Il était évident que Joe avait cette capacité à faire flancher les enfants. Il se faisait respecter mieux que quiconque.

« Ellie, tes mots. » soupira Elena, sans arrêter, caressant maintenant le dos de Jacob, toujours contre elle, ses bras autour de sa taille. « T’as été travailler avec Jessica ou bien tu as été voir son frère ? » demanda alors Elena, lorsque la tension et l’énervement furent descendus. Sa voix était plus douce et cela amenait souvent à ce que l’adolescente parle plus facilement.



:copyright:️ Justayne


Dernière édition par Elena Scott le Lun 13 Jan - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyLun 13 Jan - 12:09

Grâce à l'intervention de sa femme, la fille de Joe ne tarda pas à lui tendre son téléphone. Le cellulaire était allumé et Joe ne regarda ni le fond d'écran, ni les aperçus des messages reçus de sa fille. C'était sa vie privée et il respectait son jardin secret. Il enfouit le portable dans la poche de son pantalon de costard, alors que bien vite, la situation prit une autre tournure. Jacob avait descendu les marches pour venir retrouver les bras de sa mère et innocemment, il avait demandé si la dispute était en rapport avec ses propos tenus lors du dîner. Evidemment, quand elle entendit ça, Ellie vrilla. Joe comprenait sa fille, il savait que pour elle, sa famille était en train de déborder sur sa vie privée, son petit recoin de paix à elle. Seulement ce qu'elle ne comprenait pas elle, c'était qu'elle n'avait que treize ans. Elle était encore une enfant, même si elle grandissait. Dans quelques années, quand elle serait vraiment une adolescente, alors oui, ses parents pourraient entendre son avis et lui laisser davantage d'autonomie, mais pour l'heure, il était encore bien trop tôt. Joe tiqua quand la gamine insulta son frère et il n'eut pas besoin d'intervenir puisqu'Elena le fit tout de suite. Ellie baissa la tête, mais son regard était dur, aussi dur que celui de son père à vrai dire. Elle incendiait des yeux son pauvre frère qui dormait à moitié contre sa mère. Finalement, Elena posa une question toute simple. Une question que tout le monde se posait ici présent, sauf la concernée, Ellie Scott. Cette dernière ouvrit la bouche, la referma aussitôt, serra les dents et regardait sa mère avec un regard... à glacer le sang. « Ellie, répond » lança alors son père pour intervenir. La gamine se mit à fixer son père et il sentait qu'elle allait exploser à tout moment. « Qu'est-ce que ça fait que j'ai pu voir son frère ? J'étais chez elle donc ouais, son frère était là » répondit la jeune fille d'un ton agressif. Joe sentit sa patience le quitter, il avait clairement envie que sa fille se calme et change de ton avec ses parents. Il n'aimait pas du tout son attitude. « Alors de un ma p'tite fille, tu vas changer de ton tout de suite avec nous, ok ? » lança t-il en la pointant du doigt. « Tu vas faire quoi ? Tu vas me punir ? J'ai déjà plus de téléphone ni le droit de sortir ! » rétorqua la gamine en répondant. Oula. Joe sentit les nerfs lui monter et clairement, il passa sa main sur son visage et lança à sa femme, devant ses gamins « elle va me rendre fou ». « Mais c'est vrai en même temps ! » s'exclama la jeune fille. « Ellie un conseil, arrête tout de suite ce petit jeu, car je te rappelle que tu vis sous notre toit à ta mère et à moi, et qu'on a le droit de te punir comme bon nous semblera, c'est clair ? » Bon, à vrai dire, il y avait quand même des lois protégeant les enfants dans ce cher pays, et Joe n'avait que rarement levé la main sur ses enfants, mais là, clairement, il n'allait pas falloir que ce petit jeu dure très longtemps. « Tu grandis, tu veux qu'on te fasse confiance, tu veux de l'autonomie, mais tu nous montres juste que tu n'es qu'une gamine trop gâtée et mal élevée là. Tu as vu comment tu nous parles ? Tu insultes ton frère, tu ne respectes pas le couvre-feu, est-ce que tu veux que j'te rappelle ce qui est arrivé aux gamins de la ville il y a vingt ans ? » lança son père. Parce que oui, cette histoire l'avait bouleversé, c'était l'année où il avait rencontré Elena, quand ils avaient dix-neuf ans. Et souvent, il ressortait cette disquette comme pour justifier ses craintes et sa protection envers ses enfants. « Tu as treize ans Ellie, tu es encore une enfant, alors certes tu grandis, mais tu brûles les étapes là » expliqua son père. Il marqua une pause mais de façon totalement incompréhensible, Ellie s'énerva toute seule en commençant à s'agiter « de toutes façons c'est toujours la même chose, tu nous sors cette vieille histoire là ; ça va j'suis pas une demeurée, je sais me défendre hein » lança t-elle naïvement. « Et puis j'en ai marre, vous êtes constamment sur mon dos pour tout, à la maison, au lycée, j'étouffe ! » cria t-elle alors. Joe se prit cette réflexion gratuite en plein dans les dents. Il observait sa fille qui s'énervait et très vite, il en revint aux essentiels. « Montre moi ton exposé » d'une voix ferme. La gamine frémit. Son regard tenait celui de son paternel et elle ne bougeait pas, un duel d'yeux s'installa entre les deux et Joe du redemander une seconde fois. La gamine fini alors par hurler dans la maison « je l'ai laissé chez Jess l'exposé ! De toute façon t'es qu'un connard Jacob ! » « Ellie ! » gueula son père « tu ne parles pas à ton frère comme ça, c'est clair ? » « Maman, tu as vu comment elle me parle ? J'ai rien fait ? » lança Jacob d'une petite voix triste, comme s'il allait lui aussi se mettre à pleurer. « Mais c'est quoi ce cirque et cette maison de fou bon sang ! » s'écria alors Joe. « Ellie, je te le répète, tu n'as que treize ans, et tant que tu nous montreras cette attitude tu seras punie de tout, c'est clair ? » s'emporta à son tour Joe. « Maintenant ça suffit, tout le monde au lit et j'ai pas intérêt d'vous entendre c'est clair ? » gueula t-il en les laissant ici, en bas des marches, excédé. Il quitta le hall pour aller s'enfermer dans son bureau, fou de rage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyLun 13 Jan - 16:53



Midnight, crime time Elena & Joe

Après tout, c’était la question que Joe et Elena mourraient d’envie de poser. Ils voulaient tous les deux savoir la réponse. Leur avait-elle menti pour passer la soirée avec un garçon ? À treize ans seulement ? Et bien sûr sa réponse était vague, évasive. Elle ne répondait pas, tournait autour du véritable sujet.

Dans la famille, c’était souvent la même scène : Joe et Ellie se disputaient. La raison la plus plausible qu’avait trouvé Elena pour expliquer ces disputes régulières était qu’Ellie avait hérité du caractère de son père. Ces deux tempéraments impulsifs se confrontaient constamment, malgré tout l’amour qu’ils se portaient l’un à l’autre. Jacob ressemblait plus à Elena pour le coup. Sensible et moins impulsif. Enfin, c’était encore un enfant, l’adolescence allait certainement être aussi rude. Parfois, elle avait peur. Peur qu’il grandisse, que sa soeur le tire avec elle dans ses bêtises, qu’il tourne le dos à ses parents... Des peurs de maman, voilà tout. Elle aurait aimé garder ses deux bébés enfants et ne pas les voir grandir mais cela était impossible. Le ton cinglant d’Ellie tira Elena de sa rêverie partielle. « Ellie! Tu nous écoutes quand on te parle? Change de ton! » s’énerva Elena. Ils n’avaient pas éduqué une malpolie et il était hors de question que puisqu’elle était au lycée, elle se permette de faire la grande. Même à ses quarante ans, il y avait un respect avoir envers ses parents. C’était la base.

La Scott jeta un coup d’œil à son mari qui était épuisé. Épuisé du travail, de la semaine, de ces disputes, de l’attitude d’Ellie. De tout. Elle n’aimait pas le voir comme ça. Elle entendit ses propos, l’observant un moment. Ses traits étaient tirés, la veine de son front ressortie et sa respiration plus lourde. L’idéal serait qu’Ellie ne dise plus rien mais le dialogue continuait, plus ou moins de manière cinglante toujours.

Jacob s’agrippait toujours plus à Elena et le voyant s’endormir limite contre sa cuisse, elle s’abaissa et l’attrapa dans ses bras. Il avait dix ans mais c’était toujours un bébé et il acceptait encore ce genre de geste venant de sa mère... du moment que ses copains ne le voyaient pas. Alors elle préférait amplement en profiter. Puis, il lui faisait un peu de peine tout de même. Jacob resserra son étreinte lorsque Joe évoqua la disparition de ces quartes jeunes il y a de cela plusieurs années. Cette histoire avait toujours effrayé le dernier de la famille et il n’aimait pas du tout en parler. Joe, lui, s’en servait souvent pour justifier ses inquiétudes et ses méfiances. L’année où ce drame était arrivé, les deux venaient de se rencontrer et Elena était loin de s’imaginer mère alors, elle avait été touché, comme tout le monde, mais sa peine fut réelle lorsqu’elle eut Ellie. Elle comprit à cet instant l’horreur que cela pouvait être, de perdre un enfant. De perdre la chair de sa chair.

Joe se calmait et Ellie s’échauffait. Quand l’un essayait de réguler l’autre repartait... c’était banal.

Puis, Ellie traita Jacob de connard et ce dernier se mit à presque sangloter. Elena le regarda un moment, remarquant l’eau salée montant à ses yeux. Elle caressa doucement son dos, s’apprêtant à rétorquer à la jeune adolescente mais Joe la devança. Il était beaucoup trop vif dans ces moments-la, Elena se faisant souvent plus discrète mais bien présente.

Puis, comme une tornade, il disparut. Ellie resta là, bouche bée, sans bouger. Jacob reniflait et sanglotait. Il aimait beaucoup sa soeur alors un rien pouvait le toucher dans ces moments là. Le regard d’Elena se posa sur Ellie alors que la porte du bureau venait de claquer. « Écoute ton père Ellie... » commença-t-elle, d’une voix beaucoup plus posée, douce et calme que tout ce qui avait pu être entendu plus tôt. Cela faisait d’ailleurs du bien. « C’est peut-être idiot pour toi mais on s’est vraiment inquiété. Il s’est vraiment inquiété. Tu es encore une enfant. Treize ans, ce n’est rien. Tu penses pouvoir te défendre mais qu’est-ce que tu ferais si un homme t’attrapait dans la rue le soir ? » demanda-t-elle. Ellie la regardait, ne sachant que répondre. « Je... je crierai... je me débattrais... je vous appellerai ! » s’exclama-t-elle sans une once d’énervement. C’était comme si elle cherchait désespérément comment elle pourrait se défendre. Elena s’avança vers Ellie et l’amena vers elle pour monter les escaliers avec ses deux enfants. « Il est là le problème, ma chérie. Tu ne pourrais rien faire. N’importe qui peut t’attraper, te bâillonner, te kidnapper sans que tu puisses faire quoique ce soit. On te demande juste de nous prévenir et de nous dire la vérité. Si demain tu es quelque part et tu as un soucis, tu sais que tu peux nous appeler, on viendra te chercher, on est là pour ça. Mais pour ça, on a besoin de savoir où tu es et ce que tu fais.  » Elena reposa Jacob au sol et demanda à Ellie de s’excuser pour l’insulte. Cette dernière s’exécuta, faisant plaisir à son frère et sa mère puis, il regagna sa chambre après qu’Elena lui ait promis de venir le border et lui dire bonne nuit. Elle accompagna alors sa fille jusqu’à sa chambre et s’arrêta à l’encadrement de la porte, la laissant poser ses affaires. «  Souviens-toi que nous sommes de ton côté, on veut juste ta sécurité. Alors oui, c’est chiant, oui c’est la honte... mais au moins tu sais que tes parents seront toujours là pour toi. Juste, ne nous mens pas car si tu perds notre confiance, on ne te laissera vraiment plus rien faire. »

Il y avait eu la manière violente verbalement et la manière plus douce. Les deux s’alliaient et se complétaient d’une certaine manière. Ellie n’avait pas répondu. C’était bon signe. Elle réfléchissait. Après l’avoir embrassé sur le crâne et souhaité bonne nuit, Elena sortit de sa chambre et fit de même avec Jacob. Lorsqu’elle entreprit de quitter sa chambre, il l’interpella : « Tu crois qu’Ellie m’aime bien?... demands-t-il, d’une voix faible. C’est ce genre de question qui brisait le coeur d’Elena. Il ne devrait pas se demander si sa grande sœur l’appréciait. « Mon coeur... bien sûr qu’elle t’aime. Elle t’aime énormément! Elle était juste énervée, elle ne le pensait pas. Allez, dors, ça ira mieux demain. » un dernier baiser sur le front et elle s’en alla, ajoutant un « Et ne répète pas les bêtises et les gros mots que ta sœur dit, Jacob. » et quitta la pièce, regagnant les escaliers qu’elle descendit. Il valait mieux le mettre en garde de suite plutôt que lorsqu’ils entendraient ce genre de mot sortir de sa bouche innocente.

Une fois en bas, elle jeta le sachet de thé, nettoya la coupelle et plaça la tasse dans le lave vaisselle. Après avoir passé un coup d’éponge sur le table basse et avoir éteint la télé, elle se dirigea vers le bureau et toqua doucement trois petits coups, attendant que Joe ne l’invite à entrer. S’il avait besoin d’être seul, elle n’allait pas entrer et taper l’incruste.

Elle ferma la porte directement derrière elle et regarda son mari assis sur le grand siège de cuir. « Comment ça va? » demanda Elena, s’approchant de lui et venant se placer derrière le siège pour passer ses mains sur son torse, étant à son dos. « Elle est compliquée... ce n’est que le début. » soupira la brune sans quitter son torse des mains. Il avait déboutonné encore un bouton de sa chemise. Sûrement avait-il trop chaud avec cette prise de tête. « Ne t’en fais pas mon amour, ça va aller. » souffla-t-elle à son oreille, embrassant le sommet de son crâne. Il s’était tellement énervé et semblait tellement déçu et encore un peu agacé, un peu de douceur ne pouvait pas faire de mal.


:copyright:️ Justayne

_________________


Elena ScottProud mother of two kids, in love with the most wonderful husband
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyLun 13 Jan - 18:19

La porte du bureau claqua derrière ses talons, résonnant dans l'ensemble de la petite pièce aux tons verts. Le père de famille sentait son cœur tambouriner dans sa poitrine. Il n'avait pas prévu que le week-end commence ainsi, clairement. Là, ils allaient devoir supporter une Ellie désagréable tout le week-end, qui allait leur faire payer leur punition. C'était évident. Joe contourna son bureau pour se laisser tomber sur le fauteuil en cuir qu'il partageait avec sa femme. Il sentit bien vite que quelque chose le dérangeait dans sa poche, le portable de sa fille. Il l'extirpa de son pantalon pour le glisser dans l'un des tiroirs de son bureau, le refermant tout de suite. Ca ne lui plaisait pas du tout de devoir jouer au flic, de devoir engueuler ses enfants, de voir leurs larmes perler aux coins de leurs yeux, de savoir qu'ils allaient sans doute l'insulter toute la nuit, qu'ils le détestaient peut-être même. Oui, c'était dur d'être parent, clairement. Il posa ses coudes sur son bureau, massant sa tête. Il était épuisé par sa semaine, épuisé par cette dispute et surtout, il n'arrivait pas à se calmer. Ellie, il avait peur pour elle. Jacob était naîf, c'était sans doute encore plus dangereux que l'impulsivité d'Ellie, mais putain... s'il devait arriver quelque chose à l'un de ses enfants... Joe ne savait pas ce qu'il serait capable de faire. Ses pouces pincèrent le dessus de ses lèvres, tandis que son regard se mit à fixer face à lui, sans vraiment rien regarder. Dans le fond, il imaginait mille et un scénarios. Une énième dispute, Ellie qui pleure dans son lit, qui décide de fuguer, qui ne revient jamais... oui, il imaginait tout et n'importe quoi. Et au fond de lui, ça le terrorisait. Ses doigts vinrent déboutonner le haut de sa chemise blanche, tandis qu'il allait se laisser tomber dans le fond de son fauteuil, c'est à ce moment-là qu'on toqua à la porte. « Oui » lança t-il en espérant que ça soit sa femme, parce qu'il n'avait clairement pas envie qu'Ellie en rajoute une couche ce soir. Alors quand son regard tomba sur le corps de sa femme, il soupira, d'apaisement. Elle lui demanda comment il allait, alors qu'elle s'approchait. Lorsque ses mains entrèrent en contact avec son torse, glissant sur le tissu de sa chemise, que sa joue vint se poser près de son cuir chevelu, qu'il pu sentir son odeur... il se sentit apaisé. Instinctivement, sa main vint se poser sur l'avant-bras de sa femme, et il ferma les yeux en répondant « elle va me rendre ouf » avant que sa femme ne lui signale qu'ils n'en étaient qu'au tout début. « Oh putain, j'imagine même pas ce que ça va être quand elle aura dix-sept ans » soupira t-il en retenant presque un rire. Un rire nerveux, parce qu'en soit, il n'était pas du tout prêt pour tout ça. « Et toi, tu te sens comment, ça va ? » demanda t-il, soucieux que sa femme ne se sente pas aussi mal que lui non plus. Mais il savait que ce genre de moment, pour l'un, comme pour l'autre, ce n'était pas évident. Et il savait aussi très bien que pour ses enfants également ça n'était pas facile, personne ne dormirait heureux et apaisé dans cette maison ce soir et c'était un échec pour lui. Quand Elena serra davantage son emprise sur lui, déposant un baiser sur le crâne de son mari en le rassurant, il sourit tendrement. Ca lui faisait du bien. Il adorait ça. Alors avec ses pieds, il fit tourner légèrement son large fauteuil pour pouvoir se retrouver face à sa femme. Derrière elle, il y avait les photos de famille, et derrière le siège et Joe, le bureau. Ses mains glissèrent sur les hanches de sa femme, l'invitant alors à s'asseoir sur lui. Même avec vingt ans de plus, ils continuaient parfaitement ce genre de postures. Elle était toujours aussi légère pour lui. Quand sa femme se retrouva contre lui, il l'entoura de ses bras, caressant l'un de ses bras de ces doigts, machinalement. Ses lèvres embrassèrent la peau qui lui était accessible et très vite, il lança « je ne sais même pas si j'ai bien fait de... » il se posait toujours mille et une questions, parce qu'il voulait donner à ses enfants la meilleure éducation possible. Il voulait qu'ils soient épanouis, heureux, qu'ils ne manquent de rien et surtout pas de leurs parents. Il faisait son maximum, en ayant toujours l'impression de ne jamais assez en faire. Ou de mal faire. Peut-être qu'il s'était énervé trop vite ce soir ? « En attendant, on n'en a pas vu la couleur de cet exposé... je n'ai qu'à demandé à son prof de science s'il y en avait bien un à faire... » lança t-il. Son travail avait au moins un avantage, su-per. Il fini par dire « bébé j'suis pas prêt à ce qu'elle grandisse aussi vite... pour moi je la revois encore toute gosse là... j'suis pas capable d'encaisser ses insultes, son ton qu'elle prend pour nous parler là... » il recula un peu son visage et lança à sa femme avec une mine choquée « tu as vu comment elle nous parle ? Rendez-moi ma fille bon sang ! » il rigola légèrement et fini par ajouter « j'crois que je préférais encore lui changer ses couches j'te jure » et en disant ça, il se souvint de cette époque. Une époque formidable en soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyLun 13 Jan - 21:12



Midnight, crime time Elena & Joe

Elena avait souri lorsqu'il lui confia qu'il allait devenir fou. C'était les risques du métier... D'ailleurs, quel métier. Quand on devient parent, personne ne prépare à ces moments-là. Les moments de tension et d'énervement. Ces moments où les enfants sont au bord des larmes et les parents au bord de la crise de nerf. Malheureusement, ce n'était que le début et il y en avait un autre qui suivait derrière. Semblerait-il que la vie calme de parents s'achevait ici et reprendrait lorsque les deux seraient hors de la maison. À cette pensée, le cœur d'Elena se serra. Décidément, elle était encore loin d'être prête à ne serait-ce qu'imaginer vivre sans ses bébés sous son toit. « Moi ça va… Je ne sais pas trop quoi en penser. Je me pose beaucoup de questions et j’ai du mal à la croire… » soupira Elena. Commençait à douter de son enfant à seulement treize ans… Qu’est-ce que cela présageait ? Est-ce que cela voulait dire qu’elle n’arriverait même pas à avoir confiance en Ellie à ses quinze ans ? Et à ses dix-sept ans, comment ce sera ? Tant de questions sans réponses que seul le temps pourra fixer…

Remarquant qu’il tournait le siège, elle se redressa et un sourire prit place sur ses lèvres, voyant bien mieux le visage de Joe, forcément. Elle se laissa alors faire, prenant place sur les genoux de son mari, comme ils en avaient l’habitude. Puis, elle entremêla leurs doigts, le regardant un moment, détaillant son visage bien plus apaisé qu’un peu plus tôt. Son regard dur avait laissé place à un regard beaucoup plus doux, plus calme et elle préférait celui-ci lorsqu’il avait les yeux posés sur elle. Il ne termina pas sa phrase, elle enchaîna aussi vite. « Mon cœur… Tu as bien fait. Tu es un très bon père et Ellie s’en rendra compte en grandissant. » dit-elle d’une petite voix, un peu fatiguée. Pour accompagner ses dires, sa main libre s’était posée sur sa joue et la caressait doucement. « Je comprends tes questions mais si on laisse passer ça, cette entorse à la confiance qu’on lui a donnée, elle fera encore pire. Elle doit comprendre que c’est encore une enfant… » La brune soupira. « Je ne sais pas comment sont les parents de ses amies mais je n’ai pas envie que ces gamins l’entraînent dans cette voie-là. » Joe lui en avait déjà parlé de ces enfants qu’il considérait comme mauvaise fréquentation. Au départ, elle lui avait dit qu’il se faisait certainement des idées, bien trop protecteur envers sa fille chérie mais… Plus le temps passait et plus elle-même constatait un changement flagrant dans le comportement et l’attitude d’Ellie à leur égard.
Ce n’était plus la petite fille adorable qui riait tout le temps et qui faisait des câlins et des bisous à ses parents sans même qu’ils n’aient à demander. Lorsqu’elle rentrait maintenant, elle s’enfermait dans sa chambre, on ne l’entendait plus beaucoup et à table, elle ne parlait que de ses amis et de ce qu’ils faisaient d’extraordinaire à ses yeux. Les gestes d’affection ? Joe et Elena pouvaient oublier. « Si tu fais ça, sois discret parce que je doute qu’elle le prenne bien. » le conseilla la brune. Après tout, l’adolescente leur avait bien dit elle-même qu’elle se sentait épiée et ce même au lycée. Bon, forcément, papa directeur et maman prof, cela ne devait être évident. Pourtant, ils essayaient au maximum de ne pas trop empiéter sa vie privée. Déjà, il était hors de question qu’Elena ait sa fille en cours. Autant pour elle, que pour Ellie, que pour les autres élèves. Ensuite, il n’y avait aucune marque de favoritisme et elle ne bénéficiait d’aucun privilège, à part peut-être de devoir à attendre la fin de journée de sa mère pour rentrer à la maison. Et encore !
« Je sais… Il faut qu’on arrive à gérer ça. L’adolescence pointe le bout de son nez, elle va sûrement nous faire une crise. » Elle rit légèrement, même si elle craignait cette dite crise. « On va la reprendre sur son éducation là. Ce soir je ne l’ai pas reconnu. C’était limite si elle ne nous prenait pas de haut quand-même ! Tu te rends compte ?... À son âge, jamais je n’aurais manqué de respect de telle sorte à ma mère. » finit-elle par répondre. Son père était décédé quelques années avant alors lui n’avait jamais pu se faire une idée de comment sa plus grande fille se comportait. La mère d’Elena avait tenu le rôle des deux parents pour trois enfants et vraiment, la quarantenaire lui portait une admiration sans nom. Elle ne savait pas si elle était capable de faire la même chose. Bien sûr que non, lui rappela sa conscience. Sans Joe, elle serait perdue. Elle ne s’en remettrait d’ailleurs probablement jamais. Perdre ses enfants lui semblait insurmontable et impensable et rarement elle s’imaginait perdre Joe. Elle avait tout fait avec lui après tout, elle le voyait comme immortel, toujours à ses côtés. Mais qu’arriverait-il le jour où elle le perdrait, s’il mourait avant elle ? Elle se forcerait à remonter la pente pour ses enfants mais elle ne serait jamais plus heureuse. Il lui était inconcevable de perdre sa moitié, son tout. S’il mourait, une partie d’elle mourrait définitivement avec. Ces pensées lui donnèrent envie de se rapprocher un peu de lui, comme pour vérifier et s’assurer qu’il était bien là, en vie. Un petit rire s’échappa de ses lèvres, tandis que son bras encerclait sa nuque. « C’était la bonne époque… On avait qu’à se soucier de s’il avait faim ou s’il fallait changer sa couche… Pas d’où elle était, avec qui, si elle nous mentait… » Un long soupir suivit ses dires puis, après avoir posé ses lèvres sur celles de son mari, elle se leva, lâchant ses doigts. « Je suis vraiment exténuée. Tu penses rester ici ? » demanda-t-elle en contournant le bureau alors qu’il tournait son siège en même temps. « Rejoins-moi vite mon amour. Tu me manques déjà. » Un petit sourire en coin, presque niais, étira ses lèvres et elle se dirigea vers la porte, sortant du bureau. Ni une ni deux, elle monta à la chambre, se brossa les dents dans leur salle de bain et enfila une petite nuisette de nuit lui arrivant mi-cuisses puis se faufila sous la grosse couette. Le lit était bien vide sans son homme et il lui tardait qu’il monte. Ses yeux se fermèrent alors, doucement, sa respiration se posa et petit à petit elle sombra presque.


:copyright:️ Justayne

_________________


Elena ScottProud mother of two kids, in love with the most wonderful husband
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyLun 13 Jan - 21:46

Ce soir, leur petit bébé leur montrait qu'il avait grandi. Ellie affrontait ses parents frontalement, sans honte, sans respect et sans craintes, car elle se cherchait. Elle cherchait à savoir qui elle était, et vers quoi elle voulait tendre à devenir. Le rôle de Joe et d'Elena étaient de l'aider à ne pas oublier les valeurs familiales qui leur tenaient à cœur. La confiance, le respect, l'humilité, la sincérité étaient des qualités auxquelles ils tenaient tous les deux. Joe n'imaginait pas une seule seconde que sa propre fille ne puisse pas répondre à ses valeurs. Elena avait raison, Joe partageait son avis. Lui aussi, il ne la reconnaissait pas, lui non plus il ne comprenait pas tout ; mais dans sa carrière, il en avait vu des p'tits cons. Il savait les gérer, il avait suivi des formations pour être plus performant, pour pouvoir les comprendre, être juste, être bienveillant envers eux. Simplement voilà, dès qu'il s'agissait de ses enfants, c'était tout un autre délire. Pourtant, lui et sa femme se soutenaient. Ils ne formaient qu'un seul et unique bloc et c'était tant mieux. Les paroles de sa femme l'apaisèrent, et ses mains vinrent carresser la peau de sa femme, avant qu'il n'attrape ses lèvres pour l'embrasser doucement. « Oui, t'as raison » confirma t-il à propos du changement notoire qu'ils observaient chez leur fille et de ses récents nouveaux amis qui comme par hasard, avaient fait sa rencontre juste avant qu'elle ne commence à changer d'attitude par rapport à eux. « Pourtant, j'ai l'oeil sur elle au lycée, je sais qu'il y a certains gamins qui essaient de la protéger aussi... » soupira t-il, avec ce profond sentiment d'impuissance. « On va devoir serrer la vis, en espérant que ça ne fasse pas tout exploser au contraire » lança t-il alors. Il ne manquerait plus que ça, que leur fille passe à l'étape supérieure par simple esprit de vengeance ou de contradiction. Evoquant les souvenirs du passé, Joe hocha la tête. Dans leur premier logement, après leurs études, après le mariage, avec la petite qui pleurait à chaudes larmes dans ses premières nuits... oui, à l'époque il avait trouvé ça dur, même si c'était une explosion de bonheur. Mais là, il donnerait tout pour retourner à cette vie là. Peut-être que quand Ellie sera réellement adolescente, il priera à nouveau pour revenir à maintenant, qui sait ? Finalement, sa femme lui indiqua qu'elle était fatiguée, et lui demanda s'il allait rester un peu dans son bureau. « J'arrive » lança t-il alors en l'aidant à se remettre debout. Il sourit, suivant du regard sa femme qui quitta la pièce. Il mima un baiser, uniquement avec ses lèvres, avant de se retrouver seul. Là, il tourna à nouveau son siège pour contempler les photos de famille qui se trouvaient face à lui. Ellie tout bébé, sa première photo avec elle, avec Elena, Jacob à sa naissance, leurs vacances, les anniversaires... Ellie semblait être devenue une autre, presque une étrangère. Et ça lui brisait le cœur d'être face à son indifférence la plus totale. Il soupira, longuement, puis quitta son bureau. Il fit le tour de chaque porte, chaque fenêtre, pour tout fermer correctement. Il éteignit les lumières, puis enclencha l'alarme de la maison. Finalement, il grimpa les marches et une fois à l'étage, tendit l'oreille pour vérifier que les enfants dormaient. Il ouvrit légèrement la porte de la chambre de Jacob, qui dormait à poing fermé. Il n'osa pas s'approcher de la porte de sa fille, mais n'entendit aucun bruit, ne vit aucune lumière sous le pas de sa porte. Il commença à retirer sa montre, pénétrant dans sa chambre. Elena était déjà au lit, elle était sur le point de s'endormir. Il passa à la salle de bain, y déposa sa montre, retira ses vêtements pour les mettre dans le panier à linge et se brossa les dents. Finalement, il éteignit la lumière et alla rejoindre sa femme dans le lit, en boxer. Une fois sous la couverture, il éteignit la lampe de chevet et vint passer son bras autour du corps de son épouse, collant son corps au sien. Il embrassa sa nuque, son front, et paisiblement à ses côtés, il ne tarda pas à s'endormir.

Lorsqu'il se réveilla, le jour cherchait déjà à passer à travers les stores de la chambre conjugale. Il grogna, comme à son habitude et papillonna ses cils pour ouvrir doucement ses yeux. Sa main vint frotter ses paupières, tandis qu'il sentit que son épouse se réveillait également à ses côtés. « Bonjour mon amour » lança t-il de sa voix rauque du matin. Il s'approcha d'elle, embrassant sa joue et laissant sa main glisser sur son pyjama de soie. « Tu as bien dormi ? » demanda t-il doucement. Il n'y avait aucun bruit dans la maison, ce qui était encore apaisant. Quand les enfants se réveilleront, ça allait être autre chose, c'était évident. Les lèvres de Joe rencontrèrent la peau dénudée de son épouse, embrassant doucement sa chair à divers endroits. Comme tous les samedis matins, ou presque, Joe avait envie de faire l'amour à sa femme. En semaine, ils ne le pouvaient pas, puisqu'ils se levaient déjà très tôt, qu'ils étaient souvent fatigués ou pressés par le temps et les enfants, mais le week-end, c'était autre chose. Alors il essaya. Sa main glissa sur le ventre de son épouse, tandis que ses lèvres embrassaient doucement sa nuque. Il adorait la réveiller de cette façon, tout en douceur. Il adorait commencer sa journée comme ça, c'était un fait. Il y en a qui adore commencer leur journée en allant courir à 6 heures, lui, c'était de faire l'amour à sa femme. Voilà. Bien évidemment, le corps de Joe montra assez rapidement son excitation, ce qui le fit sourire d'amusement, cherchant à voir si Elena en avait envie également. Leurs rires se firent entendre, étouffés rapidement afin de ne pas réveiller les enfants. Ils n'avaient jamais été surprit en pleine action et Joe espérait sincèrement que ça n'arriverait jamais. Seulement voilà, alors qu'ils étaient clairement en train de se chauffer dans le lit conjugal, une voix se mit à crier, saisissant les deux parents sur l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyMar 14 Jan - 13:18



Midnight, crime time Elena & Joe

Bien qu’elle n’ait pas senti Joe se faufiler auprès d’elle pour dormir mais elle n’eut pas de mal à sentir ses baisers qui la réveillèrent délicatement dès que le jour fut levé. Elle ouvrit les yeux, les plissant un instant pour s’habituer à la lumière et s’étira doucement, souriant à son mari. « Très bien et toi ? » demanda-t-elle, caressant son bras nu qui était sur son ventre. Son regard se posa sur ses tatouages qui avaient ajouté à son charme au fil des années puis, doucement, les lèvres de Joe vinrent se poser sur sa peau : ses épaules, son cou, la naissance de sa poitrine et la brune ne put que sourire un peu plus. Les samedis matin… Qu’est-ce qu’elle les aimait. Retrouver son homme charnellement, comme elle attendait toute la semaine, cela n’avait pas de prix. D’ailleurs, elle comprit bien rapidement que ce dernier était excité. La bosse qu’elle sentait frôler sa cuisse en disait long. Ils étaient comme deux ados qui ne devaient être surpris par leurs parents et riaient, amusés de la situation, bien qu’ils ne pussent faire trop de bruit. La tension montait entre eux, Elena caressant le corps de son mari de ses douces mains, venant titiller son boxer. Les deux savaient à quel point, passé un certain âge, il valait mieux ne pas traîner quand l’excitation était présente. Après tout, des enfants, un travail, un emploi du temps chargé, des choses à gérer continuellement… Il n’y avait plus beaucoup de place pour une libido et une vie sexuelle. Heureusement, les deux avaient trouvé le jour parfait pour se satisfaire et bien souvent, ils y arrivaient aisément : leur désir toujours intact. Ils n’avaient besoin de dire les choses, ils savaient et comprenaient tous les deux ce qui allait se passer.

Elena s’apprêtait à grimper en califourchon sur Joe lorsqu’un crie parvint à leurs oreilles. Elle se laissa alors tomber lourdement près de son homme, un long soupire sortant d’entre ses lèvres. « C’est pas possible... » Après un rapide coup d’œil vers Joe, elle se leva et enfila son peignoir de soie, comme sa nuisette, puis mit ses chaussons à ses pieds. « Je vais voir. » l’informa Elena en ouvrant la porte de chambre légèrement pour passer. Si les enfants étaient devant la porte, il valait mieux qu’ils ne voient pas l’état dans lequel Joe était, son boxer bien visible.

Elle sortit et s’approcha de la chambre de Jacob, puis celle d’Ellie mais aucun des deux n’étaient dans leur lit. Il était encore tôt pourtant. Pourquoi ses enfants ne profitaient pas du week-end pour dormir? Comme tous les autres gosses ? La voix de Jacob l’aida à comprendre qu’ils étaient au rez-de-chaussée et elle descendit doucement les escaliers, sans faire trop de bruit, essayant d’écouter. « ... t’as pas le droit... les parents... » Elena avait du mal à percevoir la voix de Jacob car il ne parlait pas si fort. Entendant du bruit derrière elle, elle se tourna et fit signe de ne faire aucun bruit à Joe qui s’était habillé rapidement. La voix d’Ellie s’éleva alors, d’une voix plus claire et affirmée : « La ferme, Jake. Dis rien au parents. Et arrête de me toucher! » s’énerva l’adolescente. Elena leva les yeux au ciel, de si bon matin Ellie parlait déjà mal. Super. Alors, elle et Joe entreprirent de descendre les marches des escaliers et arriver en bas mais Jacob reprit, de manière plus audible : « S’ils apprennent que t’as fouillé dans leur bureau ils vont être en colère ! J’ai pas envie qu’ils te crient dessus... »

Alors maintenant Ellie transgressait même les règles les plus vieilles et simples de cette maison? Les deux enfants n’avaient jamais discuté sur cette interdiction d’entrer dans le bureau et l’avait toujours suivie à la lettre. Elena avait vraiment du mal à reconnaître sa fille. « Je dois trouver mon téléphone! » s’impatienta-t-elle. Elena lança un regard à son mari et descendit les marches unes à unes. Il s’était déjà assez énervé la veille, elle n’avait pas envie qu’il se torture de nouveau l’esprit dès son réveil.

« Tu m’expliques ce que tu es en train de faire? » demanda Elena, croisant ses bras sur sa poitrine. Jacob tirait le bras de sa soeur pour l’empêcher d’accéder au bureau et Elena en déduit que c’était elle qui avait crié lorsqu’il l’avait attrapé. Ellie se figea et jeta un regard noir à son petit frère, reportant par la suite son attention sur sa mère. « Rien, on jouait juste... c’est bon tu peux me lâcher Jacob. » dit-elle, faussant un rire alors qu’elle tira son bras de l’emprise du petit. « Ne me prend pas pour une idiote, Ellie. » soupira la quarantenaire en avançant d’un pas déterminé jusqu’au bureau. Elle ouvrit la porte et s’assura que rien n’avait changé de place. Heureusement, c’était le cas. Elle referma la porte derrière elle et regarda sa fille qui ne daignait même pas baisser leur regard. « On doit vraiment commencer à fermer cette porte à clé pour s’assurer que tu n’essayes pas d’y entrer, Ellie? On doit vraiment ne plus te faire confiance à ce point? » demanda péniblement Elena à l’adolescente qui venait seulement de baisser la tête. Son regard se posa ensuet que Jacob puis sur Joe qui, elle espérait, réussisse à garder son calme. Elle referma son peignoir, laçant la petite ceinture de soie, reportant son attention sur Ellie.

:copyright:️ Justayne

_________________


Elena ScottProud mother of two kids, in love with the most wonderful husband
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyMar 14 Jan - 13:47

Là, clairement, il avait les boules. Autant au sens propre qu'au sens figuré. Alors que sa femme se levait du lit pour enfiler son peignoir et quitter la chambre, Joe remis la couverture sur lui, passant sa main dans son boxer pour calmer la bête de toute urgence. Il serra les dents, parce que là, il aurait bien aimé pouvoir profiter de sa matinée avec sa femme. Finalement, il jeta la couette et se leva d'un bond, grognant au passage. Il alla chercher un jogging noir en coton qu'il enfila et ne tarda pas à se couvrir le haut du corps avec une veste en coton, noire, ouverte sur son torse et ses tatouages. Pieds nus, il traversa la chambre pour rejoindre sa femme qui était encore dans les marches. Elle lui fit un signe, et il comprit qu'il ne devait pas faire de bruit, mais tendre l'oreille. Finalement, quand les parents entendirent que leur fille cherchait à récupérer son téléphone, dans le bureau de ses parents, Joe sentit la rage l'envahir d'un coup. En fait, il n'en revenait pas. Ellie n'écoutait rien de ce qu'ils disaient, et elle ne prenait rien en considération. Il ne la reconnaissait clairement plus du tout. Il aurait pu s'énerver tout de suite, mais là, il était las. Las de répéter sans cesse les mêmes choses, de jouer ce rôle du père qui gueule, qui crie, face à sa fille qui fait semblant de ne rien comprendre. Alors quand Elena descendit en première, demandant à sa fille ce qu'elle fichait, il la laissa faire. Après quelques secondes, il termina de descendre les marches, d'un pas plutôt tranquille. Si sa fille voulait jouer à ça, cela serait sans lui. Elle le fatiguait. Et là, il n'avait plus la patience. Son discours, elle le connaissait, c'était le même que la veille au soir. Il n'allait pas se répéter. Il jeta un coup d'oeil, assez pour voir Jacob et passa sa main sur ses cheveux en disant « ça va mon grand ? » déposant un baiser sur son crâne. Le petit, étonné de voir que son père ne réagissait pas à la scène, regarda son père la bouche ouverte, un peu désarçonné. « Papa... heu... oui » « viens dans la cuisine, on va préparer le p'tit déj' » lança Joe en quittant le hall pour rejoindre la cuisine, sans même saluer sa fille. Elle le décevait trop, il était à bout, il ne voulait plus perdre son temps. S'il fallait fermer le bureau à clef, alors ils le feraient, il n'y avait pas de souci. En passant devant l'alarme, Joe fit le code pour la désactiver, avant d'entrer dans la cuisine. Jacob suivi son père et fini par dire « on vous a réveillé ? » Joe se tourna pour regarder son fils et sourit légèrement « on va dire ça ouais » tout en s'approchant de la cafétière pour y préparer du café. Il plaça le filtre, la poudre noire (parce qu'il n'était pas fan du café en dosette du tout) et remplit la machine d'eau. Il entendait sa femme et sa fille parler vers l'escalier et il écoutait toujours leur conversation d'une oreille attentive malgré tout. « T'as bien dormi ? » demanda le père à son fils. Après avoir lancé la cafetière, il lança la bouilloire pour sa femme, puis ouvrit le placard pour prendre un bol pour Jacob. « Tu veux manger quoi ce matin ? » « beh... j'sais pas... il reste quoi comme céréales ? » demanda le petit garçon en s'approchant de son père pour ouvrir le placard à son tour et regarder les boites qu'il restait. « Je veux bien celle là » pointa t-il du doigt, trop petit, pour que son père l'attrape. Joe la saisi et invita son fils à s'asseoir à la table. Il lui posa son bol, la boite de céréales, tandis que le gamin prit le lait dans le frigo. « On fait quoi aujourd'hui ? » demanda le petit tandis que Joe avait prit appui sur le plan de travail, attendant que son café coule. « Beh j'sais pas, tu as fini tes devoirs déjà ? » « beh... non, mais je vais les faire dimanche » lança le gamin, tandis qu'il se versait des céréales dans le bol. Joe prit deux tasses, deux cuillères pour lui et sa femme et patienta encore « on peut se faire quelques lancers si tu veux cet après-midi ? » proposa alors son père. Joe était un fan de base-ball, il avait pratiqué ce sport longtemps dans sa jeunesse et il essayait d'entraîner son fils à faire de même, seulement voilà, Jacob lui, n'aimait pas trop le sport, il préférait largement les jeux vidéos. La mine du gamin se fit alors moins souriante, sûrement cherchait-il à évincer le projet de son père. Seulement, avant qu'il n'eut le temps de répondre, Joe entendit quelque chose qui ne lui plu pas du tout. « Reste là » ordonna t-il à son fils en quittant précipitamment la cuisine pour rejoindre sa fille et sa femme entre le bureau et les premières marches « hey, il s'passe quoi ici ? » demanda t-il, cherchant à connaître la raison de ce raffut. Sa femme lui expliqua alors ce qu'il se passait, sa fille chercha à se justifier et rapidement, Joe se plaça devant son épouse, face à sa fille et lui saisi le bras « tu vas trop loin Ellie ! » lança t-il alors, surprit et excédé. Il tira sa fille vers les marches et lança « c'est pas possible d'avoir la paix dans cette maison ? Tu croire que tout tourne autour de toi ? » « Arrête papa ! Lâche-moi ! » cria la gamine. Et vraiment, elle hurlait. Pourtant, il ne serrait pas son poignet, et il ne le tordait pas. Il voulait juste l'entraîner dans l'escalier. « Tu vas écouter ce qu'on te dit Ellie parce que je commence à en avoir vraiment marre de tes conneries, tu nous emmerde à la fin ! » gueula t-il, fou de rage. Il traîna sa fille dans les marches et une fois les premières grimpées, il la laissa et lança « tu files dans ta chambre, t'es pas prête d'en sortir je te le dis tout de suite ! » et là, il ne rigolait plus du tout. Ellie répondait, encore et encore. Mais bien vite, elle entra dans sa chambre folle de rage et claque la porte. Joe lui aussi était énervé à présent. Clairement, le week-end ne s'annonçait pas de tout repos du tout. Il souffla un grand coup, le dos contre le mur, dans les marches. Il croisa le regard d'Elena, et sans un mot, uniquement par son regard, il semblait lui dire « putain mais qu'est-ce qu'on a bien pu faire pour mériter ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyMar 14 Jan - 21:15



Midnight, crime time Elena & Joe

De son côté, cela la décevait de devoir fermer la porte du bureau à clé parce que mademoiselle ne savait pas écouter les ordres et respecter les règles. C’était quand même sidérant, surtout à son âge. Elena ne remarqua même pas Joe et Jacob partir, trop occupée à se prendre la tête avec Ellie, tentant de lui faire comprendre qu’elle faisait n’importe quoi. Mais à peine levée, elle était déjà malpolie. « Non, pas la peine. » marmonna l’adolescente dans sa barbe tandis qu’Elena était restée dos à la porte. « J’espère bien. »

Le dialogue de sourd continua un moment jusqu’à ce qu’Ellie, sans raison particulière, se mette au râler: « Mais vous me faites chier tous les deux! » s’exclama la petite, les dents et les points serrés, laissant sa mère bouche bée le temps d’un instant. Bien vite, Elena se reprit. Pardon? Qu’est-ce qu’elle venait de dire ? Elle ne la reconnaissait absolument pas. « Qu’est-ce que tu viens de dire Ellie Scott ? » Elle s’approchantes d’elle, la pointant du doigt. Elle avait franchi une ligne dans l’irrespect là. Ellie allait répondre mais Joe apparut et elle se figea un peu, tandis qu’Elena prenait la parole : « Figure-toi qu’on fait chier notre fille. C’est bien ça Ellie, c’est bien ce que tu viens de dire? » demanda Elena, ironiquement alors que la petite s’offusquait presque. « Mais non! C’est pas ce que je voulais dire! Ça m’a échappé, je suis désolée... »

Mais il était trop tard. Joe s’en occupa, sous le regard d’Elena qui soupira. Elle en avait déjà ras le bol, le week-end allait être long. Elle les regarda monter les marches et entendit les cris de son mari avant d’échanger un regard, auquel elle répondit par un petit sourire. Elle n’était as plus avancée que lui. Elle se dirigea ensuite vers la cuisine, les traits tirés. Ils prendraient des rides plus rapidement que prévus tous les deux. « Ça va maman? » demanda Jacob, tout en mangeant ses céréales. Elle lui sourit légèrement en acquiesçant, prenant la tasse préparée plus tôt par son cher et tendre. Elle déposa un sachet de thé au citron et versa l’eau que Joe avait mis à chauffé dans la bouilloire. Elle avait de la chance de l’avoir, il était attentionné et connaissait bien ses habitudes. « Il lui arrive quoi à Ellie? » finit-il par demander, lui aussi intrigué par ce comportement. Sa mere haussa doucement les épaules avant de lui ébouriffer les cheveux. « L’adolescence... » répondit Elena, simplement, venant se placer face à lui. « Ne t’en fais pas. Ça va s’arranger. Tu fais quoi cet après-midi toi? » Ce fut à son tour de hausser les épaules, tandis que la brune attendait que les saveurs du sachet se dispersent dans l’eau chaude. « Je sais pas... Papa m’à proposé de faire des lancers avec lui... mais je n’aime pas trop. » Il fit une petite moue, reprenant une cuillère. « Tu sais mon coeur, je pense que ça ferait vraiment plaisir à papa de passer du temps avec toi. Puis, il fait bon aujourd’hui. Profites-en ! » Elle lui frotta doucement l’avant bras, commençant à souffler sur sa boisson. Le petit hocha doucement la tête, sans répondre. Ellie et Joe se ressemblaient beaucoup comme Elena et Jacob. Le petit dernier était souvent plus avec sa mère que son père et Elena comprenait l’envie de Joe de profiter un peu de son fils. Alors qu’elle entendait son mari revenir, elle se leva et alla lui verser son café, reposant la tasse à sa place quand il s’assit. Sa main se posa rapidement sur son dos et elle le caressa, comme un signe de soutien. Ils étaient dans le même bateau après tout.

Jacob observa puis, d’un petite voix, prit la parole : « Au fait papa.. je veux bien faire des lancers avec toi après. Sûrement que Jacob avait compris que l’ambiance était tendue et qu’il pouvait essayer d’apaiser son père en faisant quelque chose qu’il souhaitait. Joe avait toujours aimé le baseball. Elle se souvenait qu’il en faisait d’ailleurs lorsqu’elle l’avait rencontré et il était très bon. Cependant, voilà, Jacob son truc c’était les jeux vidéos. Peut-être qu’en grandissant il se prendrait d’adoration pour un sport au lycée, Elena espérait secrètement. C’était un petit garçon timide mais incroyablement drôle et gentil, elle pensait que cela pouvait l’aider à se faire des amis. Alors, lorsqu’il eut terminé, elle lui sourit, comme pour le remercier de cet effort. Il ne détestait pas mais était loin d’aimer.

« Super ça! » convint-elle, reprenant place auprès de Joe. « Je terminerai mes dernières copies pendant ce temps puis je nettoierai la maison. Ellie pourra m’aider. » annonça Elena, mi amusée, mi agacée. Elle avait plutôt intérêt à lui donner un coup de main après tout. Puis, elle était punie alors c’était encore bien sa dernière activité à faire.

Le samedi, Elena essayait de laver la maison à fond pour toujours la garder propre. Il était indispensable de faire cela une à deux fois par semaine. Parfois le mercredi et le samedi, d’autres seulement le samedi. C’était comme ça que cela marchait.



:copyright:️ Justayne

_________________


Elena ScottProud mother of two kids, in love with the most wonderful husband
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyMer 15 Jan - 14:42

Voir sa fille dans cet état, l'entendre dire de pareils choses et surtout, devoir faire ce qu'il avait fait, Joe le détestait. Ce n'était à ça que l'on pensait quand on ressentait cette envie et ce besoin d'être parent, pourtant, ça faisait partie du job. Le père de famille sourit à sa femme, alors qu'elle regagnait la cuisine, lui sur les talons. Jacob avait tout entendu et lui non plus ne comprenait pas ce qu'il se passait, alors après que la mère de son fils lui ai répondu, Joe renchérit « je t'en supplie Jacob, épargne-nous quand tu auras l'âge d'Ellie » avant de sourire à sa femme tout en la remerciant pour sa tasse. Sentir sa main dans son dos l'apaisait. Il aimait avoir un contact physique avec Elena, mais avec des enfants pareils... en ce moment ça semblait bien difficile. Heureusement ce soir, ils avaient prévu de sortir au restaurant en amoureux, sans les gamins et clairement, il attendait ce moment avec impatience. Sortir de cette maison, échapper aux humeurs de sa plus grande, mais là encore... pourraient-ils vraiment partir sereins ? Déjà, le bureau serait fermé, mais le père de famille se demandait sérieusement s'il n'allait pas appeler une gardienne pour ses enfants ce soir. Il n'avait plus confiance en Ellie et celle-ci allait profiter de la situation, c'était évident. Finalement, le petit fini par dire à son père qu'il était ok pour faire quelques lancers avec lui dans l'après-midi. Là, le visage du père de famille s'illumina. Il tenait sa tasse dans les mains et fini par venir rejoindre son fils à table « super ça, on ira après le déjeuner alors » lança t-il. Il regarda sa femme, qui lui expliquait qu'elle resterait à la maison pour faire le ménage. Il bu sa gorgée de café et lui demanda « t'es sûr ? » parce que ça n'était pas non plus un super programme pour elle de rester ici pour tout nettoyer. « Tu sais qu'on a une fille punie, tu peux t'en servir comme d'une esclave si tu veux ? » plaisanta t-il alors, faisant rire un peu la galerie. En même temps, autant que la punition leur soit un peu utile non ? « D'ailleurs pour ce soir, on ferait peut-être mieux d'appeler une gardienne, non ? » demanda t-il à sa femme. Jacob se redressa et s'exclama « oh non pas une gardienne, on n'est pas des bébés papa ! » Joe regarda son fils et répondit « vu le comportement de ta sœur, j'en doute... » avant de passer sa main dans les cheveux de son fils pour les secouer gentilement. « On pourrait appeler celle de la dernière fois, elle était bien, non ? » demanda t-il à Elena. Joe commença à piocher dans les céréales de son fils, à même le paquet, pour en manger quelques unes, attendant qu'Elena avait le dos tourné bien sûr, parce qu'elle détestait qu'il fasse ça. Il fit un clin d'oeil complice à son fils et puis lança d'un coup « au fait mon amour, tu as vu pour les élections du Maire ? Va falloir qu'on se penche là dessus aussi, ça va venir vite tout ça » soupira t-il. Oui, le maire précédent s'était vu... eclipser de la scène politique après que ses frasques aient été mises en lumière. Désormais, ils devaient élire un nouveau maire. Joe et Elena étaient tous deux impliqués dans la vie de leur ville, et c'était un événement important qui aurait des répercutions sur leur vie à tous les quatre. Il faudrait donc prendre le temps d'y réfléchir sérieusement. « On pourrait passer à la mairie en revenant des courses, non ? » proposa le mari. Oui, car le samedi matin, ils sortaient tous ensemble pour faire les courses pour la semaine. Avoir deux enfants s'avéraient pratique pour porter les sacs, là encore, il fallait bien rentabiliser tous ces coups de gueule, non ? Il sourit et tout en observant son fils finir son petit déjeuner, il lança « si tu veux Jacob, quand les courses seront rangées, on pourra faire une partie de jeux vidéos avant de manger » ce qui bien évidemment, mis son fils en joie. Le petit se leva, vint serrer son père dans ses bras en lui étant reconnaissant. Joe le serra contre lui et le regarda mettre son bol dans l'évier et lancer « je vais m'habiller » laissant ses parents un peu seuls. Joe soupira, et fit signe à sa femme de s'approcher. Il lui prit la main, une fois qu'elle arriva à sa hauteur et la fit tomber sur ses cuisses, la retenant ainsi assise contre lui. Il embrassa le haut de sa poitrine, qui était à sa portée et fini par dire « et ce soir, on sera enfin que tous les deux, sans aucun enfant, sans aucune dispute... juste toi et moi » dit-il tout bas en regardant sa femme dans les yeux. Un sourire vint étirer ses lèvres et il ajouta « putain j'aurai jamais cru qu'un jour cette phrase m'exciterait autant » avant de rire légèrement, enfouissant son visage contre la poitrine de sa femme, comme un adolescent. Le couple resta là, profitant de leur petit-déjeuner désormais tranquille et quand ils eurent fini, il était temps pour eux de se préparer pour aller faire les courses, mais là encore, il allait falloir exiger d'Ellie qu'elle fasse de même et qu'elle les accompagne. Aucune raison qu'elle évite cette corvée celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elena Scott

messages : 20
face + © : joe scott
points : 169
age : 40 ans
♡ status : mariée + mère de deux enfants
work : prof d'histoire à Windmont Bay Campus

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyJeu 16 Jan - 16:49



Midnight, crime time Elena & Joe


Bien évidemment, elle allait se tourner vers Ellie pour recevoir de l'aide. Un peu de discipline ne lui ferait pas de mal, très loin de là."Oui, je suis sûre. Et j'avais déjà pensé à demander à Ellie... Cela lui évitera de trop penser à son téléphone et ne manigancer des plans contre nous."blagua Elena tout en buvant quelques gorgées de son thé. L'idée d'appeler quelqu'un n'était pas mauvaise. Récemment, ils avaient pensé laisser Ellie s'occuper de Jacob, une soirée, pour voir comment cela se passerait.Mais c'était bien avant qu'elle ne devienne ce petit monstre, alors, ce soir... Il valait mieux s'assurer qu'une adulte responsable veille sur eux. Alors, la brune acquiesça vivement. Bien sûr qu'elle acceptait de rappeler la dernière gardienne. C'était une jeune femme totalement adorable et très respectueuse. Bien entendu, ils allaient devoir la débriefer concernant Ellie mais cela ne devrait pas poser de problème majeur. "Oh, oui. Je l'ai beaucoup appréciée, elle était vraiment bien." Jacob paraissait presque plus mature que sa sœur là tout de suite, c'était dingue.

Puis, Joe mentionna les élections du maire et Elena fronça les sourcils, le nez retroussé, tandis qu'elle réfléchissait. Elle avait presque oublié cet événement. Elle soupira, hochant la tête."C'est une très bonne idée. On pourra récupérer les programmes électoraux et y réfléchir à la maison." Son sourire s'étira alors qu'elle se levait pour mettre sa tasse dans le lave-vaisselle, alors que Jacob annonçait qu'il allait s'habiller. "Mets un pull, Jake, il a l'air de faire frais dehors." lui demanda alors Elena avant qu'il ne disparaisse dans les escaliers. La brune s'approcha donc de Joe et sourit, machinalement, se laissant tomber sur lui. Ses propos la firent sourire encore plus. Qu'elle avait hâte, elle aussi, de se retrouver qu'avec son homme le temps d'une soirée. Elle soupira d'aise, sentant ses lèvres sur son corps puis hocha doucement la tête, laissant ses doigts se promener dans ses cheveux. "J'ai cette impression que cela fait une éternité que ce n'est pas arrivé... C'est dingue." lui répondit-elle, amusée. Puis, elle rit à sa dernière remarque. Elle-même ne restait pas indifférente à la simple pensée de le retrouver. Eux qui avaient cette vieille habitude d'être collés ensemble avant, la vie avait bien changé.

Lorsqu'ils eurent terminé leur petit déjeuner, Elena débarrassa et nettoya la table puis monta les marches, se dirigeant jusqu'à la chambre d'Ellie. Elle toqua trois petits coups et ouvrit doucement la porte. Son regard se posa directement sur sa fille, allongée sur son lit, écouteurs dans les oreilles. Cette dernière, remarquant la présence de sa mère, les retira. "Qu'est-ce qu'il y a ?" demanda Ellie. Elle était déjà plus calme et ressemblait bien plus à sa fille, ce qui soulagea Elena. "On va aller faire les courses, tu te prépares?" informa gentiment la brune. L'adolescente hocha la tête silencieusement et se leva difficilement pour piocher quelques vêtements dans son armoire. Elena préféra la laisser seule et imita sa fille, allant chercher une tenue à mettre. Bien rapidement, elle se retrouva sous la douche et l'eau chaude coula le long de son corps nu. Quel plaisir. Elle n'avait pas beaucoup de temps pour rester plus longtemps et sortit au bout de cinq petites minutes, un peu à contre cœur. S'habillant rapidement, elle se prépara puis sortit de la salle de bain qu'elle partageait avec Joe. Une fois à l'escalier, elle ajusta sa montre à son poignet. "Vous êtes prêts les enfants?" cria-t-elle à l'égard des deux une fois qu'elle fut arrivée au pied de l'escalier. Elle croisa Joe et posa sa main sur son torse, souriante. "Calme avec Ellie, ok? On reste zen, on ne la cherche pas avec des remarques ou quoi... Elle semble plus calme alors vaut mieux profiter que de se retaper une crise." lui demanda-t-elle. Elle n'avait vraiment aucune envie de se faire remarquer au magasin. Et puis, dans tous les cas cela n'arriverait pas. Ellie savait très bien quelles étaient les limites de ses parents et leur mettre la honte dans un lieu public par caprices de gamine... Très peu pour eux.

Les deux enfants arrivèrent en même temps et Elena prit les clés de la voiture. "Tu veux conduire?" Elle regarda Joe qui était le seul à qui elle pouvait poser cette question, lui tendant les clés. Il accepta et toute la petite famille prit le chemin de la voiture, rapidement sur la route.


:copyright:️ Justayne

_________________


Elena ScottProud mother of two kids, in love with the most wonderful husband
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joe Scott

messages : 28
face + © : Tom Hardy ©avengedinchains
points : 218
age : 41 ans
♡ status : marié et père de deux enfants
work : directeur du windmont bay campus
home : Pioneer Oak (maison familiale)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : free

midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott EmptyJeu 16 Jan - 19:16

Après que tout le monde se soit habillé, la famille Scott se retrouva prête à partir en voiture. « Absolument » confia Joe à sa femme en attrapant les clefs, tandis que les enfants regagnaient déjà la voiture garée dans l'allée de la maison. Elena ferma la porte et Joe prit le volant. A l'intérieur de la voiture, Jacob discutait sans problème -une vraie pipelette- et Ellie avait ses écouteurs. Elena avait insisté sur le fait, avant de partir, que Joe ne devait pas ajouter de l'huile sur le feu avec la gamine. Il n'y comptait pas. A vrai dire, il était tellement déçu d'elle pour le moment que non, il ne voulait pas vraiment lui adresser la parole. La voiture familiale prit la direction du centre commerciale. Une fois arrivés sur place, Joe lança à ses enfants « vous sortez pas du centre commercial, on se retrouve dans une heure, c'est bon ? » lança t-il, amer du comportement de son aînée. Les enfants acquiescèrent et partir bien vite de leur côté, laissant les deux époux en charge des courses, le cadis en main. Joe suivi sa femme, elle savait exactement quoi acheter. Il poussa la charrette dans les allées, au fur et à mesure que sa femme organisaient les besoins de la famille pour la semaine. Lui, clairement, il n'avait besoin de rien. « Ah si ! J'allais oublier ! Faut que je regarde pour changer le joint dans la cuisine » lança t-il subitement, au cours d'une allée. Depuis quelques jours, l'évier de la cuisine semblait fuir et après observation, il en avait déduit que le joint était en train de lâcher et qu'il fallait qu'il le change avant que la cuisine entière ne soit inondée. Il abandonna donc sa femme en lui déposant un baiser sur la tempe tout en ajoutant « garde ton téléphone avec toi, pour que je te cherche pas pendant trois heures » parce que c'était tout le temps la loose pour se retrouver une fois qu'ils se séparaient dans ce genre d'endroit. Joe traversa donc tout le centre commercial en direction de la partie bricolage pour y chercher ce dont il avait besoin. Une fois dans le rayon, il commença à observer les produits afin de trouver celui qui conviendrait le mieux. Une fois chose faîte, il l'empocha et quitta le rayon pour essayer de rejoindre son épouse. Il sortit son portable et lui envoya un sms « tu es où ? » et en levant les yeux, il trouva Ellie. Elle était à quelques mètres de lui, de dos, dans la partie librairie du centre commercial. Joe l'observa sans rien dire, sans même trop bouger. En fait, ce qui le perturbait, c'était ce gars qui était avec elle. Une espèce de pseudo skatteur, gothique, avec une mèche, qui semblait plus âgé et se prendre pour on-ne-sait-qui. Il ne l'aimait clairement pas. Il n'aimait pas non plus l'attitude de sa fille face à lui, elle semblait totalement perdre ses moyens. Ca lui brisa le cœur, clairement. Mais son portable vibra dans sa main. Elena venait de lui répondre. Il quitta donc cet endroit pour rejoindre son épouse. Après quelques instants, il trouva sa silhouette près de son cadis, face à une femme et... l'amie d'Ellie. La fameuse copine chez qui elle était censé être hier soir pour faire un devoir. Ok. Donc le pauvre gamin avec sa fille, ça devait être le fameux grand frère ? Non ? Il s'approcha, sourit à cette dame et tout en passant sa main dans le bas du dos de sa femme, il déposa le produit qu'il avait choisi plus tot parmi les courses. « Bonjour » lança t-il alors. Il échangea un regard face à l'une des lycéenne de son établissement et très rapidement, comprit que la conversation ne faisait que débuter. « Comment allez vous ? » demanda la mère. « Très bien et vous ? » demanda poliment le père de famille, regardant à la fois la mère et la fille. « Très bien, je vous remercie » et là, subitement, Joe ne pu s'en empêcher « au fait Jessica, c'était comment votre exposé d'histoire hier soir ? Tu sais que vous auriez pu le faire à la maison, on aurait pu vous aider » précisa t-il. Bien évidemment, il avait fait exprès de dire que c'était un exposé d'histoire et non de science, afin de voir si la gamine allait lui mentir, ou protéger son amie. « Ah oui... c'est vrai... on y pensera la prochaine fois Monsieur, merci » répondit la gamine. Ok. Donc il n'y avait pas eu d'exposé en science. Joe hocha la tête, croisa le regard d'Elena et après quelques échanges banals, tout le monde se sépara. Joe se retrouva avec sa femme et il ne pu s'empêcher de dire tout bas « donc elle nous a bien menti » avant de suivre sa femme et le cadis familial. Il fini tout de même par dire « Ellie est avec un espèce de grand dadet à la librairie là, j'supporte que c'est le fils Martins » tout en se grattant le nez. Il avait la moutarde au nez, mais il restait zen. En fait, il n'avait clairement plus envie de se prendre la tête pour le moment, donc il préférait ne rien dire. Il allait encaisser jusqu'à ce que ça explose, au prochain coup de sang de sa fille. Sauf que là, elle profitait de la sortie « courses » pour contourner sa punition et ça ne lui plaisait pas à Joe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




midnight, crime time ft. elena scott Empty
Message· · Sujet: Re: midnight, crime time ft. elena scott midnight, crime time ft. elena scott Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
midnight, crime time ft. elena scott
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] True Crimes [DVDRiP]
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: