hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
No. 1 Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
No. 2 L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
No. 3 season finale, la saison 2 touche à sa fin.
Il est maintenant temps de commencer à clôturer ses sujets
pour démarrer sur de nouvelles bases pour la saison 3. Prenez le
temps de lire ce sujet pour tous les détails.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

Partagez
 

 pronto ! [r]

Aller en bas 

Dillon Carver

messages : 294
name : east side (anna).
face + © : scarlett leithold (av /silverose)
multinicks : eason + have
points : 665
age : twenty five years old
♡ status : homewrecker (L.R plus one)
work : ex professional tennis player turning socialite

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : martha, zachary

pronto ! [r] Empty
Message· · Sujet: pronto ! [r] pronto ! [r] EmptyJeu 23 Jan - 19:15

LACHLAN + DILLON
See the way we ride, in our private lives
Ain't nobody gettin' in between

@lachlan reilly

Bordel de merde.
L’utilisait-il seulement pour flatter son ego de quadra en prise avec une crise existentielle du genre située à 7 sur une échelle de Richter identitaire ? Avait-il besoin de sang frais, de renouveau ? Jouait-elle seulement le rôle de chewing-gum, de tremplin avant rebond plus ‘pertinent ‘? Les mots de son ex coach binaient une grande partie de ses cellules neuronales depuis qu'ils avaient échappé aux démonstrations de tact civiles.
Dillon Jean Carver avait démontré bien trop de sass, bien trop de cette sauvage attitude expertement fignolée  pour  tomber dans la banalité, le  rôle qu’elle n’aurait pas composé d’elle-même. Elle avait beaucoup trop de rock’n’roll dans les veines et un visage symétrique naturellement beau -on lui donnait du ‘easy on the eyes’ et des ‘very stunning’ comme certains s’encombraient de ‘hi’ et de ‘how are you’ - , trop de jeunesse, trop de ceci ou bien cela ; et chaque bravade sous couvert de polissonnerie, ne prévalait rien de plus qu’une ferme intention de donner le change. Elle n’était, depuis plusieurs mois, que la protagoniste d’une chanson d’Taylor Swift – derrière des tons pop se cachait la déprime du terroir, la good ol’ country depression – qu’elle avait parfois la mauvaise idée d’assaisonner de  Pinot grigio comme l’aurait fait une italienne sur les pavés de Naples engoncée dans de la dentelle noire de chez Dolce & Gabbana. Sono una donna forte !
 Elle avait été à terre – mais elle ne l’était plus - , elle appréciait désormais tout ce que le « rise  to fame » impliquait : une abondance de haters ignares, quelques futures belles filles profondément « « inutiles » » (ndlr : principalement portées sur l’invective facile et la bad pub démontrant de la jalousie basique), des contrats négociés non sans prendre le mors aux dents. Rrrr. La campagne pour  Bottega Veneta nécessitait quelques concessions auxquelles son agent avait consenti – oubliant délibérément de l’en informer, préférant largement la déposer délicatement au pied du mur :  - Au fait, Dillon. Je t’ai booké un vol en première pour Vicence demain à huit heure du mat’, de rien.
Bien évidemment, il avait fallu qu’il lui prenne un vol le matin (à quoi bon éviter qu’elle se retrouve avec des valisettes sous les yeux?) , c’était également sans considérer le désastre qui avait eu lieu la dernière fois qu’elle avait fait confiance à un pilote de pacotille pour lui faire traverser seulement trois états (allait-elle donc survivre à la traversée de la moitié du globe?). Et elle était pratiquement persuadée que Lachlan, avec ses lourdes responsabilités (un métier  très prenant, Vika ?, le manoir en plein retapage, son divorce en cours,heu...Vika ?), n’aurait pas été disponible pour une escapade professionnelle squeezée entre deux mastoplexies. Lockie représentait une première pour celle qui s'était habituée à piocher dans les réservoirs à flatliners invétérés - jeunes, extrêmement beaux, cons et ...irresponsables. Dans cette esquisse, il s’avérait que Lachlan avait du répondant, un grain de folie ; il lui rappelait le bourdonnement d’un essaim de frelons, des cavalcades sur des terres boueuses, c’était la paresse d’une nuit en toscane, une course contre la montre dont elle remontait le fil à l’envers.
Elle ne souffrait plus de l’angoisse de séparation, les matinées de solitude froide qu'un café tiède n'arrivait jamais à rendre vivace ; sa vie dès lors était rythmée par les notifs et cette voix qu’un thick accent rendait nettement plus appréciable.
Dans ce quotidien là, la blonde se sentait comme dans du beurre, dans du coton, entre deux bras bien chauds mais il y avait les vibrations contre ses tempes de questionnements dont elle remettait le solutionnement au lendemain. Comme s'il suffisait de tout repousser, d'agiter la main, de dire "à plus tard" - pour que le "plus tard" ne vienne pas lui demander des comptes. Dehors, n'importe qui se serait caillé les miches mais pas Dillon; Dillon , elle, avait revêtu sa plus belle jupette taille haute. Elle était passée en trombe devant le gars qui s'appelait Chuck et qui bossait à la sécurité (en fait, il ne s'appelait pas Chuck et ne bossait pas à la sécurité), devant la poignée de blondes aux lèvres XXL qui attendait patiemment en pianotant sur leurs téléphones cellulaires d'chez Steve Jobs (était-ce bien Jennifer parfaite chevelure Aniston parmi elles ?), devant la secrétaire surprennamment vieille et laide pour le standing surprennamment jeune et beau de la clinique. Tac Tac Tac le bruit de ses cuissardes fixant le ton. Des Giselle de chez Choo offertes par nul autre que son Lockie. - Annule tous tes rendez-vous, trésor. Demain j'vais en Italie. Faut que je passe un max de temps avec toi aujourd'hui. Elle l'attaquait d'un baiser esquissé du bout des lèvres et battait des cils ostensiblement, consciente qu'il s'agissait d'un caprice qu'il pouvait lui refuser.
Parce qu'il était de ceux qui avaient des responsabilités.
Quelle drôle de première pour Dillon.

_________________

I wish I were a girl again, half-savage and hardy, and free
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lachlan Reilly

messages : 545
name : sean
face + © : Ewan McGregor, gajah (ava) (sign)
multinicks : benjamin, zachary, carter, holden, nick
points : 2072
age : 42 y.o (march 31)
♡ status : getting a divorce and in love with lady d.
work : famous plastic surgeon
activities : riding a motorbike, singing, playing the piano, hanging out with the jet set or kids
home : in a big mansion

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

pronto ! [r] Empty
Message· · Sujet: Re: pronto ! [r] pronto ! [r] EmptyDim 26 Jan - 0:25

Ses enfants et son ex-femme ne comprendraient jamais ce qu’il ressentait. Et il ne tentait même pas de leur faire comprendre les lois du cœur. Ils pouvaient le pointer du doigt si le cœur leur en disait. Il s’en fichait. Il était responsable de leur malheur et il en était désolé, mais il n’aurait en définitive pas pu continuer ainsi. Au moment où il avait posé les yeux sur Dillon, il avait su qu’elle signerait sa damnation. Il ne s’agissait pas de sa jeunesse qui le rendait vivant, c’était un sentiment inexplicable. Elle était féroce et à la fois si fragile, la façon qu’elle avait de poser le regard sur lui, de poser ses lèvres sur son corps embrasé par une flamme jamais découverte auparavant définissait une passion qui ne pouvait trouver de mots pour saisir l’importance de ce sentiment. Il se sentait complet, comme s’il ne faisait que survivre auparavant. Il n’avait que faire des rumeurs, des messes basses qui s’arrêtaient à la différence d’âge. Il était chirurgien plastique, tous les jours il recevait des femmes et des hommes qui souhaitaient paraitre intemporels. On ne disait rien à Harrison Ford et Calista Flockhart. D’ailleurs, cette dernière s’était permise de le soutenir en disant qu’il fallait écouter les appels du cœur plutôt que ceux de la raison pour être heureux. Il aurait voulu que ses enfants soient heureux pour lui. Certes, il n’avait probablement pas fait les choses correctement et il le regrettait, mais il ne pouvait pas changer le cours du passé. Les paparazzis avaient devancé toute tentative de sa part s’étant laissé porter par la force de ses sentiments. Pourtant, la situation avait beau être catastrophique pour les Reilly, il ne s’était jamais senti aussi épanoui dans son travail et dans sa situation personnelle. Ca paraissait égoïste, mais au fond il se demandait ce que ses enfants lui reprochaient. S’il avait toujours été un père aimant, il avait été beaucoup absent. Certes leur mère souffrait, mais ils n’auraient probablement pas crié à l’assassin s’il était resté marié à une femme qu’il n’aimait plus. Alors qu’il venait de prendre congé d’un de ses patients qui venait pour un contrôle de sa rhinoplastie, il s’installa sur sa chaise dans son bureau histoire d’avoir le temps de regarder le dossier du prochain patient avant de prendre sa pause déjeuner. C’est à ce moment que Dillon fit irruption dans son bureau nichant inévitablement un sourire sur son visage. Ca ne le dérangeait pas qu’elle passe à l’improviste, elle avait l’art de venir au bon moment. Pourtant, son expression sur le visage fut bientôt changée pour adopter un peu de surprise qui renforçait certaines de ses rides sur le front. « Sérieusement ? Tu vas y faire quoi en Italie ? » Il était surpris qu’elle ne lui en ait pas parlé avant et évidemment, il était totalement incapable d’annuler ses rendez-vous. Il n’était pas médecin urgentiste, sa spécialité n’avait rien d’immédiat et il n’avait donc pas le loisir de fermer son cabinet. Il grimaça alors qu’il posait des yeux désolés sur la silhouette magnifiquement bien sapée de sa petite amie. « Je peux vraiment pas annuler tous mes rendez-vous aujourd’hui, le jour-même ça fait pas très pro… » Il savait que cette réponse ne la satisferait pas. Jetant un coup d’œil au visage de la jeune femme, il l’incita à s’avancer vers lui. « Viens-là. » Il avait envie de la prendre dans ses bras, de convenir d’une solution de rechange, histoire qu’ils puissent effectivement passer du temps ensemble. Consultant son agenda pour le surlendemain, il proposa : « Que dirais-tu que je te rejoigne là-bas après demain ? » Et puis pour ce qui était du reste, il lui promettait de ne pas finir trop tard et de l’emmener dans un resto chic avant de rentrer et la déposer à l’aéroport si besoin.
@Dillon Carver
Spoiler:
 

_________________

☽☽ I'll smile I know what it takes to fool this town, I'll do it till the sun goes down and all through the night time. (sia/ sial)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dillon Carver

messages : 294
name : east side (anna).
face + © : scarlett leithold (av /silverose)
multinicks : eason + have
points : 665
age : twenty five years old
♡ status : homewrecker (L.R plus one)
work : ex professional tennis player turning socialite

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : martha, zachary

pronto ! [r] Empty
Message· · Sujet: Re: pronto ! [r] pronto ! [r] EmptySam 8 Fév - 19:58

LACHLAN + DILLON
See the way we ride, in our private lives
Ain't nobody gettin' in between

@lachlan reilly

Ses paupières battirent tellement vite.
La lourde couche de mascara recouvrant ses longs cils rencontra celle qu’elle avait délicatement appliqué du bout de la brosse sur ceux qui surpiquaient sa paupière inférieure – pour former un conglomérat qui eut bien du mal à se défaire de l’étreinte.
What.the.hell. (?)
Sonnée, la jeune femme observa une entière minute de silence, absorbée par le discours tenu par son compagnon ; existait-il une dimension où il aurait été possible de lui refuser une requête ? Lachlan Reilly, well versed in etiquette ? Dillon Carver faisant trempette dans le plus pur oblivion ? Il y avait des soldes surprises chez Sack’s ou quoi ? (personne n’avait eu l’idée de la prévenir?).  Pas une seule seconde elle n’avait envisagé l’alternative où le quarantenaire lui aurait servi du ‘’Je peux vraiment pas annuler (on s’en fout du reste) ça fait pas très pro’’ en n’employant pas le ton de la blague. - Un shooting photo – duh. Quoi donc serait-elle allée faire en Italie ? S’y goinfrer de pizza ? Elle prit sur elle, cette envie féroce de quitter la pièce , d’un hair flip témoigner son mécontentement.
A son grand dam, elle se vit avancer vers lui, joindre les mains derrière sa  nuque , docile, couvant pourtant les prémices d’une tempête intérieure qu’elle ne déchaînerait que si les pas du mâle se révélaient hasardeux (esquissés, avant toute chose, dans la mauvaise direction. La mauvaise direction étant celle qui n’était pas la sienne ; le fleuve avait été quasiment tranquille jusque là). Il avait du boulot, pour l’heure. Il en avait toujours. Elle ne pouvait pas se plaindre d’avoir quelqu’un dans sa vie : suffisamment mature et responsable pour conserver son job et ne pas la suivre dans toutes ses lubies. Cependant, n’y avait-il dans cette réponse décevante pas de quoi lui tenir la dragée haute durant les jours qui suivraient ? Il lui avait proposé une alternative, elle avait envie d’hausser une épaule. Lachlan l’avait pourri gâté, les quelques mois en sa compagnie l’avaient transformé en nightmare ambulant, en diva. Elle était mariah carey, elle était madonna, elle était devenue le stéréotype des blondes pimpées qui courraient les castings, l’une de ces videogirls qui portaient des sigles sur des sigles et arboraient des veneers étincelantes. - Non, souffla-t-elle, déposant un baiser sur le nez de Lachlan avant de se défaire de son étreinte pour se planter sur l’accoudoir du siège de l’autre côté du bureau.  J’y vais pour taffer ; tu risquerais de me distraire, ça ne ferait pas très pro – ajouta-t-elle, lui rendant la monnaie de sa pièce, tout aussi promptement. Elle avait conscience qu’elle passait pour une peste puérile.
Pour sa défense, elle n’avait compté jusque là qu’une seule relation sérieuse. Cody Calderas, acteur à peine crédible du pendant moins receleur de songes du big four, qu’elle avait longtemps désigné par le nom de code Fake Boyfriend (parce qu’il s’agissait d’un grand coup RP mis en place par son agent), autant dire qu’elle était novice dans le domaine. Et qu’elle avait presque tout à apprendre. Parfois, l'ex joueuse se demandait s'il n'allait pas finir par se lasser d'elle; rechercher la stabilité émotionnelle qu'il pouvait avoir auprès de son ex femme: quelqu'un de son age, avec des responsabilités, qui n'était pas susceptible de prendre le prochain vol pour une ville d'Italie sans même lui en avoir touché mot. Vika avait peut-être raison; n'était-elle que de passage ? La crainte remonta jusque dans son estomac , elle en sentit le poids, comme un caillou de la taille d'un poing qui aurait atterri là, vibrant contre les parois. Elle avait retiré  sa veste, découvrant la superbe blouse en soie blanche à découpes de chez Chloé, coincée sous la taille de sa jupette; épaules dénudées et moue captieuse, elle aurait été l'incarnation d'un interdit. The girl your mom warned you about.Ou dans son cas précis, celle contre qui sa propre fille l'avait mise en garde. - Alors je suppose qu'on se verra dans une semaine ? Je trouverais bien quelque chose à faire de ma journée et de toutes celles qui suivront. C'était un caprice, il lui en devait bien un, au moins, pour tous ceux contre lesquels il n'avait pas capitulé.

Spoiler:
 

_________________

I wish I were a girl again, half-savage and hardy, and free
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




pronto ! [r] Empty
Message· · Sujet: Re: pronto ! [r] pronto ! [r] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
pronto ! [r]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: