hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Joyeux anniversaire FS ! Et oui, deux ans déjà. Pour les célébrer comme
il se doit, nous lançons la season 3. Ce nouveau chapitre
s'accompagne d'un nouveau design et quelques nouveautés !
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-23%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 watts – 12000 BTU)
499.99 € 649.99 €
Voir le deal

 

 I ain't never gonna shut you out


F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World
Aller en bas 

Ezra Riain

messages : 438
name : maryne (all souls)
face + © : cillian murphy ; @cowboy (av), @oldmoney
multinicks : madd, riley & gaby
points : 1444
age (birth) : thirty eight
♡ status : widower
work : singing in pubs and playing guitar / former American Idol's contestant
home : moving in with sweet welsh aneurin, on bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | aneurin, citra, penelope, jacob & maya

I ain't never gonna shut you out Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· I ain't never gonna shut you out · Sam 7 Mar - 23:45



YOU'RE EVERYTHING I NEED & MORE
IT'S WRITTEN AL OVER YOUR FACE
BABY, I CAN FEEL YOUR HALO
PRAY IT WON'T FADE AWAY


@Charlie Wolfe

Déjà trente minutes que l’irlandais était sur scène, à gratter sa guitare, les lippes à proximité du micro, à chanter de sa voix éraillée qui semblait toutes les faire chavirer. Elles étaient toutes au rendez-vous. Plus ou moins jeunes, blondes, brunes, rousses… Déjà éméchées ou complètement sobres, à chanter par-dessus sa voix, les yeux en cœur. C’était plaisant, mais pas suffisant. Elles étaient toutes là, sauf une. Charlie. La seule qu’il voulait vraiment. Le seul ange blond qu’il aurait aimé voir dans cette assemblée. Il les aurait toutes échangés, juste pour elle. Il sait qu’il devrait pas, qu’il ferait bien de penser à autre chose, à quelqu’un d’autre. Sans doute à une femme de son âge, ou peut-être même à personne. Comme ça, pas de risque de les contaminer avec sa morosité.
Les reprises s’enchainent, les cœurs s’attachent. Hold On qu’il joue, la voix qui s’élève encore. Les mains tremblent, les yeux brillent. Cette chanson lui parle, beaucoup trop. Impossible de simplement l’interpréter, il la vit à chaque fois… Et il sait que c’est que son public réclame. C’est qu’ils voulaient tous sur ce foutu télécrochet.
Accusing, denying, I can’t imagine a world with you gone.
The joy and the chaos, the demons we’re made of. I’d be so lost if you left me alone.

Il gratte sa guitare, le regard qui se fixe dans le vide, personne en particulier. Une tête puis une autre. Tous les intégrer, et pourtant personne d’inclus. Cette chanson, d’une certaine façon, c’est Siobhan, ce qu’il a ressenti, ce qu’il a regretté. C’est c qu’il a hurlé pendant des mois, pendant des années. Ça commence doucement à s’atténuer. A peine. Il a voulu la retrouver, toujours cru au cauchemar plus qu’à une réalité dégueulasse. Can your hear me screaming ‘please don’t leave me’. Hold on, I still want you, come back i still need you. La douleur toujours là, les sentiments toujours présents. Ils disparaitront jamais, se transformeront sans doute un peu.

Parce qu’il y a cette blonde, qui vient d’arriver. Ce visage angélique qui vient se présenter, juste devant la scène, devant quelques autres filles. Arrivée discrète, sauf pour lui. Il pourrait la repérer dans n’importe quelle foule, se perdre dans ses yeux bleus au milieu de cinquante mille autres. Elle était là, elle était venue malgré ce qu’elle lui avait dit. Elle avait fait le chemin jusqu’ici pour le voir jouer. Merde que ça lui manquait de chanter avec elle. D’avoir sa voix mélangée à la sienne, une union parfaite.
Et c’est le moment de faire un autre morceau. Il s’excuse un bref instant, prend une gorgée de cette pinte de bière que le patron lui a généreusement offerte. « hm celle là, c’est pour une personne très particulière » il faisait rarement ce genre d’annonce. Il y avait toujours quelqu’un de particulier, mais ce soir, il voulait que charlie sache que c’était encore une fois pour elle.
remember those walls I built. Well, babe, they’re tumbling down and they didn’t even put up a fight. They didn’t even make a sound. I found a way to let you win but i never really had a doubt standing in the ligth of your halo, I got my angel now.


_________________


--- Hey, hey, my, my
Out of the blue and into the black. Once you're gone you can't come back. when you're out of the blue and into the black. The king is gone but he's not forgotten
Invité
Invité

Anonymous


I ain't never gonna shut you out Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I ain't never gonna shut you out · Mer 11 Mar - 18:25
C’est avec le cœur noué que Charlie toise son reflet dans le rétroviseur. L’image renvoyée ne correspond pas vraiment à ses attentes, c’est pourquoi l’ange s’empresse de rehausser ses lèvres pulpeuses d’un rouge couture. Son parti pris demeurait la discrétion, la pondération et pourtant … son foutu cœur ne cesse de vouloir lui plaire. De vouloir tatouer son esprit à l’encre indélébile. Quitte à même lui ôter quelques mots, le priver d’un refrain … Car c’est ce qu’elle espère, au fond … en débarquant à l’improviste dans ce bar populaire de Portland. Qu’en découvrant sa présence, le myocarde de l’irlandais loupe un battement. A cette simple pensée, sa bouche s’étire en un sourire mutin - et à ce même instant, Wolfe se moquerait presque d’être reconnue. ‘Everybody wants to rule the world’. Le chauffeur de taxi siffle à tue-tête et l’oiseau serait tenté d’y mêler son grain de voix si particulier. Tears for fears - un choix délicieux qui confirme son goût certain pour la musique old school. Cette mélodie lui donne l’énergie nécessaire pour ouvrir la portière et se mettre sur pieds. Frêle sur ses escarpins, vêtue d’un jean et d’un tee-shirt blanc, c’est dans toute sa splendeur que Charlie se révèle à son chauffeur mélomane. L’ange règle sa course et tourne rapidement les talons afin de se diriger vers le bar. Ses rétines se posent sur le parking et sur l’impressionnant nombre de véhicules stationnés. Le succès d’Ezra ne cesse de croître et cela ne l’étonne guère. C’est ô combien mérité. Le talent de l’irlandais est certain, percutant, à fleur de peau. Ses notes s’échappent de la porte, laissée ouverte, et la jolie blonde reconnait sans mal la mélopée de ‘Hold On’. Un morceau qu’il ne cessait de jouer à New-York et qui l’a réellement fait percer auprès de son public. Aujourd’hui, cette chanson résonne comme une évidence et les applaudissements de ses fans viennent le remercier pour ce cadeau. Le souffle court, Charlie s’avance dans la pièce, bondée. Tous les regards sont rivés sur l’homme qui domine la scène. Et c’est tant mieux. Personne ne remarque sa présence, si ce n’est un homme, accoudé au bar, un verre de whisky entre les doigts. La main de la nymphe glisse dans sa chevelure et c’est non sans mal, qu’elle entame sa croisade jusqu’à Ezra. Chacun de ses pas lui presse un peu plus le myocarde et ses yeux, en pauvres pénitents, s’accrochent ardemment au visage du musicien. La môme cherche à capter son regard mais l’artiste vit et sublime la partition. Jusqu’à cet instant.
Hors du temps en réalité. Le corps de Charlie se fige, les œillades se percutent et ça, ça la fracasse, la gamine. Mille pensées vont et viennent dans son esprit. Des questions aussi. Et toujours cette putain d’incertitude qui lui ronge le cerveau. Elle feint un sourire … qu’il lui rend. La mélodie prend fin et le public acclame. Tirée de cette douce léthargie, Wolfe accuse le coup lorsqu’une trentenaire hurle le prénom de l’irlandais. Et pour cause, la brune ne peut s’empêcher de lui envoyer un baiser de ses doigts manucurés. Les poings de la naïade se serrent sans qu’elle ne l’autorise. Le cœur parle pour elle. Sur la scène, victime de la puissance des projecteurs, Ezra prend quelques instants pour se rafraîchir avant d’entamer une nouvelle ritournelle. Ses doigts grattent les cordes. ‘Halo’. Nouveau coup de massue qui manque de la faire vaciller. Surtout lorsqu’il exprime, à demi-mots, que ce morceau lui est dédié. Bien sûr … Cette reprise leur a été imposée lors d’un prime. Leur deuxième duo … Depuis cet instant, le public s’était imaginé une possible idylle entre les deux artistes. Les rumeurs s’étaient propagées et les deux insolents en avaient clairement joué. L’étau se resserre sur la jolie blonde à mesure que le regard d’Ezra la détaille. Deuxième sourire qui illumine son visage avant de s’effacer brusquement. L’irlandais n’est plus, dissimulé par la silhouette de la brunette aux ongles de sorcière. « On s’connait non ? » Prise de panique, Charlie baisse la tête et tente de s’effacer derrière une mèche blonde. Merde … « Non, je ne crois pas, navrée. » Affolée, elle cherche une échappatoire avant de disparaître subitement dans la foule.


Dernière édition par Charlie Wolfe le Sam 11 Avr - 17:35, édité 1 fois

Ezra Riain

messages : 438
name : maryne (all souls)
face + © : cillian murphy ; @cowboy (av), @oldmoney
multinicks : madd, riley & gaby
points : 1444
age (birth) : thirty eight
♡ status : widower
work : singing in pubs and playing guitar / former American Idol's contestant
home : moving in with sweet welsh aneurin, on bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | aneurin, citra, penelope, jacob & maya

I ain't never gonna shut you out Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I ain't never gonna shut you out · Mar 17 Mar - 12:26
Elle est venue, Charlie. La blonde ne pouvait pas lui faire plus belle surprise. Il ne s’attendait vraiment pas à la voir, pensant que son boulot l’aurait crevé et qu’elle aurait fini par aller se coucher ensuite. Mais non, elle était bien là, en chair et en os, resplendissante. Il ne faut pas longtemps pour que leurs azurées se trouvent et se verrouillent. Impossible de regarder ailleurs ou de faire semblant d’avoir son attention qui vaque de fan en fan. Il n’y a plus que Charlie, malgré la salle bondée. Il n’y a plus que Charlie au milieu de toutes ces femmes pourtant jolies. Il y en aurait sans doute certaines de sublimes, et probablement plus dans ses âges. Mais il n’y avait rien à faire. C’était elle, son ange. Elle qui retenait son attention dans une salle pleine à craquer.
Ça ne le fait pourtant pas dévier de sa mélodie. C’est qu’il avait de l’entrainement avec l’émission et les heures de répétition. Il en avait eu des bugs dans les notes et les accords à force de se perdre dans son regard. Maintenant, c’était comme une douce habitue. Oh elle avait toujours son effet, mais il avait réussi à assez prendre le dessus pour ne plus s’emmêler les pinceaux. Désormais, c’était comme une symphonie qu’il connaissait par cœur, une douce hypnose qui l’aidait à continuer la partition.

Le charme opère jusqu’à ce que son visage angélique ne soit dissimulé par une brunette qui se place devant elle. Plus rien. Plus de Charlie, jusqu’à ce qu’il ne les voit échanger quelques mots. Il n’avait pas besoin d’être à côté pour remarquer la panique de la blonde qui se noie dans la foule en un rien de temps. L’envie le prend aux tripes, celle de tout lâcher et de descendre de la scène pour aller la rattraper. Mais non. Il doit continuer. Il doit être professionnel et continuer d’offrir ce pourquoi ils ont payé.
Et c’est seulement lorsqu’il gratte la dernière note qu’il prétexte un entracte et une envie de faire le plein. Surtout une excuse pour retrouver Charlie et lui redonner le sourire. Alors une fois la guitare posée, il dévale les marches et offre quelques sourires. Des poignées de main et des remerciements timides en se frayant un chemin dans la foule. Quelques femmes qui veulent l’arrêter, et il repère la môme un peu plus loin dans la foule. Sans un mot, il lui attrape la main, se fraye un chemin à l’opposé pour rejoindre ce qui aurait été le couloir pour les backstages. Une fois à l’abri des regards, il lache sa main pour mieux la prendre dans ses bras. La tête dans le creux de son cou, il inspire profondément, plus si certain que ça soit lui qui lui apporte du réconfort, et non l’inverse. Ses mains qui se fixent dans son dos, la caressant doucement avant que l’une d’elle ne se pose sur sa nuque. Ezra recule doucement la tête, pose un baiser sur sa joue, à seulement quelques millimètres de la commissure de ses lèvres. Le geste est trop lent, trop long pour qu’il ne soit innocent et ne signifie qu’un simple bonjour. « J’suis content que tu sois là » qu’il murmure contre sa peau avant de reculer doucement la tête, non sans laisser l’une de ses mains sur sa joue, toujours possessif dans ses gestes. « qu’est-ce qu’il s’est passé là bas ? »



_________________


--- Hey, hey, my, my
Out of the blue and into the black. Once you're gone you can't come back. when you're out of the blue and into the black. The king is gone but he's not forgotten
Invité
Invité

Anonymous


I ain't never gonna shut you out Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I ain't never gonna shut you out · Mar 17 Mar - 23:39
La môme, elle a le cœur au bord des lèvres. Partagée entre l’envie de sourire bêtement lorsqu’il lui dédicace son morceau et celui de se cacher, de peur d’être reconnue et sûrement huée. Lasse à l’idée de vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus du crâne, Charlie prend tout de même la décision de savourer l’instant présent. Le regard électrique d’Ezra et sa voix suave finissent par la convaincre. Il est vrai qu’il lui est difficile de lui résister. Son magnétisme la prive de ses ailes et de tous ses chants. Alors, elle se retrouve là Charlie, seule au milieu de cette foule attentive mais agitée. Les silhouettes tanguent, les couples s’enlacent sous la puissance des mots portés par l’irlandais. Un sourire habille ses lèvres maquillées alors que ses opales détaillent chacun de ses faits et gestes – ses doigts caressant les cordes, cette stature si lascive et pourtant savamment maîtrisée. Ezra est un véritable showman et il donne à son public une prestation à la hauteur de ses espérances. Sublimé par la lumière des projecteurs, Wolfe se prend dans les mailles de son filet. Le charme opère - bien qu’elle ait été conquise dès lors qu’il a posé les yeux sur elle, à New-York, dans ce foutu studio. Ses mains se nouent, sous l’émotion qui s’empare de son corps frêle. Yeux dans les yeux, Riain pourrait lire en elle comme dans un livre ouvert et cette sensation lui procure un apaisement soudain. 'I got my angel now'. Charlie, elle se mord la lèvre avant d’être rabrouée par une cliente du bar. Le visage de l’artiste absente de son viseur, l’ange panique. La situation est grotesque mais martyrisée par ses démons, elle s’échappe des griffes de la trentenaire et fend la foule. Son cœur se serre dans sa poitrine et le poids de celui-ci l’empêcherait presque de se volatiliser de ce putain d’endroit. Sa respiration s’accélère, quelques clients s’écartent à son passage mais elle trouve néanmoins la porte de sortie. Paumes ouvertes sur le battant en bois, Charlie stoppe sa course. C’est assez … Elle n’a pas fait tout ce chemin pour disparaître au bout de quelques infimes instants de présence. Et ce n’est pas une vulgaire garce qui la privera de son oiseau chanteur. L’air lui manque, mais le désir qu’elle ressent pour le musicien l’emporte. La môme fait volte-face, avant de se retrouver nez à nez avec l’objet de toutes ses convoitises. Dans son affolement, Charlie n’avait même pas réalisé qu’il avait imposé un entracte. Et voilà qu’il se trouvait face à elle, s’emparant de sa main tremblante pour la conduire prestement à l’autre bout de la pièce, dans un endroit un peu plus intime et isolé. « Ezra … » qu’elle murmure – mais l’audace de l’artiste est telle qu’il la coupe dans son élan. Les corps se percutent en une embrassade sincère. La chaleur que dégage son corps est salvatrice, tout comme cette odeur de musc mêlée aux effluves de whisky. Charlie, elle l’enserre davantage, désireuse de sa peau. Il a cette manière de la rassurer, de l’enfermer dans ce cocon formé par ses bras puissants. La promiscuité est délicieuse et celle-ci en devient divine lorsqu’il dépose ses lèvres à la naissance des siennes. Son palpitant loupe un battement, puis un deuxième. « Je ne suis pourtant pas très douée pour les surprises. » Ezra s’écarte avant de s’assurer plus sérieusement de son état. Sa crise de panique n’était visiblement pas passée inaperçue. « J’ai crû avoir été reconnue. J’ai pas su quoi répondre … J’ai encore du mal à gérer … tout ça. » Ses traits s’assombrissent et sans en demander la permission, la biche vient se réfugier contre le corps de son interlocuteur. Un peu de chaleur, encore. « Embrasse-moi … » Qu’il l’a ranime.  

Ezra Riain

messages : 438
name : maryne (all souls)
face + © : cillian murphy ; @cowboy (av), @oldmoney
multinicks : madd, riley & gaby
points : 1444
age (birth) : thirty eight
♡ status : widower
work : singing in pubs and playing guitar / former American Idol's contestant
home : moving in with sweet welsh aneurin, on bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | aneurin, citra, penelope, jacob & maya

I ain't never gonna shut you out Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I ain't never gonna shut you out · Jeu 19 Mar - 16:52
Il ne s’attendait pas à ce qu’elle vienne jusque-là, Charlie. Qu’elle se tape tout le chemin depuis Windmont Bay. Encore moins après avoir bossé. Alors lorsqu’il la voit disparaitre dans la foule, probablement à cause des mots échangés avec la brune qui se trouvait à proximité, ça l’irrite. Il se demande de quoi ça retourne, même s’il se doute que ça a un rapport avec… tout ça.
Il se doit d’être professionnel, de finir le morceau sans fausse note. Sans précipitation. Alors que la seule chose qu’il veuille vraiment, c’est sauter de cette foutue scène pour lui courir après. Au lieu de ça, il finit cette chanson qui lui était destinée et dont elle aurait dû pleinement profiter. C’était pas la première fois qu’ils se passaient des messages –parfois à peine assumés- dans les reprises qu’ils faisaient. C’était sans doute là où ils étaient les meilleurs pour s’exprimer.
Et le soulagement. La dernière note. Il descend sans doute trop rapidement, mais prend quand même le temps de serrer quelques mains avant de la retrouver. Il l’embarque directement plus loin, à l’abri des regards, pas envie de la voir se barrer à cause des curieux.

Il l’enlace dès qu’ils sont isolés, avec ce besoin de l’avoir entre ses bras, pour s’assurer de sa présence, et surtout ne pas la voir s’en aller. Il veut juste qu’elle se sente bien, ou mieux. « Celle-là est réussie, crois-moi » Il s’écarte légèrement mais ne rompt pas le contact physique, il en est incapable. Il voulait être certain qu’elle allait bien. En tout cas autant que possible. Et ça n’avait pas eu l’air d’être le cas quand il l’avait aperçu dans la foule, quelques secondes avant qu’elle ne disparaisse. Elle lui avait fait la surprise de se libérer, il ne la laisserait pas se volatiliser et voir la soirée couper court. « hey hey, t’en fais pas. Ça va aller. Il faut du temps » ses deux mains de chaque côté de son visage, en remettant quelques mèches blondes en place avant qu’elle ne vienne se réfugier contre lui. Il en a le souffle coupé pendant quelques instants, surpris du geste si soudain, mais certainement pas contre. Au contraire, il l’enlace un peu plus. Et les mots de charlie le figent. Un instant, il pense avoir mal entendu ou être victime d’hallucinations. « Quoi ? » qu’il dit malgré lui, en l’écartant légèrement pour mieux capter son regard. Est-ce qu’il avait bien entendu ? Au regard de la môme, il ne se trompait pas. Plus qu’un baiser, elle souhaitait un nouveau souffle. « Charlie, je … » je quoi ? sa main se glisse déjà contre sa joue, et la deuxième, un peu plus subitement, presque au même moment que son visage se rapproche, scellant ses lèvres à celle de son ange, presque trop sauvagement.  Elle recule, il avance, prolonge ce baiser, se délecte de ses lippes qu’il mourrait d’embrasser. Il a plus besoin de ce contact que d’oxygène. Il s’adoucit, s’attendrit. Ça se transformerait presque en caresse, et l’une de ses mains descend dans le creux de ses reins, la collant un peu plus contre lui. Ezra a déjà oublié où il se trouvait. Il a oublié qu’un technicienne pouvait débarquer, ou même un client paumé. Y’a plus que Charlie et le délice de ses lippes.
Son front posé contre le sien, l’irlandais tente de reprendre son souffle mais vient lui voler un autre baiser. « J’suis pas certain que c’était la chose la plus raisonnable à faire » Pourtant, il s’empare une nouvelle fois de son visage et de ses lèvres. Au fond de lui, il le sait, elles sont siennes. Le baiser plus langoureux, moins brusque, moins avide –bien qu’il la désire toujours autant, il se contrôle un peu plus. A peine. Putain de drogue qu’elle est devenue, Wolfe.


_________________


--- Hey, hey, my, my
Out of the blue and into the black. Once you're gone you can't come back. when you're out of the blue and into the black. The king is gone but he's not forgotten
Invité
Invité

Anonymous


I ain't never gonna shut you out Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I ain't never gonna shut you out · Sam 11 Avr - 19:21
Ezra la tire de cette salle bondée et de ces yeux interrogateurs qui se portent sur eux dès lors qu’ils fendent la foule avec précipitation. La môme, elle entend des murmures sur son passage. Qui donc aurait l’audace de les priver de la star de la soirée ? S’ils savaient … Les commérages iraient bon train et au petit matin, leurs prénoms apparaîtraient sur le web et dans les rubriques people. Une toute petite étincelle serait capable de ranimer l’enfer qu’elle a vécu ces derniers mois. Aussi, lorsque son épaule se fracasse contre le torse d’un cinquantenaire, c’est tête baissée que Charlie s’excuse platement. Dissimulée sous ses mèches blondes, elle se laisse guider par l’artiste jusqu’à un couloir désert. Son corps se décontracte et l’ange respire à nouveau. Non sans laisser traîner ses opales, elle accueille l’embrassade de l’irlandais avec grand bonheur. Celui-ci lui confesse sa joie et un immense sourire illumine son visage de poupée. Mais le sujet se noircit lorsqu’il en vient à lui parler de son état, encore frêle. « Je sais, mais je suis fatiguée de vivre avec ça. J’en ai marre de subir ces crises d’angoisses, de toujours avoir à sortir avec cette boule au ventre. J’aimerais que ça s’arrête … J’ai le sentiment de ne plus être celle que tu as connu à New-York et j’en peux plus Ezra … » Sa langue se délie et les mots pleuvent. Elle se livre Charlie, parce qu’elle sait pertinemment qu’elle trouvera du réconfort dans le creux de ses bras. Elle le sait sincère, bienveillant. Et bien trop souvent à la merci de ses fans, également. Sa fièvre s’apaise et c’est avec fermeté que la naïade part à l’assaut de sa peau. Tout contre lui, l’air se veut plus pur et pourtant, ce n’est pas assez. Alors elle réclame Charlie. Elle réclame l’impensable, l’interdit.
Doux paradoxe que la starlette exige. Et pourtant … Consciente de ses bienfaits, elle implore doucement ce qu’elle a longuement imaginé. Peu importe qu’on puisse les surprendre, la môme est à dix mille lieues de cela. Paradoxe, ouais. Mais Charlie, elle veut juste s’assurer qu’elle n’est pas complètement brisée. Qu’il lui reste, quelque part, cette espièglerie qui la caractérisait tant, autrefois. Et ça, seul Ezra en a le pouvoir. Alors oui, qu’il l’embrasse, timidement, ardemment, sauvagement, fougueusement. Qu’il la libère de ses craintes, de ses doutes et de cette putain d’emprise que le monde a sur elle. L’artiste ne semble pas saisir et surprit par sa requête, il balbutie. « S’il te plaît … » Et son regard fait le reste. Tendre prière qu’elle lui lance. La main d’Ezra retrouve son visage avant que ses lèvres ne percutent les siennes avec fougue. La gamine soupire, sourit contre sa bouche alors qu’un peu plus bas, dans son corps, son cœur implose. Ses doigts enserrent l’encolure de son tee-shirt blanc et c’est avec violence qu’elle l’amène un peu plus vers elle. Qu’il la dévore s’il le souhaite. Leurs deux corps se percutent et dans leur frénésie, les lèvres des amants se séparent pour mieux se retrouver. Deuxième baiser, plus lascif cette fois … Nouvelle bouffée d’oxygène qu’il lui offre sur un plateau d’argent. Tout contre son visage, Charlie s’abandonne. « J’en ai rien à faire si tu savais … » L’irlandais vaut bien plus que la médisance des jaloux. Troisième baiser et c’est une douce chaleur qui s’empare de ses reins. L’oiseau le tire un peu plus vers elle et ses doigts glissent sous le tissu. Ses ongles tatouent la peau de son ventre en une partition des plus délicieuses. « Tu m’as tellement manqué … » Qu’elle murmure. « T’as pas idée. » 

Ezra Riain

messages : 438
name : maryne (all souls)
face + © : cillian murphy ; @cowboy (av), @oldmoney
multinicks : madd, riley & gaby
points : 1444
age (birth) : thirty eight
♡ status : widower
work : singing in pubs and playing guitar / former American Idol's contestant
home : moving in with sweet welsh aneurin, on bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | aneurin, citra, penelope, jacob & maya

I ain't never gonna shut you out Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I ain't never gonna shut you out · Mer 15 Avr - 18:15
Dès qu’il y avait Charlie à proximité, Ezra avait ce besoin de viscéral de l’éloigner de tout le monde et de l’avoir que pour lui. Un moyen aussi de vouloir la protéger de la moindre nuisance que les autres et leurs regards pouvaient apporter. S’il savait que Charlie n’était pas un oisillon fragile, il n’en restait pas moins qu’il voulait qu’elle se sente au mieux, peu importe où ils étaient. Alors c’est volontiers qu’il l’accueille dans ses bras, en espérant qu’elle s’y sente au mieux. L’irlandais n’avait jamais été un grand fan des bains de foule, mais depuis l’émission il savait que pour la jeune Wolfe, c’était une horreur. « T’es toujours la même, Charlie » un baiser sur son front et il soupire. Il aimerait pouvoir effacer ses angoisses d’un claquement de doigts mais il savait que c’était impossible. « Oublie-les… Je sais que c’est compliqué mais il le faut. J’ai pas envie que tu deviennes dingue » sa tête d’ange entre ses mains il voulait qu’elle comprenne qu’il était toujours là pour elle, mais plus encore, qu’elle n’avait plus à s’inquiéter. Si quelqu’un l’emmerdait, il serait là. Si elle prenait une réflexion, même chose. L’irlandais souhaitait qu’elle ré-apprenne à respirer sans paniquer. Alors il serre un peu plus, comme pour se créer une bulle rien qu’à eux. Qu’elle oublie le reste et les fans trop exigeants. Les fans ennuyants et ennuyés qui n’ont rien d’autre à faire que spéculer.
Et il bug, Ezra. Il bug fortement lorsque Charlie vient réclamer ses lèvres. Il en a tellement rêver qu’il pense avoir halluciné, pendant une brève seconde. Il a sans doute l’air un peu idiot à rester interdit avec un quoi qui sort plus par réflexe qu’autre chose. Non, il n’a pas halluciné. Il le voit à son regard, à cette supplication silencieuse qu’il voit au fond de ses prunelles. Y’a plus d’hésitation, pas de différence d’âge qui tienne. Ses mains encadrent une nouvelle fois son visage lorsqu’il vient s’emparer de ses lippes. Un baiser pressant et pressé. Avide de ce petit bout de femme dont il a tant rêvé. Y’a pas que ses nuits qu’elle hante, mais aussi ses journées. Un peu plus poussée contre elle, il ne se fait pas prier, l’embrasse d’autant plus. Plus lentement, plus lascivement. Le palpitant prêt à imploser, il sait cette fois qu’il n’est pas en train d’halluciner, parce que même dans ses rêves les plus dingues, ce n’est pas aussi bon. Il a un rire nerveux à ses mots. Il aimerait qu’elle continue de le penser, tous les jours. Qu’elle se fiche de tout ça et des autres, continuellement. Un nouveau baiser alors qu’elle glisse le bout de ses doigts sous son t-shirt blanc. Son contact l’électrise et le fait frissonner. Un soupir de frustration et d’envie qui s’échappe, Charlie le rend dingue, et il en oublierait presque le contraire. Il dépose une multitude de baisers sur ses lèvres avant de descendre ses mains sur ses fesses puis derrière ses cuisses pour mieux la porter. Ses jambes autour de sa taille, il l’enserre un peu plus contre lui, et contre le mur. « toi aussi » un baiser « j’te lache plus » un autre. « tu vas rendre difficile mon retour sur scène » parce qu’il aura la tête ailleurs -sur elle- et parce que ça réagit dans son pantalon. Merde. Pourtant, ça ne l’empêche pas de l’embrasser encore une fois. Sa lippe inférieure entre ses dents, il la mord doucement. « Tu restes, hein ? » Il ne voulait pas la voir se volatiliser, ni maintenant ni jamais. « J’te kidnappe pour le reste de la soirée. Le reste de la nuit » peu importe ce qu’il se passe tant qu’il était avec elle. Sa poigne se resserre, et il l’embrasse encore, avidement, étouffant un râle contre ses lippes. Fais chier.



_________________


--- Hey, hey, my, my
Out of the blue and into the black. Once you're gone you can't come back. when you're out of the blue and into the black. The king is gone but he's not forgotten
Contenu sponsorisé




I ain't never gonna shut you out Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I ain't never gonna shut you out ·
 
I ain't never gonna shut you out
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: