hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Joyeux anniversaire FS ! Et oui, deux ans déjà. Pour les célébrer comme
il se doit, nous lançons la season 3. Ce nouveau chapitre
s'accompagne d'un nouveau design et quelques nouveautés !
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-38%
Le deal à ne pas rater :
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
156 € 250 €
Voir le deal

 

 the girl with x-ray eyes (R/D)


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: windmont bay history museum
Aller en bas 
aka Elvis Flowers

Dewey Griffith

messages : 530
face + © : hugh dancy ©Maryne <3
multinicks : winifred limon, robin cotton
points : 822
age : 39 ans
♡ status : marié à la magie
work : prestidigitateur & hypnotiseur
activities : tromper les gens, tester ses tours en permanence, collectionner les chemises hawaïennes, cuisiner des pâtisseries pour lui seul.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· the girl with x-ray eyes (R/D) · Lun 9 Mar - 19:01
the girl with x-ray eyes

w/ @Reese Edelstein


Récemment installé à Windmont Bay et bénéficiant officiellement d’une retraite à l’écart du monde professionnel, Dewey passait le plus clair de son temps chez lui à peaufiner ses nouveaux tours de magie ou au Bay Port pour exercer sa passion de la pêche à la ligne. Aujourd’hui néanmoins, il s’était décidé à se rendre au musée de la ville, très curieux de voir quelles pièces d'histoire en illustraient l’intérieur. Après tout, il est connu que l’âme d’une ville réside dans sa culture. Le passage au musée lui semblait l’opportunité idéale pour s’imprégner d’avantage de Windmont Bay et de s’y sentir pleinement résident. Arpentant les allées du musée de taille bien dérisoire à côté du Metropolitan Museum of Art ou autre MoMA de New York, le prestidigitateur devait toutefois reconnaître que les lieux avaient une aura très particulière et regorgeaient d’oeuvres particulièrement vibrantes. Satisfait par sa visite, Dewey traversait les pièces les unes après les autres, s’abreuvant allègrement des tableaux fixés aux murs. Il n’avait pas pris d’écouteurs pour profiter de la visite guidée électronique et commençait à le regretter mais il se promit d’en demander une paire lors de son prochain passage.

Au bout d’une heure de visite et persuadé à présent d’en savoir beaucoup plus sur la ville de Windmont Bay qu’avant son arrivée, il s’arrêta au niveau d’une maquette détaillée du port de la ville. Très intéressé de voir à quoi ressemblait ce lieu quelques siècles auparavant, l’homme rapprocha son visage si près de la vitrine que son souffle créa une faible buée contre le verre, ce qui le fit sursauter. Dans son geste maladroit et qui ne lui ressemblait pas, il bouscula une silhouette qu’il n’avait pas remarqué jusqu’alors. « Pardonnez-moi. » dit-il par réflexe avant de se tourner vers la jeune femme qui avait accueillit son coude dans ses cotes. Une jolie blonde à l’air intelligent dont il s’empressa de faire un sourire poli pour cacher son embarras. Dewey embarrassé, voilà qui était assez unique.

_________________
❝ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost. ❞

Reese Edelstein

messages : 464
name : Olivia
face + © : blake lively, saaya
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 835
age : 34
♡ status : single
work : lawyer
activities : travelling, avoiding windmont bay, working too much
home : ocean avenue

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : carter, mikkel, dewey

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Mar 10 Mar - 20:28
Si le musée local n’avait clairement pas le prestige de ceux de New York ou de n’importe quelle grande ville, il en avait pourtant tous les avantages: s’y promener en toute sérénité était possible, il y régnait une ambiance calme et invitant à la contemplation, comme si c’était un espace d’un autre temps, comme si, dès qu’on en passait les portes, on glissait dans une dimension parallèle où les tracas n’avaient pas leur place, où, pendant une heure ou deux, il était possible d’oublier que le temps continuait sa course. A l’exception des salles qui pouvaient être envahies par des jeunes adolescents en sortie scolaire, l’endroit résonnait des pas et des respirations, du vague écho des voix enregistrées qui émanaient des casques de certains.
Reese, pour sa part, préférait découvrir avec les yeux, ne pas avoir à prêter attention à un homme ou une femme sans visage, parce qu’elle savait qu’elle ne les écouterait qu’à moitié, qu’elle finirait par perdre le fil, par ôter les écouteurs. Elle suivait son rythme. Dans une vie où il lui semblait courir après tout - l’argent, l’amour, le temps, la paix - les visites telles que celle là prenaient l’apparence d’une parenthèse bienvenue, une pause entre deux battements de coeur et oui, un moyen de s’échapper. Parce qu’elle ne pensait plus à son travail lorsqu’elle passait les portes d’un musée. Elle oubliait son quotidien, les buts qu’elle avait atteints sans trouver la satisfaction qu’elle en attendait, son existence qui miroitait la perfection mais qui, si on y prêtait un minimum attention, était bien creuse. Parce qu’elle était seule? Reese n’aimait pas voir les choses ainsi. Elle ne voulait pas trouver la réponse dans le sourire d’un homme, elle ne voulait pas fondre dans leur regard, ni sous leurs doigts. Et pourtant… n’était-ce pas une triste obstination qui la maintenait loin de tout? Loin de l’essentiel?
L’avocate ne voulait pas y songer, raison pour laquelle elle avait choisi cette activité en particulier, raison pour laquelle elle avait trouvé refuge dans cette salle peuplée d’autres âmes errantes. Comme la sienne? Elle n’aurait su le dire en les regardant. Qui savait ce que cachaient ces sourires, ces moues dubitatives, ces airs rêveurs? Ou cet intérêt minutieux pour une maquette du port? Intriguée et un peu amusée, Reese s’approcha légèrement et pencha la tête pour essayer de voir ce que l’homme voyait - sans succès. Elle fronçait imperceptiblement les sourcils quand le visiteur sursauta et la bouscula.
- C’est ma faute, avoua-t-elle avec un petit rire en s’écartant pour réinstaurer une distance convenable entre eux. Je me demandais ce qui vous fascinait tant.
Maintenant qu’elle le voyait de face, elle avait la curieuse impression de l’avoir déjà vu quelque part - et non, ce n’était pas parce qu’il était prestidigitateur - sans pour autant le situer d’emblée.
- Je me trompe peut-être mais j’ai le sentiment que nous nous sommes déjà rencontrés.
Elle rencontrait du monde, avec son travail, et si elle s’évertuait à retenir les noms des gens qu’elle côtoyait un minimum, il lui arrivait toujours que certains lui échappent. Comme c’était le cas pour l’inconnu. Pour autant, Reese était pratiquement certaine de pouvoir le rattacher à son milieu professionnel et elle tenta donc, sans trop d’assurance:
- A New York, peut-être? Je m’appelle Reese Edelstein.
Reese lui tendit la main, comme elle l’aurait fait avec n’importe quel client ou confrère. Peut-être pourrait-il l’aider à situer les circonstances de leur rencontre.

_________________

When you’re on your own, you look for signs. Sometimes you make them up, sometimes they’re actually there, but most of the time you can’t tell the difference from the two.

aka Elvis Flowers

Dewey Griffith

messages : 530
face + © : hugh dancy ©Maryne <3
multinicks : winifred limon, robin cotton
points : 822
age : 39 ans
♡ status : marié à la magie
work : prestidigitateur & hypnotiseur
activities : tromper les gens, tester ses tours en permanence, collectionner les chemises hawaïennes, cuisiner des pâtisseries pour lui seul.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Mer 11 Mar - 13:26
Dewey porta sa main opposée à son coude incriminé dans un mouvement presque inconscient tout en observant la jeune femme rire. Le son qui s’échappa de ses lèvres étaient mélodieux sans être indécent dans ce paisible musée. C’était comme si ce rire avait sa place entière dans ce lieu de beautés et d’histoire. Rassuré par son attitude bienveillante malgré le coup qu’elle venait de recevoir, Dewey pencha la tête lorsqu’elle avoua s’être intéressée à ce qu’il regardait et se permit une réflexion, curieux de voir quelle réaction elle aurait. « Vous m’espionniez ? » Son ton n’était pas agressif, mais posé, comme s’il faisait une simple constatation. Il lui arrivait souvent d’être épié par des spectateurs avides de connaître les astuces de ses tours ou par des journalistes mal avisées donc il se sentait pas réellement attaqué par l’idée qu’elle puisse l’avoir observé à son insu. Le prestidigitateur l’écouta ensuite souligner son sentiment de déjà-vu à son égard et une fois de plus, il ne parut pas surpris. Régulièrement, les gens le reconnaissaient sans réussir à mettre un nom sur son visage. « Elvis Flowers, vous avez peut-être eu l’occasion de voir l’un de mes spectacles sur scène, ou à la télévision. » dit-il de manière mécanique, habitué à se présenter de la sorte. Il attrapa ensuite la main tendue, non désireux de paraître impoli, et la pressa avec un appui très calculé. A la fois ferme mais tendre. Juste de quoi imposer son style, sans paraître offensif. « Eldestein, un nom d’origine allemande très répandue dans les familles juives, si je ne me trompe ? » Il relâcha sa main et croisa les bras sous son torse, face à elle. « Mais c’est tout ce que votre nom me dit, je suis navré. Il faudra m’aider. » Il lui adressa un sourire avenant, l’invitant à lui en dire plus sur son identité. En effet, et même si d’ordinaire il ne préférait pas s’éterniser auprès d’inconnus, cette jeune femme dont la compagnie était jusqu’ici très agréable avait réussi à capter son intérêt et il était à présent impatient de savoir qui elle était au-delà d'un patronyme.

_________________
❝ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost. ❞

Reese Edelstein

messages : 464
name : Olivia
face + © : blake lively, saaya
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 835
age : 34
♡ status : single
work : lawyer
activities : travelling, avoiding windmont bay, working too much
home : ocean avenue

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : carter, mikkel, dewey

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Lun 16 Mar - 14:19
Reese était de ces femmes qui regardent droit devant elles, droit dans les yeux, dont la poignée de main est ferme, sans chercher à écraser. Une attitude nécessaire dans le milieu dans lequel elle évoluait, sous peine d’être traitée comme une secrétaire - ce qui, en soi, n’aurait rien d’humiliant ou d’alarmant si on ignorait l’image associé à ce métier discret et efficace. Mais Reese savait quelle valeur il avait aux yeux des hommes importants et elle ne tenait dès lors pas à être considérée comme telle. Comme une exécutante, une organisatrice d’agenda, un contact téléphonique, un bouton sur lequel on appuyait pour commander un café ou déléguer une prise de notes. Elle avait tenu à égaler ses pairs et elle se devait donc de calquer son assurance sur la leur - et tant pis si elle était aussi mal considérée par ses adversaires masculins (qui ne croyaient pas une seule seconde qu’une blonde avec sa plastique puisse les affronter) que par ses semblables (qui voyaient en elle une usurpatrice, qui était sûrement arrivée à ses fins grâce à des faveurs (sous la table, évidemment, les faveurs)). Reese tâchait de ne pas s’en formaliser, même si c’était pesant. Elle était assez déterminée pour parvenir à passer outre ces désagréments (assez conséquents). Dès lors, son maintien était devenu sa carapace, elle se tenait aussi droite à un meeting dans une salle de conférence qu’au détour d’une salle de musée, qu’elle s’adresse à un éminent juge… ou à un homme étrangement familier.
- Seulement depuis une dizaine de secondes, lui assura-t-elle avec un sourire poli.
Une petite plaisanterie pour désamorcer tout risque de tension, Reese avait depuis longtemps appris à se servir de ce mécanisme. Il était affreusement nécessaire pour ne pas donner l’opportunité à des interlocuteurs de la prendre de haut ou à un visiteur d’être offusquer par son approche.
Elle n’y avait sincèrement pas réfléchi en se penchant sur son sujet d’intérêt. Elle n’avait pas envisagé la suite, pas réellement cherché à provoquer la discussion ou à s’immiscer dans la vie de l’inconnu. Elle avait juste voulu se distraire et elle espérait que son sourire avenant le ferait comprendre à cet homme.
- Elvis Flowers…, répéta-t-elle, l’air dubitatif, comme si prononcer le nom elle-même allait l’aider à identifier l’individu.
Les yeux clairs de la jeune avocate errèrent un instant dans la salle, tandis que son front se plissait légèrement sous l’effort de la réflexion, puis elle pinça les lèvres et secoua la tête:
- Non. Cela ne m’évoque rien pour l’instant, avoua-t-elle avec un haussement d’épaules. De quel genre de spectacle s’agit-il?
Reese n’y connaissait rien en magie et si elle regardait bien évidemment la télévision, c’était surtout pour se tenir au courant de l’actualité. Il y avait de fortes probabilités qu’elle aurait changé de poste si elle avait dû tomber par hasard sur une mise en scène impliquant des tours de passe-passe. Elle n’avait jamais été une grande rêveuse - ou, plutôt, ses rêves prenaient tant de place qu’ils prenaient la forme d’une ambition folle, au point que le reste ne lui importait pas (ou très peu).
- Oh, je pense que le mien s’est perdu en chemin, plaisanta-t-elle, son père n’ayant jamais très suivi les préceptes religieux. Mmmh… très bien. Laissez-moi une seconde.
La jeune femme se détourna lentement de son interlocuteur et fit le tour de la maquette jusqu’à se trouver face à lui, de l’autre côté.
- Vous n’avez pas été l’un de mes clients, sinon je m’en souviendrais. Et vous aussi.
Il aurait été très gênant que ça soit le cas. Elle doutait également qu’il ait été l’un de ceux qu’elle avait attaqué par le passé - là, elle était moins assurée et si tel était le cas, ce serait véritablement embarrassant. Peut-être aurait-il mieux valu qu’elle se taise et se borne à une conversation banale mais son visage lui disait bien trop quelque chose (sans être familier pour autant) pour qu’elle laisse passer le sujet. Rares étaient en effet les personnes qu’elle croisait et qu’elle connaissait en dehors de Windmont Bay - à l’exception de Carter Harwell, mais elle préférait ne pas y songer.
- J’en conclus donc que j’ai dû vous rencontrer au cabinet, à New York, et que vous y étiez pour rencontrer l’un de mes collègues.
Reese l’observa plus sérieusement, consciente qu’il n’aurait sûrement pas envie d’aborder ce sujet si elle s’approchait de la vérité. Cela relevait de la vie privée et elle n’aspirait aucunement à s’infiltrer dans celle d’Elvis Flowers.
- Enfin, vous me direz, cela n’a pas d’importance. Même si nous nous sommes croisés, il est évident que nous ne nous connaissons pas.
Elle n’allait donc pas lui demander comment il allait ou ce qu’il fabriquait à Windmont Bay. Cela ne la regardait pas et elle ne tenait pas davantage à évoquer son propre parcours.
- Je ne voulais pas vous déranger. Ou vous espionnez. Parole d’honneur.
Reese conclut sa tirade d’une main droite levée et d’un léger sourire.

_________________

When you’re on your own, you look for signs. Sometimes you make them up, sometimes they’re actually there, but most of the time you can’t tell the difference from the two.

aka Elvis Flowers

Dewey Griffith

messages : 530
face + © : hugh dancy ©Maryne <3
multinicks : winifred limon, robin cotton
points : 822
age : 39 ans
♡ status : marié à la magie
work : prestidigitateur & hypnotiseur
activities : tromper les gens, tester ses tours en permanence, collectionner les chemises hawaïennes, cuisiner des pâtisseries pour lui seul.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Mar 17 Mar - 14:35
Dewey remarqua la capacité de cette jeune femme à paraître souriante et avenante à chaque prise de parole. De toute évidence, elle était habituée à avoir un auditoire, voire même à le soumettre à son charme. Cette réflexion le poussa à penser qu’elle devait travailler dans le milieu de la communication, du divertissement ou de la plaidoirie. Puis, le prestidigitateur parut légèrement confus en l’entendant lui dire qu’elle ne voyait pas quels spectacles il menait. C’était assez rare comme situation, mais il y trouva étrangement un certain réconfort. Elle n’était donc probablement pas au courant des scandales, plus ou moins récents, qui entouraient son personnage. « Des spectacles pour le grand public, rien d’important. » Confia-t-il sans se dépêtre non plus de son sourire de façade. Il espérait qu’elle n’insisterait pas et qu’il pourrait continuer à être à ses yeux qu’un simple anonyme. Il la regarda se déplacer dans l’espace pour rejoindre l’arrière de la maquette qu’il observait quelques minutes auparavant. Cet obstacle entre eux était peut-être volontaire de sa part mais Dewey, fin observateur, le considéra comme un souhait de sa part de se mettre à l’abri. En l’écoutant énumérer plusieurs pistes pouvant expliquer comment elle le connaissait, le magicien comprit qu’elle redoutait certaines d’entre elles. Elle évoqua un cabinet à New York où elle avait exerçait et son esprit, vif, balaya plusieurs hypothèses pour arriver à la plus probable : le cabinet d’avocats avec qui il avait traité pour affronter son divorce à plusieurs millions. Son sourire se fana mais son regard continua d’observer la jeune femme. Son visage ne lui disait rien, il était donc absolument certain qu’elle n’avait pas eu à traiter son dossier mais il savait très bien que dans ce genre de cabinet, les informations pouvaient circuler et il commençait à être presque horrifié à l’idée qu’elle puisse connaitre les sombres secrets de son divorce. D’un ton sec, il ne considéra que très peu son attitude amusée concernant le fait qu’elle l’avait espionné quelques minutes plus tôt. Tout ceci n’était que des détails si elle avait effectivement entendu ceux de son récent divorce. Alors, contre toute attente, il décida de jouer la carte de l’honnêteté. Une technique vieille comme le monde qui lui permettrait d’obtenir, il l’espère, en retour la réciprocité. « Je pense savoir très exactement lesquels de vos collègues ont traité mon dossier. » Il confirmait là être au courant du cabinet où elle travaillait et confirmait la piste qui voulait qu’elle l’avait croisé à son bureau. La distance qu’elle avait instauré entre eux, à présent, le dérangeait car elle le forçait à élever la voix plus que nécessaire. Il fit alors le tour de la maquette sous vitre pour revenir auprès d’elle. Son attitude n’était pas agressive, mais assez pressante. Comme s’il ne voulait pas la laisser lui échapper avant d’avoir sa réponse. « Le dossier Griffith, ça vous dit quelque chose ? » Il avait parlé dans un murmure, à son oreille, sans la toucher mais l’enveloppant d’une prestance inquisitrice.

_________________
❝ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost. ❞

Reese Edelstein

messages : 464
name : Olivia
face + © : blake lively, saaya
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 835
age : 34
♡ status : single
work : lawyer
activities : travelling, avoiding windmont bay, working too much
home : ocean avenue

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : carter, mikkel, dewey

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Lun 23 Mar - 14:27
Reese avait trouvé en Windmont Bay un havre de paix, un refuge, un endroit où battre en retraite quand elle en ressentait le besoin.  Elle y vivait depuis quelques années maintenant et, pourtant, n’y connaissait pas grand-monde. Jusqu’à ce que Carter y vienne perturber l’équilibre, Reese aimait se ressourcer. Ses activités étaient assez banales, elle s’y rendait surtout pour s’écarter de sa vie active et passait donc son temps à se promener, à dormir, à apprécier un calme bienvenu. Son manque d’entourage ne lui pesait pas particulièrement parce qu’elle ne restait jamais très longtemps. Un long week-end, une semaine parfois, mais il y avait toujours quelque chose pour la rappeler ailleurs, pour la forcer à sortir de son nid douillet. Peut-être que si elle y nouait des liens plus solides, elle serait moins encline à sauter dans un avion dès qu’une situation le requérait. Peut-être que si elle y avait un semblant de bout de vie, pas une illusion ou un fragment de rêve, elle parviendrait à lever le pied, à ne pas vivre uniquement à travers son emploi. Si elle avait un enfant, il lui faudrait bien adapter son style de vie, non? Alors pourquoi ne pas s’entrainer sur Windmont Bay? Certes, la chose était moins aisée depuis qu’elle savait qu’un adolescent blond y rôdait mais elle refusait d’abandonner son territoire sous prétexte que Carter Harwell ne voulait pas entendre raison.
Une part inconsciente devait jouer son rôle dans cette approche parce qu’en temps ordinaire, Reese n’aurait pas approché l’homme. Elle aurait évolué en parallèle, ne se serait que vaguement souciée de sa silhouette penchée sur la maquette. A New York ou n’importe où ailleurs, elle ne se serait pas intéressée à un inconnu. Or voilà qu’elle plaisantait avec lui, qu’elle avait initié sans le savoir un contact - si elle ne s’était pas approchée si près, il n’aurait sans doute pas remarqué sa présence, étant lui-même concentré, passionné par autre chose qu’une femme qui errait dans le musée.
Elle hocha distraitement la tête lorsqu’il éluda sa question, reléguant ses spectacles à ‘rien d’important’. Elle n’irait pas le cuisiner pour en savoir plus - il lui suffirait sans doute d’entrer son nom dans une barre de recherches pour découvrir ce qu’il entendait par ‘spectacle pour le grand public’ - et quand elle vit son sourire s’étioler, elle en déduisit que la conversation risquait de prendre une tournure déplaisante. Peut-être qu’en jouant la carte de la nonchalance, elle serait en mesure de détendre l’atmosphère. Elle aurait dû savoir, songea-t-elle, qu’évoquer une rencontre liée à son métier ne serait pas forcément bienvenu. Même s’il était un confrère, un homme qui hantait les mêmes salles et couloirs qu’elle, ils n’avaient pas travaillé ensemble et toute discussion pouvait rapidement tourner en un échange désagréable.
- Ah bon? s’étonna-t-elle en l’observant, sincèrement curieuse de voir la zone d’ombre levée, qu’elle puisse le situer, que ce soit dans le temps ou l’espace - ou le relier à quelqu’un de familier.
Elvis la rejoignit, contournant la maquette, ce qui la dérouta ostensiblement, même si elle s’efforça de garder un masque neutre, teinté de surprise. Il fit allusion à un dossier et l’esprit cartésien et très ordonné de la jeune femme opéra une recherche rapide dans sa mémoire. Le nom résonnait en effet, sans pourtant trouver un écho distinct.
- Vaguement, avoua-t-elle au bout de quelques secondes de réflexion, avant de tourner la tête pour le dévisager plus sérieusement, quelque peu importunée par sa proximité.
Reese avait beau avoir l’habitude des hommes trop entreprenants, qui s’approchaient trop d’elle, que ça soit dans une vaine tentative de lui faire du charme ou au contraire dans l’optique de l’intimider, elle n’en avait pourtant jamais apprécié ce comportement, qu’elle souffrait uniquement parce que reculer aurait envoyé un signal erroné.
La jeune femme finit toutefois par se rappeler un dossier qui avait provoqué une certaine effervescence, sans qu’elle en connaisse tous les tenants et aboutissants - à cette époque, elle devait être sur un dossier qui accaparait tout son temps et son attention.
- Un cas de divorce, si je ne me trompe…
Prendre la devinette à la légère n’avait vraiment pas été la meilleure des approches.
- Je suis désolée. Je ne voulais pas créer de malaise, lui assura-t-elle avec un sourire d’excuse, avant de reporter son attention sur la maquette. Je ne connais rien des détails, si c’est ça qui vous effraie.
La jeune avocate désigna l’objet de son attention d’un coup de menton et ajouta, pour les détourner d’un sujet à l’évidence épineux:
- Vous n’avez pas répondu à ma question. C’est vrai qu’elle était implicite. Qu’est-ce qui vous fascinait tant?
Elle esquissa un geste vague au-dessus de l’assemblage miniature puis reporta son attention sur son interlocuteur, espérant avoir atténué la tension.

_________________

When you’re on your own, you look for signs. Sometimes you make them up, sometimes they’re actually there, but most of the time you can’t tell the difference from the two.

aka Elvis Flowers

Dewey Griffith

messages : 530
face + © : hugh dancy ©Maryne <3
multinicks : winifred limon, robin cotton
points : 822
age : 39 ans
♡ status : marié à la magie
work : prestidigitateur & hypnotiseur
activities : tromper les gens, tester ses tours en permanence, collectionner les chemises hawaïennes, cuisiner des pâtisseries pour lui seul.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Mer 25 Mar - 16:07
Dewey était un fin observateur. Il s’était forgé au long des années une expérience quasi-infaillible pour déchiffrer les humeurs, les gestes, les émotions des personnes autour de lui. A cet instant précis, il portait une concentration appuyée, presque intrusive, sur son interlocutrice afin de comprendre ce qu’elle ne lui disait pas. Etait-elle honnête avec lui ? Faisait-elle preuve d’une fausse candeur à son égard ? Une dizaine de questions l’assaillirent tandis qu’il écoutait avec une grande attention ce qu’elle lui répondait, mais surtout observait très méticuleusement la façon dont elle lui répondait. Au bout d’un moment, Dewey prit une profonde inspiration, réfléchissant à la meilleure tactique à appliquer. Elle lui affirmait qu’elle ne savait que la nature du dossier, rien de plus. Un divorce, comme il en existait des milliers par an à New-York. Elle s’excusa ensuite, lui précisant une nouvelle fois qu’elle n’avait pas eu accès aux détails de son dossier. Et si, par esprit de contradiction ou par curiosité toute naturelle, elle se décidait, une fois leur entretien terminé, de se renseigner à postériori sur son dossier ? Cette éventualité prit Dewey de court et il se sentit submergé par une angoisse naissante. Toutefois, contre toute attente, la jeune femme reporta son attention sur une question précédemment posée et à laquelle il n’avait pas jugé intéressant de répondre. Mais à présent, cette question se présentait comme une échappatoire, un délai inespéré lui permettant de réfléchir à la meilleure méthode à suivre. « Je… Oui, hum. » Il se détourna d’elle et posa son regard sur la maquette qui à présent, lui semblait dénuée d’intérêt. Néanmoins, il prit sur lui dans un effort surhumain pour feindre une passion renouée pour les maquettes historiques. « J’ai pour passion de pécher au port de la ville, à vrai dire. Aujourd’hui, l’infrastructure du lieu est très différente de l’originale, et je ne le découvre qu’aujourd’hui grâce à cette maquette ! » Se prenant à son propre jeu, il se pencha en avant et désigna une zone en particulier de la maquette, l’invitant à l’observer de près à son tour. « Vous voyez ici, on voit qu’il y avait moins darses qu’aujourd’hui. C’est assez intéressant de voir que le port s’est vraiment développé avec le temps. » Il tourna son visage vers la jeune femme et lui fit un sourire avenant, calquant son expression à elle jusqu’ici si souriante. « C’est fascinant, non ? » Une question stratégique pour réussir à détecter si elle savait mentir ou non. En effet, il était quasiment sûr que son petit exposé du port n’était d’aucun intérêt pour elle mais si elle s’obstinait à prétendre que c’était effectivement fascinant, il saurait qu’il ne pouvait pas lui faire confiance et qu’éventuellement, elle pouvait lui avoir menti sur le degré exact de sa connaissance du dossier de son divorce.

_________________
❝ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost. ❞

Reese Edelstein

messages : 464
name : Olivia
face + © : blake lively, saaya
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 835
age : 34
♡ status : single
work : lawyer
activities : travelling, avoiding windmont bay, working too much
home : ocean avenue

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : carter, mikkel, dewey

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Jeu 26 Mar - 14:50
A partir de l’adolescence, quand il était devenu évident que la vie de Reese ne lui convenait pas, qu’elle aspirait à plus, le regard de son père s’était lentement mis à changer. Il ne comprenait pas pourquoi sa fille se mettait à lui répondre, à l’ignorer, à porter des vêtements qu’il n’avait clairement pas les moyens de lui acheter, à disparaître sans dire où elle allait. Il avait tenté de la confronter, elle avait reporté la faute sur cette famille qui n’était pas la sienne et qui l’étouffait. Elle était enfin en mesure d’échapper à cette ambiance, à sa belle-mère, à ses fausses soeurs, elle ne s’en priverait pas. Oh, ce n’était pas davantage vu d’un bon oeil par celles-ci, mais Reese s’en fichait. Elle n’avait pas besoin d’eux/elles pour obtenir ce qu’elle désirait. Et ce qu’elle désirait, plus que tout, c’était la liberté de mouvement, la possibilité de jouer de ses atouts, la fuite vers d’autres cieux. Qu’importe le prix à payer, qu’importe qu’elle soit forcée de voir la lueur déçue dans le regard paternel. Il n’était que le premier homme à l’avoir désillusionnée. Il ne serait pas le dernier.
Depuis, Reese entretenait un rapport étrange avec les hommes. De force, de charme, parfois des deux au point qu’elle ne savait plus les discerner l’un de l’autre. Il fallait toujours jouer l’équilibriste pour ne pas froisser l’ego de mâle, pour ne pas s’attirer ses foudres. Il fallait naviguer habilement, détecter ce qui pouvait plaire à l’un et indifférer l’autre, ce qui pouvait calmer l’atmosphère et ce qui l’enflammait. Ici, dans cette salle de musée, pourtant, il n’était nullement question de dominer, d’amadouer, de tromper. Reese voulait croire qu’il pouvait exister des rapports naturels, humains, entre un homme et une femme, sans que cela soit une péripétie, un jeu de séduction, un bras de fer éreintant. Elle commençait à se demander si elle s’était montrée naïve ou trop spontanée, ou les deux.
Et elle n’appréciait pas particulièrement d’être passée sous le microscope inquisiteur de son interlocuteur - mais bon, elle l’admettait, c’était elle qui avait fait preuve de maladresse, elle ne faisait que récolter le fruit de son indélicatesse. Sa tentative de dévier l’attention d’Elvis paya puisqu’il reporta le regard sur la maquette dont elle n’aurait à l’évidence jamais dû le détourner.
L’homme entreprit d’expliquer sa passion pour la pêche et donc son intérêt pour la maquette et si Reese l’observa du coin de l’oeil pendant qu’il s’extasiait, elle feignit une absorption totale lorsqu’il la regarda à nouveau. La jeune avocate s’efforça de sourire poliment, comme si, en effet, tout cela était fascinant, mais si elle devait être franche, elle n’avait jamais vraiment aimé les ports. Elle trouvait l’odeur du poisson incommodante, les bateaux lui rappelaient les yachts privés de certains de ses clients et elle songeait à cet univers marin en souffrance à cause de l’homme. Pour elle, les cris des oiseaux qui envahissaient ces coins des côtes n’avaient rien de mélodieux et elle préférait de loin le calme de la forêt.
- Ce doit être fascinant, en effet, pour quelqu’un qui s’y connait, concéda-t-elle, préférant toujours trancher au milieu plutôt que de donner une opinion qu’il n’avait de toute manière pas demandée.
Reese hésita une seconde, tapotant le bord du présentoir de ses doigts fins et parfaitement manucurés, puis elle se tourna vers son interlocuteur, et reprit:
- Excusez-moi, j’ai l’impression que nous sommes partis du mauvais pied. Je n’aurais pas dû vous importuner avec ma curiosité. Je vais vous laisser continuer votre visite, en espérant ne pas l’avoir gâchée avec mes mots inconsidérés. Bonne journée, Monsieur Flowers.
Elle ne put s’empêcher de lui tendre la main, geste qui traduisait plus du réflexe qu’autre chose, qu’elle aurait esquissé avec n’importe quel homme rencontré dans son travail, et cette constatation lui étira les lèvres en un nouveau sourire embarrassé:
- Désolée. Déformation professionnelle. Voilà ce qui arrive quand on ne décroche pas assez souvent.
Sa main était retombée le long de son corps et elle se borna donc à un léger hochement de la tête en guise de salutation, avant de s’écarter de l’homme pour le laisser enfin tranquille.

_________________

When you’re on your own, you look for signs. Sometimes you make them up, sometimes they’re actually there, but most of the time you can’t tell the difference from the two.

aka Elvis Flowers

Dewey Griffith

messages : 530
face + © : hugh dancy ©Maryne <3
multinicks : winifred limon, robin cotton
points : 822
age : 39 ans
♡ status : marié à la magie
work : prestidigitateur & hypnotiseur
activities : tromper les gens, tester ses tours en permanence, collectionner les chemises hawaïennes, cuisiner des pâtisseries pour lui seul.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Jeu 26 Mar - 17:54
Cette jeune femme n’était pas facile à cerner. Elle avait une spontanéité rafraichissante en elle qui contrastait avec l’étiquette de Target dangereuse que Dewey lui collait tout simplement parce qu’elle avait eu le malheur de travailler dans le cabinet qui s’était occupé du procès de son divorce. Le test qu’il avait discrètement mené pour détecter ses dons dans le domaine du mensonge lui apporta finalement une réponse surprenante. Visiblement, Reese était d’avantage une personne polie qu’une manipulatrice. En effet, Dewey sentit un soulagement l’envahir en l’entendant admettre qu’elle n’y connaissait rien mais qu’elle admettait que le sujet pouvait être fascinant - mais pas pour elle. Il se redressa alors et son regard perdit toute trace de passive agressivité pour présenter une expression plus douce, presque chaleureuse. Dewey n’était pas une personne antipathique, bien au contraire, son domaine exigeait qu’il aille au contact des autres et qu’il apprenne toujours plus sur la nature humaine. Par contre, il était inflexible et ne pouvait s’empêcher de jouer avec les individus autour de lui, parfois à la limite de la manipulation. A cet instant précis, toutefois, Dewey ne souhaitait plus jouer. Il avait eu le début de confirmation qu’il pouvait lui faire confiance et il n’avait pas envie de la tester d’avantage. Néanmoins, il ne s’attendait pas à ce qu’elle prenne congé de lui aussi vite. Il regarda la main tendue et son front se fronça, à présent perplexe. Elle fuyait, et il en était navré car il commençait à apprécier sa compagnie. Elle finit par se raviser et s’excuser une fois de plus pour son geste trop formel. Il ouvrit la bouche pour lui expliquer qu’elle n’avait pas à s’excuser mais elle avait été plus rapide que lui et s’éloignait déjà de lui. Sans réfléchir et avec une spontanéité ne lui ressemblant guère, Dewey la rattrapa en effleurant son bras droit, lui faisant signe de s’arrêter. « Attendez, c’est à moi de vous présenter des excuses. » Il reporta son bras contre son flan, lissant de manière évasive le pan de sa veste. « Mon divorce est très récent, et a été très pénible. Il faut croire que je n’en suis pas sorti indemne, émotionnellement parlant. » C’était la première fois qu’il partageait cet aveu avec quiconque. A vrai dire, Dewey n’avait pas beaucoup d’amis, et encore moins de confident. « Je me suis laissé emporter par de vieux démons. » Ses yeux ne quittèrent plus ceux de Reese, espérant qu’elle comprendrait qu’il était sincère dans ses excuses. « Je ne sais pas comment me faire pardonner… Mais il y a un Coffee Shop à l’entrée du musée, peut-être que ça peut être un début si je vous y offre un café ? » Il n’avait pas invité une femme à partager quoique ce soit avec lui depuis des années mais étrangement, cette invitation lui sembla naturelle, presque inévitable.

_________________
❝ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost. ❞

Reese Edelstein

messages : 464
name : Olivia
face + © : blake lively, saaya
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 835
age : 34
♡ status : single
work : lawyer
activities : travelling, avoiding windmont bay, working too much
home : ocean avenue

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : carter, mikkel, dewey

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Ven 27 Mar - 21:00
En s’éloignant d’Elvis, Reese songea qu’il lui fallait vraiment réapprendre les codes de la vie de tous les jours. A se noyer ainsi dans son travail, à ne vivre qu’avec des deadlines, des rapports conflictuels, des manigances incessantes, elle en avait oublié la simplicité des échanges de tous les jours, les conversations anodines, les relations saines et sincères. L’échec relatif de cette dernière intéraction ne la décourageait pourtant pas. Au contraire, elle se promit de faire mieux, de reprendre contact avec le sol, d’arriver à s’écarter de sa vie professionnelle pour retrouver un peu de sérénité, de simplicité. Tout cela lui ferait sûrement le plus grand bien et l’aiderait peut-être à revoir sa façon d’aborder sa vie et ses souhaits. Elle avait le droit, après tout, de lever le pied, de chercher un nouvel équilibre, tout cela lui serait nécessaire si elle arrivait à ses fins, si elle arrivait à tomber enceinte, à avoir un enfant à elle. Elle sourit pour elle-même lorsqu’elle se dit à quel point elle faisait tout à l’envers, à quel point les codes les plus enfantins lui échappaient, alors qu’elle pouvait manipuler une audience, trouver une faille, retourner une situation en sa faveur. Elle aurait dû exceller dans l’art de la conversation de tous les jours, dans l’art de happer l’attention d’inconnus. Au lieu de quoi, elle les abordait en prenant des détails significatifs à la légère et se trouvait face à un mur d’incompréhension et de malaise.
Un léger contact la stoppa net dans son élan, alors que son esprit brouillait ses pensées, le décor où elle se trouvait, et même l’essentiel de sa journée, tout occupé qu’il était à analyser ce qu’il venait de se passer, et Reese découvrit qu’il s’agissait toujours d’Elvis. Elle s’était attendue à ce qu’il soit soulagé d’être laissé en paix et elle l’observa, un brin perplexe, se tournant vers lui en battant légèrement des cils. Elle l’écouta sans un mot, préférant attendre de connaître son humeur et ses intentions avant de s’aventurer à répondre quoi que ce soit - songeant furtivement qu’elle n’avait pas ce souci avec Carter, avec l’adolescent, tout coulait de source, tout était aisé, était-ce uniquement dû à sa jeunesse qui éclaboussait tout sur son passage? Un fin sourire étira toutefois les lèvres de la jeune femme et elle hocha la tête, compatissante. Même si elle n’avait aucune expérience dans les divorces pénibles, elle savait à quel point la fin d’une relation pouvait être douloureuse et destructrice, elle ne le blâmait donc pas d’avoir réagi et d’avoir été sur la défensive.
- Je comprends tout à fait, c’est normal. Vous n’avez pas à vous excuser, lui assura-t-elle en croisant les bras, se réinsérant dans la conversation.
Finalement, même si elle avait été maladroite, elle ne s’en était pas si mal sortie.
- Vous n’avez rien à vous faire par--, voulut-elle l’interrompre avant de le faire elle-même. Oh, un café, volontiers.
Reese pinça les lèvres, comme pour ravaler un sourire ou en tout cas atténuer celui qui cherchait à s’étirer. Elle dévisagea un instant Elvis puis demanda:
- Mais vous n’aviez peut-être pas fini votre visite. Je m’en voudrais de vous empêcher de la poursuivre, en plus de vous avoir importuné.
Cela ressemblait plus à une remarque polie qu’à une véritable quête d’absolution. Après tout, l’entrée ne coûtait pas grand-chose et la visite de musée était une activité qui pouvait être morcelée, étalée, il y avait toujours quelque chose de neuf à découvrir - un objet passé inaperçu la fois précédente ou une exposition éphémère qui changeait donc régulièrement. De plus, ils étaient tous les deux seuls et à moins qu’il ne soit attendu quelque part, ils avaient tout le temps de prendre un café pour reprendre à zéro.

_________________

When you’re on your own, you look for signs. Sometimes you make them up, sometimes they’re actually there, but most of the time you can’t tell the difference from the two.

aka Elvis Flowers

Dewey Griffith

messages : 530
face + © : hugh dancy ©Maryne <3
multinicks : winifred limon, robin cotton
points : 822
age : 39 ans
♡ status : marié à la magie
work : prestidigitateur & hypnotiseur
activities : tromper les gens, tester ses tours en permanence, collectionner les chemises hawaïennes, cuisiner des pâtisseries pour lui seul.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Disponible.

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Mar 31 Mar - 13:27
Un soulagement certain s’empara de Dewey en voyant la jeune femme se montrer compréhensive et attentive à ses paroles. Elle n’était visiblement pas vexée ou embarrassée par la façon dont il s’était conduit avec elle quelques minutes plus tôt. De son côté, Dewey ne s’estimait pas encore en totale confiance avec elle mais il pouvait tout de même affirmer qu’elle n’était pas une menace pour ses affaires personnelles. Son invitation sembla séduire Reese et il partagea son sourire discret, lui aussi ravi par cette perspective. D’un pas décidé, il entreprit de prendre le chemin menant à l’étage inférieur pour rejoindre ce fameux coffee shop en compagnie de cette jeune femme. « Ecoutez à priori, ce musée n’a pas pour projet imminent de déménager à l’autre bout du pays donc… Je reviendrai. » Il la regarda avec calme, une expression très différente de celle qu’il lui avait présenté lorsqu’il la soupçonnait d’être au courant de son dossier de divorce. Cette femme dégageait une assurance et une douceur terriblement apaisantes à voir. Il ne doutait pas qu’elle devait avoir eu son lot de mésaventures et de déconvenues par le passé mais cela se voyait sur son visage qu’elle avait su les surmonter avec force et grandir malgré - si ce n’est, grâce - à eux. Comme à son habitude, il se prit alors à imaginer son histoire, essaya de deviner son âge, ses filiations, ses passions. Son imagination et sa réflexion s’emballèrent tandis qu’ils prenaient l’escalier menant au rez-de-chaussée du musée.

Une fois qu’ils arrivèrent au coffee shop, Dewey passa sa commande d’un ristretto et se tourna vers la jeune femme afin de prendre sa commande. « Que prendrez-vous ? » Il l’imaginait bien se satisfaire d’un café américain mais il se retint de lui partager son intuition, sachant pertinemment que sa fâcheuse manie à déchiffrer les individus qu’il côtoyait pouvait en irriter plus d’un et il serait bien dommage de la braquer une fois de plus. Il choisit donc de patienter sagement, prenant mentalement les paris quant à savoir s’il avait enfin réussi à la cerner ou non.

_________________
❝ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost. ❞

Reese Edelstein

messages : 464
name : Olivia
face + © : blake lively, saaya
multinicks : chad, emerson, harper, jax, lydia, parker, stella, tobias, zoya
points : 835
age : 34
♡ status : single
work : lawyer
activities : travelling, avoiding windmont bay, working too much
home : ocean avenue

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : carter, mikkel, dewey

the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) · Ven 3 Avr - 11:47
Lorsque Reese retrouvait Windmont Bay, c’était dans le but de faire un break, une pause dans son train de vie infernal. C’était un moyen de se vider la tête, d’oublier ses responsabilités, de respirer l’air marin, de suivre un sentier le long des falaises, de lire un livre à la terrasse de son appartement avec vue sur l’océan, de déguster un bon verre de vin en cuisinant, de s’octroyer un petit-déjeuner chez Marceline’s. Tant de choses qui lui étaient en temps normal impossibles. Windmont Bay était une parenthèse hors du temps, un lieu discret où se ressourcer. Un endroit où elle pourrait envisager de se poser vraiment. C’était un peu dans cette optique qu’elle avait acheté l’appartement: pour avoir un endroit où battre en retraite, qu’elle puisse qualifier de sien, même si elle n’y passait qu’un temps réduit tout au long de l’année. C’était là où elle pouvait décider de rester, si elle en venait un jour à le vouloir. Si elle en avait assez de voyager, de ne pas avoir son lit à elle, de prendre l’avion d’un coin des Etats-Unis à l’autre. Oh, elle ne pensait pas encore en être à ce stade-là, elle arrivait tout juste au niveau qu’elle avait convoité, après tout, ce n’était pas pour s’arrêter tout à coup. Mais la jeune femme avait besoin d’un point d’ancrage, une ville où revenir pour autre chose que pour le travail - et ce n’était pas New York, c’était certain. Peut-être était-ce inconsciemment qu’elle avait choisi de résider à l’opposé de sa ville natale, Reese ne se posait pas vraiment la question. Elle avait vu Windmont Bay et était tombé instantanément sous son charme. Peut-être idéalisait-elle la petite ville d’Orgeon mais Reese ne s’en formalisait pas. C’était le premier endroit à avoir happé ainsi son attention et son intérêt, elle n’avait fait que suivre son instinct - ou son coeur, au choix.
Reese reprit sa marche, aux côtés d’Elvis, cette fois, en direction de la sortie, sa visite passée complètement en second plan. Elle émit un petit rire à sa réflexion et acquiesça. Il était en effet fort peu probable que le musée historique disparaisse, il n’aurait pas eu de raison d’être ailleurs qu’ici.
- Un Chai Latte, s’il vous plait, dit-elle après avoir analysé le menu affiché derrière le vendeur.
La boisson lui évoquait un salon cosy, en plein hiver, les paumes pressées contre le verre délicieusement chaud. Ce n’était même pas un souvenir, juste une sensation proche d’une publicité idéalisée, mais à cet instant précis, c’était ce qui inspirait Reese et elle remercia l’employé, quelques instants plus tard, lorsqu’il lui tendit la tasse et sa soucoupe, accompagnée d’une cuiller et d’une gourmandise. Reese suggéra une table d’un coup de menton et s’installa avec un soupir satisfait.
- Bon. A présent, il va falloir trouver un mot de secours si vous voulez éviter un sujet. Vous n’aurez qu’à le prononcer pour que je sache qu’il faut changer de sujet. Qu’en dites-vous? s’enquit-elle, un sourire un brin taquin aux lèvres, mais elle espérait qu’il n’y verrait qu’une simple plaisanterie. Par exemple… Est-il permis de savoir ce que vous faites à Windmont Bay? Y vivez-vous?
Elle trouvait en effet singulier qu’ils se retrouvent tous les deux ici, même sans s’être connus auparavant. New York lui semblait si lointain, dans un monde parallèle, qu’à l’exception d’une personne ou deux, elle n’arrivait pas à croire qu’elle puisse croiser quelqu’un “d’externe” dans cette petite ville côtière.
- Je ne voudrais pas commettre de nouvelle maladresse, dit-elle avec un léger haussement d’épaules, en portant la tasse à ses lèvres.

_________________

When you’re on your own, you look for signs. Sometimes you make them up, sometimes they’re actually there, but most of the time you can’t tell the difference from the two.

Contenu sponsorisé




the girl with x-ray eyes (R/D) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the girl with x-ray eyes (R/D) ·
 
the girl with x-ray eyes (R/D)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: windmont bay history museum-
Sauter vers: