hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Joyeux anniversaire FS ! Et oui, deux ans déjà. Pour les célébrer comme
il se doit, nous lançons la season 3. Ce nouveau chapitre
s'accompagne d'un nouveau design et quelques nouveautés !
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-21%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
77,89 € 99 €
Voir le deal

 

 like a four-leaf clover


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane
Aller en bas 

Lydia Winters

messages : 1210
name : Olivia
face + © : purnell + © ichi + gifs, @tumblr
multinicks : chad, emerson, greyson, harper, jax, stella, tobias, zoya
points : 1381
age : 18 years old
♡ status : brokenhearted
work : room maid @ the majestic
activities : being mad at everyone
home : renting a tiny place on crescent lane where she lives with her daughter

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rufus, atticus, cash

like a four-leaf clover Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· like a four-leaf clover · Mer 1 Avr - 16:28
CASH + LYDIA
@Cash Siringo
A good best friend is like a four-leaf clover;
hard to find and lucky to have.

01.04.2020 > afternoon/night

Lydia jeta un dernier coup d’oeil admiratif au gâteau avant de le ranger dans le frigo. Elle avait été spécialement chez Marceline’s pour le commander. Elle aurait bien été incapable de lui donner la forme qu’elle souhaitait et elle avait donc fait appel aux talents des pâtissiers de l’enseigne locale. La confection augmentait légèrement le coût du dessert festif mais Lydia avait jugé que Cash méritait bien ça. Et puis on ne fêtait pas ses dix-huit ans tous les jours! Alors elle avait mis les petits plats dans les grands, même si elle avait prévu une soirée en tête-à-tête chez elle. Elle doutait que les Siringo organisent quoi que ce soit et elle ne pouvait pas emmener Cash au Davey’s (parce qu’ils n’avaient pas l’âge de boire, bien que ça soit encore contournable, à son avis, mais surtout parce qu’elle devait s’arranger avec la présence de Robin et ses sorties étaient nettement plus limitées depuis qu’elle avait pris son indépendance et vivait seule avec sa fille). Ils fêteraient donc ça dignement au rez-de-chaussée de la petite maison qu’elle louait à Crescent Lane et tant pis si c’était un mercredi soir, tant pis s’ils faisaient du tintamarre (elle espérait secrètement que ça importunerait son voisin du dessus pour toutes les fois où il faisait un boucan d’enfer quand il rentrait en pleine nuit).
Le gâteau était prêt. Les bols de biscuits apéritifs aussi. Ainsi que l’alcool. Robin s’était amusée à décorer le salon de guirlandes colorées pendant que la demoiselle emballait son cadeau en gardant à l’oeil l’heure. Elle avait demandé à Cash s’il pouvait garder Robin ce soir parce qu’elle avait une urgence, un remplacement d’une collègue au Majestic et si elle n’était pas certaine que son meilleur ami tombe dans le panneau (il était né un 1er avril, après tout, les poissons, il les connaissait par coeur), elle se dit qu’elle pouvait quand même essayer. Robin était quant à elle excitée comme une puce, ravie à l’idée de faire une surprise à Cash et elle sautillait et tripotait tout ce que Lydia avait soigneusement installé, de sorte que l’adolescente devait sans cesse la rappeler à l’ordre. La fillette mettait alors ses mains dans son dos mais cela durait moins de cinq minutes avant que ses petites mains s’approchent des amuse-gueules.
- Robin, va te cacher, il arrive! s’exclama soudain Lydia, postée près de la fenêtre, soigneusement dissimulée par le rideau pour guetter la venue du jeune Siringo.
Robin poussa couinement de petite souris et se réfugia derrière le canapé. Lydia jeta un tissu léger sur la table pour dissimuler la fête et retrouva sa fille derrière le meuble, posant la main sur la bouche de la petite qui ne pouvait s’empêcher de glousser, tout en tendant l’oreille pour percevoir les pas sur le seuil, la clé qui tournait dans la serrure, la porte qui s’ouvrait lentement et quand elle devina que Cash devait être tout à fait entré, elle saisit la main de Robin et après avoir compté silencieusement jusqu’à trois, les deux demoiselles sortirent de leur cachette en s’époumonnant:
- JOYEUX ANNIVERSAIIIIIRE!!!
Robin sauta sur place puis se précipita vers Cash pour entourer ses jambes de ses bras trop courts, annonçant, tout essoufflée:
- Y a une guenouille sur le gâteauuuuu!
Lydia fit les gros yeux mais finit tout de même pas éclater de rire en entendant sa fille spoiler la surprise.
- Elle était censée attendre qu’on sorte le gâteau mais bon…
Pouvait-elle blâmer l’enfant de trois ans? Robin avait vécu avec les amphibiens de Cash pendant plusieurs mois, elle connaissait son amour pour ceux-ci, il était donc normal qu’elle veuille divulguer la surprise. Lydia dévoila l’apéritif qui s’étalait sur la table et elle acquiesça lorsque Robin se précipita vers les bols pour plonger ses petits doigts gourmands dans les chips. Elle profita de cet instant pour se tourner vers Cash et l’approcher, écartant les bras pour le serrer contre elle.
- Joyeux anniversaire. J’espère que le babysitting te plait, plaisanta-t-elle, les bras autour de sa nuque avant de lui planter un baiser sur la joue. Qu’est-ce que tu bois? J’ai de tout ou presque. Et je ne rigole même pas. Ce soir, my friend, on te fête en grandes pompes!
La demoiselle le relâcha et s’écarta pour lui attraper la main:
- Je ne vaux pas mieux que ma fille mais viens voir le gâteau!
Elle tira Cash jusqu’à la cuisine et ouvrit le frigo pour sortir la boite, dont elle souleva le côté supérieur pour lui révéler le gâteau au chocolat surmonté d’une grenouille vert fluo.

_________________

I gave the wrong people the right parts of me and gave the right people the wrong parts of me.
outlook not so good

Cash Siringo

messages : 727
face + © : bassett, pretty girl
multinicks : trent, tomas, robbie
points : 741
age : eighteen (01/04/02)
♡ status : enamored.
work : windmont high, amateur comic creator. part-time job at the bulletin drawing some cartoons.
activities : keeping a low profile, avoiding the other siringos, drawing his comics, singing in his head and teaching himself how to play guitar.
home : chaos house (ie living with the siringos).

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

like a four-leaf clover Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: like a four-leaf clover · Dim 19 Avr - 16:44
Cash leva un sourcil, interrogateur. Il avait laissé son vélo tomber nonchalamment sur la pelouse (personne ne le lui volerait, vu son état de délabrement – Cash était lui-même surpris que l’engin puisse encore rouler), devant la maison dont Lydia louait le rez-de-chaussé, et il aurait juré avoir vu, au même moment, un des rideaux bouger. Il savait que sa meilleure amie lui préparait quelque chose. Le coup monté était d’une évidence folle, même s’il s’était employé à jouer le jeu. Ce soir, il était censé garder Robin. Il avait oublié la raison que lui avait avancée Lydia ; lorsqu’il avait accepté, en pianotant une réponse rapide et enjouée sur son téléphone, son esprit était déjà bien trop occupé à imaginer ce que Lydia pourrait, éventuellement, lui préparer. Même s’il se trompait, même s’il devait réellement enfiler le costume de baby-sitter ce soir-là, Cash était tout de même ravi de pouvoir s’échapper de la maison Siringo, de pouvoir éviter d’avoir à subir l’indifférence des jumeaux, qui avaient oublié son anniversaire ou bien l’amertume de Clarissa, qu’il n’expliquait pas et ne cherchait plus à comprendre. Pire : et si les Siringo n’avaient pas oublié son anniversaire ? Et si Chad leur avait rappelé la date importante et qu’il les avait motivé à préparer quelque chose de spéciale, pour resserrer les liens de la fratrie, sa nouvelle obsession, comme s’il cherchait une certaine rédemption ? Quoi que Lydia lui avait préparé, et même si elle ne lui avait rien préparé, il était heureux de se trouver devant la petite maison. Son sac à dos était plein à craquer de confiseries et de sodas, dans l’éventualité où lui et Robin passerait un moment rien que tous les deux. Et si une surprise l’attendait réellement, il était également prêt à cette éventualité.
Il retira les écouteurs de ses oreilles en tirant sur le cordon (le son était si fort qu’il était encore perceptible) et il les fourra nonchalamment dans la poche de son jeans, les yeux posés sur la porte d’entrée qu’il s’empressa de rejoindre, la curiosité à son pic. Il chercha la clef que lui avait confiée Lydia et, une fois dans ses doigts, l’introduisit dans la serrure, qu’il tourna lentement. Lorsque la porte fut entrouverte, il jeta un coup d’œil à l’intérieur, où une atmosphère olympienne régnait. Trop calme, pensa-t-il en souriant largement et en poussant un peu plus la porte, qu’il referma derrière lui une fois à l’intérieur. Il fronça les sourcils, se mordilla la lèvre inférieure et balaya du regard la pièce.
Il sursauta lorsque Robin et Lydia apparurent soudainement derrière le canapé et poussa un cri de surprise. Il aurait voulu s’écrier qu’il s’attendait à une surprise party, mais il avait peur de miner la bonheur de la fillette qui se précipitait déjà sur lui.
– Arghhhh !, rugit-il lorsque Robin s’empara de sa jambe.
Cash jeta un regard en direction de Lydia, dans lequel il espérait qu’il lui transmettait toute sa gratitude et à quel point il l’aimait, avant d’attraper Robin. Il la prit dans ses bras et couvrit son petit cou de bisous, qui provoquèrent l'hilarité de la fillette. Lorsqu'elle reprit son calme, Cash la regarda et lui sourit, touchant le bout de son petit nez avec le sien, avant de lui offrir une grimace qui amorcèrent d’autres éclats de rire et de la reposer par terre.
– Nonnnn ! Une guenouille ?! Vraiment ! Mais c’est mon animal préféré !, s’exclama-t-il en guise de réponse à Robin, qui le regarda et lui lança un rapide : Bah oui, comme pour lui montrer toute la logique qu’il feignait de ne pas avoir compris.
Lydia venait de les rejoindre et il lui sourit tendrement, haussant les épaules lorsqu’elle lui indiqua que Robin était censée attendre avant de révéler la surprise du gâteau. Il la regarda lever le voile sur toute ce qu’elle avait préparée pour son anniversaire et combla la distance qui la séparait d’elle pour la prendre dans ses bras et la remercier.
Merci !,, murmura-t-il dans le creux de son oreille, avant de briser l’étreinte et de lui sourire davantage. J’avais quand même préparé des trucs dans mon sac au cas où je devais vraiment garder le monstre, dit-il, révélant au passage qu’il s’était douté qu’elle lui préparait quelque chose pour son anniversaire.
Avant qu’il ne puisse répondre à sa question, elle attrapa sa main et le tira jusqu’à la cuisine, où elle ouvrit la porte du frigidaire et révéla, en soulevant une boîte où le nom « Marceline’s » était élégamment imprimé (combien lui avait coûté cette folie ?, pensa-t-il, silencieusement), la grenouille vert fluo qui couvrait le gâteau préparé pour l’occasion.
Robin arriva rapidement et s’empara à nouveau de sa jambe.
– Je veux voir moi aussi !, s’écria-t-elle, et avant que Lydia n’eut le temps de réagir, il l’attrapa à nouveau et la prit dans ses bras pour qu’elle puisse contempler (il se doutait que c’était probablement la vingtième fois qu’elle apercevait le gâteau) la grenouille.
– Qui va manger la grenouille, hein ?, lui demanda-t-il. La fillette lui fit une grimace, l’air de dire que les guenouilles, ça ne se mangeait pas.
Il se tourna vers Lydia. Pouvait-elle voir, sur son visage, qu’il rayonnait ? Qu’il était le garçon le plus heureux de la terre ? Qu’il était le garçon le plus chanceux, de l’avoir comme amie, de l’avoir dans sa vie, elle et Robin ? Il ne savait pas s’il arrivait à dégager tout ce qu’il n’arriverait jamais à formuler de vive voix.
Cash tourna la tête vers Robin, qui se cramponnait à son bras, et il dit :
– Ou peut-être que je vais te manger toi !, grogna-t-il en la faisant basculer dans ses bras et en se précipitant vers le canapé. Il se laissa glissa sur le rebord et tomba, Robin dans les bras, sur les coussins. La fillette éclata à nouveau de rires, avant de succomber à l’appel des gâteaux apéritifs et de se débattre pour briser l’étreinte dans laquelle il la tenait fermement.
Couché sur le canapé, il se redressa : sa tête dépassait du rebord et il capta le regard de Lydia.
– Sert moi ce que tu veux, j’imagine bien que tu as tout prévu, dit-il en levant un sourcil badin.

_________________

(...) love is a superpower we all have, but it's not always a superpower we're able to control.

Lydia Winters

messages : 1210
name : Olivia
face + © : purnell + © ichi + gifs, @tumblr
multinicks : chad, emerson, greyson, harper, jax, stella, tobias, zoya
points : 1381
age : 18 years old
♡ status : brokenhearted
work : room maid @ the majestic
activities : being mad at everyone
home : renting a tiny place on crescent lane where she lives with her daughter

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rufus, atticus, cash

like a four-leaf clover Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: like a four-leaf clover · Jeu 23 Avr - 11:25
Cash et Lydia, leur histoire, elle remontait à loin. C’étaient leurs points communs qui les avaient rapprochés et ils avaient trouvés l’un et l’autre, l’un en l’autre, un allié indéfectible, qui comprenait, qui savait, qui jamais ne jugeait. Ils venaient tous les deux d’une famille dont le patronyme en disait déjà long, avant même qu’on les connaisse. Chez les Winters comme chez les Siringo, la génération des parents laissait à désirer. Ils étaient de ceux qui auraient sans doute mieux fait de faire meilleur usage des moyens de contraception - mais si ç’avait été le cas, Cash et Lydia ne seraient pas là. Tout comme Robin. Lydia, elle trouvait le réconfort auprès de Cash. Il n’y avait qu’avec lui qu’elle se sentait délestée des problèmes quotidiens, qu’à son contact qu’elle pouvait dire et faire tout ce qu’elle voulait, sans redouter un retour de flammes ou un regard perplexe. Ils se connaissaient sur le bout des doigts et, la demoiselle en était certaine, quand elle serait vieille et fripée, ce serait toujours vers Cash que son regard se tournerait quand elle aurait besoin de se sentir invincible, quand elle voudrait chasser les nuages sombres. Elle aurait tout fait pour Cash, comme il aurait tout fait pour elle, elle le savait. Elle savait aussi la chance qu’elle avait de pouvoir compter sur lui, de faire partie de sa vie, d’évoluer à ses côtés.  
Elle se doutait bien qu’il y avait peu de chance que sa surprise-party soit une surprise totale, mais elle n’avait pu s’empêcher de prétendre étonner Cash. Bien sûr qu’il devait deviner la supercherie, elle n’avait jamais manqué l’un de ses anniversaires, jamais oublié de le fêter joyeusement, que ça soit avec des mots secrets dans son casier, à l’école, ou une gourmandise sur laquelle elle avait toujours planté sa bougie. D’ailleurs, il ne fallait pas qu’elle oublie de la piquer dans le gâteau. Il n’allait donc pas tomber à la renverse ce soir, mais le gâteau compenserait le manque d’originalité - ça, au moins, il ne s’y attendait pas, Lydia en était certaine. Elle se demandait même s’il allait vouloir y toucher, s’il n’allait pas avoir mal au coeur à l’idée d’enfoncer un couteau dans la décoration qui représentait son animal fétiche. Ce serait elle qui le couperait en part gigantesque (le gâteau était beaucoup trop grand pour juste eux trois mais tant pis) dont ils se gaveraient à en avoir mal au ventre. Ce soir, il n’y avait pas de restriction, pas de limites, juste le bonheur de partager ce moment ensemble.
La demoiselle pouffa de rire en assistant à l’échange entre Robin et Cash, autant lorsque le jeune homme feignit une stupéfaction totale que lorsque sa gamine ébaucha une moue désabusée.
- On voit de qui elle tient, plaisanta-t-elle, en secouant la tête.
Son bébé devenait un petit être humain, avec sa personnalité, ses réactions propres et Lydia s’en émerveillait chaque jour. Elle avait hâte de voir quel petit bout de femme elle deviendrait - plus épanoui que sa mère, elle l’espérait - mais redoutait en même temps qu’elle grandisse trop vite, comme la plupart des Winters. Elle aurait voulu la préserver de la vie, mais elle s’en sortait plutôt mal, jusqu’ici. Heureusement qu’il y a Cash, songea l’adolescente avec un soupir. Oui. Heureusement qu’il y avait Cash pour chasser l’ombre, pour apporter la lumière, pour jouer les chevaliers contre sa mélancolie.
- C’est parfait, il n’y a jamais de trop, tu sais bien! lui assura-t-elle. Je misais très peu sur l’idée que tu puisses tomber dans le panneau.
Lydia haussa les épaules et admira le travail de l’artiste pâtissier qui avait exaucé ses souhaits (c’était encore plus beau que ce qu’elle avait imaginé). L’adolescente posa les mains sur l’épaule libre de Cash et pressa le menton sur celles-ci, admirant l’oeuvre, tout en inspirant au passage le parfum de sérénité qui se dégageait de leur douce réunion en cuisine. Une vraie petite famille, pensa furtivement la demoiselle, mais les amis n’étaient-ils pas la famille que l’on se choisissait?
La jeune femme se redressa lorsque Cash tourna la tête vers elle puis il reporta son attention sur Robin. L’instant s’effilocha pour virer en joyeuse plaisanterie quand le héros du jour feignit de dévorer la fillette. Robin poussa des cris suraigus, ponctués de rires irrépressibles et Lydia secoua la tête d’un air faussement réprobateur en les voyant se vautrer dans le canapé. Elle profita de la diversion pour sortir la fameuse bougie (ce n’était évidemment pas celle de l’an passé, Lydia avait eu le temps de la perdre, avec tous ses déménagements, mais elle avait acheté exactement la même, une bougie torsadée de bleu et de rouge, qui ne s’éteignait qu’au bout de trois ou quatre tentatives) et elle la plaça au centre de la tarte avant de sortir un briquet pour l’allumer.
- D’abord, on souffle la bougie, monsieur. Robin, va chercher l’appareil photo!
Soulevant  délicatement le gâteau pour éviter toute chute malencontreuse, Lydia vint se poster sur le seuil et attendit que Robin soit revenue avec l’appareil pour compter jusqu’à trois puis se mettre à chanter:
- Joyeux anniversaiiire, Joyeux anniversaiiiiire, joyeux an-niver-saire… Cash! Jo-yeux an-ni-ver-saiiiiiiire!
Robin s’était mise à chanter à tue-tête et tapait des mains, le temps que sa mère approche et dépose le met au centre de la table. Lydia récupéra ensuite la caméra et s’accroupit en face de Cash, tout en adressant un signe à sa fille pour qu’elle rejoigne le jeune homme.
- Prêt? Action!
Lydia mit l’enregistrement en route et filma l’instant, pressant sa main contre ses lèvres pour ne pas rire trop fort, tout en essayant de ne pas trembler, en regardant les efforts de Cash pour souffler la petite flamme récalcitrante. Elle prit ensuite en photo le moment de victoire lorsque la bougie fut vaincue et poussa un cri joyeux en dansant autour de la table, dans le sillage de Robin.
- Buvons, maintenant! s’exclama-t-elle en disparaissant à nouveau à la cuisine, quelques secondes, le temps d’attraper deux bières et le jus de fruit de Robin (trop sucré pour l’heure tardive mais elle voulait que sa fille puisse fêter l’événement autant qu’eux). J’espère que tu as fait un voeu! ajouta-t-elle en se laissant tomber de l’autre côté de la table de salon, absorbant une gorgée de bière avant d’attraper quelques cacahuètes.
- Comment s’est passée ta journée? s’enquit-elle, espérant un peu égoïstement que ce moment-ci soit le meilleur, évidemment.

_________________

I gave the wrong people the right parts of me and gave the right people the wrong parts of me.
Contenu sponsorisé




like a four-leaf clover Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: like a four-leaf clover ·
 
like a four-leaf clover
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: