hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Joyeux anniversaire FS ! Et oui, deux ans déjà. Pour les célébrer comme
il se doit, nous lançons la season 3. Ce nouveau chapitre
s'accompagne d'un nouveau design et quelques nouveautés !
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-29%
Le deal à ne pas rater :
Maillot Nike NBA Swingman – Stephen Curry Warriors Icon Edition
64 € 90 €
Voir le deal

 

 legacy


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue
Aller en bas 

Jean Shelley

messages : 956
name : all souls (maryne)
face + © : cw @ailahoz
multinicks : ezra, madd, riley & gaby
points : 678
age : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, making fun of robin, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, luna, gibi, chani, nathan & rory

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· legacy · Mar 7 Avr - 13:15
GIBI x JEAN
l e g a c y
@gibi shelbia

Jean aux fourneaux, c’était quelque chose. Si la brune était une star de cinéma, elle n’était certainement pas la star des cuisines, et encore moins de la sienne. L’une des rares choses qu’elle ne foirait pas était les cookies. Alors lorsqu’elle sort sa fournée encore toute chaude, elle hume, et l’odeur des cookies et la fierté qu’elle en tire. Comme quoi tout n’était pas désespéré pour son cas. Elle retire son gros gant, en attrape un en tentant de ne pas se brûler. Les yeux fermés, le sourire satisfait et les papilles qui se régalaient. Un délice. C’est la sonnerie de la porte d’entrée qui la tire de sa dégustation. Elle se presse jusqu’à l’entrée pour y découvrir Gibi, un peu plus excitée que d’habitude, qui déboule dans son entrée.
La relation entre les deux jeunes femmes n’avait pas été de tout repos. Jean était passé de modèle pour la jeune femme, à déception considérable. Du moins jusqu’à ce qu’elles ne règlent leurs différents t que Jean lui explique que tout n’était pas noir et blanc même si elle reconnaissait volontiers qu’elle n’était pas forcément un exemple à suivre. Pourtant, que Gibi la voit comme un modèle l’avait toujours flatté. Ça l’avait d’abord surprise parce qu’elle ne pensait pas inspirer sincèrement quelqu’un. Mais ça l’avait réellement touché, et depuis, elle s’’était efforcée de lui prodiguer de meilleurs conseils. « T’as l’air en forme ! » commente-t-elle en guise de bonjour face à l’arrivée de tornade qu’elle venait de lui faire. En la voyant relever le nez à cause de l’odeur, Jean affiche son plus beau sourire. « et tu tombes bien ! les cookies sortent du four ! Promis ils sont réussis » elle se dirige rapidement vers la cuisine, Gibi sur ses talons. « Pas comme le dernier poulet rôti que j’ai tenté de faire. Les cookies c’est une valeur sûre. » en tout cas pour elle. Et sans doute la seule. Elle les retire de la plaque pour tous les mettre dans un plat avant de les lui présenter. « T’as l’air en forme. Qu’est ce qui t’amène ? » demande-t-elle en laissant ses doigts glisser dans la crinière brune de celle qu’elle considérait comme aussi, un peu, comme sa nièce.  




Gibi Shelbia

messages : 817
name : margot
face + © : olivia rodrigo; corpsie la chipie
multinicks : Finn ▴ James ▴ Ali ▴ Philae ▴ Daphne ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 476
age : 17 yo
♡ status : single - pregnant.
work : uh? no way, dude.
home : @ Luna's ranch.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Luna ▴ Dean ▴ Jean ▴ Howard ▴ TC (AMO) ▴ Nathan ▴ (Alvin) | fr/en ▴ closed

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Mar 14 Avr - 1:34
Pour une fois, Gibi avait autre chose en tête que sa grossesse et honnêtement : cela faisait un bien fou. Cette audition, si elle la décrochait, lui permettrait sûrement de réaliser son plus grand rêve : devenir actrice de cinéma, ou de télévision. Bon, pas vraiment en réalité, car il faudrait encore que Gibi décroche d’autres rôles après celui-là mais être figurante dans un film d’action était probablement un bon début pour se familiariser avec le milieu mais aussi - et surtout - se rapprocher de personnes qui auraient les moyens de lui faire passer des castings pour des rôles plus intéressants que celui-ci. Oui, bien sûr, il y avait plus important qu’un vulgaire rôle de caissière au supermarché mais cette fois, Gibi aurait une réplique ! Elle échangerait ladite réplique avec le personnage principal du film - dont le nom restait secret pour l’instant (le nom du personnage comme du film). Ne parvenant plus à contenir son excitation, elle décida de se rendre directement chez la seule personne de son entourage qui s’avérerait utile - et pourrait lui donner quelques conseils : Jean Shelley.
Frappant trois coups bien forts à la porte, elle attendit que la porte s’ouvre et pénétra dans l’appartement de sa cousine sans même y être réellement invitée. “T’es occupée là ? Pas assez pour ne pas avoir le temps de discuter avec moi, pas vrai ?” Ponctuant sa phrase d’un énorme sourire, Gibi ne laissa pas vraiment le choix à Jean et se dirigea dans la cuisine, suivant l’odeur des cookies auxquels elle ne résistait jamais. “Chocolat ? Praline ? Truc chelou aux graines ?” demanda-t-elle avant d’aller vérifier directement dans le four si elle avait opté pour une valeur sûre ou plutôt pour un truc à la mode, bon pour la santé et… probablement dégueulasse. “Ha bah oui parce que ça… franchement, je veux bien faire un effort pour manger un peu de tout mais le poulet tellement sec que tu manques de t’étouffer avec… J’ai cru que Luna allait s’étouffer à vouloir le manger pour te faire plaisir.” répondit-elle du tac au tac en refermant le four, ravie du choix que l’ancienne actrice avait fait. Elle se hissa ensuite sur le plan de travail après avoir vérifié qu’il était propre et balança ses jambes avec un petit sourire en entendant la question de Jean. Elle ferma une seconde les yeux en sentant ses doigts dans sa chevelure, le visage de sa mère se dessinant immédiatement dans son esprit. Avant, c’était leur truc à elle. Quand Gibi n’était pas en forme mais qu’elle n’avait pas spécialement envie d’en parler, elle venait réclamer à sa mère qu’elle lui brosse les cheveux. Secouant la tête à cette pensée qui la rendait plus triste qu’autre chose, Gibi se reconcentra sur la raison de sa venue : “Bon, tu t’rappelles que j’ai eu plusieurs rôles de figuration, dont pas mal ces derniers temps. Eh bien cette fois, on me propose un vrai rôle !” lâcha-t-elle (cria-t-elle presque même) avec enthousiasme. “Enfin un vrai rôle, disons quelque chose de plus sérieux ! Je serai caissière et je rendrai la monnaie au personnage principal. Je sais pas exactement ce qu’il achètera mais ça doit être une scène méga importante pour qu’ils fassent venir leur héro dans un supermarché, tu crois pas ?

_________________


O N L Y  H U M A N


Jean Shelley

messages : 956
name : all souls (maryne)
face + © : cw @ailahoz
multinicks : ezra, madd, riley & gaby
points : 678
age : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, making fun of robin, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, luna, gibi, chani, nathan & rory

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Ven 17 Avr - 15:48
GIBI x JEAN
l e g a c y
@gibi shelbia

Gibi était une véritable tornade. Une bouille d’ange qui cachait bien souvent quelque chose de bien moins angélique. Jean avait appris à ses dépends que lorsque la môme avait quelque chose en tête, elle ne l’avait définitivement pas ailleurs. Il était impossible de lui faire changer d’avis ou de la dévier de sa trajectoire. Et malgré ses quelques coups d’éclats -quoique réguliers- Jean adorait la môme. Plus jeune que sa propre petite sœur mais bien moins épouvantable. Si elles pouvaient toutes les deux avoir un côté peste, la britannique se sentait bien plus proche et complice de Gibi que de Jade.

« qui oserait te dire le contraire ? »
réplique-t-elle comme la grande actrice qu’elle est, mais un brin taquine. Elle savait pertinemment que la brune ne lui laissait pas le choix, elle avait toujours eu ce don pour s’imposer aux autres, que ça soit le moment ou non. A peine les cookies mentionnés que la gosse se dirige vers la cuisine, ne prenant pas la peine d’attendre la réponse. Mais c’était une valeur sûre : pépite de chocolat. Jean n’avait jamais été fan des derniers trucs supposés hyper diet ou super protéinés destinés à vous faire maigrir. C’était sans gout, et définitivement pas au sien. « bon eh ça va ! on fait tous des erreurs » mais elle reconnaissait bien luna là-dedans, trop polie pour ne pas vouloir heurter sa sensibilité. Le four refermé, les deux brunes laissaient les cookies à leur cuisson pour mieux se concentrer sur ce qui amenait la plus jeune ici. Machinalement, les doigts de Jean se perdaient dans la chevelure de celle qu’elle considérait comme sa nièce, ou comme une cousine, c’était un peu vague et ça lui importait peu. L’actrice acquiesce d’un signe de têtes à ses propos. Elle se souvenait aussi parfaitement de Gibi qui la prenait comme modèle sans franchement avoir compris pourquoi. Elle ne se considérait pas franchement comme un exemple à suivre, même si la jeune fille n’en voyait probablement que les bons côtés et les paillettes qui allaient avec. Aucun doute qu’à un moment ou à un autre, ça faisait rêver quelques adolescentes. « C’est vrai ?! C’est génial ! » ce n’était peut-être pas le rôle du siècle, mais c’était déjà un début. Le chemin qu’elle empruntait était tortueux et difficile. Les carrières d’actrice -en plus de se reposer sur un talent et un charisme certain- reposait bien souvent sur quelques coups de chances et coups du sort, comme rencontrer la bonne personne, au bon endroit au bon moment. « C’est pour quand ? Dis moi que le tournage est dans le coin ? Quel genre de film ? » continue-t-elle de demander, réellement curieuse. Elle avait toujours peur qu’un producteur douteux n’approche Gibi, misant sur son envie viscérale de faire des films -petit ou grand écran- et ne lui propose des choses que peu adaptées, comme des choses bien trop dénudées. Mais sans doute qu’avec un rôle de caissière, elle ne risquait pas grand-chose. « Peu importe le héro, Gibi, tu seras entourée de professionnels, et tu pourras toujours glaner quelques conseils… Ou des contacts » ajoute-t-elle, avec un sourire complice sur le coin des lèvres. Jean essayait de lui faire comprendre que parfois certains rôles pouvaient sembler moindre (mais il fallait bien commencer quelque part) mais que ça ne voulait pas dire qu’elle ne pouvait pas récupérer encore plus. Qui sait si elle ne rencontrait pas la personne qui pouvait lancer sa carrière.


_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Gibi Shelbia

messages : 817
name : margot
face + © : olivia rodrigo; corpsie la chipie
multinicks : Finn ▴ James ▴ Ali ▴ Philae ▴ Daphne ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 476
age : 17 yo
♡ status : single - pregnant.
work : uh? no way, dude.
home : @ Luna's ranch.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Luna ▴ Dean ▴ Jean ▴ Howard ▴ TC (AMO) ▴ Nathan ▴ (Alvin) | fr/en ▴ closed

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Sam 25 Avr - 1:33
Gibi leva doucement les yeux au ciel en entendant Jean se moquait gentiment d’elle, faisant mine de traiter Gibi comme si elle était une princesse que personne n’oserait contredire. Elle se tourna doucement vers sa cousine, fronçant son nez avant de lui lancer un petit hissement levant son bras comme font les chats pour attaquer. Elle poursuivit ensuite son chemin vers la cuisine, humant avec un plaisir exagéré l’odeur des cookies et se retourna vers Jean pour lui donner un  pouce d’approbation après avoir vérifié que l’odeur émanait bien du four. Elle ne résista pas à l’envie de taquiner Jean sur sa cuisine mais en réalité, elle pouvait déjà les voir : ces petits cookies allaient être croquants à souhait à l’extérieur et fondant dans la bouche. Gibi n’avait qu’une hâte : qu’enfin, ils se trouvent sur son palais et poursuivre leur route vers son estomac. Elle en salivait d’avance. Gibi pouffa doucement en l’entendre prétexter une erreur pour son poulet trop cuit et secoua la tête, tout en balançant doucement ses jambes, maintenant qu’elle était installée sur le plan de travail. “Bah je peux rien dire - maman a jamais réussi à cuire un poulet rôti. Il était soit pas assez cuit, soit trop cuit, y a jamais eu d’entre deux.” Elle esquissa un petit sourire, sentant sa poitrine se resserrer et secoua doucement la tête, regrettant de l’avoir mentionnée. Elle ne savait pourquoi mais c’était toujours plus douloureux de parler de sa mère devant des gens qui la connaissaient. Peut-être était-ce le fait de prendre le risque qu’ils y aillent eux aussi de leurs anecdotes, qui de temps en temps était une anecdote que Gibi ne connaissait pas - et qui ne faisait que lui rappelait combien elle avait encore de choses à apprendre sur elle. Ainsi, aussi vite qu’elle le put, Gibi enchaîna sur la réelle raison de sa venue chez Jean expliquant avec enthousiasme l’opportunité qui se trouvait devant elle, parlant sans doute un peu trop fort et un peu trop vite pour que cela soit agréable pour des oreilles extérieures mais avec Jean, cela serait différent. Elle savait pertinemment ce que c’était que de vivre l’excitation des premières auditions et de voir une chance que sa carrière ne se développe. Son sourire s’élargit encore - si cela était seulement possible - un peu plus lorsque sa cousine partagea son enthousiasme et Gibi acquiesça exagérément la tête, se retenant de sautiller sur place. “L’audition est la semaine prochaine, et le tournage dans un mois. Il aura lieu à Portland mais du coup, c’est parfait. Howard m’y emmène sans arrêt et ça n’a pas l’air de le gêner.” Elle sourit, fière de montrer qu’elle avait pensé à tout avant de continuer à répondre aux interrogations de son actrice préférée. “C’est un film d’actions - ils ne veulent pas nous en dire plus. Du coup, j’me dis que c’est peut-être un DC Comics ou un Marvel, et ça, ça serait vraiment classe quoi. Mon premier film, un film avec un tel budget!” L’air rêveur de Gibi suffirait à démontrer à Jean qu’elle serait prête à tout pour l’obtenir - même si sur ce genre de rôle, Gibi avait parfaitement conscience qu’elle ne pouvait pas faire grand chose. Il n’y avait pas d’adversaire à écraser, simplement être le meilleur d’elle-même. “Tu voudras bien m’aider à réviser mes lignes ? Il n’y en a que deux mais bon, tu sais de quoi tu parles, toi.” lui dit-elle, offrant son sourire le plus angélique à Jean avant de redescendre du plan de travail pour vérifier la cuisson des cookies. “Oui, oui je sais bien. Mais justement, si c’est une scène importante, c’est là où j’aurai le plus de chances de rencontrer des gens différents et peut-être que j’aurai un atome crochu avec l’un d’entre eux.” Elle sourit avant d’ajouter : “Bon, je vais pas te mentir. Je vais mourir sur place si le héro est joué par Shawn Mendes, clairement. Mais c’est clairement pas lui qui va remarquer Gibi Shelbia, je le sais bien.” dit-elle, posant sa tête sur l’épaule de sa cousine. “C’est vachement cool que tu m’aies briefé sur tout ça, quand même. J’aurai fait plein d’erreurs sans toi, j’suis sûre.” Elle déposa un baiser sur sa joue, se hissant sur la pointe des pieds avant de se diriger vers le frigo. “T’as du coca ?

_________________


O N L Y  H U M A N


Jean Shelley

messages : 956
name : all souls (maryne)
face + © : cw @ailahoz
multinicks : ezra, madd, riley & gaby
points : 678
age : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, making fun of robin, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, luna, gibi, chani, nathan & rory

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Lun 27 Avr - 16:26
GIBI x JEAN
l e g a c y
@gibi shelbia

Gibi était un drôle de phénomène, aussi adorable que chiante, aussi sensible que peste... Une tornade qu'il était incapable de manquer, et surtout... un ogre dès que ça concernait la bouffe. Cette môme était guidée par son estomac.  Le nez en l'air pour humer l'odeur des cookies, elle se dirige sans mal jusqu'au four où elle constate d'elle-même que les gateaux sont tout ce qu'il y a de plus normaux. Rien d'étrange, juste des pépites de chocolat.
Jean se rapproche, une moue compatissante et désolée sur le visage. Une fois encore, mais des deux mains, elle remet quelques mèches en place dans la chevelure de la gamine. On lui avait arraché sa mère trop tôt, çà Gibi, alors que Jean aurait bien volontiers fait passer la sienne sous les roues d'un semi-remorque. « alors j'suis contente de ne pas être la seule calamité en matière de cuisine dans cette famille » même famille par extension. Elle dit ces mots avec un sourire doux et entendu, elle n'abordera pas plus le sujet ne voulant pas attrister la brune. Elle ne la retient pas quand la môme change de sujet. Peut-être que si elles avaient toutes les deux été dans une autre humeur, elle l'aurait poussé à parler pour qu'elle évacue. Ça faisait parfois du bien de tout lacher, quitte à pleurer. Mais pas aujourd'hui. Gibi avait débarquer dans une tornade de bonne humeur et Jean ne voulait pas lui enlever ça. Et immédiatement, Jean retrouve le sourire en entendant la raison de sa venue. Effectivement, elle avait frappé à la bonne porte -malgré les quelques déboires qu'elle avait pu connaître avec son métier et surtout les à-côtés que ça comprenait. « D'accord. Hésite pas si t'as besoin. Tant que tu me préviens un peu avant ! » parce qu'elle pouvait toujours avoir un truc important qui tombait à la dernière minute. L'excitation de Gibi était palpable et à Jean, ça lui rappelait de bons souvenirs. Les années où elle avait débarqué à New York et où elle avait enchainé les auditions. Si l'activité constante de la Grosse Pomme l'avait fait angoisser, en tant qu'actrice les Etats-Unis n'avaient rien à voir avec l'Angleterre. « T'en fais pas ! Ça ira ! » dit-elle en rigolant « Evidemment ! Plus t'es préparée, mieux c'est ! Peu importe le nombre de lignes. Ça montre que tu bosses et que tu ne prends pas ça à la légère » Et avec certains réalisateurs, c'était la clé du succès... Avec d'autres, c'était juste une question de feeling. Et avec les producteurs c'était encore de choses. Une belle bande de porcs pour certains. Mais mieux valait préserver de Gibi de cet aspect du métier. Jean finirait sans doute en taule -et pour de bon- si l'un d'eux osait poser sa sale patte sur elle. Et elle avait oublié à quel point le débit de paroles de la môme était énorme. Elle enchainait à une vitesse folle... « eeeeh calme toi ! Shawn mendes est acteur ? » demande-t-elle un peu larguée. Aux dernières nouvelles, il chantait, mais peut-être avait-elle loupé quelque chose, et surtout, elle ne voulait pas tuer les espoirs de la petite brune, il y en a pas mal d'autres qui n'attendaient que ça dans ce métier. « Et meurs pas dès la première audition, ce serait dommage ! » ajoute-t-elle en riant alors que Gibi venait déposer un bisou sur sa joue « eeeeeh, reviens là » dit-elle en la rattrapant par le poignet avant de lui en faire un, elle aussi. « dans le frigo, y'a des canettes » d'un signe de tête, elle désigne l'engin d'une taille hallucinante. Bien trop grand pour seulement deux personnes.

_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Gibi Shelbia

messages : 817
name : margot
face + © : olivia rodrigo; corpsie la chipie
multinicks : Finn ▴ James ▴ Ali ▴ Philae ▴ Daphne ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 476
age : 17 yo
♡ status : single - pregnant.
work : uh? no way, dude.
home : @ Luna's ranch.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Luna ▴ Dean ▴ Jean ▴ Howard ▴ TC (AMO) ▴ Nathan ▴ (Alvin) | fr/en ▴ closed

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Ven 1 Mai - 14:57
Gibi et Jean même si elles n’étaient “que” cousines, avaient une relation qui s’apparentaient plus en réalité à celles de petite et grande soeur. Elles se battaient comme des chiffonniers : même si c’était assez rare, aucune d’elle n’avait la langue dans sa poche et lors de la dernière dispute en date - qui avait été causé parce que Jean avait essayé de le dissuader de devenir actrice -, Gibi n’avait pas hésité à lui sauter dessus, tirer les cheveux et même la griffer tant elle avait réussi à la mettre hors d’elle. Ce n’était pas très mature comme attitude mais dieu merci, elles en arrivaient très rarement là. La plupart du temps, c’était plutôt une remarque bien sentie qui partait avant qu’elles ne se jettent un regard noir puis se réconcilient en pouffant comme deux idiotes. Mais Jean protégeait aussi Gibi et si cette dernière faisait mine de ne pas en avoir besoin, elle appréciait également la tendresse que Jean avait dans le regard chaque fois qu’elles se retrouvaient. Cette façon qu’elle avait toujours de venir caresser son visage ou ses cheveux. Appuyant doucement sa tête contre la main de Jean, elle sourit en la sentant faire avant de se reculer légèrement; il ne fallait pas qu’elle oublie qu’elle était une grande fille, qu’elle était au-dessus de tout ça maintenant. “Bah tu sais… Luna c’était pas ça avant hein. Depuis que je vis chez elle, elle s’est améliorée mais franchement les autres étés… je négociais toujours pour qu’on aille manger des burgers tellement c’était la catastrophe.” Son sourire, qui s’était déjà bien élargi depuis que les demoiselles avaient abordé le sujet des auditions, grandit un peu plus quand elle entendit Jean lui proposer de l’accompagner à Portland. Pas seulement parce qu’elle était désormais certaine de trouver quelqu’un pour l’y emmener - ce qui était plus sympa que de prendre le bus, il fallait bien l’admettre - mais aussi parce que cela voulait dire que Jean avait entendu ce qu’elle lui avait dit la dernière fois. Gibi n’avait pas à se méfier du milieu parce qu’elle savait ce qu’elle pouvait en attendre. Et puis, si Jean avait eu des avances de la sorte, c’était peut-être aussi parce qu’elle n’avait pas su rejeter les propositions qu’on lui faisait assez fermement. Bien entendu, c’était quelque chose qu’elle n’avait jamais dit à Jean parce qu’elle ne souhaitait pas la blesser et qu’elle savait qu’elle avait souffert des avances qu’on avait pu lui faire auparavant. Il n’empêchait que Gibi, elle, ne ferait pas les mêmes erreurs. “Merci j’te dirai ça vite.” souffla-t-elle avant de se lancer dans un monologue, laissant chaque idée qui s’échappait de son esprit sortir de sa bouche. Ce n’était pas toujours une bonne idée mais en l’occurrence, elle n’avait pas vraiment dit quoique ce soit de répréhensible. “Cool. Du coup, je te propose qu’on s’entraîne une demi-heure, voire une heure tous les soirs jusqu’à l’audition ? Tu penses que c’est assez ? Y a vraiment trois lignes, donc je pense que oui mais en fait, je sais pas vraiment. D’habitude, j’ai pas de ligne dans mes rôles quoi…” souffla-t-elle, réfléchissant à voix haute. En tout cas, une chose était certaine : elle ne prenait pas du tout ce rôle à la légère. Le visage de Gibi changea cependant du tout au tout lorsque Jean osa demander si Shawn Mendes était un acteur. Elle regarda Jean comme une ahurie, comme si elle venait de sortir quelque chose comme “mais enfin Gibi la terre est plate” avant de secouer la tête vigoureusement. “Non mais Jean ??? Tu crois pas que je t’aurai traîné au cinéma ou devant Netflix si Shawn était acteur ???” Gibi poussa un soupir avant de lui expliquer, plus calmement : “Techniquement c’est lui qui joue dans ses clips et il le fait à merveille mais pour l’instant ce n’est qu’un chanteur. Mais je suis CERTAINE qu’il finira par jouer dans un film. Il a tellement le physique et le talent pour…” Elle soupira d’un air rêveur, un sourire niais sur le visage avant de rire légèrement à la boutade de Jean. “Je vais essayer - si j’ai le rôle, ça serait franchement con.” Elle s’échappa rapidement après avoir posé ses lèvres sur joue mais sourit quand sa cousine la rattrapa pour lui en déposer un. L’enlaçant doucement, elle acquiesça avant de subtiliser une canette de son frigo. “T’en veux ?

_________________


O N L Y  H U M A N


Jean Shelley

messages : 956
name : all souls (maryne)
face + © : cw @ailahoz
multinicks : ezra, madd, riley & gaby
points : 678
age : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, making fun of robin, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, luna, gibi, chani, nathan & rory

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Ven 8 Mai - 18:28
GIBI x JEAN
l e g a c y
@gibi shelbia

Le rapport que Jean avait avec son métier était compliqué. Il n'incluait pas qu'un boulot. Qu'elle le veuille ou non, ça empiétait en partie sur sa vie privée. Et même sans ça, se faire une place était compliquée. S'il fallait forcément avoir du talent, avoir une certaine plastique et/ou un coup de chance aidaient sacrément. Parfois, c'était même tout ce qu'il fallait : être au bon endroit, au bon moment pour que la bonne personne vous repère. Mais c'était aussi rempli de requins. De ceux qui attendaient le moindre faux pas pour prendre votre place, et ceux qui se plaisaient à guetter les plus faibles pour en profiter, d'une manière ou d'une autre. Jean avait été claire dès le début de sa carrière : pas de nue, elle n'était pas là pour ça. Ça pouvait être suggéré, ça lui arrivait même de se déshabiller, mais jamais un nu, intégral, ou même partiel si ça n'était pas nécessaire au scénario. Elle n'était pas prude dans sa vie privée, mais c'était hors de question qu'elle soit l'actrice qu'on fout à poil toutes les trente secondes. Alors si sa première réaction n'avait pas été celle escomptée par Gibi lorsqu'elle lui avait annoncé son envie de suivre ses pas, avec un peu de recul (et une sérieuse réflexion, tout en se disant que de toute façon, vu à quel point cette môme était bornée, elle ne changerait pas d'avis de sitôt), Jean avait fini par se convaincre que la jeune fille s'en sortirait mieux avec quelques conseils. Sa carrière avait décollé, et pas qu'un peu, elle avait aussi vu les mauvais côtés du showbiz, et pouvait l'aider avec ça. C'était mieux que se la mettre à dos et qu'elle soit seule dans ce monde de tarés. « t'en fais pas, y'a de l'espoir pour moi aussi » réplique-t-elle en riant. Si Gibi avait une deuxième passion, c'était bien la bouffe. La faire, elle ne savait pas trop, mais l'engloutir, il n'y avait aucun doute. Au moins, cette fois, avec les cookies, il n'y avait aucun risque. C'était bien l'une des rares recettes où jean était sure d'elle. Le reste, elle ne s'avançait pas vraiment, pourtant ce n'était pas faute d'essayer et de pratiquer...
Les mèches ramenées derrière son oreille, Jean est ravie de voir le sourire de sa 'cousine' s'agrandir, elle la préfère comme ça. Si c'était ça, le métier d'actrice et les auditions qui la mettaient en joie, alors ok, jean l'aiderait. Même si elle devait l'emmener elle-même jusqu'à Portland et potentiellement croiser quelques têtes au passage. Certainement pas son agent, et c'était toujours ça de pris. « D'accord, mais pas une heure avant, hein ! » préfère-t-elle prévenir avant qu'elle ne se laisse dans un monologue dans lequel il ne valait mieux pas la stopper. Gibi débitait son discours à une vitesse. Elle avait forcément préparer tout ça... son speech, ses arguments, elle avait retourné la situation et ses possibilités quinze fois dans sa tête. « gibi... » pas le temps d'en placer une que la môme reprenait déjà, les yeux grands ouverts, comme si elle parlait à une ahurie ou à une diminuée ayant vécue dans une grotte. Les lèvres pincées, l'anglaise se retient surtout de ne pas rire. L'engouement la môme pour shawn mendes était aussi ridicule que touchant. Attendrissant même. Un peu naïf sans doute mais sacrément divertissant. « Gibi, je t'ai dit de te préparer, pas de te tuer à la tâche ! Une demie-heure, c'est largement suffisant ! » Elle acquiesce d'un signe de tête à sa proposition pour un coca avant de prendre des gants pour sortir les cookies cuits du four. « Pour ce qui est de ton Shawn... qui sait, peut-être que tu le rencontreras et que c'est toi qui lancera sa carrière... Parce que j'suis pas certaine que les clips comptent complètement » elle hausse les épaules, lui offre un sourire qui se veut tout de même un peu rassurant. « Et oui, reste envie. Pas envie que Luna me tue. T'es dingue » ajoute-t-elle en lui faisant les gros yeux, attrapant la canette au même moment. « Je tiens à ma vie. Et à vous deux bizarrement » elle a un sourire en coin, complice alors qu'elle lui tend le plat avec tous les cookies encore bien chauds et fumants.

_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Gibi Shelbia

messages : 817
name : margot
face + © : olivia rodrigo; corpsie la chipie
multinicks : Finn ▴ James ▴ Ali ▴ Philae ▴ Daphne ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 476
age : 17 yo
♡ status : single - pregnant.
work : uh? no way, dude.
home : @ Luna's ranch.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Luna ▴ Dean ▴ Jean ▴ Howard ▴ TC (AMO) ▴ Nathan ▴ (Alvin) | fr/en ▴ closed

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Dim 10 Mai - 15:40
J’en doute pas un instant. Pourquoi tu crois que je repars toujours avec un tupperware quand tu fais des cookies ?” lui demanda-t-elle avec un grand sourire. Subtile façon de lui dire qu’elle serait ravie de la délester de quelques cookies si elle en avait trop. Cependant, Gibi n’était pas (tout à fait) naïve : vu la quantité qui se trouvait dans le four, Jean n’avait pas prévu d’en faire énormément. Entre Nathan, elle et le goûter de Gibi… il y avait peu de chances qu’elle se retrouve avec des cookies à ramener à la maison. Elle sortit rapidement son téléphone, écrivant à Luna pour lui demander s’ils avaient de quoi faire des cookies à la maison et releva la regard vers sa cousine. “Tu pourras me filer ta recette ?” Celle de Luna est pas mal mais c’est toujours bien de varier les plaisirs.
Mais tu me prends pour qui ?” demanda-t-elle d’un air outré. Si Gibi était tout à fait du genre à demander un service de cette taille une heure avant, elle n’avait aucune intention de s’y prendre à la dernière minute pour se rendre à Portland. Il pouvait se passer une multitude de choses sur la route, de la panne d’essence au pneu crevé sans parler de l’accident qui pouvait bloquer la route… Non, Gibi voulait se rendre au moins la veille à son audition - il y avait après tout une heure de route et l’audition commençait dès dix heures du matin. Il faudrait qu’elle parvienne à convaincre Howard ou Jean - et Luna, ça elle n’y échappera pas - de partir la veille mais elle finirait par trouver un moyen de les convaincre que c’était la meilleure chose à faire. Ou elle les aurait à l’usure - la tactique varierait en fonction de leur réceptivité. “Je peux pas louper cette audition; évidemment que je vais m’y prendre à l’avance.” lui assura-t-elle, d’un ton qu’elle voulut rassurant. Contente d’avoir réglé la question de savoir comment elle s’y rendrait - elle avait même un back-up plan, si ce n’était pas merveilleux !, Gibi enchaîna en continuant à expliquer à Jean sa motivation et l’importance que cette audition avait pour elle. Même si elle n’avait absolument aucune information sur le type de scénario dont il s’agissait, Gibi s’imaginait déjà jouer dans le prochain blockbuster et même si elle ne souhaitait pas particulièrement faire ce rôle pour la célébrité - l’air de rien et malgré l’attention qu’elle portait à son Mazebird, Gibi souhaitait que sa vie privée reste privée - elle avait aussi conscience que plus les films dans lesquels vous jouiez avec du succès au cinéma, plus les rôles que l’on vous proposait étaient intéressants. Reprenant sa respiration entre deux phrases, Gibi n’entendit même pas Jean essayer de prendre la parole avant d’enchaîner à nouveau. Elle ignora le rictus qu’elle aperçut sur la tête de la jeune femme, et continua jusqu’à ce que Jean l’interrompt. Gibi ne lui en tint pas rigueur ; ce que Jean avait à lui dire, c’était important. L’adolescente réfléchit et acquiesça. Elle se demanda si Jean était un peu trop optimiste sur ses capacités. Après tout, cela ne faisait que deux ans qu’elle faisait du théâtre, elle n’avait pas l’expérience de l’actrice en face d’elle et peut-être même pas le talent… Pinçant les lèvres pour y réfléchir, elle décida cependant de suivre les conseils de la jeune femme. “D’accord, d’accord… Tu promets que tu me le diras, si tu penses que j’ai besoin de plus ? Je demanderai à ma prof de théâtre son avis mais c’est pas une pro quoi…” Le visage de Gibi s’illumina lorsqu’elle vit Jean se déplacer vers le four et elle frotta machinalement son estomac, sa langue passant sur ses lippes. Elle se recula pour laisser Jean placer les cookies où elle le souhaitait - et éviter que l’une des deux se brûle dans l’entreprise avant de la regarder bouche bée lorsqu’elle lui dit que ce serait peut-être elle qui lancerait la carrière de Shawn. Un sourire radieux et rêveur sur le visage, l’adolescente s’octroya le plaisir d’imaginer la scène et ne put s’empêcher de pousser un grand soupir d’aise : “Ca serait tellement merveilleux, Jean…” Elle poussa un autre soupir, appuyant sa tête sur ses coudes qui eux se trouvaient sur le plan de travail, gardant cet air rêveur quelques secondes. Elle se dirigea ensuite vers le frigo pour leur sortir deux canettes dont une qu’elle tendit à Jean - subtilisant un cookie chaud par la même occasion. “Ha bon ?” dit-elle d’un air faussement surpris avant de croquer dans le cookie à pleine bouche. Fronçant les sourcils, elle ferma les yeux et ouvrit sa bouche, la gardant ouverte jusqu’à ce que la chaleur qui émanait des biscuits soit supportable. Un système d’aération bien à elle. Elle referma la bouche et macha - tout en commençant à répondre, malgré sa bouche pleine : “[color=indianreCa se voit pas du tout, tu devrais penser à nous le montrer plus, je crois.[/color]” lui dit-elle taquine avant d’avaler son cookie. “Putain, Jean, c’est une tuerie. On devrait tous les manger avec Nathan revienne - c’est pas le genre de choses qu’on veut partager, je te promets.” dit-elle, fourrant ce qui lui restait de son cookie dans sa bouche.

_________________


O N L Y  H U M A N


Jean Shelley

messages : 956
name : all souls (maryne)
face + © : cw @ailahoz
multinicks : ezra, madd, riley & gaby
points : 678
age : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, making fun of robin, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, luna, gibi, chani, nathan & rory

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Mar 19 Mai - 0:27
GIBI x JEAN
l e g a c y
@gibi shelbia

Jean éclate de rire à la réflexion de la petite brune, sans savoir si elle était réellement amusée ou quelque peu désespérée par son cas. « Parce que t'es une gloutonne ? » réplique-t-elle pour la taquiner, bien qu'il y ait une sacrée part de vérité là dedans. C'était un ventre sur pattes et c'était à se demander où elle stockait tout ça. C'était sans doute dans les gênes, un trait familial dont les filles Shelbia-Shelley pouvaient se vanter (sans pour autant le faire). L'anglaise réfléchit un instant avant d'aller ouvrir un tiroir où se trouve un petit cahier relié. Pas mal de feuilles de magasines collées, des recettes recopiées (et jamais testées)... un vrai truc fait main. Ouvert à la bonne page, elle le tend à sa 'cousine'. « Tiens, ici »
Un haussement d'épaules en guise de réponse et un regard qui en disait long. Jean ne savait pas bien si c'était la manière de faire de la jeune fille ou si elle était simplement parfois à l'ouest, mais Gibi était bien du genre à oublier de prévenir avant de s'en souvenir au dernier moment. Bien qu'elle se doutait que pour ce genre de rendez-vous, elle aurait bien plus de préparation et d'anticipation. Elles pourront prévoir ce petit trip plusieurs jours avant, en prenant quelques heures d'avance pour être sûres de ne pas se retrouver coincées dans le trafic ou autre connerie inattendue dans le genre. Parce que c'était toujours dans ce genre de moment qu'il arrivait quelque chose, juste pour faire monter le stress en flèche. « Tu pourras venir ici avant. Ou la veille on se fera une journée spa. Pour que tu sois détendue. Sinon tu risques de me casser les pieds. Enfin surtout les oreilles » balance-t-elle non un sourire taquin sur le coin des lèvres. Lorsqu'elle était anxieuse, la môme avait tendance à partir dans tous les sens. Et si ce n'était pour le bien être de ses propres nerfs, Jean souhaitait sincèrement que la jeune actrice en herbe soit dans les meilleures conditions possibles. Elle faisait sans doute trop de plans sur la comète, s'imaginait déjà dans un blockbuster au succès phénoménal. Peut-être que ça serait le cas, mais peut-être que le succès serait plus modéré, et les critiques pas tendres. Jean souhaitait juste que tout se passe au mieux, et surtout la préserver, quoique qu'elle en pense. L'espoir était bon à prendre, mais il ne fallait pas s'en bercer. Quand le succès arrivait, c'était sans prévenir, comme une déferlante à encaisser, au mieux, plutôt que de se la prendre de pleine face et se laisser noyer. Un soupir passe la barrière de ses lèvres « évidemment ! T'as cru que j'allais t'épargner parce qu'on est dans le même famille ? » son sourcil arqué laissait sous être : rêve pas ma petite. « eh non, je serai peut-être même pire qu'avec les autres » ajoute-t-elle, large sourire sur les lippes pour la titiller un peu. « Evidemment que je te le dirai ! »  Les jambes de la môme décalées, Jean attrape un gant pour sortir les cookies du four et les poser sur le dessous de plat à côté. L'odeur était délicieuse. « ouais rêve pas trop quand même » lache-t-elle distraite en référence à son shawn mendes dont elle était complètement énamourée.  Elle se redresse, retire le gant avant d'attraper la canette. « eh ! Laisse les reposer un peu ! Gloutonne »  ses lippes s'étirent, amusée par sa réponse. Oh que si, elle leur montrait à quel point elle les aimait. Parfois un peu bizarrement, c'était vrai. Elle attrape alors la gamine et la serre dans les bras, quitte à l'étouffer par la même occasion. « interdiction de raler, j'te montre tout mon amour. Et je t'étouffe avec mes seins. Effet secondaire non désiré » explique-t-elle en pouffant de rire et en la relanchant. La britannique lève les yeux au ciel en secouant doucement la tête. « Je suis pas en train de les partager avec toi là ? » puis, si nathan en sentant l'odeur mais qu'il ne restait que de piètres miettes, pas sûr qu'il apprécie. « puis le pauvre, c'est pas très gentil. Ceci dit... faudrait pas qu'il grossisse et que ça recouvre son ventre » lache-t-elle d'un air dubitatif en repensant à cette fois où elle l'avait trouvé complètement nu.

_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Gibi Shelbia

messages : 817
name : margot
face + © : olivia rodrigo; corpsie la chipie
multinicks : Finn ▴ James ▴ Ali ▴ Philae ▴ Daphne ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 476
age : 17 yo
♡ status : single - pregnant.
work : uh? no way, dude.
home : @ Luna's ranch.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Luna ▴ Dean ▴ Jean ▴ Howard ▴ TC (AMO) ▴ Nathan ▴ (Alvin) | fr/en ▴ closed

legacy Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy · Dim 24 Mai - 22:29
Gibi ne put s’empêcher de feindre un air outré quand Jean la traita de gloutonne mais éclata de rire d’un air coupable quelques secondes après. Sa cousine aurait pu utiliser n’importe quel autre mot, aucun n’aurait été aussi approprié que ce dernier. L’adolescente avait beau faire tout particulièrement attention à sa ligne et faire du sport régulièrement, elle ne pouvait s’empêcher d’avoir les yeux qui pétillaient chaque fois qu’il était question de manger. Luna s’en plaignait assez : elle ne pouvait rien laisser trainer dans la cuisine sous peine que Gibi y touche. Un pacte avait même fini par être conclu : si quelque chose devait être gardé pour une occasion particulière, Luna devait y coller un post-it afin que la jeune fille sache que c’était chasse-gardée. Bon, il arrivait que Gibi transgresse cette règle… mais elle avait au moins le mérite de le faire discrètement. “Parce que tu cuisines extrêmement bien et que je ne me nourris que de bonnes choses !” répondit-elle, dans un sourire coupable qui ne laissait absolument pas place au doute. Elle réclama ensuite la recette et sourit quand Jean lui tendit son livre de recettes. Sortant son téléphone de sa poche, elle attendit que l’appareil trouve le bon focus avant de prendre une photo de la page concernée. “Merci !” dit-elle avant de replacer le carnet là où Jean l’avait trouvé.
L’idée de la journée SPA en compagnie de Jean illumina encore un peu plus d’une Gibi particulièrement en forme. Un sourire malicieux sur le visage, elle secoua la tête : “Tu sais que je suis aussi bavarde quand je suis détendue, pas vrai ? Franchement, à part si tu veux me donner un sédatif… je vais me faire un plaisir de te casser les oreilles ! J’ai même pas besoin de faire semblant, tu sais que je suis capable de parler des heures et des heures sans m’arrêter…” lui dit-elle, exagérant volontairement la longueur de sa réponse à la taquinerie de la jeune Shelley. Elle réfléchit doucement à cette journée qu’elle pourrait passer ensemble avant de perdre un peu son sourire, sa main glissant instinctivement juste en dessous de son estomac. “Mais… je ne suis pas sûre qu’une journée SPA soit conseillée.” dit-elle, les sourcils froncés tâchant de se rappeler ce qu’elle avait pu lire sur le sujet. “Enfin… je crois que je peux mais il y a des dispositions spéciales à prendre.” précisa-t-elle. Il ne fallait pas qu’il y ait la moindre huile essentielle, c’était certain, et les saunas/hammams étaient à proscrire mais à part ça… il lui sembla que rien d’autre n’était prohibé lorsqu’on était enceinte mais Gibi prit note mentale de vérifier ce point avec sa gynécologue - et sur internet, au cas où.
La discussion continua ensuite d’avancer, au même rythme que les idées fusaient dans le cerveau de Gibi et après s’être entendues sur le fait que Jean l’aiderait à répéter - elle était après tout la seule professionnelle sur qui elle pouvait compter ! -, l’adolescente insista auprès de la jeune femme pour qu’elle ne l’épargne en rien et lui donne un feedback toujours cent pour cent honnête. Si elle donnait l’impression d’être sure d’elle et de sa capacité à décrocher cette audition, Gibi craignait de ne pas être à la hauteur. Elle ne faisait du théâtre que depuis deux/trois ans et si elle faisait partie des meilleurs élèves de sa classe, elle avait aussi conscience que cela ne voulait pas dire qu’elle avait réellement du talent. Jusque là, Jean n’avait jamais rien dit sur ses performances mais les choses seraient peut-être différentes maintenant que Gibi faisait du cinéma. Elle avait peut-être veillé à l’épargner dans l’espoir qu’elle s’améliorerait… Rapidement, cependant Jean la rassura, tandis que Gibi acquiesçait en y réfléchissant. “D’accord. Bon, il faut que tu sois très dure, hein. Je sais que je peux être une peste, mais même dans ces cas-là, je ne veux pas que tu me rassures mais que tu me dises comment progresser d’accord ?” Très sérieuse, Gibi savait pertinemment qu’elle prendrait probablement trop à coeur chacun des conseils que Jean lui donnerait et risquait d’être encore plus insupportable qu’elle ne pouvait déjà l’être mais parfois, il fallait ce qu’il fallait : l’excellence n’était pas pour tout le monde, et certainement pas pour les feignants. Ignorant la réponse de Jean à sa rêverie sur Shawn Mendes - pourquoi la faire rêver de la sorte pour lui demander ensuite de garder les pieds sur terre ?, Gibi se jeta sur les cookies dès qu’ils furent sortis du four. Les protestations de Jean ne reçurent pour réponse que le sourire chocolaté de Gibi qui exhiba toutes ses dents d’un air victorieux. Elle était gloutonne mais surtout : fière de l’être. Elle manqua ensuite de s’étouffer quand Jean l’attira vers elle - c’était le mouvement le responsable, pas du tout le fait qu’elle mangeait beaucoup trop vite - mais reserra volontiers ses bras autour d’elle, pouffant en l’entendant parler de sa poitrine. Elle fit rapidement mine de se débattre puis laissa son regard glisser sur la poitrine de Jean quand elle la relâcha. “J’aimerai tellement en avoir des aussi gros que toi… Les garçons préfèrent...” Peut-être était-ce pour ça que Dean ne s’intéressait pas plus que ça à elle. Elle soupira, secouant la tête avant de préciser à Jean qu’il était hors de question qu’elles partagent les cookies, même avec Nathan ! “Non mais je fais partie de la famille, c’est pas pareil !” protesta-t-elle, quand Jean souligna le fait qu’elle partageait déjà ses cookies avec elle. Secouant la tête d’un air amusé, elle fut bien plus ravie de la seconde partie de la réponse de sa cousine. “Bah voilà ! Tu vois ! Je dis ça pour lui… je pense à sa ligne !” pouffa-t-elle, même si elle ne voyait pas vraiment pas où Nathan pourrait avoir à perdre de la graisse. “Tu crois qu’il trouve le temps d’aller à la salle avec le nombre d’heures où il travaille ?” réfléchit-elle à voix haute. “Franchement, j’suis pas sûre. C’est mieux pour lui que je les mange ces cookies !” demanda-t-elle en attrapant un second cookie, battant des cils innocemment devant Jean. “C’est pour lui que je fais ça ! Tu lui diras de me remercier.

_________________


O N L Y  H U M A N

Contenu sponsorisé




legacy Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: legacy ·
 
legacy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Mortal Kombat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: