hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Joyeux anniversaire FS ! Et oui, deux ans déjà. Pour les célébrer comme
il se doit, nous lançons la season 3. Ce nouveau chapitre
s'accompagne d'un nouveau design et quelques nouveautés !
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-40%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
229 € 379 €
Voir le deal

 

 Blame it on the alcohol


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way
Aller en bas 

Miles Digby

messages : 55
name : Lee
face + © : Sam Claflin ©faiinal & anatharien
multinicks : /
points : 642
age : 31y
♡ status : Single
work : Clive's right-hand man @Novatech Industries / Head of the R&D and Engineering Department
activities : Dreaming about revolutionnary ideas - doing what he can to make the dream come true.
home : The big house next to the biggest house on @ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : /ON/

Blame it on the alcohol Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Blame it on the alcohol · Dim 12 Avr - 5:06

I'll take one shot for my pain
One drag for my sorrow

Bruno Mars

La nuit était tombée depuis déjà un moment, mais la lumière trop vive du bar lui avait fait perdre toute notion du temps. Le boulot de la journée l’avait rendu fou, trop de décisions à prendre à la minute, trop de questions qu’on lui posait. Clive était sorti de la clinique, mais n’avait pas encore repris les rennes. Tant mieux, car Miles continuait à fuir son frère, redoutant le moment de la confrontation. C’était d’ailleurs pour ça que ses pieds avaient pris le chemin du centre-ville plutôt que celui de la villa. Trop peur de croiser son frère dans l’allée qui séparaient leurs deux immenses maisons.

Miles était alors rentré dans le premier bar sur son chemin. Depuis, il n’en était pas sorti, sauf pour se cramer les poumons en fumant beaucoup trop de cigarettes. Accoudé au bar, il avait bu seul le temps d’une pinte ou deux, laissant ses oreilles vagabonder vers les conversations voisines, avant de croiser une connaissance de la salle de squash. Pas tellement son genre de sympathiser comme ça, mais c’était toujours mieux que de rentrer. Et puis, la bière déliait sa langue, et il avait payé quelques tournées au groupe auquel il s’était greffé presque naturellement. Il n’en fallait pas plus pour se créer des amitiés éphémères. Shooter. Tu fais quoi dans la vie ? Shooter. Ça te dit un billard ? Shooter. Parler de tout, de rien, de futilités lui fit tant de bien qu’il laissa les heures filer et s’étirer plus que de raison. Shooter. Tu sais que tes petites fossettes là, c’est vraiment trop craquant ? Levant les yeux, Miles fixa la jeune femme qui venait de prononcer cette phrase. Elle était vraiment, vraiment très jolie. Brune, le rose aux joues, sans doute à cause de l’alcool, quelques taches de rousseur, un sourire légèrement imparfait. Totalement le genre de filles chez qui il aurait pu passer la nuit. Mais cette fois-ci, il se contenta de bredouiller un merci timide et de quitter le bar après avoir vaguement salué ses potes d’un soir.

La sortie jusqu’à l’extérieur fut périlleuse, ses pas étant peu assurés. Allumant une clope pour patienter, il commanda un Uber et essaya de remettre ses idées en place. La jeune femme brune avait été si vite éclipsée par l’image d’Adara qu’il avait fui sans demandé son reste. Bien sûr, ils n’étaient pas engagés l’un envers l’autre. Rien n’aurait pu l’empêcher de séduire cette fille, l’embrasser, la ramener chez elle, monter, faire semblant de vouloir partir… Bref, le schéma classique. Pourtant, il ne pensait qu’à Adara. À cette folle journée qu’ils avaient passé, à cette nuit incroyable. À ce petit date qu’ils avaient réussi à caler malgré leurs emplois du temps de ministre. Miles n’enlevait quasiment plus sa montre, attendant impatiemment de sentir les vibrations dans son poignet qui lui faisait frémir l’échine. Cela faisait plus d’une semaine qu’il ne l’avait pas vue. Pourquoi attendre après tout ? Pianotant sur son téléphone, il changea l’adresse pour celle du quartier de Bridgewater. La berline noire arriva pile quand il eut fini sa cigarette, qu’il jetta nonchalamment sur le trottoir avant de grimper.

Le trajet fut rapide, et le cerveau de Miles était bien trop anesthésié pour se rendre compte qu’il faisait une monumentale erreur. Débarquer chez cette fille tandis qu'il était totalement ivre, passé minuit qui plus est, et en pleine semaine, c’était vraiment une idée désastreuse. Au fond de lui, il le savait bien. Mais n’était-ce pas la spontanéité qui les avait menés là où ils étaient aujourd’hui ? Cette espèce d’ersatz de relations à laquelle ni l’un ni l’autre ne voulait donner un nom. Des souvenirs agréables lui revinrent en mémoire, et il souriait comme un imbécile.

Une fois la portière claquée, Miles hésita sur le comportement à adopter. Trébuchant légèrement, il s’appuya contre une voiture garée en face de l’immeuble d’Adara et afficha une moue exagérée, tant il lui était difficile de réfléchir. Sonner ? Il ne savait même pas le numéro de son appartement, l’ayant juste raccompagnée la dernière fois. Tenter d’appuyer sur tous les boutons aurait été une technique possible, mais il n’était pas suffisamment saoul pour se comporter comme un parfait abruti. Au lieu de ça, il attrapa sa montre et tapota du mieux qu’il put, se concentrant pour éviter les fautes. « Knock, knock… » Envoyé. Tenir debout lui était pénible, aussi s’assit-il sur le capot de cette voiture qui fort heureusement, ne lâcha pas son cri strident d’alarme. C’était inconfortable mais au moins, il se sentait un peu plus stable. Levant la tête vers les étages, quelques fenêtres étaient encore allumés. Il attendait de voir la cascade de cheveux blonds sortir sa tête pour lui sourire, comme dans les films. Sauf que vu son état, la suite ne présageait pas de grands gestes romantiques, ni quoi que ce soit de très classe d’ailleurs.

_________________

It's like you're my mirror
My mirror staring back at me
I couldn't get any bigger
With anyone else beside of me

Adara Gaitling

messages : 59
name : freshmemory
face + © : bryden jenkins - sharkloe
points : 597
age : twenty one.
♡ status : single. love, water and rock'n'roll.
work : fashion student & model for magazines.
activities : photography, steering comittee
home : the family house, near redwood park.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close 3/3

Blame it on the alcohol Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Blame it on the alcohol · Mar 14 Avr - 14:26

blame it on the alcohol
miles & adara

La vie était faite de rêves, des rêves auxquels il était difficile de se soustraire, ce genre de rêve qui vous fait déménager au sommet d'un immeuble pour laisser place à un art, un art duquel il lui était difficile de s'échapper. Elle rêvait, en grand. Ce rêve contenu dans des millards de centimètres. Il devenait étrange de passer ses nuits à faire autre chose que de fixer sa machine à coudre et les tonnes de tissus présents dans l'appartement que la jeune femme avait loué deux semaines plus tôt, un vrai désordre malgré le peu de meubles déjà présent. Les nuits où le petit matin pointait le bout de son nez se faisaient de plus en plus présentes dans la vie d'Adara, les vêtements et les reprises s'enchainant jusqu'au petit jour, rythmés des ronflements et aboiements de Finnick. Cette adorable boule de poil de soixante-quatre kilos pour quatre-vingt centimètres au garrot. Le Patou dormait profondément devant la porte la plupart du temps. Prendre un appartement avait fini par être une évidence au fur et à mesure que les jours passaient et que l'échéance de son défilé de fin d'études approchait et que la fatigue se faisait ressentir. Il lui devenait compliqué, même en aimant son père et ses aînés, toute la bonne volonté du monde ne suffisait pas pour qu'elle puisse coudre jusqu'au petit matin et laisser des tonnes de tissus trainer dans la maison.

Le grand appartement était dans un état monstre, elle ne se sentait pas même capable d'inviter qui que ce soit avant le jour J, elle était terriblement en retard, la collection féminine qui comptait six tenues était enfin terminée, et Riley était déjà passé pour les derniers ajustements, minimes, tout était parfait. Mais le hic se trouvait dans cette collection homme qui devait sans arrêt être retouchée, faute à ses pensées divaguantes concernant Miles. Déconcentrée, il lui arrivait bien trop souvent de devoir recommencer chaque étape d'un vêtement pour pallier au fait qu'elle l'adaptait pour lui et non pour son mannequin. Il lui restait une semaine et deux tenues complètes à préparer en plus des essayages et des répétitions entre ses deux mannequins, les cernes se voyaient peut-être plus que son déshabillé blanc qu'elle ne quittait plus. Les vêtements étaient suspendus partout : sur un rideau, le canapé, un tabouret de la cuisine, un bonnet trainait même près de la plaque de cuisson dont elle ne s'était pas servie depuis son dernier rendez-vous, et que dire du soutien gorge fait sur-mesure pour Riley qui était suspendu à sa télévision ? Personne ne devait voir l'état de cet appartement  avant que le ménage y soit fait. Personne. Jamais. La seule pièce qui avait échappé à ce d"star était sa chambre aux airs bohèmes, endroit sacré où elle ne faisait pas entrer son travail.

Penchée sur sa machine depuis des heures, bien installée dans sa tenue blanche contrastant avec son teint halé, les torticolis commençaient à se faire ressentir, le matin approchait à une vitesse plus rapide que ce qu'elle avait imaginé. La jeune femme ne pouvait s'empêcher de mordiller son pouce, complètement stressée par le déroulement imprévu des évènements, elle aurait voulu sortir plus et profiter du soleil de la journée pour profiter du je-ne-sais-quoi qui allait on-ne-sait-où de sa vie, vivre sa vie de jeune adulte, mais ce défilé passait avant tout le reste, elle s'était contenter de photographies et de textos envoyés à la dérobé, sa montre ne quittant plus son poignet. Montre qui la sortie d'ailleurs du calme de la musique douce qui se jouait dans la pièce, y jetant un oeil elle découvrit qu'au moment où sonnèrent les quatre heures du matin, un message venait d'arriver. Le sourcil arqué, elle regarda deux fois le destinataire. Etait-il vraiment... ? Que pouvait-il bien venir faire ici ? A cette heure là... La blonde ouvrit la fenêtre, et découvrit en contre bas son preux chevalier l'attendant sur n carrosse. Quelle image terriblement étrange. Un sourire s'abattu sur ses lèvres. Ne bouge pas... Attrapant son peignoir de la même couleur que son semblant de vêtement, elle prit bien vite la direction de l'ascenseur.

Sixième étage. Est-ce qu'il lui était arrivé quelque chose ? Cinquième étage. Où venait-il tout simplement pour la voir ? Quatrième étage. Pourquoi à cette heure là ? Troisième étage. Elle se regarda dans le miroir, remettant ses cheveux en place. Deuxième étage. Elle essuya le mascara ayant coulé sous ses yeux. Premier étage. Elle était heureuse qu'il prenne cette initiative, même à cette heure là. Rez-de-chaussé. Arrêt sur image. Elle n'avait toujours pas fait le ménage. Oh non... Quelle idiote elle pouvait bien faire. Elle n'avait même pas prit le temps de ranger un minimum, elle haussa les épaules, sortant de l'ascenseur, et bien dans le pire des cas elle rigolerait. Ouvrant la grande porte, clés en main, elle referma son peignoir, le vent et son courant d'air froid soufflant doucement. Elle découvrit Miles dans un état assez étrange, s'approchant, elle senti l'odeur de la cigarette mélangée à celle de l'alcool, posé sur ce capot, il avait un air terriblement sexy, presque mauvais garçon. Mais qu'est-ce que tu fais là à une heure pareille ? sourit-elle en lui faisant signée rentrer avant tout, il faisait trop froid pour qu'ils restent dehors, elle attrapa sa main et la guida jusqu'à l'ascenseur, direction le septième étage, se retenant de rire en constatant sa démarche tout sauf droite. Qu'avait-il bien pu faire cette nuit ?

➳FEAT. @miles digby
Code by Eressëa



_________________
head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. ©️ endlesslove.

Miles Digby

messages : 55
name : Lee
face + © : Sam Claflin ©faiinal & anatharien
multinicks : /
points : 642
age : 31y
♡ status : Single
work : Clive's right-hand man @Novatech Industries / Head of the R&D and Engineering Department
activities : Dreaming about revolutionnary ideas - doing what he can to make the dream come true.
home : The big house next to the biggest house on @ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : /ON/

Blame it on the alcohol Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Blame it on the alcohol · Mar 14 Avr - 20:44

and I could try to fill the space
with someone else tonight,
but I don't want to.

Nick Jonas

Les secondes s’égrenaient à un rythme étrange, tandis qu’il fixait la façade comme un idiot. Son cerveau ne songea même pas qu’elle pouvait dormir à cette heure tardive, et il aurait été capable d’attendre bien plus que de raison. Le froid commençait à s’engouffrer dans sa veste marine, mais l’alcool le réchauffait trop pour qu’il ne s’en rende compte. Soudain une fenêtre s’ouvrit, et il afficha un large sourire imbécile quand il la vit apparaître, telle une Juliette des temps modernes. Le Roméo n’avait rien de très classe ce soir, mais il était bien incapable d’avoir autant de recul. « Adara ! » cria-t’il d’une voix joyeuse dans la rue déserte en écartant les bras, le son de sa voix résonnant entre les façades rapprochées. Elle lui intima de ne pas bouger et il était de toute façon incapable de descendre du capot sans se vautrer à l’heure actuelle. Elle s’enfuit aussi vite qu’elle était venue, et il éclata d’un rire incontrôlé tandis que son impatience faisait sautiller les suspensions de la voiture sur laquelle il était assis.

Lorsqu’enfin la porte s’ouvrit, il eut droit à une vision qui le scotcha sur place. Sa bouche lâcha un waouh chuchoté qu’il ne put retenir en la voyant ainsi vêtue, ou plutôt dévêtue. Il ne réalisa même pas à quel point elle devait avoir froid, et il sauta du capot maladroitement quand elle s’approcha, voulant attraper ces lèvres qui lui avaient tant manquées. Ce qu’il faisait là ? Il fuyait son chez-lui, il écoutait ses envies, il agissait avec la spontanéité qui lui avait tant plu quelques semaines auparavant. Mais ces phrases-là étaient un peu trop construites pour qu’il puisse les prononcer. « J’ai essayé de résister, mais j’avais trop envie de te voir. » répondit-il en toute franchise.  Il n’eut pas le temps de l’embrasser que déjà, elle l’entraînait à l’intérieur, sa main glacée dans la sienne. Ses pas vacillants eurent un peu de mal à la suivre et il se cogna l'épaule contre un mur, la suivant docilement dans le couloir étroit de son immeuble.

Alors qu’elle s’apprêtait à appuyer sur le bouton de l’ascenseur, Miles l’attira à lui et le mouvement colla son propre dos glacé au mur. Au moins il avait un appui maintenant. Prenant son visage entre ses doigts frais, il l’embrassa finalement avec une passion qui n’était pas à mettre uniquement sur le compte de l’alcool. Sa langue trouva le chemin de la sienne, et il la serra tout contre lui, ses bras plaqués dans son dos pour qu’elle soit complètement collée à lui. Il la sentait frissonner, mais il n’aurait su dire si c’était le froid ou le plaisir qui lui procurait ce genre de sensations. Il eut du mal à mettre fin à ce baiser qui réchauffa tout son être et qui lui fit oublier tout le reste. D’ailleurs, Miles était tellement soûl que là, à la regarder en souriant comme un imbécile ivre et heureux, il aurait été capable de se lancer dans une grande déclaration enflammée. Mais son cerveau avait une once de bon sens, et il appuya sur le bouton avant de commencer à dire quelques conneries dont il ne se souviendrait peut-être pas le lendemain. « Tu m’invites pour un dernier verre ? » lui lança-t’il, l’air joueur, avant de se mettre à rire doucement. Il avait bu plus que de raison, mais il se trouvait drôle avec cette réplique. Ça n’était pas vraiment le cas.

Les portes s’ouvrirent et ils s’y engouffrèrent tout deux. Son regard croisa leur reflet dans le miroir, et il ne put s’empêcher de remarquer qu’ils formaient un très beau duo. Passant une main dans ses cheveux, il essaya d’y remettre un peu d’ordre. L’humidité de la nuit avait fait quelques ravages sur ces boucles qu’il passait tant de temps à mettre en ordre le matin. Sous la lumière trop vive de l’ascenseur, il la trouva plus magnifique que jamais. « T’es tellement belle… » Aveuglé par sa joie de la revoir, et par les quelques shooters qui l’anesthésiait, il ne remarqua pas ses cernes ni les traits de fatigue sur son visage, qui l’aurait sans doute fait culpabiliser de l’avoir dérangée à une heure si tardive.

1er étage. Il attrapa ses mains et glissa ses doigts entre les siens. 2ème étage. Il la fit s’appuyer contre la paroi de l’ascenseur. 3ème étage. Leurs mains se levèrent au-dessus de sa tête, appuyées contre le mur. 4ème étage. Ses yeux la dévoraient du regard, et ses lèvres étaient si proches qu’il sentait sa respiration caresser sa peau. 5ème étage. Sa bouche trouva le chemin de son cou, et il y déposa une myriade de baisers, sa langue y dessinant un sillage légèrement alcoolisé. Ensuite, il arrêta de compter, et se laissa aller à ce que son corps désirait, à savoir goûter à sa peau toujours si sucrée. Son souffle saccadé payait les trop nombreuses cigarettes de sa soirée. Comment avait-il fait pour attendre aussi longtemps avant de venir la revoir ?  Il avait envie de ne jamais la quitter. De se réveiller avec elle chaque matin, qu’elle soit la première chose qu’il voyait en ouvrant les yeux. Comme après cette première nuit. L’ascenseur s’arrêta tout à coup, et il n’anticipa pas la légère secousse qui le détacha d’elle. Perdant un peu l’équilibre, il se rattrapa en posant sa main contre le miroir. Il lui sourit à nouveau, un peu déçu que cette trop courte virée en ascenseur s’arrête ici. Mais la vibration lui avait un peu remis les idées en place, et il n’oublia son petit côté gentleman. « Si tu veux, je peux rentrer. Chez moi j’veux dire. Il est tard et… Hum… » Et il était clairement, mais clairement bourré.

_________________

It's like you're my mirror
My mirror staring back at me
I couldn't get any bigger
With anyone else beside of me

Adara Gaitling

messages : 59
name : freshmemory
face + © : bryden jenkins - sharkloe
points : 597
age : twenty one.
♡ status : single. love, water and rock'n'roll.
work : fashion student & model for magazines.
activities : photography, steering comittee
home : the family house, near redwood park.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close 3/3

Blame it on the alcohol Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Blame it on the alcohol · Mer 15 Avr - 1:48

blame it on the alcohol
miles & adara

Il n'y avait pas de doute quant à l'état de cet homme irrésistible et de ses airs de bad boy. Il était complètement ivre, mais terriblement sexy malgré cet odeur d'alcool et de cigarette qui s'était imprégnée dans ses vêtements. Un sourire s'afficha sur son visage, tandis qu'elle était tout simplement désireuse de retrouver la chaleur de son appartement, se retenant de rire en le voyant se cogner contre les boites aux lettres de ses voisins. Tu as terriblement bien fait. lui répondit-elle en approchant de l'ascenseur, se réchauffant légèrement. Elle aussi, elle mourrait d'envie de la voir depuis la dernière semaine et leur rendez-vous au parc, elle était heureuse qu'il vienne lui rendre visite, même à cette heure-ci, même dans cet état là. Mais sans avoir le temps d'appuyer sur le bouton de l'ascenseur qu'elle s'était sentie happée par la chaleur des bras de Miles.

Ses lèvres contre les siennes, elle avait rêvé de ce moment depuis le moment où elle avait quitté la villa, pour retourner dans son petit quotidien. La chaleur s'emparait d'elle, petit-à-petit, elle se sentait bien. Se mains glissaient doucement le longs des bras du blond, trouvant leur chemin vers ses cheveux, en profitant pour intensifier ce baiser dont elle avait tellement besoin. Le désir et le plaisir s'insinuait dans la moindre parcelle de chair la recouvrant, les frissons s'emparant de son corps. A bout de souffle, elle s'éloigna légèrement, souriant comme une imbécile heureuse malgré le passage de l'alcool sur ses lèvres. Ses doigts fins quittant sa chevelure, se fut à son tour d'être joueuse, les portes s'ouvrirent, et elle emporta le bel Apollon à sa suite, agrippant par la veste. Juste un verre ? sourit-elle en se collant dans son dos, profitant de la chaleur qui y régnait pour l'observer à la dérobée, la tête posée sur son épaule, si la chance avait sonnée pour eux, c'était bien au niveau des quelques légers centimètres qui les séparaient, leur évitant quelques courbatures inutiles. La main dans les cheveux, tentant de les replacer après le passage destructeurs de ses mains, elle le trouvait plus séduisant encore, se mordant la lèvre à la dérobée, elle déposa doux baiser dans son cou, lui faisant bien comprendre que le compliment la touchait. Si elle ouvrait la bouche, elle n'était pas certaine de se retenir. Elle se doutait bien que la fatigue sur son visage ne pouvait pas lui sauter aux yeux, vu le sourire béat posé sur son visage et l'alcool présent dans son sang. Et elle appuya finalement sur le bouton les menant au septième et dernier étage de l'immeuble. Déclenchant par la même occasion la fermeture des portes et les ardeurs des deux amants.

Son dos s'adossa bien vite à la paroi de l’ascenseur, sa raison s'envola, laissant de côté l'information "alcool" pour privilégier la chaleur montant dans la cage de l'ascenseur. Tu as terriblement bien fait. Se laissant aller au rythme du regard enflammé du blond, ses bras glissant lentement vers le haut du miroir, elle était désormais prisonnière de leur désir Les yeux fermés, elle pouvait sentir les lèvres mouillées de Miles dans son cou, elle s'était perdue et ne contrôlait plus son corps qui se cambrai au fur-et-à mesure qu'il traçait son chemin, sa cuisse glissa vers le haut, le plaquant contre ses hanches, ressentant tout son corps contre le sien. L'odeur d'alcool mélangé à la cigarette et à la cannelle maintenait le moindre de ses sens en éveil, profitant d'un instant d'inattention pour déposer un baiser brûlant sur sa clavicule, remontant doucement dans son cou, déposant une légère marque à un endroit qu'elle avait eu tout le loisir d'explorer deux semaines auparavant. Elle ne pouvait définitivement plus le laisser partir, elle voulait le garder enfermé dans son appartement pour les prochains jours, elle voulait terriblement passer toutes ses nuits à ses côtés, se réveiller en le regardant pendant des heures. Essouflée, ne sachant plus où donner de la tête, elle se fichait complètement de se faire surprendre dans cette cage d'ascenseur, plus rien ne comptait si ce n'était son corps contre le sien. Les portes ouvertes, elle déposa un dernier baiser fiévreux sur ses lèvres. Reste autant que tu le veux. lui chuchota-t-elle à l'oreille avant d'attraper doucement ses mains pour l’entraîner dans son appartement, prenant soin de refermer la porte qu'elle avait laissée ouverte en descendant.

La chaleur montée d'un coup ne lui donnait qu'en envie, celle d'enlever ce peignoir, couche trop encombrante pour son bien-être mental, a contrario de quelques minutes plus tôt où elle aurait tout donner pour porter une couche supplémentaire de vêtements. Elle débarrassa quelques affaires du canapé avant de l'inviter à s'y installer, lui donnant un coup de main pour éviter qu'il ne marche sur la queue de Finnick qui dormait bien trop profondément pour un soi-disant chien de garde. Un café ? lui proposa-t-elle en déposant son peignoir sur le tabouret de la cuisine. Elle avait terriblement chaud et s'était retenue de ne pas lui sauter dessus à peine la porte refermée. Elle ne profiterait pas d'un homme saoul, aussi sexy qu'il puisse l'être. Préparant deux tasses de café, elle attrapa le sucrier à la dérober avant de venir se blottir confortablement contre son Apollon. Alors ? Qu'est-ce qui a bien pu te mettre dans cet état ? finit-elle par déclarer, tout de même inquiète de voir cet homme si raisonnable finir saoul comme un jeune diplômé.


➳FEAT. @miles digby
Code by Eressëa



_________________
head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. ©️ endlesslove.

Miles Digby

messages : 55
name : Lee
face + © : Sam Claflin ©faiinal & anatharien
multinicks : /
points : 642
age : 31y
♡ status : Single
work : Clive's right-hand man @Novatech Industries / Head of the R&D and Engineering Department
activities : Dreaming about revolutionnary ideas - doing what he can to make the dream come true.
home : The big house next to the biggest house on @ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : /ON/

Blame it on the alcohol Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Blame it on the alcohol · Jeu 16 Avr - 1:26

and I could try to fill the space
with someone else tonight,
but I don't want to.

Nick Jonas

La secousse lui avait accordé une seconde de lucidité suffisante pour proposer de rentrer, même si le comportement de la jeune femme démontrait tout le contraire. Chaque étreinte, chaque baiser, chaque frôlement avait obtenu une réponse, et bien plus encore. Sa façon de l’attirer avec elle dans l’ascenseur. Sa jambe qui remontait le long de la sienne, ses dents qui mordillaient sa peau, ses soupirs saccadés. Pas besoin d’être sobre pour comprendre ce dont elle avait envie. Et qui était clairement ce que lui espérait aussi, même si l’alcool dans son sang ne promettait pas une nuit des plus extraordinaires…

Rester, vraiment ? À vrai dire, il ne désirait rien plus ardemment que de passer la nuit à ses côtés, un tant soit peu plus apaisé que ces derniers temps. Il rêvait souvent de Clive, de leurs retrouvailles qui finissaient souvent bien mal. Mais s’il avait été un tant soit peu lui-même, il aurait pu craindre le laps de temps entre le sommeil et maintenant, empli de secondes, de minutes, voire pire où il aurait tout le loisir d’agir comme un idiot. Peu importait. Il la suivit docilement jusque dans son antre, et il prit quelques secondes pour admirer le lieu.

L’intérieur de son appartement était l’exact inverse de celui de sa villa. Soigneusement décoré, complètement à l’image de sa locataire, un joyeux bordel y régnait. Un lieu empli de vie et de chaleur, qui lui ressemblait réellement. Miles se mit à sourire en voyant les multiples étoffes et vêtements pendus un peu partout. La jeune femme avait évoqué un projet important pour elle, un défilé, et il n’aurait jamais cru assister à pareil spectacle. Les tissus, les couleurs, les coupes, tout était un absolu ravissement pour les yeux. Depuis qu’elle avait évoqué ses études de stylisme, il rêvait de voir ce dont elle était capable. Et il n’était pas déçu. Tandis qu’elle débarrassait le canapé de quelques couches Miles effleura quelques pièces à côté de lui, à la fois émerveillé et intimidé par cette caverne d’Ali Baba. Il y en avait pour tous les goûts et surtout, elle avait un réel goût. Il se surprit à rêver qu’elle lui confectionne une tenue, rien que pour lui. Une tenue qu’il porterait quand il aurait besoin de se sentir bien.

Il fut alors tiré de ses pensées quand elle l’attrapa par la main pour le faire assoir sur le canapé. Ses pas titubants esquivèrent un énorme chien, Finnick se souvint-il. La bestiole ronflait joyeusement au pied de la couche, et il eut envie de plonger sa main dans ses poils d’une blancheur immaculée. Mais surtout, ne jamais réveiller un chien qui dormait. Surtout quand on ne le connaissait pas, et qu’on avait environ autant de force qu’un zombie sous morphine pour résister à un quelconque assaut. Il se contenta d’admirer la bête pendant qu’Adara lui proposait un peu de caféine. « Tu veux me garder éveillé toute la nuit, c’est ça ? » répliqua-t’il dans un grand éclat de rire. Un rien l’amusait, signe qu’il était dans la phase juste avant la plus pénible : la descente, le retour sur terre. Lorsqu’elle retira une couche de sa tenue déjà bien légère, ses yeux quittèrent le magnifique animal pour se poser sur elle. La combi dévoilait des courbes qu’il ne connaissait que trop peu, et qu’il avait toujours plus envie de découvrir. Tandis qu’elle se mouvait avec grâce dans son environnement, il laissa son regard se promener sur elle et savourer le moindre de ses mouvements. S’assoir lui faisait un peu de bien, et il n’eut même pas le tournis. Par contre, la chaleur provoquée par les quelques secondes dans l’ascenseur lui firent ôter sa veste, qu’il jeta nonchalamment sur l’accoudoir.

Il attendit silencieusement qu’elle revienne, bien trop absorbé par ce spectacle magnifique qui se déroulait sous ses yeux. La jeune femme se blottit contre lui, trouvant naturellement sa place dans ses bras grand ouverts. Il la serra contre lui, et posa sa joue contre ses cheveux à l’odeur si agréable. Il aurait pu rester comme ça des heures, jusqu’à ce que le sommeil ne vienne le prendre. Le café pouvait refroidir, le soleil pouvait commencer à se lever, il s’en foutait bien. À ce moment précis, il était exactement à sa place. Adara rompit toutefois le silence, l’interrogeant sur son état actuel. Toujours aussi amusé, il fit une légère moue en déposant un baiser sur le haut de son crâne. « Hum… Je dirai quelques shooters de gin. » Il pouffa une nouvelle fois, très content de sa blague. Quel imbécile heureux. Enfin, heureux… Miles savait bien que l’euphorie provoquée par l’alcool ne durerait pas très longtemps, il se connaissait assez pour ça. Et surtout, surtout, il savait que répondre en toute sincérité à sa question ne ferait que le faire plonger un peu plus vite dans ce moment de tristesse multipliée par mille. Et c’était ça qu’il cherchait à tout pris à éviter.

Attrapant son menton, il dirigea son visage vers le sien, et lui décocha un sourire qui dévoilait, évidemment, ses deux minuscules rides de joie. « Tu sais qu’une fille m’a parlé de mes fossettes ce soir ? » Pire idée que d’évoquer une personne du sexe féminin quand on débarquait chez une autre demoiselle à quatre heures du matin. « Mais je suis parti. Parce que tu sais, mes fossettes, j’t’ai dit que je te les donnais. Alors c’est à toi d’en profiter, tu vois. » Il embrassa son front avant d’attraper d’une main peu assurée son café, qu’il but d’une traite. Brûlant. Sans sucre. Comme il aimait. Cela lui remettrait peut-être les idées en place.

_________________

It's like you're my mirror
My mirror staring back at me
I couldn't get any bigger
With anyone else beside of me

Adara Gaitling

messages : 59
name : freshmemory
face + © : bryden jenkins - sharkloe
points : 597
age : twenty one.
♡ status : single. love, water and rock'n'roll.
work : fashion student & model for magazines.
activities : photography, steering comittee
home : the family house, near redwood park.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : close 3/3

Blame it on the alcohol Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Blame it on the alcohol · Dim 19 Avr - 19:58

blame it on the alcohol
miles & adara

Penser à enlever le soutien-gorge qui n'était pas le sien du téléviseur ? Elle n'y avait même pas pensé. Absolument pas. Mais savoir que toute les pièces de vêtements pouvaient la mettre dans l'embarras diminuait tout de même relativement sa gêne de quatre-vingt-dix pour-cent. Le café et son body la confortait dans l'idée de mettre de côté sa gêne, sans pour autant se jeter sur une personne saoule, elle le regretterait sûrement. Elle n'était pas assez en forme pour revivre une soirée comme ils en avaient passé une chez lui. Certainement pas. Mais le garder éveillé toute la nuit, de quelque manière que ce soit, lui était pourtant passé par le tête. Qui sait ? sourit-elle malicieusement en faisant couler le liquide chaud dans deux mugs. Ce liquide avec lequel elle avait un rapport particulier ces derniers jours, un liquide qui lui assurait une survie et un défilé réussi. Mais le doux rire du bel homme la rassurait quelques peu, il était ivre, mais elle pourrait survivre uniquement avec ce rire sincère, chaud et terriblement rauque à son oreille. Plus besoin de café. Jamais. Finnick avait changé de lieu de camp, en direction de la chambre de la jeune femme, au calme. Sereinement et tranquillement, loin de ces deux fous qui troublait son sommeil de bûcheron.

Débarrassée du sucrier posé sur le canapé, elle se sentait à l'aise dans les bras chaud qui l'entourait, à l'abri au creux de son cou. Il fallait vivre, vivre une vie qui leur plaisait, en tout point. Pourtant, elle sentait que quelque chose n'allait pas. Il n'allait définitivement pas bien, elle ne le voyait pas débarquer juste pour la voir à presque quatre heures du matin, après avoir bu elle ne savait combien de verres de... gin apparement. Elle ferma les yeux quelques secondes au contact de ses lèvres sur son front, se mettant à caresser doucement son torse de son pouce, malgré les deux tasses de café. Elle ne pouvait pas s'empêcher de sourire, en découvrant qu'il pouvait rire autant dans cet état.

Un état qui ne pouvait qu'être étrange. Inquiète, elle plongea son regard dans le sien lorsqu'il lui attrapa le menton, un geste emprunt de douceur, les conduisant pourtant à éviter la question qu'elle avait posée quelques instants plus tôt. Le sourcil levé, elle attendit qu'il termine son raisonnement avant de dire quoique ce soit, après tout entre le colocataire et l'amant, beaucoup de sous entendus avaient pris place entre eux, eux qui démarrait bien trop souvent au quart de tour. L'une de ses mains fut libérée avant même qu'elle n'ait eu le temps de répondre, amusée, elle s'empara d'un carré de sucre qu'elle fourra entre les dents de son amant. Tiens. C'est ta récompense. pouffa-t-elle avant de boire une gorgée de son café noir à son tour. Trop chaud pour qu'elle puisse faire de même. Alors puisqu'elles sont à moi... Elle déposa un premier baiser sur l'une de ces fossettes. Je vais en profiter. Elle déposa un baiser sur la seconde. Elle pourrait embrasser ses fossettes pendant des heures. Et l'embrasser lui aussi. Mais elle ne devait pas, pas maintenant.

Miles. Qu'est-ce qui ne va pas ? fit-elle en posant à son tour sa main sur sa joue, l'inquiétude l'emportait sur le reste de ses envies. Elle s'inquiétait terriblement : et si il s'était passé quelque chose de grave ? Qu'est-ce qu'il se passe ? s'enquit-elle après avoir posé sa tasse sur la table pour se redresser. Elle ne pouvait pas le laisser dans cet état. Surtout pas.Ses yeux dans les siens, elle espérait enfin avoir une réponse.


➳FEAT. @miles digby
Code by Eressëa



_________________
head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. ©️ endlesslove.

Miles Digby

messages : 55
name : Lee
face + © : Sam Claflin ©faiinal & anatharien
multinicks : /
points : 642
age : 31y
♡ status : Single
work : Clive's right-hand man @Novatech Industries / Head of the R&D and Engineering Department
activities : Dreaming about revolutionnary ideas - doing what he can to make the dream come true.
home : The big house next to the biggest house on @ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : /ON/

Blame it on the alcohol Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Blame it on the alcohol · Jeu 23 Avr - 3:39

I make the most of all the stress
I try to live without regrets
But I'm about to break a sweat
I'm freakin' out

Jonas Brothers

La maladresse évidente de Miles, couplée sans doute à une bonne dose de niaiserie peu contrôlée, semblait attendrir la jeune femme. Et tandis qu’il terminait son café, qu’il espérait un peu salvateur vu son état actuel, elle glissa un morceau de sucre dans sa bouche. Étonné, il leva un sourcil interrogateur. Miles n’était clairement pas une bouche à sucre, mais l’attrapa entre ses dents et lui fit un petit clin d’oeil avant de le basculer contre sa langue, et le croquer doucement. « Tu m’as pris pour un cheval ? » Sa bouche était pâteuse, et il aurait bien eu besoin d’un peu d’eau à ce moment précis. Le café n’allait pas tellement améliorer son haleine, d’ailleurs…

Cela n’avait pas l’air de déranger la jeune femme, qui bécota ses petites fossettes à croquer sans demander son reste. Mais pourquoi diable ces petites rides de joie provoquaient un tel carnage dans le coeur des femmes, hein ? Il était incapable de l’expliquer, et pourtant, c’était quasi systématique. Il se disait parfois qu’il serait bien moins séduisant à leurs yeux sans ça, et c’était tout de même assez bizarre. Mais bon, il n’allait pas s’en plaindre. Si c’était ces fossettes qui avaient réussi à faire craquer la sublime beauté nichée contre lui, alors que le ciel - ou la génétique - soit loué.

Mais le répit fut de courte durée, et sa distraction qu’il avait trouvé plutôt habile ne suffit pas à éloigner la jeune femme de ce qu’elle avait en tête. Sa main sur sa joue, attendrissante comme jamais, Miles se sentit tout à coup fragilisé. Pire encore, elle s’éloigna un peu de lui, et l’alcool fit surgir une impression de solitude totalement décuplée. Son regard accroché au sien, il s’y noyait presque, comme il s’était noyé dans l’alcool toute la soirée. La discussion devenait compliquée, et surtout, il n’avait pas envie de discuter. Et surtout pas de la raison pour laquelle il était dans cet état plutôt désastreux. Mais elle avait l’air inquiète. Et il ne fallait pas. Il refusait de voir son si doux visage prendre cette expression là. Elle méritait mieux. Elle méritait de sourire, tout le temps, et d’être heureuse. Pas de s’inquiéter parce qu’un ivrogne déboulait chez elle en plein milieu de la nuit pour trouver un peu de réconfort.

Hésitant, il faillit se lever et prendre sa veste avant de décamper loin d’ici, la laissant certes sans réponses, mais protégée de tout ce qu’il aurait pu déballer. Toutefois, il en était incapable. Physiquement déjà, cela demandait un minimum d’effort, et il lui était impossible d’être aussi énergique. Et puis, alors que ses yeux se perdaient dans les siens, il n’envisageait pas une seule seconde de la quitter. Pas ce soir. Jamais même, peut-être.

Soufflant légèrement, il détourna son regard du sien. Difficile de savoir quels mots allaient bien pouvoir sortir de sa bouche, et il n’avait pas envie de lire la déception sur son visage quand ça serait le cas. Appuyant sa tête contre ses mains, ses coudes posés sur les genoux, il frotta ses yeux fatigués aux pupilles bien trop dilatées. Les mots étaient là pourtant, comme bloqués dans sa gorge qui faisaient office de barrière protectrice. Il lui restait un petit espoir. Capitaliser sur son euphorie passagère pour que la façade tienne. Levant la tête, il s’enfonça complètement dans un coussin du canapé, s’éloignant encore un peu plus d’elle, et posant un bras contre l’accoudoir, l’air totalement désinvolte. Un sourire se dessinait sur son visage, un peu trop forcé toutefois. « Alors quoi, il me faudrait une raison pour me bourrer la gueule ? C’est ça ? » Il lâcha un rire qui était de trop. Il avait beau essayer de mentir, ça ne fonctionnait pas. Il était déjà piètre menteur en étant sobre, alors là. Et il se croyait euphorique, alors qu’il était tout à fait sarcastique. Et ça n’allait pas aller en s’arrangeant.

« Tout s'explique pas toujours hein. Regarde mon frère...» Oh boy, ça y était. L’alcool avait dissout ses barrières comme un acide trop corrosif, et il allait déballer ce qu’il gardait depuis trop longtemps. « Mon frère, ce modèle, qui s’enfilait des cachets en douce depuis des mois. Surpriiiiiiiise ! »  Bien que Miles regardait Adara, son regard était perdu au loin, très loin tandis qu’il s’enfonçait de plus en plus. Il avait beau sembler s’adresser à elle, agissant nerveusement les mains de façon un peu théâtral pour accompagner son monologue, il s’adressait surtout à lui. Et la colère qui montait en lui n’était pas dirigée contre elle, évidemment. « Oh, il a sûrement une raison, hein, et une bonne. Le graaaaand Clive Digby a toujours une bonne raison » Miles se pinça les lèvres, hochant doucement la tête, embarqué dans son raisonnement de mec à la fois bourré et lucide. « Mais comment je le saurais hein ? Comment ? Vu que j’ai même pas eu le courage d’aller le voir à la clinique ! » Il avait légèrement levé le ton sur sa dernière phrase. Pour un type qui n’avait pas envie de parler de ses problèmes, il avait été plutôt loquace. Même s’il avait fait de sacrés raccourcis. Perturbé par ses révélations, il se leva et fit quelques pas nerveux dans l’appartement. Il était incapable de regarder Adara dans les yeux. « Un frère toxico, un frère qui picole… Ça fait envie les Digby hein ? » Cette phrase lui glaça le sang. Formulé ainsi, c’était impitoyable. « Je ferais mieux d’y aller je crois… » Pourtant, il arrêta net ses cent pas et se figea sur place, comme incapable de bouger. La tête baissée, il fixait le tapis avec une intensité étrange. Catastrophe. Il était une putain de catastrophe sur patte.

_________________

It's like you're my mirror
My mirror staring back at me
I couldn't get any bigger
With anyone else beside of me
Contenu sponsorisé




Blame it on the alcohol Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Blame it on the alcohol ·
 
Blame it on the alcohol
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: