hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -32%
-32% sur le purificateur d’air Dyson Pure Cool ...
Voir le deal
229 €

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 and time keeps passing by but i'm too busy to reply


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: good times at daveys
Aller en bas 

Chani Rodrigues

messages : 1370
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3366
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Lun 13 Avr - 15:21
and time keeps passing by
but i'm too busy to reply
and as i close my eye
i say that i won't go tonight

~~
jean & chani

Chani a longuement hésité avant d’accepter l’invitation que Jean lui avait formulé par message. Cette hésitation qui vous ronge petit à petit jusqu’à créer en vous un doute, une faille. Cette même hésitation qui peut vous faire perdre votre confiance apparente. Ses pupilles se sont longuement imprégnés de chaque mot affiché sur l’écran tactile de son téléphone, comme pour les analyser, pour les scanner minutieusement, comme s’il y avait un message caché derrière tout cela. Aucun message caché. La peur du message caché, l’implicite qu’on ne maîtrise pas. Cet implicite qui vient polluer l’esprit, en venant créer les scénarios les plus désagréables en son for intérieur. Elle était allongée dans son lit, quand elle a reçu ce message. Elle était en train de flâner sur son application de rencontre. Elle avait reçu une notification de la part d’un inconnu. Rapidement, elle a nexté le message de cet inconnu pour se concentrer alors sur celui de son amie. Parce que sur l’échelle des considérations sociales, les amies – toujours au féminin, jamais au masculin – passeront toujours avant les inconnus. A l’exception près que cet inconnu réponde au doux nom de Zac Efron. Or ce n’est pas lui qui tente vainement d’entrer en contact avec elle. Ce n’est même pas son sosie, quelle déception. Elle avait pris une grande inspiration avant de composer quelques mots. Un premier jet qu’elle a effacé vivement, avant de recommencer une nouvelle fois. Ce n’est qu’au bout de la troisième tentative qu’elle a envoyé sa réponse. Un simple « oui ». Oui, je serai là
Ce soir, elle arrive à hauteur de l’endroit où Jean lui a donné rendez-vous. La Portugaise descend de son vélo, qu’elle attache à un point fixe. Elle défroisse alors son chemisier bleu ciel et se saisit de sa sacoche. Elle n’en oublie pas pour inspecter une nouvelle fois son téléphone portable. Elle se concentre sur l’écran, lisant les notifications qui s’affichent. Elle avance droit devant elle, ne faisant guère attention à ce qui se passe autour d’elle. Son téléphone, le prolongement de son bras. Elle passe beaucoup de temps à consulter les différents réseaux sociaux auxquels elle est inscrite ainsi que diverses applications. Elle alimente quotidiennement sa page personnelle. Il n’y a pas un seul jour sans qu’elle ne poste quoique ce soit. Elle envoie un message à Jean, pour l’avertir de son arrivée, puis lit quelques commentaires déposés, puis range son téléphone dans sa sacoche. Enfin elle relève la tête et l’entrée du Daveys. Elle s’impatiente de retrouver Jean. Elle n’a pas quitté son large sourire, depuis qu’elle a fermé derrière elle la porte d’entrée de la maison familiale. En même temps, une hésitation s’éprend de sa main, au moment même de pousser la porte d’entrée. Elle redoute sottement le moment où elle fera son entrée dans ce lieu. C’est stupide, il n’y a rien à craindre. Elle prend une grande inspiration et pousse la porte d’entrée. Elle pénètre dans cet antre, passant au scanner chacune des personnes présentes jusqu’à reconnaître au loin la silhouette de Jean. Elle n’hésite plus. Elle s’engouffre, au milieu de cette chaleur humaine qui émane du lieu, pour se diriger vers sa belle amie. « Hey ! », scande-t-elle, dans un large sourire, dévoilant sa dentition blanche. Elle tire la chaise pour s’y installer, en face de Jean. « Comment vas-tu ? », elle lui demande, commençant alors par les banalités des conversations. On passe tous par cette étape avant de se lancer franchement dans sa conversation, comme si chacun d’entre nous avait besoin de ce SAS pour s’élancer, pour se sentir en sécurité avec son interlocuteur. « Ca fait longtemps que je ne suis pas sorti en soirée… je ne suis pas certaine de me souvenir de comment ça fonctionne », qu’elle déplore, en réfléchissant à voix haute. « Enfin ça doit être comme le vélo, tu vas me dire », elle souffle, ne perdant pas son sourire lumineux qui éclaire son doux visage.

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Jean Shelley

messages : 1151
name : all souls (maryne)
face + © : cw @self
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jace
points : 303
age (birth) : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, gibi, & rory (jay, chani)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Jeu 16 Avr - 22:48
and time keeps passing by
but i'm too busy to reply
and as i close my eye
i say that i won't go tonight

~~
jean & chani

C’est avec un soupir las et sérieusement agacée que Jean raccroche son téléphone. Il atterrit sans ménagement dans le canapé avant qu’elle ne se laisse y tomber à son tour. Son agent la rendait dingue. Ils étaient pourtant tous d’accord : lui, son père et elle pour qu’elle fasse un break, au moins pendant quelques temps. Ça ne l’empêchait pas de lire de nouveaux scripts ou de participer à quelques évènements sur Portland. Elle avait bien fait quelques allers-retours sur New York et Los Angeles tout au début, en emménageant ici mais plus depuis quelques mois. Elle ne voulait pas replonger dans le bordel de la foule, des avant-premières, des photographes et paparazzis, et encore moins des fans en délire. Fallait pas se méprendre, certains étaient vraiment sympa, et mine de rien, sa carrière était aussi grâce à eux, mais elle avait eu sa dose. Elle avait trop donné, surtout aux foutus vautours qui se disaient journalistes. Et dernièrement son agent semblait sur les dents et pas très compréhensif quant à sa situation. Il râlait qu’elle n’ait pas fini de lire le dernier script -la vérité étant que c’était une véritable merde qui avait tendance à la faire somnoler dès qu’elle se lançait dedans- et parce qu’elle avait refusé sa dernière invitation pour se rendre dans la Grosse Pomme.
Oui, il l’avait agacé et elle avait besoin de se changer les idées. En quelques secondes, le visage de Chani lui vient en tête : adorable, chaleureuse, et un don certain pour faire sourire les gens peu importe ce qu’il s’était passé dans la journée. C’était peut-être un peu réducteur, mais ça résumait quand même pas mal son amie. Et puis, Jean était prête à parier qu’une petite sortie ne ferait pas de mal à la brunette. En moins d’une minute le message était tapé et envoyé. Pendant un instant, la jeune actrice se demande quand même si elle ne va pas refuser. Tant pis, qu’elle se dit, si elle refuse, elle emploiera les grands moyens.

Habillée et maquillée, Jean avait été ravie de voir la réponse positive de son amie. Une soirée entre filles était tout ce dont elle avait besoin. Et quelques verres, pas trop non plus, elle l’avait promis à Luna, et la britannique n’avait que très peu envie de se retrouver dans la situation où elle devait appeler sa cousine pour avoir brisé sa promesse en moins d’un mois. D’un geste assuré, elle passe la porte du Davey’s, fais quelques sourires discrets aux têtes qui se tournent sur son passage. Il y a toujours quelques murmures, quelques conversations qui se veulent discrètes. Certains la reconnaissent directement, d’autres se disent que c’est juste "une fille du milieu" sans franchement la replacer, juste assez connue pour faire parler. Elle va choisir une table un peu plus loin, histoire de ne pas se sentir envahie par les autres en attendant Chani.
Pas besoin d’attendre longtemps, à peine le temps de consulter ses derniers sms qu’elle remarque le sourire radieux de son amie. Toujours aussi rayonnante, qu’elle pense. « Hey Chani ! » le sourire de Jean est aussi grand que celui de la jeune femme. « Mieux maintenant ! Et toi ? » elle sourit un peu plus en l’écoutant parler. « A vrai dire j’avais peur que t’annules au dernier moment » avoue-t-elle avec une moue désolée, un peu coupable. « Mais t’as raison, c’est comme le vélo ! Et puis c’est pas grand-chose. Juste nous deux… quelques bières, ou cocktails, comme tu veux… Allez, t’en fais pas. Pas de boite non plus » explique-t-elle en riant. Elle ne voulait pas la faire flipper ou qu’elle trouve une excuse pour se volatiliser à la première minute. « Et comment ça se fait que ça date tant que ça ? » demande-t-elle curieuse.

_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Chani Rodrigues

messages : 1370
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3366
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Ven 17 Avr - 21:44
Son hésitation s’est dissipée au moment où elle a franchi le seuil de la porte, comme une symbolique que personne ne saurait saisir à cet instant même. Elle a rejoint Jean, son amie, à la table où cette dernière s’est installée. Une table, un peu reculée, des quelques clients déjà présents dans le bar, à l’abri des oreilles distraites et curieuses. Ainsi, Chani commence la conversation, après l’avoir saluée. Elle entre dans le SAS du dialogue, celui qui veut rassurer le locuteur, comme par crainte d’avoir à essuyer un refus ou une remarque acerbe, comme par pudeur ou par retenue. Alors, comment va-t-elle? « Mieux ? » Elle écarquille doucement les yeux, singeant l’interrogation. La portugaise essaie de savoir comment elle doit interpréter ce mieux. Elle sait qu’il y a un implicite, derrière cet adverbe, mais lequel. L’implicite, c’est quelque chose qu’elle ne connaît pas dans la langue des signes, bien trop crue et directe. Elle l’élucide difficilement dans le langage oral. Elle l’utilise rarement quand elle prend la parole. Plutôt que de l’utiliser, elle se tait. « Je vais bien, merci », elle articule, dans un large sourire, en hochant doucement la tête comme pour donner un peu plus de poids à ses mots qu’elle articule. La jeune femme se déshabille de sa veste en jean qu’elle porte, et se tourne de trois-quart pour pouvoir la déposer sur le dossier de la chaise sur laquelle elle est installée. Elle concède rapidement ce qui est une vérité absolue : cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas accordée une soirée. Souvent elle trouvait des faux prétextes pour rester chez-elle. Elle fait mine d’être faussement offusquée quand son amie partage sa crainte. Celle que Chani annule au dernier moment. « Jamais ! Je tiens toujours mes promesses », elle articule, en ne perdant pas son sourire. « Ma mère était tellement ravie à l’idée de savoir que je pouvais avoir de nouveau une vie sociale nocturne », elle reprend sur un ton amusé, étouffant un éclat de rire. Chani sait que ses soirées ne seront plus jamais comme celles qu’elle a pu connaître, il y a encore un an. Elle se rend à l’évidence que cela ne pourra pas être comme avant. Dans tous les cas, elle ne doute pas que cela doit être comme pour le vélo, pour retrouver certains automatismes qu’elle a cherché à enfouir profondément dans un recoin de son esprit maltraité. Chani hoche la tête, en écoutant les paroles de Jean. Ce n’est qu’une soirée entre elles. « Une soirée entre filles, c’est parfait comme reprise », qu’elle scande dans un large sourire. Définitivement, elle ne se serait pas imaginée vivre sa première soirée depuis des lustres avec une personne du sexe opposé. Elle aurait peut-être fini par accepté mais elle ne connaîtrait probablement pas le même enthousiasme qui est présentement en train de couler dans ses veines. « On commande, d’ailleurs ? », elle demande. Elle se tourne alors vers le bar, levant le bras comme pour faire un signe de la main à l’un des serveurs présents afin de venir prendre leur commande. Elle reprend sa place dans le siège et fait face à Jean. « Comme le vélo », qu’elle réplique, dans un éclat de rire. Rapidement, la jolie brune la questionne. Chani prend une grande inspiration et un air songeur. Elle savait qu’elle n’échapperait pas à une telle question. « Ahum, je crois que... », elle réfléchit, tentant de mettre un mot ou deux sur ces raisons. Elles sont possiblement stupides et idiotes, comme excuse. « ...je crois que j’avais besoin d’un peu de recul par rapport à ce petit monde », elle expire d’une traite, ne perdant pas son sourire. « J’avais peur de ne plus être moi-même, de mettre le doigt dans un engrenage qui m’échapperait, tu vois, le genre ? ». Elle ne voit probablement pas.
@jean shelley

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Jean Shelley

messages : 1151
name : all souls (maryne)
face + © : cw @self
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jace
points : 303
age (birth) : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, gibi, & rory (jay, chani)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Mer 22 Avr - 19:43
and time keeps passing by
but i'm too busy to reply
and as i close my eye
i say that i won't go tonight

~~
jean & chani

Aller retrouver Chani ne pouvait que lui faire du bien. D'abord parce que la jeune femme était un véritable rayon de soleil -sans doute autant que sa cousine, Luna- mais aussi parce qu'elle avait besoin de sortir de chez elle et de renouer avec des gens normaux, bien loin du star système qu'elle connaissait. Et surtout, loin de son agent. « T'en fais pas, rien de grave. Juste mon agent qui me tape sur le système. Ça lui passera, et à moi aussi » répond-elle avec un sourire qui se veut réconfortant. Il n'y avait pas de quoi s'inquiéter. Et dans le pire des cas, s'il insistait, elle l'enverrait directement sur messagerie. Rien qu'elle ne pouvait gérer, mais qui l'avait sérieusement agacer sur le moment. Son humeur s'améliorait considérablement au contact de Chani, et plus encore face à son sourire contagieux.
Installée, la veste déposée sur le dossier, Jean peut se consacrer totalement à son amie, non sans lui confier ses quelques doutes quant à sa venue. Elle se met à rire à sa confession, et avec ce que l'actrice avait vu de sa mère, elle n'avait aucun mal à imaginer la scène. « J'avoue que je l'imagine bien te pousser elle-même dehors » admet-elle en riant. « Et puis, t'es pas avec n'importe qui ! Je vais m'occuper de toi, aux petits oignons » ajoute-elle, avec un sourire immense. Certes, ça pouvait effrayer, mais jean ne ferait rien qui pouvait gêner son amie ou la mettre dans des situations compromettantes. Au contraire, elle prendrait soin d'elle, de telle façon à ce qu'elles puissent renouveler l'expérience. Elle n'avait pas besoin de sortir jusqu'au bout de la nuit, seulement d'une soirée divertissante avec une personne de confiance. « Exactement ! Une soirée en boite au milieu d'une foule aurait peut-être été un peu trop » une légère grimace qui passe sur son visage en imaginant la scène. Non, vraiment pas une bonne idée, ni même pour elle. Pas d'humeur à supporter une foule transpirante et complètement défoncée.  
Elle acquiesce d'un signe de tête alors que l'une des serveuses s'avance vers elle pour prendre commande. Jean laisse d'abord son amie faire avant qu'elle ne se commande une bière. Mais la jeune Shelley ne pouvait s'empêcher de se questionner sur le manque de sortie de la jolie brune. Plus Chani s'explique, plus Jean fronce les sourcils, pas franchement certaine de comprendre et sans doute un peu inquiète d'avoir manqué quelque chose. « Hm » elle cherche ses mots, ne sait pas comment formuler ça sans être trop alarmante « il s'est passé quelque chose ? Avant ? Quand tu sortais ? » peut-être qu'elle avait eu des ennuis avec l'alcool, ou qu'elle était trop sortie. Elle savait qu'à trop sortir, se laisser entrainer, ça pouvait finir par devenir une véritable habitude, sans même en avoir franchement envie. Comme une addiction un peu étrange de devoir sortir et de se laisser entrainer par tout ce qui allait avec. « tu me dis si tu préfères qu'on aille ailleurs ? On peut se faire notre soirée chez moi, si tu veux ! » ajoute-t-elle un peu précipitamment en se demandant si c'était une bonne idée d'être ici.

_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Chani Rodrigues

messages : 1370
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3366
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Dim 26 Avr - 14:34
Chani est interloquée par cet adverbe utilisé par son amie, dans sa réponse. Elle va mieux. On dit que l’on va mieux, quand quelque chose n’allait pas avant ou encore quand certains éléments n’étaient pas réunis pour rendre la situation appréciable et agréable. Qu’en est-il pour Jean ? Chani maîtrise encore mal les implicite. Elle a besoin d’éléments concrets et bruts pour comprendre une situation. Un certain soulagement vient effacer ses rides inexistantes quand elle écoute son amie, Jean, mentionner son agent. Tout cela est de l’ordre du professionnel : Chani ne s’est jamais vraiment intéressé à ce milieu dans lequel Jean semble baigner depuis un moment maintenant. On pourrait croire que si Jean est dans ses contacts, ce serait pas intérêt personnel mais il n’en est rien. A vrai dire, Jean aurait pu être la petite caissière du coin, elle lui aurait porté le même intérêt, la même place dans ses amitiés et, surtout, – par dessus tout – le même sourire. Elle n’est pas regardante à ses artifices qui composent ces individus. Peut-être a-t-elle tort de ne pas regarder de trop prêt les curriculum vitae de ceux qui composent son entourage le plus proche. Elle adresse un sourire. Si Jean pouvait ne pas aller bien – dans le sens où elle n’était pas triste mais plutôt irritée, saoulée, blasée… –, c’est seulement à cause de son agent. « Tu sais quoi ? S’il t’embête ce soir, je lui répondrai personnellement », elle hoche la tête, à chaque syllabe qu’elle articule, comme pour donner une certaine importance à chaque mot qui émane de sa bouche. Définitivement, si cet agent vient polluer leur soirée, elle en fera une affaire personnelle, prête à se retrousser les manches. Comme sa mère, Paloma Rodrigues, en aurait une affaire personnelle si sa fille, Chani, ne serait pas sortie des murs de sa chambre, en soirée, pour retrouver Jean alors que cela faisait partie des projets. D’ailleurs, elle plaisante quant à la réaction que la matrone aurait pu avoir en découvrant qu’elle aurait annulé à la dernière minute. Nul de tout cela s’est produit, elle avait réussi à trouver autant d’arguments favorables pour ne pas désister. Elle étouffe un discret éclat de rire, quand l’ambiance commence à demeurer légère. « Effectivement, je suis entre de bonnes mains », elle réplique, dans un doux sourire. Ce soir, il ne pourra rien lui arriver. Rien ne lui arrivera, elle se le répète en son for intérieur, comme pour le graver un peu plus dans un coin de son esprit. Comme pour s’en convaincre. Elle vient sceller un peu plus cette pensée, en prenant la parole. Cette soirée sera entre filles, exclusivement. Juste Jean, juste elle, et aucun parasite pour venir polluer cette soirée. Elle écoute les paroles de son amie, singeant alors sa grimace et l’exagérant un peu plus. Définitivement, une soirée en boîte de nuit aurait été la pire idée de l’année. « Faute de goût ! On serait tombées ridiculement dans le too much », elle énonce, dans un ton qui se veut léger et amusé. Chani se tient, depuis quelques temps maintenant, à l’écart de ce monde de la nuit, des soirées qui lui paraissent, avec le recul, démesurées.
Par la suite, elle propose qu’elles commandent une boisson, afin de lancer officiellement cette soirée entre filles. Jean commande une bière. Chani prend un temps à la réflexion, index sur ses lèvres, avant d’articuler un nom de cocktail sans alcool, le Shirley Temple. Elle mise la carte de la soirée sans alcool. Il paraît que sans alcool, la fête est plus folle… C’est ce que certains disent en tout cas. Sans même être surprise, Jean l’interroge finalement sur les raisons de ses absences dans certaines soirées, de ses refus successifs aux invitations qu’on lui faisait pour se rendre à telle ou telle soirée. Elle sait qu’elle n’y échappera pas, elle s’en était faite une raison. Elle essaie de s’expliquer, de partager sa peur. Elle a peur. Elle s’efforce de garder son doux sourire, pour rassurer Jean, qui semble être devenue soudainement soucieuse et inquiète. « Je... ». Chani s’interrompt. Elle expire un peu trop fortement, alors que son regard croise celui de son amie. Elle essaie de trouver les mots, de mettre de l’ordre dans ses idées. « Il se passe toujours des choses, en soirée », elle articule, un rictus en coin venant de s’éprendre de ses lèvres. Ce serait mentir que de dire qu’il ne se passe rien en soirée. Elle sait que cette réponse ne convaincra pas Jean, elle le sait très bien. Elle sent ce regard, piqué par cette curiosité, qui ne la quitte plus. « Tu te souviens de Norman ? », elle l’interroge alors. Norman, c’était le meilleur ami de Chani, celui avec qui elle avait traversé toutes ces années depuis son enfance, sans une once de jugement à l’égard de sa différence. Elle entrouvre la bouche avant de s’interrompre brusquement. Jean reprend la parole, elle lui demande alors si elle veut qu’elles aillent ailleurs. La brune dodeline délicatement la tête, comme pour signifier un « non ». « C’est bien ici », elle souffle doucement. « Ne fais pas cette tête, d’accord ? Ca va, vraiment, ça va », elle insiste, devant le visage soucieux et inquiet de Jean. « Attendons nos verres, ça serait dommage de ne pas en profiter », qu’elle déclame dans un discret sourire.
@jean shelley

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Jean Shelley

messages : 1151
name : all souls (maryne)
face + © : cw @self
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jace
points : 303
age (birth) : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, gibi, & rory (jay, chani)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Jeu 30 Avr - 17:35
and time keeps passing by
but i'm too busy to reply
and as i close my eye
i say that i won't go tonight

~~
jean & chani

Si Jean ne jouait que rarement de son statut de célébrité, c'était encore moins le cas depuis qu'elle était dans l'Oregon, sauf à quelques rares occasions pour emmerder Luna ou pour rentrer plus rapidement en boite -attendre, très peu pour elle. Mais lorsqu'elle avait rencontré Chani et qu'elle ignorait quasiment tout d'elle -certains arrivaient à remettre son nom sans pour autant être totalement capable de citer ses films- Jean avait étrangement apprécié. En plus d'être sacrément amusant, c'était rafraichissant. Chani se fichait totalement de tout ça, de son compte en banque, des robes hautes coutures, de ses dernières frasques ou du soi-disant dernier acteur ou mannequin avec lequel elle serait sortie.  La jeune Shelley ne lui parlait que rarement de la pression qu'elle avait dans son métier, elle n'aimait que peu s'en plaindre en fait. Peur d'être jugée pour ça sans doute. De se plaindre d'une chose que beaucoup enviaient sans connaître l'envers du décor. Chacun voyait les belles robes, les sorties, les paillettes et des cachets qui pouvaient donner le vertige. Alors non, elle n'aimait pas se plaindre de peur de passer pour une ingrate mais parfois c'était juste trop. « On fera ça » répond-elle en rigolant à la proposition de son amie. Mais même si elle ne voulait la vexer, chani était sans doute à mille lieux du genre de personne qui effraierait son agent. Seulement ça restait plaisant à entendre et à imaginer, et surtout, ça fermait le sujet boulot.
« tu vois ? Aucune raison de douter. Et ça te fera venir quand je t'enverrais d'autres invitations » lache-t-elle, immense sourire sur les lèvres et ravie de lui faire part de ce 'plan' sur le long terme. En réalité, la brune n'avait réfléchi  à rien, mais cette idée lui plaisait beaucoup. Elle était plutôt partisane des 'on décide le jour même de ce qu'on fait' lorsqu'il s'agissait de sortir avec des amis. Elle éclate alors de rire « du tout ! Fringues trop courtes... soit tout en noir voire du cuir, soit des trucs fluos pour qu'on soit repérable sous les néons. Too much tu dis ? »  d'accord, c'était complètement too much et sérieusement rétro. Mais l'idée l'amusait. Seulement quelque chose la chagrinait. Quelque chose dans le discours de Chani la perturbait et faisait s'allumer quelques boutons dans son crâne. Sans vouloir la presser ou être trop intrusive, Jean se demandait pourquoi elle ne sortait plus. S'était-il passé quelque chose ? Ou un ras le bol total ? Elle ne voulait pas que la brune se sente mal à l'aise en sa compagnie, peu importe où elles étaient. Et s'il fallait qu'elle parte d'ici, Jean remettrait directement sa veste sans poser plus de questions. Elles étaient là pour passer un bon moment, rien de plus, alors elle tenait que ça soit le cas pour les deux. Une fois leur commande passée, Jean reporte son attention sur Chani qui semblait avoir des difficultés à s'exprimer, ou en tout cas à mettre des mots sur ce qu'elle ressentait. L'actrice fronce les sourcils en essayant de comprendre ce qu'elle voulait dire. « Chani... qu'est ce qu... » elle ne finit pas sa phrase, ne sachant pas comment tourner ça. Elle acquiesce d'un signe de tête « oui, vaguement » contrairement à ce qu'on pouvait penser, Jean n'avait pas si bonne mémoire pour associer un visage à un nom. Mais lui, elle en avait entendu parlé plus d'une fois, assez pour savoir qui il était. « qu'est ce qu'il a fait ? » demande-t-elle précipitamment en soupirant. Et le fait que Chani insiste à lui dire que tout allait bien lui prouvait que quelque chose clochait sérieusement. Peut-être pas ce soir, mais de manière générale. « je continuerais à faire cette tête tant que tu continueras de me dire que ça va, alors que c'est pas le cas » elle soupire et se rapproche par dessus la table, autant que possible. « tu me dis pas tout ! Il s'est passé quoi ? » elle se retient de lui demander s'il faut qu'elle aille noyer norman ou l'enterrer vivant, peut-être que d'ici, elle aura une idée de torture plus originale. « Hm, on s'en fout des verres, je veux que tu te sentes bien, j'me fous du lieu » conclut-elle en croisant les bras, indiquant que sa position était ferme alors que ses yeux laissaient aisément transparaitre son inquiétude.

_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Chani Rodrigues

messages : 1370
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3366
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Ven 1 Mai - 12:39
Chani est peu sérieuse quand elle se propose de décrocher si la sonnerie du téléphone de Jean vient à retentir et que le doux nom de son agent s’affichait sur l’écran. La vérité est qu’elle ne sait pas vraiment comment ça fonctionne. Comment le monde de Jean fonctionne mais elle ne s’en est jamais intéressé. Par manque d’intérêt, non pas à Jean, mais à celui de la célébrité. Chani n’a jamais considérée Jean comme l’actrice vedette qu’elle est. Elle serait même incapable de mentionner l’un des films dans lequelle Jean Shelley apparaît. Est-ce pourtant autant que cela fait de Chani une mauvaise amie ? Il est certain qu’elle ne pourrait jamais se prétendre être une fan. Avec le temps, elle a retenu quelques noms de film, seulement parce que Jean les a cités dans une ou deux conversations. Entre elles, elles ne parlent pas de cela. D’ailleurs, cela faisait bien déjà plusieurs mois qu’elles n’avaient pas passé une soirée ensemble, entre filles. Alors, ce soir, Chani retrouve Jean, autour d’une table, et rien ne peut lui arriver. Elle le sait. La remarque de Jean étire ses lèvres, un peu plus. « C’est fort possible », elle articule, quand Jean avance que cette soirée fera en sorte que la portugaise acceptera, sans une once d’hésitation, ses invitations futures. Il y a possiblement une part de vérité dans ce qu’elle lui expose là. A moins que l’une des soirées futures ne ressemble un peu trop fortement à ce que la belle brune expose, au fil de son amusement. « Définitivement Too much », répète alors Chani, en hochant la tête, non sans amusement. Un discret éclat de rire se fait un chemin entre ses lèvres, venant accompagner le rire de Jean. Elle apprécie cet instant léger et béat, venant apaiser son for intérieur. C’est autant de légèreté qu’elle apprécie. La conversation va de bon train entre les deux jeunes femmes. Mais Chani n’a pas la main dessus et ne contrôle pas la façon dont elle dérive sur un tel sujet. Elle s’efforce de sourire, ce petit rictus étirant ses lèvres, venant contraster alors avec l’air soucieux et inquiet de Jean. Elle est inquiète. Elle le voit à son regard, et à la façon dont elle se tient présentement sur sa chaise. Inconsciemment, C. joue la montre. Elle se veut rassurante. Elle cherche les mots, alors que les entailles se rouvrent petit à petit, douloureusement, silencieusement. On pourrait croire qu’elle cherche à faire diversion en parlant de Norman, qu’elle se fraye un chemin pour s’échapper… La vérité est qu’elle est acculée, comme elle l’avait été ce soir-là. Elle prend une grande inspiration, avant de soupirer un peu trop lourdement. Si elle lui dit qu’il n’a rien fait, elle mentirait à Jean et cette dernière ne la croirait pas, dans tous les cas. Elle a raison quand elle affirme qu’elle ne lui dit pas tout. « C’était lors de la dernière soirée, celle organisée par Norman... », elle souffle, doucement. Elle s’efforce de garder son sourire, alors que les entailles intérieures s’éveillent un peu plus. « ...Pour fêter son départ en France, il avait été acceptée dans cette prestigieuse école à Paris ». Au fur et à mesure, les souvenirs reprennent vie dans un coin de son esprit. Elle sait qu’elle est obligée de se replonger dans cette mémoire que son conscient avec volontairement voulu effacer, pendant quelques instants, de ses souvenirs, de sa mémoire. Elle s’en souvient très bien, au fond. « Il y avait de l’alcool... », les images des bouteilles d’alcool ouvertes, qui allaient de main en main, de verre en verre, des bouteilles vides qui jonchées les tables. « ...qui coulait à flot. J’avais bu, trop bu... » Les images de ses verres qui se vidaient jamais réellement, perpétuellement remplis d’une liqueur qui l’a perdue. « Norman est venu me chercher, me prendre à part. Dans sa chambre. » Un frisson parcourt son échine, en se remémorant l’ombre de cette main se saisir de la sienne, s’en saisir un peu trop fortement. Elle se revoit monter les escaliers, innocemment, presque naïvement, titubant sous l’effet de l’alcool. Franchir la porte de cette chambre. Se laisser tomber dans ce lit. Se saisir de ce verre qu’il lui tend. Énième verre qu’elle a vu dans cette soirée, dont elle n’inspecte même plus le contenu. Lui sourire. L’écouter parler. Retirer son appareil auditif, pour oublier le matraquage musical du rez-de-chauffé. Le regarder. Le regarder la rejoindre dans ce lit. Lui sourire encore. Elle secoue doucement la tête, comme pour parvenir à chasser ces images de sa tête. Elle sent sa gorge se nouer. « Je pensais qu’il voulait qu’on passe du temps ensemble, pour parler, parce qu’on ne se reverrait plus avant de longs mois... » Elle laisse sa voix en suspend, jouant un peu trop nerveusement avec ses petits doigts. « Je le pensais vraiment, je te jure », elle répète. Elle aurait été incapable de prêter d’autres intentions à celui qu’elle voyait comme son ami, son meilleur ami. Elle se pince les lèvres, alors que les images continuent à se projeter dans son esprit, de façon plus floue. Elle est incapable de refaire la suite des événements, elle se souvient avoir été plongée dans cette état d’inconscience parfaite. « Je me suis sentie sale, salie et honteuse, quand je me suis réveillée », elle confesse. « J’étais incapable de lui dire non, de le repousser, de ne pas le laisser me toucher, d’abu-… je n’ai pas pu l’empêcher » Parce qu’elle était dans cet état quasi-comateux, impossible de réagir. Elle était vulnérable. Au fur et à mesure de son récit, de ces images mentales qui se sont greffées à son esprit, son sourire s’est effacé, disparu derrière ces perles, qu’elle voudrait discrètes, qui parcourent ses joues. Elle baisse doucement la tête, expire douloureusement et ferme les yeux. « Je suis désolée », elle reprend, redressant la tête vers Jean et plongeant ses pupilles noisettes dans son regard. Désolée d’avoir été vulnérable. Désolée d’avoir foutu en l’air la bonne ambiance qui régnait. Désolée pour tout. Elle essuie du revers de la main l’une de ses joues un peu humides.
@jean shelley

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Jean Shelley

messages : 1151
name : all souls (maryne)
face + © : cw @self
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jace
points : 303
age (birth) : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, gibi, & rory (jay, chani)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Ven 8 Mai - 18:26
and time keeps passing by
but i'm too busy to reply
and as i close my eye
i say that i won't go tonight

~~
jean & chani

Fort possible. Ce n'était pas un oui franc, mais le sourire de Jean s'agrandit quand même. C'était mieux que rien, et ça ressemblait presque à une promesse d'une nouvelle soirée comme celle de ce soir. Ou même plus tranquille. Elles pouvaient aussi passer la soirée chez Jean, avec quelques friandises ou un apéro géant à manger n'importe qui. Peu importe, en réalité, à ce niveau là, l'anglaise n'était pas bien difficile. Elle aurait pu lui proposer cette soirée en boite, mais c'était sans doute trop tôt, bien qu'elle s'amusait grandement de la situation et des images que ça lui amenait en tête. Du fluo, des néons, des looks un peu too much... La scène est sympa, légère, bien plus que les mots qui suivent. Y'a quelque chose de plus lourd dans les mots, dans l'atmosphère. Comme un frisson désagréable, une fraicheur non désirée, comme une alarme qui se déclenche dans un coin de la tête de la jeune Shelley, et une détresse visible au fond du regard de Chani. Quelque chose qu'elle tente d'étouffer et de détourner, avec un sourire qui se voudrait rassurant mais qui ne fait que l'inquiéter un peu plus.  Malgré elle, Jean se redresse un peu plus, mesure ses mots, sa voix, elle ne veut ni la brusquer ni trop la presser, pourtant elle aimerait vraiment qu'elle parle, qu'elle se confie. A sa manière, Jean tente de la rassurer, elle n'a pas besoin d'une soirée parfaite, c'est juste censé être un bon moment. Avec ou sans verre, ici ou ailleurs.
La mention de Norman ne lui annonce rien qui vaille, elle n'a que trop entendu d'histoires qui commençaient ainsi. Une soirée, un garçon qui aurait dû être un ami et la soirée qui se passe pas franchement comme prévu. Même schéma, même nausée. Du moins c'est ce à quoi elle s'attend, alors qu'elle espère au plus profond de se planter sur toute la ligne. Elle se doute que ça sera pas une histoire drôle, mais que ça soit quand même autre chose. Elle n'ajoute rien, attend juste que Chani ne se sente prête à partager son récit. Au fur et à mesure qu'elle parlait, qu'elle se replongeait dans ses souvenirs, le cœur de Jean se serrait. Comme elle le pensait : ce même début d'histoire, un peu banal, et pourtant glaçant. Sur sa cuisse, y'a son poing qui se serre, comme si ça lui permettait de contrôler sa respiration et peut-être même l'état de ses nerfs. Son palpitant s'emballe pourtant pour son ami, pour cette soirée là, et pour ce qu'elle doit sans aucun doute encore ressentir ce soir. Elle imagine sans mal la scène. Les scènes. sa gorge se noue, et une légère nausée s'installe. Ça doit se lire sur son visage, malgré son jeu d'actrice impeccable en temps normal, ce soir elle est incapable de rester impassible ou de feindre quoique ce soit. Le dégoût, l'horreur, l'empathie, la compassion.  Malgré elle, ses yeux deviennent humides, brillants. Elle ne veut pas mettre mal son amie plus qu'elle ne l'est déjà, mais elle est incapable de se retenir. Les yeux embuées, elle continue de l'écouter alors que doucement, sa main se place contre sa bouche. L'anglaise est incapable de parler, seulement de fixer chani, et les larmes qui coulent doucement, discrètement sur ses joues. C'est au tour de Jean de secouer la tête alors qu'une larme perle à son tour. « Non ! Non, non... » elle soupire, tente de reprendre ses esprits. « t'as pas à être désolée de quoique ce soit... » d'un revers de la main, elle essuie sa larme avant de se lever pour contourner la petite table et venir s'accroupir à côté de Chani, la tête relevée vers elle. « J'suis désolée pour tout ça. J'sais pas quoi dire tellement c'est... abjecte » et d'une certaine manière, elle trouvait ça encore pire venant de quelqu'un qu'elle avait considéré comme un ami. Avait-il cru que ça lui donnait un passe-droit quelconque ? Qu'il pouvait se servir ? Que le consentement était sous-entendu d'une manière ou d'une autre sous couvert de leur amitié ? Bullshit. Elle se redresse légèrement pour prendre le visage de la jolie brune entre ses mains et finalement l'enlacer. « tu mérites tellement mieux. Mais tu n'as rien à te reprocher. Ce n'est pas ta faute » un baiser sur sa joue avant qu'elle ne la serre encore plus fort. « Tu veux qu'on aille ailleurs ? Ça ne me gêne absolument pas. J'ai pas envie que ça soit trop pour toi. On peut faire ça plus tard, tu sais » elle lui offre un sourire réconfortant, laisse sa main caresser sa joue encore humide. Elle serait là pour chani, encore et encore.

_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Chani Rodrigues

messages : 1370
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3366
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Dim 10 Mai - 19:20
Chani sait qu’elle ne peut plus s’échapper, qu’elle ne peut plus maquiller son discours. Alors, elle se lance, éveillant les souvenirs. Elle se souvient trop bien de cette soirée, de cet instant qui a tout fait vacillé, pourtant la fin a toujours été floue. Les entailles refermées se rouvrent, au fur et à mesure, de sa prise de parole, devant Jean. Les images se greffent aux mots, même si certaines pièces du puzzle sont manquantes. Celles que Norman a gardé profondément en lui, quelque part dans ses souvenirs. Chani ne pourra jamais oublier Norman, malgré elle. Parce qu’il est celui qui a fait émerger et naître, en son for intérieur, ces peurs, ces traumatismes. Rien n’est comme avant. C’est dans ce lit, dans ces draps, qu’une part de Chani a été meurtrie, qu’une innocence soupçonnable a crevé et rendu l’âme. Elle n’a jamais auparavant mis des mots sur ces images, sur ce moment, sur ça. Elle parle pour la première fois. Elle dénonce pour la première fois. Elle s’efforce de revivre le moment. De la situation initiale – une soirée, une chambre, Norman et elle, de l’alcool – jusqu’à la situation finale – encore floue, dans l’esprit de Chani –, en passant par les péripéties – la musique, le verre, les draps. Elle ne se souvient plus précisément de la suite, tant son corps ne semblait être inconscient et son esprit incapable de fonctionner comme il faut. Elle se souvient du réveil bien trop brutal. Il y a probablement des éléments de ce récit que son conscient a voulu taire. Quand elle en a terminé, avec ces souvenirs qu’elle ressasse, elle reste silencieuse. Elle essaie de reprendre ses esprits. Elle a perdu son sourire, qui s’est envolé au fil de son verbe. Elle laisse entrevoir, petit à petit, douloureusement, sa faille, ce point qui fait mal, trop mal, quand on appuie dessus. Elle est envahie par ce melting-pot de sentiments, là où la honte rencontre la douleur, la vulnérabilité, etc. Son honneur de femme s’est sentie bafouée. Elle essuie les perles qui coulent sur ses joues, elle s’excuse. Elle n’a jamais été aussi sincère dans ses paroles, que dans ce désolé articulé. Elle se pince l’intérieur de ses joues, alors que la voix de Jean s’élève à présent. Selon elle, elle n’a pas à être désolée. Chani se terre dans ce silence inhabituel. Ses billes noisettes suivent du regard son amie, qui s’est levée. Elle ne la quitte pas du regard et suit chacun de ses mouvements : cette aisance qu’elle a pour quitter son siège et contourner la table, ces quelques pas qui viennent briser la distance entre elles. Ses dents pressent un peu plus l’intérieur de ses joues. Elle ne perd pas un mot prononcé par la belle brune. Elle dit être désolée. Désolée pour tout. Chani est incapable de réagir, épuisée par les images, par son récit. Elle n’en a jamais parlé, avant Jean. Elle sent l’emprise délicate de ses bras, venant l’entourer, pour lui offrir un peu de réconfort. Selon elle, elle n’a rien à se reprocher car ce n’est pas de sa faute – quelque part, en son for intérieur, elle aimerait donnait raison à Jean mais elle sait que si elle n’avait pas écouté Norman, si elle ne l’avait pas suivi, les yeux fermés, rien de tout cela ne serait arrivé. Chani s’efforce de sourire, sentant l’emprise un peu plus forte. Elle prend une inspiration, comme pour se donner la force de retrouver la parole. «  Ça restera entre nous, ce que je t’ai raconté, n’est-ce pas ? », elle expire, fébrilement, tentant de retenir une larme. Elle n’aimerait pas que tout cela s’ébruite, autour d’elle, sans même qu’elle ne puisse contrôler les qu’en dira-t-on. Elle souffle, une nouvelle fois, alors qu’elle a cette impression que le sol s’est écroulé sous ses pieds depuis, quelques instants. Jean lui demande si elle veut aller ailleurs. «  Je ne sais pas... », souffle-t-elle. Elle ne sait pas, elle ne sait plus, elle est, soudainement, comme paumée dans ce lieu. «  Je crois que je veux aller aux toilettes », elle articule. Elle n’en est même pas certaine. Elle trouve la force vaine de se lever et se hisser sur ses jambes. Elle trouve le chemin jusqu’aux toilettes où elle laisse ses mains s’échouer sur le rebord du lavabo froid. Elle baisse la tête, ferme les yeux et se laisse submerger par l’émotion. De sa main, elle réussit à tourner le robinet pour faire couler un peu d’eau. Elle passe un peu d’eau sur son visage. Elle reste de longues minutes face à ce lavabo, sans rien dire. Elle finit par rebrousser chemin et retrouve Jean, qui n’a pas quitté la table. Chani se rassoit et prend une grande inspiration. «  Je veux bien qu’on aille chez toi », c’est Jean qui avait proposé à après tout. «  Je veux bien, oui », elle répète.
@jean shelley

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Jean Shelley

messages : 1151
name : all souls (maryne)
face + © : cw @self
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jace
points : 303
age (birth) : 27 yo
♡ status : single, you could have read it on some shitty paper
work : actress on a break
activities : resting, having fun, riding horses with luna, annoying have, getting rid of her bodyguard...
home : living in her grandma's house, on ocean avenue, with nathan

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed | have, gibi, & rory (jay, chani)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Dim 17 Mai - 20:07
and time keeps passing by
but i'm too busy to reply
and as i close my eye
i say that i won't go tonight

~~
jean & chani

Jean est secouée par le récit de son amie. Sans doute pas autant qu'elle, mais ça l'a retourné. Si personne ne mérite de vivre une chose pareille (sans parler de la trahison supplémentaire parce qu'il s'agissait d'un ami), à ses yeux, Chani le méritait encore moins. Pour la jeune anglaise, s'il y avait une personne qui devait personnifier la bonté et toutes les choses positives de la vie, c'était bien la jeune femme assise face à elle. Toute cette histoire lui donnait la nausée et lui serrait le cœur. Pour la première fois, les mots lui manquaient. Le désolé qui s'était échappé lui semblait fade et absolument pas à la hauteur de ce qu'elle mériterait. A vrai dire, ce qu'elle mériterait, se serait de pouvoir se venger, d'humilier ce Norman, pourriture de ce monde, ou de lui couper ce qu'il avait entre les jambes -encore vivant, évidemment. Les scénarios dignes d'un film gore et des plus grands psychopathes s'enchainaient dans sa tête, mais rien de très réalistes pour deux filles comme jean et chani. Pourtant, un bref instant, ça semblait presque agréable. Mais rien ne lui rendrait justice, elle en était consciente. La seule chose qu'elle pouvait faire, c'était faire comprendre à son amie qu'elle serait là pour elle. Aujourd'hui et les jours suivants. Pour l'écouter, ou être une épaule sur laquelle pleurer. Retrouver ce mec et balancer des œufs sur sa baraque, ou bien crever ses pneus si elle désirait passer un niveau au dessus. Elle pouvait aussi lui proposer des soirées pyjamas où elles se goinfraient de cookies faits maison et de bonbon. Peu importe.
Debout, Jean a quitté sa chaise pour rejoindre son amie auprès  de qui elle s'accroupit après une accolade qu'elle espère réconfortante. Elle laisse son index essuyer l'une des larmes de la brune. « Je te le promets, jamais je ne raconterai ça à qui que ce soit » ça ne lui viendrait même pas à l'idée. Et plus que quiconque, Jean mettait un point d'honneur à respecter la vie privée de chacun, plus encore avec des sujets si sensibles. Si chani ne se sentait pas d'en parler, y compris à ses parents (bien qu'elle n'ait aucune idée de si elle l'avait fait ou non), ce n'était pas à Jean de décider pour elle. Elle ferait comme elle le souhaitait. Et si c'était être à ses côtés en silence, ça lui allait. « D'accord. Prends ton temps, je ne bouge pas »
Jean se redresse et la regarde s'éloigner alors qu'elle reprend place sur sa chaise. Un soupir s'échappe alors qu'elle passe ses mains sur son visage. Jamais elle n'aurait imaginé que la soirée tournerait ainsi. Elle ne lui en voulait pas le moins du monde. Peut-être aurait-elle souhaité que Chani lui en parle avant pour prévoir une soirée plus adaptée. Après quelques minutes, la britannique voit la brune revenir vers elle et reprendre sa place. Elle acquiesce d'un signe de tête. « ça me va » elle dépose quelques billets pour régler leur consommation accompagnés d'un pourboire. Jean remet sa veste rapidement et tend la main à chani. Une fois levée, elle la prend dans ses bras une nouvelle fois, déposant un bisou sur la tempe. Elle finit par la relacher pour traverser le bar avec son amie. « Ma voiture est sur le parking »

Un trajet fait dans le silence, mais que Jean n'avait pas cherché à briser. Chani avait sans doute besoin d'un peu de temps pour se remettre d'avoir partagé son récit, et surtout de s'être replongée dans ses souvenirs. Une fois arrivée, la portd d'entrée ouverte, elle souffle doucement. « je peux t'offrir quoique ce soit ? Il doit rester des cookies.. J'ai du thé ou une tisane... ou une bière. Enfin c'est comme tu veux » peut-être que la bière n'était pas le plus adapté, et c'était bien pour ça qu'elle avait commencé par les boissons chaudes. « Fais comme chez toi ! » parce qu'elle voulait qu'elle se sente au mieux, et surtout à l'aise.

_________________


--- divine violence
she didn't need to be saved. she needed to be found and appreciated, for exactly who she was


Chani Rodrigues

messages : 1370
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3366
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply · Mar 19 Mai - 18:59
Chani désire que tout ce qu’elle a pu dire, raconté et confié à Jean reste entre elles. Elle ne veut pas l’entendre dans la bouche d’une autre personne qu’elle. C’est peut-être une conception égoïste de sa propre existence : celle de vouloir garder en elle ce poids déchirant niché dans un recoin de son esprit et de ses souvenirs. Si être égoïste signifie recoudre, seule, les stigmates douloureux de ce qu’elle souhaiterait ranger dans les Champs des oublis, alors, oui, elle est égoïste. C’est la première fois qu’elle pense à elle, pour elle. La seule fois. Ce sera aussi la dernière fois. Elle veut protéger les autres de cette version d’elle, se refusant de recevoir leur empathie et leur pitié. Chani passe le revers de sa main sur le bout de son petit nez. « Merci », elle souffle alors, quand Jean lui fait la promesse de ne jamais en parler, de ne jamais raconter cela à qui que ce soit. Un mince rictus, camouflé par les larmes qui perlent encore, petit à petit, sur ses joues, se dessine doucement, discrètement, sur ses lèvres. Elle peut faire confiance à Jean. Elle sait, en son for intérieur, que son amie ne trahira pas cette parole qu’elle vient de lui donner. Quand cette dernière lui demande si elle veut aller autre part, Chani tente de rassembler ses idées : elle doit aller aux toilettes avant tout. Pour, au moins, se rafraîchir le visage – et les idées par la même occasion, possiblement –. Presque mécanique, elle se lève, quitte sa place et trouve la petite pièce. Lieu de passage où se croisent les quidams, sans réellement se croiser. Où les quidams se croisent et s’ignorent. Elle profite de se retrouver dans ce petit SAS pour reprendre ses esprits, pour panser les plaies, qui se sont rouvertes, au fil de sa prise de parole, les plaies que personne ne voit – ces plaies invisibles mais atrocement douloureuses –, pour étouffer ces souvenirs qui se ravivent dans son esprit. Elle ne sait combien de temps elle reste, seule, dans cette pièce froide, sans vie ; seule, face à son reflet dans ce miroir. Elle se retrouve soudainement seule, comme elle l’a été pour dompter ce fantôme et ces souvenirs. Les secondes s’écoulent, douloureusement, une à une. Elle prend une grande inspiration avant de retrouver sa place initiale : cette place où elle est attendue, autour de cette table. C’est sa place, après tout : être assise à cette table. Mais à y réfléchir de plus près, elle ne veut plus être là. Elle ne veut plus être autour de cette table, elle ne veut attendre cette consommation qu’elle a quémandé à cette serveuse, elle ne veut plus être ici, elle ne veut pas à avoir à associer cet endroit comme étant celui où elle a pris la parole pour la première fois. Ce lieu où pour la première fois elle l’a dénoncé. Ce n’est pas dans un tel endroit qu’on fait cela, normalement. Mais Chani, elle n’a jamais été normale. Elle a toujours été le plan foireux, le bug de la matrice. Elle veut échapper à ce lieu et ces souvenirs qu’elle pourrait y sceller. Alors, oui, Jean, s’il te plaît, emmène-la ailleurs. Chani lui signifie son souhait de quitter les lieux. De quitter cet endroit pour aller chez elle, pour aller chez Jean tout simplement. Elle adresse un discret timide à son amie, quand celle-ci lui indique que ça lui va. « Merci », elle souffle alors, en réceptionnant le baiser qu’elle lui offre. Elle ne peut que la remercier. La portugaise se lève de nouveau, attrapant sa veste. Presque instinctivement, elle suit l’imperceptible sillage tracé par Jean. « D’accord », elle énonce de sa voix douce quand l’anglaise lui signifie que sa voiture est sur le parking. Elle s’apprête à la suivre avant de se souvenir que son vélo est là, dans la rue, à quelques mètres d’elle. « J’ai mon vélo », elle lui indique. « On peut peut-être le mettre à l’arrière de ta voiture », elle ne sait pas, c’est une solution. Sinon, elle imagine qu’elle le laissera là, qu’elle reviendra le récupérer quelques heures plus tard, quand la nuit sera plus installée dans le ciel, ou bien le lendemain, quand elle devra expliquer avant cela pourquoi elle est rentrée sans son vélo.
C’est silencieusement que Chani s’installe dans le véhicule. Elle laisse retomber, doucement, sa tête contre la vitre froide, son regard observant le paysage urbain défilant sous ses yeux. Elle reprend petit à petit ses esprits, calmant ses peurs et ses démons intérieurs. Elle suit, sans un mot, son amie, et entre dans la maison. Elle écoute avec une grande attention les propositions faites par Jean : des cookies, du thé, une tisane ou une bière. « Je veux bien un chocolat chaud, mais sinon, un thé, c’est très bien », elle souffle, dans un mince sourire. Elle ne veut pas paraître difficile. « Et des cookies, c’est très bien aussi », elle ne crachera pas dessus. « Merci », elle souffle de nouveau alors qu’elle fait quelques pas dans la maison, qui lui semble soudainement étrangère. Elle était déjà quelques fois, auparavant. Elle avance progressivement, jusqu’à se retrouver dans le salon. Ses pupilles observent l’endroit, avant de s’asseoir dans le canapé. Elle relève la tête, pour regarder la décoration. « Elle est jolie, ta nouvelle décoration », elle commente à voix haute. Elle se trouve plongée dans un nouveau lieu, dans un nouvel endroit, qui est vierge de tous souvenirs, pourtant elle a déjà côtoyé ces murs, par le passé.
@jean shelley

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell
Contenu sponsorisé




and time keeps passing by but i'm too busy to reply Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: and time keeps passing by but i'm too busy to reply ·
 
and time keeps passing by but i'm too busy to reply
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: good times at daveys-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: