hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Joyeux anniversaire FS ! Et oui, deux ans déjà. Pour les célébrer comme
il se doit, nous lançons la season 3. Ce nouveau chapitre
s'accompagne d'un nouveau design et quelques nouveautés !
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-47%
Le deal à ne pas rater :
CONTINENTAL EDISON – Aspirateur balai et à main
24.99 € 46.84 €
Voir le deal

 

 the masquerade will come calling out (maya)


F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Forest
Aller en bas 

Garett Nowosielski

messages : 415
name : nepenthès
face + © : aaron tveit © valtersen
multinicks : jude - charlotte - ellie - naaji - luther
points : 632
age : 34.
♡ status : single.
work : undercover with aryan brotherhood.
activities : dealing. hanging out with the wrong ones. avoiding marnie. reporting to sofia.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (donna ; sofia ; maya)

the masquerade will come calling out (maya) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· the masquerade will come calling out (maya) · Sam 25 Avr - 16:25

When the curtain's call is the last of all when the lights fade out all the sinners crawl So they dug your grave and the masquerade will come calling out at the mess you made.


Ce fut d’abord le froid qui, curieusement, le réveilla. Il sentit ce dernier courir le long de son échine dorsale, gelant tout sur place, creusant jusqu’à sa moelle osseuse pour la transformer en réseau de glace. Contrairement à une certaine Reine des Neiges,  le froid l’avait toujours gêné. Ce matin plus que tout autre chose. Ce matin ou cette nuit. Tout demeurait flou dans son esprit cotonneux alors qu’il reprenait difficilement ses esprits. Il sentait le sol glacé et mâtiné de rose sous son dos meurtri. Incapable pour le moment de bouger, ce fut comme un choc électrique qui grésilla dans l’intégralité de ses veines jusqu’à venir pétiller au bout de ses extrémités avant que d’exploser dans son cerveau pour lui faire reprendre enfin conscience. Il prit une profonde inspiration ardue alors qu’il avait l’impression de se noyer, comme si un poids reposait sur ses poumons, empêchant ces derniers de se développer et de s’emplir d’oxygène. Il sursauta alors que la bouche grande ouverte aspirait l’air glacial du matin, comme des milliers de petits poignards le long de sa gorge, gémissant difficilement. Il venait de se réveiller mais avec lui toutes les sensations de son corps meurtri qui se rappelaient à son bon souvenir, titillant sa mémoire des évènements de ces dernières 24 heures. Il grommela en fermant les yeux, tentant de se mouvoir en vain, sentant difficilement ses membres tant le froid autour de lui l’avait enfermé dans un cocon. Que s’était-il passé ? Pourquoi entendait-il le bruissement des feuilles des arbres autour de lui, feuilles derrière lesquelles se dissimulaient les chants joyeux et amoureux des oiseaux du printemps ? S’il pouvait, il prendrait sa chaussure et leur jetterait pour faire cesser ce concert non souhaité. L’amour n’avait plus de raison d’être. Il ne s’y ferait plus reprendre. Jamais. Mais au-delà du caractère incongru et printanier, pourquoi sentait-il une profonde odeur de terre envahir ses narines ? Pourquoi sentait-il un corps s’affairer près de sa jambe droite et … « AÏE !! » hurla-t-il, son corps victime d’un soubresaut de douleur alors que des dents pénétraient sa chair un peu trop tendre autour de sa cuisse. Il rouvrit soudainement les yeux sur un castor qui le regardait aussi surpris que lui avant de fuir à toute jambe, enfin plutôt patte. Il se laissa retomber en arrière, sa tête ricochant contre la terre ferme. « Aïe !! » s’exclama-t-il à nouveau face à la douleur qui vrilla à l’arrière de son crâne ce faisant. Il tenta de se tourner de côté pour réduire cette dernière mais ces côtes, extrêmement douloureuses, le prient en étau et contraignirent à pousser un troisième cri de douleur. « Aïe !! » Il souffla, excédé. « J’en ai marre, putain. » VDM comme disaient les jeunes.

Il attendit quelques instants, histoire que la douleur s’amenuise, et profita de ces derniers pour remonter le fil de la soirée et ce qui l’avait amené à se retrouver ici, perdu en plein milieu de la forêt, le corps tel un gigantesque bleu géant en train de se faire bouffer la cuisse par un castor affamé. Il avait passé la soirée et une bonne partie de la nuit avec ses nouveaux comparses, s’était pris la tête avec Hector comme à chaque fois qu’ils avaient le malheur de croiser un membre du gang rival avait dragué une jolie blonde sans trop d’entrain mais plus pour la galerie et avait bu plus que de raison avant de rentrer chez lui. Sauf que non, il n’était pas rentré chez lui. Maintenant, il s’en souvenait. Alors qu’il s’apprêtait à sortir les clés pour ouvrir la porte de l’appartement, une main avait recouvré sa bouche alors que plusieurs autres l’avaient saisi, l’empêchant de réagir, de se débattre ou d’hurler pour appeler à l’aide. Au vu de l’heure tardive de toute manière, il y avait peu de risque que l’on vienne à sa rescousse. Il se rappelait maintenant. Les coups qui pleuvaient sur son corps. La manière dont il s’était recroquevillé pour ne pas subir de dégât interne comme son instructeur lui avait appris de manière accélérée à sa sortie de prison. L’impression qu’il avait eu que sa vie allait désormais se terminer sur ce parking désert d’un McDonald. McDonald, quoi. Ils auraient pu faire ça sur celui d’un Shake Shack. La manière dont il l’avait balancé dans le coffre avant de le jeter du haut de la route, le faisant rouler pour atterrir au fin fond de la forêt, laissé pour mort. Bordel. Il grimaça et rassembla le maximum de force tandis que le jour semblait se lever. Avec un peu de chance, un promeneur serait en train de faire une ballade matinale avec son chien et il pourrait l’alerter avec qu’un berger allemand ne vienne lui uriner dessus. « Hé ! A l’aide ! Il y a quelqu’un ? Oh hé !! »

_________________
A spider web it's tangled up with me and I lost my head and thought of all the stupid things I said. Oh no what's this ? A spider web and I'm caught in the middle, so I turned to run the thought of all the stupid things I've done.

Maya Richardson

messages : 804
name : margot
face + © : sophia bush + tearsflight
multinicks : Finn ▴ James ▴ Ali ▴ Philae ▴ Daphne ▴ Rory ▴ Oscar
points : 213
age : 37 yo (3/3).
♡ status : getting a divorce, three children.
work : gamekeeper @ Washington's Park.
activities : ecology club, photography club, taking care of the kids, breathing slowly, deep diving, going on adventures, cooking.
home : pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Reggie ▴ Dory ▴ Ezra (TC) ▴ Garett ▴ Mila | fr/en ▴ closed

the masquerade will come calling out (maya) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the masquerade will come calling out (maya) · Dim 26 Avr - 21:44
Maya soupira en extirpant du lit. Elle n’avait pas envie de commencer cette journée de travail. Elle n’avait pas envie de quitter le confort de ses couvertures alors même que le soleil n’avait pas encore vu le jour. C’était une journée sans, comme Maya n’en avait que peu. Elle se levait généralement d’un bon en sortant du lit, allait à pas feutrés déposer un baiser sur la joue de chacun de ses enfants avant d’aller déguster un bon café dans son canapé. Elle prenait ensuite une douche brûlante puis s’habillait avant de prendre sa première garde. Aujourd’hui, la trentenaire avait appuyé trois fois sur le bouton snooze et allait être en retard mais uniquement de cinq petites minutes. Franchement, à part les écureuils et les faons, qui s’en rendrait compte ? Une nouvelle fois, elle laissa un soupir s’échapper de ses lèvres lorsqu’elle passa devant la chambre vide de ses enfants - c’était au tour de leur père de les garder. Cette histoire de séparation et de divorce avait beau être son idée, Maya ne pouvait s’empêcher d’avoir l’impression d’avoir échoué quelque part. Le rôle d’une mère était de protéger ses enfants de toutes les souffrances qu’elle pouvait leur épargner - elles étaient rares, celles qu’on pouvait leur épargner et Maya avait échoué. Elle aurait voulu être en mesure de faire semblant, de se forcer à continuer cette mascarade qu’était devenu son mariage mais elle en avait été incapable. Son médecin avait été le premier à lui faire réaliser qu’elle ne pouvait continuer à prendre sur elle pour maintenir un semblant de vie de couple. Sa tension artérielle avait explosé, malgré les cachets qu’elle prenait pour la garder sous contrôle. Elle avait soupiré, négocié, réfléchi à comment apaiser la situation mais pour préserver sa santé, il n’y avait qu’une seule chose qu’elle pouvait faire et c’était quitter son cher et tendre époux. Cher et tendre époux qui avait eu l’indécence de la tromper en ramenant quelqu’un dans le lit marital alors qu’elle passait une journée dans un parc d’attraction avec les enfants. La surprise n’avait pas été plaisante pour Maya mais c’était en cet instant qu’elle avait réalisé que si elle voulait préserver un minimum sa santé, elle devait se séparer définitivement de son mari. Et maintenant, elle se retrouvait dans cette maison bien trop vide quand les enfants n’y étaient pas. Se dépêchant de s’habiller, elle décida que le bain qu’elle avait pris la veille suffirait à remplacer sa douche matinale et quitta rapidement les lieux sans même avaler son café. Grave erreur : cela ne contribuerait pas à la rendre de meilleure humeur.
Revêtant ses bottes en caoutchouc une fois à l’orée de la forêt, Maya vérifia qu’elle avait tout son équipement : pistolet avec tranquillisant, couteau, répulsif, etc. avant de faire sa ronde matinale. Elle n’avait généralement aucune utilité de tout ce qui se trouvait dans son sac mais elle connaissait les animaux depuis assez longtemps pour savoir qu’il suffirait de tomber une seule fois sur un animal blessé pour se retrouver en danger. Mais au-delà des fois où elle pourrait se trouver en danger, Maya savait également qu’elle pourrait aider un animal blessé si elle n’avait aucune chance de le sauver. Loin de se douter du fait qu’elle se retrouverait en situation d’aider un humain, Maya abandonna son téléphone dans son pick-up et referma ce dernier avant de commencer son parcours habituel. Ce ne fut qu’au bout d’une demi-heure, trois quart d’heure de marche qu’elle entendit les appels à l’aide d’une voix masculine. Fronçant les sourcils, elle attendit quelques secondes pour s’assurer qu’elle ne rêvait pas avant de sortir son couteau de son sac. Il était cinq cinquante du matin et à cette heure-ci, personne ne se trouvait jamais dans le Washington Park. En cinq ans qu’elle travaillait là, elle n’avait jamais encore rencontré personne à cette heure-ci. Habituée aux histoires de braconnage, Maya avait tout ses sens en éveil. Il y avait peu de chance que quiconque soit venu braconner un marcassin et la saison de la chasse étant fermée, elle doutait qu’un chasseur soit assez idiot pour venir s’entraîner dans un parc protégé. De qui pouvait-il donc s’agir ? S’approchant avec prudence, la brunette regarda autour d’elle afin de s’assurer que seul l’homme blessé, qu’elle était désormais en mesure d’apercevoir, était dans les parages et qu’elle ne risquait rien - du moins, rien d’autre que cet homme mal en point. Une fois à peu près assurée que personne n’était aux alentours, elle continua de s’approcher, sa main toujours fermée autour de son couteau. “Qu’est-ce qu’il s’est passé ?” demanda-t-elle, observant avec attention les blessures de l’individu qui se trouvait devant elle. Une fois assurée qu’il n’était pas vraiment en mesure de l’attaquer, Maya rangea son couteau avec précaution et s’agenouilla auprès du jeune homme. “Vous pouvez marcher ?” s’enquit-elle avant de sortir son kit de premier secours. Elle qui avait hésité à ne pas la prendre avant de partir - parce qu’elle ne lui servait strictement à rien… Lui faisant signe de ne pas trop bouger, elle ouvrit une compresse d’ores et déjà imbibée d’alcool qu’elle vint tapoter sur les blessures sur son visage après avoir précisé : “Je suis garde-chasse, je vais m’occuper de vous.

_________________
† Don't you be afraid of something new †

Garett Nowosielski

messages : 415
name : nepenthès
face + © : aaron tveit © valtersen
multinicks : jude - charlotte - ellie - naaji - luther
points : 632
age : 34.
♡ status : single.
work : undercover with aryan brotherhood.
activities : dealing. hanging out with the wrong ones. avoiding marnie. reporting to sofia.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●●● - (donna ; sofia ; maya)

the masquerade will come calling out (maya) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the masquerade will come calling out (maya) · Sam 9 Mai - 15:57

When the curtain's call is the last of all when the lights fade out all the sinners crawl So they dug your grave and the masquerade will come calling out at the mess you made.


C’était donc comme ça qu’il allait mourir ? Existait-il manière plus stupide que de passer de vie à trépas sous les coups d’un gang qui pensait de manière erronée qu’il était un raciste et qui l’abandonnait dans un sous-bois pour qu’un castor en fasse son goûter ? Non, Garett Nowosielski avait vu son existence être réduite en miettes et s’effondrer tel un château de cartes mais il n’avait jamais été à son plus bas niveau. C’était tellement ridicule que si l’issue n’en était pas tragique et que le sang qu’il sentait dans le fond de sa gorge ne menaçait pas d’envahir ses poumons et sa bouche, il en éclaterait de rire. Il ne pouvait pas mourir maintenant, pas ici. Oui, sa vie était merdique au possible ces derniers temps et il ne savait plus comment la reprendre en main, par quel bout la prendre afin de l’améliorer un tant soit peu, même de pas beaucoup. Ca serait suffisant. Mais cela ne voulait pas dire que l’ancien homme politique promis à un brillant avenir puisse terminer son existence de cette manière. Au moins, qu’il meurt d’une overdose dans les toilettes d’un bar minable plutôt que dans ces sous-bois, histoire qu’on récupère son corps avant que les vers ne commencent à lui sortir des narines et qu’il fasse un beau cadavre avec une cérémonie au cercueil ouvert. Ce n’était pas de sa faute s’il avait fait les mauvais chois dans son existence. Ou peut être que si mais là n’était pas la question. La question essentielle pour le moment était de s’en sortir. Et l’espace d’un instant quand il vit une silhouette apparaître après ses cris désespérés et sans le moindre espoir, il crût justement que c’était trop tard. Qu’il était mort et qu’un ange lui était apparu pour le guider vers la lumière. Sauf que les anges semblaient avoir un sens de la mode assez éloigné de la représentation qu’il s’en faisait. Il n’avait évidemment rien à redire aux créatures ailées qui régentaient la vie des êtres tels que lui, mais il y avait sérieusement un crime de goût qui était commis au paradis si on acceptait que ces derniers portent des bottes en caoutchouc. Il grimaça de douleur quand une nouvelle pointe monta en lui et qu’il se sentit suffoquer sous la souffrance induite. Non, au paradis, il ne pouvait y avoir ni botte en caoutchouc, ni douleur aussi forte. On était sensé être mort donc être beau, propre, sentir bon et se sentir dans une chaleur et bienveillance agréable. Et sans arme. Son cœur palpita quelques instants en voyant la lame qui luisait entre les doigts de la jeune femme qui venait d’arriver avec ces fameuses bottes. L’espace d’un instant, il regretta d’avoir appeler à l’aide. Et si elle était de mèche ? Si elle était le boss ultime comme dans les jeux vidéo qui venait vous achever après que vous ayez tenté de lutter contre ses acolytes de moindre niveau ? Si elle venait terminer le travail de ces hommes de main ? S’il arrêtait de se faire des films ?

« Je sais pas. » grogna-t-il sous la douleur qui continuait d’irradier en lui. Il n’avait jamais eu aussi physiquement mal de toute sa vie. Ce job lui avait peut être permis de bénéficier d’un aménagement de peine mais est-ce que passer quelques années à l’ombre ne valait-il pas le fait de pouvoir crier d’horreur en voyant son premier cheveu blanc apparaître ? Parce qu’à ce train là, il n’allait pas faire de vieux os s’il continuait ainsi. « Je viens de me réveiller. » Il ferma douloureusement les yeux. Ce n’était après tout qu’un demi-mensonger et mieux valait ne pas trop révéler au cas où ses délires paranoïaques étaient avérés ou pour éviter des ennuis bien plus importants par la suite. « Je ne me rappelle plus. J’ai tellement mal. Tellement froid. Aidez-moi s’il vous plaît. » Il avait l’impression d’être un enfant geignard qui suppliait sa mère de venir lui panser ses plaies mais malgré le fait qu’il ne connaissait pas la nouvelle venue, il se sentait curieusement en sécurité avec elle plus les secondes passaient. Il ne lui faisait pas encore totalement confiance mais elle semblait savoir ce qu’elle faisait et quand il remarqua qu’elle portait un uniforme, cela le rassura un peu plus. Les gangs ne corrompais pas trop les gardes-forêt, c’était déjà ça de pris. Il grimaça sérieusement en sentant les compresses nimbés d’alcool sur son visage et tenta de se soustraire à cette douleur. Il ne pouvait pas aller bien loin malheureusement pour lui. Et une petite voix dans sa tête lui rappelait que c’était pour l’aider pas autre chose. Il ne put s’empêcher de poser la main sur le poignet de sa sauveuse. « Pas d’hôpital, s’il vous plaît. »

_________________
A spider web it's tangled up with me and I lost my head and thought of all the stupid things I said. Oh no what's this ? A spider web and I'm caught in the middle, so I turned to run the thought of all the stupid things I've done.

Maya Richardson

messages : 804
name : margot
face + © : sophia bush + tearsflight
multinicks : Finn ▴ James ▴ Ali ▴ Philae ▴ Daphne ▴ Rory ▴ Oscar
points : 213
age : 37 yo (3/3).
♡ status : getting a divorce, three children.
work : gamekeeper @ Washington's Park.
activities : ecology club, photography club, taking care of the kids, breathing slowly, deep diving, going on adventures, cooking.
home : pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Reggie ▴ Dory ▴ Ezra (TC) ▴ Garett ▴ Mila | fr/en ▴ closed

the masquerade will come calling out (maya) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the masquerade will come calling out (maya) · Dim 17 Mai - 17:01
Maya était habituée à se retrouver dans des situations relativement dangereuses. Lorsqu’on est garde-chasse et que notre métier est de protéger les animaux, on se retrouve parfois dans des situations où l’animal est blessé et… il n’y a rien de plus féroce qu’un animal blessé. Ces situations ne l’effrayaient plus parce qu’elle savait exactement comment elle devait agir pour se protéger. Mais là, avec cet homme blessé devant elle, Maya ne se sentait pas en sécurité. Elle ne savait pas comment il s’était retrouvé là, ce qu’il s’était passé exactement pour qu’il soit blessé de la sorte mais Maya faisait son métier depuis assez longtemps pour savoir qu’il ne s’était pas blessé tout seul, par une chute en forêt ou quelque chose du genre. Mal à l’aise, elle s’approcha avec précaution et même en appliquant les compresses imbibées d’alcool sur les blessures de son visage - plus pour savoir où elles s’arrêtaient et retirer le sang séché que pour réellement les nettoyer, il lui faudrait plus d’une compresse pour ça, Maya restait sur le qui vive, prête à sortir son arme blanche au moindre bruit suspect. Ses sourcils se froncèrent lorsqu’elle l’entendit dire qu’il ne savait pas ce qu’il s’était passé mais Maya rangea la compresse usagée pour en sortir une nouvelle et finir de nettoyer son visage avant de le dévisager de haut en bas pour s’assurer qu’il ne semblait saigner de nulle part. Au moins, il ne semblait pas avoir perdu une quantité impressionnante de sang - à moins que cela ne soit une hémorragie interne et là… elle n’avait aucun moyen d’être vraiment certaine que tout aille bien. Avec délicatesse, elle continua ses soins, notant mentalement de soulever ses vêtements pour s’assurer qu’il n’avait aucun signe de blessures plus graves. “Est-ce que vous savez où vous êtes et est-ce que vous êtes capable de me donner votre prénom ?” demanda-t-elle, glissant sa main dans ses cheveux pour s’assurer qu’il n’avait pas d’autres blessures. Fronçant les sourcils en sentant ses cheveux gras d’une matière visqueuse, elle le fit doucement poser la tête et grimaça en voyant qu’il s’agissait bien de sang. Elle écarta ses cheveux comme elle put, finissant par abandonner l’idée de garder son uniforme intact et essuyant sa main sur sa cuisse. “Vous avez du tomber sur une pierre.” précisa-t-elle, sans chercher plus loin. Elle se moquait bien de savoir si c’était vrai ou faux, quelque chose lui soufflait que le moins elle en savait, le mieux c’était. Vidant une partie du contenu de la bouteille d’alcool sur la plaie, elle retira ensuite sa veste pour la déposer sous sa tête, protégeant la plaie comme elle le pouvait de la terre. Elle leva les yeux au ciel lorsqu’il lui demanda de ne pas l’emmener à l’hôpital. Secouant la tête, Maya continua son inspection : “Votre plaie à la tête a besoin d’être recousue et je ne suis pas médecin.” Elle fit doucement avec précaution bouger ses bras qui ne semblaient pas cassés, et souleva son tee-shirt pour découvrir un énorme bleu qui la fit grimacer. “Ca, je ne sais pas vous dire si c’est un bleu ou une hémorragie interne.” dit-elle, en passant doucement sa main dessus. Elle remit ensuite son tee shirt et tâtonna ses jambes qui ne semblaient pas non plus cassées - et tant mieux, parce que Maya n’aurait jamais eu la force de le transporter jusqu’à son pick-up sur son dos. Vérifiant qu’elle n’avait de sang sur les mains, elle les désinfecta rapidement avant de les passer sur son visage en se redressant. Elle soupira et guetta le moindre bruit quand le cri d’un oiseau la fit sursauter, son rythme cardiaque doublant en l’espace d’une seconde avant de se calmer à nouveau. Regardant autour d’elle, elle acquiesça, plus pour elle-même qu’autre chose, et tâcha de rapprocher un rondin de là où se trouvait le jeune homme. “Pour commencer, on va essayer de vous asseoir contre ce rondin.” précisa-t-elle, avant de s’accroupir à coté de lui, et d’attraper sa main pour l’aider à se relever.

_________________
† Don't you be afraid of something new †
Contenu sponsorisé




the masquerade will come calling out (maya) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: the masquerade will come calling out (maya) ·
 
the masquerade will come calling out (maya)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Forest-
Sauter vers: