hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-49%
Le deal à ne pas rater :
4ème maillot Jordan x Paris Saint-Germain 2019/20 Stadium Fourth
46 € 90 €
Voir le deal

 

 overlove, overfeel


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane
Aller en bas 

Madd Wilson

messages : 1838
name : all souls (maryne)
face + © : abbey cowen — @nèsoi (av) ; @old money (sign) @self (gif)
multinicks : ezra, riley, gaby & jean
points : 2122
age (birth) : 25 yo [18.05]
♡ status : single
work : photographer @WB bulletin
activities : drinking, annoying marley, taking pictures, and trying to get better
home : a flat on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | dean, marley, leni, finn, nyree, jules & tc

overlove, overfeel Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· overlove, overfeel · Mar 28 Avr - 16:02
Cause I feel like I'm sinking
I don't know what to do

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@marley denbrough - 26nd of April 2020


Ce matin, Madd avait eu plus que du mal à émerger. Une nuit passée dans les bras de Dean, un réveil crapuleux  et pas franchement l'envie de se lever. La douleur commençait à doucement passer, même si leurs ébats de la nuit dernière lui avait prouvé qu'elle n'était pas franchement remise, en tout cas pas complètement. Ce qu'elle gardait bien évidemment pour elle, sous peine que Montgomery ne refuse  de la toucher pour les six mois à venir. C'était déjà assez pénible comme ça, pour qu'en plus il la prive d'une partie … de lui. Mais il avait dû se volatiliser et elle avait finalement trouver l'énergie d'alller jusqu'à la salle de bain. Sa facture d'eau allait piquer mais tant pis. Bizarrement, l'eau chaude semblait faire du bien à ses côtes. La douleur n'était pas clairement pas aussi forte qu'au début mais il y avait du mieux. Elle ne grimaçait plus à chaque mouvement et se sentait de plus en libre dans ses mouvements. Mais c'était loin d'être parfait quoiqu'en elle en dise à Dean, et elle était à peu près certaine qu'il ne la croyait qu'à moitié.
Mais ça avait assez diminué pour qu'elle fasse un peu de rangement dans l'appartement. Si ça l'avait sérieusement emmerdé de sortir du lit -elle y était plus que bien accompagnée- elle avait tout aussi hâte de voir la journée passer et d'être à ce soir (pour des raisons complètement différentes). Et cette fois, pas de jalousie. Si Dean faisait sa vie et elle la sienne, ils n'en restaient pas moins horriblement jaloux l'un avec l'autre vis à vis des personnes qu'ils fréquentaient. Mais il savait avoir compris qu'entre la rouquine et Marley, il n'y avait rien d'autre qu'une amitié sincère, forte et strictement platonique. Si elle adorait titiller sa jalousie vis à vis de Dempsie ou de n'importe quel mec qui serait susceptible de la regarder dans la rue, ça l'aurait embêté de le voir mettre Marley dans le même panier. Il était l'un de ses amis les plus proches, et sans doute l'un de ses meilleurs confidents. S'il ignorait certaines choses de sa vie, il pouvait se targuer d'être au courant de chacune de ses escapades, de ses conquêtes et de toutes autres choses qu'elle aurait eu besoin de raconter. Il était un pillier de sa vie, et une épaule sur laquelle pleurer ou se reposer. Jamais il n'avait failli. Si elle savait que beaucoup de personnes étaient temporaires dans une vie, Madd voulait que son ami soit de ces personnes qui étaient permanentes.

Les fringues rangées, la vaisselle sortie du lave-vaisselle et le ménage fait, Madd soupire en se laissant tomber dans le canapé, non sans étouffer un râle de douleur, ce qui lui arrivait dès qu'elle oubliait de faire attention. Elle avait peut-être le temps de reprendre une douche et de se laisser crouler devant une série idiote mais certainement pas ce truc débile que lui avait fait regarder Dean. Un énième soupir, une autre douche et la môme passe par sa chambre pour mettre -tant bien que mal- de nouveaux vêtements. Elle grimace en voyant une bouteille de Jack's dans un coin de sa chambre. Ni une ni deux, et elle la fout bien droite au fond de la penderie avant que Marley n'ait un infarctus. Elle sort la tête de là au moment où la sonnerie de l'entrée retentit. « C'est ouveeeeeert » qu'elle crie alors qu'elle sort de sa chambre pour rejoindre son ami. Immédiatement ses lippes s'étirent dans un sourire bien plus radieux que ce qu'elle n'avait eu ces derniers mois. « tu m'as manqué petite tête » lache-t-elle alors qu'elle fond dans ses bras en plantant ses lèvres sur sa joue. Il lui avait manqué, et pourtant c'était sans doute l'un de ceux qu'elle avait le plus vu lors de son séjour à l'hosto. « tu peux être fier, j'ai tout rangé » et maintenant, elle est crevée.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Marley Denbrough

messages : 3313
name : sissi.
face + © : harry treadaway + © corpse heart & rioliv.
multinicks : jeremiah, winnie, keane, alvin, teddy, joona.
points : 5023
age (birth) : 32. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : an atypical flat on bridgewater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : bee, madd.

overlove, overfeel Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: overlove, overfeel · Jeu 7 Mai - 12:19
Ces dernières semaines avaient été plus que mouvementées et s’il lui arrivait parfois d’accuser le coup, il n’en demeurait pas moins ravi de pouvoir aider Madd comme il le pouvait. Dès sa sortie d’hôpital, il s’était personnellement mandaté pour s’assurer de la bonne prise de ses médicaments – en quantité juste, ni trop ni pas assez – qu’elle ne devait surtout pas mélanger avec une quelconque mixture alcoolisée. Il y veillait d’ailleurs de près, se permettant de passer à l’improviste, de l’appeler à différentes heures de la journée dans le but de vérifier sa sobriété à la simple écoute de sa voix. Ce rôle d’ange gardien qui opérait dans l’ombre, il le prenait très au sérieux, il ne demandait aucune contrepartie et ne courait nullement après les compliments, il le faisait de bon cœur et lui offrait son énergie et son temps comme elle l’aurait naturellement fait pour lui si les rôles devaient être inversés. Plusieurs années les séparaient, pour autant cela ne diminuait en rien l’affection qu’il portait à la jolie rouquine depuis un moment maintenant. Elle était d’ailleurs l’une des premières personnes avec qui il avait sympathisé lors de son arrivée à Windmont Bay, aujourd’hui leur amitié tenait toujours debout, prouvant ainsi sa solidité et sa sincérité. En l’espace de trois ans, la vie de Marley avait connu des hauts et de nombreux bas, à chaque étape Madd avait été présente à ses côtés malgré des problèmes personnels évidents. Ils se réconfortaient mutuellement et c’était justement là que résidait toute la beauté de leur relation. Son quotidien avait évolué de mille et une façons ; il était en couple avec un dénommé John lors de leur rencontre, puis elle avait eu la lourde tâche de ramasser les morceaux de son cœur éparpillés au sol à la suite de leur rupture. Depuis, elle suivait son histoire avec Beckett qui l’avait également fait passer par différents stades d’euphorie et de désarroi. Sa vie sentimentale représentait une aventure dans laquelle il l’avait entraînée contre son gré, néanmoins il se promettait chaque jour de lui rendre au centuple le soutien qu’elle avait pu lui apporter hier comme aujourd’hui.
« Hey ! » s’exclama-t-il en pénétrant dans l’appartement lorsque la maîtresse des lieux l’autorisa à le faire. Comme l’une de ses mains tenait plusieurs sachets, il plaça celle libre sur la taille de la jeune femme tandis que celle-ci lui collait un bisou sur la joue. « Toi aussi tu m’as manqué Weasley, » souffla-t-il avec bonne humeur avant de lui déposer un baiser sur la tempe. « C’est toi qui as tout rangé ? Genre, toi, Madd Wilson ? » Demanda-t-il d’un air faussement choqué simplement pour la taquiner. « J’ai le droit de faire le tour de l’appartement pour vérifier alors ? » s’enquit-il en allant déposer ses achats dans la cuisine. Il passait par la taquinerie pour faire passer certaines messages car il ne souhaitait pas la brusquer ni même la blesser. Son amie était encore jeune et il se retrouvait grandement dans l’insouciance dont elle faisait parfois preuve, après tout ils se ressemblaient énormément. Il visualisait un peu leurs deux caractères comme une supernova derrière laquelle se dissimulait une grande émotion. Elle lui rappelait toutes les erreurs que lui-même avait pu commettre et qui étaient toujours valables au présent, raison pour laquelle il gardait un œil sur elle à la manière d’un grand frère prévenant. « Je sais que tu m’as dit d’arrêter de le faire mais je t’ai fait quelques courses. » Après plusieurs semaines de repos, elle semblait avoir retrouvé un semblant de confort qui lui permettait de vivre normalement à nouveau, cependant il la connaissait suffisamment pour savoir que se nourrir convenablement ne figurait pas dans sa liste de priorités. Il le savait pertinemment car il était lui-même façonné de cette manière. Les excès qui avaient jadis contribué à sa propre descente aux enfers peuplaient eux aussi le quotidien de la belle et même si elle prétendait ne plus toucher ni à l’alcool ni à la drogue, pour l’heure il prenait le parti de ne pas totalement la croire. Beckett avait inconsciemment une bonne influence sur lui car visiblement il retranscrivait les agissements qu’il avait avec lui sur Madd, dans le but sincère d’apporter un équilibre plus sain à sa vie. « Comment ça va aujourd’hui ? Tu as l’air de bonne humeur... » fit-il remarquer en commençant à sortir les courses pour les ranger comme s’il était chez lui. « Dean a passé la nuit ici, c’est ça ? » ajouta-t-il, perspicace, un petit rictus au coin des lèvres. « Ou la matinée, voire l’après-midi… Le moment de la journée importe peu, on le sait tous les deux, » dit-il en agitant devant lui – et de manière explicite – une courgette qu’il venait de sortir d’un sac.

_________________
 
-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.

Madd Wilson

messages : 1838
name : all souls (maryne)
face + © : abbey cowen — @nèsoi (av) ; @old money (sign) @self (gif)
multinicks : ezra, riley, gaby & jean
points : 2122
age (birth) : 25 yo [18.05]
♡ status : single
work : photographer @WB bulletin
activities : drinking, annoying marley, taking pictures, and trying to get better
home : a flat on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | dean, marley, leni, finn, nyree, jules & tc

overlove, overfeel Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: overlove, overfeel · Lun 11 Mai - 23:16
Cause I feel like I'm sinking
I don't know what to do

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@marley denbrough - 26th of April 2020


Si ces dernières semaines avaient été chaotiques, Madd savait surtout ce qui elle pouvait compter. Marley avait été là dès le début, dès que son propre emploi du temps le lui permettait. Elle lui avait dit qu'il en faisait trop, qu'il fallait aussi qu'il fasse une pause, qu'il s'occupe de lui et de sa vie. D'abord lorsqu'elle était dans son lit d'hôpital, et depuis qu'elle en était sortie. S'il n'était pas vingt quatre heures sur vingt quatre avec elle, ils en étaient pas loin. Il passait à l'improviste, l'appelait de manière tout aussi soudaine. Il était à ses petits soins, tout comme elle l'avait été avec lui. Elle n'avait jamais vu ça comme une corvée. Le coup de foudre amical avait été réciproque. Sans tellement se parler au début, ils s'étaient rapidement compris. Elle n'aurait su l'expliquer, peut-être ce quelque chose dans le regard qui les ont fait accrocher, et surtout s'accrocher l'un à l'autre, comme à une bouée de sauvetage. Cette fois, c'était lui qui s'occupait d'elle, et parfois, la rouquine se sentait presque coupable de l'accaparer autant. Mais jamais elle ne se plaindrait de le voir.
Un bisou sur la joue de Marley et elle se marre au surnom. Sans doute les roux les plus connus au monde. Elle prit un air faussement vexé « Evidemment que c'est moi qui ai tout rangé ! Pour qui tu me prends ? » pour, ses parents avaient bien une femme de ménage lorsqu'elle était plus jeune. Mais très peu pour elle, elle ne supportait pas que quelqu'un d'inconnu vienne mettre ses pattes dans ses affaires. « Va, monsieur l'inspecteur » dit-elle, les mains sur les hanches, se demandant pourtant si elle avait bien rangé la bouteille de whisky qu'il y avait dans sa chambre. Elle n'avait pas bu une goutte depuis l'accident, pas même retouchée à la coke, mais le manque se faisait sentir, les cauchemars plus pressants, plus intenses, plus réguliers. « Mais qu'est ce que t'as apporté ? » demande-t-elle curieuse, en lorgant sur ses sacs. « Des cookies ? » demande-t-elle précipitamment comme une enfant à qui on aurait promis des friandises alors qu'elle lui avait dit qu'elle pouvait parfaitement se débrouiller avec ses courses. « hm. T'écoutes pas beaucoup ce que je te dis de toute façon » elle hausse les épaules, mais elle a un sourire taquin sur les lèvres alors qu'elle s'approche pour déposer un nouveau bisou sur sa joue. Marley était une perle, et si elle le savait depuis le début (comme une forte envie de le protéger envers et contre tous depuis le premier jour), plus le temps passait plus elle en prenait la mesure. Le sourire de la môme s'agrandit à sa question, en effet elle était de bonne humeur. « Je... » elle se stoppe, arque un sourcil avant de se pincer les lèvres. « Genre c'est écrit sur ma tête, c'est ça ? » demande-t-elle un sourire en coin avant d'éclater de rire, à ce qu'il venait de dire et à la courgette qu'il lui ajoutait sous le nez. Plus subtil, c'était pas possible. Elle lui prend le légume des mains avant de le pointer sur lui « fais gaffe, ou je m'en sers contre toi » lache-t-elle hilare avant de le ranger dans le bac à légumes. « D'ailleurs, ce serait plus aubergine que courgette si tu veux tout savoir. Si on oublie la couleur » elle se retient de ne pas rire en voyant la tête de marley. S'ils avaient l'habitude de tout se dire, certains détails (quoique pas tous) étaient tout de même passés sous silence. « Mais oui, il a passé la nuit ici » en réalité, Dean passait pas mal de temps ici. Quelques soirées, quelques nuits, quelques matinées s'il n'avait pas cours. Ils ressemblaient souvent à un couple, sans en être un. Ils avaient même adopté Venus, sa chatte, ensemble... qui leur avait pondu une sacrée portée. « tu veux les détails ? » parce qu'autant dire qu'avec ses côtes au début, ça avait été délicat, même avec un patch de morphine. Lorsqu'il ne faisait plus effet, la descente était tout sauf agréable. « ou tu veux aussi me parler de tes légumes ? » demande-t-elle, un sourire taquin sur le coin des lèvres, en faisant référence -en toute subtilité évidemment- à son petit-ami, Beckett. Les courses rangées, elle se retourne vers son ami, « tu veux boire quelque chose ? » vieille habitude de vouloir être une bonne hôte alors que Marley pouvait -et faisait- largement faire comme chez lui, ici. Pas besoin qu'elle ne demande s'il avait envie de quoique ce soit.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.


Dernière édition par Madd Wilson le Sam 20 Juin - 19:49, édité 1 fois

Marley Denbrough

messages : 3313
name : sissi.
face + © : harry treadaway + © corpse heart & rioliv.
multinicks : jeremiah, winnie, keane, alvin, teddy, joona.
points : 5023
age (birth) : 32. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : an atypical flat on bridgewater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : bee, madd.

overlove, overfeel Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: overlove, overfeel · Mer 17 Juin - 15:26
S’il avait posé la question l’air de rien, sans forcément le penser, une infime partie de lui mourait d’envie d’explorer l’appartement. Il n’éprouvait aucune satisfaction à l’idée de découvrir quelque chose de compromettant ou susceptible de nuire à la santé de son amie, néanmoins il se sentait presque obligé de devoir fouiner un peu partout, comme pour répondre à une envie pressante physique. Elle lui proposa gentiment d’inspecter les lieux mais il déclina l’invitation d’un petit geste de la main suivi d’un large sourire. « Je te fais confiance, » dit-il dans un hochement de tête. « Je suis sûr que tout est bien rangé et à sa place. » Il s’exprimait comme s’il était question ici de mettre de l’ordre à un bazar vestimentaire souvent remarqué dans la penderie des jeunes de notre époque alors qu’intérieurement, il se questionnait plutôt sur les éventuelles cachettes de Madd. Y avait-il un (ou des) sachet de poudre blanche dissimulé quelque part ? S’était-elle empressée de se débarrasser du cadavre d’une bouteille de Whisky avant son arrivée dans le but d’éviter des remontrances ? Il n’était pas son père et espérait sincèrement que la rouquine ne le voyait pas de cette manière, comme un rabat-joie qui venait faire sa loi une à deux fois par semaine ; bien entendu il n’avait pas que des reproches à lui faire. Même si Beckett avait bien souvent relevé sa capacité à énumérer plus facilement les choses négatives, il était tout de même en mesure de dire des choses plaisantes. Il n’était pas qu’un être grognon qui en avait après l’humanité tout entière, il savait aimer et fortement de surcroît.  « J’ai apporté plein de choses à manger… Tu as de quoi faire pour une bonne semaine, là. » Il ne pouvait vérifier de lui-même si la jeune femme allait prendre la peine de cuisiner dans les jours à venir mais il espérait toutefois que son amourette avec Dean la convaincrait en ce sens, ne serait-ce que dans le but de partager un moment avec lui ; dans son esprit, cela pouvait la motiver à se nourrir de manière plus conséquente et sérieuse. « Bien sûr que j’ai acheté des cookies ! Je me suis peut-être un peu emballé d’ailleurs… Mais j’ai pris 5 kilos depuis le début de l’année donc il n’y a aucune raison que je sois le seul à grossir ! » pouffa-t-il en relevant ses yeux clairs vers elle. Ce moment était agréable, il appréciait pleinement la compagnie de Madd, notamment sa douceur et l’affection débordante dont elle le gratifiait. Il ne se lasserait jamais de tous ses baisers. « Je sais pas si c’est écrit sur ta tête mais je sais reconnaître ce regard, » affirma-t-il avec certitude. Il avait le même lorsqu’il passait une partie de la nuit éveillé, dans les bras de son blondinet préféré. Il leva les mains quand elle le menaça avec la courgette et rigola en chœur avec elle face à leurs bêtises, il n’était pas certain que leurs amants respectifs apprécieraient leurs divers échanges. « Mes légumes se portent bien… Parlons plutôt de ton aubergine. » Il s’adossa contre le plan de travail et croisa les bras contre son torse. « Je veux bien un verre d’eau, » répondit-il, entre temps, à sa question. Mais il reprit aussitôt l’interrogatoire. « Tu fais quand même attention, j’espère ? Loin de moi l’idée de douter de ta souplesse mais je tiens à ce que tes côtes se soignent correctement. Enfin, je suppose qu’il est moins brusque que… C’est quoi son nom déjà ? Madden ? »

_________________
 
-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.

Madd Wilson

messages : 1838
name : all souls (maryne)
face + © : abbey cowen — @nèsoi (av) ; @old money (sign) @self (gif)
multinicks : ezra, riley, gaby & jean
points : 2122
age (birth) : 25 yo [18.05]
♡ status : single
work : photographer @WB bulletin
activities : drinking, annoying marley, taking pictures, and trying to get better
home : a flat on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | dean, marley, leni, finn, nyree, jules & tc

overlove, overfeel Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: overlove, overfeel · Sam 20 Juin - 19:48
Cause I feel like I'm sinking
I don't know what to do

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@marley denbrough - 26th of April 2020


Madd pensait sincèrement que Marley serait aller inspecter l'appartement. Peut-être pas toutes les pièces mais sans doute le salon et certainement sa chambre. C'est sans doute pour ça qu'elle continuait de le dévisager, se demandant si elle avait bien entendu. Avec lui, il n'y avait pas d'intrusion ou de violation de vie de privée. Elle savait qu'il faisait tout ça pour elle, pour l'aider à aller mieux, tout comme elle avait essayé de l'aider il y a quelques années. « comme tu veux » répond-elle sans se précipiter ne voulant pas qu'il pense qu'elle cachait quoique ce soit. Elle n'avait pas touché à la cocaïne depuis son accident. Quant à l'alcool, elle ne s'était autorisée que quelques bières. Mais il y avait bien un reste de bouteille dans sa chambre. Pour les coups durs, qu'elle s'était dit. Et les coups durs, ils arrivaient à coups de massue. Depuis qu'elle ne s'anesthésiait plus le cerveau avec des substances en tout genre, les cauchemars revenaient, encore et encore. Plus violents, plus intenses. Plus réels. Et si elle n'avait pas encore craqué, la môme ne cessait de se demander combien de temps encore elle tiendrait. Ces foutues images, elle voulait les effacer de la tête. S'il y avait une façon de les extraire, elle prenait.
Mais pour l'heure, elle préférait de loin se focaliser sur Marley et ses victuailles. Elle retient un rire mais ses lippes s'étirent, amusée. « tu voulais être sure que je cuisine ? » Elle n'était pas un petit cordon bleu, mais elle se débrouillait largement. Sauf pour les desserts où elle était une catastrophe ambulante. En voyant le tas de cookies qu'il avait ramené, la rouquine ne peut plus se retenir et éclate de rire. « c'est trop gentil. J'vais grossir » se moque-t-elle gentiment. Mais si Marley prenait 5 kilos, ça ne lui ferait pas de mal, et puis, ça ne se voyait même pas. Elle attrape les boites, les range dans le bon placard avant de se tourner vers son ami, les lèvres pincées, comme si toute autre expression était susceptible de la trahir quant à la fréquence de ses activités avec Dean. Il passait quasiment cinq nuits par semaine ici, et parfois, ça ne lui semblait pas encore assez. Mais elle savait qu'il avait besoin de calme et de concentration pour étudier, ce qui n'était pas toujours évident lorsque la môme venait le titiller à la moindre occasion. « Je plaide coupable. Pour cette nuit. Et celle d'avant et... » elle se stoppe, rit en voyant sa tête avant qu'elle n'agite la courgette sous ses yeux. Ils étaient là,  se marrer avec fruits et légumes, et c'est tout ce qu'elle adorait chez Marley. Ils pouvaient parler de tout, en toute simplicité, et -surtout- sans jugement. Il la comprenait, elle et ses défauts. Elle ne se sentait pas trop ci ou trop ça avec lui. « et pas de détails ? » demande-t-elle un peu étonnée. « Mon aubergine est parfaite » répond-elle, sourire fier sur les lippes. Et puis, ça faisait un moment maintenant qu'elle le connaissait Dean. C'était lui qui avait signé le début de sa vie sexuelle. Elle acquiesce d'un signe de tête avant d'aller chercher un verre et un peu d'eau fraiche. « tiens » à peine rapporté qu'il entame son interrogatoire, sans avoir franchement vu venir ses questions. « ne prononce jamais son nom devant Dean » l'informe-t-elle avec un léger sourire. Ça risquerait de raviver quelques tensions et conversations désagréables. Si Montgomery était parfois jaloux -et elle s'en délectait à chaque instant- c'était pire lorsqu'il s'agissait du tatoueur. « Mais oui, moins brusque, y'a pas photo » pouffe-t-elle. avec Madden c'était... spécial. Il cherchait toujours à la mettre hors d'elle avant de la sauter. Comme pour exacerber un peu plus leur excitation et l'intensité qu'ils mettaient dans leurs ébats. Avec Dean c'était différent. Divin. Plus encore ces dernières fois. « il est... » elle lache un soupir, ne sachant pas vraiment comment décrire ça. « ça dépend des fois. Parfois c'est juste... sauvage. Plus primaire. Et d'autres fois, c'est doux, ou juste un mélange des deux. Mais c'est encore plus tendre depuis ça... » elle désigne ses côtes d'un geste de main. Elle savait que ce soir-là, ça avait été différent des autres fois. Ce n'était pourtant pas la première fois qu'il se montrait doux, mais il y avait quelque chose. Dean savait la faire frissonner en la touchant à peine. Elle redresse la tête vers Marley, un sourire sur le coin des lèvres, ce n'était définitivement leur première conversation sur le sexe -ni la dernière. « T'as pas de soucis à te faire. Je crois qu'il avait peur de me casser la première fois qu'on a remis ça » elle avait eu mal -malgré le patch de morphine- mais parce que c'était récent, dean avait été irréprochable. « Pour ce qui est de souplesse par contre, va quand même falloir que je me remette un peu à me bouger » ajoute-t-elle en se marrant. Ses prouesses sexuelles n'avaient pas besoin de subir une quelconque amélioration, mais elle sentait bien, dans sa vie de tous les jours, que pour certains mouvements, ça tirait un peu. « tu crois que je pourrais me remettre au sport quand ? » Elle était loin d'en être accro, mais il fallait ce qu'il fallait pour se maintenir un peu.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Marley Denbrough

messages : 3313
name : sissi.
face + © : harry treadaway + © corpse heart & rioliv.
multinicks : jeremiah, winnie, keane, alvin, teddy, joona.
points : 5023
age (birth) : 32. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : an atypical flat on bridgewater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : bee, madd.

overlove, overfeel Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: overlove, overfeel · Ven 17 Juil - 1:15
Quand il observait Madd, il avait la curieuse impression de se voir lui-même, quelques années auparavant.  Leurs parcours n’étaient pas semblables, pourtant ils avaient fait face à des difficultés qui les rapprochaient inexorablement l’un de l’autre. Lorsque ses yeux d’un bleu électrique se posaient sur la jeune femme, le désir de la protéger l’envahissait presque aussitôt sans qu’il ne fût en mesure de le contrôler. Il n’avait hélas pas la chance de jouir du plaisir d’avoir une petite sœur à choyer, engueuler ou même surveiller. Certes avait-il grandi aux côtés de sa sœur jumelle jusqu’à ses dix-huit ans – âge auquel la jeune femme avait quitté le cocon familial pour une durée indéterminée – mais les liens qui les unissaient désormais n’étaient pas comparables à ceux qui le liaient à la petite rouquine aujourd’hui. Marnie était la seule représentation proche ou lointaine d’une sœur qu’il possédait et cette image s’avérait bien loin d’être idéale. S’accrocher de cette manière à Wilson lui permettait en quelque sorte de combler l’absence d’un être cher qu’il avait dû lui-même subir durant ses jeunes années et à un moment très important de sa vie. Elle n’en avait probablement aucunement conscience et il ne désirait pas à la mêler aux différends qu’il rencontrait avec sa moitié, toutefois il était heureux de pouvoir à nouveau se sentir utile à quelqu’un et faire partie d’un tout. Marley n’était pas un individu qui avançait seul, non, il avait ce besoin chronique et vital d’être accompagné dans chacune des étapes décisives de son existence ; par conséquent, toutes les rencontres qu’il était amené à faire tout au long de son parcours avaient leur importance. Shiloh, Beckett, Madd, même son ex-petit-ami, tout ce petit monde avait contribué à le forger en tant que personne tout en étant à ses côtés pour partager différentes épreuves de son quotidien. Il partait du principe qu’il ne fallait rien regretter, bien qu’il lui parût compliqué de retenir uniquement du positif de ses diverses relations, relativiser représentait d’ailleurs un exercice grandement difficile pour le jeune infirmier dont le pessimisme n’était plus à prouver. Se replonger dans les douleurs du passé relevait de l’habitude pour lui, il n’était pas rare de le voir cogiter de longues heures et se perdre dans les méandres d’un chagrin dont il ne parviendrait jamais à se défaire. Il n’était pas un homme physiquement en mesure de surmonter le moindre obstacle, tout comme il lui semblait invraisemblable de faire de chaque échec un tremplin. Il ne tirait pas toujours une leçon de ses erreurs mais il y travaillait, principalement pour contenter ses proches. Certes avait-il été accompagné de ses deux parents – des êtres adorables et prévenants – durant toute sa transition, néanmoins le spectre causé par l’abandon de sa jumelle n’avait cessé de le hanter, aujourd’hui encore il avait le sentiment d’être poursuivi par ce dernier lorsque son moral n’était pas au beau fixe. La solitude le guettait et le suivait continuellement, comme une deuxième ombre qu’il était contraint de supporter. Comment expliquer à quelqu’un que l’on éprouvait la désagréable sensation d’être à la fois abandonné et délaissé tout en ayant l’impression de n’être jamais seul ? Toute cette torture intérieure, il ne la souhaitait à personne et encore moins à la jeune femme, raison pour laquelle il prenait son rôle de grand frère et d’ami très au sérieux. S’il pouvait lui éviter un centième de la peine que lui-même avait connue, alors il s’agirait là d’une certaine forme de réussite pour lui. Durant ces quelques années de relation, et surtout au cours des derniers mois, leurs rapports avaient considérablement évolué ; il n’était plus ce pote de beuverie qui l’accompagnait dans sa descente aux enfers mais davantage un petit (car oui, il n’était pas bien grand) ange gardien qui veillait sur elle, de son plein gré, sans attendre aucune contrepartie en retour. Parfois, il craignait même de la voir se détourner de lui en réalisant qu’ils n’étaient plus sur la même longueur d’onde ou bien que leur différence d’âge se faisait enfin ressentir. Finirait-elle par le trouver ringard ? Il n’osait se l’imaginer, lui qui avait tant besoin de sa gaieté, de cette bouffée d’air frais qu’elle lui procurait. Avait-elle seulement besoin de Marley comme lui réclamait sa présence ? Certains membres de son entourage avaient plus d’une fois montré une pointe de lassitude à son égard, personne n’était exempté, et il redoutait le moment où Madd lui annoncerait la fin de leur amitié.
Ces pensées, qu’il jugeait morbides, n’avaient pas leur place aujourd’hui dans l’appartement de la belle, la bonne humeur était au rendez-vous et rien ni personne ne viendrait gâcher ce plaisir. « Des détails ? » s’enquit-il, la moue boudeuse. « Tu veux que moi je t’en donne sur mon aubergine ou tu t’étonnes que je ne demande pas davantage d’informations sur la tienne ? » pouffa-t-il malgré lui. « Pourquoi on continue de parler en langage codé au juste ? Tu m’as perdu avec ton histoire d’aubergine là ! » En temps normal ils n’avaient pas peur d’appeler un chat, un chat, et ils n’hésitaient pas à utiliser des termes parfois très imagés pour décrire certaines parties de l’anatomie humaine. Conduisant le verre d’eau qu’elle lui avait servi à ses lèvres, il écouta attentivement le reste de son discours. « Et pourquoi je ne pourrais pas prononcer son nom devant Dean ? Vous êtes exclusifs et tu ne me l’as même pas dit ? » demanda-t-il sur le ton de la conversation en faisant quelques pas dans la cuisine. « En tout cas, je suis ravi d’apprendre qu’il est doux avec toi, c’est tout ce qui compte. Enfin… durant ta convalescence. Une fois totalement remise, vous pourrez même faire ça sur une balançoire si ça vous tente. » Il ouvrit le placard dans lequel elle avait rangé les différents paquets de gâteaux et en déroba un qu’il déballa dans la foulée. « Te connaissant, je suis certain que tu n’appliques pas tous les conseils que je te donne, notamment le repos total. Par conséquent, je ne te recommande pas de reprendre le sport tout de suite, surtout si tu as encore quelques douleurs… Maintenant tu vas devoir assumer d’avoir été une mauvaise élève, » ajouta-t-il d’un ton pompeux et moralisateur avant de mordre avec énergie dans un cookie au chocolat.

_________________
 
-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.

Madd Wilson

messages : 1838
name : all souls (maryne)
face + © : abbey cowen — @nèsoi (av) ; @old money (sign) @self (gif)
multinicks : ezra, riley, gaby & jean
points : 2122
age (birth) : 25 yo [18.05]
♡ status : single
work : photographer @WB bulletin
activities : drinking, annoying marley, taking pictures, and trying to get better
home : a flat on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | dean, marley, leni, finn, nyree, jules & tc

overlove, overfeel Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: overlove, overfeel · Lun 20 Juil - 21:48
Cause I feel like I'm sinking
I don't know what to do

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@marley denbrough - 26th of April 2020


Il y avait eu beaucoup de personnes dans la vie de Madd -malgré son jeune âge- mais surtout beaucoup de personnes de passages. Beaucoup de déception, aussi. Mais elle savait depuis longtemps que Marley ne ferait jamais partie de ces personnes là. Elle ne croyait pas au destin, pourtant avec lui, elle était encline qu'il était bel et bien destiné à rester dans sa vie -et elle était déterminée à tout faire pour. Leur relation avait débuté sur les chapeaux de roue, entre alcool, drogues et soirées à tout va. Ça aurait pu se résumer à une simple parenthèse de soirée, comme elle en a souvent eu. Un mec de plus avec qui faire la fête et se défoncer. Mais ça avait été plus que ça, dès le début. Touchée par un mal être qu'elle n'avait su identifier, mais prête à tout pour l'aider -même de la manière la plus maladroite qui fut.
Et ils avaient avancé, continuant encore de le faire, main dans la main, et madd ne comptait pas le lacher de si tôt. Sans doute même jamais. C'était sans doute un peu égoïste de sa part, mais elle ne se voyait pas sans lui. Au fil des années, il s'était imposé dans sa vie. Doucement, et paradoxalement comme une tornade en même temps. Il était toujours là, à sortir la première connerie venue, à se confier sur toute sa vie, à la conseiller comme il le pouvait -de la bonne manière ou de la pire, seulement les moments- à la protéger, autant qu'il le pouvait. Certes, elle avait aussi Leni, et Dean, mais ça ne rendait pas la présence de son ami moins importante. Autant que les autres, il la complétait. Et une fois de plus, il n'avait pas failli. Il était venu la voir autant qu'il le pouvait à l'hopital, conjuguant avec son propre emploi du temps -personnel et professionnel. Il s'était occupé d'elle sans qu'elle n'ait rien à dire, rien à demander. Aujourd'hui  encore, il était là, à surveiller -sans pour autant qu'elle ne se sente fliquée ou étouffée- à s'inquiéter de sa santé et de son bien-être. Des fois elle se demandait, s'il était capable de voir, l'amour qu'elle avait pour lui. Ce qu'elle se prête à faire, juste pour le protéger à son tour. Bien que pour le moment, elle n'était chargée que de ranger la tonne de légumes qu'il lui avait ramené. Alors elle éclate de rire, elle aussi commençait à s'emmêler les pinceaux. « je parlais de ton  aubergine !  T'es plus généreux en détails d'habitude » et elle hausse les épaules. « c'est parce que tu m'as mis ça dans la main ! » réplique-t-elle en se marrant encore, montrant courgettes et aubergines qu'elle essayait de ranger dans le bac à légumes, sans être certaine que tout allait tenir. Elle grimace, lorsqu'il prononce la notion d'exclusivité. Sujet sensible en ce qui la concernait -ou surtout quand ça concernait dean, plus encore dernière. Elle soupire « non, ça n'a pas changé, et j'mets pas le sujet sur le tapis » elle se gratte la nuque, et se tourne un peu plus vers marley, avec un peu moins d'assurance que d'habitude. « tu crois que je l'étouffe ? Enfin... j'en sais rien, je supporte pas qu'il aille voir ailleurs et en même temps je sais qu'il aime sa liberté » sans doute plus que moi, qu'elle se retient d'ajouter. Alors elle ne dit rien, elle garde le silence là-dessus, et continue ses scènes de jalousie, comme d'habitude, comme ça a toujours été. Comme un jeu, presque des préliminaires entre eux. « pour madden, c'est juste que... je lui ai laissé une chance. Une vraie chance... alors ça coince » elle voit sa tête, et affiche un léger sourire sur le coin des lèvres « je sais, c'est assez contradictoire » que dean lui en veuille d'avoir tenté une 'vraie' relation avec madden -qui avait pitoyablement échoué, comme elle aurait pu s'en douter- alors qu'ils n'avaient jamais tenté le coup, tous les deux... Alors que dans le même temps, l'étudiant chérissait sa liberté plus que tout. Mais elle retrouve doucement le sourire, à l'évocation de ses souvenirs plus chauds avec lui. Elle ne cachait pas grand chose à marley, et certainement pas ses parties de jambes en l'air. « et que je retourne illico à l'hopital ? » demande-t-elle en riant « je commencerai par autre chose de moins... risqué » et pourtant, avant, elle aurait été la première à lacher l'idée. La première à proposer des endroits tous plus farfelus et casse-gueule les uns que les autres. Cette fois, c'est un sourire coupable qui se dessine sur ses traits. Madd avait du mal à rester en place, même si la douleur l'y avait contrainte pendant quelques temps, elle ne restait tout de même pas aussi inactive qu'elle aurait dû. « je t'assure... quand y'a dean à côté c'est pas possible. J'suis sure que tu serais d'accord » dit-elle, battant des cils pour l'amadouer avant de grimacer une fois de plus « bin c'est compliqué de rester inactive. vraiment inactive. Mais je fais attention ! J'ai même pas refait de skate » un peu de fierté dans la voie, surtout une peur qu'elle ne veut pas avouer. L'épisode de l'hopital l'a secoué -plus qu'elle ne veut l'admettre- même s'il y a des chances qu'elle retrouve un comportement à risque -au moins avec la glisse- dans les mois à venir, une fois qu'elle aura récupéré. Les flashs de la voiture et de son tonneau sont encore trop présents, même si elle fait toujours tout, pour le garder pour elle. « puis faire des photos de mon appart, c'est assez redondant » dit-elle en attrapant un cookie à son tour.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Marley Denbrough

messages : 3313
name : sissi.
face + © : harry treadaway + © corpse heart & rioliv.
multinicks : jeremiah, winnie, keane, alvin, teddy, joona.
points : 5023
age (birth) : 32. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : an atypical flat on bridgewater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : bee, madd.

overlove, overfeel Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: overlove, overfeel · Mar 21 Juil - 10:57
« Oh la mienne ! » s’exclama-t-il de vive voix. « Tu parles de ma grande aubergine blonde, » dit-il sans toutefois préciser à quoi se rapportait la longueur. Sa taille ? Un élément anatomique sous la ceinture ? Si on suivait la vérité, alors il était question des deux. Loin d’être réservé, Marley parlait ouvertement de sa vie sexuelle à son amie, bien entendu il n’entrait pas non plus dans le moindre détail mais lorsqu’il était nécessaire de mettre l’accent sur un point qui lui avait particulièrement plu, il n’hésitait jamais à le faire. De ce fait, elle était au courant des préliminaires préférés du jeune infirmier et à quel point Beckett connaissait chaque parcelle de son corps meurtri ; raison pour laquelle il le chérissait à merveille comme aucun homme avait pu le faire avant lui. Ce genre de choses étaient anecdotiques, les deux protagonistes aimaient se conter leurs aventures mutuellement, il leur arrivait même parfois de se réserver une soirée pour discuter et commérer ensemble. Ces moments étaient importants pour lui car ils contribuaient à son bien-être, loin de la dureté de ses longues journées aux urgences de Portland. Bavarder, s’amuser, avoir l’esprit léger, il en avait été privé tant d’années qu’il se réjouissait de pouvoir savourer à nouveau une complicité mutuelle. Certes leurs rapports n’avaient pas toujours été sains, Madd était par ailleurs en partie responsable de son addiction à la cocaïne mais jamais ils n’avaient abordé ce sujet, il se refusait à perdre ce qu’ils avaient mis du temps à construire. Bien que de nature rancunière, il ne parvenait toutefois pas à en vouloir à la jolie rouquine, il était un adulte responsable – plus âgé qu’elle de surcroît – et en pleine possession de ses moyens malgré une dépression chronique évidente qui le poussait parfois à l’autodestruction. Il ne pouvait la blâmer des propres choix qu’il avait fait lui-même, en son âme et conscience. Néanmoins son compagnon n’était pas de cet avis et pour cette raison, il était contraint de ne pas se faire rencontrer ces deux personnes à qui il tenait énormément, conscient que la situation pourrait lui échapper et déraper à tout moment. Son blondinet adoré pouvait se montrer aussi doux qu’un agneau à un moment et devenir agressif la seconde suivante lorsque la sécurité de sa ruche était menacée. A dire vrai, ils avaient tous les trois un tempérament explosif et le mélange ne pouvait hélas rien donner de bon. Marley le savait pertinemment, il avait lui-même une tendance à l’exagération qui menait souvent à des disputes inutiles. De ce fait, il en était venu à la triste conclusion que Madd et Beckett n’étaient tout simplement pas compatibles, il pouvait vivre avec cette idée et il comptait bien laisser les choses en l’état, nul besoin d’entamer une énième guerre destructrice qui ne réussirait qu’à éloigner tout le monde. « Rien à déclarer, tout va bien de mon côté. » Ses ébats sexuels le comblaient, son petit ami était un partenaire divin, attentionné et attentif qui avait pris le temps d’apprendre à reconnaître les zones sensibles de son corps sans le brusquer, même si le père de famille se sentait personnellement touché lorsque le plaisir de Denbrough n’était pas à son apogée. Il avait beau lui expliquer que sa situation rendait les choses plus compliquées et qu’il n’était en rien responsable, il persistait à croire qu’il s’y prenait mal quand cela arrivait. « Je ne connais pas suffisamment ton Dean pour savoir si oui ou non, tu l’étouffes. » Chaque personne recherchait quelque chose de différent et son expérience personnelle ne s’appliquait pas forcément à la situation qu’elle traversait. « Et si jamais c’est le cas, je ne pense pas que ce soit un problème. Tu as vu cette bouille ? Ces taches de rousseur ? Même moi je pourrais craquer et virer de bord ! » répondit-il pour la rassurer. « Je sais que tu es comme moi, » reprit-il avec un peu plus de sérieux dans la voix. « Alors je te conseillerais de prendre ton temps et de ne pas trop le brusquer… Crois-moi, je l’ai fait et ça ne fonctionne pas vraiment. » Il avait lui-même été à sa place et savait de source sûre que faire du forcing n’était jamais bon, surtout lorsque l’on faisait face à un individu détaché qui n’était pas familier avec les histoires d’amour sérieuses et l’engagement. Si elle tenait sincèrement à Dean, cela l’embêterait de la voir le faire fuir malgré elle. « Il ne faut pas lui montrer que tu es plus attachée à lui que lui à toi, mais tu peux quand même rendre ta présence indispensable à ses côtés. Ou du moins lui faire comprendre indirectement que c’est ce qu’il veut sans que tu n’aies à le formuler directement. L’idée doit venir de lui. » Le voilà qu’il donnait des conseils en amour alors que ses relations avaient toujours capoté à un moment donné. Madd méritait le meilleur et avec ce qu’elle traversait, il ne souhaitait pas ajouter une déception à l’équation. Il l’écouta ensuite attentivement tout en terminant son cookie. « Bon… » lança-t-il d’une voix solennelle en se passant les mains sous l’eau. « Visiblement tu n’as que Dean à la bouche. » Il arqua un sourcil en la regardant. « Je te vois venir, coquine. Pas de cette manière voyons ! Ce que je veux dire c’est que tu continues de me parler de lui même quand on change de sujet. » Il allait finir par croire que la jeune femme était accro à ce garçon. « Comme tu désires tant sortir et te dépenser sans risquer de te blesser, pourquoi tu ne lui proposes pas de faire quelque chose avec lui ? Une activité extérieure sans danger ? Clairement tu comblerais ce manque Deanien en toi et par la même occasion, tu arrêteras de me bassiner avec ce prénom ! Je te jure, je vais finir par rêver de lui et pourtant j’ai vu sa tête qu’en photo sur ton téléphone. » Il esquissa un sourire amusé pour lui montrer que c’était de la taquinerie. « Je ne pense pas que Beckett apprécierait de m’entendre répéter son nom dans mon sommeil. » Il se mit alors à tourner en rond dans la cuisine en levant ses bras pour les agiter dans une imitation approximative de Madd. « Dean, Dean… Oh non Dean, pas par-là ! » souffla-t-il de manière théâtrale avant de pouffer de rire.

_________________
 
-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.
Contenu sponsorisé




overlove, overfeel Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: overlove, overfeel ·
 
overlove, overfeel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: