hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 i'll always remember you like a child, girl


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue
Aller en bas 

Rory Baldwin

messages : 807
name : chasing hearts / margot
face + © : leonardo di caprio + jenesaispas
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ James ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Oscar
points : 379
age (birth) : forty-seven.
♡ status : married, father of naila and tyler.
work : director of the windmont bay clinic.
activities : you wish you knew.
home : villa on Ocean avenue with Noora

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Jean ▴ Marnie ▴ Joseph (Naila) | fr/en ▴ closed

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· i'll always remember you like a child, girl · Jeu 7 Mai - 11:52
i'll always remember you like a child, girl
03.05.20 / @Naila Baldwin-Flores

Rory se targuait d'être quelqu'un de patient. Lorsqu'il désirait quelque chose, il n'avait aucun mal à attendre le temps qu'il fallait pour l'obtenir, se donnant corps et âme jusqu'à ce que son but soit atteint. Pourtant, certaines choses avaient le don de lui faire perdre toute patience. Parmi celles-ci, le déjeuner bi-mensuel avec sa fille et ce qui lui servait de gendre était sans aucun doute en tête de liste. Mettre le doigt sur ce qui le révoltait plus que tout le reste n'était pas évident : était-ce le fait que cet homme est réussi à entourlouper sa fille au point de lui faire croire qu'il était amoureux d'elle et vice versa ? était-ce le fait que cet homme avait été autrefois le meilleur ami – et modèle, surtout – de Rory ? Il n'en savait rien. Ce dont il était certain, cependant, c'était que cela ne lui plaisait pas. Il aurait pu prendre sur lui dans d'autres circonstances : Rory aurait été bien mal placé pour juger un homme qui couchait avec des personnes bien plus jeunes que lui quand… eh bien, quand il faisait exactement la même chose. Mais le fait de mettre ses sales pattes sur une gamine qu'on avait vu grandir et dont on avait failli être le parrain… cela donnait au médecin envie de vomir et d'étrangler Cameron à la fois. Ainsi, un dimanche sur deux, Rory se réveillait d'une humeur noir, n'adressait la parole à personne avant que l'heure du déjeune ne sonne et s'il s'efforçait de répondre aux questions qu'on lui posait, il ne parlait en réalité que lorsque Cameron allait aux toilettes ou aidait Noora en cuisine. Une sacré ambiance. Plusieurs fois, il avait été jusqu'à demander à ce quelqu'un de l'hôpital lui téléphone en prétextant une urgence de sorte à ce qu'il puisse écourter ce déjeuner de famille – qui n'en était pas vraiment un.
Ainsi, quel ne fut pas son soulagement lorsqu'il ouvrit la porte – Noora avait le don de s'éclipser pile au moment de leur arrivée… - et n'y découvrit que sa chère Naila. Sa chère Naila qui lui donnait parfois des envies de meurtre mais à qui il tenait pourtant, bien plus que de raison. Son visage s'éclaircit – prudemment cependant, Cameron était peut-être simplement retenu quelques minutes – et il embrassa sa joue avant de laisser rentrer. "Comment vas-tu, Naila ?" dit-il, en refermant la porte rapidement, bien qu'au fond, cela n'empêcherait pas Cameron de sonner s'il était simplement en retard. Il la débarrassa de sa veste qu'il posa sur le porte-manteau avant de lui faire signe de se rendre sur la terrasse. "Ta mère a fait des lasagnes puis a disparu je ne sais où." Expliqua-t-il, sachant qu'il y avait peu d'endroits où elle pouvait être : entrer de récupérer des fleurs dans le jardin qui se trouvait en contre-bas ou à la cave en train de remonter quelques bouteilles. Il s'installa ensuite à sa table habituelle sur la terrasse, faisant glisser ses lunettes de soleil sur son front avant de se tourner vers sa fille. "Cameron ne vient pas aujourd'hui ?" demanda-t-il, sur un ton neutre, n'ayant pas pour intention de lancer les hostilités avec Naila; Noora ne le lui pardonnerait pas.

_________________
THE WAY HE BENDS THE RULES


Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl · Ven 8 Mai - 1:24
Cette tradition familiale avait tendance à l'épuiser et l'agacer plus que de raison. Naila s'efforçait de s'y rendre, s'accrochait aux bouts de verre brisés formant leur famille, dans l'espoir vain qu'ils parviennent à passer outre leurs différents et recoller les morceaux. Chaque rencontre semblait pourtant plus irritante et hypocrite que la précédente et la jeune femme avait du mal à ne pas jeter l'éponge. C'était avant tout pour Tyler que la cheerleader se donnait autant mal, son frère ne méritant pas de se retrouver le cul entre deux chaises. C'était déjà le cas, lorsque Rory et Naila se tiraient dans les pattes, mais ils n'en étaient pas encore arrivé au point de ne plus se parler. Un miracle.
C’est face à un Cameron affaibli que (l’ex) étudiante avait partagé sa table pour le petit-déjeuner, avant de lui offrir de s’absenter du diner chez ses parents. Si elle n’avait pas la force  de subir plusieurs heures durant ce malaise, alors qu’elle était en pleine forme, Naila ne souhaitait surtout pas que ce repas use son mari plus qu’il ne l’était déjà. Cam était bien trop fatigué pour supporter le regard accusateur de Rory Baldwin, les questions de Noora qui, si elles pouvaient sembler innocente, étaient choisies minutieusement pour frapper où ça fait mal. Sa mère essayait, pourtant. De les réunir, de comprendre, de les accepter, malgré le dégout évident dans son regard… Mais d’une manière ou d’une autre, elle parvenait toujours à glisser le vrai fond de sa pensée sur le mariage de sa fille. La situation au complet était d’un ridicule et d’une hypocrisie hors compétition lorsqu’on savait la différence d’âge entre ses parents et Naila n’en pouvait juste plus de leur morale à deux francs.
Malgré son envie d’annuler le diner, souhaitant encore moins s’y rendre maintenant qu’elle se savait seule face à ses parents, Naila enfila une robe et avala les quelques centaines de mètre qui séparaient leurs demeures. Peut-être était-ce l’occasion de de se parler plus ouvertement. Le visage de son père lui apparu et elle ne put s’empêcher de rouler des yeux en voyant son regard chercher Cameron, puis s’illuminer en réalisant qu’il n’était pas sur ses pas. Le corps entier de la jeune se crispa lorsqu’il lui fit la bise, tendant simplement la joue par politesse avant de rentrer dans la maison. Naila leva les épaules en guise de réponse - elle allait aussi bien qu’une femme dont le mari était mourant pouvait aller, à quelle réponse s’attendait-il ? - et s’avança dans la demeure pour rejoindre la terrasse. « Je devrais peut-être aller voir si elle a besoin d’aide. » Et s’échapper d’une conversation dans laquelle elle ne souhaitait pas s’engager. S’installant sur un des fauteuils, Naila inspira profondément pour conserver son calme à sa question - tout sauf innocente! - et s’humecta les lèvres. « Non papa, tu peux respirer. Ton plus grand ami n’est pas de la partie aujourd’hui. » Sa réponse transpirait l’ironie qu’elle n’essayait pas de masquer le moins du monde. « Cameron était trop faible. Ton personnel est incompétent, à croire que c’est du poison qu’on lui injecte. » Sur ce point, Naila se savait injuste. Premièrement, le cancérologue de Cameron n’était pas à blâmer et deuxièmement, le meilleur médecin du monde ne payait pas toujours de mine face à une maladie qui emportait tout sur son passage. C'était juste plus facile d'avoir un coupable, quelqu'un à blâmer, et son père remplissait tous les critères pour être élu à ce titre.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Rory Baldwin

messages : 807
name : chasing hearts / margot
face + © : leonardo di caprio + jenesaispas
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ James ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Oscar
points : 379
age (birth) : forty-seven.
♡ status : married, father of naila and tyler.
work : director of the windmont bay clinic.
activities : you wish you knew.
home : villa on Ocean avenue with Noora

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Jean ▴ Marnie ▴ Joseph (Naila) | fr/en ▴ closed

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl · Sam 9 Mai - 23:44
Rory se demandait parfois - souvent - pourquoi Naila venait encore. Il savait pourquoi il l’invitait encore : c’était sa fille. Quoiqu’on en dise, aussi peu sentimental soit-il, il ne pouvait que le lien qui liait un père à ses enfants était indescriptible et peut-être encore celui qu’il liait un père à sa fille. Mais était-ce vraiment cela ? Ce lien était-il suffisant ou était-ce la menace qui pesait sur sa tête comme une épée de Damocles ? Etait-ce l’amour qu’il avait pour sa fille ou la crainte qu’elle ne parle de ses liaisons à Noora et lui fasse perdre tout ce pourquoi il avait construit sa vie ? Mais Naila, qu’est-ce qui la motivait à tenter ainsi de recoller des morceaux qui ne le seraient visiblement pas ? Dans d’autres circonstances, Rory aurait sûrement convaincu Noora de prendre ses distances, d’accepter qu’il fallait du temps aux deux couples pour qu’ils puissent respirer et que les choses finiraient par s’apaiser. Comprendre : tu te réconcilieras peut-être avec ta fille et j’accepterai de me taire si c’est ce que tu me demandes. Mais le temps n’avait pas fait son oeuvre ; la situation ne s’améliorait pas. C’était même plutôt l’inverse, elle empirait. Depuis que Cameron était malade, Naila semblait toujours emportée d’une certaine colère comme si ses parents étaient quelque chose pour la maladie de celui que Rory avait auparavant considéré comme un frère. Ils ne pouvaient plus prononcer une phrase sans que Naila n’ait envie de leur envoyer son verre à la figure. A bien des égards, elle était bien la fille de son père. Partagé entre la fierté de la voir tant lui ressembler et l’agacement de son manque de maturité, Rory avait du mal à se positionner. Ne voyait-elle donc pas à quel point il prenait sur lui pour ne pas se réjouir de ses absences ? Ne savait-elle pas à quel point ça lui coûtait d'accueillir cet homme sous son toit ? Son apple watch en témoignait d’ailleurs régulièrement, lui ordonnant de respirer chaque fois que ce salopard se trouvait dans sa demeure. Combien de fois avait-il eu envie de l’étrangler, d’envoyer la table valser en le voyant descendre sa main sur la cuisse de sa petite fille ? Oh, il se retenait évidemment de lui dire à elle ce qu’il pensait. Il avait été assez clair lorsque la situation l’exigeait et elle avait beau être la chair de sa chair, elle ne méritait pas qu’il perde un peu plus de son temps et de sa santé à lui expliquer son point de vue. Parfois, cependant, il se surprenait à apprécier leurs échanges, de bref instants qui ne duraient jamais. Au final, sa vie était bien plus simple quand Naila n’y était que de loin. Quelle triste conclusion. Quand il pensait à quel point ils avaient pu être proches… mais ne l’étaient plus. “Marie est partie y a une heure à peine; elle a tout ce qu’il faut ne t’inquiète pas.” précisa-t-il lorsqu’elle parla d’aider sa mère. Il ne fallait pas être devant pour voir que le ton qu’elle utilisait était déjà teinté d’agacement. Rory avait donc la réponse à la question qu’il s’était posé silencieusement : la conversation allait rapidement partir en cacahuète. Il prit ensuite sur lui pour l’interroger, sur le ton le plus neutre possible, sur la présence de son.. gendre - il avait envie de vomir rien que de penser à ce terme - et secoua la tête en l’entendant. “Si c’était du poison qu’on lui injectait ma chérie, ton cher mari serait mort depuis longtemps.” répondit-il du tac au tac, son regard planté dans celui de Naila. C’était le genre d’accusations qu’il ne tolérerait pas. Il ne fallait pas qu’elle oublie qu’il aurait pu trouver un prétexte pour refuser de le soigner mais s’était abstenu de le faire, ordonnant que les meilleurs soins lui soient prodigués. Il se releva et alla chercher une bouteille de rosé dans le bar extérieur qui se trouvait derrière lui. Plantant le tire-bouchon fermement dans la bouteille, il continua sur sa lancée : “Ce n’était pas parce que l’épouser était une sérieuse ânerie que je te souhaite d’être veuve, Naila. Je n’irai pas pleurer sur sa tombe mais tu ne mérites pas ça.” Il plaça les verres brutalement sur la table, les faisant claquer avant de leur servir deux verres et de reposer la bouteille. “Si seulement tu avais pu être plus intelligente et te rendre compte de ton erreur plus tôt, tu ne te retrouverais pas dans cette situation.” lâcha-t-il avant de laisser tomber dans son fauteuil.

_________________
THE WAY HE BENDS THE RULES


Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl · Mar 12 Mai - 23:31
Peut-être que le mieux à faire pour tout le monde était de mettre un terme à cette tradition, au minimum lorsque Tyler n’était pas présent. C’était après tout pour lui que Naila faisait l’effort de se présenter au diner bi-mensuel de famille, alors que son frère se la coulait douce à Corsicana et n’avait aucune idée d’à quel point tout ceci était pesant. Bien sûr, son jumeau avait été en première loge pour assister au débat lorsque Naila avait décidé d’assumer sa relation avec Cameron, il lui en avait voulu et avait cherché à s’en mêler lui aussi, avant d’abandonner l’idée et la soutenir, comme il l’avait toujours fait. Il était bien la seule personne à qui Naila ne tenait pas rigueur des remarques qui avaient pu être balancées, parce que Tyler ne voulait que son bien. Son père, en revanche… rien n’était si sur.
Prenant place sur la terrasse, Naila avait l’estomac noué et comptait déjà les minutes qui la séparaient de la délivrance. Peut-être aurait-elle été plus à l’aise s’il s’agissait de lieux connus, de la maison où elle avait grandit et partagé pas mal de choses avec ses parents, mais elle était en terrain inconnu à Windmont Bay. Ces quatre murs ne représentaient rien d’autre que les tensions qui existaient entre eux depuis trois années maintenant. Hochant la tête lorsque Rory lui assura que sa mère n’avait besoin de rien, Naila chercha à peine à dissimuler son malaise à l’idée de rester en tête-à-tête avec lui. Elle maudissait sa mère, car la connaissant, cette absence pile au moment de son arrivée était voulue. Le pire était sans doute que, d’une certain façon, elle pouvait comprendre que sa famille n’acceptent pas cette relation, s’étant elle-même questionner sur sa légitimité plus d’une fois… Mais après trois années, dont deux de mariage, n’étaient-ils pas forcer d’admettre que ce n’était pas du cinéma? Qu’ils s’aimaient sincèrement et que Cameron la rendait heureuse? Ils étaient les gens les moins bien placés ici bas pour critiquer leur différence d’âge et Naila aurait aimé qu’ils finissent par se ranger de son côté et la soutiennent. Ce jour n’arriverait jamais.
La jeune femme s’en voulu un peu de lancer les hostilités, mais c’était plus fort qu’elle, Naila était incapable de garder sa langue dans sa poche. Elle aurait pu le faire, si son père avait eut la décence de ne pas mentionner son (ex) meilleur ami et s’était contenté d’ignorer son absence, comme il ignorait bien souvent sa présence. Naila fusilla son père du regard, plus agacée par ses petits mots doux que par la remarque en elle-même, qui ne la surprenait pas tant que ça. Si Rory Baldwin avait un peu de tact, ça se saurait. Son coeur se serra aux mots suivants alors qu’elle pinçait les lèvres pour retenir tout commentaire sanglant. Naila avait su, en épousant quelqu’un de vingt-cinq ans son ainé, qu’il y avait des chances pour qu’elle l’enterre. Seulement elle avait vu ce jour loin, trop loin pour y penser, alors qu’ils avaient encore des dizaines et des dizaines d’années devant eux à profiter. Son coeur était meurtri à l’idée de devoir lui dire au revoir plus tôt que prévu, mais Naila ne souhaitait pas être fataliste ; bien des personnes se relevaient de cette foutue maladie, son mari pouvait en faire partie. Il devait, même. Avec toutes les personnes qu’ils s’étaient mise à dos pour leur union, il était hors de question qu’elle accepte son abandon. Son poing se serra si fort qu’elle eut l’impression que ses veines pouvaient se rompre à tout moment. « Tu tiens le même discours auprès de tes groupies? Parce que tu n’es plus tout jeune papa, tu devrais faire attention. Ça te pend au nez. » Elle souffla, inspirant profondément pour que son ton reste le plus neutre possible, malgré son envie de tout exploser sur son passage. « Quoi que je ne m’inquièterais pas trop à ta place, la méchanceté conserve. » Sa mère lui avait assez souvent répété : on ne se débarrassait pas facilement des mauvaises herbes. Naila ne souhaitait aucun mal à son père, mais elle était dans une telle rage à présent qu’elle se moquait éperdument de l’impact que ses mots pouvaient avoir. Il ne s’était pas privé de son côté, quand il aurait dû être celui qui cherche à calmer le jeu au lieu de lancer les hostilités. « Ma seule erreur est de continuer à venir à ces repas ridicules, où personne n’a envie d’être présent. Je suis avec Cameron pour le meilleur et pour le pire. Je comprends que les valeurs du mariage soient abstraites pour toi… Mais heureusement, on est pas tous dans le même panier. » Elle siffla avant de sortir son téléphone de son sac pour vérifier l’heure. Si sa mère ne débarquait pas dans la minute qui suivait, Naila allait rentrer chez elle et tant pis pour la préparation du repas pour lequel Marie s’était sans doute donné du mal.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Rory Baldwin

messages : 807
name : chasing hearts / margot
face + © : leonardo di caprio + jenesaispas
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ James ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Oscar
points : 379
age (birth) : forty-seven.
♡ status : married, father of naila and tyler.
work : director of the windmont bay clinic.
activities : you wish you knew.
home : villa on Ocean avenue with Noora

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Jean ▴ Marnie ▴ Joseph (Naila) | fr/en ▴ closed

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl · Mer 20 Mai - 19:32
A plusieurs reprises, Rory s'était demandé si les choses auraient pu être différentes. Si son attitude avait un tant soit peu jouer dans cette idylle – ce cauchemar, oui ! – que vivaient Naila et Cameron. Etait-ce le temps qu'ils avaient passé ensemble qui avaient joué ? N'avaient-ils pas avec Noora cherché à encourager l'amitié entre Georgia et Naila, et indirectement provoqué leur relation ? La situation avait été tournée et retournée dans tous les sens et Rory en venait toujours à la même conclusion : probablement pas. La façon dont il avait été éduqué n'avait pas tant compté sur l'homme qu'il était devenu; c'était plutôt les rencontres qu'il avait fait – Cameron, toujours lui – qui avait fait de lui cet homme particulièrement accès sur les apparences et sur la réussite sociale. A croire que l'homme qui lui servait désormais de gendre n'avait pas non plus tous les défauts de la Terre – mais ça, Rory le savait pour le connaître mieux que personne. Enfin… c'était ce qu'il avait cru. Noora s'interrogeait encore sur la question mais Rory lui s'était fait une opinion définitive quelques semaines après le mariage des deux tourtereaux : il n'aurait rien pu y changer. Et la preuve en était bien là, à la façon dont Naila venait de s'en prendre à lui alors qu'il n'avait fait que poser une question (presque) innocente. Levant les yeux au ciel en entendant sa fille lui demandait s'il traitait les jeunes femmes qu'il fréquentait de la sorte, il jeta un rapide coup d'œil derrière son épaule pour vérifier que son épouse n'approchait pas avant de répondre au tac-au-tac : "On ne se fréquente pas assez pour que la question se pose, ne sois pas si sentimentale." Attrapant son verre sur la table, il y trempa ses lèvres avant de se pencher vers elle. "C'est donc pour ça que tu es avec Cameron ? Tu nous fais un Œdipe inversé ? Eh bien, tu peux cesser tout de suite, je suis en pleine forme, tu vas devoir me supporter encore quelques années." Se laissant retomber contre le dossier de son fauteuil, Rory soupira doucement. En voyant que Cameron ne serait pas présent, une part de lui avait espéré que, pendant quelques heures au moins, les tensions que traversaient la famille Baldwin seraient apaisées, qu'ils pourraient mettre de tout ça de côté pour partager un véritable moment en famille. Mais l'erreur de Rory avait sans aucun doute été de sous-estimer l'aversion de Naila pour cette situation – pour lui, peut-être même – et s'imaginer qu'elle pourrait prendre sur elle pour ne pas prendre le moindre mot qu'il prononcerait. Il se demanda pourquoi il s'était laissé à espérer une telle chose cependant, puisqu'il savait pertinemment qu'il ne pouvait rien faire de bien : s'il n'avait rien dit, elle n'aurait probablement pas manqué de lui faire remarquer que demander des nouvelles de son époux était la moindre des choses, surtout quand il était en si piteux état. Le fait était pourtant que Rory était parfaitement au courant de l'état de santé de Cameron et qu'il supervisait lui-même les soins qui lui étaient donnés. Rory n'était pas oncologue, ne l'avait jamais été mais il avait gardé de très bons contacts dans l'hôpital de Forth Worth et n'avait pas hésité à demander une seconde opinion. L'idée était de sauver Cameron. Pas qu'il trouvait que cet individu méritait qu'on se batte tant pour lui mais le père qu'il était n'avait aucun mal à imaginer la déchirure que cela serait pour sa fille si elle se retrouvait veuve si vite, si jeune. Et même si son attitude n'était probablement pas la plus tendre avec elle, il ne lui souhaitait rien de mal. A dire vrai, il ne lui souhaitait même que du bien, quoiqu'elle en pense. "Non, ton erreur est de continuer à venir avec lui, Naila, c'est différent." Répondit-il en secouant la tête. "Je comprends qu'à ton âge, on puisse avoir de grandes idées sur ce qui relèvent ou non de ces "valeurs du mariage" mais tu es mariée depuis à peine deux ans. Moi, vingt-cinq. Je sais que tu es convaincue du contraire, ma chérie, mais tu ne sais rien du mariage, ni du meilleur et du pire, quoique tu en penses." Il poussa doucement son verre vers elle avant de reprendre le sien. "Tu as un aperçu de ce que le pire peut-être, je te l'accorde mais c'est justement pour cette raison que tu dois continuer à nous voir : si le pire arrive, tu ne seras pas seule."

_________________
THE WAY HE BENDS THE RULES


Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl · Mar 26 Mai - 12:13
Petite, Naila avait idéalisé le mariage de ses parents, comme n’importe quelle gamine l’aurait fait. Elle avait rêvé d’un jour partager la même chose qu’eux, trouver l’homme auprès de qui elle aurait envie de grandir, se marier, fonder une famille… A mesure que les années passées, la gamine avait ouvert les yeux sur tous les défauts de cette relation, au point qu’elle se demandait aujourd’hui s’il restait un peu d’amour entre le couple que formait ses parents ou si tout n’était qu’apparence. Sa mère aimait son père, il n’y avait aucun doute la dessus. Peut-être plus comme elle l’avait fait, il y a vingt-cinq ans, mais il était normal que les sentiments évoluent avec le temps, voir qu’ils perdent un peu de leur intensité. Cela ne voulait pas dire qu’il n’y avait plus rien. Mais est-ce que c’était pareil du côté de Rory ? Est-ce qu’au delà de ses nombreuses infidélités, l’homme qui se tenait face à elle aimait Noora et avait un tant soit peu de respect pour elle ? Naila avait envie de croire que oui mais n’y aurait pas mis sa main à couper. Son père aimait les femmes… mais pas forcément la sienne. Il aimait l’argent, le prestige, son image. Tout ce que Noora lui apportait en acceptant, en silence, que son mari ne soit plus celui qu’il avait été lorsqu’elle en était tombée folle amoureuse. Naila avait tant attendu l’histoire de leur rencontre qu’elle ne pouvait qu’être convaincue du coup de foudre de sa mère, alors qu’elle était à l’époque en couple avec un autre. Rory avait gagné son coeur et son porte-monnaie au passage. Si la gamine avait souvent menacé son cher père de révéler à sa mère les infidélités, elle savait parfaitement qu’elle n’avait pas en elle ce qu’il fallait pour briser le coeur de sa mère. Et puis elle devait forcément savoir, l’amour ne pouvait rendre aussi aveugle. Si Noora choisissait de fermer les yeux, c’est qu’elle y trouvait son compte, d’une certaine façon, à moins qu’elle ne craigne juste la solitude, ce qui n’aurait pas été si surprenant de la part de la femme qui avait passé la barre des soixante ans. Cette pensée serra le coeur de Naila. Elle aimerait en parler avec elle, la rassurer, mais jamais elle ne s’y oserait tant qu’elle n’avait pas la certitude qu’elle savait tout ce que sa fille craignait de lui annoncer. « J’ai de la peine pour maman. » Elle siffla avec dédain, s’assurant d’un coup d’oeil qu’elle ne les avait pas rejoint. Son père avait le don de la rendre dingue lorsqu’il mentionnait de la façon la plus naturelle possible ses aventures, comme si celles-ci n’avaient pas la moindre importance pour sa famille, alors qu’elles avaient le pouvoir de détruire sa mère. Il était inutile pour Rory de nier, il avait arrêté il y a bien longtemps d’essayer, mais qu’il les mentionne presque avec fierté la dégoutait. « Redescend un peu, mon histoire avec Cameron n’a rien avoir avec toi. Tu as beau l'avoir pris comme modèle, tu ne lui arriveras jamais à la cheville. » Malgré le besoin constant de jouer avec ses nerfs, Naila n’en était pas au point d’avoir choisir son mari spécifiquement pour emmerder son pauvre père. Ça aurait été beaucoup d’efforts et de sacrifices pour peu, la gamine avait mieux à faire de ses journées. Si elle avait abandonné l’idée que son père, ou sa meilleure amie, comprennent un jour les sentiments qu’elle avait pour Cameron, elle ne pouvait s’empêcher de répondre quand Rory lui sortait des âneries pareilles. Sans lui souhaiter aucun mal, parce qu’il restait malgré tout son père, Naila n’aurait pas hésité une seconde s’il y avait un choix à faire entre sa vie et celle de son mari.
« C’est avec lui ou rien. Mais n’hésite pas à me mettre à la porte si ça ne te convient pas papa, tu es chez toi. » Qu’il se débarrasse d’elle comme Cameron avait put le faire avec Georgina lui briserait le coeur. Peu importe le mal qu’ils pouvaient se faire, les horreurs qu’ils se balançaient, Rory restait son père et Naila avait malheureusement hérité beaucoup de sa part. Sur bien des points, ils se ressemblaient, ce qui lui donnait la force nécessaire pour lui tenir tête au grand désarroi du quadragénaire. Est-ce que son père la gardait dans sa vie parce qu’il restait lui aussi attaché à sa fille ou était-ce seulement les menaces qui l’empêchait de passer à l’acte et couper une bonne fois pour toute le cordon ? La première option lui noua l’estomac mais la gamine gardait un air impassible. Hors de question de lui montrer qu’elle était plus touchée qu’elle ne le voulait par leur relation à la dérive, moins encore qu’elle n’irait jamais à bout de ses menaces. Rory Baldwin était bien la dernière personne devant qui Naila baisserait les armes et laisserait entrevoir ses faiblesses. « J’ai eut le meilleur exemple pour dresser la liste des erreurs à ne pas commettre, j’ai peut-être une chance de m’en sortir et d’avoir un mariage heureux. » Elle lança, quand bien même sa voix était déjà bien moins assurée qu’au début de la conversation. Si elle ne doutait pas de son union, Naila n’avait pas la force de se battre avec Rory lorsqu’il s’attaquait à la maladie de Cameron. Elle avait du répondant sur toute autre critique, pouvait défendre leur mariage des heures durant, mais pas sur ce démon sur lequel elle n’avait aucun pouvoir. Son regard s’assombri lorsqu’il mentionna le pire, que Naila s’était interdit formellement d’envisager. Cam était jeune et allait se remettre de cette foutue maladie, il le lui avait promis et l’étudiante l’avait pris au mot, ne pouvant accepter l’autre possibilité. « Il vaut parfois mieux être seule que mal accompagnée. Si seulement maman pouvait le réaliser. » A peine audible, son regard se perdit à la recherche de la principale intéressée, qu'elle aurait aimé avoir à ses côtés afin de mettre un terme à la conversation. Et soudainement, ça la frappa ; tout ce dont elle était accusée depuis trois ans - de n’être avec Cam que pour son héritage - était exactement ce qu’elle reprochait à Rory. Sans doute était-ce la raison pour laquelle Naila ne parvenait que rarement à prendre sur elle en ignorant ce genre de commentaire et avait le besoin constant de défendre sa relation. Il était hors de question que Naila se retrouve dans le même panier que son père, quand bien même sa relation avec Cameron avait commencé sur un mensonge - mensonge dont il avait été informé et qu'il lui avait pardonné.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Rory Baldwin

messages : 807
name : chasing hearts / margot
face + © : leonardo di caprio + jenesaispas
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ James ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Oscar
points : 379
age (birth) : forty-seven.
♡ status : married, father of naila and tyler.
work : director of the windmont bay clinic.
activities : you wish you knew.
home : villa on Ocean avenue with Noora

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Jean ▴ Marnie ▴ Joseph (Naila) | fr/en ▴ closed

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl · Jeu 4 Juin - 0:01
Le problème de Naila était le même que celui de beaucoup de jeunes femmes : sa version d’une histoire d’amour semblait tout droit sortie d’un conte de fées ou d’un roman et était bien loin de la réalité des choses. Il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir; au contraire, Rory était presque touché que sa fille soit encore assez enfant pour croire en ses sornettes, s’imaginer qu’un amour pouvait rester pur et durait toute une vie sans que l’un ou l’autre ne finisse par voir ailleurs. Rory, lui, n’y croyait pas, n’y avais jamais cru. L’idée était plaisante, il devait bien l’admettre mais il avait compris assez jeune qu’il ne servait à rien de trop suivre son coeur et que sa tête était un bien meilleur allié. Il n’y avait pourtant pas de peine de coeur particulière à déplorer, pas de femme particulièrement marquante qui l’aurait convaincu que l’amour avec un grand A n’existait pas. Certaines femmes l’avaient marqué, et quoique soit sa relation avec celles-ci - ou même avec d’autres à dire vrai - Rory avait toujours été honnête et sincère. Il ne promettait rien qu’il n’était pas prêt à donner et si il avait un peu exagéré la nature de ses sentiments avec Noora, il avait toujours été sincère quand il lui murmurait à l’oreille combien il se voyait passer le reste de sa vie avec elle. Preuve en était que plus de vingt-cinq ans plus tard, Rory était toujours l’époux de cette femme et n’avait aucune intention que cela change. Ses raisons n’étaient peut-être pas cent pour cent louable mais il n’était pas non plus en train de faire mine d’apprécier quelqu’un qui méprisait. Si elle n’était pas le grand amour comme on l’appelait, elle n’en était pas moins la deuxième de sa vie - après Naila. Elle était celle vers qui il se tournait quand il avait besoin d’un conseil, celle sans qui il ne prenait jamais une décision et si ses infidélités donnaient l’impression à sa fille que tout ce mariage n’était qu’une mise en scène, eh bien… qu’elle y croit. Mais Rory savait pertinemment que c’était beaucoup plus que cela, tant à ses yeux qu’à ceux de son épouse. Il secoua doucement la tête en l’entendant dire qu’elle avait de la peine pour sa mère mais ne prit pas la peine de répondre. Si sa petite fille avait toujours l’impression que ce genre d’histoires pouvait exister, il ne serait pas l’homme à lui briser ses rêves, principes et/ou croyances. Du moins, pas plus qu’il ne l’avait fait quand elle avait découvert ses aventures. Rory était-il peiné de cette découverte ? Oui, et contrairement à ce que pouvait penser Naila, pas parce qu’elle tenait une épée de Damoclès au dessus de sa tête mais parce qu’il savait qu’il avait brisé le coeur de son enfant ce jour-là. Comptait-il s’en excuser pour autant ? Certainement pas, surtout pas après qu’autant de temps soit passé. Et surtout il ne s’excuserait pas de lui faire ouvrir les yeux sur la vie. Son regard bleu perçant se tourna à nouveau vers sa fille lorsqu’elle fit mouche, comparant Cameron à Rory. La mâchoire serrée, il la laissa finir avant de bloquer doucement sa respiration pour s’empêcher de tenir des propos qui annihileraient définitivement ses efforts de ne pas complètement foutre en l’air sa relation avec sa fille. “On en reparlera dans quelques années, Naila.” se contenta-t-il de répondre d’un ton ferme, souhaitant mettre un terme à cette discussion qui n’avait aucun moyen de bien se finir.
Rory porta la coupe qu’il avait dans les mains à ses lèvres pour en vider le contenu alors que Naila lui indiquait que c’était avec Cameron ou rien. Levant les yeux au ciel, il se demanda à quel moment les enfants grandissaient et acceptaient enfin que dans la vie tout n’était pas noir ou blanc, ce n’était pas tout ou rien mais que chacun pouvait faire des compromis - et par chacun, il fallait entendre pas uniquement les parents et surtout les enfants. Une part de lui ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine fierté à la voir se battre pour ce qu’elle voulait comme lui l’aurait fait bien des années auparavant mais il fallait bien être honnête : c’était surtout l’agacement qui primait. “Cesse avec tes grands discours, Naila. Je sais très bien que tu ne viendras plus si je refuse qu’il mette un pied ici et c’est la seule raison pour laquelle cette ordure est autorisé à pénétrer chez moi.” Rory se tut, fermant les yeux. Insulter Cameron ne les ferait pas avancer d’un iota et s’il envisagea une seconde de s’excuser de l’avoir traiter d’ordure, il abandonna bien rapidement cette idée; il n’en avait honnêtement pas le coeur. “Ca ne m’empêche pas de penser que c’est une erreur de ta part.”  Se redressant pour remplir à nouveau leur verre, il laissa Naila parler même si sa voix semblait bien moins convaincue qu’auparavant. “Ta mère et moi sommes très heureux, merci de t’en inquiéter.” dit-il, se retourna pour vérifier où pouvait bien se trouver sa femme. “Mais peu importe que ton mariage ressemble au mien ou non, j’espère qu’il sera heureux oui Naila mais surtout que tu sauras partir quand cela ne sera plus le cas. Tu as déjà bien trop sacrifié pour lui.” C’était plus fort que lui; chaque fois qu’il essayait de montrer à sa fille que son bonheur comptait - ce qui était vrai, il fallait qu’il rappelle combien elle s’était trompée, que son mariage était voué à l’échec, qu’elle avait laissé bien trop derrière elle pour cet homme. Mais en toute honnêteté, ça le rendait fou de rage que Naila ne soit pas capable d’ouvrir les yeux face à une telle entourloupe. D’ailleurs, s’il était tout à fait honnête, il se demandait s’il n’y avait anguille sous roche et si Naila n’avait pas quelque chose en tête qu’elle refusait d’admettre. “J’espère surtout que toi tu t’en souviendras.” répondit-il du tac au tac sur le même ton alors que sa fille ne cherchait plus à dissimuler son impatience que sa mère les rejoigne.  “Je te proposerai volontiers de l’appeler mais ta mère était plongée dans les souvenirs de votre enfance à Tyler et toi toute la semaine. Je ne serai pas surpris qu’elle soit en train de chercher une vieille photo ou un vieux souvenir de vous. Elle ne va plus tarder, t’inquiète pas.” précisa-t-il en vérifiant son téléphone. Une urgence à l’hôpital l’aurait bien arrangé avant que la discussion avec sa fille ne dégénère encore plus mais malheureusement, cela ne semblait pas être son jour de chance. “J’imagine que Tyler t’a dit qu’on allait le rejoindre une semaine à Corsicana à la fin du mois ?

_________________
THE WAY HE BENDS THE RULES


Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl · Mer 17 Juin - 20:11
Naila regrettait d’avoir délaissé son mari, souffrant, pour se rendre à ce repas auquel personne n’avait réellement envie d’être. Si l’ambiance n’était pas mieux en présence de Cameron, bien loin de là, la conversation avait au moins le mérite de ne pas prendre cette tournure. Il y avait toujours des pics, des remarques dont ils se seraient tous passé, mais ça ne dégénérait que rarement. Rory l’ouvrait bien moins facilement, confronté à son (ex) meilleur ami et Cameron avait, pour sa part, la maturité nécessaire pour ne pas entrer dans son jeu. Trop souvent au gout de la cheerleader, il prenait son parti. Cam comprenait la réaction du père de sa femme, parce qu’il aurait surement eut la même si l’histoire avait été inversée avec Georgia, et défendait Rory lorsqu’elle s’emportait. Ça avait le don de la rendre dingue, qu’il puisse encore se ranger de son côté après toutes les horribles choses qu’il avait pu lui balancer au visage. Même si Naila parvenait à se mettre à la place des autres, à comprendre pourquoi ils jugeaient leur relation, elle ne pouvait pas accepter l’animosité dirigée vers son mari. Leur histoire était arrivée comme un cheveux dans la soupe, alors qu’elle devait avoir six ans sur la première photo où elle apparaissait avec Cameron, et rien qu’elle ne puisse dire ou faire ne viendrait effacer cette image dans l’esprit des autres. Naila comprenait le dégout dans les yeux de son père, ou sa meilleure amie, mais elle aurait apprécié qu’eux aussi tentent de voir à travers ses yeux, qu’ils puissent voir tout l’amour qu’elle portait à son mari et à quel point celui-ci avait, d’une certaine façon, balayé le passé. C’est sous un autre jour qu’elle l’avait découvert et Naila avait fait le deuil sur celui qu’elle avait pratiquement considéré comme son oncle, pour faire place à l’homme qui avait capturé son coeur.
Elle pensa ‘ou pas’ si fort que son père aurait tout aussi bien pu le lire sur son front, mais s’abstenu de le prononcer à voix haute. A la vitesse à laquelle leur relation se dégradait, Naila avait du mal à entrevoir la possibilité d’avoir une conversation avec son père dans quelques années de là. A se demander pourquoi elle continuait d’essayer de grappiller un bon moment par-ci par-là quand ils s’arrachaient la tête 90% du temps. Il aurait été bien plus simple de rendre les armes et prendre la décider de mettre un terme à cette relation toxique, mais Naila n’était pas encore prête à renoncer à son père. Ni pour Tyler, ni pour elle. « C’est toi qui peut cesser avec tes grands discours! Tu as apparement très bien compris que c’était nous, ou rien, alors pourquoi tu te fatigues à me répéter la même chose, en boucle, depuis deux ans? Pourquoi tu ne peux pas juste accepter les choses telles qu’elles sont et nous laisser vivre un peu? » Sans lever le ton, elle se retrouva à bout de souffle mais surtout à bout de force. Jamais elle ne cesserait de se battre pour eux, mais elle n’en était pas moins épuisée de le faire. « Je m’en fous de ce que tu penses, c’est pas toi qu’il a épousé! Tu sais que ce que tu me dis ne changera absolument rien à ma relation avec Cam, est-ce trop demandé de ne pas en entendre parler à chaque fois que je passe la porte? Tu es tellement convaincu que je fais une erreur, laisse-moi me planter! Laisse-moi foncer droit dans le mur et arrête de croire que ton acharnement va payer. Je ne suis pas une de tes minettes que tu peux manipuler avec tes grands principes ou quelques billets, papa. Tu as bien fait de m’apprendre à ne pas me laisser avoir par ces superficialités. » Et il avait tenté, ses petites menaces de lui couper les vivres, mais Naila n’avait pas mordu à l’hameçon. Trop aveuglée par l’amour qu’elle portait à Cameron, elle avait été prête à renoncer à tout ça si ça leur permettait d’être ensembles - plus ou moins, puisqu’elle savait au fond qu’elle ne renonçait à rien, les comptes de Flores étant au moins aussi fourni que ceux des Baldwin. Passant rapidement ses doigts sous ses yeux pour chasser les deux pauvres larmes qui s’en étaient échappé, elle souffla un bon coup et se redressa pour faire quelques pas et se calmer. Devoir gérer la maladie de Cameron et son poste dans sa société était stressant, épuisant, et la jeune femme aurait sincèrement aimé pouvoir se reposer sur sa famille au lieu de les voir rendre tout encore plus difficile pour elle. Lorsqu’ils s’étaient promis que c’était elle et lui contre le monde entier, Naila n’avait pas de suite percuté à quel point ce serait vrai. Elle se retrouvait plus seule que jamais à Windmont Bay, son frère étant la seule personne sur qui elle pouvait encore compter lorsqu’elle avait besoin d’être rassurée et reboostée. Et encore, car même s’il essayait, pour elle, Cameron restait un sujet sensible avec Tyler également.
Naila ferma les yeux, s’appuyant sur la rambarde de la terrasse, n’écoutant qu’à moitié ce que son père pouvait lui dire sur l’activité de sa mère. Revoir des souvenirs d’enfance pour lui rappeler qu’ils avaient un jour été une famille unie était la dernière chose qu’elle désirait. C’était trop facile de se raccrocher au bonheur qu’ils avaient un jour partagé pour oublier à quel point ils s’arrachaient à présent. « Il me l’a dit. » Se contenta-t-elle de confirmer froidement, blessée de ne pas avoir été convié à la semaine en famille qui se préparait. Tyler avait bien sûr cherché à la convaincre de les rejoindre, mais ce n’était pas de sa part qu’elle avait eut envie d’obtenir l’invitation. Elle se savait ridicule, parce que dans l’état actuel des choses, Naila ne pouvait pas se permettre d’abandonner Cam pour une semaine complète, mais par principe, elle aurait aimé avoir la proposition. « Je ne me sens pas très bien, je vais rentrer. Embrasse maman pour moi. » Naila était à présent une vraie boule de nerfs, sur le point d’exploser - ou plutôt de fondre en larmes - et elle ne désirait que rentrer chez elle, et retrouvé ces quatre murs qui lui servaient de rempart contre le reste du monde. Récupérant son sac, elle pressa malgré tout l’épaule de son père au passage, sans savoir quand et si elle le reverrait de si tôt, avant de traverser la maison pour trouver la porte de sortie. Il fallait se faire une raison, ces diner dominicale n’apportait rien de bon et elle n’était pas certaine d’y être conviée ou de s’y présenter à nouveau de si tôt.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Rory Baldwin

messages : 807
name : chasing hearts / margot
face + © : leonardo di caprio + jenesaispas
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ James ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Oscar
points : 379
age (birth) : forty-seven.
♡ status : married, father of naila and tyler.
work : director of the windmont bay clinic.
activities : you wish you knew.
home : villa on Ocean avenue with Noora

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Jean ▴ Marnie ▴ Joseph (Naila) | fr/en ▴ closed

i'll always remember you like a child, girl Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl · Jeu 16 Juil - 22:45
Il y avait des moments où Rory ne savait plus vraiment comment s’adresser à sa fille. Il n’avait aucune intention de lui mentir ce qu’il pensait et/ou ressentait, mais c’était à peu près la seule chose dont il était certain. A dire vrai, même s’il l’avait voulu, le dégoût qu’il éprouvait sur cette relation et surtout pour Cameron était tel qu’il doutait d’être capable de le cacher même avec les meilleurs efforts du monde. Preuve en était qu’il avait tenté de ne pas trop montrer son soulagement lorsque Naila était arrivée seule sur le pas de la porte mais la jeune femme avait vu clair dans son jeu et avait immédiatement pris la mouche. Le fait qu’elle le connaissait depuis qu’elle était née jouait sans aucun doute mais Rory se connaissait aussi assez pour savoir que c’était un sujet trop sensible pour qu’il puisse faire mine d’y être indifférent. Et venant d’une personne comme le cinquantenaire, cela voulait dire beaucoup. Quasiment passé professionnellement dans l’art de la manipulation, il n’avait habituellement aucune difficulté à prendre sur lui et convaincre les autres qu’il ressentait quelque chose alors qu’il ressentait quelque chose de tout autre. Mais Naila n’était pas n’importe qui et elle ne cessait jamais de lui rappeler. Rory se demandait parfois comment elle pouvait voir si clair dans son jeu mais si l’idée lui avait traversé l’esprit que ce soit parce que Naila lui ressemblait énormément, il savait pertinemment que sa fille était une bien meilleure personne que lui - chose qui n’était sans doute pas si difficile que cela mais qui ne changeait rien au mérite de la jeune femme. Peu importait en réalité, la discussion prenant une tournure qui exigeait toute la concentration de Rory.
Rory se retint de justesse d’interrompre Naila lorsqu’elle lui demanda pourquoi il continuait de la sermonner sur cette relation dès qu’il en avait l’occasion mais la vérité était qu’il savait pertinemment qu’elle ne pouvait pas comprendre. Il n’était même pas question du fait qu’elle soit trop impliquée dans cette relation pour entendre les arguments de son père. Mais Naila n’était pas maman. Elle était la fille de quelqu’un, l’épouse de quelqu’un et même la belle-mère de sa propre meilleure amie désormais elle n’avait pas d’enfant. Si Rory n’avait jamais douté que sa fille soit une femme extraordinaire, il y avait certaines choses qui restaient hors de sa portée et qui le resteraient encore, il l’espérait, pour quelques années encore (et idéalement, pour toutes les années qu’il lui restait à vivre aux côtés de Cameron). Mais avoir un enfant était un lien sans commune mesure et c’était parce qu’il était son père qu’il insistait autant. Il la laissa toutefois continuer et même s’il ne bougea pas d’un cil, fût toucher de l’argument qu’elle asséna, demandant le droit de faire ses propres erreurs. Ayant toujours tenu à être sa propre personne, Rory comprenait parfaitement ce besoin d’indépendance, de libération que Naila ressentait vis-à-vis de ses parents (de lui, en tout cas) et si une part de lui le respectait, il savait pertinemment que ce qu’elle lui demandait était aussi de ses forces. Il attendit d’être certain qu’elle ait fini son discours et esquissa un mouvement vers elle en la voyant essuyer des larmes. Il laissa cependant retomber son bras contre son flanc, alors qu’elle s’éloignait pour faire quelques pas. “C’est toi qui est montée dans les tours quand j’ai simplement demandé s’il serait des nôtres, Naila. Et je ne peux pas accepter les choses telles qu’elles sont parce que je suis ton père et que c’est insupportable de savoir que tu gâches ta jeunesse à ses côtés ! Je ne te demande pas de me comprendre, mais je n’arrêterai pas d’exiger ce qui est le mieux pour toi. Tu es ma fille, c’est comme ça. Je sais très bien que tu n’es pas d’accord avec mon avis mais je ne vais pas te laisser tout foutre en l’air sous prétexte que tu penses avoir plus raison que moi.” Il soupira, se relevant pour s’approcher d’elle et dit d’une voix plus basse que précédemment (quand bien même il n’avait même pas hausser le ton) : “Ce n’est pas le cas ici, je le sais. Mais même si je faisais fausse route sur ce qui est le meilleur pour toi, c’est mon rôle de te guider vers ce que je considère être le droit chemin. Et d’être là quand tu choisis tout de même de ne pas le suivre.” Indirectement, Rory cherchait à expliquer à sa fille qu’il ne la laisserait jamais tomber, quoi qu’il advienne et peu importe les choix qu’elle ferait. Même si ce choix était de ne plus le voir.
Rory n’était pas aveugle. Il avait bien conscience que leur relation se dégradait de jour en jour mais s’il devait choisir entre une meilleure relation avec sa fille et son bonheur à elle, alors le choix était tout trouvé. Il aurait bien l'occasion de réparer les pots cassés après, quitte à sacrifier quelques années aux côtés de sa fille mais cela restait moins grave que de la voir se réveiller à quarante ans avec l’impression d’avoir gâché sa vie. Et puis… Naila n’en avait sans doute pas conscience mais Rory faisait des efforts monstrueux pour ne pas mettre en place des stratagèmes aux cours desquels il testerait les sentiments de celui qu’il avait autrefois considéré comme son meilleur ami. L’idée la plus récurrente dans son esprit était d’embaucher une escort qu’il paierait pour qu’elle tente de séduire Cameron. Cela pouvait être assez facile à organiser, d’autant plus que Rory était en mesure de savoir chaque fois qu’il se trouvait à la clinique mais ce stratagème avait deux inconvénients majeurs : le premier était que si Naila l’apprenait sans qu’il n’ait eu le temps de fonctionner, cela annihilerait tout risque que leur relation s’améliore à jour et le second était que si cela fonctionnait, le coeur de Naila serait brisé… Et Rory préférait de loin qu’elle soit celle qui brise le coeur à Cameron plutôt que l’inverse. L’idée de lui envoyer quelqu’un dont elle tomberait amoureuse lui avait traversé l’esprit également mais présentait exactement les mêmes inconvénients. Rory s’était donc résolu à ne pas mettre (trop) son grain de sel dans cette histoire, même si Naila ne semblait pas s’en rendre compte.
Cherchant à changer de sujet et à apaiser les choses avec sa fille, Rory aborda les plans que son épouse et lui avaient formés, à savoir d’aller passer une semaine avec Tyler, le frère jumeau de Naila. Il ne souhaitait pas directement demander à la jeune femme si elle souhaitait se joindre à eux : Rory n’avait pas le coeur de l’entendre lui reprocher d’avoir organisé ce voyage simplement pour l’éloigner de Cameron quand il aspirait seulement à retrouver un semblant de vie familiale. Il ravala donc sa fierté et ne fit pas la moindre remarque quand elle rejeta son invitation silencieuse. Se redressant pour chercher sa femme du regard, qui semblait déterminée à les laisser seuls tous les deux, il fronça les sourcils en entendant Naila le saluer, mais ne protesta pas. Il effleura de ses doigts la main qu’elle posa sur son épaule, plus blessé qu’elle parte si tôt qu’il n’était prêt à l’admettre et acquiesça d’un signe de tête. “Repose toi bien, ma chérie.” souffla-t-il, le regard perdu dans le vide.
Il se redressa quelques minutes plus tard pour rejoindre sa femme à l’étage et lui expliquer ce qu’il s’était passé, suggérant qu’elle prévoit un moment en tête à tête avec Naila dans la semaine avant de prendre le cours de sa journée, le coeur un peu plus lourd qu’à l’accoutumée. Alors qu’il s’apprêtait à aller se coucher, il ravala sa fierté et envoya un billet d’avion à Naila avec pour seule indication : “Ils sont modifiables à souhait. Si jamais tu souhaites finalement te joindre à nous.” puis posa son téléphone sur sa table de chevet avant de se glisser sous les draps. Il ne trouverait pas le sommeil de si tôt.

sujet terminé

_________________
THE WAY HE BENDS THE RULES

Contenu sponsorisé




i'll always remember you like a child, girl Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i'll always remember you like a child, girl ·
 
i'll always remember you like a child, girl
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: