hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -52%
Lecteur de Cartes SD/Micro SD, USB Type C Micro USB ...
Voir le deal
7.64 €

 

 de amicitia


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue
Aller en bas 

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· de amicitia · Ven 8 Mai - 14:55
de amicitia
---------------------------------
[may 2020]
gabriel & chani
---------------------------------

Chani a ressorti cette boite en carton, qu’elle avait rangé dans son dressing. Jusqu’à ce jour, elle n’avait jamais ressenti de la ressortir, ni même de l’ouvrir. Elle avait songé, une fois, à la donner à une amie, comme pour s’en débarrasser, comme pour bannir l’existence de cette boîte et de son contenu. Elle s’est installée, dehors, à la table du jardin, qui trône non loin de la piscine. Elle prend une grande inspiration avant d’ouvrir son couvercle. Elle renverse le contenu à même sur la table. Elle balaie furtivement l’ensemble des polaroids qui jonchent cette table. Elle tire une première photo, au hasard, au milieu de cet amas de clichés, de souvenirs picturaux. Elle l’inspecte un instant avant de la remettre dans sa boîte. Elle en tire une deuxième, une troisième puis une quatrième. Elle reste, un moment interdite et silencieuse. Ce n’est qu’un souvenir sur un papier glacé. Un simulacre de complicité et d’amitié. Elle pose la photo, sur un bord de la table. Elle réfléchira plus tard le sort qu’elle offrira à ce cliché. Elle reprend son tri, parmi ces clichés qui ont immortalisé des pans de son existence, de ses amitiés. Elle fronce légèrement les sourcils, quand elle croit entendre une conversation à l’intérieur. Rien de surprenant puisque Rodrigo, son père, était présent : il avait pris sa journée pour pouvoir accompagner Anita, sa grand-mère, à un rendez-vous médical – son contrôle technique, comme l’aînée aime dire –. Elle se concentre, un moment alors, sur les voix qu’elle distingue avec un peu de difficulté. Aussitôt elle se munit de son téléphone pour interrompre son application qui diffuse de la musique. Elle entend son père parler. Elle peut parier qu’il ne s’adresse pas à Anita. Elle tend, presque instinctivement, son cou en direction de la conversation qui émane de l’entrée. Elle perçoit dans la voix paternelle un sentiment de surprise qui vient se mêler à une curiosité : il semble être satisfait de l’interlocuteur qu’il a en face de lui. Elle le sait à ce « ah ! » qu’il vient de prononcer, par deux fois. Il parle de rencontre, du fait qu’il serait ravi de le rencontrer. De le rencontrer enfin. Mentalement, elle passe en revue toutes les personnes qu’il pourrait rencontrer et dont il serait ravi de rencontrer : un collègue de sa mère – impossible elle travaille seule –, l’un des prestataires de sa mère – possible mais il trouve la grande majorité d’entre eux incompétents –. Elle capte des bribes de la conversation : Rodrigo précise qu’elle leur a déjà parlé de lui. Elle croit entendre un rire. Mais ce rire n’est ni celui de son père, ni celui d’Anita. Un rire nerveux, sûrement dû à l’insistance de l’homme, pressant son interlocuteur de questions. Elle capte une réponse de cet interlocuteur inconnu, elle croit reconnaître cette voix. Elle fronce les sourcils. Elle n’est pas sûre de l’identité de ce dernier. Elle capte une question sur sa profession. Sans réfléchir, elle se saisit de son téléphone et consulte ses messages, comme si elle avait omis une missive lui annonçant la venue de tel contact. Force est de constater, elle n’a reçu aucun message lui indiquant une possible visite dans l’après-midi. Elle repose son téléphone et se dit alors que tout cela ne la concerne pas, que cela doit être un ami de sa mère ou grand-mère… Jusqu’à ce qu’elle n’entende la question de cette dernière. En effet, l’aïeule s’empresse, au fil de la conversation, de venir mettre son grain. Elle le questionne sur… la durée de sa relation avec Chani. La surprise vient s’éprendre du visage de la jeune femme, alors qu’elle quitte sa chaise pour rejoindre le tribunal familial. Elle pénètre à l’intérieur et découvre alors Rodrigo et Anita, installé chacun dans un fauteuil, et Gabriel Almeida assis sur le canapé. « Stop ! », s’exclama-t-elle, de sa doux voix. « Laissez-le respirer un peu, non ? », elle demande, en se tournant vers son père puis vers Anita, leur lançant tour à tour un regard long et appuyé. Elle s’approche de son ami, lui adressant un sourire et un air désolé, avant de se saisir de sa main pour l’emmener avec elle. Elle réussit enfin à l’extirper des griffes de ses proches. « Je suis vraiment désolée que tu ais eu à subir ça », énonce-t-elle, en tournant sa tête vers le jeune homme. Elle l’invite alors à prendre place autour de la table de jardin. « Il ne faut pas leur en vouloir, hein... », elle articule, en serrant un peu des dents. « Qu’est-ce qui t’amènes ici, d’ailleurs ? ». Promis, Gabriel, ce sera la seule question qu’elle te posera.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Dim 10 Mai - 23:51


En venant rendre visite à Chani à son domicile tu n’aurais jamais imaginé tomber nez-à-nez avec son père, Monsieur Rodrigues. Ce qui pourrait être très gênant pour beaucoup ne l’est pas pour toi car tu sais nouer le dialogue avec quasiment n’importe qui. Tu te présentes à peine qu’il déclare te connaître. Elle lui a beaucoup parlé de toi. Une vieille dame est présente aussi et lui demande qui est le beau jeune homme. Le copain de Chani qu’il dit. Il perçoit aussitôt ton accent latin et te demande tes origines. Tu lui dis être Brésilien. Des étoiles naissent dans ses yeux. Il a l’air de bien t’aimer puisqu’il t’invite à prendre place sur le canapé pour faire plus ample connaissance et te propose même à boire. Aucun souci et va pour un verre d’eau. T’as droit à des questions assez banales du genre « alors tu fais quoi dans la vie ? » ou « tu as quel âge déjà ? ». A chacune de tes réponses la mamie t’adresse un grand sourire. Ce n’était pas elle qui était censé aller chercher Chani ? Peu importe. La concernée rappliquera bien à un moment ou l’autre. Voilà qu’on te demande depuis quand dure ta relation avec Chani. Tu joues toujours le jeu en répondant deux-trois mois. Mais voilà que ta supposée copine rapplique d’un air affolé et interrompt votre conversation pour engueuler sa famille. Ça ne manque pas de te faire sourire. Il n’y avait rien de mal. Elle te tire pour t’entraîner dehors et te présente ses excuses. Tu ris une seconde, moqueur, avant de répondre le plus naturellement possible. – Mais je leur en veux pas du tout. Ils s’intéressaient juste à moi. Et notre relation. – Si elle voit ce que tu veux dire. Tu lui lances un regard qui veut en dire long et un sourire malicieux. Alors comme ça elle parle de toi à ses parents et te fait même passer pour son petit-ami. Ça te fait bien rire tout ça et t’es prêt à jouer le jeu uniquement car tu trouves ça drôle. Quoi que, s’ils peuvent t’apprendre des dossiers sur Chani ou bien te montrer des photos d’elle compromettante tu dis pas non. – Et bien j’ai pas le droit de venir voir ma copine quand bon me semble ? – Copine. C’est hyper ambigu et en même temps, tu ne te mouilles pas. T’as l’art de choisir tes mots avec parcimonie afin de ne pas te mettre dans de beaux draps. – Mais si je dérange, tu me dis et je m’en vais, hein. – Ouais, tu t’imposes un peu. T’es un mec comme ça, toi. Mais t’as bon espoir qu’elle te dise de rester. Elle serait mal vu par ses parents de te faire déguerpir sur le champ. Puis bon, y’a pas de raisons en soit pour qu’elle te jette comme un malpropre. Vous vous entendez parfaitement bien. – Ta grand-mère est trop choute. – Fallait que tu le dises. Elle a de la chance. Toi tes grands-parents sont tous morts. Pas très fun. T’aimerais bien avoir une mamie gâteaux ou qui te laisse une vieille trace de rouge à lèvre sur la joue dès que tu lui rends visite.

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Mar 12 Mai - 14:17
Chani n’avait jamais entendu ses proches aussi envahissants – si ce n’est lorsqu’elle était enfant et qu’elle ramait, tous les soirs, après l’école celui qu’elle considérait comme son meilleur ami… mais c’était pourtant une autre époque, un autre temps et, définitivement, un autre garçon. Le jour où elle décidera d’officialiser une relation sérieuse avec un garçon, elle s’efforcera de briefer son père et Anita afin qu’ils n’étouffent pas son compagnon de multitude de questions et qu’ils ne transforment pas ce qui devrait être une « rencontre » en un « interrogatoire » oppressant et malveillant, elle s’installera aux côtés d’Anita, pour lui donner des coups de coude lorsqu’elle sentira qu’elle viendra empiéter des sujets bien trop intimes et gênants. Elle s’est déjà inventée toute la trame narrative de ce jour-là, qu’elle respectera à la lettre. De ce jour qui n’aura pas lieu. Pas tout de suite, tout du moins. Encore moins avec Gabriel, malgré tout l’estime qu’elle a pour lui. Ainsi Chani vient à la rescousse de Gabriel, qui semble s’amuser de la situation, pour l’extirper des griffes des félins lusitaniens. Quand elle se trouve à l’écart de son père et de sa grand-mère, elle s’empresse de s’excuser pour leur attitude. Elle lui dit ne pas leur en vouloir, ils sont juste… ils sont quoi ? Envahissants ? Parasites ? Oui, c’est possiblement cela le mot : des parasites. Gabriel dit ne pas leur en vouloir, ils s’intéressaient juste à lui… et à leur relation aussi. Une relation qu’ils ont totalement fantasmé. Elle reste silencieuse, se contentant alors de rouler des billes, tout en se dirigeant vers la table de jardin où elle était installée avant d’avoir été interrompue par cette nouvelle venue. Elle prend place sur sa chaise, invitant d’un signe de la tête Gabriel à faire de même. A aucun moment, elle n’avait anticipé l’arrivé d’un nouveau élément dans sa journée partiellement tracée. Elle a même vérifié son téléphone, de peur d’avoir loupé une information ou un message signé par le jeune homme. Elle entrouvre la bouche, silencieuse, alors qu’il lui répond quand elle lui demande la raison de sa venue. « Arrête, je vais finir par croire que tu es de mèches avec eux », elle souffle, doucement. Il y a une donnée qui lui manque pour comprendre le fantasme des deux Rodrigues, et surtout à quel moment elle aurait pu laisser entendre autre chose que de l’amitié à l’égard du brésilien. «  Ceci dit, dois-je être rassurée qu’ils aient une vision bien moins léthargique de ma vie sentimentale qu’elle ne l’est en réalité ? », elle questionne, sur un ton léger et amusé. Elle réprime un éclat de rire, alors que sa main se pose sur la table, sur les quelques polaroids qui jonchent encore et qu’elle n’a pas encore rangé dans sa boîte ou dans le tas à oubli. « Reste », elle l’intime de sa voix douce et bienveillante, dans un sourire. Il ne va pas partir, maintenant qu’il est là, surtout « Je subirai à mon tour un interrogatoire et je le vivrai mal. Je ne me vois pas leur expliquer que je n’avais vraiment pas envie de te voir parce que… pourquoi déjà ? » elle fait mine de réfléchir. « Ah oui, parce que tu m’avais été infidèle, avec qui déjà ? Briana ? », elle réplique dans un ton faussement sérieux. Elle dépose un dernier polaroid dans la boite qu’elle referme, et qu’elle rangera alors dans un recoin de sa chambre, jusqu’à oublier son existence. Quant aux polaroids restants, elle réfléchit encore au sort qu’ils pourront connaître : découpés en petits morceaux au fond de la poubelle ? Brûlés dans un petit feu ? Ou rendus à l’autre protagoniste. « Oh malheureux ! », qu’elle s’exclame quand Gabriel lui dit que sa grand-mère, Anita, est choute. « Tu ne diras plus cela quand elle t’aura tenu la grappe pour te raconter son mariage, comment elle a rencontré son époux, qu’elle t’invitera vivement à te rendre au Palacio de Pena, et j’en passe », elle souffle, sur un ton amusé. « Et je peux même te prédire que, d’ici, cinq minutes, elle réapparaîtra avec un plateau et de la limonade, en te demandant la bouche en coeur, si tu veux boire quelque chose », elle la connaît par coeur et peut anticiper presque chacun de ses gestes.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Mar 12 Mai - 23:55


La situation est pour le moins amusante. La famille de Chani t’as presque adopté en tant que futur gendre alors qu’en fait, t’es juste son pote. Il y a confusion. Tu ne sais pas si c’est elle qui leur a raconté des bobards ou si c’est eux qui se sont fait des films mais qu’importe. Toi ça te fait rire. Ça ne semble pas être tellement le cas de la demoiselle. Elle suppose que tu serais même de mèche avec eux. – Peut-être bien après tout. – Cela t’amuse clairement de la voir aussi paniquée et agacée. Du coup, si tu peux la faire psychoter un peu plus, tu ne dis pas non. Elle ira peut-être jusqu’à s’imaginer qu’elle se trouve dans The Truman Show. – Carrément ! Vaut mieux ça plutôt qu’ils t’imaginent finir vieille fille vivant avec quarante six chats. – Tu sais être glauque quand tu veux. T’espère que ta réponse la fera rire et la rassurera quand même un peu quant aux intentions tout à fait respectables de ses parents. Ils ne pensaient pas à mal du tout. Au contraire. Ils ne veulent que le meilleur pour leur fille, ça se sent. Elle en a de la chance. Toi ton père il en a rien à faire de qui tu fréquentes. – Briana ? T’es sérieuse ? T’aurais pu choisir un nom un peu plus sympa. Là ça fait pimbêche. Et puis, désolé de te l’apprendre ma belle mais j’aurai plutôt été infidèle avec Sergio, son grand-frère. – Aurait-elle oublié ta sexualité ? Tu ne te souviens pas à vrai dire lui en avoir déjà parlé mais vu comment tu reluquais les fesses de l'infirmier à la clinique quand vous vous êtes connu, ça te paraissait presque évident. Là au moins plus de doute à avoir. Ton regard se porte aussitôt sur une petite photo qu’elle tient dans les mains et qu’elle balance ensuite dans une boite. – Tu nous fais quoi avec tes polaroids ? Pas un remake de 13 Reasons Why j’espère. – Pourvu que non. La saison 4 n’est pas censé sortir bientôt sur Netflix d’ailleurs ? Affaire à suivre. Tu t’égares un peu trop du sujet principal : sa famille. T’as trouvé sa grand-mère vraiment trop mignonne. Elle ne partage pas tellement ton avis. La vieille dame peut parfois être un peu encombrante. Normal en même temps. Les personnes âgées ont besoin d’attention. – Franchement j’adorerai qu’elle rapplique. Surtout si elle sait faire les Pastéis de Nata. – Ça serait vraiment adorable qu’elle soit au petit soin avec toi et te propose des gâteaux et de la limonade. Tu te sens super bien ici en tout cas. N’y aurait-il pas une chambre d’ami à louer ?

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Mer 13 Mai - 20:17
S’il continue de jouer sur cette corde-ci, Chani va terriblement commencer à penser qu’il est de mèche avec Ricardo et Anita. Elle plisse les yeux, lui lançant un long regard, lorsqu’il ne tarde pas de répliquer. Elle soutient son regard suspicieux, tentant de le sonder. Il bluffe. Elle se déride légèrement. Dans ce moment anecdotique, elle doit possiblement se réconforter à l’idée que ses proches n’imaginent pas sa vie sentimentale léthargique. Pourtant elle doit admettre que cela fait quelques temps, tout de même, qu’elle l’a mise sur pause, cette vie sentimentale. Elle a beau être inscrite sur des applications de rencontre, elle reconnaît que tout cela n’est qu’un catalogue fade, sans consistance, qui ne donne pas appétit. « Certes... », elle souffle, dans un sourire, à la remarque de son ami, Gabriel. « Mais je déteste les chats. Ils sont trop fourbes. Je préfère un chien : lui, au moins, il aura le mérite de me rester fidèle », énonce-t-elle. Elle fait partie de la team chiens. Probablement, au grand dam de Gabriel, dont tout le raisonnement venait de tomber à l’eau. En parlant de chien, son regard cherche dans le jardin le canidé de la maison mais elle doit se rendre à l’évidence, qui est à l’intérieur, probablement couché dans son panier, près du fauteuil, dans le salon. Ses billes noisettes se reposent sur le visage du brésilien, quand elle se rend à l’évidence qu’elle ne peut pas le mettre à la porte. En effet, elle serait obligée de subir un interrogatoire interminable, jusqu’à ce qu’elle ne doive raconter la vérité… Ou plutôt une vérité maquillée – mais nul ne le saura dans le foyer –. « Quoi ? C’est très bien Briana », elle riposte, quand il commence à protester. « Bryce, il s’appelle Bryce, le frère de Briana ». Elle souffle, en levant les yeux en l’air, feignant d’être exaspérée. « Je ne suis pas certaine qu’ils soient prêts à entendre cette vérité, Gabriel, tu sais. Il faut savoir les ménager », qu’elle reprend dans son petit rictus. Clairement il faut savoir ménager son entourage, quitte à cacher certaines vérités. Cacher des vérités auprès des siens, elle commence à en connaître un rayon. Par exemple, elle a très bien maquillée la vérité quand il s’agissait d’expliquer pourquoi elle n’avait plus de nouvelles de Norman, depuis qu’il est à Paris – c’est tout simplement parce qu’il est trop pris par ses études et ses nouvelles rencontres. Elle sait que c’est faux mais personne ne le sait –. Elle fronce légèrement les sourcils, quand la nouvelle question de son ami retentit. Il la questionne sur la présence de ces polaroids, rangés minutieusement pour certains dans une boîte. « Non… je faisais du tri », elle souffle. Elle a fait du tri, comme elle l’a fait avec Norman, quelques mois auparavant. Elle l’a mis de côté, comme ces quelques polaroids où ils sont tous les deux dessus. « C’est que ça prend vite la poussière, ces choses-là ! », qu’elle commente dans un sourire. Concernant sa grand-mère, Anita, il semblerait qu’elle ait tapé dans l’oeil du brésilien, puisqu’il en est à espérer sa venue à leurs côtés, dans ce jardin. « Tu apprendras qu’ici, ce sont les hommes qui cuisinent », elle commente. « C’est d’ailleurs un critère pour appartenir à la Rodrigues house, c’est rédhibitoire ». Chani, elle a toujours vu son père derrière les fourneaux, à leur préparer des plats. Elle a vu quelques fois Anita, préparer un café ou une salade mais la cuisine est la pièce attitrée à son père.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Jeu 14 Mai - 0:01


La jeune Chani semble se faire un sang d’encre vis-à-vis de sa famille. T’as l’impression qu’elle ne leur a encore jamais présenté de garçon et que tu arrives un peu comme le messie. T’es plutôt beau garçon, poli, tu t’exprimes bien, a de la conversation et en plus tu parles portugais. Jackpot. A un détail près. T’es pas son petit-ami. Ce que tu n’as pas osé leur préciser, ne voulant pas nuire aux éventuels manigances de la brune. Sauf que visiblement, il ne s’agirait que d’un simple malentendu et d’interprétations fantasmagoriques. C’est plus rassurant que la vision d’elle esseulée dans quelques années et vivant avec une multitude de chats. Ou plutôt de chiens dixit la concernée. Le canin serait un animal plus fidèle. Il est vrai que le chien est le meilleur ami de l’homme. – Castre-le vite alors si tu ne veux pas qu’il prenne la fuite à la vue d’une autre chienne. – Et là c’est le drame. Tu te rends compte que ta phrase peut prêter à confusion et qu’elle peut limite t’insulter là sur le champ pensant que tu l’as traité de chienne. Du coup, tu te reprends avant même qu’elle ne puisse bouger ses lèvres. – Enfin.. t’as compris ce que je voulais dire. – Elle aura quand même l’intelligence de voir qu’il ne s’agit que d’une simple maladresse et que tu faisais allusion à la fidélité de manière générale. C’est-à-dire au fait qu’un chien mâle puisse fuguer facilement quand une chienne à ses chaleurs, comme un homme peut très bien aller voir ailleurs si sa femme est indisposée ou pour toute autre raison d’ailleurs.  – Bryce, j’aurai du m’en douter. Et leur père c’est Brendon et la mère Brenda ? – Quitte à aller dans le cliché des prénoms américains à l’ancienne et commençant par la lettre « B ». – Dans ce cas, je me sacrifierai et serait le parfait petit-ami. – Visiblement, ses parents sont cardiaques. Faut les ménager. Faudrait pas que mamie clamse en apprenant que tu trompes Chani avec Briana ou Bryce, whatever. Ce que vous pouvez en dire des conneries quand-même. Vous êtes presque crédibles et dignes d’un prochain soap opéra. – Mais il y aura une contrepartie. – Elle ne pensait quand même pas pouvoir s’en tirer comme ça ? Tu lui adresses un regard presque mesquin tandis qu’un fin sourire prend possession de ta frimousse. T’aimes ce genre de situation. Et ça t’anime encore plus de savoir que tu as les cartes en mains. T’as pas pour autant envie que ça la mette mal. C’est pas le but. Elle paraît presque suicidaire avec ses polaroids. – Ne les perds pas. Certains souvenirs sont précieux. – Tu lui adresses un sourire bienveillant ne sachant pas la signification réelle de ce tri. Tout ce que t’en sais, c’est qu’il ne faut pas non plus rayer le passé même si tout n’est pas forcément toujours tout rose. Sa grand-mère pourrait vous le confirmer. Visiblement, elle a toujours une histoire à raconter. Tu ne la connais que très peu mais elle te semble déjà attachante. T’adorerai qu’elle vienne vous embêter un peu surtout si elle vous apporte le goûter. – Mais je suis un cuisiner hors-pair. La prochaine fois, je leur apporte des Cocadas. C’est ma spécialité. – Tu pourrais aussi faire du Quidim mais moins pratique pour le transport. En tout cas, si c’est le seul pré-réquis pour appartenir à la maison des Rodrigues, tu peux d’ores-et-déjà préparer ta valise et débarquer.

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Ven 15 Mai - 18:21
Il faut très certainement avoir passé une certaine tranche d’âges et quelques étapes de la vie pour qu’elle parvienne à comprendre le système de pensée de ses parents. Il y a une donnée qui lui échappe, c’est qu’elle n’a pas en sa possession. Néanmoins, doit-elle se réjouir que personne ne soupçonne la léthargie sentimentale qui l’environne ? Comme personne ne soupçonne ses failles, qu’elle dissimule avec une justesse déconcertante derrière les sourires : quelqu’un a dit que les personnes les plus joyeuses étaient celles qui souffraient le plus, en leur for intérieur. Jamais Chani ne se plaindrait à quiconque. Certains nomment cela de la fierté. Elle ne saurait dire si c’est une vraie fierté ou non. Elle pose son regard sur le visage de Gabriel, qu’elle décrypte minutieusement. Elle entrouvre la bouche, quelque peu choquée par les propos qu’il vient de tenir. Il parle de chienne, possiblement avec cette ambiguité qu’il cherche à entretenir depuis qu’il a franchi le seuil de la maison Rodrigues. Elle lève un sourcil, alors qu’il lui demande implicitement si elle a compris. Elle reste sceptique. « Passons », souffle-t-elle, balayant d’un revers de la main cette conversation qui devient foireuse. La conversation dévie sur les raisons pour lesquelles elle ne pourrait pas mettre à la porte Gabriel et donc se justifier auprès de ses parents. « Brenda et Dylan, voyons ! Brendon est le frère jumeau de Brenda », elle souffle, comme une évidence, il ne connaît pas ses classiques ? Beverly Hills 90210, quand même ! A moins d’avoir vécu dans une grotte, pendant son enfance. Dans tous les cas, il faut savoir ménager son entourage de la réalité qui l’entoure : Gabriel n’est pas son petit-ami et ne le sera jamais, à cela, il faut ajouter l’annonce que Gabriel n’est pas hétérosexuel mais homosexuel. Cela fait trop d’informations à accepter pour son entourage, qui fantasme. « Quel dévouement, Gabriel ! », elle expire, dans un ton léger et peu sérieux. « Nous saurons t’en être reconnaissant, vraiment », elle continue sur ce même air. « une quoi ? Pardon ? », plait-il ? qu’elle reprend alors, en papillonnant des cils, quand il lui annonce qu’il y aurait une contre-partie. Quant à ces polaroids, elle envisageait seulement de faire du tri, rien de plus. Ca prend la poussière, matériellement. Psychiquement, c’est une autre histoire. Depuis qu’elle a ravivé ses entrailles qu’elle pensait refermée, elle est dans un état d’esprit flirtant entre la nostalgie et le dégoût. Elle sait qu’elle ne pourra pas tirer un trait définitif dessus, parce que, probablement que Gabriel a raison, les souvenirs sont précieux. « Oui », elle articule. Elle rassemble les polaroids et les dépose sur le dessus du couverte : elle les offrira à son destinataire. « Je ne te crois pas ! » qu’elle conteste quand il lui annonce qu’il fait cuisiner. Comme par hasard, quand elle annonce que ne pas savoir cuisiner était rédhibitoire pour intégrer le clan des Rodrigues. Chani, depuis son enfance, elle s’est érigée tout un idéal masculin : doux, gentil, attentif, calme, et surtout cuisinier et bricoleur – clairement deux domaines dans lesquelles elle foire littéralement, malgré toute la bonne volonté qu’elle peut y mettre –. « Si tu sais cuisiner, alors, dis-moi, pourquoi jusqu’à maintenant, tu ne m’as pas apporté un petit plat que tu aurais cuisiné ? ». C’est une bonne question, cela. Pourquoi, Gabriel ? Elle pose alors son regard faussement suspicieux vers son ami, le sondant un long moment.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Dim 17 Mai - 0:46


Ces histoires de chiens et de chats ne sont pas hyper passionnantes, faut l’avouer. Tu pars dans un délire franchissant les limites de l’entendable et du coup, vaut mieux changer de sujet rapidement. Pour ton bien et celui de Chani également. Des sujets de conversations de toute façon ce n’est pas ce qui vous manque. Vous en venez à inventer toute une famille abracadabrantesque digne d’une vieille série américaine. Tu n’as d’ailleurs peut-être pas les mêmes références qu’elle, étant arrivé dans le pays de l’oncle Sam tardivement. – Quelle imagination débordante ! – Elle casse quand même ton délire des prénoms en « B » avec Dylan. Elle aurait dû l’appeler Bob ou quelque chose du genre. Mais va falloir que vous vous en arrêtiez là car tu ne te souviens même plus le début de conversation. – Faudra quand même arrêter les télénovelas Chani. – Ou pas. Au Brésil ça cartonne toujours. T’en regardais pleins quand t’étais plus jeune. Aujourd’hui ça ne t’intéresse plus vraiment. Tu mattes quelques séries mais ça s’arrête là. Tu préfères autant créer tes propres fictions et propres dramas. C’est bien plus drôle. D’ailleurs, t’as déjà ton prochain scénario en tête. Tu vas continuer à jouer le jeu du petit-ami de Miss Rodrigues. Tu seras le copain parfait, répondant à toutes les exigences familiales. Mais pour ça, faudra bien qu’elle te récompense d’une manière ou d’une autre. Tu veux bien jouer le jeu mais pas pour ses beaux yeux. – T’as très bien entendu, une contrepartie. Je t’en parlerai en temps et en heure. – La conversation s’arrête là. Tu ne sais clairement pas encore ce que tu lui demanderas. T’auras bien besoin qu’elle te rende un service à un moment ou un autre. Surtout avec ton petit secret dont elle a connaissance. Tu ne voudrais clairement pas qu’il s’ébruite par ici. Chaque chose en son temps. D’abord, faut que tu passes les tests de cuisine. Elle ne te prends visiblement pas au sérieux. – Et bah ne me crois-pas alors. – Tu hausses les épaules tandis qu’un sourire narquois naît sur ton visage. Tu ne comptes pas argumenter davantage. Si elle ne veut pas te croire, tant pis pour elle. T’es pas un menteur professionnel non plus. Et encore moins du genre à te trimballer avec des gâteaux de partout. – Est-ce que tu le mérites au moins ? – Ton regard est taquin. T’essayes de masquer ton sourire tant bien que mal. Ta provocation envers Chani est enfantine. T’auras limite envie de lui tirer la langue histoire de la narguer. – J’ai une formation restauration / hôtellerie. – Tu précises par la suite un peu plus sérieusement. Et puis, t’aidais ta mère à cuisiner lorsque t’étais petit. Cela ne date donc pas d’hier. – Je t’invite à manger chez moi, la prochaine fois. A tes risques et périls. – Tu finis par conclure sur le sujet en espérant lui faire retrouver le sourire et en espérant ne pas l’avoir trop vexée face à tes précédentes taquineries. – D’autres exigences pour faire partie des Rodrigues ? – Tu te tiens prêt à tout. T’as pas envie de casser l’image du gendre parfait.


Dernière édition par Gabriel Almeida le Lun 18 Mai - 17:23, édité 1 fois

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Dim 17 Mai - 14:24
Selon Gabriel, elle aurait une imagination débordante. Chani reste, un court instant, silencieuse, observant son interlocuteur. « Attends… tu ne connais pas Beverly Hills 90210 ? », elle lui demande. La remarque de Gabriel met en lumière son manque de culture télévisuelle. « Avec Shannen Doherty et Luke Perry ? » Vraiment ? Il ne connaît pas. Elle reste silencieuse. Elle ne le juge pas, pour autant. Non, elle songe fortement à la manière de parfaire la culture générale de son ami. C’est important d’avoir un minimum de bagages culturels, au moins pour ne pas devenir la risée d’une conversation, par exemple. « Tu sais ce qu’il te restera à faire, ce soir : l’intégral de Beverly Hills 90210 », elle souffle, dans un ton léger. « Il y a dix saisons, tu devrais y arriver », qu’elle lui annonce alors, toujours avec cet air léger. Quand il parle de contrepartie, Chani ne comprend pas vraiment où il veut en venir. Il y aurait une contrepartie. Néanmoins, il ne semble pas décidé de le lui dire de sitôt. Elle le saura en temps et en heure, dit-il. « Pourquoi tant de mystère autour de cette contrepartie ? », elle le questionne. La conversation se poursuit entre les deux amis, évoquant furtivement les polaroids que la portugaise a sorti puis Anita, sa grand-mère dont Gabriel espère goûter quelques plats. Il y a un détail qu’il ignore : ici, c’est Ricardo, son père, qui cuisine. Elle l’a toujours vu investir ce poumon de la maison : la cuisine. La place de Ricardo n’a jamais été d’être simplement assis dans le fauteuil et commander à l’oeil le logis. Il a toujours été en cuisine, à préparer chaque repas de la famille. Elle apprend alors au détour de cette conversation que Gabriel saurait cuisiner. « Je ne te crois pas  », elle répète, en hochant la tête, comme pour donner un certain poids à son opinion. Pourquoi depuis le temps – c’est-à-dire trois mois – il ne lui a jamais fait état de son talent (ou don?) culinaire. Elle pose son regard sur son visage, et détaille les traits qui se dessinent afin de le sonder. Elle peut deviner aisément quand quelqu’un bluffe ou non. « Moi ? », elle articule, en posant sa main sur sa poitrine, de manière presque solennelle. « Évidemment, je le mérite » pourquoi ne serait-ce pas le cas ? Franchement ! A vrai dire, elle se moque bien de n’avoir jamais eu de repas cuisiné par Gabriel. Elle n’a jamais été de ceux qui reçoivent des autres mais de ceux qui donnent, sans recevoir et sans attendre quelque chose en retour. Néanmoins, c’est l’occasion de découvrir des facettes du jeune homme qu’elle ignorait encore jusqu’à aujourd’hui. « Pourquoi ne pas être resté dans le domaine de la restauration ? » C’est une vraie question. Il lui semble qu’il est manager, une activité qui n’a rien à voir avec celles derrière les fourneaux. A moins qu’elle n’ait qu’une vision erronée de son métier. Elle fronce légèrement les sourcils, quand il lui dit que ce sera à ses risques et périls, s’il l’invite à dîner un savoir. « Hum, je croyais que tu avais une formation en restauration ? », elle articule, levant doucement un sourcil. Elle considère un instant la nouvelle question de Gabriel. « Plus sérieusement, pourquoi tu es venu ? », elle lui demande alors. Ses billes noisettes croisent son regard. Clairement il n’est pas ici pour tenter dans le fantasme de ses proches. « D’ailleurs, j’oubliais, tu veux boire quelque chose ? », elle lui demande enfin. Elle prends note de sa réponse et se lève, le laissant dans le jardin, pour regagner la cuisine où elle prépare de verres qu’elle remplit. Son attention lorgne un moment sur la bonbonnière. Elle l’ouvre et plonge avec gourmandise sa main pour prendre une grande poignée de sucreries. Elle dépose sa récolte au milieu du plateau, où les verres sont déjà disposés. Elle rejoint finalement, avec ledit plateau, Gabriel.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell


Dernière édition par Chani Rodrigues le Jeu 21 Mai - 8:51, édité 1 fois

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Lun 18 Mai - 17:52

Difficile de savoir d’où tiens l’imagination de Chani. Apparemment d’une série culte américaine nommée Beverly Hills 90210. Ça te dit vaguement quelque chose. Ça ne serait pas la série qui a dévoilé Pamela Anderson par hasard ? A moins que tu ne confondes avec une autre. Elle te cite deux acteurs américains que tu ne connais aucunement. Face à son insistance, tu te demandes du coup si tu lui as déjà dis que t’étais Brésilien à la base. – J’en ai entendu parler mais jamais regardé. – Apparemment, il faut que tu remédies à ça et que tu te mettes toutes les saisons intégralement de la série. A savoir dix. Tu clignes des yeux deux fois, sourire béat, avant de te mettre à rire et de répondre négativement face à sa requête. – Oulà non merci. – Si ça se trouve ça te plairait mais t’as pas envie de passer toutes tes soirées à regarder des séries. Tu préfères autant faire d’autres choses pour te divertir et si possible sortir. T’es jeune encore. Autant en profiter plutôt que de rester enfermé chez toi. – Il n’y aucun mystère. J’ai juste pas encore décidé de quelle contrepartie ça sera. – Autant être honnête. Tu lui diras quel service elle devra te rendre lorsque tu en auras besoin. Après tout, c’est ça aussi l’amitié. Vous êtes là pour vous rendre des services mutuellement et vous soutenir. T’as beau plaisanter de la chose, mais il y a un fond de vérité là-dedans. Tout comme le fait que tu saches cuisiner. A en croire la brune, c’est quelque chose d’improbable. C’est comme si tu lui avais caché l’info du siècle. Tu ne savais pas qu’elle accordait autant d’importance à la bouffe ou du moins au fait que ses proches sachent cuisiner. Elle clame ne pas te croire, ce qui t’amuse. Elle pense que tu bluffes à tord. Pas sûr qu’elle mérite du coup que tu lui fasses à manger un jour.. A moins que ça ne soit qu’un stratagème pour l’embêter une fois de plus. Pour parler plus sérieusement, tu l’informes avoir effectué une formation dans l’hôtellerie et la restauration. – C’était une formation globale. J’ai préféré tout ce qui touche aux hôtels et à l’hébergement. – C’est un peu comme une école de commerce enfin de compte. Il y en a qui finissent manager et d’autres expert-comptable. C’est le principe d’avoir plusieurs domaines d’apprentissages. Se diriger ensuite vers une spécialisation. Pour toi, c’était l’hébergement. T’as commencé veilleur de nuit, puis standardiste, maître de chambre avant de finir responsable de l’hébergement et de la communication. – Je ne suis pas non plus un grand chef. Je me débrouille juste en cuisine. – Tu ne tiens pas à ce qu’elle se fasse non plus de grandes illusions sur tes talents culinaires. Tu ne pourrai pas travailler en tant que chef dans un restaurant. Il s’agit juste d’un passe-temps comme un autre. Tu lui précises l’inviter à venir manger chez toi une prochaine fois avant de lui demander si les Rodrigues ont d’autres prérequis en dehors de la cuisine. Mais voilà qu’elle en revient à sa question initiale. Qu’est-ce que tu es venu faire là ? Ses prunelles sont accrochées aux tiennes. – Je voulais juste te voir et parler à nouveau avec toi. Nos longues discussions à la clinique me manquaient. – Tu réponds cette fois-ci sérieusement. T’es attaché à la jeune femme et tu lui es encore reconnaissant d’avoir été là pour toi il y a quelques mois déjà alors que vous ne vous connaissiez même pas. – Je veux bien oui. Si tu as du jus de citron. Sinon de l’eau. – Voilà que la demoiselle se décide à faire le service. C’est vrai qu’il fait un peu chaud et que boire un coup ne serait pas de refus. Du coup, tu l’attends sagement et lorsqu’elle revient avec un plateau rempli de bonbons tes yeux s’illuminent. – Merci. Tu gères ! – Tu t’empares ni une ni deux des dragibus que tu mâchouilles tel un gamin. Tu brises ensuite le silence, te souvenant d’une histoire pas vraiment cool. – Je devrai pas manger ces cochonneries. Ils ont exploités des gamins pour extraitre de la cire de palmiers au Brésil. – De l’esclavage, ni plus ni moins. Tu te sens presque coupable de savourer ces bonbons. T’es clairement pas en accord avec ce qui a pu se passer récemment.

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Jeu 21 Mai - 10:49
Luke Perry, Shannen Doherty, Beverly Hills : 90210 : il n’en a jamais entendu parler ? Il n’a jamais vu des extraits filmiques ou des posters des héros de la série – ceux que l’on achetait lorsqu’ils étaient plus jeunes, ceux qui se cachaient au centre des magasines qui pullulaient dans les années 90 –. Charmed, il ne connaîtra pas non plus ? Buffy contre les vampires, non plus ? Où a-t-il vécu pour ne pas connaître ces séries ? Elles n’ont pas connu seulement un succès au cœur des différents états du continent nord américain. Elle pose son regard, un peu surprise, en direction de son ami. Ce dernier ne semblait pas emballé par l’idée de visionner les saisons de Beverly Hills : 90210. Elle hausse doucement les épaules quand il lui fait comprendre que oulah, non, il ne visionnera pas la série. Elle ne s’en formalise pas. Quant au contrepartie dont il évoque depuis quelques instants, celui-là n’existerait pas. C’est bien ce qu’elle croit comprendre quand il lui dit qu’il n’a pas encore décidé de la nature de cette contrepartie. « Donc il n’y en a pas », qu’elle conclut, en hochant la tête. « Je n’ai pas encore décidé de la contrepartie » est le nouveau « il n’y en a pas ». Elle lui adresse un large sourire, alors que la conversation s’enchaîne. Ils en viennent à évoquer la formation que Gabriel Almeida aurait suivi, plus tôt, une formation en cuisine – apparemment – puisqu’il se juge être bon cuisinier. Tiens, cela, elle demande de le voir avant de le croire parce que jusqu’à présent il ne lui a rien montré de ce talent culinaire. Concrètement ce n’est pas une formation de cuisine qu’il a suivi mais une formation en hôtellerie et restauration. Chani, il lui semble qu’il ne travaille pas en cuisine – derrière les fourneaux, à gérer une brigade par exemple – mais dans un hôtel. Elle serait curieuse de comprendre pourquoi il n’est pas resté dans le domaine de la restauration. Pourquoi ? C’est une bonne question, après tout. La portugaise n’est pas convaincue de sa réponse – tout simplement parce qu’il ne lui répond pas et qu’il détourne sa question. Elle ne pense pas poser une question autour d’un sujet tabou, pourtant. Elle ne comprend pas. Elle fronce très légèrement les sourcils. « Mais, alors, qu’est-ce qu’il te plaît dans l’hôtellerie et l’hébergement ? », elle lui demande alors. Elle n’estime pas que sa question soit trop intime, trop dérangeante. C’est une façon d’en apprendre plus sur cette appétence, sur ce domaine dans lequel il évolue professionnellement. Elle ne pense pas s’immiscer dans un sujet interdit. Quant à la restauration, il semblerait qu’il ne soit pas si doué qu’il le prétendait quelques instants plus tôt : puisqu’un repas préparé par Gabriel serait à ses risques et périls. Elle fronce les sourcils, un peu suspecte. « Déception ! », s’exclame-t-elle, quand il lui annonce ne pas être un grand chef. Il s’est tout de même un peu trop vendu jusqu’à maintenant concernant ses talents culinaires. Elle pose sa main sur sa poitrine, dramatisant faussement cette scène. Quelle déception quand même ! Elle s’attendait qu’il serait capable de mettre les petits plats dans les grands, derrière les fourneaux. Concernant les raisons de sa venue, elle sait très bien qu’il n’est pas venue voir sa copine, comme il a pu le prétendre auparavant. Elle lui lance un long regard, alors qu’il lui répond. Il doit vouloir juste la voir et parler avec elle, à nouveau. Il évoque alors, par la même occasion, leurs longues discussions à la clinique qui lui manquent. Elle étire doucement les lèvres. Elle se souvient encore de la première fois où elle avait franchi la porte de la chambre de la clinique, qui avait été attribuée à Gabriel. Il faisait partie de ces patients, à qui elle rendait visite. Elle souffle un « Je vois », à peine audible. « Ce n’est pas coutumier, pour moi. Je ne revois pas les personnes à qui je rends visite, d’habitude », elle partage avec lui. Elle n’a jamais cherché à revoir les patients de la clinique, en dehors de cet endroit. Tout simplement parce que cela ne fait pas partie de cette mission qu’elle s’est donnée. Pourtant quand Gabriel a cherché à la retrouver et a voulu garder contact avec elle, elle n’a pas su lui dire non. Elle ne regrette pas d’avoir accepté de ne pas rompre le lien avec lui. Elle l’espère tout du moins, ou alors ce sera lui qui la fera regretter. « Je suis contente de te voir ici », elle expire, dans un sourire. Elle lui demande alors s’il veut boire quelque chose. Elle hoche la tête et s’en va lui rapporter sa requête. Elle lui apporte de l’eau, avec un peu de jus de citron, dans lequel elle a mis quelques glaçons. Elle a aussi apporté quelques sucreries. Elle lui adresse un sourire, quand il la remercie. Elle reprend place autour de la table. « Woh, doucement, Miss Brasilia », elle pouffe, légèrement, quand il fait une remarque sur ce qu’elle a apporté. En soi, elle espérait seulement faire plaisir. Et ne pas avoir à se manger une remarque de bobo sur un sujet politique. La paix dans le monde, et compagnie, c’est typiquement ce que l’on peut entendre dans les bouches des différentes Miss dans le monde. « Si tu n’en veux pas, j’en aurais plus pour moi. Ce n’est pas grave, cela ». Vraiment pas grave. « Tu devrais faire attention à ta ligne, en plus », elle note, un air léger et taquin.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Ven 22 Mai - 14:18


Quand tu le veux tu sais être tenace et t’aime aussi avoir le dernier mot. N’en déplaise à Chani qui semble d’humeur taquine également. – Pour le moment. – Si elle pense que tu vas oublier qu’elle te doit une faveur, elle se met le doigt dans l’œil. T’as une bonne mémoire pour ce genre de choses. Tu le lui rappelleras quand t’auras besoin de ses services. Ça pourrait presque s’apparenter à une forme de chantage quand t’y penses mais toi tu ne le vois pas de la sorte. T’imagines plutôt que c’est du donnant-donnant. Tu lui rends service en te faisant passer pour le petit-copain parfait aux yeux de sa famille et elle te rendra service en temps voulu. Rien de bien sorcier. Pourquoi t’as préféré l’hôtellerie plutôt que la restauration ? Bonne question. Elle est bien curieuse la demoiselle. Mais il n’y a pas de tabou non plus. C’est une bonne manière de vous découvrir un peu plus l’un et l’autre. – J’en sais trop rien. Le sens du service je dirai. – Tu réponds de manière plutôt détachée tout en te recoiffant. C’est un choix que t’as fais il y a déjà plusieurs années de ça. Il t’a paru plutôt évident. Tu ne t’imaginais pas derrière les fourneaux à longueur de journée et avoir des horaires épuisants. C’est deux domaines bien différents au final. Mais t’as comme l’impression que ta pote aurait préférée que tu sois chef étoilé. Tu te sens presque désolé de la décevoir. – Trahison, disgrâce ? – Tu déclares avec sourire. Est-ce qu’elle aura ta référence ? T’es fan du roi lion et un peu trop de Tik Tok en ce moment. T’arrêtes pas d’avoir cette musique en tête à longueur de journées. Ça en devient presque pénible. Vite, changeons de sujet ! La raison de ta présence ici ? Il te semblait avoir déjà répondu mais visiblement ta pote n’arrive pas à s’imaginer qu’on puisse venir la voir sans arrière pensée derrière. Pourtant, ce n’est qu’une simple visite de courtoisie. T’avais juste envie de la revoir et de lui parler, sans prendre rendez-vous pour autant. T’es dû genre à débarquer à l’improviste chez les gens. Pas de tabou avec toi. Tu te ficherai même de débarquer chez elle alors qu’elle est en pyjama. – Mais je ne suis pas n’importe qui ! – Tu affirmes avec fierté avant de lui adresser un clin d’œil. T’espère qu’elle ne te voit plus à présent comme un patient mais plutôt comme un ami car c’est comme ça que toi tu la considères. Vous avez noué une vraie relation amicale depuis la clinique. Pour toi c’était sincère. – Et puis, les personnes à qui tu rends visite d’habitude, ils ont peut-être pas non plus mon âge ? – Un rire presque malsain s’échappe de tes lèvres. Tu sous-entends qu’elle n’a pas souvent affaire à des jeunes. Généralement c’est plutôt les personnes âgées qui n’ont plus de proche pour venir leur rendre visite. Pour toi, c’était plus compliqué. Ta mère et ta sœur sont au Brésil et ton père était bien trop occupé pour venir te voir. Pas comme si c’était la première fois que tu finis à l’hosto de toute façon. – Je suis content d’être ici aussi. C’est sympa chez toi. – T’as presque envie de lui faire un câlin lorsqu’elle déclare être heureuse que tu sois venu la voir. Mais t’as appris à être moins tactile aux États-Unis. Les hugs en général c’est plutôt pour se dire bonjour. Tandis qu’au Brésil, tu les utilises à toutes les sauces. En parlant de ça, v’là qu’elle te surnomme Miss Brasilia lorsque tu racontes la sordide histoire de l’exploitation d’Haribo. Cela ne manque pas de t’amuser. Tu vois tout de suite où elle veut en venir. – T’es ouf ! J’vais en prendre quand même. Faudrait pas qu’ils aient bosser pour rien ces gamins. – Humour noir quand tu nous tiens. Et hop, des dragibus dans ta mâchoire. Tu repenses à ce qu’elle vient de dire concernant ta ligne. Tu ne sais pas vraiment si elle plaisantait ou non mais au cas où, tu te lèves face à elle tant en t’empiffrant de bonbons. – Sérieux, tu trouves que j’ai grossi ? – Tu fais quand-même gaffe à ta ligne. Beaucoup de boulot pour en arriver à ce corps.

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Sam 23 Mai - 11:04
Elle sourcille légèrement lorsqu’il a le toupet de lui tenir tête. « C’est maintenant ou jamais », pour sa fameuse contrepartie dont il veut lui faire part. Alors autant qu’il crache le morceau maintenant, dans ce jardin. S’il décide de ne pas  lui faire de la nature de sa compensation, alors, elle estimera qu’il n’y en a pas et passera à autre chose. Elle d’ailleurs bien rapidement passé à autre chose. Quand elle le questionne sur son milieu professionnel, elle a l’impression d’avoir mis le doigt sur quelque chose qui dérange, tant ses réponses sont brèves, évasives et, en plus de cela, hors sujets. A l’école, une telle réponse aurait eu le mérite d’être entourée d’un cercle rouge, d’un deuxième cercle rouge, comme pour insister sur la réponse foireuse écrite et foireuse, et d’une écriture en majuscule, « HORS SUJET », ponctuée de points d’exclamation. Plus il y avait de points d’exclamation, plus la réponse n’avait aucun lien avec la question initialement posée. « En restauration aussi, il y a le service, non ? ». Enfin elle n’est pas certaine qu’il saura lui répondre puisque même lui ne sait pas – ou n’en sait trop rien – expliquer son choix. Souvent quand on ne parvient pas à expliquer, c’est parce que ce choix nous a été imposé. Le choix imposé est possiblement le plus douloureux, celui du contre-coeur, celui qu’on renie et maudit comme lorsque le professeur de physique-chimie te demandait de te mettre en binôme avec le looser de la classe, alors que tu crevais d’envie de te retrouver avec ta meilleure amie. Force est de constater qu’il n’a rien appris de la restauration. Du moins, pas de la restauration telle que Chani l’imagine. Parce que si ses compétences en cuisine sont de faire cuire un steak, cuire des pâtes, faire une salade, il n’y a clairement rien d’impressionnant avec cela. Déjà parce qu’elle est certaine qu’avec de la bonne volonté, elle pourrait parvenir aux mêmes compétences – mais elle n’a jamais eu la volonté nécessaire pour cela, préférant largement l’idée de déguster les plats plutôt que de les élaborer. Elle réprime un éclat de rire, en éclatant de rire. « Donc tu ne connais pas les séries télévisées », qu’elle pourrait jugées de mondialement connues, « mais tu connais les Disney ». Il n’est pas si inculte que cela. « Je dois être rassurée : tu n’as pas grandi dans une grotte », élevé par des bêtes sauvages, tel un Mowgli contemporain. Elle lui adresse une moue amusée, alors qu’elle s’intéresse à la raison de sa venue. Il ne peut pas être venu pour rien, car le « rien » n’existe pas. Il voulait juste la voir. Chani ne manque pas de lui faire remarquer que ce n’est pas dans ses habitudes de revoir les patients à qui elle rend visite, et surtout, de garder contact avec eux. Elle ne va jamais au-delà de ses missions primaires, les balisant de limite. Elle lève doucement les yeux en l’air, quand il prend cet air fier, qui le rend bien trop prétentieux, pour lui affirmer qu’il n’est pas n’importe qui. « Parce que tu penses que c’est une question d’âge ? » Elle trouve son affirmation trop superficielle, et elle se dégoûte si c’est ce qu’il pense d’elle. Elle a arrêté de s’arrêter à la couverture d’un livre pour le juger et elle a appris que même quand on connaît déjà quelques chapitres, le chapitre suivant peut décevoir, peut vous broyer, peut vous faire tirer un trait sur un personnage dont vous étiez attaché. Elle pose son regard sur son visage, pour détailler un court instant sa réaction. Chani profite ensuite de lui proposer une boisson. « oui », elle énonce, quand il lui demande s’il a grossi. « A ta place, je me mettrai tout de suite au sport, parce que le double menton, je ne suis pas sûre que ça fasse bonne impression à ton travail », elle reprend, dans un sourire faussement sérieux.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Mer 27 Mai - 15:33


Visiblement les rêves de Chani sont brisés. Tu n’es pas un chef étoilé. T’as préféré faire carrière dans l’hôtellerie plutôt que dans la restauration. Et elle ne semble pas tellement comprendre ton choix. C’est qu’elle est coriace quand elle s’y met. – Ouais mais c’est pas pareil. Et puis, j’ai estimé qu’il y avait aussi plus de possibilités d’évolution. – Il y en a aussi dans la restauration mais c’est bien plus compliqué. Il faut être très doué. De toute manière, c’est deux choses complètement différentes. Tu ne vois même pas pourquoi vous les comparaient encore. Du coup, tu décides d’emprunter un ton plus léger en te mettant à fredonner une chanson de Disney, ce qui ne manque pas de faire rire ta camarade. Il est clair que tu connais mieux les dessins animés que les vieilles séries américaines. – Non, j’ai grandi au fin fond de l’Amazonie. – Tu réponds sur un air tout à fait sérieux, avant de te mettre à rire car vu sa réaction, elle ne s’attendait probablement pas à une telle réponse. – Je plaisante ça va, mais je regardais plutôt des télénovelas brésiliennes quand j’étais plus jeune. J’suis arrivé aux States quand j’avais treize ans. Les séries à la mode à l’époque c’était plutôt One Tree Hill et Ugly Betty. – Et non pas des vieux trucs des années 90. Faut être indulgent du coup. T’as pas forcément ses classiques. Mais c’est pas bien grave. T’es content d’être là en tout cas et tu ne manques pas de le lui faire savoir même si elle pensait probablement qu’il y avait une autre raison expliquant ta venue. Non. T’as juste envie de faire perdurer cette amitié que t’as pu tisser avec elle quand t’étais à la clinique. En principe, elle ne garde pas contact avec ses patients mais toi t’es l’exception qui confirme la règle et t’en es pas peu fier. Comment ça s’explique ? Peut-être par ton âge ? T’en sais trop rien. – J’sais pas. A toi de me dire pourquoi t’as bien voulu qu’on garde contact. – Tu la regardes droit dans les yeux. Tu serais curieux de savoir pourquoi toi et pas un autre. Tu sais que tu n’as rien d’ordinaire mais pour autant, elle n’était pas obligé d’accepter de te revoir. T’es bien content qu’elle l’ait fait et t’apprécies aussi qu’elle prenne soin de toi, notamment en te nourrissant même si tu trouves le moyen de critiquer la marque des bonbons qui se trouve devant toi. Faut dire que quand ça touche à ton pays d’origine, ça te laisse pas insensible. – T’es vache ! – Tu déclares ensuite lorsqu’elle ose s’attaquer à ton corps que t’entretiens avec hardeur. Il n’y a pas de double menton qui tienne. Balivernes ! Tu rigoles un bon coup avant de remarquer la présence d’un individu derrière une fenêtre. – J’crois qu’il y a ton père qui nous observe. Tu veux que j’sois plus tactile ? – Tu demandes en passant ton bras autour d’elle sans obtenir son accord. Tu peux jouer le jeu sans souci. Mais t’iras quand même pas jusqu’à lui rouler une pelle, faut pas rêver. – En vrai, les amours, c’est comment  ? – Il est grand temps de s’intéresser à elle un peu plus en détail. Non car tu ne ne comptes pas jouer les fake boyfriend toute ta vie. A un moment faudra bien qu’elle présente un vrai petit-ami à sa famille.

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Dim 31 Mai - 10:15
Il cite comme préférence : le service. Dans l’esprit ignorant de Chani, en restauration, le service est présent, érigé à travers la figure des serveurs. Selon lui, ce n’est pas pareil. Elle aimerait bien qu’il lui explique, qu’il la plonge dans cet univers qui semble être radicalement à ces images mentales qui se greffent dans son conscient mais elle doit faire face à un interlocuteur qui botte en touche. Ca la frustre et l’agace malgré elle. «  Pourtant, tu aurais été très beau en chemise et veston, avec un plateau », elle énonce, dans un large sourire. Elle le visualise parfaitement dans un tel habillement, le plantant dans ce décor fictif qui habille ses pensées. Il y serait parfait, il y serait dans son élément, elle est certaine. Mais il semblerait qu’il n’y ait pas d’évolution dans la restauration : Gabriel est un carriériste donc. Elle ne l’aurait pas deviné, au détour de ces conversations qui se tenaient dans la chambre de la clinique de Windmont Bay. Possiblement parce qu’il n’était pas en état de tenir une telle conversation. Il arque un sourcil en écoutant le fin mot de l’histoire, dont elle attend l’excipit. Il aurait grandi au fin fond de l’Amazonie. Elle pourrait y croire mais le mode de vie de Gabriel Almeida ne coïncide pas avec le fonctionnement des peuples d’autochtones qui vivent dans la forêt Amazonienne – de ce qu’elle a pu voir à travers quelques documentaires qui sont diffusés à la télévision –. Il concède que ce n’est qu’une plaisanterie. « Je vois », elle souffle finalement quand il lui explique être plutôt un consommateur des télénovelas plus tôt que des séries américaines. Il mentionne ensuite alors quelques séries qu’il regarde à l’époque où il est arrivé sur le territoire américain : One Tree Hill, ou Ugly Betty. La conversation se poursuit et Gabriel lui étale la raison de sa visite : celle d’avoir eu envie de lui rendre visite à son domicile – elle n’avait d’ailleurs pas souvenirs de lui avoir donné son adresse personnelle. Selon lui, ce serait parce qu’il serait jeune – et un peu plus, il ajouterait que c’est aussi parce qu’il est beau –. Ce n’est clairement pas pour des raisons aussi superficielles que celles avancées, à cet instant, par le jeune homme qui a fait qu’elle a accepté la requête de G. «  Hum », elle réfléchit, cherchant dans les tréfonds de son âme même si la réponse est évidente pour elle. «  Je n’avais pas envie de te laisser et voulais m’assurer que tu réussisses à t’installer ici après les étapes par lesquelles tu es passé », elle souffle. «  Mais force est de constater que tu t’en es très bien sorti », elle reprend dans un large sourire sincère. Alors, peut-être qu’à présent, Chani devrait se retirer de la vie de Gabriel. Elle n’a plus rien à y faire maintenant. Elle n’a plus à l’accompagner, à l’aider dans les différentes étapes par lesquelles il a pu passer en entrant dans cette clinique. Peut-être que Gabriel va se résoudre à tirer un trait définitif sur elle à la fin de leur conversation finalement. Il aura peut-être raison de le faire, n’est-ce pas ? Elle le taquine ensuite sur son poids – ça lui apprendra à lui faire un reproche sur les quelques sucreries artisanales à la rose, qu’elle a volées dans la bonbonnière de la cuisine. «  Du tout ! ». Elle fronce les sourcils quand il mentionne son père qui les observe, ne voyant pas où il veut en venir. Il passe alors son bras autour d’elle, sans même attendre une réponse de sa part. Elle pose doucement sa main sur ce bras étranger qui la touche, le repoussant doucement. «  Non, s’il te plait », qu’elle articule. Elle se déride quelque peu en écoutant la suite de la conversation lancée par le brun. «  Arrête ! On a l’impression d’entendre le tonton gênant pendant les repas de familles, qui croit être encore jeune dans sa tête et être en phase avec ses nièces et neveux », elle pouffe. Elle n’évite même pas la question car il n’y a rien à dire.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Mar 2 Juin - 13:35

Difficile à expliquer mais Chani semble faire une fixette sur ton métier. Visiblement, t’aurais mieux fait de choisir la restauration plutôt que l’hôtellerie si tu l’écoutes. Tu ne comprends pas vraiment pourquoi. Ne serais-ce qu’une question de tenue qui t’irait mieux au teint ? – Tu dis ça mais tu ne m’as pas vu en costard à l’hôtel. – Certes, tu n’es pas tous les jours en costard, parfois tu te contentes d’un petit polo mais t’es généralement assez classe. Et sûrement même plus que si t’avais bossé en tant que serveur dans un restaurant. Tu ne regrettes en tout cas pas ton métier et les choix que t’as pu faire, quoi qu’on en dise. T’as que 25 ans mais tu t’imagines une belle carrière. Ton père gagnait bien sa vie alors c’est motivant. Pourquoi pas être directeur d’hôtel d’ici quelques années voire même détenir un complexe hôtelier. Il faut être ambitieux. La jeune femme ne connaît sûrement pas encore toutes les facettes de ta personnalité. Il faut dire que tu n’étais pas au top de ta forme quand tu l’as rencontré. Mais tu en gardes néanmoins de bons souvenirs car ce passage à la clinique de Windmont Bay t’aura au moins permis de rencontrer Chani. T’es heureux de continuer à la voir même si ce n’est pas dans ses habitudes. Et tu serais curieux de savoir pourquoi elle a bien voulu que vous gardiez contact. Visiblement, elle souhaitait s’assurer que ton intégration dans la ville se passe bien. T’es presque déçu de cette réponse même si elle est dotée de bienveillance à ton égard. – J’ai pas à me plaindre. – Tu confirmes simplement sans non plus te la péter car c’est pas le but. Tout se passe bien jusqu’à présent et tant mieux. T’espère que cela ne signifie pas pour autant qu’elle va passer à autre chose et t’oublier. Tu veux continuer à la voir. – Je suis content que tu aies été là quand j’en avais besoin et tout ce que je peux t’offrir hormis ma reconnaissance c’est mon amitié. – Ton regard braqué vers elle, tu souris maigrement avec une folle envie de l’enlacer pour lui montrer toute ton affection. Mais tu ne fais rien car ce n’est pas forcément dans les mœurs ici. Tu préférerais que cela vienne d’elle. Quelques minutes plus tard, voilà que tu passes ton bras autour d’elle lorsque t’aperçois son père vous observer à travers la fenêtre. Tu reprends aussitôt ton rôle de petit-ami ne sachant pas vraiment si la jeune femme compte dire ou non la vérité à ton sujet. Elle fait ce qu’elle veut. En tout cas, tu veux bien jouer le jeu. Mais là, pour le moment, elle te repousse, visiblement pas à l’aise avec ça. Très bien. Tu plaisantais. Tu retires du coup ton bras et t’empare d’un nouveau bonbon comme si de rien n’était. Puis, tu lui demandes de manière anodine comment se passe ses amours, ce qui ne manque pas de la faire rire et de la détendre. – Tonton Gab’ ! J’ai pas encore de neveu et nièce. Ma sœur n’est pas décidée à faire de gosses. – Tu déclares, hors-sujet avant de revenir au sujet de conversation principal qu’elle a réussit à éviter. Elle est maligne. Ou alors, il n’y a pas grand-chose à raconter. – Mais promis, j’arrête de te poser des questions indiscrètes. – Tu lui tires la langue ensuite gentiment comme pour la taquiner. On dirait deux gosses qui se racontent leurs amours. Tu ne comptes pas la forcer à parler si elle n’en a pas envie après tout. Mais elle peut se livrer à toi si besoin. Ton côté commère sera comblé.

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Mer 3 Juin - 18:27
Définitivement l’image d’un Gabriel Almeida vêtu d’un chemisier blanc, d’un veston et d’un pantalon noir mettant en valeur son postérieur, et portant un plateau pour lui apporter un met est fort appréciable mais force est de constater qu’elle devra enterrer cette image dans le cimetière des fantasmes irréalisables. Le jeune homme évoque alors l’endroit où il travaille et le fait qu’elle ne l’a jamais vu dans son costume. « Ah ça ! Moi, j’attends une invitation en bonne et due forme », elle ne tarde pas de répliquer, dans un petit sourire. Car, clairement, ce n’est pas tous les jours qu’elle fréquenterait l’endroit où Gabriel travaille. Si on l’y invite, elle s’y rendra et, par la même occasion, pourra profiter de la vision d’un Gabriel en costume – une vision peu dérangeante, sûrement fort appréciable, non ? –. Il faut dire qu’elle ne l’a jamais vu dans son élément naturel, bien plus souvent dans cette chambre, alité, dans cette chemise de malade qui lui donnait un teint pâle. C’est là qu’elle l’a rencontré et qu’elle l’a accompagné à sa façon, pendant son séjour dans la clinique de Windmont Bay. Quelque part, si elle a accepté de rester en contact avec lui, à l’extérieur, à l’extérieur de sa chambre de malade, à l’extérieur de la clinique, c’est pour veiller sur lui indirectement, pour s’assurer que son intégration se passait au mieux. Elle se rend à l’évidence que tout se passe bien pour lui, tout se passe très bien, peut-être même trop bien – pour avoir l’impression qu’une couille se cache quelque part –. A la différence des patients à qui elle rend visite, qui ont un point d’attache à Windmont Bay depuis plusieurs années, ce n’est pas le cas pour Gabriel, qui avait dû faire sa place. Elle esquisse un sourire quand il lui dit alors être content qu’elle ait été là, pour lui, quand il en avait besoin. « Je... », elle souffle, car la suite de sa réplique est quelque peu inattendue pour elle. « Je suis touchée », qu’elle reprend, dans un sourire. « Merci », elle articule alors. Elle vient alors déposer un rapide baiser sur sa joue mal rasée. Par la suite, elle retire ce bras qui l’entoure, mettant fin à ce geste qu’il lui adresse. Chani n’est pas à l’aise avec ce genre de démonstration, d’autant plus quand cela vient d’un spécimen XY. Elle n’est pas sereine avec cela, malgré elle. C’est l’occasion pour Gabriel de la questionner sur sa vie sentimentale… Elle a plutôt l’impression d’entendre l’oncle gênant des repas de famille, qui se croit encore à la page avec ses neveux et nièces. « Tu as une sœur ? » elle lui demande alors. « Vous vous parlez souvent ? ». Avec la distance, elle imagine que cela ne doit pas être évident de trouver un créneau qui convienne aux deux parties. Ce n’est même pas une façon de détourner l’attention d’elle, car il n’y a rien à dire sur le sujet. « C’est vrai que tu es bien curieux... », elle constate, dans un petit sourire. « Je vais finir par croire que tu es intéressé », elle le taquine. Elle sait que ce n’est pas vrai ; à moins qu’il n’ait été missionné par quelqu’un.
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Ven 5 Juin - 21:21

L’élégance, c’est un terme qui pourrait te coller professionnellement. Lorsque l’on te voit en costard, tu donnes une bonne image d’un homme chic et à l’écoute. De quoi en faire fantasmer plus d’un ou plus d’une. Chani n’a toutefois pas eu la chance de te voir sur ton 31. Elle est plus habitué à ton look casual ou bien à la tenue que tu devais porter à l’hôpital. – Mais sens-toi libre de venir quand tu veux. – Elle peut prendre ça comme une invitation. Tout le monde est le bienvenue à l’hôtel Le Majestic. Pas besoin de prendre rendez-vous. Tu serais ravi de la recevoir en bonne et due forme sur ton lieu de travail. Mais peut-être qu’il vaudrait mieux qu’elle attende un peu qu’un événement se présente. Sait-on jamais. En attendant, tu ne peux que la remercier d’avoir été là quand t’en avais le plus besoin. Certes aujourd’hui tout se passe très bien pour toi mais cette amitié que t’as nouée avec elle à la clinique tu tiens à la conserver. Elle est ton premier repère ici à Windmont Bay mine de rien. Tes remerciements ne semblent d’ailleurs pas la laisser indifférente. Elle semble touchée par tes mots. Ta sincérité est et restera ce qui te rend le plus attachant mais t’as dû mal à le comprendre. Ou alors tu cherches à te protéger et ne pas montrer tes sentiments. Ce pas vers elle te donne quoi qu’il en soit droit à un bisous sur la joue. C’est mignon. Tu tentes un autre contact avec elle qui la mets tout de suite moins à l’aise. Faut dire que c’était calculé. Tu voulais jouer le jeu du petit-ami car son père vous regardait. Pas besoin de ça. Du coup, tu te demandes si un jour elle compte ramener quelqu’un sérieusement à sa famille. Peut-être qu’elle te cache des choses d’ailleurs à ce sujet. Tu tentes de la sonder. Mais t’obtient rien. Visiblement, il n’y a rien à raconter si bien que la conversation dérive rapidement. – Oui une grande sœur. – Carolina. Vous êtes restés très proches malgré la distance vous séparant. – On se parle régulièrement ouais, mais elle vit au Brésil, comme ma mère. – Tu ne sais plus si tu lui en a déjà parlé. Probablement que si lorsque vous vous êtes rencontrés. T’avais juste pas dû évoquer ta sœur qui ne pouvait pas non plus être présente à la clinique quand t’y étais faute de moyen. Le seul qui aurait pu être là c’était ton père mais à croire que son travail ou sa deuxième famille passe avant. – Intéressé par ? – Tu réponds de manière détachée après avoir regardé un papillon voler. T’as perdu le fil de la conversation le temps d’une seconde. Tu te mets ensuite à rire presque nerveusement fuyant son regard. – Ah ouais, non. Pas trop de risque. Mais t’es canon hein. Juste pas ma came. – Ne viens-tu pas de lui foutre un râteau involontairement ? Il semblerait que si. T’espère qu’elle n’avait pas des vues sur toi sinon c’est raté. Mais les filles c’est pas ton truc et elle le sait déjà. Faudrait pas que sa famille t’entende d’ailleurs. Tu ne voudrais pas briser leurs espoirs. Tu leur as fait si bonne impression en arrivant. D’ailleurs, ça fait un moment que t’es là. Va peut-être falloir que tu décantes à un moment ou à un autre. C’est agréable de prendre le goûter en compagnie de Chani mais t’as encore des trucs à faire avant que la journée ne se termine et que les boutiques soient fermées. Et l’heure tourne à en croire ta montre. – Sur ces bonnes paroles, je vais devoir y aller. – Tu te lèves alors grand sourire attendant que Chani te raccompagne. Tu préférerais ne pas recroiser la route de ses parents histoire de gagner du temps mais tu resteras charmant quoi qu’il en soit si c’était le cas.

Chani Rodrigues

messages : 1357
name : ndia
face + © : daniella beckerman @self
multinicks : justyn, zander
points : 3349
age (birth) : 22 y.o. (december 21st)
♡ status : single candy lady
work : ASL teacher & visitor @windmont bay clinic
activities : smiling, smiling again, spreading happiness and good vibes, posting on social media,

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] philae ・nyree・nathan・maisie・vesper・tc(majestic)・tc(aaron)・luther - (jean・teodora・eddie)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Dim 7 Juin - 18:16
Quand Gabriel évoque le fait qu’elle puisse venir sur son lieu de travail, elle ne manque pas de lui faire remarquer qu’elle attend une invitation pour cela. Car en temps normal, Chani n’a aucune raison de se rendre dans un hôtel. Un sourire amusé se peint sur ses lèvres, en écoutant la réponse de son ami. Selon ce dernier, elle peut venir quand elle veut. « Tu as conscience, Gabriel, que je n’ai aucune raison de me rendre dans un hôtel... », à partir du moment où elle a un toit pour crécher. « ...A moins que je ne sois la maîtresse d’un sugar daddy qui me donne rendez-vous dans une chambre d’hôtel. Mais j’arrête tout de suite, je ne suis la maîtresse de personne dans Windmont Bay », elle s’empresse de lui dire pour couper court à la conversation. Elle sait qu’il n’aurait pas manqué de revenir sur cette réplique. Par la suite, ils évoquent cette période que Gabriel a traversé à la clinique et où Chani lui a rendu visite et l’a accompagné. Il dit lui être reconnaissant. Elle est quelque peu surprise par la suite de sa parole. Elle est un peu prise de court, tant cela lui paraît inattendu pour elle. Il veut lui offrir son amitié. Elle ne cache pas être touchée par ses paroles. Elle ne peut pas être indifférente à ces paroles, elle qui a perpétuellement le cœur sur la main. Spontanément, elle vient lui déposer un baiser sur sa joue. En reculant son visage, elle lui adresse un large sourire, alors que la conversation s’enchaîne. Il évoque sa sœur aînée avec qui il a gardé contact. Chani devine qu’elle doit encore vivre au Brésil. A-t-il déjà envisagé de retourner sur ses terres natales ? Ou bien sa sœur a-t-elle prévu un voyage aux Etats-Unis ? Elle sait que la sœur et le frère se parlent régulièrement. « Elle doit te manquer », elle souffle, dans un doux rictus. « Malgré le fait que vous ayez gardé contact virtuellement ». Le virtuel ne remplacera pas le réel, le concret, ce que l’on peut toucher entre ses doigts. A travers son écran d’ordinateur ou son téléphone, il ne pourra jamais la prendre dans ses bras, lui déposer un baiser sur le haut de son front. Tout cela n’est réservé qu’à ces moments partagés loin des écrans, dans la réalité. Finalement, Gabriel semble insister pour avoir des informations sur la vie sentimentale et intime de Chani. Elle estime ne rien lui avoir caché à ce propos : elle n’a personne dans sa vie. Néanmoins elle ne comprend pas cette insistance de la part du brun. Elle plaisante en suggérant qu’il pourrait être intéressé – à moins qu’il ne connaisse dans son entourage quelqu’un qui soit intéressé par elle et que Gabriel se fasse simplement le messager mais elle doute de la véracité de cette dernière hypothèse –. Elle n’est pas sérieuse avec sa question, alors qu’elle pose ses billes noisettes sur le regard fuyant de Gabriel. « C’est réciproque alors », elle reprend, en hochant activement la tête comme pour donner un peu de poids à ses mots et qu’il ne se fasse pas des idées. Le brésilien vient conclure leur conversation, déclinant qu’il devait y aller. « D’accord », souffle-t-elle. Elle ne va pas le retenir. « Attends, je vais te raccompagner », elle reprend en quittant sa chaise. Elle faisait quelques pas vers l’entrée de sa maison et se pose devant la grande porte. Elle l’ouvre et lui adresse un large sourire : « à plus tard, Gabriel ». Elle lui adresse un signe de la main, postée devant la porte.  
@gabriel almeida

_________________
To all of the queens who are fighting alone
 
I had to learn how to fight for myself
And we both know all the truth I could tell

Gabriel Almeida

messages : 302
name : vodka paradise
face + © : michael y. (@lannisters)
multinicks : aaron, jules
points : 734
age (birth) : 25 ans - 18/09/1994
♡ status : célib'atchoum
work : manager @themajestic

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : closed (✖)

de amicitia Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia · Lun 8 Juin - 19:05


Peut-être que si Chani venait te voir à l’hôtel elle se rendrait compte à travers ta tenue que ce métier te va tout aussi bien. Mais elle estime ne pas avoir de raison de s’y rendre. Pourtant, elle pourrait venir te voir sur ton lieu de travail n’importe quand, ça ne te dérangerait pas et tu lui consacrerais quelques minutes dans la mesure du possible. – Bah si ! Me voir en costume. – C’est une bonne raison, non ? Tu lui en donnerais bien une autre mais tu te dois de garder le silence pour le moment tant qu’il n’y a rien d’officiel. Elle parle alors d’une liaison secrète à l’hôtel qu’elle n’a en fait pas, ce qui ne manque pas de te faire rire. – Tu fais ce que tu veux hein, j’irai pas vérifier ton agenda. – Si elle a envie d’être l’amante de quelqu’un et de retrouver cette personne à l’hôtel, grand bien lui en fasse. Tu pourrais t’en rendre compte mais tu ne dirais rien pour autant. Le secret professionnel. Cela ne t’étonnes en tout cas pas que cela ne soit que fiction. Elle n’est pas du genre à avoir ce type de relation. Du moins, c’est pas l’image que tu te fais d’elle. Après, t’irais pas la juger si c’était le cas. La conversation dérive ensuite sur un autre type de relation. La fraternité. Tu parles de ta sœur Caroline à Chani. – Elle me manque grave ! – Tu lui confies avec un grand sourire avant de te munir d’un énième bonbon. Comme elle le dit si bien, le virtuel ne remplace pas le réel. Si tu le pouvais, tu rendrais visite à ta sœur sur le champ. Mais des milliers de kilomètres vous séparent et faut prévoir le budget aussi. T’es pas en manque d’argent mais plutôt de jours de congés vu que t’as débuté cet emploi assez récemment enfin de compte. Va falloir patienter encore un peu. En attendant, aucun risque que tu succombes au charme de la belle brune. Elle a beau être séduisante, elle n’a pas le sexe qui te convient. Tu n’as jamais aimé les femmes de cette façon. La demoiselle te dit que c’est réciproque ce qui ne manque pas de vexer ton égo. Ça te convient très bien qu’elle ne soit pas attirée par toi et en même temps, t’aurais aimé qu’elle te dise que t’es séduisant. T’as ce besoin constant d’être flatté et de savoir que tu peux plaire à n’importe quel sexe. Ce corps, tu l’as travaillé trop longtemps. Du coup, tu regardes ta montre et décide d’y aller. T’as d’autres choses à faire avant que la journée ne s’achève. Ça fait un moment que t’es là de toute façon et vous avez bien discuté. Elle ne te retient pas et file te raccompagner. – Merci. – Tu la suis instantanément dans le plus grand silence et passe la porte d’entrée, sans croiser à nouveau sa famille comme tu le redoutais. Il est grand temps de partir à présent. – A bientôt princesa. – Un dernier sourire et tu t’en vas.


Sujet terminé.
Contenu sponsorisé




de amicitia Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: de amicitia ·
 
de amicitia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: